AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Tels des oiseaux en cage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dakota Earnshow

avatar

Maladie mentale : Phobophobie

Messages : 481

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1850 rubz

MessageSujet: Tels des oiseaux en cage...   Mer 27 Jan - 19:14

>> En provenance de Dreamland

Pendant que James courrait partout, l'air plus extatique que s'il s'était trouvé sous GHB, Dakota s'était assise au bord du trottoir et regardait passer les gens. Ou plutôt regardait les gens la regarder pendant qu'ils passaient à ses côtés. Elle se sentait observée, oppressée, contrôlée. L'envie de hurler était si forte qu'une boule douloureuse s'était formée au creux de sa gorge. Peu importe sous quel angle elle examinait la situation, l'adolescente ne voyait pas de moyen sûr de sortir tout le monde. A vrai dire elle n'était même pas certaine de pouvoir faire s'échapper quelqu'un d'autre qu'elle-même.

Alors qu'elle listait mentalement tous les plans d'action potentiels que lui offraient ses dons et ses possessions, son meilleur ami revint à elle pour lui offrir... des élastiques fantaisie. Elle détestait s'attacher les cheveux et ne le faisait que lorsque c'était exigé par ses parents, par soucis de présentation lors de dîner avec des clients ou partenaires importants, mais avant même d'avoir pu le signaler, le psychotique était reparti comme une flèche pour ne revenir qu'avec la casquette la plus immonde sur laquelle Dak' avait pu poser ses yeux. William en restait sans voix lui aussi, visiblement.

- C'est... gentil. Même si je ne m'attache pas souvent les cheveux. La sensation est désagréable au possible, mais j'apprécie l'intention. Par soucis d'économie, il resterait plus judicieux de les ramener pour te faire rembou...

Avant d'avoir pu finir sa phrase, elle ouvrit les yeux sur la lumière aveuglante des néons accrochés au plafond. La phobophobe leva sa main pour se protéger de l'agression visuelle et remarqua les différents dispositifs qu'on avait jugé bon de lui ficher sur et sous la peau. Qui était ce « on », où elle pouvait bien se trouver et pourquoi... ces trois questions eurent à peine le temps de fleurir dans son subconscient qu'une voix l'interpella sur un ton sérieux qui ne tolérerait pas un refus de sa part.

- Melle Earnshow... Dakota, vous permettez ? Il va falloir que nous nous entretenions quelques instants.

La gamine leva les yeux pour découvrir un afro-américain en costume impeccable et une femme de la cinquantaine tirée à quatre épingles. Sur sa droite, à côté du lit d'hôpital où elle se trouvait encore allongée se tenait le Dr Thores dont l'état de fatigue nerveuse se devinait sans mal. Derrière elle, un homme rangeait du matériel médical en sifflotant un air de pop sur lequel Dakota n'arrivait pas à mettre le doigt. Probablement celui qui l'avait pourvu de tous ces nouveaux « appendices ».

A la question posée, elle ne répondit pas, se contentant de fixer les deux agents jusqu'à ce que l'homme se remette à parler. Elle ne comptait pas participer à cette mascarade en offrant un accord qui n'était en réalité pas nécessaire. Qu'elle le veuille ou non, on lui imposerait ce qui semblait être un interrogatoire et vu la présence de la psychiatre, elle avait bien peur d'en connaître la raison.

- Je suis l’inspecteur Mahone et voici l’inspecteur Jones. Nous sommes du FBI. 

Nouveau silence que se solda par un raclement de gorge gêné de Mahone et une œillade agacée de Jones. La phobophobe ne s'en formalisa pas, conservant son visage de marbre alors que lentement mais sûrement, le malaise traçait son chemin dans son cœur. Trop d'angoisses potentielles sur son avenir, sa sécurité ou même celle de James. Et à son grand dam, le moniteur à sa gauche trahissait ce que son expression tentait de masquer.

- N'ayez pas peur Dakota, nous ne vous voulons pas de mal. Mais l'intégrité de la sécurité du pays est en jeu et nous avons besoin d'éclaircir le mystère qui entoure les récentes perturbations.

- Je n'ai aucune idée de ce dont vous parlez, de l'endroit où je me trouve, de la raison pour laquelle vous m'y retenez et de l'intégrité de mon corps après vos... opérations, quelles qu'elles soient. Alors malgré tout le respect que je vous dois, si quelqu'un mérite qu'on l'éclaire ici, c'est moi.

Le duo d'agents échangea un regard où se lisait le doute. La femme prit toutefois les devants, largement moins convaincue que son collègue par ce mensonge pourtant crédible.

- Ne jouez pas à ça avec nous. Nous avons des enregistrements de caméras de sécurité sur lesquelles on voit voit en compagnie de nombreux patients du docteur Parkinson sortir du cabinet et monter dans votre véhicule personnel. Des gens que vous ne connaissiez théoriquement pas. Des gens qui, d'après d'autres enregistrements, étaient dotés de mutations évidentes.

La femme tira d'une enveloppe des clichés de Yoru alors qu'il utilisait ses pouvoirs en public, probablement involontairement. Intérieurement, Dakota fulminait. Si le faire descendre avait semblé judicieux de prime abord, elle commençait sérieusement à regretter sa décision. Le moniteur ne se privait d'ailleurs pas de signaler à quel point Jones avait fait mouche. Un sourire satisfait étira les lèvres de cette dernière qui ajouta, pleine de suffisance :

- Bien. Maintenant que nous sommes tous d'accord sur le fait que mentir est inutile, nous allons pouvoir entrer dans le vif du sujet. Cette conversation sera bien sûr enregistrée et nous sommes en ce moment même observés par un membre du gouvernement. Nous pouvons commencer ?

Jamais Dakota n'avait autant regretté d'avoir retrouvé son ombre. Elle se serait fait un malin plaisir, le cas échéant, d'insuffler une peur viscérale dans cette femme exécrable pour le simple plaisir de voir son visage se décomposer. Son regard glacé fut pendant de longues secondes la seule réponse donnée, après quoi elle consentit à desserrer les lèvres pour lâcher avec aigreur :

- Comme si j'avais le choix.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Tels des oiseaux en cage...   Jeu 28 Jan - 16:57

Excité comme une puce James courait à travers le magasin, et ce que les personnes normales trouveraient immondes étaient magnifiques à ces yeux. Il était content de ces achats et de ces cadeaux. Dakota le remercia, mais n'avait pas l'air d'apprécier les élastiques. Pourtant l'adolescent était persuadé que c'était plus commode dans ce pays mais manifestement il s'était trompé. Son interlocutrice n'avait même pas pu finir sa phrase qu'elle disparaissait comme par magie.

- Dakota ?

James regarda autour de lui mais il n'y avait aucune trace de sa meilleure amie. Est ce que c'était un coup du Marchand de Sable ? Il les avaient encore séparés ? Ou bien peut être s'était elle réveillé ? L'adolescent n'eut pas le temps de se poser plus de questions qu'il s'évapora à son tour vers le monde réel. Fini les habits et les maisons colorés, place à la lumière aveuglante et au mur blanc.
Il eut du mal à s'habituer à cette soudaine lumière et remarqua que ensuite qu'il avait des drôles trucs branché sur lui. Il avait déjà vu ce genre de chose à la télé, et ça sentait pas bon du tout.

Une voix se fit alors attendre, faisant remarquer à James qu'il n'était pas tout seul.

- Mr Brooks ?

L'interpellé leva son regard paniqué vers son interlocutrice. Elle était habillé comme les détectives dans les séries. Il y avait un homme aussi avec elle.

- N'ayez pas peur, on ne vous veut aucun mal...Je peux vous appeler James ?

Ce dernier hocha machinalement la tête. La peur lui nouait la gorge et les entrailles. Il allait finir disséquer puis jeter au fond d'une rivière. Sa mère le chercherait partout, effondrée par la disparition soudaine de son fils.

- Je suis l'agent Jones et voici l'agent Mahone, nous sommes du FBI.

C'était bien ça. Et ce qui était censé le rassurer, faisait tout le contraire. Face au mutisme de James, la dame reprit.

- Nous enquêtons sur une affaire assez spéciale. Des personnes se sont retrouvé du jour au lendemain avec des pouvoirs et nous essayons de comprendre. Est ce que vous voulez bien nous aider James ?

Ce qui était censé être une sorte de rêve, un autre monde rien qu'à eux, se transformait en cauchemar. L'adolescent n'avait aucune envie qu'on lui vole son Pays du Bonheur ni qu'on empêche Dakota de guérir. Il supposait que sa meilleure amie avait été elle aussi interrogé, comme beaucoup d'autres voyageurs. Il fallait prévenir ceux qui n'avaient pas encore été attrapé.

Une ombre attira son attention, dans un coin de la pièce Jules était apparue. James ne put empêcher un sourire discret de s'afficher sur ses lèvres et il se sentait tout d'un coup rassuré. L'agent Mahona suivit le regard de l'adolescent mais ne voyait rien d'autre que du vide. Le voyageur ne comprenait pas comment Jules avait fait pour rester invisible aux yeux des autres, mais ça lui donnait un coup d'avance.

- Vous voyez quelque chose James ?

Ce dernier tourna son regard vers les deux agents.

- J'ai vu beaucoup de choses. Vous voulez que je vous parle de Dreamland ? Je vais vous parlez de Dreamland.

Le duo échangea un regard, surpris aussi par le changement de comportement soudain du sujet. Il y avait quelques secondes il était tout tremblant et maintenant il paraissait détendue et sur de lui. Avait il utilisé un pouvoir sans qu'ils s'en rendent compte ? La femme reprit ses esprits.

- Très bien, racontez nous tous. Mais sachez que cette conversation est enregistré et que nous sommes observé par un membre du gouvernement en même temps.

James hocha la tête. Il ne comptait pas leur raconter la vérité, une semi car sans doute des voyageurs avaient déjà raconté leur vie à Dreamland. Et puis lui, il était pas malade comparé aux autres. Il était l'exception avec Jules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
 
Tels des oiseaux en cage...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: San Francisco :: Centre de la C.R.E.M.-
Sauter vers: