AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Le labyrinthe de l'horreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Julian McMorre

avatar

Maladie mentale : Peur des convenances, normes et des règles.

Messages : 462

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 161 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Lun 23 Mai - 16:11

Mon dieu, qu'est ce que ce mec – Ian – était hyperactif, complètement ahurissant, mais en soi génial. Il vint même s'asseoir à côté de Julian, sans hésitation, en lui proposant une délicieuse cuisse de poulet. Il n'en fallait pas plus au phobique pour accepté de partager ce repas. Et d'ailleurs, une fois que Ian se fut présenté, Julian confirma avec un grand sourire qu'ils pourraient être potes, bien évidemment, vu l'anormalité dont il faisait preuve !

D'ailleurs, dans ce flot de paroles incontrôlables, l'asiatique du groupe réussit à se présenter comme se prénommant « Yoake »... Déjà 3 noms sur les 4 personnes – 4 sur 5 s'il avait pu compter Anastasia – de connu. Toujours ça de gagné. En attendant, que de boucan puisque Zephyr en profita lui aussi pour répondre qu'il était arrivé ici sans savoir comment ni pourquoi, et qu'Eva y serait peut être aussi. Pas bête, si ils y étaient tous les deux, la miss pourrait y être... Julian se voulu rassurant en répondant simplement :

«  - Même si elle est ici, elle va s'en sortir, aucun doute là dessus... Enfin, tu la connais mieux que moi pour ça... »

Pendant ce temps, Ian avait continué son flot de paroles qui paraissait infini, et Julian tenta de répondre un peu à toutes les questions, en un seul bloc :

«  - Ata ata, doucement Ian... Pour les gens coincés, ça a été jusqu'ici, que des gens cools, j'ai... j'ai juste un trou de mémoire sur quelqu'un, j'arrive pas à me souvenir de qui c'est ou son nom, ou son apparence... Mais j'ai un sale sentiment rien qu'à y penser... Tu as peut être raison... Et ça fait que 2 ou 3 semaines que je suis ici, pas longtemps quoi... Enfin, je compte pas, j'en sais trop rien en fait. »

Et qu'il ne s'arrêtait pas le jeunot... Il fallait vraiment en vouloir pour suivre...

« - Non j'ai pas de bateau, non j'ai pas de marteau piquer non plus... »

Julian allait lui demandait de se calmer quand Jules – dont il ne connaissait pas le prénom – s'en chargea d'un magnifique coup de point. Mais avant même de pouvoir réagir, il s'était « transformé » en complètement quelqu'un d'autre... Complètement étrange, au point qu'il préféra finalement ne rien dire et aida Ian à se relever.

Quoi qu'il en soit, ses petits camarades s'étaient chargés de passer dans le couloir sur lequel la porte menait, et il s'y précipita lui aussi. 5 portes de couleur, avec un petit mot sympathique à confectionner avec les lettres qu'elles portent. Et Zephyr complètement à l'ouest en chuchotant des trucs bizarres et en s'écroulant limite au sol... Plutôt que de s'en préoccuper, et étant incapable de saisir quoi qu'Anastasia puisse dire, il allait ouvrir à l'arrache la porte la plus proche qui ne s'ouvrit pas... Par contre, elle enclencha manifestement un mécanisme des moins amusant avec un gros craquement général : Le sol se mit à trembler, et à s'ouvrir depuis son centre, s'écartant doucement mais sûrement vers les bords de la pièce. En dessus du sol se retirant ? Impossible de voir quoi que ce soit... Que faire ?

« - Haha... On est dans la merde ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Sparrow

avatar

Maladie mentale : TDAH (Trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité)

Messages : 178

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Mar 24 Mai - 21:45

Tututu, Ian n'était pas d'accord: tout le monde avait l'air d'imaginer qu'il avait encaissé le coup sans rien dire mais que nenni, c'était faux, il n'allait pas se faire piéger une deuxième fois !
La même embrouille lui était déjà arrivé avec Elie; ok, il n'avait rien vu venir mais là...

Alors qu'il était dans le couloir avec les autres, il opéra un petit flash-back juste pour le plaisir de se remémorer la grande et belle scène.
DONC,
il papotait tranquillement avec Julian en mangeant et partageant sa cuisse de dinde quand Jules avait annoncé une intention de meurtre à son égard tout ça parce qu'il avait envahit juste un tout petit peu son espace de parole.
C'est alors qu'au moment où il allait ranger ses affaires dans son cabas, le gus s'approcha et lui colla une droite bien sentie.
Ian sur le coup vacilla un peu sur ses guibolles quoi de plus naturel, MAIS - et c'est là que tout se joua, avec un brio digne des grands films d'Hollywood qu'on se repasse au ralenti le dimanche en famille tellement le jeu de scène est grandiose à faire frémir mémé dans son fauteuil – au moment où il allait toucher terre, il fit pivoter son talon droit d'un quart de cercle entraînant son corps d'un demi-cercle et son bras musclé d'un cercle entier comme dans les grandes chorégraphies de Maurice Béjart et pile poil au moment où Jules approchait de la porte, prenant son élan, il fit un bond de tigre sacré de Birmanie, positionna sa main de fer sans gant de velours en forme de poing et lui balança en un éclair un direct au menton, juste avant qu'il redevienne James !
C'était pas beau ça ?!
Alors qu'il ne vienne pas dire qu'il n'avait rien reçu car tout de suite après, Ian avait poussé un tralalaïtou de joie et de gloire puis s'était emmêlé les pieds et avait chu lamentablement au sol avant d'être aimablement redressé par Julian le super pote.
Voilà, ça c'était la véritable histoire, non mais !

En attendant, Ian était fou de joie d'avoir fait la connaissance de Julian. Enfin un voyageur digne de ce nom !
« Quand je pense qu'il aura fallu que je traverse la jungle puis le village avec sa foire aux pastèques, que je me coltine Melena et son foutu caractère, yoake le grand amour perdu et la soeur de Milly, véritable débile folle et furieuse pour enfin rencontrer le pote des potes... Il n'y a qu'à Dreamland qu'on peut vivre un truc pareil ! »
Merci le bon dieu de dreamland, merci ! Soyez loué au plus haut des cieux, vous le miséricordieux qui m'avez envoyé toute cette joie sur cette terre de douleurs, ainsi soit-il, amen !
S'exclama t-il en regardant béatement le sol s'ouvrir sous ses pieds.

En tout cas son nouveau copain devait avoir un problème d'amnésie car il connaissait quelqu'un dont il ne se rappelait plus...
L'énigme laissa Ian perplexe, comment un truc pareil pouvait être possible ?
Au moment de se gratter la tête comme à son habitude quand quelque chose le souciait il ressentit quelque chose d'anormal par rapport à la stabilité de ses chaussures; cela faisait comme si le talon était posé sur du dur et que le reste était dans le vide.
Cela lui rappela une chanson mais avant de la partager à la cantonade, il vérifia quand même de quoi il en retournait.
Balls from hell ! S'écria t-il, on est presque dans le vide !
Ahuri il regarda dans le trou; c'était tout noir au point qu'il n'en voyait même pas le fond.
C'est un puits ou quoi ? Demanda t-il en redressant la tête, je n'ai même plus ma lampe torche...

Le sol continuait de se retirer doucement mais sûrement; dans quelques instants il tomberait, c'était obligatoire; les autres aussi d'ailleurs sauf s'ils avaient un parachute.
Ne sachant pas de quoi souffrait Zephyr, il dit: si ça se trouve, c'est une fosse aux lions ou à serpents, il va falloir jouer aux dompteurs !
A ce moment précis, le ricanement infernal se fit entendre comme si la personne était tout à côté d'eux mais en même temps ailleurs.
Surpris, Ian leva la tête au plafond, observa les murs et d'un coup, tomba en poussant un grand aaahhh.
Il n'y avait plus de plancher dans le couloir ni rien pour se retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Jeu 26 Mai - 15:24

Heureusement pour Ian que Jules avait quitté le navire, sinon c'était son sang qui aurait remplie les verres...En tout les cas James ne comprenait pas de quoi parlait Yoake.

- Hein ? Mais j'ai rien fait

Il n'avait frappé personne et surtout pourquoi avait il mal à la mâchoire ? Pourquoi Zephyr avait il été sur le point de le frapper aussi ? Tant de questions. C'était étrange, peut être que cet endroit leur avait fait perdre la raison ? Si l'adolescent se retrouvait le seul lucide dans l'affaire ça n'allait pas être facile de sortir de cet enfer.

Zephyr ne semblait pas dans son assiette d'ailleurs. Il souffla un truc comme quoi quelqu'un jouait avec eux. Le voyageur avait vraiment l'air de souffrir le martyr. Etait ce à cause de la boisson ? Pourtant tout le monde, à part lui, avait l'air de bien se porter.

- Hé, ca va ?

Demanda t-il, inquiet. James n'avait hélas rien pour l'aider. Trouver la sortie le plus rapidement était sans doute la meilleure solution. Mais vu le mot inscrit sur les portes que venait de lire Yoake, ça ne serait pas du gâteau. En même temps rien n'était facile sur Dreamland même lorsque on ne demandait qu'à être tranquille.

Ana était partie s'occuper de Zephyr qui semblait aller un peu mieux quelques instant après. Restait donc plus qu'à savoir quoi faire pour la suite. Ouvrir toutes les portes ou voter pour une seule ?

- On peut prendre celle du milieu ? Dans les livres c'est souvent la bonne

Proposa t-il avant que finalement la maison décide pour eux. Le sol était en train de disparaître petit à petit jusqu'à les engloutir. Pas de panique. Même si en réalité il rejoignit Ian dans les choeurs avant de faire plouf. Le groupe de voyageur venait de tomber dans l'eau. Dans la piscine plus exactement, qui se trouvait dans le sous sol. Ca aurait pu être chouette si l'eau n'avait pas été verte toute dégueulasse avec des yeux en guise de poissons. James n'avait pas vraiment eu le temps de méditer là dessus. Le pauvre avait si peur de se noyer encore une fois qu'il nageait n'importe comment et n'arrivait pas à remonter à la surface. Il commençait à fatiguer et à ne plus avoir assez d'air dans ses poumons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Lun 30 Mai - 11:52

Yoake avait à peine parlé des portes que son regard se posa sur Zephyr resté en arrière. Etant la première à entrer dans le couloir étroit, elle ne pouvait pas réagir sans pousser tout le monde, mais Ana se chargea de son ami. C’était rassurant, si quelqu’un pouvait s’occuper de l’Herpétophobe c’était bien elle.

Elle entendit alors les paroles de Zephyr et pâlit, il parlait d’un jeu, un putain de jeu qui le punissait pour avoir bu son verre à sa place. C’était surement ça, par sa faute Zephyr payait le prix de sa phobie et ça, elle ne le permettait pas.

- Arrêté ça ! s’entendit-elle hurler

Il ne devait pas souffrir. C’est alors qu’Ana soufra à son tour du même mal. Elle ouvrit de grands yeux horrifié et regarda autour d’elle est-ce que c’était l’effet du verre ? Non tout le monde semblait bien aller… Alors pourquoi Ana souffrait-elle, et Zephyr lui ? Pourquoi allait-il mieux ? La Japonaise n’y comprenait rien, il devait s’en sortir s’en sortit tous ensemble.

Ses questions perturbaient sa réflexion, les portes ne l’intéressaient plus, elle ne voulait pas jouer le jeu malsain de quelqu’un d’autre. Ouvrir les portes n’était pas la bonne solution, si elle voulait stopper le jeu. Julian lui n’hésita pas, il ouvrit une porte… La mauvaise surement, car le sol s’ouvrit sous les yeux sombre de la Japonaise, médusée.

Elle entendit Ian proposer une fosse au reptile et hurla :

- Ian, tu ne peux pas la fermer.


Elle avait peur, peur pour Zephyr, mais aussi pour les autres, combien de chance pour que ce soit leurs fins à tous. Son instinct de survie prit alors le dessus. L’hématophobe se retourna et s’acharna sur une autre porte qui ne s’ouvrit pas malgré tout ses efforts.

Elle entendit les cris du groupe, pendant qu’elle s’énervait sur la porte.

- Ouvre-toi ! Ouvre-toi ! OUVRE-TOI !!

Bientôt le sol se déroba sous ses pieds et sa main glissa sans pouvoir agripper la poignée : elle tombait.

Elle entendit l’eau, le plouf prouvant que ses coéquipiers tombait les uns après les autres, elle vit alors la piscine, l’eau était verte… Verte pas rouge, il n’y avait pas de sang, pas de sang.
Elle plongea à son tour.

Yoake n’était pas une mauvaise nageuse, elle l’avait prouvé lors de la foire à la pastèque, elle remonta à la surface et reprit sa respiration, l’eau été verte et l’odeur de renfermé de la piscine n’arrangeait rien, ses là qu’elle vit les yeux dans le bassin proche du dégoût, elle faillit se laisser emporter par le poids de son sac.

- Ce n’est pas du s….

Un mouvement à côté d’elle attira son regard, quelqu’un se noyait sans réfléchir, elle nagea vers lui et l’aida à remonter à la surface. Elle reconnut l’adolescent nommé James qui s’excitait proche de l’épuisement. D’une voix ferme elle lança :

- Calme toi, James calme toi sinon tu vas nous noyer tous les deux.

D’une main elle maintenait la tête de l’adolescent hors de l’eau et à l’aide de ses pieds et de son autre main elle nagea vers la berge. Elle lui murmura des paroles douces et l’encouragea à se laisser trainer. Le sauvetage fut lent James et Yoake burent plusieurs fois la tasse, mais au bout de quelques minutes d’efforts, Yoake réussi à se hisser sur le bord de la piscine, elle aida ensuite son compagnon d’infortune à sortir de la piscine et se laissa tomber sur le sol épuisé. Elle enleva son sac de ses épaules, ainsi que sa batte. Elle pensa soudain à Ana et Zephyr qui souffrait juste avant de tomber dans la piscine ses yeux se plissèrent tandis qu’elle lançait inquiète.

- Zephyr, Ana ?!


Il faisait top sombre, il y avait bien des silhouettes qui étaient sorties de l’eau, mais elle ne savait pas qui avait réussit à survivre. Elle tenta de reprendre des forces pour retourner faire un sauvetage s’il le fallait. Et elle ignora l’eau qui ne cessait pas de couler d’une salle attenante et les pleure tout aussi bizarre d’une petite fille, il y avait plus important.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Zephyr A. Grayson

avatar

Maladie mentale : Herpétophobie

Messages : 139

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Mar 31 Mai - 20:01

La douleur s'estompait. Toujours présente, mais supportable, elle semblait reléguée au second plan. En face de lui, Ana semblait ressentir la même douleur, comme si cette accalmie était de son fait. Était-ce le cas ? Il n'eut pas le temps de lui poser la question qu'elle l’entraîna dans son sillon jusque dans un couloir, juste avant que la porte ne claque dans leur dos. Il la regarda, interloqué. Pourquoi l'avait t-elle aidé ? Elle ne le connaissait même pas et pourtant, s'il avait bien comprit ce qu'il venait de se passer, elle venait d'endurer un calvaire pour le sauver !
Mais il n'eut pas le temps de s'épancher sur la question car déjà, une nouvelle épreuve se présentait à eux. L'estomac toujours retourné, il regarda enfin autour de lui. L'idée d'Ana de n'ouvrir qu'une porte était, semblait t-il, la plus judicieuse. James semblait d'ailleurs de cet avis, proposant l'une d'elles au hasard. Autant éviter de se retrouver séparés. Mais cela avait beau être une idée intéressante, ils n'auraient pas le temps de l'expérimenter car les choses se précipitaient. Le sol commençaient à se disloquer ! Et puis quoi après ? Une salle en flamme ?

En tout cas, l'idée que le sol se résorbe sous leurs pieds semblait réjouir Ian. S'approchant de lui, il lui saisit l'épaule pour le faire reculer. Mais la phrase qu'il lui lança spontanément le figea sur place. De nouveau, cette sensation d'avoir des serpents qui lui grouillaient dans l'estomac se réveilla, intensifiant la douleur qui avait commencé à se calmer. Ajoutant à cela une terreur qui se lisait clairement sur son visage. L'idée de tomber dans une fosse remplie de serpent le paralysait littéralement. Au point que lorsque le sol termina de disparaître, il ne parvint même pas à crier.

Les paupières fermées si forts qu'il en avait mal, il atterrit comme tous les autres dans une piscine remplie, non pas de serpents, mais d'eau. Les yeux toujours clos, il creva la surface pour inspirer et se permis alors de les entrouvrir. À ce moment là, un gros œil dont le nerf optique semblait servir de propulseur, le frôla. Il cria, plus par réflexe et par dégoût que par peur. En plus de ça l'eau était verte ! Il eut un mouvement de recul qui le fit percuter quelqu'un dans son dos. Il n'avait pas pieds et il s'aida de ses bras pour pivoter. C'était Ana. Des yeux 'nageaient' tout autour d'eux, impassibles et ne semblant pas leur vouloir quoi que ce soit. La douleur dans son ventre commençait à reprendre de l’ampleur tout doucement. S'il ne sortait pas rapidement de l'eau, il risquait de ne plus réussir à nager et de se noyer bêtement. Il prit tout de même le temps de lancer un sourire amical à la jeune femme qui l'avait soulagé de sa douleur, au moins pour un temps.

« Merci pour tout à l'heure. T'étais pas obligé. Je te le revaudrais. »

Souffrait t-elle encore elle aussi ? Difficile à dire. Quoi qu'il en soit, il ne prit pas la peine de vérifier que tout le monde allait bien. Il devait retrouver la terre ferme. C'était urgent. S'assurant qu'Ana parvenait à sortir de l'eau elle aussi, il l'aida rapidement à quitter la piscine avant de s'en extirper à son tour. À cet instant, un éclair de douleur lui déchira l'estomac et il sentit quelque chose de froid et de visqueux remonter le long de son œsophage. S’apprêtant à vomir, il resta à genoux et se pencha au dessus de la piscine et laissa sortir… un énorme serpent. Celui-ci s'extirpa de la bouche de l'herpétophobe et glissa paresseusement dans l'eau de la piscine, sa langue dardant furieusement. Lorsqu'il fut intégralement sortit, il s'enfonça dans l'eau sombre et verte puis disparu du champ de vision de Zephyr qui tremblait comme une feuille.

S'attendant à ce qu'un autre suive le mouvement et sorte de son estomac, il était emprunt d'une terreur qui lui fit oublier tout ce qui se passait autour de lui. À genoux, les mains agrippées sur le rebord de la piscine, il finit par laisser ses fesses se poser sur ses talons. Comprenant que c'était terminé, il porta la main à sa gorge et constata que la douleur avait intégralement disparue.
Il fallait qu'ils quittent cet endroit ! Tout, ici, semblait être fait pour les confronter à leur peur de la manière la plus tordue qui soit. Entre Yoake, forcée de boire du sang, et lui qui vomissait des serpents ! C'était quoi la prochaine étape ? Prendre un bain de sang frais et manger de la couleuvre rôtie à la broche ?

Tremblant toujours de manière incontrôlée, Zephyr prit enfin le temps de regarder autour de lui, constatant que tout le monde était toujours entier. En partie soulagé, il espéra néanmoins que personne ne soit hydrophobe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Mer 1 Juin - 13:45

A peine eut-elle finit d'énoncer sa proposition que Julian se rua sur la première porte venue mais plutôt que de l'ouvrir il dû, à son insu, déclencher un système qui désassembla le sol.
Dépitée la jeune femme lui lança: décidément, tu n'en feras jamais d'autres toi !
Elle tenta de regarder au fond mais tout était noir comme de la suie tandis que les bords du parquet s'éloignaient de plus en plus les uns des autres.
Rapidement elle ôta son sac à dos afin de sortir sa lampe torche mais à ce moment précis, Ian, après avoir fait une prière pour on ne savait quoi eut l'idée débile de parler de serpents.
Anastasia se plia à nouveau en deux de douleurs laissant supposer que Zephyr était dans le même état.
Elle espérait vraiment que personne ne parlerait plus jamais de reptiles car son pouvoir n'avait aucune limite dans le temps: tant que le jeune homme aurait mal elle endosserait cinquante pour cent de la souffrance.

Mais comme un malheur n'arrive jamais seul, son sac à dos bascula dans le vide et tomba très rapidement suivi par tout le groupe; le parquet avait disparut.

L'espace d'une seconde Anastasia se sentit rassurée d'être dans l'eau et eut le réflexe d'allumer sa lampe torche pour découvrir une eau verte avec des petites choses rondes qui surnageaient.
Elle approcha et poussa un cri de terreur suivit par des phrases courtes à la limite de l'hystérie:
des yeux !... Des yeux de morts comme...
Affolée, elle balaya le lieu immense de son faible faisceau en continuant son délire: Simon est revenu ! Il a tué tous ces gens... Les yeux sont ses cadeaux !!!
Anastasia ne pouvait faire autrement que se remémorer le psychopathe rencontré à Gloutoniskaïa qui, par jeu, avait assassiné un jeune homme et offert ses orbes, enveloppés dans un petit mouchoir juste pour se venger.

Sentant quelqu'un dans son dos, elle poussa un autre hurlement avant de s'apercevoir que c'était Zephyr.
Paniquée, elle s'accrocha à lui comme à une bouée de sauvetage, attrapa son sac à dos et le suivit jusqu'à la berge.
Merci, articula t-elle difficilement une fois les deux pieds sur la terre ferme.
C'est tout ce qu'elle put dire. La moitié de la douleur fulgurante de Zephyr traversa ses entrailles tandis qu'elle sentait quelque chose d'étrange dans son oesophage.
Pour le reste tout se passa comme pour le jeune homme.
Prise de spasmes, elle s'agenouilla et vomit l'autre moitié du serpent, qui, sans tête, tomba lamentablement sur la terre verdâtre en un son mat. Le bout de la queue frétilla encore quelques instants avant de s'immobiliser définitivement.

Hagarde, la jeune femme fut tirée de sa contemplation morbide du morceau d'animal par les pleurs d'un enfant.
Cherchant à tâton sa lampe torche qui lui avait échappée des mains elle dut se résoudre à rester dans le noir: l'objet ne fonctionnait plus; il avait du prendre l'eau.
Reprenant conscience difficilement elle se tourna vers les autres et fut rassurée de constater qu'il ne manquait personne même si elle ne voyait que des ombres.

Le mal de ventre avait cessé aussi s'efforça t-elle d'aller vers le groupe.
Arrivée à hauteur de Yoake et James, elle aperçut vaguement une salle d'où sortait un bruit d'eau. Les sanglots enfantins venaient de là.
Quelqu'un pleure, annonça t-elle, il faudrait lui porter secours, l'enfant est peut-être prisonnier comme nous de cette maison infernale ?
N'écoutant que son courage, elle se dirigea vers l'endroit d'où venaient les gémissements qui s'amplifiaient à fendre l'âme du plus cruel individu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian McMorre

avatar

Maladie mentale : Peur des convenances, normes et des règles.

Messages : 462

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 161 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Sam 4 Juin - 17:31

Un – par – un. Tout le monde avait fait une jolie chute l'un après l'autre, avec plus ou moins de succès à en croire les bruits que chacun pouvait faire. Julian, lui, avait attendu – histoire de dire – la toute dernière seconde pour faire son plongeon dans le vide abyssal sous ses pieds. Il s'était collé dans un coin de la pièce, avait regroupés ses pieds contre le mur et en s'appuyant des mains sur celui adjacent, il avait pu obtenir un maigre appuie en attendant que le sol ne disparaisse définitivement dans le mur et ne l'oblige à suivre ses camarades.

En bas, de l'eau, une pseudo piscine d'après ce qu'il avait réussi à discerner dans le noir, et remplie de sympathiques globes oculaires. À vouloir exploser de rire, après tout, des globes, il en ramassait parfois lors des réquisitions à son boulot, il en fallait plus que cela pour lui faire peur, il réussit à boire idiotement la tasse. Sans hésiter, il s'attela à la recracher une fois arrivé sur un bord tant l'eau avait un goût immonde, de pourriture. Il s'estimerait heureux s'il ne tombait pas malade...

Il fini par rejoindre ses camarades après un petite minute à crachouiller ce qu'il lui restait de mauvais goût en bouche. Tout le monde avait l'air bien vivant, mais ce n'est pas la luminosité de la pièce qui l'aidait à savoir qui supportait l'épreuve, et qui la supportait moins bien. Il ne pouvait même pas voir à quel point sa sacoche était trempée, signalant par là l'état de ses affaires. Au moins était-il sûr d'avoir pensé à le sortir de l'eau à la seconde même où il avait eu connaissance de l'environnement d’atterrissage. Elle et son contenu lui importait bien plus que sa simple personne. Il faudrait attendre un peu pour vraiment savoir.

C'est approximativement le moment où il aperçu le fait que plus ou moins tous s'intéressaient à la seule salle où ils pouvaient se diriger, d'où venait l'eau de la piscine, et quelques pleurs à vous en fendre le cœur. Estimant qu'il n'avait pas vraiment d'autre choix, il s'y dirigea, avec comme d'habitude son manque idiot de toute peur. De toute manière, avoir un minimum peur serait si normal qu'il ne pouvait en être le cas. Il ne put apercevoir qu'Anastasia était à sa hauteur aussi.

Plus il s'approchait de cette salle, plus cette dernière semblait recueillir toutes les ténèbres du monde, et devenir de plus en plus sombre. Qu'est ce qui pouvait pleurer ainsi dans un tel lieu... ? Et à peine à quelques pas d'entrer par la double porte – arrachées bien sûr pour améliorer les choses – son corps lui même bloqua, ne bougea plus d'un poil. Son corps plus que son esprit avait terriblement peur. Il articula malgré tout suffisamment fort quelques mots à l'attention de qui, ou ce qui était dans la pièce :

« - Youhou... ? Il y a quelqu'un... ? Pourquoi tu pleures.. ? »

Sur le moment, pas de bruit, mais toute la noirceur des lieux sembla se concentrer en un seul et unique point qui s'avançait vers leur pièce, et s'arrêta dans l'encadrement. En fixant cette « chose », Julian en eu des frissons de peur et de dégoûts dans le dos... Il distinguait là une petite fille, aux vêtements déchirés et pleins de sangs, avec des yeux pleins d'une haine sans borne, pleins de larmes aussi.
Ses yeux, là était le réel problème. Elle disposait de nombreux yeux, trop nombreux, disposés et fonctionnels en forme de couronne posée sur la tête, mais aussi en tant que collier, et que de bracelet aux poignets et aux chevilles... et avec tout cela, ses orbites, eux, étaient vides. Le spectacle était effroyable.

«  - Je pleure parce que mon maître m'a ordonné de vous tuer. Je voulais pouvoir jouer avec vous avant... »

Il fallait réagir, et vite, parce que le ton utilisé annonçait clairement que sinon, ils allaient mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Sparrow

avatar

Maladie mentale : TDAH (Trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité)

Messages : 178

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Lun 6 Juin - 22:52

Ian qui avait donc été le premier à sauter dans l'eau verte, piqua un crawl jusqu'à la berge et regarda son super-pote faire le singe en s'esclaffant sans même s'apercevoir que James manquait de se noyer, que Yoake, exténuée le ramenait péniblement, que Zephyr pataugeait en se tenant le ventre et qu'Anastasia faisait une crise d'hystérie.

Il était surexcité, ses yeux brillaient, il ne jurait plus que par Julian, le plus fabuloso-excelentissime-extraordinario-merveilleutissime mec que la terre ait jamais porté en son sein pourtant généreusement gonflé comme sur les portraits dans les Musées où il n'allait jamais puisque ses parents ne voulaient plus l'emmener car il passait son temps à jouer aux glissades sur le parquet hyper ciré exprès pour ça !
Comme tous ceux atteints de ce trouble qu'est le TDAH, dans le cas précis d'une rencontre qui fait tilt – sous entendu, « on va bien s'amuser à passer son temps à ne faire que des conneries » - Ian avait perdu toute concentration et trépignait sur place en attendant que le copain plonge enfin.
Quand ce fut fait il applaudit et l'attendit impatiemment tandis que le grand brun et la vieille vomissaient chacun leur part de serpent.
Survolté, il n'entendait rien, n'écoutait rien; il était incontrôlable.

Quand Julian crachota, il lui tapota dans le dos afin de prouver son empathie et le suivit jusqu'à la salle d'où les sanglots aussi longs qu'un violon de l'automne blessant le coeur d'une langueur monotone s'échappaient.
Quand lui aussi vit la petite fille il se dit qu'elle était bien étrange et surtout très moche, c'était vraiment pas de bol pour elle...
Et quand il l'entendit annoncer qu'elle pleurait parce que son maître ne voulait pas qu'elle joue avant de les tuer il s'exclama:
ben, qu'est-ce qui t'en empêche ? Il est nul ton maître ! T'as qu'à faire les deux, il n'y verra que du feu: on joue d'abord et tu nous tue après, c'est quoi le blême ?
Il se tourna vers le super-pote afin d'avoir son approbation, n'attendit évidemment pas de réponse, fouilla fébrilement dans son cabas, jetant au sol, pêle-mêle les inutilités, revêtit son costume de Père-Noël, se coiffa de son chapeau-fromage, piqua le yukulélé qui dépassait de la hotte de la croulante du groupe et annonça à la gamine, en faisant un clin d'oeil à Julian et en accordant l'instrument: tu vas voir, on va bien s'amuser, j'ai jamais vu un gosse ne pas danser sur ce que je vais chanter !
1,2,3, c'est parti !

Et il se mit à chanter « Tout le monde bouge » d'Alex Bacsou, la chanson la plus rapide sortie en 2012, présente sur youtube; mais ça, il ne le savait pas puisqu'il était à Dreamland !

C'est alors qu'une drôle de télécommande métallique tomba du plafond jusque dans sa main.
Il s'en saisit tandis que l'autre main continuait de gratouiller les cordes n'importe comment et, sans cesser de chanter l'examina.
L'engin avait une antenne, c'était fun !
Aussi décida t-il de la pointer vers l'enfant qui dansait et virevoltait comme une petite follette, tourna le gros bouton d'un cran sur la droite et ce que qui devait arriver arriva:
la bambine se mit à danser à une vitesse de 50% supérieure à celle de la chanson.
Tout joyeux, Ian se tourna vers le groupe et lança:
vous avez vu ça ? Je l'avais bien dit ! Ils dansent tous la dessus comme des malades !!!
Du coup, il accéléra le rythme de 50% histoire d'être synchrone avec la chorégraphie et je vous le donne en mille, la gamine accéléra aussi.
Ebahi par tant de dextérité, le jeune homme accéléra encore, la fille aussi.

L'endroit semblait devenu comme endiablé, Ian hurlait des paroles devenues incompréhensibles, les cordes de la mini guitare cassaient l'une après l'autre tandis que la gamine bondissait à une allure infernale, tout en riant d'un rire mauvais.
Hélas.
Les meilleurs moments ayant toujours une fin, celui-ci n'échappa pas à la règle.
Tandis que Ian avait déjà déjà dépassé le paroxysme du supportable pour les oreilles de tout un chacun, la merveilleuse enfant, elle, avait dépassé ses limites et s'écroula raide morte sur le sol, sa ribambelle d'yeux s'éteignant un à un, laissant tout le monde dans le noir le plus total.
Rideau ! Aurait-on pu dire.
Calmé, Ian arrêta le show d'un coup et s'exclama: merde ! On dirait qu'elle a clamsé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Ven 10 Juin - 15:46

Après en avoir tant bavé, James allait mourir noyé dans une piscine sale. Il aurait pu se faire dévorer par des Loups Garous, tué par un Ninja mais non, c'était l'eau qui allait être son coup fatal. Alors que l'adolescent desespérait de remonter à la surface, quelqu'un l'attrapa. Par réflexe, il continuait de se débattre, qui sait si il n'y avait pas un monstre dans cette piscine. Mais la douce voix de Yoake, le fit cesser de s'agiter dans tous les sens.

Elle l'aida à se hisser hors de l'eau et James en profita pour recracher ce qu'il avait bu. Il était épuisé et trempé. C'était vraiment une sale journée.

- Merci Yoake

Il lui lança un petit sourire. James espérait que les autres s'en étaient sortis aussi. Yoake partageait son inquiétude et se mit à les appeler. Il ne fallut pas longtemps pour que le groupe soit recomposé, et heureusement personne ne semblait être blessé. Les seuls pleurs venait de la salle d'à côté. Comme tout à l'heure, Julian se lançait la tête la première dans l'expédition. Il n'y avait pas d'autres choix que de le suivre. En marchant, James tenait d'essorer le bas de son haut avant de s'arrêter en voyant une petite fille. Jusque là rien d'anormal, sauf qu'elle avait plus de yeux que nécessaire, et surtout elle devait les tuer. L'adolescent sortie son coupe papier prêt à se défendre mais Ian avait trouvé une autre parade. Enfin, il lui proposait de jouer avant de mettre à exécution l'ordre donné à la petite fille.

- Euh...tu rigoles Ian j'espère ?

L'hyper actif semblait se préoccuper seulement de l'avis de Julian. Ok. Une amitié s'était crée mais c'était pas ça qui allait les sortir de là, ni de la maison. Sans comprendre, James regarda Ian vidé son sac avant de mettre sa tenu de père noêl, un drôle de chapeau et s'armer d'un instrument de musique. Ok. Ce mec était timbré. Flippant même vu comment il chantait faux et jouait mal. L'adolescent, se boucha les oreilles mais manifestement la petite fille trouvait ça bien. Sans rien comprendre encore une fois, suite à l'apparition d'une télécommande, elle s'était mise à danser extrêmement vite avant de s'écrouler sur le sol.
Il était flippant derrière ses airs de gai luron. James avait presque de la peine pour la victime.

- Espérons que son maître ne nous le fera pas payé

Il s'attendait à voir surgir quelque chose. Un monstre, un fantôme, un zombie, ou tout autres ennemis susceptibles de leur faire du mal. Il était bien loin de douter que ça allait venir du sol. L'eau qui coulait était monté jusqu'aux chevilles des voyageurs et celles de James fut soudainement agrippé avant de le tirer vers l'arrière. L'adolescent chuta, se faisant glisser sur le sol.

- aaaaah au secouuurs !!!!

Quelques secondes après, les cris de James cessèrent. Jules avait pris le pouvoir et armé du coupe papier tentait de faire lâcher prise à l'espèce de tentacule à cinq doigts qui le tenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Jeu 16 Juin - 19:10

Tout le monde était là, et Yoake put enfin s’inquiéter des pleurs de l’enfant. Contrairement aux autres, elle ne pensait pas qu’il s’agissait d’un autre prisonnier. Quelqu’un là-haut tirait les ficelles, il n’allait pas laisser ses prisonniers se rencontrer, ça redonnerait de l’espoir.
Ana puis Julian prirent malgré tout la décision d’ouvrir la porte, Yoake s’attendait au pire et elle avait raison.

Cette enfant si s’en était vraiment une, avait des vêtements tachés de sang. Ce n’était pas ses yeux ou ses orbites vides qui inquiétaient la japonaise. Mais bien le sang qui l’empêchait de réfléchir calmement. Sa respiration se fit sifflante tandis qu’Ian lui proposait de jouer avec le monstre. Qu’elle idiot, elle allait le tuer si ça continuait comme ça.

Mais Yoake pensait avant tout à sa propre sécurité le souffle court, l’estomac et la gorge noués, elle recula le plus possible du sang. Son dos contre le mur froid elle vit alors le corps de la petite fille tomber sur le sol et le sang se mêler à l’eau. Cette même eau qui commençait à monter aux niveaux de ses chevilles.

La japonaise laissa échapper des larmes tendit elle ne voulait pas entrer en contact avec le sang pourtant c’était inévitable ses pieds allait se couvrir de sang et si l’eau continué à monter ses genoux allait être taché de sang… puis sa tailles, sa poitrine sa tête et…

Quelque chose venait de saisir James à la cheville, et son crie permettait à la jeune femme de s’accrocher à la réalité… elle avait beau être terrifiante, elle l’était moins que la vision qui menaçait de l’engloutir.

James sortit soudain un épée et tentait de se débarrasser de la tentacule, Yoake fit l’inventaire de ce qui pouvait lui servir elle détacha sa batte, et agrippa son couteau d’une autre main. Avant de foncer vers son ennemie à tentacules suivant le crie de James quand de nombreuse tentacules sortir de l’eau à leurs tours, leurs contact avait quelque chose d’écoeurant, mais Yoake n’avait pas le temps d’y penser, car elle sentit à son tour une tentacule enserrer sa jambe pour la traîner sur le sol immergé. En hurlant la jeune fille réussit à détruire une à une les petites tentacules, elle entendit alors un crie terrifiant plus proche de la rage que de la douleur. Mais qu’importe elle continua à attaquer la dernière tentacule, quand elle se sentit projeter contre la pièce d’où venait la petite fille.
Une vive douleur lui brûlait l’épaule mais l’adrénaline l’empêchait de réagir, elle devait combattre cette chose, la combattre… ou fuir. Elle fouilla la pièce remplit d’yeux en grimaçant et son regards se posa sur une large grilles qu’elle fit sauter en tirant violement dessus, derrière le conduit semblait sain avec un peu de chance leur agresseur n’avait pas penser à piéger cet endroit

Dehors, elle entendit les cris de rage et de douleurs de ses amis elle s’approcha de la porte brisée et hurla :

- Venez, ici il y a une sortie… vite !


Elle évita une tentacule et vit son reflet, le miroir lui renvoyait son propre reflet, mais malheureusement, ce qu’elle vit l’arrêta net il y avait du sang sur son bras… elle s’était blessé…non… Non… Nooooonn ! Ses yeux s’agrandirent de terreur, de la sueur dégoulinait de son visage, les dents serrées, cette fois la vision l’engloutit sans qu’elle ne puisse réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Zephyr A. Grayson

avatar

Maladie mentale : Herpétophobie

Messages : 139

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Lun 20 Juin - 22:31

Lorsqu'il remarqua ce qui était arrivé à Ana, il ne put s'empêcher de se sentir coupable. Mais il n'eut pas le temps de lui en faire part car la jeune femme semblait avoir aperçu quelque chose. Ou plutôt entendu. Zephyr remarqua enfin les pleures qui lui avaient échappés. Histoire de ne pas rester seul dans son coin, il lui emboîta le pas jusqu'à Yoake. Il fut ravi de constater que la jeune femme n'avait rien. Tout le monde semblait entier et c'était déjà une bonne chose.
Prise d'un élan de compassion... encore... Ana se dirigea sans même réfléchir vers les pleures de l'enfant.
« Attends... » Mais elle était déjà en route vers les sanglots. Ils ne savaient même pas si c'était vraiment un enfant ou si c'était encore une ruse de cette fichu baraque pour les faire tourner chèvre.

Tout le monde sembla se diriger inexorablement vers les pleures. De toute façon, c'était la seule issue possible alors autant se jeter dans la gueule du loup. Et quel loup ! C'était bien une fillette qui pleurait... mais elle n'avait vraiment rien de banale. Tous ces yeux partout ! Et pas le moindre dans ses orbites vides. Zephyr en eut la chair de poule. Et plus encore lorsque la créature aux allures de fillette annonça qu'elle devait les tuer. C'était débile ! Pourquoi les torturer de la sorte pour les tuer comme ça, aussi simplement ?

Mais Zephyr n'eut pas plus le temps de se poser de question car Ian, toujours aussi réactif, mit son petit grain de sel dans l'histoire. Et la façon qu'il avait de prendre la chose était... surprenante. D'autant que pour gagner du temps, c'était juste impeccable. Et la complicité qu'il entretenait déjà avec Julian le fit doucement sourire. Il savait bien que ces deux là étaient nés pour être amis.

Lorsque Ian revêtit son costume, il ne put s'empêcher de pouffer entre ses mains. Son problème psychologique était plus grave que ce qu'il avait cru en fin de compte. C'était pas seulement de l'hyperactivité... mais il n'aurait pas su dire ce qui ne tournait pas rond chez ce type. Au moins, ça semblait faire marrer la gamine. Peut-être arriverait t-il à lui ôter de la tête l'idée de les tuer.
Les bras croisés, il regarda Ian chanter à une vitesse qu'il n'aurait pas cru capable. Lui-même n'aurait jamais essayé.
Encore un phénomène sans queue ni tête, une télécommande atterrit comme par magie dans la main de l'hyperactif. Piège ? Ou pas ? Et bien sur, Ian ne se méfiait de rien !
« Euh Ian … Tu devrais peut-être pas... »
Trop tard. Beaucoup trop rapide, voilà que le jeune homme se servait déjà de son nouveau gadget. Et l'effet fut plus que surprenant. La fillette semblait prise de frénésie.
Tourbillonnant toujours de plus en plus vite, c'était étourdissant à regarder. Et la cacophonie qui accompagnait cette danse folle était juste insoutenable. Venant plaquer ses mains sur ses oreilles, Zephyr assista à l’inévitable. La fillette rendit l'âme et le massacre s'arrêta enfin. Laissant retomber ses bras le long de son corps, il resta planté là sans trop savoir ce qu'il convenait de faire.
La réflexion de James était des plus inquiétantes. Mais encore une fois, les événement s’enchaînaient trop vite. L'eau montait. Était-ce la même que celle de la piscine ? Aucune idée. En tout cas, comme sortit de la scène de star wars dans laquelle Luke était piégé dans le vide ordure avec Solo et Leïa, un tentacule commença à entraîner l'un des leurs.

Yoake semblait prête à en découdre. Zephyr commença à se diriger vers elle pour lui prêter main forte. Mais il sentit quelque chose de gluant s'enrouler autour de sa jambe, passant sous le pantalon et lui enserrant tout le mollet. La pression qui s'exerça était si forte qu'il laissa échapper un cri. Un cri qui fut vite étouffé lorsqu'il se retrouva à plat ventre, de l'eau jusqu'au nez. Il se retourna pour essayer de prendre une inspiration, le tentacule tentant de l’entraîner il ne savait où. Il semblait que des tentacules surgissaient de partout.
« Mais c'est pas bientôt fini ces conneries ! J'en ai ma... » Il bu à nouveau la tasse puis se redressa pour attraper le tentacule qui l’entraînait de même que les autres. Il n'avait rien qui aurait put lui permettre de s'en débarrasser.

Inexorablement, le tentacule l’entraînait vers la piscine d'où il s'était extirpé peu avant. Impuissant, il tentait de se raccrochait à ce qu'il pouvait, mais il ne trouva rien tandis que Yoake semblait avoir trouvé un échappatoire. Mais déjà il se retrouvait à patauger en eau profonde, retour à la case piscine. Les yeux qui nageaient paisiblement un peu plus tôt, étaient comme agités. Ils tournaient furieusement et étaient teinté d'une affreuse lueur rougeâtre dans leur iris. Bientôt, le tentacule allait l’entraîner vers le fond de la piscine. D'ailleurs y avait t-il un fond ? Car avec cette obscurité, c'était difficile à dire.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   Jeu 21 Juil - 23:40

Quand Anastasia découvrit l'allure de la petite fille elle fit un bond en arrière; s'en était trop.
Instinctivement elle se réfugia à côté de Yoake afin de la soutenir dans cette nouvelle épreuve sanglante; à croire que cette maison lui en voulait personnellement !
Quand elle assista impuissante au manège de Ian elle crut qu'elle était dans un hôpital psychiatrique; ce type était vraiment timbré. Quoique... La chanson avait l'air de plaire à l'étrange gamine puisqu'elle dansait oubliant sa mission.
Qui était-elle ? Et surtout, qui était son maître ? Le propriétaire de cette demeure infernale ?

Elle regarda les autres prête à poser ces questions à voix haute mais ce fut impossible; l'hyperactif venait de faire apparaître une manette télécommandée et ce fut comme si les choses s'accéléraient; certainement un de ses pouvoirs.
En attendant tout ce bruit - car on pouvait plus parler de musique – devint rapidement insupportable à tel point qu'elle dû se boucher les oreilles jusqu'au moment où la fillette tomba au sol, sans vie.
Eberluée, Anastasia fit un pas tout en contemplant la scène avec horreur: c'était une enfant tout de même, ne fallait-il pas lui porter secours ?

Une fois de plus, il lui fut impossible de réagir, tout se passait à la vitesse de l'éclair.
De l'eau mêlée de sang montait, James fut attrapé par une tentacule avant se transformer en Jules, Yoake partait elle aussi au combat plus livide que jamais avant de se réfugier dans un conduit et Zephyr se faisait emporter dans la piscine où les yeux, comme éveillés tournoyaient autour de lui avec une rapidité grandissante.

Bras ballants elle regardait tout ce capharnaüm, incapable de réagir: qui devait-elle sauver en priorité ?
Jules ?
Le bras tentaculaire qui le retenait prisonnier lui faisait penser à cette espèce de pieuvre munie d'aiguilles qui fouillait dans les cerveaux. Rien que d'y penser elle en avait des frissons tant la douleur avait été violente; comme tout cela semblait loin... L'église, Leorio, Elypse, la prison et surtout Selene...
Le jeune homme avait l'air d'arriver à s'en sortir; de toutes façons elle n'avait pas d'arme, elle n'aurait été d'aucune utilité.
Yoake les appelait, devait-elle la rejoindre ?
Elle fit un mouvement vers sa direction et stoppa net; elle avait l'étrange impression que la jeune Asiatique s'éloignait tout doucement dans un brouillard.
Anastasia se frotta les yeux avant de fixer à nouveau la jeune fille qui s'effilochait comme un nuage. Rêvait-elle ou était-ce un nouveau sortilège de cette foutue maison ?
Elle était bien incapable de répondre à cette question alors elle se concentra sur Zephyr mais les globes oculaires qui surnageaient lui faisaient penser à Simon, son jeu machiavélique, la poupée vaudou et donc encore et toujours à Selene.
Elle soupira de désespoir car elle venait de se rendre compte qu'elle était incapable de vivre, incapable de se défendre et incapable d'aider les autres sans son amie, sans cette tendresse très spéciale qui les liait.
Où était-elle ? Pourquoi ne répondait-elle plus à ses incessants appels télépathiques ?
Avait-elle rencontré quelqu'un de mieux et avait-elle décidé de coupé le filin doré qui les unissait ? Pire, était-elle morte ?

Son regard paniqué et emplit d'angoisse fit le tour du lieu avant de se poser sur Julian qui ne la voyait pas, il était donc inutile de compter sur lui.
Sans idée, dansant d'un pied sur l'autre elle passait son temps à hésiter sans rien faire de concret.
Si l'adolescente tant chérie avait été là, elle aurait tout de suite su qu'elle attitude adopter mais là...
Elle resta immobile un long moment à contempler le drame qui se jouait sous ses yeux, se disant qu'il lui serait impossible de survivre indéfiniment sans Selene.
Toute joie l'avait quitté, elle se retrouvait comme un poids mort, elle se sentait moins que rien et ne désirait plus qu'une chose: la retrouver ou mourir.
Une fois encore elle tenta une communication et lança mentalement:
« Selene, où es-tu ? Reviens je t'en supplie, je n'arrive pas vivre sans toi, je t'aime... »
Pink-daddy se manifesta mais elle ne l'entendit pas; un brouillard de larmes emplissait ses yeux ternis par la douleur et la solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le labyrinthe de l'horreur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le labyrinthe de l'horreur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Petits boulots-
Sauter vers: