AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Dakota Earnshow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dakota Earnshow

avatar

Maladie mentale : Phobophobie

Messages : 481

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1850 rubz

MessageSujet: Dakota Earnshow   Jeu 5 Mai - 11:27



Nom : Earnshow
Prénom : Dakota
Age : 13 ans



Physionomie :
Haute comme trois pommes (1m50), l'adolescente ne se fait pas remarquer par sa stature. En effet sa physionomie menue à la limite de la maigreur, sa poitrine non encore formée et son air palot sont loin d'attirer les regards, la laissant se fondre dans la foule. Ce qui est moins passe partout en revanche, ce sont ses cheveux : longs, blonds et permanentés, ils sont parsemés de mèches roses fanées qui mériteraient d'être refaites, donnant à la jeune fille un air négligé. Ses ongles rongés jusqu'au sang et les cernes profondes qui ornent ses yeux ne font que confirmer cette hypothèse, lui donnant de plus l'air d'une junkie précoce bien que la donzelle n'ait jamais touché à la drogue de sa vie. La cerise sur le gâteau de cet ensemble peu orthodoxe est son regard bleu et froid, comme si elle vivait le monde depuis des hautes sphères et que les gens n'avaient pas pour elle plus d'importance que des pions sur un échiquier...

Vêtements :
Comme dirait l'autre : des fringues, c'est que des fringues ! Tant que ça cache ce qu'il y a à cacher ça lui ira très bien, si les couleurs ne sont pas trop flashy. On a même tendance à croire qu'on regarde une télévision en noir et blanc lorsqu'on voit Dakota débarquer, blanc, noir et gris composant l'essentiel de sa garde robe. Par contre au niveau style tout y passe et se mélange, de la coupe classique à celle vieillotte en passant par la pointe de la mode, des vêtements unis aux motifs en tous genre... Après tout, comme elle vous le dirait : « les modes passent mais mon argent, lui, ne revient pas. Alors autant porter ce que j'ai payé non ? Le gaspillage c'est bon pour les autres. »

Signe Distinctif :
Non ça aussi c'est bon pour les autres...



Psychologie :
Dakota est ce qu'on appelle communément une surdouée avec son QI frôlant la stratosphère, mais son intelligence est aussi froide et dépourvue de sentiments que celle d'une machine. Tout chez elle fonctionne par probabilités qui, selon leurs valeurs, déterminent les actions de l'adolescente. De plus elle suinte littéralement de cynisme et le seul sentiment qu'elle semble pouvoir ressentir est la peur, mais une peur viscérale qui la paralyse dans de nombreux actes quotidiens. Cette situation instaurée depuis de longues années l'a transformée en un être amer qui évacue sa colère en dévalorisant les gens au moindre faux pas qu'elle détecte chez eux, ce qui lui attire souvent le ressentiment de son entourage. Et pourtant qui pourrait croire que cette fille têtue et imbuvable possède aussi une qualité d'écoute incomparable ? Et oui, car elle se comporte exactement comme un filtre à bonne idée en toute objectivité. Votre pensée lui plaît et entre dans son schéma de logique ? Elle vous approuvera sans réserve et ne vous en voudra pas le moins du monde d'avoir eu l'idée avant elle. Par contre si votre idée est mauvaise... vous regretterez toute votre vie de lui en avoir fait part. Elle vous tournera en ridicule, avec ou sans témoins, jusqu'à ce que la honte vous étrangle sans qu'elle ne ressente la moindre once de remord... charmante enfant n'est-ce pas ?

Elle est aussi le genre de personne à être prête à tout, pour tout, tant que ça lui semble nécessaire. Se servir des autres, d'elle-même, rien n'est trop bon pour se sortir des ennuis. Mieux vaut un mauvais moments à passer et quelques remords que de gros problèmes. Elle n'est pas du genre à hésiter avant de prendre ce genre de décisions (sauf si le pourcentage de réussite est trop faible) et sait mentir comme une aracheuse de dents quand la situation réclame ce talent. Elle provoque souvent haine et antipatie profonde autour d'elle et n'a à vrai dire pas d'ami, ni d'amoureux. D'ailleurs si quelqu'un voulait bien lui dire ce qu'est l'amour ça l'arangerait car la définition du dictionnaire n'est à ses yeux vraiment pas explicite...

Qualités :
Surdouée, responsable, objective, à l'écoute.

Défauts :
Cinique, têtue, froide, tendance à juger.



Maladie Mentale :
Phobophobie... la peur d'avoir peur...

Karma :
Neutre, elle suivra toujours la voie qui lui semblera la meilleure sans se soucier des notions de bien ou de mal.

Histoire :

« Je m'appelle Dakota Earnshow et j'ai 13 ans. Pourquoi Dakota ? Parce que mes parents en sont originaires, une chance que ce prénom existe vraiment. Est-ce qu'ils auraient osé me nommer Texas ou Pennsylvanie ? J'ai bien peur d'en avoir peur... »

C'est ainsi que l'adolescente aurait pu commencer sa biographie et la suite serait loin d'être bien folichonne. On pourrait même diviser sa courte vie en deux parties : la première horrible et la seconde bien pire (du moins de son point de vue). Et comme la jeune fille apprécie tout particulièrement l'ordre et la méthode nous allons les aborder dans l'ordre !

De sa naissance à ses 5 ans, période d'innocence gouvernée par l'imaginaire, le rêve et les cauchemars... sa vive intelligence boostait la branche créative de son cerveau tant et si bien que tout lui apparaissait sous un voile de terreur profonde, même ce qui ne faisait ordinairement qu'à peine inquiéter les autres enfants. Ils avaient peur du monstre sous leur lit ? Elle, elle était terrorisée par ses dents longues, ses yeux injectés de sang et le bruit de ses griffes jaunies rayant le parquet. Elle voyait le monde à travers un miroir déformant, craignant tout et n'importe quoi jusqu'à faire de sa vie un enfer au quotidien...

Puis vint l'âge de raison, à 6 ans seulement mais étant donné l'intelligence de la gamine ça n'avait rien de bien étonnant. Sa logique se mit alors à démolir les mythes de ses peurs farfelues aussi efficacement qu'une boule de démolition. Pas besoin de craindre un monstre qui ne peut pas exister n'est-ce pas ? Une fois qu'elle eut fait table rase de ses terreurs passées on aurait pu croire que l'angoisse prendrait fin mais elle se trompait. Elle venait au contraire de creuser sa propre tombe... car il était trop tard. Dakota avait connu cette peur viscérale capable de la paralyser, de la faire pleurer la nuit sous sa couverture durant des heures, ce sentiment tellement horrible que la simple connaissance de son existence la provoquait.

En détruisant les raisons il ne restait plus que la peur brute, celle de connaître à nouveau cette horreur muette, la plus pitoyable de toutes les phobies... la peur d'avoir peur. Chaque situation exposant un individu lambda à la peur lui faisait se poser la question « aurais-je aussi peur quand j'y serais opposé ? » et malgré le fait que sa raison lui hurle « non », son cœur lui murmurait insidieusement « peut-être », et le mal était fait.

Elle vécu à partir de là une vie de supplice. Car presque tout la terrifiait étant petite, ce qui lui laissait l'hypothèse d'avoir peur de nouveau et déclenchait du même coup la peur. Ça paraît idiot non ? « J'avais peur des poupées, qu'elles deviennent vivantes comme dans les films. Je pourrais très bien avoir peur de nouveau... je ne veux pas ! Non ! Pas ça ! »... et les crises de panique se déclenchaient ainsi pour tout et pour rien. Un vrai cercle vicieux qui rongea peu à peu l'enfant, transformant pour toujours sa vision de la vie.

Quand tout n'était que terreur, que signifiaient des mots comme amour, amitié, courage ? Ce n'étaient que de pales sentiments en comparaison à la terreur pure, des résidus infinitésimaux... donc négligeables. Et c'est ainsi qu'après avoir détruit les raisons de ses peurs elle mit à bas sa vie sociale naissante.

Les années passaient et se ressemblaient, toujours les précautions, la peur, le vide et la solitude... personne ne semblait la comprendre, bâtissant un mur de plus en plus haut entre elle et le reste de l'humanité. Étaient-ils trop bêtes ? Trop obtus, étroits d'esprits ? Ou n'essayaient-ils même pas de comprendre ? Qu'elle importance ! Elle n'avait pas besoin d'eux, elle savait se débrouiller seule, sa logique et ses statistiques lui suffisaient bien.

Enfin, tout ça c'était de la théorie parce que dans les faits la situation était bien différentes : malgré ses efforts elle n'arrivait à rien et avait de plus en plus de mal à gérer le stress, elle ne mangeait presque plus, ne dormait plus... elle prit de moins en moins soin d'elle, d'ailleurs quelle importance ? Prendre soin des choses futiles c'était bon pour les autres, elle était différente après tout...

Mais tout ça représentait trop de poids pour de si frêles épaules car avec le poids des années venait celui des connaissances qui agrandissait le champs des peurs potentielles à éviter, multipliant donc les crises de panique. Lors d'un nouvelle nuit d'insomnie où Dakota était au bout du rouleau elle finit par prendre une décision expéditive : le suicide. Dégainant crayon et papier elle se mit à coucher méthodiquement sur papier les raisons de son actes futur, dans l'éventualité où la peur de faire souffrir ses parents d'incompréhension surgisse.

Cher papa et maman,

Je n'en peux plus, je touche le fond et je ne pense pas que mon corps tiendra plus longtemps cette torture morale et physique. Vous n'avez jamais pris au sérieux mes dires et je n'ai plus d'autres choix que de mettre un terme à ma douleur par la dernière solutions s'offrant à moi. Ne m'en veuillez pas trop car_________________



Son crayon laissa une longue ligne sur le papier qui commençait à se tremper de larmes. Elle ne finirait pas cette lettre, à quoi bon ? Elle venait de se rendre compte qu'elle ne pourrait jamais attenter à sa vie. Et pourquoi ? Et bien à cause de l'éventualité d'avoir peur de mourir au dernier moment tiens ! Elle était trop lâche, elle se dégoûtait... trop lâche pour vivre et trop lâche pour mourir... sa vie était bloquée dans une impasse. N'y avait-il donc pas d'autre solution que de subir ??

A quoi bon son cerveau si efficace, le compte en banque plein à craquer de ses parents pleins aux as et toutes ces petites choses soit disant efficaces pour franchir les obstacles en travers de sa route ? A rien, strictement à rien ! C'était tellement frustrant ! Quelques minutes plus tard la lettre finie froissée en boule dans la corbeille à papier et le calvaire reprit, mais une lueur d'espoir ne tarda pas à pointer le bout de son nez dans le long corridor d'horreur qu'était l'existence de Dakota.

Un simple petit article dans un magazine de sociologie (et oui, elle n'était pas du genre à lire fan de) parlant d'un psychothérapeute du nom de Parkinson, quelle ironie non ? Enfin passons, tout ça pour dire que cet article parlait d'une méthode soit disant révolutionnaire sensée pouvoir faire de n'importe quel malade quelqu'un de sain d'esprit, faire disparaître les phobies... C'était trop beau pour être vrai et une partie de l'adolescente refusait de croire ce qu'elle avait sous les yeux mais sa logique savait bien que les publications étaient vérifiées ce qui voulait dire...

... qu'il y avait une porte de sortie à l'enfer ?

Après un long débat mental, Dakota finit par prendre rendez-vous chez le docteur par téléphone sans en parler à ses parents. Ça n'aurait servit qu'à l'entraver et avec tout l'argent de poche qu'elle recevait chaque mois elle pouvait bien se permettre d'en utiliser une partie dans une thérapie, ce serait à considérer comme une sorte d'investissement ! Et ce genre de chose par contre, c'était bien assez bon pour elle, vous ne croyez pas ?

Vos antécédents Dreamlandiens :
« A quoi bon tout vous raconter ? C’est long, fatiguant et ça ne rime à rien. »

Mais si la demoiselle refuse de le faire je m’en chargerais à sa place, ne vous inquiétez pas. Alors comme beaucoup d’autres elles débarqua à Elipse grâce aux bons soins du Dr. Parkinson. Perturbée par ce voyage elle n’en comprendra pas moins vite la raison de leur présence mais surtout les enjeux qu’ils représentaient pour elle. Elle commença donc par tenter de sortir de la ville en compagnie de Pandora par le biais de services rendus à une famille relativement sympathique. Après avoir découvert son premier pouvoir et avoir effectué quelques tâches ingrates elle fut stoppée en plein élan par la nuit sanglante qui semblait bien décidée à modifier ses plans. Elle se sauva d’abord seule avant de trouver des alliés en James, Dean, Brooke et Kalyss. L’ambiance était tendue mais le danger les força à collaborer jusqu’à la trahison suprême : ils laissèrent Dakota à son sort alors que le monstropoulpe était à deux doigts de la tuer et les adultes voulurent même sacrifier Dean pour s’enfuir. Elle les laissa donc tomber par vengeance et s’enfuit avec Dean, trouvant refuge dans le métro où ils croisèrent les pas de Christopher et, de nouveau, de James. Dans sa fuite hors de la ville elle récupéra une larme sélénite et passa sa soirée au camp, découvrant la personne avec qui elle n’avait probablement aucun point commun mis à part la couleur de leur tignasse : Shannon.

Elle fut enlevée pendant la nuit avec les autres et se réveilla à bord du Slavedog millionnaire qui voguait déjà vers Sextus pour les vendre à prix fort. Elle dû travailler aux cuisines en compagnie de cette chère barbie ainsi que Jade, Elie, Lys et Cyanur. Malgré les péripéties de la traversée (y compris leur abordage par une bande de cadavres ambulants) le plus traumatisant pour elle resta sa blessure à la main qui semblait se gangréner à vue d’œil et la découverte d’un nouveau pouvoir incontrôlable.

Une fois vendue à un certain Bergerac elle dû d’abord travailler dans les vignes puis œuvrer contre une violent incendie criminel. La demoiselle perçu bien vite l’occasion de monter en grade et de retrouver sa liberté, elle se proposa donc pour régler la source du problème qui avait mené à la destruction partielle des récoltes. Cette initiative la força à se mettre en danger en compagnie d’une troupe hétéroclite et globalement aussi imbuvable qu’elle composée de Dexter, James, Zephyr, Verity et Janna, qui avait pour mission de se rendre au campsdes satyres responsables de l‘incendie pour trouver une solution au problème. La conduite irresponsable et stupide de la quasi-totalité du groupe la poussa à travailler uniquement en compagnie de James. Ils réussirent tous les deux à trouver quelques indices qui les menèrent jusqu’à un bordel de Sextus où se trouvait la cause de tous leurs maux : une satyre nommée Fifille. Malgré leurs costumes ridicules et gênants que leur avait temporairement offert l’esprit d’halloween, ils réussirent à la ramener à Bergerac qui leur offrit la liberté en remerciement pour leur bons et loyaux services.

A peine libre comme le vent que les lutins du père noël débarquait pour leur proposer une nouvelle aventure tordue que Dakota aurait évité avec joie si on lui avait laissé le choix. Sa réponse ironique mal interprétée la mena aux terres gelées où elle dû faire en sorte d’élucider un nouveau mystère… mais le marchand de sable choisit ce moment pour la jeter hors de ce monde qui représentait pour elle l’opportunité d’enfin se débarrasser de sa phobie handicapante.

Méthode d'introduction :
Par l'hypnose, vous n'avez donc pas lu l'histoire ? Ou bien vous êtes stupide ? Inculte ou stupide, quel choix cornélien...



Multicompte : Oui
Age : 23 ans
Nom de l'avatar : Dakota Fanning
Comment avez vous connu le forum :
... je refuse de répondre à une question aussi stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Dakota Earnshow   Ven 6 Mai - 11:41

Coucou à toi ma chère (petite peste) !

En tant qu'ancienne, te voilà donc validée d'office ! cheers (enfin, quand tu auras terminé de compléter ta fiche quoi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dakota Earnshow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Avant le grand saut :: Présentation :: Personnages validés-
Sauter vers: