AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Après la guerre, ben plus de guerre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   Sam 16 Mai - 0:06

Selene avait écouté les paroles réconfortantes de son amie en ajoutant du sucre dans son thé. Elle sortait déjà carte, pensant avoir le temps de la consulter d’ici à ce que le gagnant du jeu concours soit annoncé, mais le robot devait s’être trompé : non seulement il ne s’était pas passé 30 minutes quand il clama les résultats, mais en plus le prix n’était pas « deux billets pour une personne » mais « deux gagnants avec chacun un billet ». C’était sensiblement différent mais qu’importe ? Les deux filles avaient été désignées. Parfois, à Dreamland, les voies de la chance étaient impénétrables.

Heureuse d’avoir gagné un voyage gratuit, la rouquine rit de concert avec Anastasia et but son thé à grandes gorgées, quitte à se brûler un peu la langue. Elle ne se fit alors pas prier pour se faire entraîner à l’arrêt de bus le plus proche et hocha la tête à la suggestion de consulter la carte plus tard. De toute façon, c’était principalement une excuse pour tuer le temps en rêvant un peu. Elle doutait d’avoir suffisamment d’économie pour faire le tour du monde sans se poser de temps en temps pour bosser un peu. Tant que ce n’était pas en tant que soldat, elle n’avait rien contre un peu de besogne.

Ayant pris place près d’une fenêtre, le front appuyé contre la vitre glacée par la température polaire, Selene laissa ses pensées divaguer, main dans la main avec Anastasia. Elle imaginait les voyages qu’elle n’avait pas encore faire, inventait des contrées merveilleuses encore inconnues, anticipait des éclats de rires complices. C’était une sensation étrange de se sentir si libre. En fait, c’était plaisant et effrayant. Rien ne la retenait nulle part. Pas de menaces ni de contrats, aucun boulot à accomplir, aucun service à rendre, aucune ombre à trouver. Dreamland était devenu un terrain de jeu. Au fait, pourquoi ne se réveillait-elle pas ? Ah oui, parce que si elle le faisait, elle abandonnerait Anastasia. Son Anastasia. Sa protégée. Parce que maintenant, c’était elle qui protégeait.

Quand l’adolescente émergea de ses pensées, son cerveau était tout engourdi, comme si c’était un muscle qui avait trop travaillé. C’était épuisant de rêver. Elle bailla, une main devant sa bouche, puis sortit du bus avec son fidèle barda sur le dos. L’aéroport de Techyo était absolument gigantesque en plus d’être surréaliste. Les yeux noisette de la toquée s’écarquillèrent en le voyant ; elle était si surprise qu’elle restait bloquée devant de longues secondes avant de suivre son amie pour y entrer. A voir toute une fourmilière se presser, accompagnée de valises flottantes et de robots porteurs, Selene se sentit un peu ridicule avec sa hotte en osier. Vivement le jour qu’elle puisse s’acheter un de ces sacs magiques à contenance illimitée ; ce serait moins pratique question rangement, mais mille fois moins encombrant.

En observant les écrans d’affichage des prochains vols, elle s’aperçut qu’aller à Gloutoniskaïa n’était visiblement pas un problème. En plus, il n’y avait que 5h de vol ! Compte tenu de la distance entre les deux métropoles, la rouquine soupçonna les avions locaux d’être considérablement plus rapide que l’A380 d’airbus, mais elle ne s’estima pas suffisamment calée en aéronautique pour lancer une discussion sur le sujet. De toute façon, l’expression de son amie laissait entendre qu’elle avait vu quelque chose de surprenant… et elle sut bientôt pourquoi.

Julian. Selene peinait à le voir réellement tant la foule était dense, mais apercevoir son visage entre deux salves de voyageurs avait suffit à faire bondir son cœur dans la poitrine. Les suivait-il ? Comptait-il finalement argumenter pour se faire accepter ? Allait-il se répandre en excuses et implorer autant son retour dans le trio que dans la vie de la toquée ? Elle rougit en ayant cette pensée, mais sans doute espérait-elle silencieusement de pouvoir faire un léger retour en arrière. Retrouver Julian ET Anastasia et vivre de leur amour à tous les deux. Quand bien même ils n’étaient pas vraiment compatibles. Quoiqu’il en soit, c’était un fantasme d’adolescente, un espoir inavoué, une pensée en l’air…

- Je ne sais pas, murmura-t-elle réellement indécise.

Le phobique lui, ne venait pas. Il avait laissé un mot et s’était évaporé dans la marée ambiante. Bientôt, Selene se demanda s’il n’avait pas été un mirage, ou une hallucination, mais la présence du papier sur une chaise miraculeusement libre quand on voyait la densité de personne au mètre carré, était une preuve en soi. Toute tremblante, elle avait mis un petit moment à percer la foule pour trouver la feuille qui lui était destinée. A l’intérieur était marqué à la va-vite :

Spoiler:
 

La toquée avait des yeux ronds. Qu’en dire ? Qu’en faire ? Est-ce que son cœur lui faisait mal parce que Julian la quittait ou bien par culpabilité de ne pas savoir répondre à son amour ? Un peu des deux, peut-être. Intriguée, si une telle déclaration se trouvait dans ce moment, qu’y avait-il dans l’autre découvert plus tôt ? Elle le retrouva dans l’une de ses nombreuses poches et commença sa lecture après s’être assurée qu’Anastasia ne l’avait pas perdue de vue. Plus sa lecture avançait, plus elle avait l’impression d’être une enfant de 4 ans qui n’avait pas encore appris les bases de l’alphabet. Les mots se décousaient, les phrases se déchiraient, le sens ne se faisait pas. Jamais – au grand jamais – elle n’avait suscité tant d’intérêt chez un garçon pour qu’il lui laisse une lettre pareille.

Spoiler:
 

Elle ne savait pas comment réagir. En fait, elle ne savait pas quoi faire du tout. Selene eut l’impression de mettre des heures avant de se souvenir comment marcher et ses pensées étaient tellement obnubilées par les déclarations de Julian qu’elle resta de longues secondes la bouche ouverte devant Anastasia avant de dire :

- Tu viens, on va choisir notre avion ? Tant qu’on est à Gloutoniskaïa, je crois qu’on s’en fiche du point cardinal.

Elle sourit mais le cœur n’y était pas vraiment. Quelque part, elle en voulait au phobique. Pourquoi avait-il fait ça ? N’avait-il pas vu qu’elle était suffisamment troublée pour rajouter deux couches de mots débordant de sentiments ? Non en fait, c’est à elle-même qu’elle en voulait. Elle aurait dût laisser passer le temps, cacher ces mots et les relire plus tard, quand elle aurait été vaccinée. Au lieu de ça, elle se retrouvait aux portes d’un nouveau voyage, ses valises lourdes de culpabilité et de sentiments refoulées. Consciemment et volontairement, mais ils n’en étaient pas moins féroces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   Sam 16 Mai - 16:59

Anastasia s'apprêtait à courir derrière Julian, plutôt que ramasser la feuille de papier, et s'excuser pour les propos à son égard qui avaient un peu dépassé ses pensées mais Selene avait répondu "je ne sais pas" à sa question et ne semblait pas décidée à le rejoindre.
Elle en fut déstabilisée; elle comprenait mal cet amour où l'un et l'autre abandonnaient si facilement la proie pour l'ombre et elle avait tendance à penser que leur sentiment n'était au final qu'une tocade qui ne durerait qu'un moment mais quand elle vit le visage de l'adolescente s'assombrir en lisant le mot puis l'autre, plié en origami, elle douta de sa conclusion et eut mal pour son amie.
Sa mine décomposée laissait deviner le contenu: des mots d'amour.
Elle se mit à culpabiliser: tout cela était sa faute; elle aurait dû se taire et laisser Selene s'apercevoir par elle même... De quoi ? qu'il était égoïste ? qu'il lui aurait pourri la vie à force de cumuler erreurs et prises de risques ? qu'elle aurait passer son temps à angoisser pour au final pleurer un départ, une absence, un abandon ?
Elle ne voulait pas que la jeune fille devienne aigrie ou méchante à force de claques dans la figure. Elle voulait qu'elle reste comme elle était: naïve, fraîche, gentille et généreuse et puis... elle ne voulait pas la partager ou alors avec quelqu'un qui en vaudrait vraiment la peine; pas n'importe qui ! pas avec un type suffisamment lourd pour en rajouter une couche sur des morceaux de papiers griffonnés à la va-vite.
Certes... Mais de quel droit protégerait-elle ainsi quelqu'un en allant à l'encontre de ses désirs soit-disant mauvais ou inadéquats ?... Il n'y avait que les parents pour imposer de tels diktats...
Le cerveau d'Anastasia était repartit dans ses barjotages incessants souvent synonymes de crise future.
Pourquoi réagissait-elle ainsi depuis qu'elle avait une amie ? en temps habituel elle ne se serait mêlée de rien ou serait partie sans fracas ou plus certainement n'aurait eu aucun avis sur la situation, laissant faire et décider les autres pour elle pourvus qu'elle se sente estimée par tous.
Maintenant c'était le contraire. Seul l'amour de Selene l'intéressait et la comblait, pire elle y était vigilante comme un animal sauvage défendrait un morceau de viande durement acquis; ce que pensaient les autres ne l'importait plus.

La question de Selene la fit sortir de sa torpeur.
oui, tu as raison, prenons n'importe quel avion, le premier qui décollera.
Elle entoura le cou de son amie mais le coeur n'était plus à la joie et à l'effervescence d'un beau voyage.
Elle entendit un haut-parleur annoncer Gloutoniskaïa... départ dans 15 minutes mais n'entendit pas la direction; qu'importe Selene avait dû l'entendre sinon, ce serait la surprise.
Elles suivirent les passagers qui se rassemblaient en masse devant le couloir menant à l'avion, s'arrêtant un par un devant une sorte de scan sur lequel il fallait passer ses bagages puis se dirigèrent vers un avion en forme de crayon dont la porte ronde s'ouvrait.

Anastasia ne sut pas si c'était le soleil, la blancheur scintillante de l'appareil, l'odeur caractéristique des lieux de départ ou la petite plaque ronde qui montait déjà des passagers ou tout à la fois qui chassait les nuages noirs mais son coeur s'allégea.
Elle soupira profondément afin d'évacuer les derniers lambeaux d'angoisse et sourit à Selene.
Elle n'osa pas parler de Julian; elle se sentait impuissante face à la tristesse de la jeune fille. Gauchement elle ne put qu'articuler C'est beau, non ?
De nombreuses personnes étaient encore agglutinées derrières elles. le mouvement de foule les poussa à monter rapidement sur le socle qui lévita leur laissant découvrir l'intérieur simple, confortable, aux parois tapissées d'écrans.
Elles se dirigèrent vers les sièges dont le numéro était inscrit sur les billets. Elle avait le siège près du hublot mais le laissa à Selene.
Elles s'installèrent. Anastasia rangea son sac à dos et son manteau dans le petit coffre au-dessus de leur tête et s'assit.
Sur un écran on pouvait lire: décollage dans 7 minutes.
Elle regarda son amie en souriant et lança: on va bientôt partir pour une belle aventure ! tu veux bien déplier ta carte ? tu as entendu quelle direction on a prise ?
Le temps que Selene prenne la carte, elle jeta un coup d'oeil aux passagers; certains étaient des vacanciers, d'autres penchés sur des tablettes préparaient peut-être un voyage d'affaire ou une conférence, d'autres n'avaient pas la combinaison techyoïte et devaient être des étrangers ou des voyageurs; comme elles deux ? allaient-elles faire de belles rencontres ?

Au moment où Selene dépliait la carte une ceinture de sécurité les harnacha automatiquement. La jeune fille fut obligée de soulever la grande feuille haut au-dessus d'elle pour qu'elle ne se coince pas. Son air de surprise fit éclater de rire la jeune femme.
La porte se refermait en douceur, l'avion allait décoller d'un instant à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   Lun 18 Mai - 15:19

Ses pensées destinées à Julian s’étiolaient au fur et à mesure qu’elle avançait avec Anastasia vers la salle d’embarquement. L’adolescente s’efforçait de se convaincre que la vie à Dreamland était ainsi : combien de compagnons n’avait-elle pas perdue depuis ses premiers pas dans le pays des rêves ? Myia, Yoru, Lys, James, Dakota, Alexander, … tous n’étaient désormais que des souvenirs, plus ou moins agréable. D’ailleurs, Selene resta plus longtemps fixée sur Myia dont elle revoyait le visage souriant. Est-ce que la femme-enfant avait pu s’en sortir saine et sauve ? Elle l’espérait… elle était de ces personnes qui méritaient de s’en sortir, plus que n’importe qui d’autre.

La toquée fut tirée de ses pensées par deux hommes en combinaison officielle qui s’approchèrent d’elle après que sa hotte ait passé le tapis à rayon X. D’après leurs dires, non seulement elle était trop grosse pour un bagage en cabine mais en plus, certains de ses objets étaient interdits. On l’invita à prendre avec elle le strict minimum tandis qu’une femme, visiblement contrariée par ce contretemps, empaqueta sa hotte pour la ranger dans un grand caisson noir. Selene ne conserva alors que son sac à dos avec quelques provisions, sa carte, son carnet, un crayon, ses trousses de soin/toilette et s’empressa de suivre Anastasia.

- Oui, c’est cool, murmura-t-elle avec un petit sourire qui trahissait le retour de l’excitation.

Elle eut un moment de panique en cherchant son billet pour le faire contrôler – elle avait oublié dans quel poche de sa combinaison étoilé il était rangé – puis se détendit enfin quand elle put accéder à la plateforme qui amenaient les passagers jusqu’à l’intérieur de l’impressionnant avion techyoïte. Une hôtesse avait aux deux amies la direction de leurs sièges d’un geste machinal et toute d’eux les trouvèrent sans soucis. Plutôt que de ranger son sac à dos dans les compartiments prévus, la rouquine le cala sous son siège. Ce n’était pas un mal puisqu’à peine furent-elles installées qu’Anastasia suggéra qu’elle sorte sa carte.

- Ah !!!

Son plan déplié faillit se faire happer par la ceinture de sécurité qui se déploya d’elle-même. Elle rosit un peu, pas seulement à cause de l’hilarité de son aîné, mais surtout parce que d’autres personnes s’étaient tournées vers elle après son exclamation. Feignant de ne pas être déstabilisée, Selene étendit dignement sa carte devant Anastasia en lui indiquant l’emplacement de Gloutoniskaïa.

- Tiens regarde, on va là.

Elle pointa la ville d’un doigt tout en remettant l’une de ses mèches rebelles en place. Les couleurs avaient regagné son visage aux traits d’enfant, même les séquelles du chagrin d’amour étaient pour l’heure invisibles. Tant qu’elle ne pensait pas à Julian, c’était facile. Elle était trop jeune pour se laisser crucifier par une relation aussi fugace quelque part… même si elle n’avait pas sur se résoudre à jeter les mots de son ex.

- Oh, je me demande si on peut se balader dans la forêt incarnation…, elle indiqua une zone verte au nord est de leur destination, c’est une forêt magique. Quand tu y entres, tu te métamorphoses immédiatement en un animal qui représente hum… ta personnalité. J’y suis allé une fois, pour un… euh… travail.

La galloise réfléchit un instant. Etait-ce vraiment un travail ? Faire partie d’une équipe du dernier espoir pour empêcher un terroriste de faire exploser la forêt n’avait pas vraiment été un boulot en soi, mais elle avait été récompensée pour ses efforts. D’ailleurs, elle sourit au souvenir de ses anciens compagnons qui étaient bien sympathique, surtout Jade, qu’elle connaissait déjà depuis le Slavedog Millionnaire.

- Moi je me transforme en biche, confia Selene, je me souviens que quand j’y étais, j’étais avec un mec qui s’était changé en kangourou, et deux filles qui étaient l’une en lapin et l’autre en loup. On formait une équipe assez... spéciale !

Elle eut un petit rire qui fut bientôt couvert par l’annonce du commandant de bord. Outre les souhaits de bienvenue et les points de sécurité, il fut rappelé aux voyageurs qu’un repas serait servi en début de vols à ceux qui le souhaitent, ainsi qu’une collation un peu plus tard. Néanmoins, ne faisant par partie du prix du billet, ces services étaient payants.

- Tu voudras manger toi ? demanda la rouquine quand les derniers mots du pilote furent prononcés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   Mar 19 Mai - 11:16

L'avion avait décollé et s'élevait silencieusement dans le ciel bleu pur.
Une fois la ceinture de sécurité décrochée, elle se pencha légèrement afin de regarder Techyo vue de haut.
Les tours de métal brillaient sur fond blanc de glace et de neige. Les lumières n'étaient plus que des petits points multicolores, la Tour se découpait en haut d'une colline, dominant le tout; La jeune femme eut un frisson en la contemplant.
Ses sentiments étaient ambivalents: en même temps elle était soulagée et heureuse de quitter tous les mauvais souvenirs rattachés à cet endroit, en même temps elle regrettait le fait que leur virée ait tournée court, elles avaient dû rater beaucoup de choses; la cité présentait tellement de diversité.
Son coeur se serra à la pensée de Leorio; était-il quelque part dans la ville ou parti ailleurs lui aussi ?
le reverrait-elle ?

Elle fut tirée de sa rêverie par Selene qui avait reposé sa carte sur les genoux et lui indiquait le lieu de destination; La région était immense et il devait faire bien chaud: c'était loin de Techyo !
L'excitation joyeuse du voyage commença à prendre possession d'Anastasia. Tête contre tête concentrées sur le plan, fil doré de coeur à coeur elle avait l'impression d'être dans un Eden que rien ne viendrait assombrir.
Elle suivit le doigt de son amie et regarda la zone verte. Une forêt magique où l'on se transformait en animal ? pourquoi pas mais quand l'adolescente lui raconta qu'elle y était une biche, elle eut un petit mouvement de recul.
Les biches étaient des animaux fragiles, sans défenses, traquées par les chasseurs, proies pour les carnivores...
Tu es sûre que ce ne sera pas un endroit dangereux ?
Malgré tout Anastasia aimait les forêts; les contrées sauvages la ressourçaient. Aussi ajouta t-elle de manière plus enjouée: sinon pourquoi pas; cela me plairait bien ! à ton avis quel sorte d'animal deviendrai-je ?

La conversation fut coupée par l'annonce du commandant.
A la question de Selene elle répondit: pour l'instant je n'ai pas très faim mais si tu veux manger quelque chose n'hésite pas ! et j'ai de l'eau dans mon sac.
Elle se redressa, attrapa son sac à dos, en sortit la bouteille qu'elle posa sur la tablette.
Prenant exemple sur son amie elle cala le sac sous le siège, c'était plus pratique que se relever à chaque fois.
Sers-toi si tu veux.
Il me reste un ticket repas-complet mais je préfèrerais l'utiliser à Gloutoniskaïa !


Autour d'elles les gens commandaient des plateaux ou déballaient des sandwichs, d'autres dormaient, certains travaillaient ou rêvaient.
Des écrans proposaient des films. Pour les suivre il suffisait de pianoter le numéro d'écran sur un petit clavier incrusté au dos du siège devant elles et de mettre des oreillettes.
Le voyage serait long.
Une fois qu'elle fut sûre que Selene n'avait plus rien à dire, elle opta pour un film d'animation qui lui fit vaguement penser à Dark Cristal, version Dreamland.
Quand le mot fin arriva, une hôtesse de l'air se pencha vers elles et proposa des collations payantes.
Anastasia refusa poliment tandis que sur les sièges à leur droite deux enfants se chamaillaient en choisissant des friandises.
Elle regarda l'horloge électronique, il ne restait plus qu'environ deux heures de trajet.
Elle lança un regard guilleret et complice à son amie puis se pencha pour admirer le nouveau paysage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   Jeu 21 Mai - 19:34

En vérité, Selene n’avait aucune idée de si la forêt incarnation était dangereuse. Elle n’y était jamais allée à d’autre occasion que pendant sa mission de déminage. Maintenant que l’hypothèse avait été émise, elle craignait que les lieux ne soient effectivement pas un terrain de jeu et se promit de se renseigner avant d’y retourner en touriste. Quant à savoir en quoi sa meilleure amie se transformerait… voyons, un animal affectueux ? Pour qui les lieux de l’amour sont tout ? Elle pensa immédiatement à un inséparable, mais se dit ensuite que ce serait triste… elle serait une inséparable sans son autre moitié. N’étant pas certaine que cette nouvelle soit d’un caractère gai, la rouquine mentit avec un sourire attendri :

- Je ne sais pas… j’espère pas quelque chose qui peut me manger !

Faire une plaisanterie c’était le meilleur moyen de supporter ce petit mensonge, ou plutôt ce non-dit. Selene ne voulait pas attrister Anastasia en lui rappelant, même indirectement, que ses derniers prétendants n’étaient plus de ce monde. Gabriel. Edem. En se voyant proposer de l’eau, elle sortit aussi sa propre gourde pleine de son sac et la posa sur la tablette face à elle qu’elle déplia délicatement.

- Ça va, je suis armée aussi !

Sans prêter attention aux passagers aux alentours qui commandaient volontiers des plats disponibles, l’adolescente piocha dans son sac l’une de ses boites entamées de viande séchée et commença à manger quelques lamelles d’un air distrait. Pianotant sur un écran tactile individuel dans le dos du siège de son voisin de devant, elle lança une partie d’échec techyoïte contre une I.A. Malheureusement pour la toquée, cette version du célèbre jeu du monde réel semblait s’être enrichie de plusieurs règles qui lui étaient inconnues. Et puis d’abord, elle rêvait ou les tours étaient remplacées par des catapultes qui pouvaient toucher derrière les lignes de pions ?

La mine déconfite, et son pot de viande séchée vide, Selene abandonna au bout de la sixième défaite cuisante. Dès lors, elle préféra sortir son vieux carnet, qui n’était pas complètement fini, pour dessiner avec des traits appliqués. Au final, c’était rare qu’elle ait le temps de crayonner avec légèreté, par simple plaisir. Même si ses focus restaient inchangés, ce n’était pas la même sensation. La destination s’y prêtant, elle représenta une foule de petits épouvantails en robe de sorcier, portant des chapeaux pointus, une baguette magique - ou pas - au bout de leurs mains grossièrement taillées dans le bois. Certains essayaient de se faire apparaître des jambes, d’autres de se changer en oiseau, d’autres encore de faire grossir un champ de citrouilles…

Elle ne décrocha de son œuvre que lorsqu’une hôtesse vint lui proposa une collation. La galloise refusa également mais se félicita d’avoir pensé à prendre son thermos de chocolat chaud. Il lui en restait un fond. Elle sourit en croisant le regard d’Anastasia et inclina le récipient vers elle en demandant :

- Tu en veux ? C’est du chocolat.

Posant le thermos sur la tablette de son amie dans le cas où elle en voudrait, l’adolescente s’autorisa un regard vers l’extérieur. Ils survolaient déjà la grande métropole, encore illuminée par un soleil qui amorçait lentement sa descente vers son crépuscule. On ne voyait pas encore le relief des maisons de sorciers tout plus extravagantes les unes que les autres, mais on distinguait bien les couleurs vives des différentes toitures. Selen aperçut même un hibou qui portait un gros colis rouge vif et des tout petits points noirs mouvants en contrebas qu’elle soupçonna d’être des magiciens sur des balais.      

- J’aimerais Teeeeellement entrer à l’université de magie, dit soudain la rouquine à son aînée, mais je ne crois pas qu’ils y admettent des voyageurs… et puis, si je me souviens bien, je suis trop jeune. Il faut avoir au moins 18 ans rien que pour passer la porte ! Pourtant je m’imagine trop… elle mima être une jeune élève bien droite sur sa chaise qui apposait un chapeau sur sa tête d’un air noble et maniéré, GRYFFONDOR ! S’exclama-t-elle brusquement après quelques secondes de mutisme en affichant une expression d’attente volontaire ridicule.

Elle éclata de rire, non sans s’attirer le regard des enfants qui se chamaillaient à côté peu de temps avant. Après avoir rejeté sa crinière rousse en arrière, elle attrapa son thermos pour vider d’un trait ce qui restait de son chocolat. Elle ajouta alors, toujours amusée mais avec une pointe de déception :

- Enfin bon, si Poudlard avait existé et que j’y avais été, je suis sûre que j’aurais fini à Poufsouffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasia Waitten

avatar

Maladie mentale : Dépendance affective

Messages : 645

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 133 rubz

MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   Ven 22 Mai - 13:08

Anastasia accepta avec grand plaisir le partage du fond de thermos de chocolat plus par satisfaction de répartir le reste à deux, entre amies, que par réelle faim ou soif.
Elle s'en servit un peu dans son nouveau mug et tendit le reste à Selene.
Ce mouvement lui donna l'occasion de voir la grande cité colorée s'étendre sous le soleil couchant. La luminosité particulière rajoutait à l'ensemble un air magique et festif, promesse d'aventures heureuses et palpitantes.
Excitée comme une puce à l'idée de l'arrivée imminente, elle s'exclama à propos de l'idée de suivre des cours à l'université. Malheureusement après une série de questions plus précises, l'adolescente lui assura que le projet n'était pas possible pour le moment.
Afin d'alléger la déception elle répondit en riant: je t'aurais sûrement accompagnée à Poutsouffle et j'aurais été dernière de classe !

Qu'importe d'ailleurs où elles iraient, l'aéroport - comme pour toutes les villes - devait être situé en banlieue proche de Gloutoniskaïa, elles commenceraient donc par faire connaissance avec cette métropole.
Je voudrais en profiter pour faire des achats d'objets magiques dans une boutique pour voyageurs, cela te plairait de m'accompagner ?
je ne pourrai rien acheter de cher mais cela me ferait tellement plaisir d'avoir des trucs comme toi; à nous deux on serait invincibles !

Grisée, la jeune femme n'arrêtait pas de parler de tout, de rien, raconta qu'elle avait vu en publicité au magasin de l'aérodrôme de la M.E.R.D.E. une toge qui la transformerait en feuille de papier passe-partout.
Je ne sais pas si j'aurai l'occasion de m'en servir un jour mais l'idée me plait bien!
L'avion amorçait sa descente. Les ceintures de sécurité se bouclèrent automatiquement, les haut-parleurs diffusaient des informations d'une voix suave et chaleureuse. Plaquée contre le siège, elle peinait à deviner quoi que ce soit du paysage quand elle aperçut près du hublot un homme-nain harnaché d'ailes aux plumes flamboyantes virevolter et faire un coucou de la main; elle s'apprêtait à répondre, sourire aux lèvres mais le personnage était déjà parti comme une fusée laissant derrière lui une trainée de petites étoiles scintillantes.
Plus leur appareil descendait plus il croisait d'engins volants extraordinaires. On pouvait même voir un navire à voile, surchargé de monde, de hiboux, de pigeons et de corbeaux.
Anastasia n'en finissait plus de dire: regarde ! regarde ! à son amie.

L'avion fit une boucle au-dessus de la mer. Le grand soleil rose-orangé miroitait sur les vagues, au bord de l'horizon.
A califourchon sur des bulles géantes, des enfants jouaient à sauter sur l'eau, d'autres faisaient voler des cerf-volants magiques qui se transformaient au gré du vent, des jeunes gens surfaient sur des serviettes de soie multicolores...
Anastasia n'eut pas le loisir de tout apprécier: l'avion filait droit au-dessus de la rampe d'atterrissage pour s'y poser et s'arrêter en douceur.
Tandis que les hôtesses souhaitaient un bon séjour, les ceintures s'ouvrirent dans un petit claquement sec.
Impatiente, les yeux pétillants de joie, la jeune femme se dépêcha de ranger ses affaires dans son sac en lançant à son amie: à nous la belle vie !

Elles se dirigèrent vers le sas de sortie.
Une foule bigarrée s'agitait en tous sens, riant, criant, pleine de vie dans un rythme qui n'avait rein à voir avec celui de travailleurs pressés de Techyo.
L'air était doux au point de se mettre en tee-shirt, la porte était grande ouverte aux promesses de mille et unes péripéties.
En état second, atteinte d'une fébrilité heureuse, Anastasia prit Selene par la main, la lui serra de plaisir, descendit et posa son premier pas sur le sol.
Elle étaient arrivées.


Selene/Anastasia direction >>Gloutoniskaïa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la guerre, ben plus de guerre...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la guerre, ben plus de guerre...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Chimérique :: Techyo-
Sauter vers: