AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 [job] La ville des anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Ven 26 Juin - 10:47

La transe dans laquelle l'avais plongé le vieux dieu avait semblé durer une éternité et à la fois, une fraction de seconde. A son retour, le pirate ne savait plus quoi penser. Il ne savait plus quoi dire non plus, tant et si bien qu'il finit par sortir de la chambre de la divinité de la même manière que celle-ci lui avait fait comprendre sa peine : en silence.

Il referma la grande porte derrière lui et resta quelques minutes sans bouger, sans trop savoir où aller. Au final, il avait l'impression de repartir avec encore plus de questions que de réponses mais aucune d'entre elle ne concernait l'enquête. La seule certitude qu'il avait, c'était que son suspect numéro un était définitivement lavé de tout soupçon.

Finalement il se souvint qu'il voulait aller inspecter la chambre forte qui gardait la coupe jusqu'à ce qu'elle soit volée. Il n'avait aucune idée de ce qu'il devait chercher ou trouver mais les explications données par Ariel ne lui convenaient pas, elles lui semblaient trop obscures et incomplètes.
D'un pas incertain, il se dirigea donc vers les lieux du crime en espérant trouver quelqu'un sur son chemin. Un ange ou un étudiant qu'il pourrait traîner jusque là-bas pour le forcer à lui dire tout ce qu'il savait.

Malheureusement, les couloirs de la cité des anges se révélaient toujours vide quand on avait besoin d'y trouver quelqu'un, et c'était bien comme dans le monde réel : dès qu'il s'agissait d'aider ou de renseigner, tout le monde prétextait de n'avoir pas entendu ou bien d'être trop pressé. Peut-être même que la pire des hypocrisie était celle des gens qui vous répondaient d'une manière aussi convaincante qu'éhontée qu'ils ne savaient pas alors qu'ils savent très bien mais n'ont juste pas envie de prendre le temps de vous aider.

En temps normal, le pirate aurait très certainement conclu que si les anges ne voulaient pas se montrer coopératif, alors il n'avait aucune raison de continuer à les aider... Pourtant, le souvenir de la peine éprouvée par le dieu l'empêchait de laisser tomber cette affaire. Il n'était pas du tout persuadé qu'il puisse la résoudre mais au moins avait-il la motivation de faire de son mieux.

Il pressa le pas jusqu'à arriver sur place, constatant que l'architecture et les motifs ésotériques qui y étaient inscrits lui apparaissaient toujours aussi abscons.
Des yeux, il chercha des indices. Des traces de magie ou d'autre chose. Il inspecta les murs, la porte, l'autel à la recherche du moindre petit détail qui lui semblerait étrange ou sortant de l'ordinaire.
Dans l'espoir de stimuler un éventuel résidu magique, il alla même jusqu'à faire apparaître et disparaître son carnet plusieurs fois.

Il attira le regard d'un ange qui passait par-là. Intrigué, l'être s'avança et lui demanda s'il avait besoin d'aide.
- Ah, vous vous décidez enfin à vous pointer ? Ça fait combien de temps que vous m'épiez pendant que je passe pour un gros con ? Ça vous fait marrer, c'est ça ? Ne répondez pas, c'était une question rhétorique.
Bref : vous êtes déjà venu dans cette pièce auparavant ? Si oui, y a-t-il ne serait-ce qu'un minuscule petit truc bidule qui vous fasse tiquer de l'oeil ? Je veux dire à part la disparition de la coupe : manque-t-il quelque chose d'autre ? La magie est-elle toujours présente, y a-t-il quelque chose de différent ou qui n'était pas là avant ? Allez, quoi ! Faites un effort !


La visite et l'inspection avaient déjà duré un certain temps. Du temps pendant lequel il n'avait rien appris ; du temps pendant lequel la chinoise et l'autre sorcière devaient probablement amasser les indices. Il ne supporterait pas de revenir les mains vide en ne pouvant qu'avouer que son seul suspect ne pouvait pas être coupable. Il était plus intelligent qu'elles alors pourquoi est-ce qu'il ne trouvait rien ?! Pourquoi n'avait-il pas d'idées ?! Se faire coiffer au poteau par des voyageuses novice, c'était vraiment la pire des plaies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Ven 26 Juin - 14:42

*** Avec Kanel ***


- Non, je doute fort que la Coupe ait simplement pu transiter par nos services de fret. Surtout que si nous n’importons pas gros chose, nous n’exportons quasiment rien. Rien de physique en tout cas, ajouta-t-il avec un petit sourire.

Il attendit patiemment, des fois que la japonaise ait encore besoin de lui… et ce fut le cas. S’il avait un avis sur la question ? En fait, il avait une bien piètre expérience. Il était formé à l’administratif, pas à l’enquête policière. Qui plus est, c’est bel et bien la première fois qu’un tel incident arrivait à Ketheriah. Comme beaucoup de ses confrères, il sentait qu’il n’était peut-être pas assez « affolé » de la situation, mais c’était la première fois… personne ne réalisait encore qu’ils pourraient tous mourir sous 4 jours. Kanel prit lentement place sur une chaise pour confier gravement :

- Ce qui nous a sauté aux yeux, c’est justement qu’il n’y a pas d’indices… quand la Coupe a disparu, il n’a pas fallu plus de dix minutes pour que des personnes résidant le palais du Dieu descendent voir ce qui se passait. Il n’y avait déjà plus personne. Comment ? Comment un intru aurait pu s’introduire dans le château, trouver le chemin, briser les sortilèges et s’enfuir sans que personne ne le voit ?

Un profond désespoir se lisait dans ses pupilles quand il regarda Yoake. S’ils avaient fait appel à une aide extérieur, c’est justement parce que quelque chose leur échappait, mais qu’ils étaient incapables de savoir quoi.

- Vous pensez bien que l’on s’est immédiatement tourné vers nos invités, même si ce n’était pas très poli, par précaution. Mais comme nous le redoutions : tous avaient de bons alibis où se trouvaient dans leur lit…

C’est le moment où Anastasia, qui les avait enfin rattrapés, choisit pour faire irruption dans le bureau. Essoufflée, elle se lança dans tout un récit que Kanel, intéressé, suivit également d’une oreille.

*** Dans la salle du crime ***


L’ange qui s’était fait alpagué par Sydney le regardait d’un air interdit. Quel était donc ce délire de persécution alors que, si ses sources étaient exactes, on l’avait autorisé à voir le Dieu auparavant ? Le palais n’est pas un lieu de passage, surtout les sous-sols. S’il veut croiser du monde, il n’a qu’à aller dans l’aile administration avec ses collègues… ou en ville ! Gardant pour lui tout ceci, l’ange aux cheveux bouclés et au corps parfaitement androgyne offrit un sourire avant de répondre sur un ton évident :

- Non il n’y a plus de magie ici puisque les sceaux sont désactivés.

Toutefois, le sujet était sérieux. Si le pirate était capable de résoudre leur problème, alors tant pis s’il avait de sérieux complexes personnels. Délaissant son expression un peu sarcastique, l’autochtone – qui s’appelait Menadel – confia avec gravité :

- En fait, j’ai été le premier sur les lieux. Les torches étaient éteintes, on ne voyait rien. C’était comme si je me trouvais ailleurs qu’ici… J’ai d’abord ressenti une énergie assez… enfin… c’était malsain. Si je devais associer une description à cette sensation ce serait : glacé, visqueux, étouffant. Ensuite… j’ai cru entendre feuler, comme un animal. J’ai utilisé mes pouvoirs pour rallumer les torches et… il n’y avait plus rien. Finalement j’ai cru que j’avais halluciné, j’ai pas osé en parler aux autres…

Menadel baissa les yeux. Est-ce que ça aurait changé quelque chose qu’il parle ? Avait-on trouvé la moindre trace d’un animal ou d’une créature dans le coin ? Ni le bout d’une queue, ni une touffe de poil, rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Lun 29 Juin - 7:56

Quand Kannel prit une chaise, Yoake fit de même et s’assit en face de lui, échanger avec un ange qui était directement lié au destin de la coupe d’Ether lui serrait le cœur. Kannel ne semblait pas apporter de précisions et pourtant… Le voleur n’avait eu que 10 minutes et il avait trouvé le temps de s’enfuir et chaque humain présent sur l’île dormait pendant le vol.
Tous ces indices mis bout à bout repoussaient tout ce qu’elle savait. Elle faisait fausse route depuis le début si chacun des humains présents n’étaient pas le coupable, cela voulait dire que le voleur avait trouvé : comment venir, avait volé la coupe, et était repartit en seulement 10 minutes, le gardien ou les anges n’avait rien pu faire. Il fallait à présent se tourner vers l’extérieur.

C’est le moment que choisit Ana pour la retrouver, elle lui fit un résumé de toute son enquête et la japonaise fut très étonnés par tout ce que la jeune fille avait pu recueillir comme information. Pendant que Minerva et elle tournait en rond, Ana n’avait pas chômé d’ailleurs, elle s’était même souvenue de ce qu’avaient dit les étudiants de l’internat quand la Japonaise avait juste fixé les étudiants roux et écoutés leurs guides : un passage entre les mondes, ça en devenait presque évident.

Ana parla du carnet de voyage est son hypothèse et Yoake l’écouta. Ça se tenait, le carnet serait un bon indice, et Ana avait raison, elles devaient trouver les deux frères roux, les frères Dessay si son instinct était bon. Sa collègue venait de faire avancer l’enquête d’un grand pas le savait-elle ?

- C’est super Ana, ton instinct est excellent, pour ma part, j’ai vu Minerva Acturus, mais je n’ai pas eu beaucoup d’indices d’exploitables et Kannel viens de me le confirmer. D’après les informations que j’ai et ce que tu me dis, je pense désormais que notre voleur se trouve à l’extérieur, il a d’ailleurs peut être même emporté la coupe avec lui tout dépend de ton hypothèse.

Elle avait retrouvé un peu d’espoir grâce à sa collègue, il pouvait déjà se tourner vers la seconde phase de leur enquête, c’est aussi là que ça commençait à devenir dangereux, ils approchaient peu à peu du coupable.

- Tu as bien fait de demander le passage de tout le monde devant le gardien, car même s'ils sont innocents, peut-être que le gardien aura quelques informations supplémentaires à nous transmettre.

Un petit sourire aux lèvres, elle se tourna vers Kannel et dit :

- Merci pour votre aide Kannel, je pense que vous m’avez donné quand même quelques éléments de réponses, et soyez sûr qu’on fera notre possible pour retrouver la coupe d’Ether. Bonne journée.

Elle se tourna finalement vers et ajouta :

- Tu ne vas quand même pas m’attendre, tu as autant de raison que moi de les interroger maintenant. Viens avec moi !

Ana accepta et le sourire de Yoake s’élargit. Elle salua une dernière fois Kannel et elles prirent la direction de l’université espérant trouver les deux frères roux aussi ajoute-t-elle quelques minutes plus tard :

- Je n’ai pas encore la certitude qu’il s’agisse bien des frères Dessay, mais on leur demandera confirmation.

Par chance, elles trouvèrent les deux frères en entrant dans le jardin et se dit qu’il n’y avait pas meilleurs endroit pour les interroger. L’odeur enivrante qui montait à ses narines la détendait-elle aussi et elle avait à présent suffisamment d’ordre dans ses idées pour engager la conversation. Elle avança donc vers les deux frères et prit la parole.

- Bonjour, Voici Anastasia et je m’appelle Yoake. Nous avons quelques questions à vous poser sur la coupe, mais je pense que vous vous en doutez.

Les étudiants montraient leurs accords et la Japonaise commença alors :

- Quand nous sommes arrivées ce matin, vous aviez l’air angoissé est-ce que c’était suite à notre entrée ? À moins que ce soit pour autre chose. Qu’elle est votre avis sur ce Wingald Tourdemain ?

Elle écouta finalement leurs réponses et jeta un coup d’œil à Ana avant de continuer.

- Vous êtes bien Viktor et Mickaël Dessay ? J’ai appris que l’un de vous deux avait récupéré un carnet dans la calèche. Pouvons-nous le voir ? Pouvez-vous nous dire ce qu’il contient et à qui il appartient ?

Elle termina par une question légèrement bateau comme elle avait l’habitude de le faire. Parfois, il suffisait d’une question de ce genre pour qu’un petit indice refasse surface.

- J’imagine que vous étiez couchés la nuit du vol, avez-vous remarqué quelque chose d’inhabituelle.

Elle se tourna vers sa collègue et lui demanda :

- Tu as peut-être quelque chose à rajouter ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Mer 1 Juil - 11:54

Anastasia rougit et afficha un grand sourire face aux compliments de Yoake.
Elle ne savait pas si elle avait bien travaillé mais une chose était sûr: elle n'avait pas chômé !
Elle se sentit enfin considérée, aimée par cette jeune fille qui avait l'air si sûre d'elle, si terre à terre et pour elle c'était le plus important.
Avec un peu d'amour, elle se sentait pousser des ailes; son ego, ne fonctionnant que grâce au regard des autres, prenait quelques forces et après avoir salué Kannel, la jeune femme osa contredire un peu la belle Asiatique:
Par rapport à ce que tu viens de me raconter de ton entrevue avec Minerva, je pense qu'au contraire elle a donné deux informations importantes: il ne faut pas chercher QUI a volé mais QUOI et COMMENT.
On sait aussi que le voleur - même si cela semble paradoxal - est encore sur l'île, qu'il à la coupe et qu'il attend l'effondrement; pourtant, plusieurs personnes ont dit ou laissé entendre qu'aucun de ceux qui sont ici sont coupables.
On sait que quiconque a de mauvaises pensées ne peut monter ici et qu'il n' y pas d'autres passages; cela implique qu'il n'y a pas de clandestin à Ketheriah.
Mon hypothèse est donc que le voleur est hors de l'île, qu'il s'est débrouillé d'en bas à faire monter quelque chose qui passerait pour anodin mais qui serait magique.
Ce quelque chose aurait réussi à voler la coupe à condition qu'il y ait de l'obscurité. C'est pourquoi je pense à ce petit carnet.
Ce que je ne comprend pas, c'est comment un carnet à pu confier cette coupe à quelqu'un qui attend ici pour s'en aller... A moins d'avoir caché un petit lutin entre les pages !

C'est en riant qu'elle lança cette dernière phrase; l'angoisse de la situation pouvait tout de même permettre un trait d'humour !

Anastasia était en train de se remplir les poumons de l'odeur délicieuse d'un jasmin étoilé qui tapissait un coin du jardin quand les deux stagiaires roux firent leur apparition au détour du chemin.
Elle les salua timidement et laissa Yoake parler.
Quand elle eut fini de poser ses questions, la jeune femme eut l'impression que sa nouvelle amie avait peut-être été un peu abrupte et que c'était là qu'elles pourraient éventuellement se compléter toutes les deux.
Dépendante affective, elle était très sensible à la façon dont les autres ou elle même recevaient une information tandis que la jeune Asiatique, d'esprit beaucoup plus pratique, se souciait davantage de la logique et du résultat.
Anastasia fut persuadée qu'avec de la douceur et une mise en confiance, elle pourrait faire de ces deux là des alliés précieux à la bonne marche de l'affaire.
Quand ce fut à elle de parler, elle dit:
Tous les anges de Ketheriah et même le gardien sont persuadés que vous êtes tous innocents, cela ne fait aucun doute pour eux.
Nous venons donc vers vous pour que vous nous aidiez à trouver le véritable coupable de ce vol.
D'après le gardien du luminateur, ce serait quelqu'un de l'extérieur, peut-être de Gloutoniskaïa.
D'après Mme Acturus, il ne faut pas chercher qui a volé mais quoi et comment.


La jeune femme était quasi certaine qu'en leur confiant des résultats de leurs recherches, les deux jeunes gens se sentiraient impliqués, qu'ils auraient eux aussi envie de "jouer" les Sherlock Holmes car ils devenaient, non plus des jeunes à interroger mais des enquêteurs sur le même pied d'égalité qu'elles deux.
Elle continua:
C'est le cocher qui m'a parlé du tout petit carnet qui n'appartient à personne mais que tu as récupérer, Mickaël.
Je peux me tromper mais j'ai l'impression qu'il est peut-être un indice important ou même que c'est peut-être à cause de ce calepin que la coupe a pu être dérobée.
Si tu pouvais te rappeler tout ce qui concerne cet objet, jusqu'au moindre détail qui pourrait te sembler stupide ou infime, n'hésite pas à le dire. Et... y compris si tu as l'impression que cette chose t'a fait faire une bêtise, ou que tu t'es senti obligé de quelque chose.
D'ailleurs tout à l'heure, vous allez tous repasser devant le gardien, simplement pour savoir si l'un de vous n'aurait pas été comme "possédé" par quelque chose ou hypnotisé... Vous comprenez ? il faut que nous cherchions dans tous les sens afin d'éliminer une à une les mauvaises hypothèses.


Anastasia laissa les deux stagiaires parler du carnet, de Tournemain, de la nuit du vol et autres choses à rajouter puis leur demanda:
Connaissez-vous quelqu'un qui s'appelle Magnus Delioncourt ? et si oui, pouvez-vous nous en parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Dim 16 Aoû - 2:29

Les stagiaires étaient tout juste rentrés. Les deux frères profitaient du petit jardin, entre le palais du Dieu et l’annexe, quand deux des voyageuses appelées pour enquêter vinrent à leur rencontre. Est-ce qu’ils s’y étaient attendus ? Sans doute. Inévitablement même : les étrangers sont toujours coupables dans la tête des individus lambdas, et ça, ça mettaient les deux jeunes gens mal à l’aise. Assez petits, le visage grêlé par des tâches de rousseur, les cheveux courts et carotte, Viktor et Mickaël Dessay semblaient particulièrement nerveux sous la pluie de question des deux femmes et ne le dissimulaient pas très bien. Quand il fallu parler, ce fut Mickaël qui prit la parole pour deux, alors que son frère était absorbé par une fleur de couleur turquoise un peu plus loin.

- C’est bien nous oui. Et je trouve ça naturel d’être angoissé… notre mère a travaillé longtemps comme ensorceleuse des coffres dans une banque de Gloutoniskaïa – elle a aussi fait un stage ici. On a été éduqué avec l’affirmation que la magie des anges était inviolable. Et là… en plus on supposait qu’en tant qu’étranger à l’île, on serait soupçonnés, ce qui est visiblement le cas.

Malgré sa nervosité, le magicien défia les yeux de l’asiatique. Toutefois quand il fallut se confronter à Anastasia, son regard plongea au sol tandis qu’il répondait avec un brin de surprise dans la voix :

- Je ne vois pas ce que Tourdemain vient faire là-dedans… c’est un type qui prétend avoir trouvé un sortilège qui ouvre des passages inter-dimensionnels, mais il est réputé pour la faiblesse de ses théories. Je pense qu’il fanfaronne, comme d’habitude…

Viktor acquiesça pour montrer qu’il était d’accord, et aussi qu’il participait à la conversation malgré son apparente passivité, mais continuait à accorder toute son attention au massif de fleurs turquoise. Il avait compté : elles avaient toutes entre cinq et sept pétales. Pas plus, pas moins. Mickaël enchaîna avec nonchalance :

- Quant au carnet, il n’était pas vraiment intéressant. Il était vide, pas de nom à l’intérieur, pas de notes… j’ai dû le caler au fond de ma valise en attendant d’en avoir besoin. Vous êtes sûres de vouloir le voir ?

Effet d’optique ? On aurait dit que le rouquin venait de déglutir un peu nerveusement, mais ce n’était rien comparé au sursaut qui les ébranla quand Anastasia parla d’avoir « fait une bêtise ». Lorsqu’il fut question de repasser devant le gardien, Viktor parut même danser d’un pied sur l’autre, manifestant l’envie pur et simple de s’enfuir en courant. Pourtant, il restait là à épauler son frère qui répondit avec lenteur :

- Euh… désolé… vraiment… le carnet est complètement vide, il n’y a même pas d’informations sur sa fabrication… et Magnus de Lioncourt, c’est le PDG d’une entreprise de balais volants non ? J’en sais pas plus. Hum… on a pas mal de petites choses à revoir pour demain… on doit y aller, on vous tiendra au courant si on découvre quelque chose.

Les deux frères semblèrent faire un effort pour ne pas détaler. Ils prirent le temps de sourire poliment et s’éclipsèrent sans se retourner d’une démarche raide et maladroite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Dim 16 Aoû - 18:51

Yoake n’approuva pas totalement qu’Ana dévoilent le résulta de leurs enquête. Le regard anxieux des frère Dessay, quand elles posèrent leurs questions ne faisait que confirmer son doute. Qu’il soit complice volontaire ou non il pouvait transmettre l’avancer de l’enquête au coupable. Aussi, ce n’était peut être pas la meilleur des solutions, mais dans un sens son alliée avait toujours obtenue des résultats positif avec l’enquête, elle pouvait lui faire confiance pour trouver quelque chose. Elle choisit donc de rester neutre et garda son visage impassible.

Quand Mickael commença à parler, la japonaise pensa qu’il serait très difficile d’obtenir quelque chose de leurs part, les deux frères pensaient qu’on les soupçonnait à cause de leurs origine, c’était trop simple. Cataloguer, c’était quelque chose que Yoake essayait de ne pas faire même si c’était totalement humain. Depuis le début de l’enquête la japonaise s’efforçait de ne pas faires des coupable de tout ses interlocuteurs, ça n’allait pas commencer maintenant. Sans preuve personnes n’était coupable.

Peut être un peu trop fier et ne voulant pas se laisser marcher sur les pieds, elle soutint le regard du jeune sorcier roux.

Mickael ne semblait pas croire un moment au sorcier Tourdemain, en même temps tout le monde semblait pensait que son invention n’était que du vent… Mais si seulement c’était vrai, cela rendrait l’enquête tellement plus simple. Il parla aussi du carnet et indiqua qu’il était vide, la japonaise fronça alors des sourcils : vide ? Ce n’était pas possible il y avait forcément quelque chose.

Son regards s’attarda alors sur Viktor il ne parlait pas et regardait les fleurs depuis le début de la conversation pourquoi ne parlait-il pas avait il lui aussi quelque chose à cacher ? Ana parla alors d’une possible bêtise et un mouvement de Mickael attira son regard, il avait réagit au mot bêtise, c’était pratiquement sur maintenant :

Les frères Dessay cachaient quelque chose, une bêtise qu’ils avaient faite ? En rapport avec l’enquête ? Avec le carnet ? Peut-être… Il fallait mettre les choses au clair, tout de suite.

Seulement, leurs interlocuteurs en avaient assez et décidèrent à prendre congés.

Il ne facilite pas l’enquête pensa Yoake. Son regard sombre croisait celui d’Ana, elles pensaient surement là même chose.

Et la Niponne se décida, s’il n’y avait pas urgence elle n’aurait surement pas rattrapés les deux jeunes, mais il y avait urgence et elle n’allait pas laisser filer leur premier indice. Elle entendit Ana sur ces talons et sourit : A elles deux, elles arrivèrent surement à quelque chose. Elle leva ses yeux sombre et dit :

- Attendez.

Elle opta pour la technique d’Ana et tenta de faire tomber le masque.

- Ecoutez-nous avant de partir comme si vous étiez les coupables.

Elle avait dit ça pour les faire réagir et elle espérait que ça marcherait.

- On n’est pas ici pour trouver le coupable mais retrouver la coupe d’Ether et sauver Kétariah c’est ce que vous souhaitez vous aussi non ? Alors aidez nous.

Son regard passa alors d’un frère à l’autre :

- On voit bien qu’il vous est arrivé quelque chose et si je ne me trompe pas ça à un rapport avec le carnet. Vous ne voulez pas nous en parler car vous ne nous faites pas confiance mais on ne pourra aider personnes si vous stoppez l’enquête, que ce soit les anges…


Elle fixa particulièrement Mickael :

- … Ou les deux frères que vous êtes.

Elle espérait que tout ca qu’elle avait dit pousse les deux frères Dessay à les aider et à les rendre un peu plus bavard. Surtout que leurs comportements devaient avoir un rapport avec le vol de la coupe elle demanda alors :

- Laissez nous au moins voir ce carnet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Mer 19 Aoû - 21:55

Rien ne se passait comme elle l'avait escompté.
Les deux jeunes garçons n'avaient rien compris, se croyaient soupçonnés et réagissaient comme des ados devant un prof.
L'un contemplait des fleurs, certes splendides, comme s'il ne les avait jamais vues alors qu'il devait passer tous les jours devant et l'autre ne répondait que des banalités.
A l'entendre Tourdemain était un rigolo, le carnet, une élucubration de leur esprit de voyageuses et Lioncourt un vulgaire marchand de manches à balais ! un peu trop facile...

Leur attitude était des plus surprenantes; ils étaient véritablement mal à l'aise, presque paniqués c'était flagrant. Pourtant Yoake et elle-même avaient fait leur possible pour être aimables... les questions avaient-elles été trop nombreuses ?
Possible... Mais la situation était urgente, il ne restait plus que quatre jours avant l'anéantissement.
Anastasia trouva étrange que personne ne se rende compte réellement de la situation, comme si quelque part ce n'était pas vrai, que rien n'arriverait, qu'aux bout de ces quelques jours la vie allait continuer comme avant; personne d'autre qu'elles ne se bougeaient les fesses, c'était un comble !
D'ailleurs où était passé Sydney ? que faisait-il et qu'avait-il trouvé ?
En temps que capitaine, il aurait bien mieux réussit qu'elles deux à leur sortir les vers du nez, pourtant.

La conversation n'avait pas duré cinq minutes que déjà les stagiaires les saluaient prétextant des leçons à réviser, quel toupet !
Le sang de la jeune femme ne fit qu'un tour; elle glissa un oeil furtif vers la Japonaise et vit qu'elles étaient sur la même longueur d'onde, cela la rassura. Seule, elle n'aurait peut-être rien osé mais là...
Sur les talons de la jeune fille qui hélait les deux frères, Anastasia souffla: battons le fer tant qu'il est chaud, ne les laissons pas seuls se concerter et se mettre d'accord pour nous raconter n'importe quoi !

Elle les rattrapa et décida d'utiliser son pouvoir: ils avaient posé une question, ils allaient devoir y répondre !
les regardant tour à tour droit dans les yeux elle dit: oui, nous voulons voir ce carnet, tout de suite, on vous accompagne jusqu'à votre valise.
C'est peut-être une mauvaise piste mais le fait qu'il soit vierge ne signifie rien à Gloutoniskaïa, ce n'est pas moi qui vais apprendre cela à deux sorciers !

Tout en prenant la direction du dortoir elle continua: je voudrais savoir très précisément quand vous avez ouvert ce carnet. Faisait-il jour ou nuit ? et où l'avez-vous ouvert ? dans le dortoir ou ailleurs ? et que s'est-il produit ? pas dans le carnet je suppose puisqu'il était vide mais autour de vous ? n'avez vous pas vu ou senti un détail ?

Le ton d'Anastasia avait pris de l'assurance; les deux frère devaient comprendre l'urgence de la situation et arrêter de jouer aux gamins immatures.
Il faut, je veux que vous nous racontiez ce que vous avez fait, vu, entendu, etc, même si ce n'était pas fait exprès, l'avenir de ce lieu en dépend et je suis sûre que ni vous ni votre famille ni les habitants de Gloutoniskaïa apprécieraient que la ville des anges disparaisse.
C'est simple: je ne vous demande pas de jouer les enfants effrayés, je vous demande de coopérer en personnes responsables !

Et pour parfaire le tout elle précisa: après notre entretien je demanderai à Ariel de nous réunir tous afin de repasser devant le gardien; nous avons trop perdu de temps, il faut avancer l'enquête à présent.

C'était dit. Anastasia n'en revint pas; Dreamland avait parfois du bon.
Grâce à son pouvoir elle avait réussi à s'affirmer, presque à imposer son idée, chose qui lui aurait été impossible dans la vie réelle.
Elle en ressenti une forme de joie qui lui donna du courage pour affronter la suite.
Elle regarda Yoake et lui fit un clin d'oeil discret.

Arrivés dans le dortoir, la jeune femme regarda autour d'elle à la recherche du capitaine, elle ressentait le besoin de sa présence; elle craignait que les choses prennent une tournure qu'elles ne sauraient peut-être pas gérer; malheureusement, mis à part un stagiaire qui les salua et s'éclipsa, il n'y avait personne.

Ne restait plus qu'à voir ce fameux calepin et écouter les réponses de Viktor et Mickael.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Mar 25 Aoû - 14:11

Sydney écouta la première version des faits de l'ange avec un regard des plus sceptiques, bras croisés. C'était limite s'il tapait du pied en attendant que ce dernier se décide à délier sa langue, ce qu'il fit au bout d'un long instant de silence que le pirate voulait à la vois inquisiteur et gênant pour son interlocuteur. Il ne pouvait se contenter de si peu, pas après la perte de temps monstre qu'il avait subit.

- « Pas osé en parler aux autres », hein ? Alors on dirait que les anges ressentent des sentiments bien humains, si la honte vous fait vous murer dans le silence comme ça. Le mensonge par omission : c'est ce que vous auriez fait si vous ne m'aviez pas raconté ça. C'est un crime et je doute que ça vous aide à purifier votre karma, si vous voyez ce que je veux dire.

Le corsaire, fier de son petit effet, se retourna pour observer plus intimement les lieux, cherchant des yeux les endroits où la bête aurait pu se cacher, en vain. « Glacé, visqueux et étouffant »... Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ?
Avec une moue agacée, Sydney se rendit à l'évidence : il n'avait pas assez de clés en main pour analyser cet indice correctement. Il préféra donc se mettre en route pour chercher ses collègues. D'un geste par-dessus l'épaule, il héla son indic' avec désinvolture :
- Eh, si jamais vous vous « rappelez » encore de quelque chose... passez me voir, ok ?

Il mit plusieurs minutes à retrouver son chemin dans la cité resplendissante. Il fallait aussi avouer qu'il s'était également perdu dans ses pensées plus d'une fois et que ses réflexions stériles l'avaient égarées avec une aisance redoutable. Il en vint même à explorer des endroits qu'il n'avait encore jamais vu, des recoins dont leur guide leur avait épargné la visite, sans doute jugés trop peu dignes d'attention ou bien totalement extérieurs à l'enquête.

Le capitaine au bandana poursuivit son chemin, croisant de temps à autres un magister ou un élève, croisant leur regard et leur lançant des haussements de sourcils explicites lorsqu'il voyait qu'on l'avait remarqué.

Finalement, il retrouva la trace de ses deux « stagiaires » à l'endroit précis où il les avait laissées : le dortoir.
- Ah, vous voilà enfin. Vous me cherchiez ? Moi oui. Écoutez : le vieux dieu m'a fait perdre beaucoup de temps en m'infligeant une vision psychédélique, mais au moins je suis désormais en mesure de dire que ce vieux hippie n'est pas coupable, c'est certain.

Il jeta un œil par-dessus son épaule afin de s'assurer qu'aucune oreille indiscrète ne se tenait à portée de voix avant de continuer en livrant l'information qu'il jugeait cruciale à l'affaire :
- J'ai également eu l'opportunité de questionner l'ange qui est arrivé le premier sur les lieux du crime. Il m'a avoué qu'il avait entendu des feulements, des bruits de bête dans la chambre de la coupe. Il a dit avoir ressenti une atmosphère « glacée, visqueuse et étouffante »... J'ignore ce que ça peut vouloir dire mais je pense qu'on tient là un indice majeur, conclut-il en posant sa main sur l'épaule d'un des deux élèves. Sa prise était ferme et son regard insistant. Il espérait éveiller en eux un soupçon de culpabilité ou d'angoisse, l'angoisse du coupable.

A présent qu'il avait fini son exposé, il s'intéressa aux deux voyageuses, sans pour autant relâcher son étreinte sur Viktor qui devait commencer à trouver ce contact assez dérangeant.
- Et vous, de votre côté ? Je vois que vous avez mis le grappin sur deux jeunes témoins, hm ? S'il y a besoin, j'ai un ou deux pouvoirs en mesure de les faire parler, si vous voyez ce que je veux dire, dit-il d'une voix sadique en se faisant craquer les doigts, un sourire peu engageant sur le visage.

D'une part, Sydney redoutait que les filles aient trouvé davantage d'indices que lui car il ne supporterait pas de se faire passer devant par qui que ce soit. D'un autre côté, il ressentait également une légère pointe de colère à l'idée que ces dernières n'aient rien fait d'autre que rester dans le dortoir, le laissant mener seul l'enquête.

Il avait évidemment menti sur son CV : il n'était pas doué pour mener l'enquête... Ce n'était pas qu'il n'avait pas les moyens de la mener à son terme mais il lui manquait la méthode, il n'avait aucune suite dans les idées. Ses deux pistes suivies jusqu'au bout, il ne parvenait pas à en trouver d'autre et l'idée même de passer ses journées le nez dans les bouquins pour chercher à quelle bestiole pseudo-mythologique pouvait appartenir la description que lui avait faite l'ange le déprimait au possible.

Il lâcha finalement l'épaule de Viktor alors que les deux jumeaux se dirigeaient vers leur valise pour en sortir le carnet dont il était question. Les yeux du pirate se mirent à briller de curiosité, lui rappelant au passage qu'il avait une autre mission pour son propre carnet. Cela devrait bien entendu attendre le moment propice et il était heureux que Yoake ignore tout de son pouvoir. Pour elle, il ne devait s'agir que d'un carnet banal, vu la manière dont il leur avait présenté celui-ci la première fois.

Au passage, il s'autorisa à loucher un peu sur la principale concernée. Il dut avouer que l'asiatique n'était pas si mal que ça, au final. Il y avait seulement ses yeux qui le dérangeaient. Non pas à cause de leur bride mais à cause de cette constante étincelle d'intelligence qui luisait dans le regard de Yoake. Cela ne lui avait jamais plu et ne lui plaisait toujours pas ; trop de variables entraient en compte dès lors qu'une personne trop intelligente se mêlait à ses affaires. A croire tout mieux que tout le monde, ces gens-là étaient tout aussi capable des plus grandes merveilles que des pires catastrophes et, bien sûr, le pirate ne concevait que les dernières, ne voyant les premières que dans sa propre personne.

Redirigeant son esprit sur l'enquête qui se déroulait sous ses yeux, le pirate mit la main à sa ceinture, effleurant du bout des doigts la dague magique dont le contact rassurant le confortait dans son sentiment de supériorité face au danger. Il avait aussi son fouet et sa couronne à portée de main et se tenait prêt à les utiliser... il faut TOUJOURS se tenir prêt pour le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Lun 7 Sep - 13:04

Avant même que les deux stagiaires n'aient ébauché un mouvement en direction de la valise, le capitaine fit son apparition.
Anastasia en fut surprise et véritablement rassurée. Du coup elle baissa la tête et eut un sourire de plaisir. Elles allaient enfin être épaulée par un homme à l'esprit pratique et méthodique !
A ce propos elle fut bien étonnée que Sydney narre ses démarches aux deux jeunes garçons plutôt qu'à elles. Qu'importe, cela devait certainement faire partie de sa stratégie !

A sa question sur leurs recherches d'indices, la jeune femme entreprit de lui résumer ce qu'elles avaient fait, qui elles avaient vu et les réponses que chacun avait apporté.
Tout en parlant, elle lançait des coups d'oeil interrogatifs à Yoake afin qu'elle corrige ou complète ses dires.
Cela représentait beaucoup de démarches mais en même temps c'était peu; elles n'avaient pas la moindre certitude juste une paire d'hypothèses à peine ébauchées, pas même vérifiées.
Elle cru bon cependant de l'informer sur ce qui allait se passer:

Tout de suite après avoir vu ce fameux carnet, j'ai demandé à ce que tout le monde passe à nouveau devant le Gardien qui peut tout lire dans les esprits. Ainsi, si quelque chose de nouveau s'est produit ici, il sera à même de le sentir et de nous en informer; j'espère que cela nous fera gagner du temps et soulèvera un voile dans cet imbroglio...

La jeune femme fut aux anges d'entendre le matelot annoncer qu'il avait les moyens de les faire parler. C'est vrai qu'elles deux n'auraient jamais osé s'exprimer de cette manière. Cet homme devait avoir beaucoup de pouvoirs et beaucoup d'objets.
Cela lui rappela qu'elle travaillait pour s'en acheter, ne restait plus qu'à bien les choisir.

Tandis que les deux stagiaires s'avançaient vers leur bagage, Anastasia remarqua le regard de Sydney lancé vers la Japonaise: avait-elle un ticket ? Il fallait croire que oui !
Du coup, elle fit un clin d'oeil de connivence à l'intention de la jeune femme avec un sourire en coin avant de reprendre son sérieux.

Tous les trois étaient fin prêts à découvrir ce fameux carnet et à entendre les explications complémentaires des deux frères.
Anastasia savait que tout de suite après, elle s'élancerait vers Ariel afin de le prévenir qu'il serait l'heure de faire passer tout le monde devant le Gardien.
C'est à ce moment que la limace rose prit la parole de sa petite voix de Gollum au féminin:

Pink-Daddy t'aime tellement qu'elle voudrait te rendre un petit service... Elle voudrait aller se balader un petit peu sur Viktor...


La chose accompagna son propos d'un crachat de bave bulleuse, légèrement blanchâtre.
Dégoûtée, Anastasia susurra:

Eh bien ne t'en prive pas, cela me fera des vacances !

A peine eut-elle finit sa phrase que le gastéropode s'élança et se colla dans le cou du jeune garçon.
Ce qu'Anastasia ne savait pas encore, c'est que la chose en question, collante et dégoûtante à souhait pouvait dès à présent regarder le carnet, tout le contenu de la valise des stagiaires, tout ce qui l'environnait et même entendre ce que pourraient se dire les deux frères, s'ils leur prenaient l'envie de se murmurer quelque chose à leur insu.
Mieux encore: par amour pour sa « maîtresse » Pink-Daddy n'hésiterait pas à tout lui raconter, petit bisou à l'appui, naturellement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Lun 7 Sep - 20:50

Ils n’avaient pas fait trois pas que les deux voyageuses les rattrapaient. Dans la mesure où son excuse n’en était qu’à moitié une, Mickaël s‘apprêtait à les congédier à nouveau, poliment, mais l’accroche de la japonaise lui coupa le souffle. Au mot « coupable », son frère parut tressaillir et lui, s’empourpra d’indignation, comme prêt à s’énerver. Les paroles pleuvaient, Anastasia prenant immédiatement le relais après sa collègue, mais les multiples allusions à leur culpabilité n’avaient pas vraiment l’effet escompté. Viktor se crispaient de plus en plus et l’aînée, lui, était désormais écarlate. Quand il put enfin en placer une, une étrange sensation lui remuait les entrailles… il ne portait pas les enquêteurs dans son cœur, mais sans qu’il ne sache pourquoi, il s’était décidé naturellement à accéder à la requête de l’émotive concernant le carnet.

- Venez le voir si vous voulez, lâcha-t-il avec agacement, mais qu’est-ce que vous voulez qu’il se passe de spécial quand on ouvre un carnet vide ? Les pages sont blanches, les reliures noires, tout est resté aussi… extraordinairement ordinaire que quand on découvre un calepin vide… je n'ai pas noté tous les détails désolé. On a dû l’ouvrir dans le dortoir oui, le matin de notre arrivée, mais je ne vois pas comment-
- Ok j’ai écrit dedans, ça va !

Ils étaient dans le dortoir désormais, Viktor ouvrait enfin la bouche pour interrompre Mickaël. Il tremblait légèrement, les yeux d’abord rivés vers son aîné qui se penchait vers sa valise, puis plantés dans ceux de Yoake. Il la sentait plus compréhensive, plus favorable à la discussion que sa collègue qui tentait de les culpabiliser en les infantilisant. L’étudiant poussa un soupir, s’assura que personne n’arrivait dans leur dortoir, et avoua à mi-voix :

- Il n’y avait rien dedans, je me suis servi du carnet… à la base je voulais prendre des notes, mais finalement j’ai… euh… j’ai griffonné des poèmes romantiques voilà ! Je suis euh…
- Il est amoureux d’Elisa Bagueise depuis la maternelle, expliqua Mickaël avec un air dépité, il pond des textes tellement mielleux que je ne sais même pas comment il arrive à décoller ses mains du papier. C’est un peu…
- Il faut pas qu’elle sache, trancha Viktor dans un souffle.

Pendant l’instant de flottement qui s’installa, Sydney arriva, déballa ses expériences auprès des anges. La main qui s’abattit sur l’épaule du rouquin le fit sursauter. Encore très mal à l’aise après ses aveux, il détourna les yeux et trouva ses chaussures subitement très intéressantes. Mickaël, qui avait retrouvé un teint normal après la confession de son frère, plissa les yeux devant le regard insistant et les sous-entendus du paranoïaque. Comptait-il vraiment essayer de leur arracher des informations par la force ?

Bon, avec tout ça, il n’avait toujours pas sorti le fameux carnet. Après un regard désolé à Viktor, l’étudiant fouilla dans leurs bagages pour en tirer le petit livret en cuir. Il avait des allures de journal intime, avec une couverture en faux-cuir de dragon et des coins un peu abîmés. A l’intérieur, des pages un peu jaunie, voir cornées, des notes de stage éparses, mais surtout des poèmes d’amour à la fois beau et gnangnan, de ceux qui croient encore au Grand Amour qui se conjugue avec des comparaisons au printemps et des métaphores solaires. Rien d'étrange, sinon que le dernier vers était coupé en plein milieu d'un mot et une tâche d'encre évoquant du sang marquait le reste de la page.

Mickaël allait le tendre aux voyageurs quand une chose rose parut se projeter dans le cou de son frère. Ce dernier poussa un cri de surprise au contact de l’animal visqueux, les nerfs à fleur de peau, et essaya – en vain – de déloger le dénommé Pink Daddy. Réaction réflexe, l’aîné des rouquins avança une main vers les voyageurs. Il y eu un bruit de courant d’air, une sensation rugueuse s’enroula autour des enquêteurs, et ceux-ci furent complètement pétrifiés, sans possibilité de bouger le petit doigt.

- Qu’est-ce que c’est que ça ?! On coopère avec vous, mon frère est plutôt mal à l’aise à l’idée que vous découvriez ses poèmes, et vous utilisez vos pouvoirs contre nous à notre insu ?! Ce n’est pas très loyal, venant de personnes qui voulaient jouer sur la corde de la « confiance ».

Encore sous l’emprise du pouvoir d’Anastasia, Mickaël ne pouvait pas renoncer à sa décision de montrer le carnet. Pourtant, sa soudaine colère paraitrait presque démesurée, mais Viktor restait silencieux, penchant la tête du côté opposé où se tenait la limace rampant sur son cou, comme si ça lui permettait de s’en éloigner.  

- Vous savez quoi ? Je vous laisse avec mon frère et le carnet, moi je reviens.

Le rouquin posa l’objet de la discorde bien en évidence sur son lit, soudainement étrangement pâle. Son cadet le regardait d’un air effaré, secouant négativement la tête, mais le concerné s’appliquait à ne pas se tourner vers lui. Il mit une cape légère sur ses épaules de couleur bordeaux et quitta la pièce, laissant seuls les trois voyageurs pétrifiés et un Viktor inexplicablement abattu. Dans une quinzaine de minutes, les voyageurs seront libres ; mais dans quinze minutes… où sera Mickaël ?

=== HRP ===

Vous ne pouvez plus parler à Mickaël, mais Viktor est toujours là lui Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Ven 11 Sep - 21:33

Yoake écouta silencieusement sa collègue rajouter quelques phrases et regarda tour à tour Mickael et Viktor, les deux frères semblaient récalcitrant c'était comme si elles n'avaient fait qu'empirer les chose en les incitant à dire ce qu'il savait.

C'est alors que Mickael accepta, Yoake fronça les sourcils tout portait à croire qu'ils ne leur montreraient pas le carnet et pourtant Ana avait obtenu gain de cause.

Tout en montant dans au dortoir il dit qu'il ne voyait pas l'intérêt de regarder le contenant d'un carnet vide que c'était plus une perte de temps. Pourtant Yoake tout comme Ana trouvait que dans un monde ou la magie régnait en maître les carnets vide ne devais pas l'être. Il suffisait de prendre le carnet de Tom Jedusor… Bon d'accord c'était un film mais tout de même. C'est alors que son frère annonça qu'il n'était pas vide car il avait écrit des poème dedans… était-ce la raison qui leurs poussait à cacher ce carnet ? Bien sur c'était de leurs ages mais quand même… Elle avait néanmoins un sourir compatissant pour Viktor, elle même n'aurait pas voulu que ces affaires intimes tombes dans d'autres mains que les siennes.

Sydney arriva à ce moment là et leurs fit un compte rendu rapide des indices qu'il avait obtenu, des feulement lors du vol… Yoake se demanda alors si elle avait vu des animaux dans le coin… à réfléchir non pas beaucoup et encore moins un chat...une atmosphère glacé, visqueuse et étouffante qu'est ce que ça pouvait bien vouloir dire.

Elle réflèchit laissant Ana résumé leurs enquêtes et Yoake en profitant pour chercher des liens mais elle n'en trouva pas. C'était ça il leux manquait le lien qui reliaient tout les indices que les trois enquêteur en herbes avaient trouvés.

Ana conclue alors par le fait que tout le monde allait passer devant le gardien, ce que Yoake approuvait, c'était le meilleur moyen de prendre de l'avance sur les les quatre jour qui devait leurs rester.

C'est là que Yoake eu l'impression de perdre le contrôle sur ses coéquipiers : Sydney parla de ses moyen de faire parler les deux frères, histoire sûrement de les faire angoisser. Et une limace rose du nom de Pink Daddy proposa de quitter sa propriétaire pour aller se poser sur Viktor. Yoake qui avait choisi la méthode douce pour obtenir des informations se trouva complètement dépassée.

Et ce qui devait arriver arriva

Mickael tandis les main et la nipponne sentit le courant d'air s'enrouler autour d'elle pour enfin se durcir l’empêchant de bouger.

El là, Yoake avait peur… Si c'était lui le voleur, il pouvait les tuer sans le moindre scrupule et elle ne pouvait rien faire pour se défendre, Melena l'aurait sûrement traité d'idiote si elle était là. Mais heureusement, Mickael ne fit rien de plus, il voulait juste les immobiliser. Il voulait sûrement défendre son frère. Il parla finalement de notion de confiance et Yoake ne pouvait pas lui en vouloir. Mais quelque chose l'étonna alors Mickael était certe en colère, mais partir en laissant son frère avec eux ? C'était étonnant de le laisser là avec nous libre de lui poser nos questions sans que lui soit là pour intervenir. Où était il partit… ?

Son regard sombre se tourna alors vers Viktor… et choisit de garder la méthode douce qui marchait plutôt bien avec lui. Elle espérait juste que Ana et Sydney calmeraient le jeu. Après tout, ils avaient le temps,maintenant qu'ils étaient figés.

Elle remarqua qu'elle pouvait parler et dit finalement en essayant de ne pas penser qu'elle était vulnérable :

- Ton frère se débrouille plutôt bien en magie, bloquer trois adultes, ça ne doit pas être donné à tout le monde.

Elle essaya de bouger tout en laissant ses collègue parler et demanda ensuite:

- J'imagine que tu ne va pas lever son sort ?


Elle ne laissait rien paraître de sa peur choisissant de rester la même impassible. Pour cela, elle se lança sur quelque chose qu'elle connaissait bien : les poèmes et le carnet. Elle demanda donc :

- j'aimais bien écrire des poèmes moi aussi, enfin c'était plus des chansons mais l'important c'est les sentiments que l'on veux transmettre aux travers de ces mots. Tu veux bien m'en lire un ou deux ?

Yoake préférais calmer le jeu après tout ils devait attendre que le sort les libère. Il fallait aussi qu'elle parle à Ana et à Sydney. Peut être que si ils demandaient au gardien de suivre le trajet de Mickael... Plusieur humain l'avait surement vu et puis son manteau restait quand même reconnaissable.
Mais elle ne voulait pas exposer son idée devant Viktor, après tout il s'agissait de son frère….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Lun 19 Oct - 22:18

Les deux frères allaient montrer le carnet et son contenu, c'était la seule chose qui importait aux yeux d'Anastasia, l'enjeu était bien trop important et qu'il fut couvert de poèmes ou de formules mathématiques ne revêtait aucune importance face au danger qu'encouraient les anges et leur cité.
A peine l'objet fut-il exposé et feuilleté qu'elle jeta un oeil curieux et impatient non pour décrypter les vers romantiques plutôt bien écrits par ailleurs mais pour voir si quelque chose ne se cachait pas derrière. Une encre sympathique ? Un texte effacé et remplacé par un autre comme pour les palimpsestes ? Un message subliminal ?
La seule chose qui attira son attention fut la dernière page scriptée ou pour être plus précis, le dernier vers inachevé dont le mot coupé se terminait en une large tache évoquant du sang.
Quel était ce mot ?
Elle eut beau plisser des yeux, il était illisible ce qui était surprenant: le reste du calepin était plutôt bien tenu, l'écriture soignée, la mise en page étudiée, ce qui était normal pour des poèmes dont on rêvait secrètement que celle à qui l'on s'adresse pose un jour son doux regard dessus.

Elle n'eut pas le loisir d'éplucher davantage de détails, la réaction des frères face à Pink-Daddy interrompit sur le champ les investigations.
La jeune femme se retrouva comme pétrifiée sans pouvoir expliquer qu'elle ne contrôlait pas vraiment les caprices du gastéropode et ne put que subir sans pouvoir lever le petit doigt les paroles acerbes et le départ fracassant de Mickaël.
Dans l'impossibilité de bouger la tête, elle ne put voir la réaction de ses collègues. Se trouvaient-ils dans le même état qu'elle ? Il fallait croire que oui sinon Sydney aurait eu tôt fait de se révolter et Yoake n'aurait pas demandé si le sortilège pouvait être levé.

Les yeux baissés sur le carnet par la force des choses elle prit conscience que son cerveau fonctionnait toujours et que les lèvres pouvaient articuler des sons, c'était mieux que rien !

Elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi Mickaël était parti si vite et si pâle... Et si la limace n'avait été qu'un bon pretexte ?
Pretexte à quoi ?
Elle aurait aimé pouvoir poser les multiples interrogations qui traversaient son esprit tout haut afin d'avoir l'avis des autres mais la Japonaise avaient pris une voix douce et demandait à Viktor de lire des poèmes. Elle tentait de calmer le jeu, de faire diversion, ce n'était peut-être pas une mauvaise idée.
Une oreille à l'écoute des textes, l'autre concentrée sur son monologue intérieur elle poursuivit son cheminement silencieux.
Et si Mickaël avait découvert dans ce carnet quelque chose qu'il ne savait pas ? Cela aurait pu expliquer cette colère et son teint subitement livide... La dernière page avec sa tache ? Le mot comme arrêté dans son élan ?

N'y tenant plus, dès que cela fut possible, elle demanda au jeune garçon:

Voudrais-tu nous lire ton dernier poème et nous dire quel mot tu avais l'intention d'écrire sur la fin ?

Ce mot et cette tache était certainement un indice important, son sixième sens le lui soufflait.
Quelque chose avait arrêté la main de l'écrivain et provoqué la souillure sur le papier, souillure qui ressemblait à une tache de sang à s'y méprendre; quel message fallait-il en déduire ? Le sang de quelqu'un aurait-il coulé à cause de ce carnet ? Renfermait-il un noir dessein ?
Anastasia n'osa pas reprendre la parole, elle n'avait pas le talent de calme diplomatie comme Yoake, pourtant il lui fallait des réponses !

Elle eut alors l'idée de quelque chose de fou: elle aussi, allait utiliser non pas quelque chose mais quelqu'un venant de l'extérieur ! Car oui, quand on le voulait vraiment, quelque chose ou quelqu'un d'étranger à l'île pouvait intervenir à bon ou à mauvais escient ici même, elle le prouverait !
Elle se concentra et appela son amie à la rescousse.

Selene... J'ai besoin de toi...

Quand elle ressentit que la connexion télépathique était établie elle expliqua à l'adolescente où elle était, ce qui s'y passait, ce qu'ils avaient déjà découverts et lui parla du fameux carnet dont elle lui décrivit l'aspect avec exactitude.

Pourrais-tu chercher où peut-on se procurer un tel calepin à Gloutoniskaïa ? Il ne semble pas jeune, le papier est jauni; chez un antiquaire ? Pourrais-tu mener ton enquête afin de savoir si ce genre de chose peut être magique ? Où si quelqu'un, peut-être dans le passé, aurait entendu parler d'un carnet spécial, un carnet qui aurait des pouvoirs quand on écrit un mot précis dessus par exemple ? Ou bien encore un carnet qui renfermerait des secrets de... Suicide ou de meurtre ou de quelque chose de très sombre ? C'est cette encre en forme de tache de sang qui me fait penser à tout cela...
Et si la chance est avec nous, peut-être quelqu'un pourrait-il te parler de son propriétaire ?
Merci ma douce amie, tu me manques, je t'aime et... Si tu ne trouve rien, ne te tracasse pas surtout, hein ?


La jeune femme avait du mal à quitter l'adolescente. Elle aurait donné toutes les beautés de l'île pour se trouver à ses côtés main dans la main, sourire insouciant aux lèvres.
C'est Pink-Daddy qui rompit le lien en se plaquant à nouveau dans le cou d'Anastasia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Dim 1 Nov - 15:40

Le contact de Pink-Daddy sur sa peau n’était pas agréable mais ce n’était rien, absolument rien, à côté de la peur qui lui secouait actuellement les entrailles. La situation avait considérablement dégénéré, lui qui était ordinaire discret et sans histoire, c’était raté ! Voilà qu’il se retrouvait face à trois voyageurs chargés d’enquêter sur un vol gravissime et que les événements le désignaient, avec son frère, comme suspect idéal. Ah, non pardon, il n’y avait plus que deux voyageurs. Le garçon, celui qui l’effrayait le plus à vrai dire, venait de disparaître. Comme ça, sans crier garde. Pour avoir pu se soustraire au sortilège d’entrave de son frère, il devait s’être réveillé, mais ce n’était pas vraiment son souci.

- Je ne peux pas, avait-il répondu à la japonaise, il est meilleur que moi.

Voilà qu’on lui demandait de lire des poèmes. Il avait la gorge sèche, la nausée, et pensait à tout autre chose. Pourtant, Yoake l’apaisait. Cette fille n’était pas comme les deux autres qui le traitaient déjà comme un criminel et « exigeaient » des informations. Elle pouvait le comprendre, pas vrai ? Mickaël n’était plus là pour l’aider à tenir tête, alors Viktor envisageait une autre possibilité ; celle de vider son sac. Peut-être n’était-il pas trop tard ?

- Je… j’ai fait une bêtise…, murmura-t-il en ignorant les demandes relatives aux poèmes, ne jugez pas mon frère, il essaye de me protéger, mais il faut… il faut l’empêcher, il va mourir sinon ! J’aurais aimé ne jamais avoir écrits ces textes, lâcha-t-il finalement en baissant la tête, je n’ai pas envie de les lire.

Soudainement, le sortilège qui entravait Yoake et Anastasia se dissipa, leur rendant l’intégralité de leur mouvement. Viktor était devenu pâle comme un linge et se laissa tomber en position assise sur le lit où le carnet était encore posé. Comme s’il avait oublié la présence des deux voyageuses, il murmurait « non, non, non… » ; une litanie déchirante de désespoir.  

En effet, quoique fasse les deux enquêteuses : il était trop tard pour Mickaël. Dans 1 heure tout au plus, quelqu’un découvrira son cadavre mutilé au centre de la grande pièce du luminateur. Sa cape était en lambeaux, son corps portait de longues et profondes entailles, probablement faites par des griffes d’une longueur chimérique. La lumière éclatante des arabesques rendait son sang écarlate. Il avait coulé, masquant certaines parties des cercles dorés et des inscriptions gravées dans le sol. Parlant de ce sang, à bien y regarder, on pourrait déchiffrer un message dans les sillons rouges proches de sa main droite. Coïncidence ou ultime sortilège ? Le mot « Dark » semblait scintiller à la lueur de la lumière pure.

***

De son côté, Anastasia avait contacté Selene. Cette dernière, bien loin du désastre qui secouait la ville des anges – et malheureusement indisponible pour accompagnée son amie – l’écouta avec attention avant de répondre, mal assurée :

« Je voudrais bien essayer de chercher tout ça mais… je suis encore dans une petite ville au nord de la merde sable là… il faudrait que je me rende à Gloutoniskaïa, j’en ai pour plusieurs jours. Par contre tu sais, ton histoire de carnet maléfique me fait vachement penser à Harry Potter » elle s’interrompit un moment « je dois passer pour une gamine à en parler tout le temps mais… c’est un peu le schéma du carnet de Jedusor, non ? Ginny était jeune et timide, elle confiait ses sentiments à un objet qui lui volait en fait ses pouvoirs… quand on sait que Dreamland se construit à partir de nos rêves, et que tu n’es pas loin de Glouto, ça se tient, tu ne crois pas ? »

=== HRP ===

J'ai fait exprès de vous donner les éléments futurs ici pour que vous puissez jouer sans moi un moment. N'hésitez donc pas à prendre votre temps, il y a matière là je pense ! Je reste disponible par MP si vous avez besoin de précisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Lun 2 Nov - 12:55

Ana, demanda elle aussi qu’il lise le dernier poème, sa voix était à présent plus douce et la Japonaise remercia silencieusement sa collègue de la suivre dans cette méthode plus douce, après tout Viktor n’avait pas besoin de plus de pression pour parler.

Alors sous ses yeux et malgré le sort d’entrave, elle vit le pirate Sydney disparaitre, sans un cri, est-ce que c’est comme ça qu’on revenait dans notre monde ? Du moins, c’est ce qu’expliquait Melena à leur dernière entrevue. Elle espérait juste que ce ne soit pas le coupable de leurs affaires qui l’avait fait disparaitre et qu’elles n’étaient pas les suivantes sur la liste… Quoi qu’il arrive, elle le saurait bien assez tôt.

Quand Viktor répondit qu’il ne pouvait pas défaire le sortilège, Yoake su tout de suite qu’il ne mentait pas le dialogue était à présent établi et peut être que bientôt, elles en sauraient plus.

Le jeune sorcier commença d’ailleurs à choisir de tout dévoiler, il ne pouvait pas tout garder pour lui, elle décida donc de l’écouter jusqu’au bout quoi qu’il arrive. Après tout, elle restait la même.

Viktor parla alors d’une bêtise qu’il avait faite, qu’il fallait protéger Mickaël, qu’il n’avait jamais voulu écrire ses poèmes…

Lentement, Yoake pensa que cette histoire ressemblait à quelques exceptions près à celle d’Harry Potter, ce journal et celui de Tom Jedusor, …. On pourrait croire que ce sont les mêmes. Mais Yoake secoua la tête, en quoi ce film avait-il un rapport avec Dreamland ? Effectivement, la jeune femme était trop peu expérimentée pour se rendre compte que Dreamland avait pour base les rêves de tout le monde. Soudain, elle constata qu’elle pouvait enfin bouger, ce sort n’avait pas duré si longtemps, elle leva les yeux vers son interlocuteur et interrompu son sourire. Ce dernier venait de s’asseoir sur le lit, le visage encore plus pale que la literie, il murmura encore et encore des « non » comme s’il refusait lui-même l’évidence.

Ça doit avoir un rapport avec Mickael pensa la Japonaise en s’asseyant à côté de Viktor et en passant un bras autour de ses épaules, lui murmurant qu’elles étaient là et qu’elles retrouveraient Mickael, mais la litanie du jeune homme se fit plus forte et là Yoake eu peur :
Peur qu’il soit déjà trop tard pour Mickaël, peur que cet enfant se retrouve seul à cause de cette tragédie et surtout peur que se soit de leurs fautes.

Elle ferma le carnet du bout de ses doigts tremblants et elle leva ses yeux sombres et humides sur Ana était-ce de leurs fautes ? Non quelle que soit la réponse à cette question, elle ne pouvait plus reculer, elle se devait maintenant de résoudre cette affaire, pour Viktor et pour tous les anges de Ketariah. Une boule se forma dans sa gorge, mais qu’importe, elle murmura à Ana :

- Emmenons-le, à Fériel et Kannel, je n’ai pas envie qu’il reste seul dans une infirmerie, il faut aussi qu’on…

Sa voie se brisa, mais elle resserra son bras autour de Viktor:

- Qu’on le retrouve !


Pourquoi réagissait-elle comme ça peut être par ce qu’on venait de lui montrer sur un plateau que sa détermination n’était pas suffisante, à moins que la séparation des deux frères lui rappelait les drames qu’elle avait vécu.

- En ce qui concerne le carnet, il vaut mieux qu’on l’emmène à Minerva Atcturus afin d’en apprendre plus dessus, on se penchera sur les poèmes, une fois qu’on sera sur que se sera sans danger.


Elle avait pratiquement oublié le pirate après tout, elles étaient encore là, il y avait donc fort à parier qu’il venait de se réveiller dans le monde réel.

- ça te va


Demanda-t-elle en se reprenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Mar 3 Nov - 22:26

Anastasia avait fermé mentalement les yeux de plaisir: sa seule amie était en train de lui parler de sa voix douce. Elle lui manquait; comme c'était dommage qu'elle ne puisse pas être là.
Quand le contact télépathique fut rompu elle fut surprise par le silence soudain mais prisonnière du sortilège d'entrave qui l'avait prostrée, à demi penché sur le calepin, elle ne put pas voir de quoi il en retournait.

Le carnet de Jesudor...? Harry Potter ?
Certes, elle en avait lu une bonne partie mais l'histoire était presque oubliée et n'avait aucune envie de potasser la saga dans son entier ! Elle demanderait à Yoake, peut-être se souviendrait-elle de quel volume il s'agissait ?

En attendant, Pink-Daddy était revenu et semblait tourner, virer mal à l'aise sur son corps.
Enfin, elle prit la parole:
Pink-Daddy n'a pas vu grand chose... A part un caleçon à carreaux et une serviette de toilette à fleurs... Mais Pink-Daddy t'aime très fort, la prochaine fois elle essaiera de te faire davantage plaisir...
Pourtant, ce qu'annonçait le gastéropode n'était rien comparé à ce qu'elle entendait de la bouche de Viktor: il avait fait une bêtise, la belle affaire !
Mais plutôt que la raconter afin de faire gagner un temps précieux, voilà qu'il se la jouait énigmatique et pleurnicheur pour finalement ne rien dire du tout à part qu'il ne voulait pas lire les poèmes que de toutes façons il n'avait pas voulu les écrire; il était carrément stupide ou quoi ?
En plus, il tentait de faire comprendre que son frère courait un risque mais ne dévoilait rien ? Impensable !
La jeune femme était perdue; l'humain quel qu'il soit était vraiment une espèce difficile à comprendre et là c'était le bouquet.

Le sortilège fut levé et Anastasia pouvait enfin bouger; cela tombait bien !
Furieuse et angoissée elle se mit à arpenter la pièce à grands pas afin de ne pas exploser au nez de l'adolescent et gâcher le plan de la Japonaise.
Au bout de trois tours de pièce en silence, tête baissée, elle s'aperçut brusquement que Sydney n'était plus là; il ne manquait plus que ça !
Elle n'étaient plus que toutes les deux maintenant, plongées jusqu'au cou dans une affaire où tous semblaient savoir quelque chose mais ne disaient rien.

C'est à ce moment que la litanie désespérée de Viktor parvint à ses oreilles. Pourquoi était-il si accablé ? Avait-il pressenti quelque chose ? Mais qu'il le dise !
La jeune femme s'était arrêté de déambuler mais ne savait que faire, le contact avec les autres n'était pas son fort, sauf avec Selene. Yoake par contre savait consoler, elle la laissa faire mais ne répondit pas à ses propositions pour la simple raison qu'elle ne voyait pas en quoi Minerva Acturus les aiderait plus que les autres.
Elle haussa les épaules et dit:
à ce que je vois on n'est pas prêt de descendre voir le gardien... Pourtant s'il y a bien quelqu'un qui saurait nous en dire plus, c'est bien lui.
Ce que je comprends c'est qu'ici tout le monde perd son temps à ne pas dire ce qu'il y a à dire et qu'en attendant le coupable reste bien tranquille à comploter le pire !
lança-elle en regardant Viktor droit dans les yeux.
Et quand c'est trop tard, on se plaint et on pleure, continua t-elle comme pour elle même.
Elle resta un moment silencieuse puis n'y tenant plus, elle craqua:
mais merde, réagit Viktor ! Dis-nous une bonne fois pour toute ce qui se passe avec ce putain de carnet qu'on puisse agir rapidement ! On sait que tu n'es pas coupable alors arrête ton cinéma et aide nous à chercher !

Vraiment, elle ne comprenait pas l'état d'esprit de ce gamin.
Avec tout ce qu'elle venait de balancer, c'était certain qu'il ne l'aimerait plus mais de toutes façon, il ne l'aimait déjà pas. Yoake et Sydney non plus d'ailleurs; elle n'avait donc plus rien à perdre.

Se tournant vers Yoake elle l'informa:
j'ai contacté mon amie par télépathie. Elle m'a répondu que cette histoire ressemblait à s'y méprendre au carnet de Jesudor dans Harry Potter, si c'est vrai j'ai l'impression qu'on a du pain sur la planche parce qu'en plus le coupable mourrait être mort depuis des siècles.
Pour commencer, il faudrait logiquement détruire ce carnet, non ?
E si mes souvenirs sont exacts le calepin était un des objet où était caché un morceau d'âme de Voldemort...

En prononçant cette phrase un frisson de terreur lui parcourut l'échine; elle était à deux doigts de prendre ses jambes à son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Dim 8 Nov - 20:45

Pink-daddy, la limace s’excusa auprès de sa propriétaire de ne pas avoir obtenu plus de renseignements et Yoake grimaça de dégoût. Ça devait sûrement être un pouvoir de son interlocutrice, mais la Japonaise le trouva pour le moment plus écoeurant qu’utile, pourvu qu’elle ne soit pas un jour la cible de la limace rose.

Anastasia, au lieu de donner son avis se plaignit de ne pas pouvoir retrouver le gardien pour lui pauser plus de questions, elle poussa aussi Viktor dans ses derniers retranchements, lui demandant sa participation à l’enquête, tout en lui affirmant qu’il n’était pas coupable, le jeune homme ne savait plus ou se mettre, la tête entre ses mains, bouleversé face à la disparition de son frère.

Yoake se leva et se plaça devant Ana :

- ça ne sert à rien, Ana, il n’est pas en état de répondre.

La Japonaise ne sut pas si sa collègue l’avait entendu ou non, mais elle n’avait pas envie de se disputer avec sa coéquipière. Elle se souvenait encore de sa réaction face à Sydney, n’arrivait-elle pas à gérer ce genre de situation ? Il fallait qu’elle soit plus amicale, après tout, les deux femmes voulaient la même chose, trouver la coupe d’Ether et sauver Ketariah.

Ana parla alors de sa conversation télépathique avec son amie et Yoake fut soulager de voir qu’elle ne lui en voulait pas de camper sur ses positions. Le carnet de Tom Jédusor… Elle y pensait aussi, décidément, bienvenue à Dreamland : le pays ou toutes fictions deviennent réalités.

- Ton amie à raison, il y a une étrange ressemblance avec le carnet de Tom Jédusor, et je commence à penser qu’il n’a pas été oublié dans la calèche par hasard, de plus, le lien de Viktor et du carnet ressemble étrangement à celui de Ginny. Seulement, le film ne parle pas de vol d’objet divin comme d’une coupe, mais Voldemort cherchait l’immortalité, notre coupable veut peut-être la même chose.

Elle parla alors de détruire le carnet, mais Yoake secoua la tête :

- Dans le film Ginny à bien tenté de s’en débarrasser, mais c’était impossible de plus c’est notre seul lien avec le coupable, Harry Potter à détruit le carnet une fois seulement qu’il était face au souvenir de Voldemort grâce au venin de basilic.

Elle regarda le carnet et frissonna à nouveau en pensant à ces pouvoirs :

- Minerva Acturus m’a dit de me concentrer sur le comment et je pense que nous tenons à présent une piste suffisamment sérieuse pour lui demander de l’aide. Il faut aussi qu’on parle au gardien et qu’on demande au cocher plus d’informations. Qui était présent dans la calèche avant Mickael et Viktor ? Par exemple. Malheureusement, le temps n’est pas étirable Ana.

Fit-elle en fermant les yeux, c’est alors que la voix de Viktor parvient à ses oreilles :

- Je… vais dire ce que je sais, mais…

Yoake se tourna alors vers lui et croisa son regard blessé, les remontrances d’Ana auraient-elles fait mouche ?

- Mais seulement à toi !

Viktor semblait sûr des conditions qu’il imposait et Yoake serra les dents. Comment Ana allait-elle prendre ça ? En même temps, elles avaient besoin de ses informations et elle n’avait pas été tendre avec Victor. La Japonaise se tourna alors vers sa coéquipière et dit d’une voix douce :

- Ana, tu peux m’attendre dehors je te retrouve dans cinq minutes.

Yoake attendit qu’elle sorte et s’assît à côté de Viktor le visage tendu, elle patienta le temps que Viktor veuille bien parler.
Ce qu’il fit rapidement :

- Le carnet était comme... habité... j'ai été bête, mais je n'avais jamais vu d'enchantement pareil. Pendant plusieurs jours, il ne s'est rien passé, j'ai écrit dedans comme s'il s'agissait d'un objet ordinaire... Un jour, heureusement, j'étais seul, il s'est mis à vibrer. J'ai essayé de réécrire dessus, mais il s'est soulevé, les pages tournaient toutes seules, et quelque chose en est sortie. Enfin... J'ai "senti" que quelque chose en sortait, parce que je n'ai rien vu. Je... J'ai pas fait exprès vous comprenez ? Ça se trouve ça n'a pas de rapport, mais... On ne voulait rien dire, parce qu'on savait qu'on serait soupçonnés, comme le faisaient vos collègues, il poussa un soupir, Mickaël a dit qu'il avait une idée, que ça ressemblait à une vieille forme de magie noire, je crois qu'il voulait arrêter le coupable pour nous innocenter... J'en sais pas plus, je ne sais même pas où il est maintenant.

- Je vois…

Murmura Yoake d’une voix blanche, elle avait un mauvais pressentiment ce qui était sorti de ce carnet ne devait pas être juste là pour un simple thé.

- On va tout faire pour retrouver ton frère. Je t’emprunte ce carnet…

Elle se leva, saisit le carnet et le rangea dans son sac. Elle se retourna vers Viktor et dit dans un petit sourire :

- Merci d’avoir dit ce que tu sais, on va trouver un moyen d’arrêter cette chose, et de sauver Ketariah après tout, c’est notre Job. Mais j’aimerais que tu restes en sécurité, ne cherche pas à affronter la bête seul, et si tu te souviens de quelque chose entre-temps fait le nous savoir. Je sais aussi que tu souhaites retrouver ton frère, mais n’y va pas et ne reste pas seul, je vais mettre les anges sur le coup… S’il te plaît...

Yoake ne sut si Viktor allait suivre ou non ses directives, mais elle espérait vraiment qu’il le fasse pour sa survit à lui, une motivation de plus pour sauver Ketariah…. Pensa-t-elle en poussant la porte. Elle dit à Ana de l’autre côté :

- Il faut qu’on trouve Ariel, Kannel, ou Feriel et qu’on les prévienne de la disparition de Mickael. Ce carnet a lâché quelque chose de terrifiant peut être un basilic voir même pire… Et apparemment, c’est invisible.

Elle pensa à ce qu’avait dit Sydney avant de disparaître : des feulements…
Elle choisit de détailler ce que lui avait dit Viktor et conclut :

- J’ai un mauvais pressentiment pour Mickael surtout maintenant que je connais l’existence de cette bête, on peut se diriger vers le gardien si tu veux, on trouvera peut-être de l’aide en route.

Elle avait l’impression de ne rien contrôler, mais savait qu’elle ne pouvait plus laisser tomber les anges à présent. Est-ce qu’Ana ressentait la même chose elle aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Mer 11 Nov - 13:01

Plus calme, Anastasia écoutait avec concentration les explications de Yoake; elle n'était pas allée jusqu'au tome 6 de l'histoire d'Harry Potter et n'avait vu aucun des films, ce qu'elle regretta amèrement; par contre elle se souvint être vaguement tombée sur des sites qui résumaient certains passages ou personnages.
La biographie de Voldemort faisait partie de ce qui l'avait le plus fait frémir. Y avait-il un lien direct ou indirect ici, avec ce personnage fictif, maléfique ? Elle espérait que non: elle ne possédait aucun pouvoir pour lutter contre quelque chose d'aussi puissant et n'avait aucune envie d'y laisser sa peau!

Aussi, quand Viktor annonça de sa voix incertaine: « je vais vous dire tout ce que je sais mais à toi seulement » en désignant la Japonaise, son sang ne fit à nouveau qu'un tour.
Tout un peuple d'anges allait mourir et lui posait des conditions comme un gamin de maternelle ? Quel égoïste !

A la demande de Yoake, la jeune femme prit la porte et la claqua violemment mais n'attendit pas dehors, il n'en était pas question, pas de messes basses pour une mission d'une telle importance!
Elle se plaqua contre la porte et y colla son oreille afin de tout entendre.
Elle n'était pas furieuse contre Yoake ni même contre le jeune homme mais à cause de la preuve indubitable que ce garçon ne l'aimait pas et que Yoake la considérait comme quelqu'un de second rang.
Si elles avaient été en cour de récréation, elle l'imaginait très bien dire: « toi tu comptes pour du beurre, tu peux sortir! » mais on était dans la réalité – certes Dreamladienne – et la Japonaise n'avait pas fait un seul effort pour l'intégrer, pour faire entendre raison à un adolescent capricieux.
Pourtant, elle n'était pas si nulle, elle avait su récolter une paire d'informations importantes comme ce carnet que Yoake s'accaparait à présent.

Angoissée, dépitée, c'est avec un visage fermé qu'elle accueilli la jeune femme qui poussait la porte, en lui faisant un résumé de la situation dont elle n'avait que faire puisqu'elle avait tout entendu.
Au mot « bête » elle sursauta et lança froidement: qu'est-ce qui te fait dire que l'agresseur est une bête ? Où sont les preuves formelles de ton hypothèse ? Le feulement que Sydney a décrit ? Cela ne signifie rien, il n'a rien vu !
Inconsciemment, pour se venger d'être si mal traitée par l'hematophobe arrogante, elle lui renvoya son dédain en continuant sur sa lancée:
Si nous récapitulons convenablement les hypothèses, elle insista sur ce mot, que nous soulevons et si nous faisons un parallèle avec le roman nous pourrions dire que le carnet est un horcruxe, à savoir, un objet dans lequel on introduit une partie de son âme après avoir commis un meurtre.
Pour ta gouverne, rappelle-toi que Voldemort, également nommé Jedusor a déposé sept parties de son âme dans six objets: une bague, un journal intime, un médaillon, un serpent, un diadème et... une coupe ! La septième chose n'était pas un objet mais une personne.

Après avoir énoncé tout cela, Anastasia se calma; un voile noir et sanglant se dessinait petit à petit au point qu'elle aurait aimé pouvoir prier n'importe quel dieu pour que tout soit faux.
Elle avait peur à présent.
Elle contempla un instant sa collègue d'infortune et s'aperçut qu'elle avait l'air aussi démunie et fragile qu'elle-même, que derrière la volonté d'aider les anges, se cachait les mêmes incertitudes, le même sentiment de ne rien contrôler et la même peur face à quelque chose qui les dépassait.
Elle ferma les yeux et s'excusa de son comportement désagréable avant de poursuivre son raisonnement.
Elle s'adressa à Yoake sur un ton monocorde comme si elle se parlait à elle seule:
Si le carnet est un horcruxe, cela pourrait signifier que son propriétaire à dû tuer pour y introduire une partie de son âme... Que ce carnet est dorénavant capable d'utiliser les pouvoirs de Viktor à son insu et lui faire faire ce qu'il veut, y compris être possédé par les souvenirs que le voleur a mis dedans. Que ce même carnet à le pouvoir de penser grâce à ce « souvenir » et enfin, que si ce carnet sort d'ici pour une raison ou pour une autre, il pourra faire sortir le voleur avec lui...
Elle resta un moment silencieuse tout en guettant les réactions de la Japonaise puis, d'une voix blanche, elle demanda: qui a été tué pour que cela devienne un horcruxe ?

Anastasia avait peur de la réponse; elle ne voulait pas l'entendre, cela ne pouvait pas être possible !
Afin de diluer la côté brûlant de l'interrogation elle dit pêle-mêle, rapidement, comme si elle voulait à toute force faire dévier la conversation sur un autre chemin: Voldemort pouvait parler le langage des serpents, c'était peut-être cela le feulement... Il voulait voler la pierre philosophale pour retrouver une forme humaine, la coupe des anges ? Il peut être quelqu'un de mort depuis...
Elle se souvint tout à coup de la liste de nom imprimée dans son cerveau grâce au pouvoir du Gardien.
Elle se tourna vivement vers la jeune femme et lui dit:
Le Gardien m'a donné les noms des gens à qui il a refusé l'accès de Ketheria. Parmi eux, certains sont morts depuis 300 ans !
Elle regretta de n'avoir pris en considération que les vivants, que de temps perdu.
Elle récita les noms pour sa collègue:
Grindewald A. Meredius; j'ai appris qu'il était mort depuis peu.
Viktor Alumni
Bella Beatrix
Magnus Delioncourt; lui est toujours vivant. Il possède une industrie de balais volants et il est riche.
Simon Potter
Adam Meyer et
Katherine Ravenclaw.

Je pense qu'il faudra rapidement se renseigner sur qui ils sont ou étaient; il se pourrait qu'un de ceux-là soit celui que nous cherchons mais avant...
Anastasia n'arrivait décidément pas à articuler cette phrase, de crainte que cela porte malheur.
Elle répondit à la question de la jeune femme: non; n'allons pas voir le gardien, je pense que c'est dangereux maintenant de redescendre; tu te souviens que je voulait faire passer tout le monde devant lui, y compris Viktor et son carnet ?
Puis dans un murmure elle articula: cherchons plutôt Michael, nous aviserons après.
Et... Je sais que tu as ce carnet sur toi. Je me demande si c'est bien prudent... Disons que je n'aimerais pas me retrouver seule à enquêter, tu comprends ?


Anastasia n'osa pas porter le coup de grâce en demandant: "tu crois qu'il y a d'autres Horcruxes, donc d'autres crimes ?"
Elle frissonna malgré la douceur ambiante et garda cette réflexion pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Jeu 12 Nov - 20:17

Sans le savoir, Yoake avait assimilé à bête la chose qui était sorti du carnet et Ana ne manquait pas de lui rappeler que ça pouvait être tout autre chose, elle se lança alors dans le détail des horcruxes, essayant d’étaler sa science sur le livre. Yoake tenta de la suivre au mieux, mais il était vrai qu’elle n’avait pas du tout la même façon de fonctionner. Le carnet est peut être un horcruxe c’est une possibilité, mais tout n’est pas totalement en rapport avec les livres et les films d’Harry Potter, déjà, il ne se trouvait pas dans une école de sorcier loin de là c’était avant tout Kétariah, la ville des anges.

La Japonaise l’écouta quand même, malgré le stress qui montait quand elle pensait aux frère Dessay, et selectionna quelques idée d’Ana qui lui semblait juste : le carnet pouvait être un horcruxe mais seul Minerva Acturus confirmerait si oui ou non c’était possible, il y avait aussi le fait de ne pas emmener le carnet à l’extérieur de l’île là-dessus elle avait raison. Tant qu’au reste elle s’emportait.

Yoake ne détestait pas Ana, se n’était pas le moment ni l’endroit pour se faire une ennemie mais c’était tellement compliqué de la comprendre, quand elle s’emportait de cette façon de plus elle campait comme elle sur ses idées. Pas facile de pouvoir placer un mot sans la vexer. Pourtant la japonaise trouvait de plus en plus que ce n’était pas le moment de faire des plans sur la comète, elle leva ses yeux vers le soleil qui se couchait et ressentit d’un coup la faim et la fatigue lui tomber dessus elles avaient tenu toute la journée à chercher des pistes à droite à gauche se mettant une pression monstre pour retrouver la coupe avant 5 jours … La Nipponne commençait a en payer le coup.

- Ana, je suis d’accord avec toi pour retrouver Mickael, au plus vite.

Elle se tourna vers sa collègue l’air sombre :

- Mais toute cette enquête ne tourne pas autour d’Harry potter, le carnet n’est peut être pas un horchruxe, et notre ennemi n’est pas forcément un immortel du même type que Voldemort, rien ne sert de partir sur ce genre d’hypothèse, je suis sur que le carnet nous guidera vers la suite des opérations.


Elle écouta la réponse d’Ana et s’apprêta à lui répondre quand enfin elle retrouva Kannel qui « courrait » avec plusieurs anges en direction de la pièce du luminateur.
Elle courut comme elle pouvait afin de le rattraper et constata que les traits de l’ange restaient détendus alors que les siens étaient marqués sur son visage blême. Elle l’appela mais ce dernier « courrait » toujours, du moins et si elle avait eut le temps de réfléchir Yoake aurait plutôt dit voler, décidant qu’il y avait urgence elle demanda :

- Kannel, quelque chose, ou quelqu’un d’extrêmement dangereux se trouve sur Ketariah, il est sorti d’un carnet et je n’ai pas forcément le temps d’en dire plus, mais Mickael à disparut il faut le retrouver et…

- Mickael Dessay n’a pas disparut.

Dit simplement l’ange avant de rentrer dans la pièce du luminateur.
Yoake aurait du écouter son instinct qui lui intimait de ne pas rentrer, que l’image sordide qu’elle allait voir, aurait une fois de plus avoir raison d’elle. Mais il s’agissait avant tout de son job, elle ne pouvait pas se laisser vaincre par sa phobie… Cette détermination s’évanouit quand l’odeur métallique du sang arriva à ses narines.

Il y avait du monde, les anges regardaient tous dans la même direction. Déjà ailleurs,Yoake savait qu’elle ne pouvait plus faire marche arrière : Il était là baignant dans son sang de profondes entailles avaient traversées son corps, le sang coulait encore et encore s’étalant sur le sol transparent du luminateur couvrant les runes ésotérique.

- Un monstre.

Murmura-t-elle d’une voix blanche avant de plonger elle-même dans le sang de ses visions :
Le sang remplissait la pièce sans qu’elle ne puisse réagir, elle voulait rester à la surface mais des mains la poussèrent à s’immerger totalement dans le sang, le liquide rouge et visqueux rentre dans sa gorge rendant ses cris inexploitables. On l’aida à remonter avec force et la japonaise découvrit Kyle, qui souriait comme si il était content de la voir, il indiqua une images à travers le voile rouge. C’était le cadavre de Mickael, son regard sans vie semblait la fixer comme si elle était responsable de sa mort. A ses côtés son frère la regardait, avant de s’asseoir à côté du cadavre, laissant le sang se mêler au sien lui arrachant un cri plaintif à l’hématophobe. Elle ne pouvait plus tenir la promesse qu’elle s’était faites, les frères étaient à présent séparés comme son frère et elle avant eux
Cette vision était de trop pour la japonaise malgré tout ses efforts le corps et l’esprit réclamaient la même chose le repos… Elle perdit connaissance.

HJ : en relisant tout le déroulement de l’enquête, j’en ai déduit que la nuit allait tomber, et je pense que par la force des choses Yoake va se reposer. Après si tu le veux tu peux enquêter de nuits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Ven 13 Nov - 23:06

Yoake semblait l'écouter en pensant à autre chose comme si ce qu'elle disait ne l'intéressait pas, du coup Anastasia se sentait encore plus rejetée, abandonnée.
« Encore une qui a une calculatrice à la place du coeur » pensa t-elle; du coup, elle lui lança vertement à la figure:
tu me prends pour une imbécile ou quoi ? je sais que nous ne sommes pas dans le roman de Harry Potter et qu'il y a peu de chance pour qu'on rencontre Voldemort !
Dorénavant, elle s'en tiendrait au debriefing, il n'y avait pas moyen de parler avec cette fille qui se la jouait gentille juste pour tirer les vers du nez; qu'elle suive donc l'avis du carnet pour la suite de ses opérations !

C'est à ce moment qu'elle vit Kannel courir comme s'il volait en direction de la pièce du luminateur.
Tout comme la Japonaise, elle se mit à courir derrière lui et en se retournant, vit que d'autres anges prenaient également cette direction; que se passait-il ? Elle se rapprocha et entendit que Mickael n'avait pas disparut. Elle faillit lâcher un soupir de soulagement mais son intuition lui soufflait qu'il avait dû arriver quelque chose de grave pour que tous se ruent ainsi.
Elle se retourna encore et aperçut au loin Viktor qui suivait le mouvement de foule.
Elle pénétra à l'intérieur de la salle.
Il y avait tellement d'anges agglutinés au même endroit qu'elle ne vit rien mais l'odeur âcre, écoeurante du sang frais lui fit envisager le pire.
Derrière elle, l'adolescent arborait un visage décomposé et jouait des coudes afin d'entrer; quant à Yoake déjà devant, prise d'un malaise tournait de l'oeil.
Anastasia était trop loin pour lui venir en aide; d'ailleurs quelques anges s'occupaient déjà de la réanimer ou de l'emmener ailleurs.
Elle profita de l'évacuation pour s'approcher encore et ce qu'elle découvrit dépassait en horreur tout ce qu'elle avait pu imaginer jusqu'à présent.
Mickael gisait dans une immense flaque de sang, lacéré de toutes parts comme s'il avait eu affaire à un tigre aux griffes démesurées.
Une violente nausée lui monta à la gorge qu'elle eut toutes les peines du monde à contenir, ses jambes étaient en coton et elle tremblait littéralement, incapable de détacher son regard du cadavre torturé.
C'est alors qu'elle entendit un hurlement atroce dont les modulations dénonçaient le chagrin poussé à son paroxysme.
Viktor s'élançaient vers son frère inerte, les yeux fous de douleur, tentant, malgré les anges qui le soutenait et le repoussait, de serrer une ultime fois son frère dans ses bras.
Anastasia s'élança vers lui afin de le réconforter mais ce fut peine perdue, le jeune homme était inconsolable et ne voyait personne.
Impuissante, elle laissa les anges le prendre en charge et entendit qu'ils organiseraient une veillée funèbre. A ces mots elle éclata en sanglot comme si cette simple phrase l'avait convaincue qu'elle n'était pas dans un cauchemar mais dans la plus sordide réalité.

Afin de ne pas être tentée de prendre le même chemin que Yoake, elle s'obligea au self-contrôle en se répétant qu'elle devait faire son job.
Lentement, à regret, elle s'approcha du cadavre et l'examina.
N'étant pas médecin légiste, elle n'était évidemment pas en mesure d'interpréter les plaies béantes mais rapidement, elle vit un mot écrit dans le sang, non loin de la main droite du jeune homme. Elle se pencha et lut: « Dark ».
Dark ? Murmura t-elle comme si le simple fait de dire tout haut ce mot allait lui donner la réponse de l'énigme.
Elle frissonna. Le meurtrier avait signé son sinistre forfait, cela signifiait que quelque part, il cherchait à se faire connaître, non ? comme s'il se sentait assez fort pour sortir de l'anonymat qui l'avait caractérisé jusque là.
Elle chercha des yeux Ariel et s'avança vers lui afin de lui montrer la terrifiante découverte et lui demander si ce mot lui disait quelque chose ou lui rappelait quelqu'un.
Elle écouta sa réponse et le pria de la laisser descendre voir le Gardien, ce qu'il fit.

Pour la deuxième fois en peu de temps, elle refit le chemin et trouva l'homme devant elle, à la même place.
Il faisait nuit à présent. A l'horizon on pouvait voir scintiller les lumières de Gloutoniskaïa; comme elle aurait aimé fuir cet enfer, courir vers la ville comme une dératée pour oublier...
Elle salua à nouveau le gardien, ouvrit grand son esprit et lui raconta mentalement leurs découvertes: le carnet où Viktor avait écrit les poèmes, la chose qui s'en était probablement échappée, le meurtre et le mot à côté de la main droite.
Elle lui dit en silence:
maintenant nous savons qu'il y a quelqu'un ou quelque chose extrêmement dangereux sur l'île; vous qui voyez tout, pouvez m'en dire plus ? Avez-vous pu lire quelque chose dans son esprit ?
Elle s'arrêta puis reprit sur le ton mentale de celle qui tente de se raccrocher à la dernière branche avant de sombrer:
parmi les noms que vous avez imprimé dans mon esprit en voyez-vous un plus particulier qui pourrait répondre à cette description infernale ? Un qui serait assez fort pour faire tout cela ?
Reprenant le thème d'Harry Potter, elle continua: était-ce son âme qui était dans le carnet ? ou... un morceau ? Pouvez-vous voir ce qu'il y a dans cette âme ? Pourquoi a t-il des griffes si longues ? C'est un animal ? Ou quelqu'un qui peut se transformer ?

Elle s'arrêta là, hors d'haleine. Elle aurait aimé poser encore plus de questions mais lesquelles ? Plus rien ne venait dans son esprit en ébullition. Elle aurait tellement voulu qu'il lui dise: c'est untel et il est à tel endroit, nous allons l'arrêter, tout est fini, vous pouvez aller vous reposer... Hélas; elle se doutait bien qu'il n'en serait pas ainsi.
Elle attendit que le Gardien prenne la parole. En fonction de ce qu'il répondrait, elle demanderait peut-être à revoir le cocher le lendemain matin; en attendant, elle irait dormir un peu afin de digérer les éventuelles informations.

…..

HP: ce qui apparait en italique sont les infos que le MDS m'a donné par MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Sam 14 Nov - 18:12

Ariel se sentait débordé. Le peuple des anges étant globalement pacifiste, on pouvait bien sûr y croiser quelques querelles, mais jamais d’affaire de meurtre. Son visage androgyne laissait percevoir quelques signes de fatigue, de crainte aussi, alors que les catastrophes s’enchaînaient. D’abord le vol, puis ça… Lorsque Yoake s’était évanouie, il s’était personnellement penché sur elle pour s’assurer de son état avant d’ordonner qu’elle soit transportée dans la salle de repos du palais. C’était une pièce petite, blanche, avec un infirmier à sa disposition au moindre appel.

Tandis qu’il donnait les instructions pour organiser l’enlèvement du corps de Mickaël, l’application de sorts de conservation le temps de son rapatriement et la planification d’une veillée funéraire, Anastasia sollicita son aide. L’ange n’avait pas vu l’inscription, trop bouleversé par le fait même, mais s’efforça de s’arracha une minute à ses obligations pour répondre :

- Hormis que ça a attrait à l’obscurité, non… j’ai peur que cela ne vous aide pas d’ailleurs, car la pièce du Luminateur ne s’éteind jamais. C’est notre lieu le plus sacré, après la chambre du Dieu et la salle de la Coupe…

Suite à ces informations, la voyageuse voulut descendre voir le Gardien. Le conseiller lui indiqua d’une main qu’il suffisait, comme les fois précédentes, de se placer sur la surface de verre pour que leur protecteur active le passage, et elle disparut. Le colosse avait déchiffré ses troubles et ses questions avant même qu’elle ne fasse l’effort de les mettre en valeur, mais il attendit patiemment qu’elle formule ses questions avant de répondre, en faisant le choix de la voix orale.

- Je ne vois pas tout, malheureusement. Comme je vous l’ai dit, je ne peux que ressentir les émotions de mes semblables et déchiffrer chacune des âmes qui passent devant moi. Je n'ai pas la possibilité de répondre à vos interrogations, j’en suis navré.

Et c’était la vérité. S’il avait pu déceler un esprit coupable ou connaître le responsable du vol de la Coupe, jamais les anges n’auraient fait appel à des enquêteurs externes. Sa main droite, appuyée sur la pomme de son glaive toujours planté dans le mécanisme qui activait le portail se crispa brièvement. Une délicate vague de lumière glissa sur la lame d’or et d’argent, scintillante dans la pénombre de la nuit tombée.

- Je sens que vous êtes troublée et que votre esprit abonde, reprit-il de sa voix chaude et paternelle, vous devriez vous reposer. Il me semble que votre peuple a pour habitude de dire que la nuit porte conseil ? Peut-être que le sommeil vous aidera à revoir les événements de façon plus organisée demain matin.

Ses yeux solaires se plongèrent dans ceux de la trentenaire qui ressentit immédiatement le sentiment de gratitude qu'éprouvaient, non pas uniquement le gardien, mais tous les anges pour le travail qu’elle fournissait. Silencieusement, il lui disait aussi d’agir avec prudence : ce qui avait pu causer la mort d’un sorcier universitaire à Gloutoniskaïen pouvait également venir à bout de voyageurs.

Quand la dépendante affective remonterait dans la cité des anges, la foule se sera dispersée. Il ne resterait que des agents occupés à nettoyer les traces de sang et Kanel, qui l’attenderait afin de l’escorter. L’endroit était si beau, si lumineux, qu’on avait du mal à croire qu’un meurtre s’y était déroulé. Et pourtant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Sam 14 Nov - 22:41

La réponse négative du Gardien affecta mentalement Anastasia; même lui ne savait pas, ne pouvait rien dire de plus; l'âme funeste s'était bien gardée de se présenter devant lui !
La jeune femme eut l'impression que le monde s'écroulait à ses pieds; jamais elles ne réussiraient à trouver le coupable.
Une boule d'angoisse gonfla dans sa gorge, pire qu'une angine, elle n'arrivait même plus à avaler sa salive; les idées étaient brouillées, le cerveau semblait vide.
Seules des larmes roulaient sur ses joues comme une fontaine intarissable.
C'est alors que le Gardien lui suggéra d'aller dormir... Tout simplement.
Elle leva les yeux vers cet homme fabuleux qu'elle était à deux doigts d'aimer comme un Dieu quand elle sentit comme une vague de chaleur qui semblait la remercier avec amour de tout ce qu'elle tentait d'entreprendre pour les aider, sans prendre en considération ses multiples erreurs, ni son mauvais caractère ni son manque de tact.
Emue comme jamais, elle s'effondra.
Ses jambes ne la soutenant plus, elle s'assit à même le sol et versa toutes les larmes de son corps. Trop d'émotions l'avaient envahie en trop peu de temps, il fallait que tout cela s'extériorise d'une manière ou d'une autre.

Au bout d'un moment, elle se rendit compte que ses sanglots n'étaient plus des larmes de stress et de douleur infinie mais plutôt une sorte d'eau salvatrice qui s'échappait de son corps.
Après avoir pleuré la mort de Mickael, et l'impuissance qu'elle ressentait, c'était à présent comme si elle pleurait de joie pour tout cet amour, toute cette confiance qu'elle venait de recevoir.
C'était ce qu'il fallait pour éclaircir l'esprit et recharger les batteries de la dépendante affective: juste un preuve d'amour.
Elle leva la tête et regarda avec émerveillement cet Homme qui lui soufflait la plus grande prudence, comme s'il tenait à elle comme à la prunelle de ses yeux.
Le regard du gardien était si pénétrant qu'elle ne put rester longtemps ainsi. Elle baissa la tête et murmura:
Oui, vous avez raison, je vais aller dormir; merci. Merci pour...Tout.

Lentement, à regret, elle fit demi-tour et reprit le chemin de l'île tandis que Pink-Daddy lui sussurait qu'elle aussi l'aimait très fort et peut-être même encore plus que le grand bonhomme !
Quand elle arriva dans la salle du Luminateur, la foule s'était dispersée. Seuls quelques anges, sûrement agents d'entretien tentaient de venir à bout de ce flot de sang, virant à présent au brun, reflet d'une vie volée à la fleur de l'âge.
L'odeur en était que plus prenante; elle faillit chanceler au moment où Kanel arrivait elle vers elle afin de l'emmener jusqu'au dortoir.
Elle le remercia et lui souhaita de trouver le sommeil malgré cette tragédie, se déshabilla et se glissa dans le lit moelleux.
Son corps se détendit au contact des draps frais et elle culpabilisa de trouver du plaisir à être enfin allongée alors que...

C'est alors qu'une phrase à laquelle elle n'avait prêté attention jusqu'alors surgit dans son esprit.
D'un bond elle se redressa en pensant: « il faut que j'en parle tout de suite à Yoake ! »
Elle s'apprêtait à se lever quand elle se souvint qu'Ariel l'avait fait emmener dans ce qui devait être une infirmerie.
Dépitée, elle se laissa retomber sur la couche comme une masse; elle était bien obligée d'attendre le lendemain, mais avant de sombrer dans un sommeil réparateur sans rêve, elle fit tourner cette phrase dans sa tête avec l'idée qui était venue avec, afin de pas l'oublier:
l'ange lui avait dit « La pièce du luminateur ne s'éteint jamais, c'est notre lieu le plus sacré après la chambre du Dieu et la salle de la Coupe... »
Or, le voleur-assassin avait pénétré dans le premier endroit sacré et volé la coupe; il n'avait hésité à massacrer un jeune étudiant dans le deuxième endroit sacré: la pièce du luminateur.
La prochaine fois, il agirait dans le troisième endroit sacré: la chambre du Dieu, c'était cela qu'elle voulait dire à la Japonaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Dim 15 Nov - 16:25

Le soleil montait au dessus de Kétariah, l’île de la tristesse actuellement, mais Yoake, qui venait de se réveiller était à des lieux de penser ça. La pièce entièrement blanche lui renvoyait la lumière du jour.
Après s’être étirée, la Japonaise tenta de remettre son esprit brumeux en place, elle devait être à Dreamland mais où exactement et pourquoi ne reconnaissait-elle pas cette chambre.
Elle s’approcha alors de la fenêtre et la vue lui redonna quelques souvenirs :

- La ville des anges … la coupe…

Murmura t’elle

Sont état serein depuis son réveil se brisa rapidement quand son regard se perdit vers la salle du luminateur. Mickael, le frère de Viktor était mort, le sang du jeune homme avait été versé dans cette pièce, avant qu’elle et Ana puisse faire quelque chose… et puis … et puis elle s’était sentit partir : une fois de plus.
Des souvenirs de sa vision lui revenaient par vagues, son visage perdait à nouveau ses couleurs et ses bras se resserrèrent contre elle.
Une nausée remonta en l’hématophobe et mit peut de temps à trouvé les toilettes derrière une des porte. Elle vida son estomac une bonne fois pour toute. Après ça, elle ne se sentait pas vraiment mieux comme si personne ici ne pouvait comprendre ce qu’elle vivait, tout le monde devait penser qu’une enquêtrice qui avait peur du sang était bonne pour changer de métier.
Un sourire triste d’autodérision apparu sur son visage. Elle remarqua alors la douche et se fut plus fort qu’elle, se besoin devenait vital si elle voulait commencer la journée dans de meilleurs conditions.
En faisait couler l’eau tiède sur son corps elle tenta de ne penser à rien, mais c’était peine perdue, pendant les longues heures ou elle restait sous le jet de l’eau chaude ses pensées dérivaient sur le moindre détail de l’enquête, de plus le corps sans vie de Mickael ne la quittait pas, dans qu’elle état devait être son frère…
Soudain quelque chose changea : Elle ne pouvait pas rester si faible, alors que tout un peuple pouvait disparaître, il y avait encore des moyens de trouver la coupe, et d’aider Viktor à surmonter ce choc.
Après quelques minutes de combat intérieur, elle réussit à sortir de la douche et trouve à disposition des serviettes pour se sécher. Elle se changea rapidement et mit en tête de rejoindre la salle de travail pour reprendre l’enquête le plus rapidement possible. Elle retrouva son sac et l’ouvrit pour vérifier que le carnet y était toujours.
Bien, il était là, elle n’avait pas besoin de l’ouvrir, maintenant le montrer à Minerva devenait une priorité.
La porte de la chambre s’ouvrit sur un ange tout de blanc vétu, son regard se posa sur le visage de la japonaise et sur le sac qu’elle venait de mettre sur ses épaules :

- Votre visage est bien pâle, nous ne doutons pas de votre motivation, mais vous n’obtiendriez rien avec une telle faiblesse en vous.

- Mais je vais bien…

Mensonge Yoake s’en rendait compte, mais sa phobie ne devait pas l’empêcher de réaliser son but.

- Je vais au moins vous amener de quoi manger. Patientez jusque là.

La Japonaise ne pu refuser son offre s’asseyant sur une chaise devant une fenêtre, elle attendit listant mentalement tout ce qu’elle devait faire et se demandant comment retrouver Ana, la salle de travail peut être, elle devrait y passer pour mettre sur le tableau tout ce qu’elle savait peut être que grâce à ça quelque chose lui sauterait aux yeux.

L’ange apporta un plateau sous les yeux de la Japonaise et la bonne odeur du thé lui fit le plus grand bien.

- Merci !


Elle engloutit son déjeunée et se leva finalement pour saluer l’ange :

- Je crois que je vais beaucoup mieux grâce à vous, et je suis vraiment désolée du souci que je vous ai causé. Merci encore !

Un dernier sourire avant d’ouvrir la porte et de se diriger vers la salle de travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Mar 17 Nov - 14:33

A son réveil Anastasia fut surprise de constater qu'elle s'était endormie presque instantanément malgré les évènements, qu'elle n'avait pas de migraine ni l'esprit embrumé mais au contraire une grande détermination. Le sommeil avait été réparateur.
Malgré tout, la tristesse ne l'avait pas quitté; les images du corps de Mickael et du désespoir de Viktor l'assaillaient constamment.

« On ne se laissera pas faire ! » songea t-elle tout en se levant pour fouiller dans sa hotte à la recherche de la trousse de toilette.
« Ce n'est pas un psychopathe mort ou vif, homme ou bête, puissant magicien ou non qui va nous dicter sa loi ! »
Forte de ces arguments, elle prit une douche rapide, se brossa les dents, peigna à peine ses cheveux et s'habilla à la hâte en ayant eu soin de choisir le tee-shirt « insupportable...Mais indispensable » histoire d'indiquer à l'agresseur de quel bois elle se chauffait.
Tout en se dirigeant vers le réfectoire elle repensa à ce qu'elle devait dire à Yoake; d'ailleurs elle avait raison, il fallait aller voir Minerva le plus rapidement possible.

Croquant à pleines dents dans une pomme en attendant que le café fumant refroidisse un peu elle tenta de comptabiliser mentalement ses pouvoirs et ses objets en cas d'attaque.
Le compte fut vite fait. Même s'il lui semblait être à Dreamland depuis une éternité, elle n'y était que depuis peu et se sentit bien fragile.
Elle regretta le départ précipité du capitaine, c'était un homme, il semblait ancien, il aurait eu la capacité de se battre contre le monstre sanguinaire...

Toutefois deux choses retinrent son attention: Pink-Daddy, d'abord.
Malgré les ignobles traces visqueuses qu'elle abandonnait sur son corps, elle avait été bien surprise de constater que le gastéropode était capable de sauter sur quelqu'un d'autre pour revenir ensuite lui rapporter ce qu'il avait vu et entendu; cela pourrait s'avérer fort utile dans l'avenir.
Entre deux bouchées, elle l'appela discrètement; la limace ne se fit pas prier pour répondre en innondant la jeune femme de mots d'amour.
Pink-Daddy, répéta t-elle, si un jour je te demande de sauter sur quelqu'un ou quelque chose de très dangereux... Peut-être même mortel, le ferais-tu pour moi ? Serais-tu capable de tout bien regarder et tout bien écouter pour venir me le rapporter ensuite ?
Oooooh oui !!!! s'écria t-elle joyeusement en faisant frémir ses antennes, je t'aime tellement, C'est qui ? j'ai hâte, j'ai hâte, j'ai hâte !!!
Patience, je te dirai qui en temps voulu. En tout cas merci beaucoup... Je t'aime fort aussi, réussit-elle à articuler malgré son dégoût.

L'autre chose était la pierre nécromancienne. Avec, elle pourrait appeler Edem; c'était une âme maintenant, peut-être pourrait-il l'aider ? À défaut il ne manquerait pas de lui communiquer son optimisme, elle en aurait certainement besoin !
Rassurée, elle avala d'un trait le breuvage tiédit; il était largement temps de partir à la recherche de la Japonaise.

Dehors le soleil était au rendez-vous, l'air était doux et chargé de parfum de fleurs. Rien n'indiquait qu'ici même s'était déroulé cette suite d'évènements tragiques; tout semblait si serein.
Elle dirigea ses pas vers la salle de travail, décidée d'y attendre la jeune fille tout en poursuivant ses réflexions.
Elle referma doucement la porte sur une pièce vide et s'assit.
Elle s'apprêtait à utiliser son cahier et son stylo puis se ravisa: il pourrait être dangereux de laisser des traces écrites de ses réflexions, après tout elle ne connaissait pas le tortionnaire voleur.
Sa première pensée revint à la signature écrite dans le sang, non loin de la main droite de Mickael. Cet emplacement assez précis était-il une mise en scène ? Avait-il de l'importance ou visait-il au contraire à éloigner les deux jeunes femmes de ce qui était primordiale ?

Dark. Le noir, le sombre... Une signature est une carte de visite du fantasme, du désir du tueur, c'est le reflet de sa nature profonde...
Le voleur meurtrier veut le noir en dérobant la coupe qui laisse la salle sacrée dans les ténèbres.
Ne pouvant éteindre le luminateur, il écrit son désir dans le sang.
Il va donc tenter d'étendre l'obscurité dans la chambre du Dieu; pourquoi ?

A chacune de ses interventions, il a laissé supposer qu'il était un animal, disons du genre félin: feulements pour le vol, griffures profondes pour le crime. Pourquoi ?

Et enfin: connaissait-il Mickael ? Où allait le jeune homme quand il a croisé son agresseur ? Et comment se sont-ils rencontrés ?

Autant de questions dont Anastasia n'avait aucune réponses. A qui allait-elle bien pouvoir demander tout cela ?
A ce moment la porte s 'ouvrit sur Yoake, traits pâles et tirés.
Anstasia l'accueillit d'un sourire en lui demandant si elle allait mieux.
Elle comprenait le malaise de la jeune femme, ce qu'elles avaient vues était épouvantable; d'aucun se serait pâmé pour bien moins !
Elle attendit que la Japonaise s'installe, lui fit part de ses interrogations puis l'informa de sa déduction: l'agresseur irait profaner la chambre du Dieu et y jetterait l'obscurité d'une manière ou d'une autre, elle en était quasiment sûre.
Enfin, elle lui dit: tu as raison, il faut aller voir Minerva tout de suite mais avant, j'aimerais qu'on prévienne Ariel du danger que court cette Chambre afin qu'il la protège ou la fasse surveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Ven 20 Nov - 8:18

Yoake se dirigea sans un mot en direction de la salle de travail d'un air décidé, après ce qui s'était passé la veille, la Japonaise ne pouvait pas rester sans rien faire : Elle était loin d'avoir abandonné. Elle sortit de sa poche un élastique et remontant ses cheveux dans un chignon dynamique.

Malheureusement en s'arrêtant devant un miroir Yoake constata que la femme pale en face d'elle avait les traits tirés, et elle ne parle même pas des cernes sous ses yeux sombres... Peut-être qu'avec un peu de maquillage... Ah non, Dreamland l'avait privée de toutes ses affaires à son arrivée et le maquillage n’était qu’apparence, ce n’était pas avec un tube de rouge à lèvres et de l’anti-cerne qu’elle allait résoudre cette affaire.

Elle ne fut donc pas surprise de voir Ana la fixer quand elle entra à son tour dans la salle travail. Ana lui demanda si elle allait mieux Et Yoake répondit d'un sourire :

- ça va mieux ce n'est pas un peu de s...

La Japonaise qui avait eu envie de cacher son état, butait à présent sur l'origine même de sa phobie, ça ne lui était encore jamais arrivé.

- Enfin, tu m'as compris, je suis prête pour la seconde journée.

Elle s'assit et Ana en profitant pour lui faire part de ses dernières interrogations, elle termina ensuite par le programme du début de cette journée. Et la Japonaise approuva d'un hochement de tête :

- Il se peut qu’il s’en prenne à la chambre du dieu oui, mais si le voleur et le monstre sont les mêmes personnes, il mettra l'obscurité en tuant le dieu lui-même dans quatre jours. Mais dans le doute autant l’avertir, tu as raison.


Qu'en était-il... Etait-il le voleur et le monstre dans ce cas pourquoi ? Est-ce que c'est cette apparence qui lui a permit de briser les sorts protégeant la coupe. Et une fois la coupe volée autant garder le profil bas, alors, pourquoi avoir tué Mickael ? Viktor avait dit qu'il voulait s'en occuper pour laver leurs culpabilités... Peut-être avait-il vu quelque chose de compromettant ? Malheureusement, il ne pourrait plus rien leurs dire... Il était mort...

- Pour ce mot... Dark... Mickael avait dit à son frère qu'il s'agissait d'une vielle forme de magie noire, peut-être Est-ce lui qui nous a laissé ce message..., Minerva Acturus pourrait peut-être nous renseigner sur ce second point.

Autre chose la tracassait quelque peu, mais elle ne voulait pas se lancer dans des hypothèses sans but avec Ana et encore plus quand s’il s'agissait d'Harry Potter. Il y avait deux choses à sa connaissance qui pouvait prouver que le voleur soit une personne et un monstre en même temps : un animagus de type gros félin, ou un loup-garou, mais dans ce cas-là pourquoi l'ange avait-il parlé de feulement ça ne collait pas... Quoi qu'il en soit il ne s'agissait que d'hypothèses, selon la tournure que prendrait leur entrevue avec Minerva, elle pourrait en parler...

- on pourra aussi demander au cocher qui se trouvait dans la calèche avant les frères Dessay.

Elle tendit la main vers la corbeille de fruits et en mit quelques-uns dans son sac, quelque chose lui disait que la journée allait être aussi chargé qu’hier donc autant prendre un peu d’avance sur le prochain repas, pour ne pas se retrouver dans le même état que la veille. Elle prit aussi le temps d’écouter l’avis de sa collègue et mit aussitôt après son sac sur ses épaules, il contenait toujours le carnet, c’est pourquoi elle espérait trouver Ariel en dehors de la chambre du dieu… Sinon Ana irait seule. Elle ne voulait pas non plus laisser le carnet sans surveillance qui sait ce qu’il pourrait faire encore entre des mains innocentes. Elle croisa le regard de la femme brune.

- Allons-y, même si je ne sais pas où le trouver, avec ce qu’il s’est passé la veille, il doit courir dans tous les sens. Et Viktor ? Tu as des nouvelles ?

Question idiote qu’elle n’aurait pas dû poser, elle connaissait déjà la réponse, son frère était mort, il devait être complétement choqué. Aurait-elle le temps de le voir aujourd’hui ? Pas sûr… Pourtant, il devait avoir besoin de voir du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   Sam 21 Nov - 14:09

Anastasia planta un regard plein de compréhension dans celui, fatigué, de Yoake.
Oui, il y avait eu beaucoup de sang la veille au soir; trop et elles n'étaient que des enquêtrices amateurs. Elle n'osa pas en parler davantage, la jeune femme sentait comme un blocage à ce niveau chez la Japonaise, elle ne voulait pas être lourde ni la déstabiliser, il restait tellement de choses à faire...
Je suis prête aussi, ajouta t-elle seulement.

La jeune femme écoutait avec la plus grande attention les arguments de Yoake.
Certes, elle la trouvait froide et trop mesurée dans ses sentiments mais cela lui donnait l'avantage d'un esprit critique et d'une vue d'ensemble qu'Anastasia ne possédait pas, tant elle se laissait embrouiller par les émotions.
Aussi quand la jeune fille souligna le fait qu'au bout du compte, dans quatre jours le dieu serait mort dans l'obscurité de sa chambre, elle ne sut que répondre et se mit réfléchir.
Au bout d'un moment, elle dit:
peut-être que ce monstre n'a pas envie d'attendre quatre jours pour éliminer le Dieu. Peut-être n'est il pas venu uniquement pour prendre la coupe, qui sait ?
Tout à coup elle eut un flash et ajouta: j'espère qu'il ne va pas s'en prendre aussi au Gardien du luminateur !!!
Cette phrase était sortie d'un coup; elle aimait tellement cet homme extraordinaire qu'elle se sentit paniquée à l'idée qu'il pourrait disparaître lui aussi.
Que pourrait-on faire pour le protéger ? S'écria t-elle angoissée.

Anstasia avait hâte d'aller voir Minerva à présent; elle se sentait incapable de revivre un crime de plus, de voir un être cher partir, comme Edem.
Elle se dirigeait vers la porte quand l'hypothèse de la Japonaise sur le mot « dark » la fit revenir sur ses pas en soufflant:
génial, je n'y avais pas pensé ! Et il n'y a qu'une personne qui peut savoir si ce mot a été écrit par Mickael ou par le meurtrier: Viktor.
Il faudrait pouvoir le convaincre de nous aider à venger la mort de son frère... Tu penses en être capable, Yoake ?


Du coup, la jeune femme se dit que pour y arriver, il faudrait aussi pouvoir convaincre d'autres personnes à s'impliquer comme elles dans l'enquête mais la Japonaise n'aurait peut-être pas envie de partager les lauriers avec tout le monde en cas de réussite.
La jeune femme était bien ennuyée de ne jamais savoir à quoi s'en tenir avec elle. Elle semblait si inabordable, si lisse qu'elle se sentait glisser comme sur un mur de carrelage blanc chaque fois qu'elle cherchait à lire une émotion sur ce visage Asiatique.
Elle choisit de rester silencieuse; après tout, l'idée était peut-être mauvaise ou utopique ?

Ah, oui... Répondit-elle en levant les yeux au ciel, excédée contre elle-même: j'ai oublié de demander pour le cocher, je suis bonne pour redescendre!
En fait, elle n'avait pas omis ce détail mais pensait plus simplement que le cocher n'avait pas embarqué le meurtrier donc ne l'avait pas vu; à fortiori s'il était mort depuis 300 ans.
La Japonaise avait pourtant raison: il fallait avoir une réponse sûre.

Il était temps de partir.
Elle se servit également dans la coupe à fruits et suivit la Japonaise tout en répondant: non, je n'ai pas vu Viktor depuis... Il était plongé dans un tel chagrin... Il serait bon qu'on aille à la veillée se recueillir devant la dépouille de Mickael, même pour quelques minutes. Ne serait-ce que pour apporter notre soutien; qu'en penses-tu ?

Ne sachant trop où aller, Anastasia courut vers un ange qui passait afin de lui demander où se trouvait Ariel.
Il est dans cet espèce temple là-bas où nous nous réunissons habituellement pour nos cérémonies spirituelles. Ce sera le lieu de la veillée[/b. répondit-il avant de repartir vers ses occupations.
Les deux enquêtrices en herbe se dirigèrent vers l'endroit indiqué et entrèrent.

Le bâtiment était rond, assez épuré et illuminé par la lumière du jour.
Le corps de Mickael était au centre, protégé par des sortilèges de conservation, dans un linceul blanc. Un autel fleuri était dressé pour que plus tard, les visiteurs puissent dire quelques mots.
Ariel était là; il supervisait les préparatifs et créait de lui-même des petits lumignons qui flottaient dans les airs en prévision de la nuit. Minerva était présente et aidait pour les sceaux qui protégeaient le corps.
Viktor était là aussi, en retrait et regardait les préparatifs
.


Anastasia resta immobile un moment tant la douleur et le recueillement était palpable.
Elle envoya un sourire timide à Viktor mais ne sut même pas s'il l'avait remarqué tant il semblait abattu et absent.
Enfin, à pas silencieux, elle se dirigea vers Ariel, exprima son hypothèse et demanda s'il était possible de mieux protéger la Chambre du Dieu et si le Gardien du Luminateur ne craignait rien.
Doucement l'ange répondit:
La Chambre est déjà protégée, il n'est pas possible de faire plus.
mais après un moment de réflexion, il ajouta: par contre, je peux étendre les sceaux au palais entier
.
Oui, lança Anastasia angoissée, s'il vous plait, faites-le.
Ariel continua: En ce qui concerne le gardien, il ne craint qu'une attaque "extérieure" mais il est plus apte à se défendre lui-même que n'importe quel ange. Mais... Expliquez-moi votre point de vue; je ne suis pas sûr de comprendre où vous voulez en venir.

Déstabilisée, la jeune femme se gratta la tête; il lui avait pourtant semblé être claire. Les anges n'avaient peut-être pas tout à fait le même cerveau qu'elle.
Heu... bredouilla t-elle, Comme je vous l'ai déjà expliqué, c'est une hypothèse... Disons que le mot "Dark" écrit dans le sang peut laisser penser que l'agresseur voudrait tout plonger dans l'obscurité et plus particulièrement vos endroits sacrés sinon pourquoi Mickael aurait-il été assassiné dans la salle du Luminateur ? reste à savoir qui a tracé ce mot et pourquoi, naturellement...


-----
HRP: tout ce qui est en italique sont les réponses du MDS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [job] La ville des anges   

Revenir en haut Aller en bas
 
[job] La ville des anges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: