AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Lun 18 Jan - 20:05

Jade avait confirmé qu’il pouvait tous venir avec elle à Techyo et Yoake aurait bien pris le temps de lui répondre, si le combat ne s’était pas engagé à ce moment là.

Outre Ian qui était partit précipitamment, ils étaient quatre pour se défendre : Sydney avait revêtu sa couronne de méduse et il s’aidait de ses serpents pour affaiblir les bêtes d’ombres, Melena s’était armée de deux lampes torche et Jade… Jade s’était transformé en loup garou, était-ce vraiment l’un de ces pouvoirs ? Ça ne lui ressemblait pas pourtant, Mais Melena venait de l’appeler Elie. Où était Jade dans ce cas ?

Elle n’eut pas le temps de répondre à cette question, les bêtes se sont dirigées avec violences vers le loup garou et Yoake en profita pour les achever. Une, deux, trois… Flaques d’un noir sombre. Cette technique était des plus efficaces, mais Yoake avait oublié quelque chose en se lançant aussi rapidement dans la bataille.

Par exemple, qu’il n’y avait pas de combat sans une goutte de sang versé. Le liquide rouge de la blessure de Melena avait dégouliné sur son propre bras. Et Yoake s’en rendit compte bien plus tard, quand elle était déjà a plusieurs mètre de la thanatophobe pour attaquer une nouvelle bête. Quand elle vit enfin le sang, la tension monta en elle : était elle blessée ? Elle recula de quelques pas et elle eu une vision générale sur le combat. La nausée l’envahit en sentant le sang dégouliner de son bras mais ce n’était rien à côté de ce qu’elle ressentit, quand elle aperçut la blessure de Melena à l’épaule, ni quand elle vit les entailles sur le loup-garou.

- le s…

Commença t-elle d’une voix faible et paniqué, il y avait trop de sang. Une fois de plus, elle se sentit partir, noyée sous les flots rouges de sa vision. Ce n’était pas le moment, ça ne pouvait pas être ça, pas en plein combat. Elle se devait d’être forte, elle ne pouvait pas faiblir pas maintenant. Pourtant, il y en avait partout à présent la forêt était rouge sang, au loin le combat se terminait, mais Yoake ne s’en rendit pas compte, le sang montait à présent au dessus de ses genoux.

*Ce n’est qu’une vision, tu peux le faire, retourne à la réalité, réveille-toi Yoake*

Mais rien à faire, sa vision ne la laissait pas tranquille, le sang l’engloutit bientôt la faisant hurler de l’intérieur. Ils était tous là, tous aussi horrible les uns que les autres. Accrochés à elle l’homme et la femme qu’elle avait tué la regardait un sourire mauvais aux lèvres, leurs sang la souillait une fois de plus. Au loin sa famille la regardait de leurs yeux mort il ne faisait rien, comme si c’était normal qu’elle souffre.

- ton sang, est maudit depuis bien trop longtemps.

Répétèrent-il en tirant plus fort pour l’enfoncer dans le réalisme de sa vision. Au loin, au travers du voile rouge, Yoake aperçut Ian, toujours aussi souriant, Il y avait aussi Melena qui était immobile son arme tendu en direction d’un serpent. Il y avait aussi Sydney et Jade ou Elie il fallait qu’elle les rejoigne, mais…

- maudit, maudit, maudit…

Elle était faible bien trop faible, ses membres qui baignaient dans le sang pesait lourd, mais elle ne voulait pas s’abandonner à cette folie, elle ne voulait plus perdre la notion des choses comme la dernière fois à l’hôpital.

Dans le monde de Dreamland, Yoake marmonnait une fois de plus des paroles incompréhensible, les yeux écarquillés, ses muscles tendus, l’une de ses mains tenait fermement sa lampe tandis que l’autre frottait le sang sur son bras. Malheureusement, au lieu de le faire disparaître, elle l’étalait sur son bras, laissant au passage quelques plaques rouges, preuve de la force qu’elle mettait dans ce geste. En fait, n’importe qui pourrait la penser folle à cet instant.

Une silhouette s’approcha d’elle sans que la Japonaise sache si c’était réel ou non. Elle saisissait ses mains et parlait, mais l’hématophobe se sentait incapable de réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mar 19 Jan - 22:24

Les bêtes d'ombres bondissaient vers elle sans qu'elle ne les remarque. Pas avant que leurs crocs se plantent dans sa chair en tout cas. Sans sourciller malgré tout, Elie leur fracassait les côtes, tentait de broyer leurs crânes ou les envoyait voler dans les fourrés. Pendant qu'elle était aux prises avec au moins quatre bêtes, un blaireau habillé en pirate lui demanda de se tourner en l'appelant Jade. En guise de réponse, le lycanthrope attrapa un monstre par le cou et le tendit dans sa direction jusqu'à ce que la lumière des torches le fasse couler entre ses doigts velus. Le liquide noirâtre collait ses poils qui s'aggloméraient de façon répugnante. Autour de ses plaies, le sang avait visiblement la même stratégie. Sans en tenir compte, la mauvaise jumelle continua à se battre jusqu'à ce que tous les ennemis soient morts ou enfuis.

Ensuite ? Le silence et la douleur. Maintenant qu'elle n'avait plus à se débattre pour survivre, ses blessures se rappelaient douloureusement à elle mais ça n'avait rien à voir avec l'horreur qu'elle avait vécu une heure plus tôt, lors de la transformation de sa marque. Elle était d'ailleurs en train de relativiser sur le sujet quand Melena lui octroya un remerciement arraché à la pince chauffée à blanc. Elie, quant à elle, se contenta de la fusiller de son regard lupin, toisant la nécrophobe du haut de ses deux mètres. Le souvenir de sa trahison était encore trop frais pour qu'elle lui pardonne.

Alors qu'un abruti peroxydé ramenait sa fraise en offrant une prime de 20 rubz pour qu'on récupère sa cuisse de dinde, la psychotique reprit progressivement son apparence humaine. En sous-vêtements, bien évidemment. Pestant contre la terre qui s'infiltrait entre ses orteils, El' ne remarqua que Mel' avait sorti son arme uniquement lorsque la détonation retentit dans la jungle étouffante.

- Génial, vas-y ramène nous d'autres saloperies sur la gueule Calamity Jane !

Bizarrement, le corps de la nécrophobe ne réagit pas à la pique. Il resta immobile, végétatif, avant de s'écrouler par terre pendant que la voix de sa propriétaire sortait du cadavre du serpent. BAE, la mauvaise jumelle ne rechercha même pas d'explication. Elle était trop fatiguée... trop rodée à ce monde de merde, aussi.

- T'es dans un serpent crevé, voilà ce qui t'arrive.

Elle haussa les épaules en signe de désintérêt total mais grimaça lorsque son geste tira sur ses plaies. Et rien pour se soigner dans sa petite culotte, forcément. Elle jeta un coup d'oeil aux alentours pour voir si l'un des potes de son double avait de quoi effectuer les premiers soins et c'est seulement alors qu'elle remarqua à quel point les gens fixaient son visage. Elle haussa un sourcil, aussi agacée qu'intriguée.

- Quoi ? J'ai un truc sur la gueule ?

Le fait était qu'elle n'avait PAS quelque chose sur le visage mais impossible de le réaliser sans avoir toutes les cartes en main. Là où les membres du groupe avaient l'habitude de contempler le visage factice de Jade, ils voyaient à présent la véritable apparence des jumelles. Un peu trop même, vu la tenue plus que minimaliste de l'adolescente. Vu la chaleur ambiante, être aussi peu vêtue ne la dérangeait pas. L'absence de chaussures par contre... c'était dans ce genre de moment qu'on voulait voir une paire de rangers tomber du ciel. Hélas, le cadeau qui se matérialisa dans ses mains ne contenait qu'un sac à dos dont elle n'avait aucune utilité. Elle le balança avec dédain par terre, personne ne lui reprocherait de polluer et si l'un de ces clampins en voulait, il pourrait toujours le ramasser.

Il lui faudrait donc marcher pieds nus. Cette simple idée la mettait dans une humeur encore plus massacrante. Entre la boue, des racines, les pierres et ces putains d'insectes, elle n'aurait plus qu'à marcher sur les mains pendant les deux prochaines semaine.

- Voyager de nuit... putain de conne ! Comme si la jungle était pas assez dangereuse comme ça de jour... et c'est qui qui se retrouve dans la merde au final ? Moi, comme d'hab' ! Elle me pète les burnes putain ! Elle jeta un regard furibond aux autres avant de leur cracher : Et aucun d'entre vous ne lui a dit que c'était une idée de merde, hein?

La mauvaise jumelle commença à avancer en boitillant, ignorant magistralement les demandes de Ian comme la crise de Yoake ou la détresse de Melena. Chier ! Elle aurait pu être tranquille dans son lit mais non ! Elle allait pas s'amuser à gérer les problèmes de détraqués du bulbe en plus de ça, fallait pas déconner ! Après quelques pas, elle se fracassa le gros orteil sur une pierre et se mit à jurer comme un charretier. Figée, elle inspira profondément dans l'espoir de ne pas tuer la première personne qui oserait lui demander si ça allait puis... elle se souvint de quelque chose.

- Ah ouais c'est vrai, je peux faire ça...

Tout ce qu'elle avait à faire, c'était se représenter ses baskets. Ses préférées, celles qu'elle portait le jour de son rendez-vous chez Parkinson. Si sa paire chimérique était partie en lambeau lors de sa première transformation, celles de Jade étaient encore intactes. Peut-être que si elle se les représentait assez bien, elle pourrait reproduire l'exploit de la batte de base-ball. Elie ferma les yeux, se représenta aussi bien que possible la paire de chaussures et elle put bientôt sentir le contact de la semelle sous la plante de ses pieds. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, ce fut pour découvrir une paire de baskets blanches à ses pieds, exactement comme dans ses souvenirs. Elle n'avait peut-être toujours rien de décent sur le cul, mais elle était prête pour cette marche nocturne.


Dernière édition par Jade Martins le Mar 19 Jan - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mar 19 Jan - 22:24

Le membre 'Jade Martins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Super joyeux noël' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mer 20 Jan - 16:58

L'agitation du combat retomba aussi rapidement qu'elle était arrivée, laissant le groupe dans un silence oppressant seulement entrecoupé de piques et de mines déconfites.
Sydney, assez échauffé par cet affrontement inopportun, supportait peu les états d'âmes des autres voyageurs. Entre ceux qui râlaient, ceux qui faisaient des crises de nerfs et Ian qui déblatérait encore des idioties, il y avait de quoi désespérer.

Le coup de feu de Mel' fut l'événement qui acheva de mettre les nerfs du pirate à vif, sursautant au son du revolver. C'était décidé : ils pouvaient toujours se brosser pour bénéficier de sa trousse de soin. Il rangea sa couronne de Méduse et remit le sac sur son dos. Au moins, la fille qui avait remplacé Jade savait dire les choses sans détour mais la mauvaise humeur de celle que le corsaire devinait être liée à Milly ne lui permettait pas de gagner de bon point dans le cœur du capitaine pour autant. Lorsqu'elle demanda sur un ton accusateur si quelqu'un avait averti la mythomane de la dangerosité de la jungle, Syd' leva la main nonchalamment.

- Moi si mais on m'écoute jamais.

Juste après sa déclaration concise, il se remit en route direction Miquiztli après un rapide regard méprisant en direction de Mel, Ian et Yoake. Marre de me taper des guignols h24.
Il n'attendit pas non plus Elie qui marqua une pause pour une raison qui ne l'intéressait pas le moins du monde. Si tout ça était arrivé, c'était à cause de Ian et de ses gamineries. Et hors de question de se traîner Yoake tétanisée ou Melena reptile. Il préférait encore faire le reste du chemin seul : la probabilité de se faire attaquer était toujours plus basse que s'il était resté auprès du groupe à attendre que chacun soit disposé à continuer.

Sur le sentier sinueux qui s'enfonçait dans la jungle, il croisa le chemin des fourmis dont parlait Ian. Effectivement, ces saletés étaient énormes. Le paranoïaque s'arrêta quelques secondes et soupira longuement.
- Pourquoi est-ce que je fais ça..?
Il ressortit sa couronne et dirigea les serpents vers la boite coincée à l'entrée de la fourmilière. Les reptiles s'attelèrent à faire diversion tandis qu'un autre cheveu solitaire subtilisait la boîte aux insectes grouillants. Une fois le tupperware en sa possession, il continua son chemin. Ian n'avait qu'à faire attention à ses affaires ; il la lui demanderait s'il y tenait tant que ça. Le pirate, quant à lui, estimait qu'il n'avait pas envie de faire demi-tour pour aller lui donner directement. Ce n'était pas à lui de faire un effort là-dessus mais aux traînards inconscients qu'il avait laissés derrière lui.

La lueur de sa lampe torche illuminait juste assez la route pour que le capitaine au bandana puisse distinguer où il mettait les pieds. Il n'avait pas à proprement parler hâte d'atteindre Miquiztli mais tout du moins était-il pressé de pouvoir retrouver le calme d'un groupe plus restreint et moins problématique. Bien sûr, encore une fois, on l'accuserait de ne penser qu'à sa pomme et d'être un monstre sans aucune considération pour autrui... mais n'était-ce pas là la nature humaine, justement ? S'il avait fallu l'attendre lui, ils auraient fait la même chose : ils l'auraient abandonné sans remords. Sauf peut-être l'hyperactif qui semblait être de ces gens-là qui s'accrochent à tout et n'importe qui sans raison.

Le pouvoir qu'avait utilisé la remplaçante de Jade avait pourtant intrigué le pirate. Un pouvoir de Noël, vraiment ? En tout cas, ça y ressemblait. Sans vraiment y croire de prime abord, il essaya, lui aussi, de se concentrer en visualisant un paquet cadeau. L'objet apparut devant lui et, faute de mains pour le rattraper, heurta le sol dans un bruit mat. Sydney se pencha pour le ramasser et procéda à son déballage tout en marchant, ce qui était assez difficile à une main. Peu importait le contenu dont il comptait lui aussi se défausser s'il ne lui était d'aucune utilité, ce qui comptait ici, c'était la validation de sa théorie selon laquelle un pouvoir ne signifie pas nécessairement une pathologie. Si n'importe quel voyageur pouvait développer des pouvoirs de ce genre, alors ses propres pouvoirs s'expliquaient eux aussi relativement à des événements précis ou par rapport à des facteurs dont il n'avait pas encore connaissance. Seule sa méfiance - légitime - semblait avoir modelé ces derniers de sorte qu'ils lui correspondent mais au moins il pouvait à présent être certain qu'il ne souffrait d'aucune maladie, à l'inverse de James dont la schizophrénie le rendait incapable de prendre conscience de sa tare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mer 20 Jan - 16:58

Le membre 'Sydney Miles' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Super joyeux noël' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Sparrow

avatar

Maladie mentale : TDAH (Trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité)

Messages : 178

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Dim 24 Jan - 17:44

A peine Ian avait-il évoqué son deal qu'un silence lourd plana dans l'atmosphère exactement comme dans les western juste avant l'arrivée du méchant.
Tout à coup, Melena qui se prenait certainement pour Ellen dans le film Mort ou vif, le mit en joug avec son flingue.
Tout en levant les mains en l'air il bredouilla: ok, ok, 50 rubz, alors...
Mais la Trop Belle était rude en affaire, cela n'avait pas l'air de lui convenir puisqu'elle gardait son regard assassin.
N'ayant rien de mieux à proposer pour une vulgaire cuisse de dinde aux prises avec des fourmis, il se résigna donc bravement à quitter ce monde en récitant:
Notre père qui êt'z'ô cieux, restez-y
Que votre non soit sanctifié
que votre araignée vienne
sur la terre comme au ciel...

Et ce jusqu'au « ainsi-soit-il » d'usage, afin d'attendrir le groupe.
Malheureusement personne ne bougea pour lui, pas même l'espèce de loup-garou en slibard de fille qui lui rentrait dans la raie de ses grosses fesses.
Ce serait-il qu'il soit mal aimé à ce point ? Il avait pourtant tout fait comme il faut pour s'intégrer honorablement; vraiment il ne comprenait pas cette haine subite...

Le coup partit, la balle siffla au niveau de ses chevilles; ça y est, il était mort, presque enterré et les hyènes pourraient bientôt venir le bouffer en ricanant tandis que son patron graverait « RIP Ian Sparrow » sur une écorce et que Yoake verserait une larme sur sa tombe, une rose blanche à la main.
Il attendit quelques secondes histoire de bien hurler synchrone avec l'arrivée de la douleur... Rien, pas même l'embryon d'un malaise, juste une piqûre de moustique supplémentaire.

Il songea à regarder ses pieds persuadé que Melena lui avait au moins niqué sa paire de baskets toute neuve; même pas.
C'est alors que tout autour de lui vira à la folie vitesse grand V, comme s'ils s'étaient donnés le mot pour le railler.
Dans l'ordre ou dans le désordre, il ne savait même plus, un serpent géant avec un trou dans la tête, grand comme un bol, gisait à sa droite tandis que Melena disparaissait comme plongeant dans le corps du-dit reptile.
Simultanément, venant il ne savait d'où, du sang gicla sur l'Asiatique qui se mit à lancer des invectives sataniques, répandant de sa main l'hémoglobine partout sur son corps avant de tomber en crise d'apoplexie-cataleptique-apocalyptique de tout son long sur la terre battue alors que dans le même intervalle, le loup pédé se transformait en Milly... Non, en Milly sans masque...Non, en quelqu'un d'autre qui était aussi elle même mais pas en personne puisqu'elle s'appelait Elie - la fameuse soeur ? - tailladée, ensanglantée et qui gueulait après tout le monde pire qu'un charretier et même pire que lui car lui, il y mettait les formes dans ses gros mots, bloody hell !
A peine le temps de souffler que subito presto, le Capitaine prenait ses clics et ses claques avant de déguerpir subrepticement-fièrement, le laissant se dépatouiller avec le beau merdier qu'il avait sous les yeux.
D'accord il avait postulé pour un emploi de mousse mais pour passer la serpillère pas pour s'occuper du maelström sans nom provoqué par l'hystérie collective de trois filles !

Curieusement, le langage - d'un niveau littéraire à la portée intellectuelle de l'hyperactif - d'Elie lui donna le courage de mettre de l'ordre dans la débandade tant il était sûr d'une chose: la communication serait aisée ce qui n'était déjà pas si mal.
Mettant un point d'honneur à nettoyer la scène aussi rapidement qu'elle avait été spoliée, il commença par le commencement: rappeler la fille.
Eh la meuf ! Cria t-il à l'encontre d'Elie qui amorçait un premier pas, tu chies pas un peu dans ton calbutte de sainte vierge, à te tirer comme une péteuse ? Tu pisses le sang et tu ressembles à un garde-manger pour moustique, tu veux attraper le palu ou quoi ? bullshit !
Ne prenant même pas la peine de vérifier si la demoiselle concernée s'était arrêtée d'étonnement ou pas, il claqua des doigts en l'air comme il l'avait fait chez le Père Noël: ce qui avait marché dans les Terres Gelées devaient marcher dans la Jungle et demanda:
Dreamland s'il te plait, une bouteille d'eau, une trousse de soin et des fringues collection printemps été pour fille puis reluquant Elie, il précisa: je dirai taille 36, beau cul bien rond, nibards avenants, juste ce qu'il faut, quoi.
A peine la phrase fut-elle terminée, que les objets commandés tombèrent du ciel.

Avec la rapidité de l'éclair, il ramassa Melena, c'est-à-dire le serpent mort et le balança autour de son cou, c'était toujours ça de sauvé.
Ensuite il rattrapa Elie-Milly la zonarde par le bras et lui annonça: je vais soigner tes putains de blessures à la con alors tu te la pètes pas mijorée comme Melena en radotant « me touche pas » Comme si j'allais te violer, merde, chier !
La-dessus il sortit de la trousse du mercurochrome rouge, du coton et des pansements.
Comme il était pressé, il badigeonna allègrement le corps de la fille qui se mit à ressembler à un peau-rouge et colla du sparadra un peu partout. Comme pour s'excuser il conclut: l'important c'est que tu sois bien désinfectée et bien soignée, je suis pas infirmière moi, fuck.
Puis, présentant le jean et le tee-shirt, il conclut: sape-toi, ça te protégera un peu des bestioles et casses-toi, je vous rattraperait quand j'aurais fini.

Ian était aux petits oignons, il y avait de l'action et se sentait l'âme d'un héros secouriste.
Ayant gardé le meilleur pour la fin, il s'approcha de Yoake et tout en nettoyant le sang avec de l'eau et du coton, il lui parla le plus doucement qu'il put pour la réconforter: il se souvenait très bien qu'elle détestait le sang au point d'avoir été menacée d'internement psychiatrique.
Il ne fallait pas déconner avec ça; en moins de deux, ils la transformeraient en légume lobotomisé saucissonné dans une camisole de force...
Quand elle fut bien propre, il lui tapota le visage et lui enfonça un morceau de son Père-Noël en chocolat dans le gosier, histoire qu'elle reprenne des forces et la mit debout séance tenante en lui disant: dépêches-toi maintenant, j'ai ma cuisse de dinde à récupérer !

Sans plus attendre, sifflotant un air joyeux, il récupéra, outre ses affaires, un sac à dos qui traînait par terre, reprit d'un bon pas le chemin qui menait vers la ville, dépassant Elie à qui il envoya un clin d'oeil complice et, reptile autour du cou, stoppa devant... Pus aucune fourmis, ni pastèque, ni boîte.
Avisant le pirate un peu plus loin, qui semblait contempler des brodequins militaires, il le héla:
hey, patron !!! tu n'aurais pas vu ma cuisse de dinde ?
Foi de Ian, il ne partirait pas d'ici sans avoir récupéré son tupperware !

-----

HRP: 3 achats jeton: 1 bouteille d'eau, 1 trousse de soin, des vêtements féminins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Lun 25 Jan - 18:45

Elie était toujours fidèle à elle-même. Aussi brute et dénuée de tact qu’elle ne l’était quand elles s’étaient perdues de vue. Il y avait bien des choses que Melena avait envie de lui dire, voire même de lui cracher à la figure, mais son esprit était focalisé sur autre chose. Le fait qu’elle se trouvait prisonnière du corps d’un cadavre de serpent. Jamais ça ne lui était arrivé ! Elle supposait que c’était l’évolution de ses pouvoirs mais… combien de temps ? Ça la rendait déjà malade quand sa propre enveloppe était raide morte, là c’était… pire. Avec ses yeux reptiliens, elle voyait sa silhouette d’adolescente effondrée sur le sol, immobile, vide.

*C’est-pas-possible- C’est-pas-possible-C’est-pas-possible* songeait-elle en boucle mais ça ne changeait rien. Alors l’irlandaise ne se formalisa ni du comportement exécrable de Elie, ni de la fuite de Sydney, ni même de Ian qui la prit pour une écharpe. Elle était terrifiée à l’idée de rester ainsi à jamais, dégoutée par sa propre odeur de charogne. Ballotée, elle se sentait vulnérable, fragile et inutile de surcroit. La dernière fois qu’un de ses pouvoirs l’avait autant horrifiée, c’était quand elle s’était vue enfermée dans son coffre. Une expérience qu’elle n’était pas prête à recommencer.

Ce fut dans un état second qu’elle supporta le babillage de l’hyperactif, son langage digne d’un demeuré de cité et ses soins improvisés pour les demoiselles en détresse. Soit dit en passant, son corps gisait toujours au sol, l’épaule lacérée, mais il ne songea pas à la panser aussi. Non. Parce qu’il la croyait morte. Parce qu’elle ETAIT morte. Cette pensée la rendait folle de terreur. Elle regardait partout, aphone, comme si la solution se trouvait là, mais les feuillages plongés dans les ténèbres ne formèrent bientôt plus qu’un tourbillon flou. La jeune fille ferma alors ses yeux de serpent. Priant pour revenir à son corps, mais rien. Elle sentait toujours les vibrations sur la poitrine de Ian quand il parlait et pire : quand il revint sur ses pas soigner Yoake, elle entrouvrit les paupières juste au moment où elle passait au-dessus de son corps végétatif. Ses orbes gris étaient fixés dans le néant. Désincarnés. Elle déconnecta.

Brusquement, elle se sentit tirée en arrière. Comme si tout ce temps, elle était rattachée à un élastique qui venait de casser. Melena reprit bruyamment sa respiration, à croire qu'elle n’avait pas respiré depuis plusieurs minutes. En vérité… c’était le cas. Elle avait fini par perdre la notion du temps. L’hyperactif avait soigné la japonaise puis était parti, emboîtant le pas à Elie et Sydney. L’irlandaise était revenue à elle à ce moment, quand Ian disparaissait sur le sentier, laissant seules Yoake et son corps inerte.

- Putain-de-merde…, souffla la nécrophobe en se redressant.

Sa voix tremblait encore et l’ombre de sa peur pathologique lui donnait des frissons. Son épaule gauche lui faisait mal, mais en quelque sorte, c’était rassurant : elle était vivante. Ses jambes étaient flageolantes quand elle se redressa, il lui fallut même de longues secondes avant d’être certaine de ne pas retomber. Dans sa main droite, son arme semblait lourde, cette expérience l’avait vidée de ses forces. Se pencher pour ramasser ses lampes torches, et éteindre celle qui fonctionnait à pile, fut toute une épreuve.

- Ne regarde pas mon bras, dit-elle à l’adresse de son amie, je saigne… et j’ai pas vraiment le temps de m’en occuper là.

Le silence qui les enveloppait n’était pas rassurant. Il signifiait que leurs comparses avaient pris pas mal d’avance et que, si des prédateurs les attaquaient à nouveau, elles n’étaient que deux. Plus la terreur quittait son sa chair, plus Melena revoyait les choses clairement. Comment diable Elie était-elle arrivée là ? Où était passée Jade ? Une seule personne pouvait répondre à ces questions, il fallait la rattraper. Sa main libre plaquée sur sa blessure pour arrêter le saignement, l’adolescente se plaça exprès dans un angle où son aînée ne pourrait pas la voir.

- Tu vas bien ? Je reste avec toi autant que tu as besoin. Mais si tu es capable de marcher, on ferait mieux d’y aller. Elie se fiche complètement de nous laisser crever dans les bois et, comme tu as pu le voir, Sydney aussi.

Dire qu’elle avait accepté de se réconcilier avec lui ! Chassez le naturel, il revient au galop. Monsieur ne s’intéresse à leur groupe que quand ça l’intéresse mais dès que les choses deviennent compliquées, il se casse. Melena fulminait intérieurement. Elle mourrait d’envie de retrouver sa petite amie pour lui en toucher deux mots et, finalement, laissez le pirate sur le banc de touche. Mais tout devenait prévisible désormais, elle voyait d’ici Jade lui annoncer qu’il fallait comprendre, lui donner sa chance, blablabla… en tout cas, auprès de la thanatophobe, son stock de chances était épuisé. Elle ramassa sa hotte pour la remettre sur son dos, prête à repartir.

- J’te jure, grommela-t-elle, on n’aurait jamais dû le laisser venir. En plus il fait le malin, mais c’est moi qui ai dit la première que ce voyage était un connerie…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mar 26 Jan - 8:12

Elie partit, puis, se fut au tour de Sydney de s’éloigner lassé sûrement de voir leurs faiblesses. C’était peut-être pour cela qu’elle se sentait de plus en plus molle comme si sa force dépendait de l’attention des autres. Pourtant, la silhouette était là, ses paroles résonnèrent en elle et calmèrent ses craintes. Yoake commença à croire qu’il s’agissait de la réalité, elle s’accrocha une nouvelle fois aux paroles douces qu’elle entendait et sa détermination fit le reste, les mains de ses victimes la lâchèrent et disparurent au loin, ses parents et son frère s’approchèrent d’elle, leurs visages inexpressifs de mort étaient tendus vers elle, mais la Japonaise détourna son regard vers la silhouette qui n’en était plus une, il s’agissait de Ian. Le blondinet nettoyait le sang sur son bras, tout en lui parlant, il tentait surement de l’aider et la Japonaise ne savait comment le remercier.

Ses visions lui semblaient de plus en plus dures à supporter, elle avait l’impression à chaque fois qu’on l’enfermait à l’intérieur d’elle-même, et qu’on l’empêchait de quitter cet état. Heureusement qu’elle pouvait compter sur ses amis, car pour le moment, elle n’avait pas encore trouvé le moyen de se débrouiller par elle-même.

* J’ai l’impression d’être une enfant qui ne peut toujours pas vivre sans l’appui de ses parent.*

Hélas, elle n’avait plus ses parents, ils étaient morts depuis bien longtemps maintenant. Et pourtant…

Elle leva alors ses yeux sur le garçon et remarqua qu’il s’appliquait dans sa tâche, ses lèvres s’ouvrir d’étonnement et ses yeux retrouvèrent leurs vivacités, elle commença donc :

- Ian, je…

Mais elle ne trouva pas ses mots, de toute façon Ian avait autre chose en tête. Il tapota son visage puis lui mit directement du chocolat dans la bouche sans qu’elle ne trouve la force de réagir. Elle l’a remis debout et la Japonaise tenta de faire bonne figure, mais sa vue se troubla sous l’effort. Ses visions la fatiguait mais elle se refusait à lui montrer le moindre signe de faiblesse, quand il lui demanda de se dépêcher pour récupérer sa cuisse de dinde, Yoake le regarda sans comprendre, il avait failli mourir à cause d’un serpent mais il ne pensait qu’à manger ?

Elle n’eut pas le temps de poser des questions que déjà, il s’éloignait.

Elle fit un pas pour le suivre, mais sa jambe flancha, l’odeur du sang était toujours présente surement à cause du combat. Elle se redressa à nouveau quand elle entendit la voix de son amie.

- Melena!

demanda-t-elle en tournant la tête vers elle.

Mais la thanatophobe l’arrêta, lui annonçant qu’elle était blessée à l’épaule et qu’elle n’avait pas le temps de se soigner. Yoake sentit sa respiration s’accélérer, mais réussit à se calmer serrant ses poings pour tenter de se contrôler

Elle baissa la tête honteuse de ne même pas pouvoir soigner son amie, ni même la regarder. Elle sentit sa présence derrière elle et ferma les yeux les yeux, comme si elle pouvait tout effacer ainsi.

Aujourd’hui, elle commençait à se rendre compte du poids qu’elle était pour les autres. Pas étonnant qu’il soit tous parti devant. Pourtant, la thanatophobe était là s’inquiétant de son état et proposant même de rester si elle ne s’était pas tout à fait remise…

- Je vais bien, répondit-elle dans un souffle, je me reposerais dans le taxi de Jade. Je… Je suis contente que tu m’aies attendue

Elle ne voulait pas les ralentir, elle comprenait l’inquiétude de la thanatophobe et puis il fallait qu’il retrouve Jade à présent sans compter que la forêt était dangereuse, elle avança un pied puis un autre mobilisant sa volonté pour progresser. Melena, elle, énonça sa colère contre le pirate… une colère qu’elle commençait à comprendre, mais qu’elle ne préféra pas encourager.

- Je devrais au moins pouvoir te soigner, dit-elle soudain, j’ai vu qu’il se passait quelque chose de bizarre, ton corps s’était effondré et moi, j’étais incapable de réagir, incapable de sortir de cette crise par moi-même.


Elle s’en voulait, elle avait l’impression que sa phobie leur causerait du tort un moment ou un autre si seulement elle pouvait contrôler ses crises.

- J’ai peur Melena, j’ai peur que s’il t’arrive quelque chose de grave, je sois incapable de réagir pour t’aider.


La voix de Ian résonna alors à quelques mètres de là au moins n’avaient-elles pas pris trop de retard. Elle attendit la réponse de la thanatophobe, elle avait tellement envie de se retourner, c’était plus simple pour discuter mais savait qu’elle ne supporterais pas de voir la blessure de Melena. C’était pathétique, elle voulait contrôler ses crises, mais ne pouvait même pas regarder son amie blessée en face. Le silence s’éternisait, et Yoake se sentait incapable de le briser… Elle avait dit ce qu’elle avait sur le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Lun 8 Fév - 16:04

La présence de ses vieilles baskets autour de ses pieds meurtris était réconfortante. Ça avait quelque chose de chaleureux, de réconfortant... d'habituel, en fait. Oui, c'était ça. L'habitude. Mais aussi agréable que ce soit, ça ne compensait pas le moins du monde le cirque du soleil qu'elle devait se coltiner. Le pirate avait pressé le pas pour la dépasser, non sans avoir souligné grosso modo au préalable que rien n'était de sa faute. Trop facile. Elle leva les yeux au ciel et continua de marcher dans l'obscurité, serrant les dents pour mieux supporter la douleur, jusqu'à ce qu'une voix l'interpelle dans son dos. S'arrêtant net, la mauvaise jumelle fit volte face pour se retrouver nez-à-nez avec le blondinet à qui il manquait la moitié des neurones.

Plus il parlait, plus le sourcil gauche d'Elie s'élevait jusqu'à rejoindre la stratosphère. A qui il croyait parler, l'abruti décoloré ?! Lorsqu'il évoqua le paludisme, elle exhiba son plus beau doigt d'honneur pour souligner à quel point elle enculait cette maladie, et toutes les autres avec elle. C'était vraiment le cadet de ses soucis. Non, ce qui l'énervait vraiment c'était qu'il la prenne pour une pucelle en détresse, une fille fragile à soigner, une nana qu'on pouvait se permettre d'insulter.

Et c'était qu'il prenait ses aises, en plus ! Voilà qu'il déboulait pour lui attraper le bras, nettoyant les plaies de la psychotique sans même lui demander son avis. Il disait n'être pas professionnel et ça se sentait : il lui faisait un mal de chien. Seule la surprise empêcha Elie de encastrer les bijoux de famille dans sa boite à merde. Ce n'est que lorsqu'on lui fourra des fringues dans les bras qu'elle se défigea, bouillant d'une rage folle.

- Mais il se fout de ma gueule ce blaireau ? Siffla-t-elle entre ses dents alors que Ian allait rejoindre Yoake.

Il continuait vraiment sa vie comme si de rien n'était, se prenant pour un héros du peuple et parfaitement inconscient de s'être montré insultant. Elie avait l'impression de s'être fait cracher au visage. Elle pouvait presque sentir la salive dégouliner sur sa joue, son odeur nauséabonde emplissant ses narines. Ami de Jade ou pas, elle ne pouvait pas laisser passer ça. Trop bon trop con, il paraissait... et il était hors de question d'être prise pour une abrutie.

La mauvaise jumelle rattrapa Ian au moment où il s'adressait à Sydney. Elle lui tapota l'épaule, l'air de rien, et quand il se retourna elle lui adressa une droite surprise avec sa force lycanthropique, si violente qu'elle l'envoya rouler quelques mètres plus loin. Une chance pour lui qu'elle n'ait pas eu son fusil à pompe sans quoi elle aurait été capable de lui ouvrir un troisième œil au milieu du front... ou de ce qui en serait resté, tout du moins.

- Va falloir apprendre à la fermer, connard ! Tu m'as prise pour une Barbie ?! Tu m'habilles et ensuite, quoi, tu me coiffes ? T'as cru que j'avais besoin de ton putain de mercurochrome ? Que tu pouvais me parler comme ça sans que je réagisse ?

Elle cracha au sol dans sa direction, les vêtements encore crispés dans sa main gauche.

- Tu sais quoi ? Je ne suis pas Jade. Je pardonne que dalle. Et si tu veux pas que je te bute tu vas fermer ta gueule et te tenir loin de moi. Et récupérer tes saloper...

Avant d'avoir pu finir sa phrase elle disparut, remplacée par... par rien en fait. Pourtant on pouvait voir des traces de pas hésitantes se former dans la boue, comme si un être invisible se tenait là. Jade, dès qu'elle remarqua Ian à terre, accouru vers lui pour lui tendre la main et l'aider à se relever. Lorsqu'elle se rendit compte qu'il ne pouvait pas voir l'invitation, elle se pencha pour l'attraper et tira tant bien que mal jusqu'à le remettre sur pied. Le pauvre avait l'air assez sonné.

- Tu... tu vas bien ? Les bêtes d'ombre t'ont projeté jusque là ? Demanda la bonne jumelle avec une naïveté déconcertante.

Dans leur dos, Yoake et Melena ne tardèrent pas à les rejoindre. Elles étaient visiblement secouées, sans parler du sang qui inondait la manche de l'irlandaise. La psychotique grimaça à cette vue, submergée par un sentiment de culpabilité. Sa fuite n'avait pas été volontaire mais ça en restait une. Les autres quant à eux avaient dû rester pour combattre. Ils avaient dû affronter l'horreur et ne s'en étaient pas tirés sans dommages. Est-ce qu'ils lui en voudraient ? Est-ce que c'était mal que de s'être soustraite à cette fatalité ? A vrai dire elle n'était pas sure d'avoir la réponse à cette question.

Elle en était encore à se demander quoi dire quand son invisibilité cessa, la dévoilant aux yeux de tous. Aussi fraîche qu'au premier jour. Rouge de honte, aussi. Alors que ses doigts jouaient avec la poche de son jean pour tenter d'évacuer le stress, elle tenta de reprendre les rênes de la situation pour que le groupe se remette en route. Elle aurait tout le temps de trouver ses mots en marchant.

- Erm... bon... je suppose qu'on peut repartir. Elle adressa un regard inquiet à Melena et ajouta : On te soignera dès qu'on sera toutes les deux réunies. Ça marche beaucoup mieux. Je... je ne crois pas pouvoir faire disparaître ça toute seule.

Le groupe se remit bientôt en marche bon gré mal gré et, après une bonne heure de marche, une borne de pierre à moitié couverte de mousse annonçait ce que la nuit et la végétation ne permettait pas encore de distinguer : « Miquitzli : 1km ». Jade se retira quelques instants pour prévenir la résistance que leur groupe arriverait bientôt à destination puis fit de même avec Elie. Le soulagement de quitter la jungle se battait au coude à coude avec l'angoisse de ce qui l'attendait mais, étrangement, elle commençait à se faire à l'idée de devenir une figure majeure de l'Histoire...

Pouvoirs utilisés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mer 17 Fév - 11:54

La paire de rangers était loin d'être l'objet dont le pirate avait rêvé en recevant ce cadeau de Noël, loin de là... Dans un sens, ça pouvait aussi s'avérer très utile pour les longues marches mais il n'avait pas envie de foutre en l'air son déguisement de pirate avec des chaussures aussi anachroniques. De toute façon, ils devaient bientôt être arrivés à Miquiztli, désormais.

L'hyperactif fut le premier à le rejoindre, suivi de peu par les filles. Celui-ci eut le nez creux en lui demandant son tupperware que Sydney lui lança par-dessus l'épaule sans même se retourner.
- Fais gaffe à tes affaires, matelot n'était pas du tout la phrase qu'il avait en tête mais c'était celle qui était la mieux adaptée à son faux-semblant de relation amicale. S'il n'avait pas eu besoin de faire l'effort de passer pour un type sympa auprès de Jade, il ne se serait pas encombré de tant de considérations morales et aurait simplement lâché un « j'aurais pu ramasser d'autres affaires mais j'avais pas envie ».

De toute façon, la forme importait aussi peu que le fond étant donné le remue-neurone physique auquel l'hyperactif eut droit de la part de Jade-Milly-ex-loup-garou. Il jeta un regard distrait au jeune homme à terre qui, manifestement, devait avoir mérité un tel traitement. Hors de question de lui prêter main forte : il risquerait de passer pour un complice de sa connerie et il ne voulait pas s'en prendre une.

- Bon, ça y est ? Tout le monde est à peu près vivant ? Ian, tu restes près du groupe à partir de maintenant ; 'pas envie de te retrouver avec le crâne enfoncé dans ton fondement suite à une attaque de gorille ou que sais-je encore.
Pas non plus envie que l'animal se pointe devant le reste du groupe une fois son odieux forfait commis sur le jeune mousse. Nope !

« Miquiztli : 1km ». Une dizaine de minutes avait suffi pour parcourir ladite distance dans un calme inquiétant qui traduisait à merveille l'anxiété générale mais aussi la fatigue due à l'affrontement contre les bêtes d'ombres.
Bientôt, la cime des arbres révéla les temples bordant la cité de la jungle, ou du moins leur sommet dans lesquels des brasero diffusaient des lumières dansantes.
Le pirate se tourna vers Jade en haussant un sourcil inquisiteur.
- C'est là ?

C'était là. Alors pourquoi est-ce que les deux autres n'étaient pas encore arrivés au point de rendez-vous ? Du retard sur le planning ? C'était bien le moment, tiens ! A moins que le lieu de rendez-vous n'ait été mal interprété ou qu'il n'y ait pas de rendez-vous du tout sous prétexte d'une quelconque complication ?
Le paranoïaque détestait les imprévus. Et celui-ci ne dérogea pas à la règle, ayant pour effet de le renfermer davantage, de le rendre plus aigri encore.
En plus de ça, il suffisait d'un seul regard en direction de cette imposante pyramide aztèque en retrait par rapport aux autres pour être rempli d'une angoisse indicible et viscérale : on y ressentait déjà à cette distance comme des émanations d'une aura néfaste et possessive, celle qui n'hésiterait pas à vous arracher le bras si vous ne vous laisseriez pas traîner jusque dans les entrailles de sa Tour.
- J'imagine qu'ils arriveront par ce côté-là, si ce truc affreux est effectivement la Tour de Miquiztli. C'est drôle... Je ne me souviens pas que la tour de Gloutoniskaïa m'ait fait le même effet. J'ai pas dû faire attention, sur le coup.

Un léger flottement s'installa au sein du groupe visiblement partagé entre l'envie de partir d'ici au plus vite et celui de rester pour attendre la sœur de Milly-Jade.
Au-dessus d'eux, le ciel se couvrait, cachant d'abord quelques étoiles puis la Lune elle-même. La température se fit plus fraîche et humide ; une pluie tropicale ? Les adeptes avaient décidément tout intérêt à se grouiller ou ils auraient droit à une scène de la part du capitaine Syd'.
La nuit noire fit ressortir la lumière émanant des temples frontaliers de Miquiztli tandis que les cris d'animaux se taisaient peu à peu. Eux au moins n'étaient pas débiles : ils avaient compris qu'il valait mieux trouver un coin au sec plutôt que de faire le planton à l'orée de la jungle.

Fatigué, le corsaire alla s'asseoir sur une souche d'arbre et vaporisa un nuage de spray anti-moustique autour de lui et lui seul. Ce truc était une arme de fortune, il n'allait quand même pas gâcher ce potentiel pour des gens qu'il connaissait à peine, après tout. En rangeant son bordel dans son sac, il remarqua que celui-ci s'était encore rempli depuis la dernière fois qu'il avait jeté un œil dedans. Pas étonnant que ce machin lui tue les épaules à petit feu si le poids n'avait de cesse de grimper. Et pour quoi, en plus ? Un diabolo. Il ne savait même pas en faire. Soupesant l'objet en question, il parvint à la conclusion qu'en tant qu'arme contondante, ça pourrait faire l'affaire. Un fléau qui se transforme en corde à étrangler, pas si mal que ça. Le côté artistique passait évidemment à la trappe.

Son regard se reporta sur les profondeurs sombres de la jungle, un léger pincement au cœur. Jake devait être quelque part là-bas.
Il chassa rapidement ces idées de sa tête et fit comme s'il n'avait été aucunement affecté par l'absence de la seule personne qu'il avait pu appeler son « ami » depuis longtemps. Pourquoi avait-il retiré son collier ? Pourquoi cherchait-il à l'éviter ?! Tout ça n'avait-il été que mensonge et badinerie ? C'était inacceptable et c'était cela qui blessait le plus Sydney. Il ne referait plus la même erreur. Pas de bol pour Ian : il paierait pour la saloperie de Jake.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Sparrow

avatar

Maladie mentale : TDAH (Trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité)

Messages : 178

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Mer 17 Fév - 15:52

Ian rattrapa le tupperware au vol et s'apprêtait à inonder le capitaine de remerciements divers et variés quand il sentit qu'on lui tapotait l'épaule.
Il se retourna pour voir le visage d'Elie, aperçut une météorite foncer à toute vitesse sur son visage et puis c'est tout.

Black out. Noir total.

L'univers s'ouvrait à lui.
Le Big Bang venait de se produire en plein sur sa tronche et il fut l'heureux ou malheureux témoin de la naissance des étoiles puis de leur expansion.
La Voie Lactée offrit son chemin tandis que dansaient les planètes, rougeoyait puis jaunissait le soleil, tournaient les satellites, même ceux des Ruskoff, ce qui était un comble pour un Armerloc capitaliste comme lui.
Il flirta avec un trou noir, entrevit les trous de vers, cordes et autres ficelles, but dans la soupe d'atomes et de molécules, se shoota au gaz dans l'anneau de Saturne, salua une paire de martiens très polis qui lui demandèrent s'il allait bien puis... Se retrouva à Dreamland, la tête comme une pastèque, allongé en plein sur une bouse d'éléphant bien fraîche.
BULLSHITTT ! Réussit-il à grommeler haut et fort entre ses lèvres éclatées.

Encore dans le coltar, il ne fit attention à rien d'autre qu'à son dernier souvenir: Elie.
S'était-il relevé ? Avait-il suivit quelqu'un ? Le groupe entier ? Lui avait-on parlé ? Il n'en avait aucune idée.
Tout à coup, sans crier gare, il leva le poing vers le ciel; pourquoi ? Il n'en savait rien non plus et se mit à brailler:
SALOPE ! CONNASSE ! PETASSE ! CAGEOT ! GROGNASSE !...
Sa tête tournait et n'était que douleur. Il s'arrêta quelques instants, reprit sa respiration et poursuivit sa prose sans s'occuper de l'entourage.
Quel entourage d'ailleurs ? À part l'odeur nauséabonde de défécation qui émanait de lui, il ne voyait rien ni personne tant ses yeux étaient gonflés.
POUFFIASSE !
SI LES PAVES ETAIENT DES BITES TU MARCHERAIS SUR LE CUL ! BALAIS A CHIOTTE, T'ES TELLEMENT MOCHE QU'A TA NAISSANCE TA MERE A CRU QU'ELLE AVAIT CHIE !
Sonné, à moitié aveugle, titubant sur des jambes en coton, il stoppa ses efforts littéraires qu'il aurait pourtant aimé versifier et s'assit.
Où et en face de qui ? Il n'en savait rien et n'en avait rien à foutre d'ailleurs car il avait des bourdonnements dans les oreilles à un tel point qu'il clama:
VOS GUEULES TAS DE CONS ! En s'adressant aux buissons avoisinants.
Tout à coup, son pouvoir se mit en place puisqu'il était en crise et quelle crise ! S'il avait pu étrangler n'importe quoi, il l'aurait fait tant son cerveau n'était plus que rage et bouillie.

Toujours assis sur quelque chose, il ôta son écharpe et la balança au sol: il avait trop chaud, sans se rendre compte que c'était le serpent qu'il faisait valdinguer et prit ce qui lui restait de tête entre les mains.
Ah il y voyait clair à présent que le film repassait au ralenti... La garce ! La salope !
Mais elle ne paierait rien pour attendre. Il lui garderait un chien de sa chienne à cette grosse pute, juré craché.
Ses idées dorénavant bien nettes et ordonnées lui soufflèrent méfiance: Elie devait être bardée de pouvoirs et avait dû gagner suffisamment de pognon pour s'acheter toutes les armes kalachnikov et bazooka compris.
Pas grave; il attendrait le moment venu, la vengeance était un plat qui se mangeait froid.
Il ne l'attaquerait pas de front, non, ce serait du suicide, il biaiserait, il niquerait en douce, bref, il lui pourrirait la vie, parole d'honneur. Elle pouvait d'ores et déjà considérer qu'elle avait un ennemi sans même le savoir comme une épée de Damoclès invisible qui pendouillerait au-dessus de sa face de cul, c'était juré !
Et de ça, il s'en rappellerait, ce sera gravé au fer dans rouge dans le dernier de ses neurones, foi de Ian...

Rassemblant ce qui lui restait de force, blanc comme un linge, les lèvres tuméfiées, le nez pissant le sang, les yeux au beurre noir presque invisibles à force d'enfler, il se leva et annonça calmement au groupe:
les amis, je pense que je vais arrêter là ma petite partie de plaisir avec vous et retourner au bal.
Un bon rock'n roll ou un bon swing sera toujours mieux que l'espèce d'aventure débile dans laquelle vous cherchez à m'entraîner, vous ne croyez pas ?

Je récapitule: je fais l'effort de m'abaisser au niveau de langage d'une pré-adolescente boutonneuse et arriérée mentale afin d'établir une communication dans le néant qui règne sous son cuir chevelu, je dépense pour elle une trousse de soin, une bouteille d'eau et des fringues, je la soigne, je lui offre les vêtements pour au final me retrouver avec une tête au carré, vous trouvez cela réglo vous ?
Et sans attendre de réponse il poursuivit: cette fille n'avait pas à passer sa crise d'hystérie sur moi, je ne suis pas responsable ni de ses névroses ni de ses pulsions morbides incontrôlées, ok ?
Il fit signe qu'il n'avait pas terminé, au cas où quelqu'un aurait voulu prendre la parole et conclut:
désolé capitaine mais la situation n'est plus tenable.
J'ai toutefois suffisamment de rubz pour prendre n'importe quel avion. Dès les dernières notes de musique du bal, je partirai à la recherche d'un bateau afin de prendre le large et travailler pour vous, parole de marin et haut les coeurs !

Dorénavant ce serait sa quête, cela aussi il se le jura.

Sur cette déclaration, Ian rassembla ses affaires éparpillées au sol et tourna les talons.
Personne ne put voir la petite larme qui peinait à couler entre les paupières gonflées: il regrettait déjà Milly et Yoake. Les reverrait-il ?
Pour se consoler il ouvrit son tupperware et croqua à pleine dents dans la cuisse de dinde tout en grimaçant de douleur.

-------

Pouvoir utilisé:
Temps Mort.
D'une manière inexplicable, lorsque tu es dans une situation de danger et qu'une crise maniaque te prend, voilà que tu peux prendre pleinement conscience de tes réflexions à cent à l'heure.
Lorsque une seconde passe réellement, dans ta tête s'en écoule une bonne vingtaine.
Trois fois par jour/topic avec un cooldown de quatre messages RP. De quoi te permettre de t'organiser un peu mentalement, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Jeu 18 Fév - 7:07

En prenant les devants avec sa lampe torche, Melena put dissimuler l’expression de son visage. Elle était extrêmement touchée par la déclaration de son amie. Hormis Jade, personne n’avait jamais semblé lui témoigner autant d’affection. Elie et Ace étaient entre parenthèses, parce qu’elle devait les détester autant qu’elle pouvait les aimer. Enfant isolée, volontairement solitaire, l’irlandaise avait tellement été habituée à mordre quand on l’approchait de trop près que la gentillesse la laissait toujours mal à l’aise.

- T’en fais pas, murmura-t-elle en balayant les buissons épais avec son rayon étoilé, il ne m’arrivera rien.

Elle ne savait pas trop si elle y croyait. Un peu en fait. Galvanisée par ses pouvoirs et son statut, la puissance lui montait lentement à la tête. Certainement à tord, mais elle était encore trop immature pour s’en rendre compte. Sans pour autant voir leurs acolytes qui les avaient devancées, les deux jeunes filles purent entendre la mauvaise jumelle qui crachait son venin sur l’hyperactif. Un sourire mesquin s’étira sur le visage ivoirin de la nécrophobe et personne n’eut la chance de le voir. Ça faisait du bien de voir quelqu’un botter les fesses de Ian, surtout quand elle ne risquait pas d’avoir à encaisser des remontrances.

Quand enfin elles rejoignirent les autres, Melena ne vit d’abord que Sydney – malheureusement – et Ian qui pataugeait dans la bouse. Ses sourcils se fronçaient, parce qu’elle était persuadée d’avoir entendue parler sa petite amie…. Et celle-ci apparut de nulle part. Une nouvelle faculté – encore. Quand la psychotique parla de son bras qui saignait toujours, mêlant l’hémoglobine à la sueur, la brunette haussa les épaules. Elle en arrivait presque à oublier la douleur pour l’instant.

- Ça va, assura-t-elle, tu me feras un bandage et je guérirais comme tout le monde. Pas la peine d’utiliser un pouvoir pour ça.

En vérité, elle refusait aussi car elle ne voulait pas être redevable à Elie une fois de plus. Ce n’était rien qu’une griffure de fauve. C’était bête à dire, mais elle avait connu bien pire que ça. Pendant que la bonne jumelle s’absenta, l’irlandaise ne se priva pas pour retrousser ostensiblement le nez à chaque fois que ses yeux gris se posaient sur l’hyperactif. En plus d’être chiant, il empestait désormais.

Lorsque la route reprit, Melena était plus dépitée que jamais par leur groupe. Si seulement elle pouvait se faire la malle avec simplement Yoake et Jade… entre filles, entre amies, et sans intrus d’aucune sorte. La nuit avançait, alourdie par la chaleur humide. Après une journée d’activités sportives, sans compter l’affrontement contre la chimère des sables, le corps de la thanatophobe était épuisé. Depuis de longues minutes, il lui envoyait des signes très faciles à comprendre : douleurs dans les épaules et la nuque, yeux qui piquent, cuisses qui se crispent…

Quand Ian se mit à déblatérer ses insultes, elle eut besoin de toutes ses ressources de patience pour ne pas dégainer son arme et le faire taire à coup de balles dans la tête. En mettant de côté le fait que son discours atteignait directement une personne qui était, malgré tout, une autre facette de sa petite-amie, il était juste insupportable. Un vrai gamin sans grandeur qui se prenait pour un caïd ; c’était pathétique en fait. Affligeant.

- Je comprends vraiment pas ce que Jade lui trouve, marmonna-t-elle pour elle-même, en plus d’être attardé, il est bête et vulgaire…

L’épais manteau de la forêt s’ouvrait enfin, laissant entrapercevoir les habitations miquitzliennes. Avant même de voir la silhouette de la pyramide de Léviathan, Melena sentit l’aura écrasante du gardien. Était-ce parce qu’elle était adepte qu’elle y était plus sensible ? Ou simplement parce qu’elle avait peur ? Impossible de le savoir. Mais à cet instant, elle savait que sa position équivalait à se jeter dans la gueule du loup. Le maître de l’Envie l’avait achetée il y a longtemps et il y avait fort à parier qu’il n’était pas le genre de « personne » à laisser courir ce genre de transactions inachevées.

Les nuages qui assombrirent le ciel nocturne ressemblaient à d’étranges présages. A moitié qu’elle ne devienne paranoïaque. Elle épiait toujours nerveusement les environs, espérant voir se présenter des alliés le plus rapidement possible, quand l’hyperactif s’imposa pour sortir une longue tirade d’adieu. Si l’irlandaise n’était pas si préoccupée, elle aurait certainement ri. Heureusement pour Ian, elle se contenta de le fixer d’un air vide, sans réellement écouter ce qu’il racontait.

- Cool, adieu ! commenta-t-elle quand le blondinet tourna les talons ; et elle dut se mordre la lèvre pour ne pas suggérer à haute voix que Sydney se joigne à lui.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   Ven 19 Fév - 15:18

Yoake écouta la réponse de Melena, « Ne t’en fais pas ? », « Il ne m’arrivera rien ? » Personne n’est invincible elle le savait. Le marchand de sable cherchait à les détruire et s’il était si puissant comme l’indiquait Sydney, le pouvoir de la thanataphobe ne suffirait peut-être pas… Le moment venu, l’hématophobe devrait être prête, prête à défendre ceux qu’elle aimait et surtout prête à ignorer sa phobie. Mais pour, le moment… Pour le moment elle ne pouvait pas se retourner, le sang qui coulait de la blessure de Melena emplissait l’air la prévenant du pire.
Elle voulut répondre à Melena quand elle entendit la mauvaise jumelle s’énerver sur Ian.

Décidément même Elie n’améliorait pas la cohésion de groupe le trajet juste à Techyo risquait d’être fatiguant. Quand elles rejoignirent le groupe Yoake ne pu s’empécher de repérer le visage couvert de sang de l’hyperactif. Elle détourna aussitôt son regard ombre avant de se tourner vers Jade.

Mais entendit de plein fouet les insultes de Ian, dans un sens ça voulait dire qu’il était en vie non ? Yoake ne savait pas vraiment quoi lui dire elle avait vu la scène, mais Elie n’était pas du genre à se laisser toucher par un inconnu. Il venait juste de recevoir un coup de baton comme la dernière fois avec Melena.

Finalement le départ fut donné et Yoake rassembla son courage pour suivre les autres sa crise l’avait épuisé et elle obligeait son regard à dévier du sang de ses compagnon. Heureusement leur marche ne dura pas.

Jade était partie prévenir leurs Taxi, Elie et Ace de leurs arrivés bientôt elle pourrait se reposer et avec un peu de chance il n’y aura plus de sang visible.

La nuit se rafraîchissait et Yoake choisit de se couvrir de sa toute nouvelle couverture rouge, l’attente risque de se prolonger autant éviter de se refroidir. Son visage dériva vers Miquitzli et ne pu s’empêcher de frissonner en imaginant toutes l’horreur dont le gardien était capable les faibles lueurs n’égayaient malheureusement pas le coin.

Ian se lança alors dans un longs monologue justifiant son départ, et Yoake secoua doucement la tête elle pouvait comprendre que le blondinet ne veuille pas les accompagner mais il s’exprimait un peu tard, elle se serait bien tourner vers lui mais avait peur de revoir son visage tuméfié. A bonne distance elle lança :

- ça ne sert plus à rien Ian, le bal sera sûrement terminé, si tu retraverse maintenant la jungle, et tu à vu comme nous les dangers de la route qu’on a prit va au moins à Techyo avec nous. Ça t’éloignera au moins de cette ville.

Yoake ne détestait pas l’hyperactif personne ne méritait de mourir à Dreamland, et elle avait passé suffisamment de temps avec lui pour savoir qu’il ne survivrait pas seul ici. Entre la jungle et la tour qui aura sa peau hein ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aujourd'hui, c'est la foire à la Pastèque !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Chimérique :: Jungle Pazthèque-
Sauter vers: