AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Chacun sa route, chacun son chemin ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Dim 15 Fév - 23:48

HRP : Si je comprends bien, au début de son post, Yoake avait touché le faux-cadavre de Melena ? Je me suis pas manifesté parce que j'étais pas sûr et que tu te lances - donc tu ne connais pas encore les personnages - mais normalement si je comprends bien la dernière amélioration de mes pouvoirs, si quelqu'un touche le faux-cadavre de Melena, il devient un faux-mort à son tour Wink

======

Proviens de : La chasse à l'homme est ouverte.

C’était l’escalade de la terreur dans la voiture. Yoake fût la première à complètement perdre les pédales, en dehors du champ de vision de la nécrophobe, mais il ne faudrait sans doute pas longtemps avant qu’elle ne soit rejointe par Gregory. Le conducteur pila, l’irlandaise sentit sa carcasse soulevée de son siège, retenue par sa ceinture, puis s’affaisser mollement. Elle attendait l’impact, d’un instant à l’autre. Le choc de la tôle sur la tôle, la douleur de ses membres broyés pour de vrai, mais rien ne vint. Rien d’autre que le mépris de Dakota qui se pencha sur le mot qu’elle avait reçu pour le déchiffrer.

Parce que bien sûr, miss Earnshow n’avait jamais peur de rien, miss Earnshow était la meilleure. Melena mourrait d’envie de cracher son fiel au visage de cette pimbêche de 13 ans, mais ses lèvres étaient encore mortes, comme le reste de son corps. Pourtant elle devait bien souffrir de quelque chose de significatif pour avoir un pouvoir anti-pouvoir, pas vrai ? Selon la logique de Dreamland, ce serait comme avoir peur de la peur elle-même, une connerie du genre. En tout cas, quelque chose qu’elle n’osait pas avouer, alors qu’elle ne se cachait pas pour se moquer des autres. Le jour où elle apprendrait ce que c’est, l’irlandaise ne manquerait pas de remuer le couteau dans la plaie.

Occupée à se défouler intérieurement sur sa complice d’un jour, Melena ne vit pas passer les 30 secondes. Pas vraiment du moins. Par ailleurs, les mots de Dakota résonnaient dans sa tête malgré tout. Une menace ? Une prédiction ? Un pouvoir ? Impossible de réellement savoir. Dans le doute, elle éviterait les voitures jusqu’à ce qu’elle comprenne la raison d’être de ce message. Quand elle eu retrouvée son apparence normale, elle sortie du véhicule comme si de rien était, la mine sombre. Plus la moindre goutte de sang, plus la moindre fracture. Seule demeurait l’ombre de sa peur viscérale, glissant sur sa peau ivoirine en lui donnant une chair de poule glaciale.

S’excuser ? Hors de question. Elle passa devant les deux hématophobes sans même un regard et pénétra à son tour dans le commissariat, inspirant le même silence que sa cadette. Les bras croisés, elle patienta jusqu’à ce que le chef de la cellule anti-terroriste vienne enfin les chercher pour les conduire dans son bureau. Toujours aussi agréable, alors que les conneries qu’il avait engendré venaient d’être nettoyées sans qu’il n’ait à se salir les mains. Melena ne savait pas par quel miracle elle parvenait à résister à l’envie de le tuer sur place.

Elle n’avait aucune affection particulière pour Yoake mais quand Azael commençait à sous-entendre qu’elle devrait rester à Elipse, la brunette l’interrompit sèchement :

- Elle sort avec nous, c’est pas négociable. Surtout que maintenant, je sais comment vous traitez les voyageuses.

Frapper là où ça fait mal, toujours. Ses yeux gris restaient accrochés à l’unique œil valide de son interlocuteur, froids et sans appel. Ce dernier céda, mais réclama alors de voir Janice. L’irlandaise massa ses tempes encore transpercées d’une douleur atroce. Elle n’avait aucune idée de si la meurtrière pouvait survivre à l’intérieur de son coffre mais elle n’avait pas envie de vérifier pour les beaux yeux du pervers :

- C’est impossible, elle a été tuée par l’un de mes pouvoirs. Il n’y a plus de corps, il n’y a que les gardiens de la tour de la paresse qui sauront la ramener. De toute façon, c’est à eux que je dois la livrer, pas à vous.

Pour la deuxième fois, elle clouait le bec à Azael. C’était une bien maigre victoire, mais c’était jouissif. Melena passa une main dans ses cheveux et haussa un sourcil en signe explicite d’impatience. Finalement, le chef de la brigade anti-terroriste dut bien leur donner les récompenses qu’il leur avait promis. L’officier qui se présenta pour les libérer des entraves explosives n’était autre que celui qui leur avait soufflé le tuyau sur Janice. Un type bien parmi les pourris, si on peut dire.

En chemin pour la sortie de la ville, la nécrophobe glissa 100 rubz dans les mains de Dakota, pour lui rendre 1 charge de grand’zat comme convenu, puis se mura de nouveau dans le silence.

- Bon et maintenant ? lança-t-elle quand ils furent tous enfin seuls au-delà des frontières de la ville anti-voyageurs, je suppose que c’est le moment où chacun reprend sa route ?

Et la sienne serait en direction de Jade. Le don d’Azael s’avérait très précieux pour le coup. Maintenant, elle savait où chercher sa meilleure amie. Elle n’eut toutefois pas le loisir d’y songer plus puisque quelque tapa sur son dos, l’incitant à se retourner. Le cœur de l’irlandaise fit un bond quand elle se rendit compte de la nature du visiteur. Elle recula machinalement de deux ou trois pas, la peur remuant son estomac, mais l’émissaire des gardiens ne tarda pas à réclamer ce qu’il était venu chercher après avoir délivré une lettre à Dakota.

Melena avait encore mal au crâne. Elle pourrait faire apparaitre son coffre mais certainement pas utiliser de marionnette. D’ailleurs, elle avait peur de l’état dans lequel elle découvrirait Janice. Dans le doute, elle sortit son pieu en métal et prépara les menottes anti-voyageurs avant d’utiliser son pouvoir. Le coffre se matérialisa dans un concert de vieux craquements de bois. Le cœur de l’adolescente lui faisait étrangement mal alors qu’elle en soulevait le couvercle.

Le corps élancé était intact. Janice ne dormait plus mais elle semblait comme pétrifiée. Ses lèvres bougeaient mais aucun son ne sortait de sa bouche. La nécrophobe profita de cet état  léthargique pour lui passer les bracelets techyoïtes qui allaient la priver de ses pouvoirs et tira sur l’un de ses bras pour la forcer à se relever. La terroriste suivit machinalement. Elle ressemblait plus à une jeune femme frêle et malade qu’à une meurtrière, Melena se demanda un instant s’il n’y avait pas erreur sur la personne.

- Voilà, dit-elle en présentant sa proie menottée au mort-vivant.

Il se passa alors quelque chose d’étrange. Le goût de la mort se répandit dans la bouche de l’adolescente, son rythme cardiaque s’accéléra. Une force invisible la fit basculer dans son propre coffre. Ses bras se débattaient en vain car la lumière semblait s’éloigner ; ses poumons se vidaient en vain car ses hurlements semblaient se perdre dans le vide. Dans un claquement sec, le couvercle se referma, la laissant seule dans l’obscurité.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Williams

avatar

Maladie mentale : Hématophobie

Messages : 78

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 960 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mar 17 Fév - 8:08

Le retour vers l’appartement se fit sans encombre. Gregory n’avait rien à récupérer, et c’était à peine s’il avait remarqué l’arrivée de la nouvelle voyageuse. Elle se faisait timide, et avait l’air de peiner à sortir de sa coquille. Si elle vivait tout ce qu’il avait vécu en quelques jours sans changer rien qu’un peu, alors elle aurait sûrement du mal à survivre. Certes, l’hématophobe ne pouvait s’enorgueillir d’une quelconque expérience ici, mais il avait au moins déjà vécu un jour de plus ici, et Dieu savait à quel point il avait été rude.

Même si tout le boulot avait été fait par les deux filles du groupe, deux voyageuses bien plus expérimentées et surtout pleins de talents forts utiles contre Janice, il avait quand même l’impression qu’il avait servi à quelque chose. Faire les pâtes et se tenir à couvert ? c’était déjà une mission héroïque en terrain hostile.

Les filles revinrent dans la voiture, et ils entamèrent leur route vers le commissariat, pour en finir une bonne fois pour toute et sortir de ce trou à rat. L’apparition du biscuit n’étonna qu’à moitié Gregory, et son message était quelque peu dérangeant. Cependant ce n’était qu’un message, et à part si Janice avait piégé toutes les voitures de police, il n’y avait aucun risque pour l’instant. Les gens ne devaient pas être encore au courant de son arrestation vu que la conférence de presse n’avait pas encore eu lieu, et les potentiels autres terroristes devaient encore se cacher pour éviter de se faire emprisonner direct.

Puis, de cinq personnes valides physiquement et mentalement, ils passèrent à deux. Le pouvoir sanglant et visuellement fatal de la nécrophobe la mettait indisponible, et par la même occasion avait plongé les deux hématophobes dans un autre monde, rempli de souffrances et de peine.

Des plaies ouvertes de partout, la vue de la chair et du sang. Il ne pouvait s’empêcher de regarder le pire, et ses yeux grands ouverts trahissaient la détresse qui envahissait son corps et qui gelait son esprit. Il commençait à avoir des halucinations. Du sang partout, sur ses mains, sur son visage qu’il pensait distinguer dans un miroir, et ce gout métallique qui lui remplissait la bouche et la gorge. IL haletait, peinait à respirer, et ne se rendit compte que tout avait disparu que lorsque Dakota les tira de leur torpeur démentielle. C’était à peine si Gregory avait lâché un cri lorsqu’il fut ramené à la réalité.

Il lui fallut quelques instants pour reprendre une quelque consistance, et se ressaisir. Tout cela n’était alors qu’un des pouvoirs de Melena ? C’était tellement réaliste, et il n’y avait aucun doute sur le fait que cela soit l’effet recherché, mais il aurait du mal à s’y habituer. Les tâches noires et blanches arrêtèrent de danser devant ses yeux, quand il vit la nouvelle voyageuse qui semblait avoir vécu le même calvire que lui. Yoake souffrait donc elle aussi de la même pathologie ? Au moins il n’était pas seul, et même avec son apparente timidité, elle seule pouvait le comprendre.

Leurs regards se croisèrent, et il n’en fallut pas plus à Gregory pour confirmer sa théorie comme quoi elle aussi avait cette peur du sang. Il hocha la tête, et suivit le groupe qui s’engouffrait dans le commissariat.
Tout passa vite, et c’était à peine s’il écouta les paroles du misérable Azael. Ce mec ne méritait que de croupir dans les prisons où il enfermait bien trop souvent des voyageurs innocents. Mais pour ne pas risquer de juste se faire emprisonner en ayant fait un acte stupide et inutile vu sa force, Greg resta de marbre, et se dit qu’au moins, il avait tiré quelque chose de signifiant de cette aventure.

Il prit sa bourse de rubz, ce qui semblait être la monnaie ici, sa boussole magique qui était en provenance d’une certaine ville, et son passe-droit. Compte tenu de son manque total d’expérience, à l’intérieur, il était rayonnant de surprise et de joie. Des objets magiques !
Pour vérifier les dires du chef, il se ferma les yeux et se représenta Dakota. N’ayant aucun problème pour le faire, la boussole magnifiquement ouvragée pointa en direction de la voyageuse, et se déplaçait pour la repointer à chaque fois que leur position relative changeait. C’était génial.
Il rangea ses possessions dans sa poche, et se dit qu’il allait devoir s’acheter un sac s’il devait accumuler les objets dans son aventure. Combien de temps allait-il arpenter ce monde, et qui allait-il devenir ? C’était à lui de le décider, et aux événements qui allaient croiser sa route de le déterminer.

Son collier enlevé, et sa liberté accordée, il retourna avec joies dans les plaines qui l’avaient accueilli à son arrivée. Enfin sorti de ce trou misérable, de cette prison pour voyageurs. Leur mission était belle et bien finie. Puis il ce fut la réapparition de la créature messagère. Heureusement pour lui, elle ne s’approcha que des deux voyageuses qui avaient effectué la mission avec brio. Il détourna son regard, de peur d’avoir à subir une autre crise. Mais il ne put s’empêcher de regarder en direction de Melena.

Quelque chose était en train de se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mer 18 Fév - 22:27

Yoake ne comprenait pas ce qu’il s’était passé, la soudaine transformation de Méléna en cadavre y était pour beaucoup. Elle était à des lieux de penser que le sang si rouge sur son visage n’était pas réel, de même elle ne comprenait pas comment Méléna pouvait se transformer en cadavre, et pire comment la plus jeune pouvait-elle se montrer si froide dans ses réflexions.

Préoccupée par toutes ses questions, elle leva à nouveau ses yeux vers la Thanatophobe qui reprenait vie, mais resta silencieuse étonnée de ce qu’elle voyait.

Cette crise d’angoisse était pire que la première, Yoake avait revu son ancien ami, Kyle, son regard froid avait traversé la jeune fille de part en part, alors pourquoi… Pourquoi, s’était-elle sortie de cette crise si facilement ? Est-ce parce qu’elle ne la connaissait pas ? Ou alors peut être était-ce parce que le sang avait disparu trop soudainement pour être réel ?

Le regard du voyageur qu’elle sentait peser sur elle à cet instant lui fit lever ses yeux stoppant ainsi net ses réflexions. ce regard anxieux finit par croiser le sien, cette peur du sang, ils la ressentaient tous les deux, c’était la première fois que Yoake avait la possibilité d’échanger avec quelqu’un de leur phobie commune, mais elle n’en fit rien, lui non plus d’ailleurs. C’était quelque chose d’intime pour la jeune fille une souffrance, une honte, une barrière indestructible qui l’empêchaient de réaliser tout ses rêves. Mais au fond elle, la jeune femme savait que lui parler pouvait être bénéfique.

Elle suivit les voyageurs dans le bureau du commissariat, mais resta en retrait. Le borgne la mettait mal à l’aise, et encore plus quand il était question d’elle. Elle voulait dire qu’elle était innocente qu’elle n‘avait rien fait de mal? Méléna pris heureusement sa défense et elle gagna ainsi son pass pour quitter cette ville vivante.

L’échange qui se déroulait devant ses yeux lui permettait de glaner quelques informations, ces trois voyageurs venaient de réussir une mission en arrêtant une femme, en échange, ils avaient gagné de l’argent, une boussole soit disant magique et leur liberté si on considérait le collier que chacun des voyageurs venait de se débarrasser avec soulagement comme un moyen de pression.

Elle suivit les autres en dehors de la ville, la plaine se dressait devant elle, lui prouvant qu’elle n’était décidément pas à San Francisco. La tension qu’elle ressentait dans le groupe s’allégeait, mais tout le monde resta silencieux.

Ainsi, quand méléna parla se fut comme un soulagement pour Yoake, mais aussi comme une crainte qui se révélait fondée : seule cette mission les rassemblait, une fois terminé pourquoi rester ensemble n’est-ce pas ?

Elle répondit alors n’y tenant plus :

- Je ne peux pas…

Son regard sombre se porta sur les deux femmes qui avaient l’air d’en savoir plus.

- Je ne peux pas vous laisser partir sans que je puisse en savoir plus sur… Sur ce monde.

Elle se tue essayant de remettre ses idées en place, et espérant par la même occasion qu’une des deux femmes prennent la parole, mais toutes les deux gardèrent le silence. Elle continua donc espérant ainsi les pousser à répondre :

- J’ai bien compris que j’étais une nouvelle parmi tant d’autres dans ce monde, et je vous remercie de m’avoir sortie de cette ville qui ressemble tant San Francisco et de m’avoir évitée ainsi de mourir. Mais j’ai beau fouiller dans mes poche, je ne trouve aucun manuel de la part de se charlatan de Senshi Tchi, c’est pourtant bien lui qui m’a envoyé ici ? Non ?

Elle se massa légèrement les tempes cherchant parmi ses maigres souvenirs, des réponses, mais rien d’autre que des questions ressortaient.

- Je veux juste savoir où est-ce que j’ai mis les pieds ? Et comment est-ce que je peux espérer survivre ? Mais aussi…

Elle se tut voyant qu’en faites, ses questions étaient bien trop nombreuses pour qu’elles puissent y répondre en une seule fois, mais aussi parce que les deux femmes en question étaient en pleine discussion avec quelqu’un d’autres. Yoake regarda la créature au loin et sa moindre parcelle de peau visible, et pour son plus grand malheur, le zombie était couvert de cicatrices, de morceaux de chair et de sang séchés… La distance qui la séparait de l’étrange créature permettait heureusement à la nippone de ne pas refaire une crise.

- Oh non qu’est-ce que…


Elle ne termina pas sa phrase une vague de dégoût la submergea, l’empêchant pour le moment de parler, du moins pas sans vomir.

Elle tenta de détourner son regard vers quelque chose de plus « beau », espérant ainsi oublier cette horrible vision : la prisonnière peut être, où alors vers Méléna, elle qui venait de se retrouver aspirer dans un coffre en bois. Le souvenir de son cadavre disloqué dans la voiture lui revint à ce moment-là l’empêchant de se calmer, l’angoisse commença à nouveau à monter, mais elle détourna le regard et ferma les yeux.

Comment allaient-ils lui faire confiance, si elle n’arrivait pas à calmer cette phobie envahissante qui se déclenchait toutes les heures. Elle se força à ouvrir la bouche et demanda à l’attention de Greg :

- Ne… Ne faut-il pas aller les aider ?

Elle regrettait aussitôt ses paroles, que pouvait-elle faire face à l’inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Dakota Earnshow

avatar

Maladie mentale : Phobophobie

Messages : 481

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1850 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Jeu 19 Fév - 10:11

Malgré tout ce qu'on pouvait dire sur sa froideur et son insensibilité, à cette instant Dakota ressentait quelque chose avec puissance, avec intensité... l'ennui. Enfoncée dans son siège où elle s'était installée même sans invitation, elle écoutait la conversation entre Melena et Azael, spectatrice d'un match de ping-pong oral. Où est la coupable ? Morte. Où est le cadavre ? Envolé. Et cette fille là ? Pas à vous. Trop de formalités, trop long, trop soporifique. Tout ce qu'elle voulait c'était qu'on lui ôte son collier et qu'on lui remette son salaire, et heureusement sa patience fut bientôt récompensée.

800 rubz et une boussole magique ? Le droit d'être toléré à Elipse, comme un cafard qu'on laisse filer sans l'écraser ? Hum... soit. C'était radin vu la prise de risque mais leur employeur était un elipsien. De plus le fait d'avoir fini si vite avait dû minimiser l'ampleur de la tâche à leurs yeux. Ah... quelle plaie que d'être efficace !

Ses doigts fins se refermèrent sur la poignée de sa mallette qu'elle attira à elle pour vérifier son contenu et compter soigneusement la somme sous le regard agacé de l'officier. Les affaires étaient les affaires et quoi qu'on en dise ce n'était jamais affaire de confiance. La confiance aveugle menait à l'escroquerie et à la faillite. Ce n'était pas demain la veille qu'on flouserait une Earnshow. Une fois sa tâche achevée, elle alla faire la queue avec les autres pour se débarrasser du collier qui enserrait sa gorge, gratifiant Fitzgerald d'un hochement de tête approbateur. Elle espérait qu'un jour cet homme gravirait les échelons pour prendre la place d'Azael ou d'un autre haut gradé. C'est avec ce genre de personne qu'on pouvait changer le visage d'Elipse mais... c'était probablement des attentes utopiques.

On les mena ensuite à l'extérieur de la ville où une agréable brise les accueillit. La plaine félicité s'étendait à l'horizon et, de là où ils se trouvaient, Dakota pouvait voir les restes du campement géant des voyageurs après la nuit sanglante. Une chaussure perdue dans l'herbe, les marques noircies des feux de camp mais surtout l'herbe qui s'était éclaircie sur une large zone à force de passage. Ça lui semblait si loin, mais si proche à la fois...

Les rubz qu'on lui glissa dans la main la tirèrent de sa rêverie. 100 rubz, l'équivalent d'une charge chez n'importe quel marchand d'objets magiques. Dak' les rangea sans mot dire, satisfaite de l'échange. Puis vint le moment fatidique des discussion et des séparations. C'est l'irlandaise qui lança l'idée, et en constatant que l'aiguille de sa propre boussole quand elle pensait à James pointait dans une discussion diamétralement opposée à celle de la nécrophobe, elle ne put que lui concéder ce point. D'ailleurs elles ne s'aimaient pas et pouvaient se débrouiller seule, alors pourquoi s'imposer l'une à l'autre ? Se séparer coulait de source.

- En effet. La personne que je souhaite rejoindre est au sud est d'ici. La tienne au sud ouest. Ça règle la question du covoiturage.

L'asiatique qu'ils avaient récupéré depuis peu ne semblait pas l'entendre de cette oreille. Elle avait des questions, beaucoup de questions, trop de questions. La foule d'interrogation qu'elle avait eu à une époque sans personne pour y répondre. Dakota avait dû trouver les réponses seule, dans une ville hostile qui plus est. Les nouveaux voyageurs étaient décidément dépourvus de débrouillardise.

- Et pourtant il le faudra, à moins que tu ne suives l'une de nous. Ni Melena ni moi ne sommes des encyclopédies à consulter librement. La plupart des gens comme nous ont appris seuls, sur le tas. Quand je suis arrivée ici j'ai failli mourir plusieurs fois, sans que personne ne m'explique rien du tout. Et j'ai survécu. Si tu attends que les gens t'apportent réponses et solutions sur un plateau d'argent tu ne dureras pas bien longtemps ici. Et je ne compte pas changer mes plans pour tout apprendre de la vie à quelqu'un qui va m'abandonner ou disparaître dans 20 minutes, comme c'est souvent le cas.

Elle ajouta, ses yeux durs et froids transperçant Yoake comme des épieux glacés :

- Bienvenue à Dreamland.

Un zombie attira alors l'attention de Melena, interrompant la conversation. Il s'était extirpé de terre, hors de vue du groupe de voyageur, avant de déambuler comme un alcoolique pour demander son dû. Et apporter le courrier, tiens. C'est avec un air circonspect que Dakota déplia la lettre où elle pouvait lire le message suivant :

Dakota,

Les morts du cimetière où vous avez combattu disent grand bien de toi et de tes capacités. Serais-tu intéressée par le fait de les mettre à profit en protégeant la tour de Freedoom, endossant le rôle d'adepte ? Bien sûr il y aurait des épreuves à passer, des « formalités », mais cela ne devrait pas te poser de problème. Et qu'est-ce que ces quelques efforts face à tous les avantages que cela te procurerait ?

Rejoins-nous.

Kay et Chayan.

Après quelques secondes de réflexion où elle fixa la feuille, inexpressive au possible, la phobophobe griffonna quelques mots à la suite de la lettre avant de la remettre au mort. On pouvait y lire à présent, d'une calligraphie élégante et soignée les mots « non merci. » Rien de plus, rien de moins. Il était hors de question de s'impliquer dans la protection où la destruction des tours. On ne savait même pas ce que les abattre apportait. Est-ce que les protéger était une bonne chose, en réalité ? Tout ce qu'elle avait pour répondre à ces questions c'était du vide. Et on ne construisait rien sur du vide. La surdouée n'était pas du genre à parier sur un cheval sans être intimement persuadée qu'il serait gagnant. Se tromper, c'était bon pour les autres.

L'échange de prisonnier était presque fini quand elle se ressaisit, faisant preuve d'un pragmatisme tout Dakotien. Cette femme était probablement une phobique, elle pouvait donc potentiellement copier ses pouvoirs. Mais si elle la laissait filer elle pouvait faire une croix sur quelques atouts supplémentaires dans sa manche. La gamine se concentra donc, laissant mimophobie faire le reste...

Quand elle rouvrit les yeux, ce fut pour voir Melena disparaître dans son coffre qui se referma sur elle dans un claquement sec. De mieux en mieux. Elle leva les yeux au ciel, notant tout de même dans un coin de son crâne l'étrange contre-coup du pouvoir. La nécrophobe avait eu l'air surprise, ce qui voulait dire que ce n'était pas habituel. Alors qu'est-ce qui avait joué ? Le fait que la victime soit vivante ? La question de Yoake dans son dos ne lui laissait pas le loisir de se pencher plus longtemps sur la question.

- Aider ? A quoi ? C'est son pouvoir, on n'y peut pas grand chose. J'aurais pu l'aider si j'avais pu activer mon aura de désactivation de pouvoir, mais je l'ai sacrifié pour la journée. Tout ce que tu peux faire pour elle, c'est attendre.

Attendre... mais combien de temps ?

Dakota s'assit dans l'herbe, à côté du coffre puis se mit tranquillement à réorganiser les affaires dans sa hôte. Après quelques minutes, elle leva les yeux vers les hématophobes mais ne s'adressa qu'à Gregory. Ce garçon... c'était un homme bien. Il lui rappelait James, il ferait un compagnon de voyage somme toute convenable. Et il connaissait les bases.

- Que compte-tu faire ? La suivre elle ou me suivre moi ? Dans tous les cas, dès qu'elle sort de là je m'en vais. Prends le temps d'y penser.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Jeu 19 Fév - 11:22

Si seulement elle avait seule, Melena aurait pu appréhender sa captivité avec un peu plus de sérénité. Toutefois, elle n’était pas au bout de ses horreurs. Lentement, d’un mouvement de plus en plus certain, elle sentait bouger ce qu’elle penser être le fond de son coffre. L’odeur de mort ne s’en allait pas, elle semblait même s’intensifier au fil des secondes qui s’écoulaient. Alors une main glacée effleura son visage et l’adolescente compris.

Son hurlement parut émaner de tous les pores de son corps, ses cordes vocales souffraient mais ne cédaient rien. Elle ne savait pas que ses colocataires étaient tous les morts qu’elle avait un jour enfermé dans cette boite, mais elle connaissait leur nature, c’était suffisant. L’irlandaise replongea dans un état de terreur extrême qu’elle pensait ne plus jamais connaitre depuis qu’elle avait accompli les épreuves de Freedoom. Elle martelait désespérément les parois en bois, mais rien ne flanchait, pas même une fissure ne s’ouvrait.

Les cadavres ne faisaient plus que remuer désormais, ils se tournaient, comme si leur but était qu’elle s’enfonce parmi eux. Marée de chairs décomposées, enveloppes froides. Leurs mains décharnées s’attardaient sur son corps, lentes, cruelles ; d’autres immobilisaient même ses bras et ses jambes pour qu’elle cesse de se débattre. Melena comprit alors que les charognes n’étaient pas de simples compagnons d’infortunes : ils la haïssaient, ils avaient décidé de la tourmenter, de la rendre folle.

Vint ce moment où elle ne savait même plus si elle criait encore ou si sa voix s’était éteinte. Les corps défunts se serraient contre le sien, les souffles putrides flirtaient proche de son visage, il y eu même une langue immonde qui glissa dans son cou. La nécrophobe devint alors incontrôlable, comme si la peur s’était personnifiée et s’incarnait sous sa peau couverte de chair de poule. Elle se sentait profanée, trépanée, projetée hors de son être mais pourtant prisonnière. Les spasmes l’empêchaient de se débattre et bientôt, elle sombra dans la folie la plus totale.

Ses yeux clignaient dans le vide, ses pensées se disloquaient avant même d’avoir pu se concentrer en une forme distinct. Ses lèvres bougeaient, désynchronisées de sa volonté. Parfois elle était muette, parfois un filet de voix cassée filtrait. Sans émotion, sans cohérence, sans réalité.

- C’est toi… non, maman, je ne veux pas… je, un monstre… elle me manque… c’est, lâche-moi…

Plus ils la touchaient, plus son corps lui paraissait souillé. Du moins, elle avait cette sensation depuis Freedoom, mais là, elle était réveillée, puissance 1000. Pourquoi ? Pourquoi ses pouvoirs devaient-ils être si atroces ? Pourquoi était-elle maudite ? Comme une oasis de lucidité dans un désert de démence, les paroles d’Elie lui revinrent, lui soufflant qu’elle possédait de vrais dons. De vrais dons hein ?! Facile à dire pour elle, comme si se transformer en lycan était ne serait-ce que 10% aussi ignoble que ÇA !

Si seulement elle pouvait mourir… mais elle avait peur. Cette peur qui lui rongeait les entrailles, lui faisait perdre la tête, et la maintenait déraisonnablement en vie. Comme piquée, elle recommença à se débattre violemment. L’adolescente eu l’impression de briser quelques doigts au passage, mais la terreur écartela ses forces. Elle s’effondra, brisée, alors qu’à nouveau, le contact d’une langue poisseuse s’attardait sur sa joue. Elle hurla encore, ignorant sa gorge douloureuse et brusquement, la lumière revint, son coffre s’ouvrit.

Mue par une force désespérée, Melena réussit à s’extirper des étreintes morbides et s’agrippa au bord de son tombeau pour se hisser à l’extérieur. Elle atterit sur l’herbe fraiche de la plaine félicité mais l’odeur de la mort semblait la poursuivre. Elle sentait encore partout sur son corps fragile les doigts sales qui couraient, appuyaient, pinçaient. Impossible de se relever, impossible d’entendre quoique ce soit. Elle vomit pour la deuxième fois en moins d’une heure, de la bile ce coup-ci, son estomac retourné. Il fallut encore de longues secondes à genoux, suspendues par ses bras tremblants, avant qu’elle recouvre des forces suffisantes pour se relever. Torturée de frissons incontrôlables, sa peau répétant en boucle les sensations cauchemardesques.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Ven 20 Fév - 21:48

Yoake, écouta calmement Dakota, difficile à croire que ces paroles venaient d’une gamine. Bien sûr qu’il n’y avait pas indiqué guides touristiques sur leurs fronts, mais pourquoi ne pas partager ce qu’ils savaient déjà, même succinctement. Tout ce qu’elle savait pour le moment, c’est que son esprit avait atterris dans un monde proche du leurs, et que la ville d’Ellipse était à éviter à tout prix. Elle aurait bien suivi quelqu’un, mais qui ? Elle voyait bien qu’elle allait avoir du mal à se faire une place avec Dakota, ces moindres paroles étaient froide, à croire que rien ne l’intéressait si ce n’est elle et encore…Méléna ? Pourquoi pas, une chose était sur elle pourrait ainsi éviter Dakota, et tant qu’elle ne se transformait pas en cadavre, c’était bon non ? Gregory pourquoi pas, mais il n’avait pas parlé depuis qu’elle était là.

Dakota lança qu’elle avait appris sur le tas sans avoir besoin de personne et qu’elle avait survécu. En clair débrouille toi ma vieille, je ne vais pas perdre plus mon temps avec toi. Elle rajouta que si elle continuait à poser des questions, c’était la mort assurée.

Ça, Yoake l’avait compris, tu restes à Ellipse, tu meurs, tu poses trop de questions, tu meurs, fallait-il être si froide pour survivre dans ce monde ? La jeune fille en doutait.
 
Dakota venait de s’asseoir dans l’herbe et proposait à l’homme du groupe de voyager avec elle, au moins c’était clair elle n’aurait pas besoin de supporter Dakota, et la seule personne avec qui elle pouvait discuter de sa phobie s’éloignerait lui aussi. et que ressentait-elle ?... Pas grand-chose en fait. Tout ce qu’elle voulait c’était des réponses, des réponses qu’on refusait de lui donner pour des raisons futiles en plus. Si s’était une question simple sur le temps qu’il aurait fait demain, elle aurait surement rien dit mais là, il s’agissait de sa propre survie et pour ça la jeune femme ne comptait pas se laisser faire. Elle se planta donc devant l’adolescente et lança :

- Je ne disparaîtrai pas !

En effet Yoake était du genre déterminé et détestait qu’on doute d’elle. Elle ajouta donc :

- Et je ne compte pas mourir non plus, la différence avec toi, c’est que je ne suis pas seule actuellement, et que les quelques minutes que tu me consacres c’est pour me dire que ce n’est pas en posant des questions que je vais vivre, répondre à une de mes questions t’aurait prit moins de temps.

Elle baissa la tête en direction de l’adolescente et continua :

- Je ne vais pas te tirer les vers du nez, mais peut-être que si tu m’avais répondu au lieu de me dire tout ça… Peut-être que justement, je m’en sortirais mieux pour les jours à venir.

Voyant que Dakota n’était toujours pas disposé à lui répondre, Yoake faillit exploser, mais elle se maîtrisa de justesse, elle porta son regard sur Greg qui semblait réfléchir à la proposition de l’adolescente, puis sur le coffre à coté d’elle et finit par dire plus calme, mais quelque peu ironique.

-laisse tomber, après tout, tu as raison dans 20 minutes, on prendra chacun notre route non ? Pourquoi t’embêter avec quelqu’un dont le sort t’indiffère.

Elle faillit tourner les talons et s’éloigner le plus possible de ce groupe, mais une main se posa sur le bord du tombeau. Yoake la fixa avec inquiétude allait-elle ressembler à un cadavre comme la fois dans la voiture. La simple pensée de cet épisode suffisait presque à lui donner la nausée.

En voyant à nouveau le corps de Méléna la nippone ne pouvait s’empêcher de pratiquer l’examen habituel de la moindre parcelle visible de sa peau. Rassurée de ne pas voir la moindre goutte de sang sur le visage de celle-ci, la jeune fille se mit à réfléchir au pouvoir de Méléna et à ses réactions phobiques face à la mort… Cette femme était thanotophobe ? Cela expliquerait beaucoup de choses. De même si Gregory et elle étaient hématophobes… La jeune femme leva alors ces yeux vers Dakota et de nouvelles questions s’ajoutèrent à la liste. Est-ce que toutes les personnes qui parcouraient ce monde, avaient-ils aussi une peur incontrôlable en eux ? Était-ce la source de leurs pouvoirs ? A force d’observation, Yoake obtenait peu à peu des résultats. Ce n’était pas grand-chose, mais cela lui avait pris moins de temps que de cuisiner Dakota.

Elle se tourna à nouveau vers Méléna. Cette dernière venait de se lever tremblante, des réactions à la peur aucun doute là-dessus. Mal à l’aise de la voir si faible face à cette peur, Yoake fouilla ses poches à la recherche de son habituel paquet de mouchoir pour le donner à la thanatophobe, mais elle ne trouva rien, ses poches étaient désespérément vide. Elle leva alors ses yeux et plaisanta :

-  Désolé, je crois que mon corps à conservé les mouchoirs pour elle.


Yoake, logiquement ne passait pas son temps à plaisanter, mais de cette façon la masse de questions assommantes, qu’elle avait, semblaient disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Dakota Earnshow

avatar

Maladie mentale : Phobophobie

Messages : 481

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1850 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Sam 21 Fév - 15:46

Le temps était à la tempête dans la plaine félicité... Alors que Gregory entrouvrait les lèvres pour répondre à la question qui lui était posée, Yoake se glissa devant lui pour lancer un regard provocateur à Dakota, les bras croisés. Si le geste fit hausser un sourcil à la gamine, le discours la plongea peu à peu dans une mer de mépris profond. Blablabla... tout ce qu'on lui avait dit c'était de se débrouiller comme une grande, et voilà que cette fille se posait comme une victime dont on souhaitait l'ignorance, la disparition, voire la mort. Ah oui, rien que ça. Elle chouinait sur l'absence de réponses à ses questions, comme si c'était un dû qu'on lui devait. Comme si c'était « normal ». Mais est-ce que ça l'était vraiment ? Dans le monde réel peut-être, on pouvait y trouver un grand nombre d'obligations morales. Cela dit il ne fallait pas oublier que la phobophobe avait été élevée dans un milieu de requin. Dans le commerce on t'apprenait à manipuler et à marcher sur les autres si ça pouvait te permettre d'atteindre ton objectif et la morale était loin, très loin de ce système de pensée.

Les lèvres closes, Dak' laissa toute la bile de l'asiatique se déverser sur elle jusqu'à ce que le flot tarisse. C'était comme observer un enfant en pleine crise, pleurant pour avoir sa sucette. Pathétique. Le monologue de l'hématophobe s'acheva sur une tentative ratée de culpabilisation, pour laquelle elle ne reçut en retour qu'un soupir agacé.

- Ça y est, tu as fini ? Ou tu comptes aussi te rouler par terre et taper du poing pour parfaire ce caprice ?

Le claquement du coffre qui se rouvrait, juste à ses côtés, lui fit tourner la tête. La Melena qui en sortit était d'une pâleur de craie, l'air nauséeux et le regard vide. A peine le pied à terre qu'elle vomissait ses entrailles et pas à un seul moment la surdouée ne fit un pas vers elle pour l'aider. A quoi bon ? Pour quoi faire ? Et contre quoi ? Ces questions pouvaient sembler égoïstes et pourtant... c'était l'égoïsme qui permettait de survivre. Les seuls gestes de bonté soit disant gratuite n'étaient en réalité que des manœuvres pour garder auprès de soi des gens capables de vous aider. Si tu ne peux pas te battre, fais en sorte que des gens se battent pour toi. Classique... trop, même. Yoake faisait partie de cette catégorie à l'instar des Selene, Jade et autres Aldaée. Des cruches à la recherche de gardes du corps. Mais aussi horripilante soit-elle, l'irlandaise était comme elle. Une solitaire capable de s'en sortir sans aide. Ça aurait presque été une insulte que d'accourir comme auprès d'un enfant blessé.

Maintenant qu'ils s'étaient assurés de la survie de la thanatophobe, elle pouvait répondre en toute quiétude à la diarrhée verbale qu'on lui avait servi. Se remettant sur ses pieds, Dak' posa ses yeux bleus pâles sur l'asiatique et se prit la parole de son éternel ton morne, détaché et parfaitement insensible :

- Pour ce que tu disais tout à l'heure de manière terriblement puérile : oui, ça m'aurait pris autant de temps de te renseigner en effet. Mais je te retournerai une question : pourquoi le faire alors que je n'en ai aucune envie ? Tu estimes que je te dois quelque chose ? Aux dernières nouvelles si quelqu'un a une dette envers l'autre c'est toi. Sans moi tu serais encore à traîner dans ce cimetière... ou même déjà morte, qui sait. On te donne la main, tu prends le bras, fais un scandale parce qu'on te le refuse et c'est moi l'égoïste ? Soit, je suppose que c'est un point de vue comme un autre.

Elle haussa les épaules, marquant ainsi son désintéressement total pour la question. L'opinion qu'on pouvait avoir d'elle était le cadet de ses soucis. La colère, la jalousie et le mépris étaient des sentiments qu'on lui servait souvent. Une enfant qui se montrait plus fine que des adultes ça plaisait rarement. Hors de question cependant de jouer l'idiote ou d'accorder de l'importance aux gens comme eux. Ces imbéciles bouffis d'orgueil ne méritait rien de plus que l'ignorance. Leur offrir un débat c'était donner de la confiture aux cochons.

Mais Yoake avait de la chance. Pour une fois, Dakota allait se montrer généreuse et lui octroyer une leçon, pour elle qui était si avide de réponses...

L'idée avait germé assez rapidement sous son crâne. Elle était d'une simplicité étonnante, mais c'était amplement suffisant. Quand Dreamland vous offrait deux hématophobes à portée et un moyen de faire vivre les cauchemars d'une personne à une autre, pourquoi se priver ?

Dakota se concentra  sur Gregory et en une fraction de seconde le monde se dématérialisa. Suspendue dans l'obscurité face à une porte close, l'adolescente tendit la main, attrapa la poignée, tirant sur le panneau de bois pour pénétrer dans... l'obscurité, une fois encore. Elle entendait quelqu'un se déplacer dans un liquide, tâtonner à l'aveugle puis la lumière se fit.

Rouge. Le monde entier était écarlate. Passer le premier choc, elle comprit que ce qu'elle voyait était une pièce remplie de sang dans laquelle Greg pataugeait, totalement paniqué. Le liquide lui arrivait aux épaules et il tentait désespérément de trouver une sortie à cette salle partiellement immergée aux murs de carrelage blanc. Enfin... il avait dû l'être un jour. Pour l'heure il était moucheté de vermeil, les traces de mains qu'avait laissé le jeune homme en cherchant l'interrupteur se détachant avec une clarté surréaliste sur le blanc pur. Et il paniquait. Du sang, trop de sang... le sol rendu glissant menaçait de le faire tomber à chaque mouvement. Ses yeux révulsés ne pouvaient ignorer les morceaux de corps qui flottaient dans ce liquide immonde, à commencer par le visage défiguré de sa mère. Les hurlements perçaient les tympans de Dakota qui fini par mettre fin à son observation en quittant le rêve en quatrième vitesse.

Oui... ça devrait suffire.

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, ce qui lui avait semblé durer une dizaine de minutes n'avait en réalité représenté qu'un battement de cil. Mel' était toujours penchée sur l'herbe, Yoake la foudroyait du regard et Gregory observait toujours la scène sans savoir où se mettre. Parfait. Ne restait plus qu'à mettre en place la deuxième étape du plan.

- Dans tous les cas, ce n'est pas parce que je ne réponds pas que je souhaite ta mort. Bonne continuation.

La main maigre à faire peur de la gamine se tendit vers la jeune voyageuse comme pour lui serrer la main. Probablement par réflexe conditionné, celle-ci joignit la sienne à l'étreinte... erreur fatale. Le cauchemar volé bondit vers sa cible pour n'en faire qu'une bouchée. En quelques secondes, Yoake eut le privilège de revivre le cauchemar de Gregory de l'intérieur. C'était elle qui pataugeait dans l'obscurité, elle qui tâtonnait pour trouver de la lumière mais ne découvrait que l'horreur. C'était elle qui glissait, chutait à en boire une tasse au goût ferreux, elle qui plongeait le regard dans les yeux vitreux de la morte.

Et Dakota ? Elle observait, impassible, les tremblements qui saisissaient le corps de sa victime et qui se répercutaient jusque dans son bras par le biais de la main qu'elle tenait encore. Doucement ses doigts relâchèrent leur prise et elle tourna les talons pour attraper cette fois la main de l'autre hématophobe. Pas de cauchemar cette fois, juste le contact de cette main fine, petite et aussi fragile que du verre.

- Viens, nous avons probablement une longue route à faire.

Au bout de quelques pas, alors que la voix de l'asiatique s'élevait dans son dos, la phobophobe l'interrompit sans même se retourner.

- Tu voulais apprendre ? Tu sauras désormais qu'ici même une poignée de main peut représenter un danger. Tu sauras qu'on ne peut se fier à rien ni à personne et que même les meilleures intentions du monde peuvent n'être qu'une façade masquant un sombre dessein.

La blondinette leva la main et l'agita vaguement en signe d'au revoir, sans même octroyer un regard à celles qu'elle laissait en arrière.

- J'espère que la leçon t'a plu.

Direction ailleurs, dans la plaine félicité

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Lun 23 Fév - 11:47

Ses oreilles bourdonnaient encore, le monde semblait tanguer, mais elle réussit à rester ancrée les deux pieds dans l’herbe de la plaine. D’une main fébrile, blanche comme craie, elle essuya négligemment ses lèvres. Sa tête lui faisait mal, ses entrailles semblaient plus nouées que jamais, mais elle allait bien. Après une grande bouffée d’air frais, Melena réussit enfin à reprendre un rythme cardiaque normal. Les paroles de Yoake lui parvinrent enfin : elle n’avait pas de mouchoir. Pas grave.

Le messager zombie venu récupérer Janice n’était plus là. Par un effort de volonté, l’irlandaise fit disparaître son coffre comme s’il s’agissait désormais de l’outil du démon, et s’appliqua à rassembler son équipement qui s’était renversé au moment où son pouvoir l’avait aspirée. Dans son dos, Dakota était occupée à rabrouée la jeune voyageuse. Ce n’était pas ses oignons et d’ailleurs, dans le fond, la phobophobe avait raison : Yoake leur devait la vie et elle ne s’en rendait pas compte.

Se préparant tranquillement à reprendre la route comme si elle était réellement seule au monde, la nécrophobe étala sa carte de Dreamland au sol et définit son itinéraire grâce à la boussole. Plein sud-ouest. Impossible d'en savoir plus, elle pourrait bien traverser la moitié du monde des rêves avant de tomber sur sa meilleure amie, mais elle n’avait pas le choix. Elle pouvait aussi n’être qu’à quelques kilomètres et à cette idée, son cœur recouvrit un peu de chaleur.

Melena enfila son manteau-redingote, non pas parce qu’elle avait froid – sa tenue techyoïte l’isolait parfaitement – mais parce que ça lui permettait d’avoir des poches suffisamment grande pour accueillir les objets utiles en cas d’urgence. Comme sa couronne de méduse, son couteau de cuisine et sa fiole de panacée anti-poison. Autour de son cou, elle portait toujours son sifflet de dressage. Il ne lui avait jamais servi, mais un jour il démontrerait certainement son utilité. Son magnégide et son bijou de main TK étaient prêts à l'emploi. L’irlandaise se permit un sourire déterminé : savoir où aller, ça avait du bon. Rien ne l’empêchera de retrouver Jade.

Elle se releva au moment où Yoake recevait le cauchemar de Gregory. Melena levait les yeux au ciel, les bras croisés. En réalité, elle avait envie de s’en aller sur le champ elle aussi, mais une petite voix subsistait dans sa conscience en ruine. Un murmure qui lui soufflait de ne pas faire de la japonaise une autre Naomie ; qu’elle ne serait un monstre que lorsqu’elle aura cédé à la folie qui la rongeait, pas avant. Peut-être était-ce ce que lui aurait dit sa meilleure amie ? Jade était tellement gentille. Elle n’aurait jamais abandonné Yoake, comme elle avait refusé de laisser derrière les deux mecs rencontrés dans la forêt au nord de Sextus. C’est ça qui persuada Melena de ne pas partir seule.

Au lieu de ça, elle franchit les quelques mètres qui la séparait encore de sa nouvelle acolyte et lui administra une claque supposée la tirer définitivement de sa peur panique. Une hématophobe hein ? Si elle savait ce qu’elle allait en voir du sang…

Les yeux gris pâle de l’irlandaise se plantèrent dans les pupilles de son aînée. Son visage était blême, les bourrasques de vent soulevaient sa longue chevelure d’ébène. Sans réellement pouvoir dire ce qui faisait la différence, elle n’évoquait plus réellement une adolescente. Elle avait 17 ans, mais on croirait certainement voir une femme qui avait traversé toutes les horreurs du monde, et pour le coup, la nécrophobe espérait bien que cette impression réduirait suffisamment Yoake au silence pour qu’elle l’écoute.

- Je ne l’aime pas vraiment, mais Dakota a raison tu sais ? Ici, on est beaucoup à avoir… disons appris les règles du jeu à la dure, je pense que ça ne nous rend pas vraiment sociable. Il faut que tu arrives à voir les choses du bon coté : si on t’avait laissée à l’intérieur d’Elipse, elle pointa du doigt la métropole en deuil dans son dos, tu aurais soit été tuée par la vindicte populaire soit, avec un peu de chance, tu te serais faite arrêtée et incarcérée dans des lieux plus horribles que ce que tu peux imaginer.

Melena laissa planer une pause avant de reprendre, le plus sérieusement du monde :

- Tu nous dois la vie. Tu ME dois la vie, parce que c’est moi qui… dispose d’un passe-droit politique et il m’a coûté cher. Normalement on ne sort pas d’Elipse comme ça. Alors n’oublie pas : je t’ai offert la vie, je peux te la reprendre n’importe quand, et je ne rigole pas.

Non, elle ne plaisantait pas. Combien de personne avait-elle tuée depuis qu’elle avait posé les pieds à Dreamland ? Elle ne comptait plus. D’ailleurs, elle avait fait pire que ça.

- Je dois retrouver ma meilleure amie, trancha brutalement l’irlandaise, je ne sais pas où elle est, la boussole indique juste qu’elle est dans cette direction, elle la pointa du doigt, ça pourra être très long je ne te le cache pas, mais je suppose que tu n’as pas vraiment autre part où aller. Tu me suis ou tu tentes ta chance toute seule ?

Un sourire doux s’afficha alors sur le visage blafard de l’adolescente. Ses yeux d’orage se firent plus fragiles, vestiges de l’enfant encore en vie sous les décombres de sa raison. Yoake n’avait pas l’air méchante. Oui, Jade lui en voudrait énormément de s’être montrée cruelle au point de la laisser derrière.

- J’aurais largement le temps de répondre à tes questions si tu me suis, ajouta Melena comme argument décisif.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Lun 23 Fév - 20:18

Yoake était plutôt préoccupée par Melena et n’entendit heureusement pas les premières paroles de Dakota, cette pause de quelques secondes la calma, mais ce n’était que le début de la réplique de l’adolescente.

Elle annonça donc que c’était l’asiatique qui était redevable et non elle, dans un sens, c’était vrai elle n’était pas dans l’obligation de donner des réponses, et en lui tendant la main, elle l’avait surement sauvé d’une mort certaine, mais étais-ce une raison suffisante pour se taire et rester silencieuse comme le faisait Greg. Est-ce que c’était ça la solution pour survivre ? Est-ce qu’elle en demandait trop à ses voyageurs ?

Aux travers de toutes ses questions Yoake cachait ses doutes, elle ne comprenait pas sa place dans ce monde de l'hypnose, et les contacts qu’elle venait d’avoir avec les voyageurs ne l’aidaient pas. A la base, elle avait consulté pour que sa phobie ne soit plus une emmerde, qu’elle puisse vaquer à ses rêves sur terre et non ici, où le simple fait de respirer pouvait signifiait la mort. Quelle joie pouvait-il y avoir ici ? Le sang y coulait à flot, et sa phobie allait s’exprimer  beaucoup plus. Sa première envie était donc de rentrer et d’abandonner. Elle n’était pas faite pour ces terres hostiles, elle n’était pas suffisamment méchante pour se défendre en utilisant la violence ou les paroles acerbes.

De toute sa réflexion, Yoake ne laissa rien paraître son regard fixait Dakota insensible. Ses cours de théâtres pouvait-elle l’aider dans ce monde ?

Quand Dakota tendit sa main, Yoake frissonna, la jeune femme détestait tout contact, car c’était dans ses moments que sont Hématophobie devenait compulsive, il suffisait d’une cicatrice remarquée trop tard pour qu’une crise se déclenche, généralement, elle rentrait immédiatement chez elle pour se laver.

Mais cette fois si elle tendit sa main, un moyen pour elle de combattre sa phobie, de se convaincre elle-même qu’elle allait trouver sa place ici, à Dreamland, ce fut sa plus grosse erreur.

Les ténèbres l’engloutirent, Yoake avait l’impression d’avoir plongé dans une piscine en touchant la main de Dakota. Elle chutait et buvait la tasse, ce goût âcre dans sa bouche et l’odeur qu’elle connaissait bien, il fallait qu’elle sorte de là. Seul problème, elle ne voyait rien, ni la sortie, ni dans quoi elle se baignait, ni qu’elle était ses objets flottants tout autour d’elle. Elle avança donc se servant du mur comme point de repère laissant trainer sa main sur le carrelage, elle cherchait des marches d’escalier , ou une porte n’importe quoi qui pouvait lui permettre de sortir de cette pièce, elle se prit à nouveaux les pieds et replongea en criant, le liquide visqueux coulant une fois de plus dans sa bouche. Elle se releva et martela les murs en hurlant pour qu’on lui ouvre. Elle trouva finalement l’interrupteur et sans prendre le temps de réfléchir, elle appuya. Deuxième erreur, car ce qu’elle vit lui glaça immédiatement le sang, elle baignait dans du sang depuis le début ! Son regard passait aux traces sur le carrelage, ces traces qu’elle avait faites avec ses mains. La jeune femme les regarda alors, elles étaient rouges, tout son corps était rouge de sang… Ce liquide qui la répugnait, elle avait envie de vomir le sang qu’elle avait ingurgité, mais ce qu’elle découvrit en baissant ses mains la fit hurler, les objets flottant était des morceaux de corps, son bras venait juste de toucher le tronc, elle recula contre le mur de la piscine et hurla, son cri ne semblait pas s’arrêter, et se fut pire quand elle ne voyait pas de porte de sortie, elle ferma les yeux, mais elle voyait et revoyait la pièce en détail, elle allait se frapper sa tête contre le mur quand le cauchemar prit fin.

Logiquement après un cauchemar, on se réveillait automatiquement, mais ce ne fut pas le cas pour Yoake, son esprit n’eut pas le temps d’assimiler la scène comme un cauchemar, et se protégea pour la deuxième fois de la journée en se coupant du monde, sa crise avait empiré lui coupant le souffle, tandis que sous ses yeux le cauchemar qu’elle venait de voir se mélangeait avec ses propres souvenirs, elle s’était déconnectée de la réalité, seules ses ongles finement manucurés, s’étaient enfoncés dans sa paume libérant quelques gouttes de son sang, cette blessure certes minime était la preuve du choc qu’elle venait de subir.

La claque l'aida un peu à mettre ses idées en places, mais Yoake était toujours dans un état second incapable de bouger. La japonaise s’accrocha à la voix de Méléna comme à une bouée de sauvetage, elle comprenait tout ce qu’elle disait, mais incapable de répondre, elle rapporta ses réponses pour plus tard. Méléna lança finalement qu’elle lui devait la vie et contre toutes attentes cette phrase lui plaisait. Quitte à devoir quelque chose, elle préférée que ce soit à Méléna et non à Dakota.

Elle leva finalement ses yeux écarquillés vers Méléna, tandis que son visage se détendit. Elle put alors hocher la tête pour montrer qu’elle avait compris. Libre de toutes pensées, son esprit martyrisé chercha alors quelqu’un responsable de tout ça, c’était de la faute de cette Dakota non ? Tout ce qui venait de lui arriver, et c’était aussi elle qui avait envoyé cette vision, la jeune fille n’avait pas besoin de plus sa première parole fut donc son nom :

- Dakota !

C’était un murmure, mais c’était suffisant pour qu’elle le grave dans son esprit, déterminée elle se promis à ce moment là, qu’elle ne laisserait plus les autres utiliser sa phobie comme une faiblesse. Elle allait jouer avec leurs règles dans ce cas…mais pouvait-elle modifier sa nature ?
Quand Méléna lui proposa de la suivre, la japonaise avait pratiquement récupéré de sa crise elle se releva donc tremblante et tourna alors son visage sombre sur Méléna, pour lui dire.

- Je suis désolée, je ne m’attendais pas du tout à atterrir ici en allant chez ce psy.

Elle tenta un sourire, mais ce dernier se transforme plus en grimace.

- Je crois que la peur m’a rendue agressive, la peur de l’inconnue…Mais aussi la peur de se retrouver seule.

 Les souvenirs du cauchemar lui revenaient soudain, elle tomba à genoux et vomit tout ce qu’elle pouvait comme pour recracher le sang qu’elle avait cru ingurgiter, elle vit à ce moment là, la blessures sur sa paume et ne savait que faire, il fallait pourtant soigner l’égratignure si elle voulait se sentir mieux, mais comment…Il fallait qu’elle se montre forte, elle se l’était promis aussi, sans attendre, elle arracha l’herbe de la prairie pour cacher sa main, et la glissa ensuite dans sa poche tentant d’ignorer sa blessure. Il lui fallait à présent trouver de l’eau au plus vite. Tentant d’ignorer la demande tordue de son esprit, elle répondit finalement à Méléna :

- Merci, Je vais te suivre !

Elle se leva à nouveau et fourra sa seconde main dans sa poche vide. Il fallait à tout prix qu’elle se déshabille afin de vérifier s’il n’y avait pas d’autres traces de sangs, il fallait aussi qu’elle se lave peut-être 6 fois contre les 3 fois habituelles, et il fallait qu’elle agisse vite, mais elle se concentra alors sur des moments heureux de sa vie, tentant par tous les moyens de contrer ses habitudes étranges, elle accompagna donc Méléna tout d’abords silencieusement mais constata qu’elles ne s’étaient même pas présentées, s’était peut être un peu tard, mais il fallait dire que le temps jusqu’ici n’était pas aux présentations  

- je m’appelle Yoake Akiyo et toi ?

Elle ne demanda pas le sien, car elle savait que les questions même de ce type pouvaient être mal vu autant attendre que la Tanatophobe daigne lui parler.

-Enfin tu n’es pas obligé de me le dire.

HJ : Logiquement mon pouvoir s'est déclenché, à toi de voir se que tu veux dire à Yoake
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Lun 23 Fév - 21:52

Melena observa le manège de la jeune femme tandis qu’elle se levait. Mettre de l’herbe dans sa poche ? Pour quoi faire, elle avait peur d’en manquer ? Au moins elle acceptait de la suivre. L’irlandaise fit un pas pour montrer que la route commençait et que si les présentations devaient être faites, elles se feraient en chemin. Quand la nippone corrigea sa requête, précisant que la nécrophobe n’était pas obligée de répondre, cette dernière resta interdite un instant. Faisait-elle peur à son aînée au point qu’elle n’ose lui demander son prénom ? Elle allait ouvrir la bouche pour lui dire de se détendre puis se ravisa. Après tout, si elle flippait, elle sera plus encline à l’écouter et à ne pas faire n’importe quoi.

- Melena Autumn, répondit la concernée les yeux rivés sur sa boussole.

L’intérieur de ses mains picotait étrangement. Ça ne faisait pas vraiment mal, mais c’était suffisamment désagréable pour que l’adolescente regarde ses paumes et découvre les blessures en forment d’ongle. Bizarre… s’était-elle infligée ça dans le coffre ? C’était plausible, mais la forme ne coïncidait pas vraiment. Les doigts de la nécrophobe étaient plus fins, et puis ses ongles n’étaient pas assez longs pour dessiner de telles coupures. Et si…

Brusquement, l’irlandaise s’arrêta et se tourna vers sa comparse. Elle entrevoyait une explication pour le coup de l’herbe, même si elle n’en voyait pas l’utilité.

- Fais-voir tes mains s’il te plait.

Comme la japonaise ne semblait pas vouloir obtempérer, Melena dut attraper ses poignets pour forcer le mouvement, ses yeux d’orages glacés plongés dans les siens. Pas de discussion possible et elles ne se remettraient pas en route tant que les soupçons de la brunette ne seront pas tirés au clair.

- Yoake, fais-moi voir tes mains !

Bon gré mal gré, la thanatophobe réussit à avoir gain de cause et découvrit les blessures similaires au creux des paumes de sa nouvelle compagne de route. Elle commençait à être rodée aux drôleries dreamlandiennes depuis le temps, il n’y avait pas de doute sur ce phénomène.

- C’est ton pouvoir, constata Melena comme s’il s’agissait de la chose la plus normale qui soit.

Voyant l’effet que semblait produire la vue du sang à Yoake, l’irlandaise la lâcha. Elle aurait bien voulu essayer de dire, ou de faire, quelque chose pour rassurer la jeune femme, mais ce n’était pas son truc. C’était Jade qui était douée pour ça. Retrouvant le cap de sa boussole, elle reprit la route en expliquant, elle lui devait au moins ça :

- Tu dis que tu es allez voir un psy, je suppose qu’il t’a hypnotisée parce qu’on t’a diagnostiqué une maladie mentale, pas vrai ? Pas la peine d’attendre de réponse puisque les faits montraient qu’elle avait raison, c’est difficile à croire au début mais comme je t’ai dit, en ce moment tu es endormie. Du moins ton corps physique est endormi, ton esprit est ici, à Dreamland. D’habitude tu n’y venais que pendant tes rêves et là… ton esprit a été plus loin disons.

Il n’y avait rien à l’horizon. Rien d’autre que la plaine verdoyante en ce début d’après-midi, des sentiers qui zigzaguaient à perte de vue et un panneau qui indiquait que la prochaine ville ne se trouvait pas à moins de 30 km. Ça faisait une belle trotte à pieds mais ça n’effrayait pas Melena. N’avait-elle pas déjà traversé la moitié d’un continent avec seulement un sac à dos et des pouvoirs bien moins impressionnants ? Ah oui, et avec Jade aussi… Jade. Elle devenait une obsession.

- Les gens comme nous, ceux qui viennent du monde réel, on les appelle des voyageurs. Ceux qui souffrent d’une pathologie mentale découvrent généralement qu’ils ont… des pouvoirs, en lien avec ce dont ils souffrent, s’y opposant même. Tu as peur du sang et apparemment, tu peux faire ça, elle lui montre ses mains, tu blesses les gens autour de toi quand tu te blesses toi-même.

C’était presque nostalgique. L’époque où ses propres capacités étaient aussi insignifiantes était révolue depuis longtemps. L’irlandaise eut soudainement l’impression d’avoir passé une éternité dans ce monde, à fuir et à se battre. Toujours. Comme si rien d’autre n’était possible. Pourtant, la quiétude de la plaine félicité semblait prouver le contraire.

- Plus tu resteras, plus tu seras forte, mais ça aura toujours un rapport avec le sang pour toi. Désolé. On est pas toujours les bienvenus ici, ajouta la nécrophobe, alors fait toujours attention à garder ta nature pour toi tant que tu ne sais pas à qui tu as affaire.

Voilà, les bases étaient là. Le reste n’était que détail ou anecdotes personnelles. Melena sentait qu’elle commençait à avoir faim. Elle n’avait rien mangé depuis le maigre petit déjeuner et ses confrontations morbides avaient vidé son estomac. Pour l’instant, elle fera abstraction. Elle ne savait pas combien de temps elles allaient marcher, l’économie prévalait… surtout qu’elle n’avait pas franchement envie de partager ses denrées de survie. Vieux réflexe dreamlandien. On se bat dur pour avoir ce qu’on a.

- Des questions ? Demanda l’adolescente en se tournant brièvement pour lui adresser un sourire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mar 24 Fév - 0:05

Elle s’appelait donc Méléna, Yoake était tellement perdue avec les réactions des voyageurs qu’elle ne savait plus ce qu’elle pouvait dire ou ne pas dire. Son besoin urgent de se laver était très difficile à contrôler, elle avait une envie folle d’enlever ses vêtements pour vérifier l’effet du sang sur son corps, mais cette fois-ci, son appartement ne pouvait être atteint en courant. Si seulement aux lieux de voir les collines à perte de vue, elle avait vu, un lac ou une rivière…

Non en fait, il ne fallait mieux pas qu’elle trouve de l’eau, elle ne contrôlait pas sa phobie et quand elle parlait de se laver 6 fois, il fallait vraiment qu’elle le fasse 6 fois, de quoi passer la journée au même endroit hein ?

Méléna a l’air tellement pressé de retrouver sa meilleure amie, que la japonaise préférait ne pas parler de son besoin urgemment absurde.

Méléna demanda soudain de voir ses mains, Yoake hésitait, sa main ne devait pas devenir visible le sang devait encore couler de la blessure, elle espérait tellement que l’herbe ne soit pas devenue rouge elle aussi, non tant qu’il n’y avait pas d’eau, elle ne devait surtout pas penser à sa main blessée. Elle répondit afin de se justifier :

- Je ne pense pas que ça change quelque chose…

Mais déjà méléna tenait fermement ses poignets et força la nipponne à sortir ses mains de ses poches. L’herbe retomba doucement au sol révélant sa blessure à Méléna. Yoake fixa Méléna afin d’éviter que son regard ne se pause sur son écorchure, mais au bout de quelque seconde, la douleur sur sa main fit dévier son regard, cette blessure n’était rien pour les autres, mais pour l’hématophobe, c’était un handicap supplémentaire, quelque chose dont on ne pouvait pas se soigner en deux secondes.

Méléna indiqua alors que c’était son pouvoir, elle avait donc bien un pouvoir, profitant que ses mains soit à nouveau libre, elle ramassa à nouveau de l’herbe pour cacher la blessure de sa main et la remit directement dans sa poche. Logiquement, elle emportait toujours un morceau de tissu avec elle en prévision, mais son sac était à présent loin quelque part sur terre. Le besoin de se laver devint plus fort mai Yoake parvint une nouvelle fois à la contrôler. Elle voulait prouver au monde qu’elle maîtrisait sa phobie, il ne fallait donc rien lâcher.

Elle lui parla ensuite de son moyen de locomotion pour Dreamland, son psy l’avait donc vraiment envoyé ici ? Si elle revenait dans son corps, elle se promit de lui faire avaler tout ses brins de lavandes. Ses pensées furent coupées par ce qu’énonçait Méléna. Son hypothèse concernant les voyageurs fut confirmé, mais surtout elle parlait de pouvoir, elle ne pu s’empêcher de fixer la blessure sur sa main la même que la sienne… :

- C’est… Je ne me blesse jamais logiquement, je fais très attention.

Son visage s’assombrit.

- une blessure pour un hématophobe est… Très handicapante.

Yoake était loin de trouver se pouvoir à son goût, elle ne pouvait pas se blesser comme ça, c’était déjà inconcevable pour les gens normaux alors pourquoi elle, qui ne supportait pas la moindre goutte de sang devait le faire. Pouvait-elle vraiment utiliser son pouvoir ? Pouvait-elle vraiment se blesser volontairement ? Elle ne pu s’empêcher de dire :

- Dans un sens, j’aurais préféré avoir un pouvoir pour me soigner… mais selon ce que tu me dis, je ne suis pas au bout de mes surprises.

Elle passa sa main scène et regarda le paysage devant elle, les plaines s’étendaient à perte de vue la jeune fille avait bien sur aperçu le panneau indiquant la ville la plus proche à 30km et le coté compulsif de sa phobie faillit prendre le contrôle une fois de plus. Yoake se contrôlait depuis un petit moment déjà, elle s’étonnait de ne pas avoir enlevé son manteau. Elle profita que Méléna lui demandait si elle avait des questions pour tenter d’engager la conversation sur autre chose que son pouvoir sanglant.

- Merci pour ton explication, tu as répondu à pratiquement toutes mes questions.


Elle était sincère Méléna avait ainsi soulagé la japonaise d’une bonne partie de ses questions, le reste était juste des questions pratique, du genre : Comment allait-elle se payer à manger ? Ou autre, mais ça ne pressait pas, son estomac ne pouvait pas encore supporter la moindre nourriture, elle avait bu du sang… son goût était toujours présent dans la bouche de Yoake, et si elle avait encore quelque chose dans son estomac, elle aurait surement vomit une seconde fois.

- 30km, Dreamlands est vraiment vaste. Est-ce que ta meilleure amie se trouve dans cette ville?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mar 24 Fév - 11:37

Melena avait grimacé quand Yoake avait dit préférer un pouvoir qui la soignerait. Elle ferait mieux de ne pas le souhaiter trop fort, il y a des chances que Dreamland réponde à ses avances de la façon la plus sadique qui soit. Un peu comme pour elle tient. Au moins, la japonaise n’approfondissait pas le thème des capacités oniriques et l’irlandaise lui en était reconnaissante. Elle n’avait pas envie de parler d’elle, ni de ce qu’elle savait faire. Outre l’effet de surprise, c’était de l’auto-préservation mentale. Ses pouvoirs étaient sa malédiction ; épouser la mort pour ne plus mourir. Le deal était facile et ignoble à la fois.

- Je ne sais pas, répondit la nécrophobe en réprimant un soupir, la boussole ne me donne que la direction. J’aimerais bien, concéda-t-elle avec l’ombre d’un espoir, j’ai peur qu’elle n’arrive pas à se débrouiller sans moi.

Elle ne savait pas trop si cette pique taquine était censée l’amuser elle-même ou bien plutôt la concernée aux abonnés absents. Si Jade ne savait pas se dépatouiller seule ? En vérité, Melena ne s’inquiétait pas trop pour ça. Sa faculté à traverser les obstacles lui assurait une fuite facile à défaut d’être capable de se défendre. Non la réalité, c’est que c’était elle qui se sentait incapable de voyager seule. Du moins… elle le pouvait, elle en avait la force, elle n’avait pas peur de la solitude. Mais son esprit s’effritait à chaque pas qu’elle faisait, la psychotique était la seule personne à savoir réanimer l’enfant en elle. Celle qui voulait simplement rentrer et oublier ce cauchemar. Celle qui ne devenait pas folle.

- C’est pas grand-chose 30 km, on peut y être dans la soirée si on marche à bonne allure. Demain si on décide à s’arrêter pour la nuit.

Autant dire que cette perspective n’emballait pas la brunette. Elle marchait d’un bon pas, obligeant Yoake a accélérer si jamais il lui venait l’idée de traînailler. Cette dernière allait devoir s’y faire : les randonnées pédestres à Dreamland était le quotidien de tout un chacun. A vous en faire oublier ce que c’était qu’une voiture ou une rame de métro.

- Dreamland est vraiment grand. Je ne sais pas à quel point alors… dis-toi que c’est comme dans le monde réel.

Ensuite, Melena se mura dans le silence pendant une bonne vingtaine de minutes. Il n’y avait que les bruits de pas de leur duo, les cliquetis des fermetures éclairs de sa combinaison et les bourrasques de vent qui balayaient la plaine. Sa chevelure noire dansait nonchalamment, rebelle, indomptable, malgré ses multiples tentatives pour la rassembler d’un coté de son visage de craie. Des oiseaux les survolaient de temps à autres. Certains étaient identifiables, d’autres étaient purement dreamlandiens. Parfois, sur un sentier lointain, on pouvait apercevoir d’autres groupes de personnes que l’irlandaise détaillait avec défiance, mais ils suivaient leur chemin, sans se soucier des deux jeunes femmes.

Fantômes de ses crimes, des murmures s’élevaient dans la tête de la nécrophobe. Elle avait presque l’impression de sentir à nouveau l’étreinte glaciale des morts de son coffre, de revoir les dizaines d’yeux des têtes décapitées à Freedoom qui l’épiaient, planquées dans les hautes herbes. Cherchant une échappatoire, elle desserra alors les lèvres, sans rien laisser paraître :

- Je ne suis pas d’un naturel très bavard mais si jamais tu as envie de discuter… je t’écoute.

Melena ne se retournait pas. Ses yeux gris étaient fixés loin devant, attentifs, prudents. Comme elle n’était pas sûre de s’être fait comprendre, elle ajouta :

- Je sais que c’est pas facile de débarquer comme ça et d’être… embarquée dans une cause qui ne te concerne pas alors que tu as plutôt envie de rentrer chez toi. Mais jusqu’à ce que les événements nous séparent, ou que tu te réveilles, on va n’être que toutes les deux alors… elle haussa les épaules comme pour dire « alors autant tuer un peu le temps », t’as quel âge par exemple ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Jeu 26 Fév - 8:35

Yoake avait écouté tranquillement Méléna, la boussole montrait seulement la direction et Dreamland était un monde plutôt vaste... Leur voyage pouvait être long, très long même pour l'instant l'aiguille pointait en direction de la ville, mais sa meilleure amie pouvait se trouver bien au-delà.

Pourtant, la Japonaise continuait sans se plaindre, elle profiterait de leur marche pour parfaire ses connaissances sur Dreamland, elle regarda la plaine qui s'étendait à perte de vue laissant le vent caresser ses cheveux, tout était si agréable... Elle qui était habituée à Chinatown, trouvait ce paysage magnifique. Qu'allait-elle découvrir au fil de son voyage, aux premiers abords ce monde ressemblait un peu au leur, mais après réflexion, il y avait pas mal de différence, quitté Ellipse qui ressemble tant à sa ville natale pour découvrir une plaine interminable en était une, mais l'absence de route et de voiture en était une autre.
Aussi, 30km à pied pour Yoake paraissaient énorme, surtout en une après-midi, mais bon, il fallait bien qu'elle s'habitue à marcher, et puis si le paysage était toujours aussi agréable. La jeune fille remarqua que la Thanatophobe, avait accéléré le pas inutile de dire qu'elle ne souhaitait pas s'arrêter en chemin. Yoake tenta d'accélérer le pas pour la suivre et garda le silence pour conserver son souffle.

Ainsi passèrent les 20 minutes, Yoake elle, serrait les dents essayant de penser à autre chose qu'a ses pulsion qui lui demandèrent de trouver de l'eau aux plus vite, elle fut tenter d'engager la conversation après tout elle n'était pas du genre à rester silencieuse, même si ces cinqs dernières années à tenter de se reconstruire, l'avait rendue un peu solitaire, elle ne discutait que très rarement, après tout que pouvait elle raconter maintenant qu'elle ne sortait pratiquement plus de chez elle. Enfin si aujourd'hui, mais c'était une exception.

Elle continuait sa réflexion sur ce qu'elle pouvait dire ou ne pas dire quand Méléna lui demande son âge :

- 22 ans...


Elle s'attendait à voir la surprise sur le visage de Méléna aussi ajoute-t-elle en riant

- Je sais, je fais plus jeune... On me le dit tout le temps et toi ?

Au fond, elle, Yoake avait arrêté de vivre à ses 17 ans, elle ne fêtait plus son anniversaire, malgré la demande de sa tante et de son oncle. En fait voir qu'elle avait gâché cinq années à cause de sa phobie l'a déprimait. Elle tourna son regard vers Méléna et se disait qu'elle paraissait avoir le même âge, mais peut être qu'elle n'y était pas du tout, elle n'avait jamais été douée pour deviner l'âge des gens.

Ils étaient si loin ses 17 ans de temps en temps, elle y repensait, elle avait tellement adoré cette année, dommage qu'elle se soit arrêté si brutalement, elle se mit alors à fredonner un air qui lui passait par la tête, puis se tue pratiquement aussi rapidement, qu'en est-il des chansons a Dreamland ?

Peut-être que ce n'était qu'un détail, mais pour la jeune fille cette question était existentielle, on pourrait la formuler autrement : qu'elle allait être sa place dans ce monde ?

- Dis moi, je sais que notre monde et celui de Dreamland sont très proches, mais je me demandais Comment était représentée la musique ici ? Il y a des chanteurs connus non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Jeu 26 Fév - 12:23

Melena resta impassible, malgré le rire de Yoake. Effectivement, elle faisait un peu moins, mais ce n’était pas tant ça qui la travaillait. Combien de « jeunes » personnes s’étaient retrouvées bloquées à Dreamland ? A risquer leur vie, la menace de devenir un légume planant au dessus de leur tête continuellement. La pire des fins. Des criminels vivaient vieux partout dans le monde et à coté de ça, des personnes sans histoire dans la fleur de l’âge se retrouvaient condamnées. C’était tellement injuste.

- Je suppose qu’il y a des stars oui, mais j’ai jamais trop eu le temps de me pencher sur la question, désolé.

En vérité, son contact le plus intime avec le showbiz avait été les épreuves de Freedoom que les gardiens sadiques s’étaient fait un plaisir de filmer, dans l’espoir d’en faire un film. Peut-être un jour, si ce n’était pas déjà le cas, des milliers de personne la verraient sur un écran de cinéma, sans savoir que les horreurs qu’elle et ses amis avaient traversé étaient réelles. Ils riraient peut-être, se moqueraient, se targueront d’avoir pu faire mieux à leur place. Mais en fait, aucun ne saurait. Aucun.

- J’ai 17 ans, dit finalement l’irlandaise pour chasser ses pensées sombres, 17 ans…

Cet aveu suspendu dans les airs voulait dire beaucoup de choses mais elle ne comptait pas se confier à une inconnue. Elle continuait à marcher d’un bon rythme, comme si la fatigue ne l’attendrait jamais, comme si d’un instant à l’autre, elle pouvait manquer Jade sur le sentier. Le soleil descendait vers l’horizon, tranquillement, alors que le silence avait de nouveau enveloppé les deux filles. Combien de temps s’était alors passé ainsi ? Une heure ? Deux peut-être ? Melena sentait que ses jambes devenaient fébriles, la faim écorchait son estomac. Elle avait ralentit avant de s’arrêter.

Sur les bords du sentier, l’herbe était courte, verte, parfaite pour faire une pause. Ses yeux gris balayèrent les alentours pour s’assurer qu’aucun danger imminent n’était en approche, puis elle désigna le bas-côté d’un signe de tête :

- On va faire une petite pause, tu veux bien ?

Peu de chance que la japonaise refuse. Après tout, elle aussi marchait depuis longtemps. La nécrophobe posa sa hotte et s’assit à coté, en tailleur. Avec les gestes précis de celle qui avait désormais l’habitude de se débrouiller dans la nature, elle tira son pieu en métal qu’elle posa à ses côtés – suffisamment proche pour sauter dessus en cas de danger mais trop loin pour que Yoake puisse l’atteindre, des fois que…

Melena sortit ensuite son pack de vivres et se rendit compte qu’il ne lui en restait plus que pour 3 ou 4 jours. Elle grimaça. Pas envie de partager, surtout que sa comparse pouvait s’évaporer d’un moment à l’autre. Lui permettre de survivre c’était une chose bien différente que de subvenir à tous ses besoins. Fouinant dans son sac, elle dégota finalement sa boite de Ferrero cailloux et ses sucres d’orge. Elle les tendit à son aînée en expliquant :

- Désolé, je ne peux pas me permettre de partager mes vivres de survie : on ne sait pas combien de temps on sera ensemble et plus je pourrai en économiser, mieux ce sera. Au moins tu peux manger ça.

Dans un élan d’altruisme, elle fit apparaître un cadeau de Noël, dans l’espoir qu’il s’y trouve de la nourriture… mais non, c’était un sac à dos. Dépitée, elle offrit sa trouvaille à Yoake.

- Bon bah c’est raté pour le pique-nique… prends-le, je n’en ai pas besoin.

Elle avait soif aussi, mais ça c’était un autre problème. Il n’y avait que son thermos de chocolat chaud dans son barda mais l’adolescente avait plutôt envie de boire de l’eau. Au prochain point d’eau, elles verraient si elles ne pouvaient pas se désaltérer. Après avoir tiré de ses vivres ce qui ressemblait à un pot de viande séchée, Melena mordit dedans sans quitter les environs de ses orbes orageux. De la prudence perpétuelle ou de la crainte ? Dreamland l’avait tellement habituée au danger permanent que la tranquillité ne la rassurait plus.

- Avec ma meilleure amie… Jade, commença l’irlandaise, on a déjà eu à faire ce genre de… voyage. A pied, à travers des lieux qu’on ne connaissait pas, avec juste une carte, une boussole et des vivres pour 1 semaine.

La jeune fille se revoyait des semaines plus tôt. Exténuée, une ou deux côtes brisées, mais libre. Elle était encore humaine, elle était encore vierge des atrocités locales. Ses meurtres dans l’arène avaient été de la légitime défense, rien de plus.

- A cette époque, on était beaucoup moins expérimentées, nos pouvoirs étaient beaucoup plus faibles aussi… on a eu quelques soucis en chemin, mais on s’en est sorties !

Un sourire mélancolique s’étira sur son visage pâle. Le vent soufflait dans sa chevelure noire. Toujours en tailleur, elle agitait légèrement ses jambes, comme si elle essayait de s’envoler. Finalement, elle ressemblait bien à une adolescente en plein pique-nique, le pieu mis à part.

- Ce que je veux dire c’est… excuse-moi si on marche un peu vite. J’ai l’habitude, j’ai pas envie de traîner mais je suppose que pour toi c’est… déroutant.

_________________



Dernière édition par Melena Autumn le Jeu 26 Fév - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Jeu 26 Fév - 12:23

Le membre 'Melena Autumn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Super joyeux noël' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Ven 27 Fév - 7:42

17 ans...Yoake ne pouvait s'empêcher de voir cet âge comme une malédiction, pour elle, c'était le commencement de son Hématophobie importante et compulsive. L'année où son avenir s'était détruit. Si elle pouvait, elle serait volontiers retournée à cet âge pour tout effacer, mais Dreamland ne devait pas offrir ce genre de pouvoir, de plus les pouvoirs était en rapport avec sa phobie, la jeune femme devrait se débrouiller par elle-même.

Quand Méléna proposa de faire une pause, Yoake accepta, sans problème, elle se jeta limite sur l'herbe et détendit ses jambes, c'est alors qu'elle levait les yeux vers Méléna cette dernière prudente avait bien prit soin de bien regarder les alentour avant de s'asseoir, elle avait même déposé son arme, au cas où. La japonaise maudissait un instant sa précipitation, elle devait être plus prudente, elle était à Dreamland, et ici aucune autorité garantissait la sécurité des voyageurs du moins c'est ce qu'elle avait compris.

Méléna lui dit qu'elle pouvait gardait ses provisions que pour elle, comme elle ne sait pas combien de temps durerait leur voyage, elle proposa quand même à Yoake des chocolats et des sucres d'orge pour couper un peu la faim. La jeune Femme dit alors :

- Ne t'en fais pas, je commence à comprendre le fonctionnement de Dreamland, et je ne veux pas utiliser toutes tes réserves.

Elle prit donc un chocolat et le mâcha doucement, elle ne savait pas combien de temps elles allaient marcher, mais il allait que Yoake trouve une autre solution, elle ne pourrait pas vivre juste avec des chocolats. La thanatophobe devant elle venait de faire apparaitre un cadeau sous le regard étonné de l'Asiatique, elle lui donna le sac tout en disant qu'elle aurait préférait y trouver un pique-nique.

- Merci Méléna, pour le sac... Et pour les chocolats.

Elle reprit un chocolat, mais préféra éviter les sucres d'orge, les sucreries donnaient soif, et sans eau, c'était un peu suicidaire, elle attendrait d'avoir de l'eau à disposition et si Méléna les re proposait bien sur. Finalement, elle regarda son sac se demandant comment pouvait-elle le remplir, la monnaie d'après ce qu'elle avait suivi était le Rubz, mais vu l'empressement de Méléna, il fallait pour le moment qu'elle fasse sans. Finalement l'hématophobe demanda :

- Tu as dit que Dreamland était vaste non ? On devrait peut-être faire des réserves pour le voyage à venir au village le plus proche. Bien sûr, j'essayerais de rapporter quelque chose, je ne compte pas vivre à tes dépens enfin pas totalement.

Elle fit un petit sourire et ajouta :

- Je devrais pouvoir filer un coup de main, pendant notre passage dans cette ville.


Elle se voulait confiante, mais rien n'était moins sur, elle ne connaissait pas ce monde. Mais ce n'était pas en ne faisant rien qu'on gagne de l'argent non ?
Elle se leva finalement et mit le sac à dos vide sur ses épaules, elle rendit finalement le reste des chocolats et des sucres d'orge.

- Bon si tu veux repartir, on peut.

En effet Yoake ne préférait pas s'arrêter trop longtemps de peur, de ne plus sentir ses jambes, elle se les masserait avant de dormir et peut être qu'avec un peu de chance, elle s'habiterait à Dreamland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Ven 27 Fév - 12:08

Quand Yoake proposa de faire le plein de provisions dans la prochaine ville, Melena garda le silence en mâchant sa viande séchée. C’était un bon plan dans l’absolu, elle se gardait bien de dire qu’elles n’avaient aucune idée d’à quoi ressemblerait la prochaine civilisation. Il pourrait très bien s’agir d’un village de schtroumpfs ou d’une cité peuplée d’individus mangeurs de cailloux. Autrement dit, tant qu’elles n’y seraient pas, aucun moyen de savoir s’il sera possible de faire des réserves là-bas. Néanmoins, l’irlandaise appréciait cette façon de voir : c’était bien mieux que ceux qui ne savaient que demander « comment on se réveille ? Je veux sortir d’ici ! ». Un sourire s’afficha sur son visage ivoirin lorsque la japonaise proposa de se remettre en route. Pendant qu’elle rangeait ses vivres, la nécrophobe secoua négativement la tête quand son acolyte lui tendit ses sucreries.

- T’as qu’à les garder. C’est pas grand-chose, mais moi je ne mange pas de toute façon.

Et il fallut reprendre la route. Le silence était toujours de la partie, comme une bulle increvable qui enveloppait les deux jeunes filles. Melena avait la sensation d’avoir fait ce qu’elle pouvait pour « former » Yoake au B.A.BA de Dreamland, du coup elle ne ressentait aucun besoin d’entretenir la conversation. Au bien sûr elle aurait pu lui parler des esclavagistes, de Sextus, des 7 tours, de Freedoom, du Marchand de sable… mais à quoi bon ?

Le soleil poursuivait sa course vers l’horizon, virant de l’or à l’orangé. Nouveau panneau. Il indiquait que la prochaine ville, « Quiet Hill », se trouvait à 18 km. Finalement, peut-être l’irlandaise avait-elle surestimé la vitesse à laquelle elles progresseraient ? Il allait falloir qu’elle s’arrête pour la nuit. Ça ne l’enchantait pas de devoir camper en plein air mais dans tous les cas, elles n’auraient pas la force de marcher sans pause jusqu’à leur escale. Après une nouvelle demi-heure de progression, Melena proposa :

- Ça te dit qu’on s’arrête là ?

Elle pointa du doigt une espèce de sous-bois qui ressemblait plutôt à un buisson géant, à une vingtaine de mètre à droit du sentier. S’il n’était pas assez débrousaillé pour être hospitalier, au moins, elles pourraient s’installer derrière, à l’abri des regards qui viendraient du chemin qu’elles empruntaient.

- Il est encore tôt, mais on a déjà pas mal progressé aujourd’hui. Autant faire halte maintenant pour se reposer et repartir tôt demain matin.

L’irlandaise jeta un œil à sa boussole magique. Le cap n’avait pas bougé donc Jade était toujours au même endroit. S’écartant du sentier pour s’approcher du minuscule sous-bois, elle tira son couteau de cuisine de sa poche en se faisant de plus en plus discrète.

- On va essayer d’inspecter l’intérieur… il y aura peut-être des fruits comestibles. Fais gaffe, on ne sait pas ce qui peut se cacher là-dedans. Des animaux ou… autre chose.

Le souvenir des bêtes d’ombre qu’elle avait affronté avec Jade lui revint brutalement. Oh bien sûr, elle savait désormais comment venir à bout de ces créatures mais ça n’était pas une partie de plaisir. Et d’ailleurs, il ne faisait pas encore nuit. Les créatures, si jamais elles se trouvaient également sur ce continent, n’apparaitraient qu’à partir du moment où le soleil les aurait délaissées.

En tournant autour du sous-bois, Melena avisa un endroit où la végétation était déjà piétinée. Les branches écrasées indiquaient que d’autres personnes, ou des animaux d’une taille suffisante, étaient déjà passées par là. Y étaient-ils encore ? Telle était la question. Avant de s’aventurer à l’intérieur, l’irlandaise attendit que ses yeux gris s’habituent à la pénombre. L’odeur forestière suscita une sensation nostalgique mais elle s’efforça de rester concentrer. Un oiseau chantait quelque part, quelques petits bruissements se faisaient entendre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mer 11 Mar - 13:02

Yoake remercia d'un sourire Méléna et rangea les chocolats et les sucres d'orge dans son nouveau sac.

Les deux femmes reprirent la marche dans le silence, comme si tout avait été dit. Yoake chercha alors pendant un moment un nouveau sujet de discussion, mais aucune idées ne venait, elle retenait donc sa curiosité avec brio... Enfin ce n'était peut-être pas mieux, car sa phobie lui minait le moral une fois de plus. Sa main droite lui rappelait sans cesse que son sang était visible et que pendant des mois elle n'allait pas se sentir bien, et le pire dans tout ça il n'y avait pas d'eau...elle ne pouvait toujours pas laver son corps, lui qui était souillé par le sang dans lequel elle avait plongé. Bon, certes, s'était un cauchemar, mais Dakota avait réussi son coup, car la Japonaise ressentait toujours le goût du sang dans sa bouche, même les chocolats qu'elle avait mangés ne lui avaient pas fait passer cette impression.

Elle leva finalement les yeux vers le soleil qui baissait cherchant par la même occasion à se changer les idées, mais les frissons de son corps lui rappelaient sans cesse qu'elle ne se débarrasserait pas si facilement de ce qu'elle a vécu... Et dire que c'était surement le début.

Un nouveau panneau indiquait la direction de la ville « Quiet Hill », 18km, ils avaient bien marché, mais ils étaient encore loin de cette ville et n'y arriveraient certainement pas avant la nuit. Yoake leva ses yeux vers Méléna qui proposait une pause au niveau du buisson, elle n'était pas vraiment contre ses jambes la portaient, mais sans le repos adéquat ça n'allait pas durer. Elle répondit alors :

- Je veux bien.

Elle porta ses yeux au panneau derrière elle et ajouta :

-Quiet Hill n'est qu'à 18km, si tout va bien, on y arrivera en milieu de journée, ça nous laissera le temps de faire des réserves.

La Japonaise ne savait pas que toutes les villes pouvaient être très différentes de la banlieue de San Francisco, elle espérait ainsi trouver facilement des commerces, et un point d'eau, peut-être qu'ensuite sa phobie la laisserait tranquille.

Cette fois Yoake porta un regard inquiet autour d'elle, elles étaient seules, les personnes qu'elles avaient croisés devaient surement avoir trouvé un abri pour la nuit. Méléna proposa alors de chercher des fruits dans les buissons tout en précisant qu'il fallait faire attention. La Japonaise n'était pas non plus très rassuré, elle avait suivi la thanatophobe qui était plus armés qu'elle, et elle entendait-elle aussi les bruissements, et les cris d'oiseaux. Elle tenta finalement de maîtriser sa respiration et se décida à avancer dans les sous-bois, écartant quelques branches quand elle vit enfin ce qu'elles cherchaient :

- Il y a des mûres là.

N'ayant pas de contenant, elle mit quelque feuilles dans ses poches, afin de ne pas tacher son manteau et se mit finalement à cueillir, les fruits avec précaution pour ne pas se blesser. Ce geste lui rappela des souvenirs qu'elle avait avec son oncle et sa tante, elle se mit à sourire en y repensant, ça faisait combien de temps qu'elle n'était pas allée en campagne avec eux ? Elle avait récupéré une bonne poignée quand le buisson se mit à bouger. Elle recula immédiatement récupérant un bout de bois pour se défendre, et releva les yeux vers les ronces, deux yeux jaunes apparurent et croisèrent le regard an amande de Yoake avant de sauter. La jeune femme hurla, et tenta de frapper la bête avec son bâton, seulement, elle était trop petite, bien trop petite pour faire de mal à qui que se soit, quand Yoake s'en rendit compte la boule de poil grise avait déjà fuit à travers les buissons.

La Japonaise croisa le regard de Méléna et dit comme pour se justifier.

- Je crois que je suis devenu un peu trop méfiante, à présent.

Elle sourit comme pour se moquer d'elle-même et regarda son pauvre bâton à présent brisé, elle avait des progrès à faire.

- On continue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mer 11 Mar - 17:06

Le sous-bois n’était pas grand, mais il était touffu. La lumière du soleil couchant peinait à traverser son feuillage, déposant ici et là des débris dorés sur le sol humide. Il faisait frais aussi. Melena sentait que ça devait grouiller de petites vies ici, de tout un tas d’insectes qui préféraient vivre à l’ombre. La zone était sans doute trop inhospitalière pour qu’elles s’y installent sans risquer de se réveiller couverte d’une colonie de fourmis ou autres bestioles moins réjouissantes. Au moins Yoake avait trouvé quelques mûres sauvages. Ce serait frugal, elles étaient bonnes pour avoir des aphtes, mais ça serait mieux que rien.

L’irlandaise tira de sa hotte le haut en toile de sa tenue miquitzlienne pour s’en faire un sac improvisé où elle collectait les fruits qui semblaient les plus comestibles. Beaucoup étaient déjà entamés par des oiseaux et d’autres types d’animaux frugivores. Le bon point c’est que si c’était le cas, alors ils ne devaient pas être toxiques.

Ignorant les pucerons qui gravitaient autour de son front moite, Melena s’apprêtait à sortir du sous-bois avec une collecte honorable quand sa comparse eut brusquement l’air confronté à quelque chose. Les sens en alerte, elle allait bondir pour l’aider – ou au moins pour éviter d’être la deuxième à se faire boulotter par une créature sauvage – mais elle vit détaler quelque chose qui ressemblait à un chaton sauvage.

- On est jamais trop prudent, rétorqua la thénétophobe sans l’ombre d’un sourire, je pense que j’en ai assez moi. De toute façon si on en mange trop, on va se déglinguer l’estomac.

Enjambant habilement racines et orties, l’adolescente sortie du sous-bois et rejoint un point à environ trois mètres de là, d’où elles seraient moins visibles depuis le sentier. Là elle posa sa hotte et sa collecte en attendant que Yoake la rejoigne. Dans une main, elle tenait toujours inconsciemment son couteau de cuisine qui devait peut-être lui donner un air menaçant. En tout cas, elle fit une moue satisfaite et s’adresse à son acolyte quand elle fut à sa portée :

- On devrait pas être trop mal ici. Je pense pas qu’on aura besoin de se relayer pour la garde… ça doit être assez calme.

Et puis, elle avait le sommeil difficile. Non pas à cause des cauchemars, elle ne pouvait pas en faire à Dreamland, mais à cause des souvenirs, des images atroces imprimées sur sa rétine, des voix dans sa tête. De sa mère… encore et toujours sa mère, qu’elle a dû tuer une seconde fois, de ses propres mains. Se penchant sur sa hotte pour en sortir le nécessaire, Melena précisa sur le ton de la personne qui détaille un élément purement pratique :

- Je n’ai qu’une couverture de survie, du coup on va devoir se la partager et se serrer un peu. Sauf si ça te dérange, mais il doit quand même faire un peu frais la nuit ici.

Ses yeux clairs s’étaient levés vers Yoake. Elle se fichait réellement de devoir partager sa couche avec une inconnue. Décidément, sa pudeur en avait pris un coup ici. Coucher avec Elie, flirter avec Jerry, embrasser Alexander… ça ne lui ressemblait pas et pourtant, paradoxalement, c’est ce qui la raccrochait le plus à son humanité. Sans sa chair, que lui restait-il ?

L’irlandaise s’assit sur la couverture qu’elle avait dépliée comme tapis de pique-nique et entreprit d’essuyer délicatement les mûres qu’elle avait cueilli, faute de mieux. Elle était en tailleur, son visage concentré était celui d’une adolescente appliquée à sa tâche. Sa bouche s’ouvrit brusquement, sans préavis :

- Tu fais quoi dans la vie ? A… 22 ans, appuya-t-elle après avoir pioché le chiffre dans sa mémoire, je suppose que tu fais quelque chose non ? Ta peur ne t’empêche pas d’étudier ou de travailler ?!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mer 11 Mar - 19:18

Yoake avait suivi la thanatophobe, mais avançait moins facilement, elle regardait chaque ronce que ces jambes croisaient, elle avait déjà vu suffisamment de sang aujourd’hui, elle ne voulait pas en rajouter en se blessant. Elle retrouva Melena et regarda un moment son couteau, il ne devait pas juste servir à la cuisine, Yoake baissa ses yeux sur sa poche contenant sa main égratignée, arriverait-elle à se défendre elle aussi ? Elle qui était incapable de voir la moindre goutte de sang.

Elle s’approcha finalement quand Melena lui annonça qu’il n’y aura pas de tour de garde…Yoake frissonna en pensant au sommeil, elle ne ressentait pas la fatigue, ou plutôt son excitation était trop importante pour qu’elle cherche à dormir, aussi les cauchemars risquaient de venir troubler son sommeil, l’hématophobe savait de quoi ils seront fait… En même temps pouvait-elle faire des cauchemars aux pays des rêves ? Elle ne savait pas.

La thanatophobe parla à ce moment de partager la même couverture pour cette nuit, l’expression de la japonaise changea immédiatement dormir avec une femme n’était pas un problème en soit, c’était plus dormir avec quelqu’un … Elle avait amèrement regretté le dernier contact qu’elle avait eu avec Dakota, et que ferait-elle si elle voyait une cicatrice ou du sang sur Méléna, parviendrait-elle à contrôler son hématophobie… Alors qu’en cinq ans, elle avait juste réussi à la contourner. Si elle gardait sa combinaison, ça devrait aller… Aussi reprit-elle des couleurs et hocha la tête.

- Merci, j’accepte, je n’ai pas envie d’attraper froid.

Aussi, la Japonaise rejoignit Melena et l’aida à nettoyer les mûres comme elle pouvait, elle s’habituait au silence de leurs relations, aussi elle fut surprise quand elle cherchait à en savoir plus sur elle. Elle leva ses yeux sombres vers sa coéquipière et hocha doucement la tête.

- Je boss dans une salle d’archive depuis quelques mois, sympa comme métier n’est pas ?

Ironisa-t-elle.

- Là-bas je peux gagner de l’argent, sans être obligé de dévisager toutes les personnes que je croise… Je peux aussi éviter tout contact, les seules personnes que je croise, connaisse mon hématophobie, je peux ainsi facilement m’éclipser en cas de crises, mais ce n’ai pas vraiment le boulot dont je rêvais à 17 ans.

Elle resta un moment perdu dans ses pensées, son boulot ne lui manquait pas vraiment, il lui permettait juste d’être indépendante financièrement et de payer toute ses factures… Elle pouvait pourtant s’estimer heureuse d’avoir un boulot avec sa maladie, mais comme tout ce qu’elle faisait pour contourner sa phobie, la japonaise considérait son travail comme une fuite en avant. Ce n’était pas comme ça qu’elle allait réaliser son rêve.

- Je voulais être chanteuse

Lâcha-t-elle en rougissant légèrement, pourquoi avait-elle dit ça si facilement ? Surement parce qu’elle ne voulait plus fuir son rêve, il fallait bien prendre le taureau par les cornes non ?
Elle essuya la dernière mûre et la reposa profitant des quelques secondes de silence avec de demander à son tour :

- Et toi, tu es étudiante ? Ça ne doit pas être facile non plus j’imagine.

Elle étendit finalement ses jambes et entreprit de les masser, elle savait qu’elle n’avait pas fini de marcher et bizarrement, cela ne lui déplaisait pas elle avait toujours connu Chinatown et n’avait jamais cherché à voyager, à présent la sensation de liberté qu’elle commençait à ressentir lui plaisait, elle demanda alors :

- ça fait longtemps que tu es à Dreamland ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Mer 11 Mar - 20:10

Il y avait quelque chose de tranquille dans leur activité. Assise toutes les deux à essuyer des mûres sauvages avec pour horizon la plaine verte et mordorée. Quand Yoake dénigra son boulot en salle d’archive, l’irlandaise songea qu’à l’instant, elle comprenait tout le sens de l’expression : il n’y a pas de sous-métier. Qu’est-ce qu’elle ne donnerait pas pour rentrer dans le monde réel et être embauchée dans le même type de job ? Tranquille, sans soucis. Une vie d’ombres, d’anonymat, comme celle qui lui avait échappé à jamais.

Un sourire pâle s’étira sur le visage de l’adolescente à l’instant où la japonaise dévoila son rêve vocal. La question sur les stars prenait désormais tout son sens, ça mettait plus encore le doigt sur le fait que depuis qu’elle était à Dreamland, Melena ne s’était pas posée une seconde. Quand s’était-elle vraiment détendue ? Avait-elle jamais pris le temps de s’attabler dans un pub pour déguster un repas local devant un petit groupe de reprises oniriques ? Non. En fait, le dernier moment de légèreté qu’elle avait en tête, c’était la soirée au restaurant avec Jade et Elie. Dieu que ça lui paraissait loin…

- Moi ? répéta la jeune fille comme pour gagner du temps, euh…

Que devait-elle faire déjà ? Avant que tout parte en vrille, elle avait une vie normale, pas vrai ? C’était comme essayer de se souvenir d’un rêve. Un rêve qu’elle avait fait des mois auparavant alors qu’en fait, dans le monde réel, ça ne faisait que deux ou trois jours.

- J’habite à Londres alors le système n'est pas le même. Là-bas, j’étais en fin de cycle secondaire, il me restait une année à passer avant l’université… ça va, c’était pas si dur, ajouta-t-elle en haussant les épaules.

Elle avait parlé au passé sans s’en rendre compte. Ses émotions parlant à sa place. Ses yeux gris évitaient Yoake, ils planaient quelque part dans le vide, entre le tas de mûres et le néant. Un voile triste passa sur ses traits ivoirins avant qu’un sourire nostalgique et douloureux ne se tisse sur ses lèvres. Depuis combien de temps était-elle à Dreamland ? Oh…

- Je ne peux même pas te dire combien de temps j’ai passé ici… en tout deux mois peut-être ? Un peu moins ? Tout s’enchaîne tellement vite, j’ai eu l’impression de vivre des années. Mais non, mais non…

Elle marqua un silence. Dans sa poitrine fragile se battaient l’envie de ne rien dire et celle de son confier. Depuis combien de temps n’avait-elle pas pu réellement parler ? Alexander ne comptait pas, elle lui avait simplement craché certaines choses au visage. Quant à Elie et Ace… ils ne la comprenaient. Ils n’étaient pas capables de faire l’effort d’entendre son point de vue. Dire qu’ils avaient été ses meilleurs amis…

- C’est pas facile de s’en défaire, reprit-elle, je ne sais pas si… si l’esprit peut avoir du mal à refermer le passage après l’avoir franchi une fois, mais à la base, je m’étais réveillée. Je m’étais réveillée, mais la nuit suivante, Jade était revenue… toute seule, sans rien faire.

L’irlandaise haussa les épaules en secouant la tête. Ses yeux gris s’étaient levés vers le soleil couchant, parfait arrière-plan pour le film de souvenirs qui se développait en voilant son regard. Elle papillonnait légèrement des jambes, signe de sa nervosité.

- Je me suis arrangée pour revenir aussi, pour la trouver, j’avais peur qu’il ne lui arrive quelque chose mais…, un éclat de rire nerveux secoua la nécrophobe, non seulement je ne l’ai jamais retrouvée à Dreamland, mais en plus je l’ai revue dans le monde réel ensuite, elle n’avait qu’à le vouloir pour le réveiller…

Elle avait éclipsé l’épisode le plus douloureux de toute sa vie. C’était mieux ainsi et d’ailleurs, l’expression pénible qui lui marquait les traits se transforma en sourire attendri. Quelle gourde. Cette maladresse ressemblait tellement à la psychotique… c’est pour ça qu’elle l’aimait sans doute. Pour sa légèreté et sa gentillesse à toute épreuve.

- Après ça, on a dû revenir pour retrouver nos ombres… ça représentait une partie de notre âme si tu veux, ajouta-t-elle Melena en guise d’explication, un événement global avait fait que tous les voyageurs avaient subi la même chose. C’est résolu maintenant, mais je veux retrouver Jade… elle est avec moi dans le monde réel mais ici, je n’en ai aucune idée.

Le reste serait trop long à expliquer. Oui bien sûr, elle aurait pu se réveiller elle-même et utiliser la méthode du vieux marabout pour faire émerger son amie. Mais le temps ne se déroulait pas à la même vitesse. Les quelques minutes qu’il faudrait à Melena pour opérer dans le monde réel coûterait des jours entiers, voire des semaines, à son amie ici-bas. Un temps suffisamment long pour se fourrer dans ses ennuis jusqu’aux oreilles et ça, c’était malheureusement son habitude. Les orbes d’orage de l’irlandaise retrouvèrent enfin les yeux de Yoake. Sa douleur restait cachée derrière ses iris clairs, comme ses cicatrices l’étaient sous sa combinaison.

- Tu sais pourquoi on en est là maintenant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Jeu 12 Mar - 21:19

La jeune femme continuait de masser ses jambes tout en écoutant la thanatophobe, 2 mois… 2 mois qu’elle voyageait au travers de Dreamland, qu’avait-elle vécu pendant tout ce temps ? La douleur qu’elle lut sur le visage de la Thanatophe répondait pratiquement à sa question. Comme on le lui avait suffisamment répété ce monde était dangereux, le mot survivre avait été suffisamment répété pour que la japonaise le grave dans sa tête.

Melena raconta alors une partie de son passé, Yoake releva alors les yeux, et l’écouta attentivement.

Elle s’était réveillée et plusieurs fois même, il y avait donc un moyen de quitter Dreamland ? Bizarrement, elle ne sauta pas sur la thanatophobe pour la questionner sur cette occasion de fuir … Sa vie actuelle ne lui plaisait pas et elle avait peur de vivre ainsi jusqu'à sa mort. Peut-être que Dreamland réaliserait son souhait... Seulement, elle devra surement se confronter sans cesse à sa phobie. Elle baissa ses yeux sur sa main blessée et la recouvrit à nouveau d’herbe, afin de calmer la nausée qui montait en elle. Elle croisa à nouveau le regard Gris de Melena, et se laissa transporter par son histoire…bien-sûr, elle ne savait pas tout, mais elle comprenait maintenant pourquoi elle voulait à tout prix retrouver sa meilleur amie.

Yoake ne connaissait plus le mot « amis » depuis ses 17 ans, son groupe et quelques autres de ses amies n’ont pas cherché à la recontacter quand elle était à l’hôpital, c’était normal dans un sens sans sa phobie Kyle serait encore en vie.
Mélancolique, elle souriait en repensant à cette amitié perdue…Méléna avait encore quelqu’un et elle se battait pour la retrouver, la japonaise ne pouvait s’empêcher de trouver ce geste beau, si ses amis étaient restés, peut être s’en serait-elle mieux sorti. Elle dit enfin après un temps de silence.

- On va la retrouver !

Elle arrêta de masser ses jambes et s’essuya les mains comme elle pouvait regrettant une nouvelle fois de ne pas avoir d’eau à disposition. Elle sourit néanmoins et demanda :

- Si on mangeait ses mûres ? Je ne sais pas pour toi, mais moi ça fait un moment qu’elles me font de l’œil.

Elle saisit donc un des fruits minuscules et le grignota. Dreamland, elle avait apprécié ses dernières heures passées avec la thanatophobe, au point qu’elle redoutait à présent le moment où elle retrouverait son corps, elle ne voulait pas reprendre le rythme habituel de sa vie surtout pas maintenant. Il y avait tellement de choses à découvrir ici ce monde était vaste. Elle engloutit finalement sa mûre et demanda :

- Est-ce que tu as une carte de Dreamland ?

Elle essaya de mettre ses idées en place et continua finalement après un temps de silence.

-Avec ta boussole et une carte, nous pouvons définir la ligne où elle se trouve et peut-être préciser la distance à parcourir. Si le cap ne change pas, on peut déduire qu’elle ne bouge pas et qu’elle est peut-être dans une ville, si au contraire, le cap change, on peut déduire qu’elle utilise un moyen de locomotion rapide et en se basant sur la carte, on pourra peut-être en déduire leur destination

Elle grimaça finalement en se demandant si ce qu’elle avait sorti était suffisamment compréhensible.

- peut-être qu’avec un peu de chance, on pourra réduire notre champ d’action et utiliser un moyen de locomotion adapté pour la retrouver au plus vite.

Elle regarda un moment Melena guettant sa réaction… Son idée n’était pas la meilleure, et elle était loin d’être cartographe, mais elle ne coûtait rien de tenter ça elle demanda finalement en grimaçant.

- Par contre ne me dit pas qu’ils ont conservé le moyen de locomotion du moyen-âge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Ven 13 Mar - 7:52

HRP : je n'ai pas évoqué Alicia, je préfère te laisser faire ton introduction toute seule dès que tu le sens Wink

====

Melena ne savait pas vraiment pourquoi mais l’enthousiasme de Yoake lui fit chaud au cœur. Comme s’il était désormais légitime que le monde tourne autour d’elle. Egoïste. Perdue. Elle hocha la tête à la proposition d’attaquer leur récolte de mûre alors que le soleil lui, déclinait vers ses dernières lueurs. Le crépuscule était magnifique, rougeoyant, embrasant les plaines de toute sa splendeur onirique.

Alors qu’elle mâchait ses fruits un peu trop acide, l’irlandaise écoutait les propositions de la japonaise qui essayait de trouver une façon d’optimiser leur progression. C’était une idée un peu naïve en réalité, mais l’implication de son acolyte du jour lui tira un franc sourire pâle. D’une main légère, l’adolescente fouilla dans sa hotte pour en tirer sa carte de Dreamland et la déplier sous les yeux noirs de Yoake.

- On est quelque part par là, elle désigna un point à ce qui devait être une douzaine de kilomètre au sud-ouest d’Elipse, j’avais déjà jeté un œil pour avoir une idée de la trajectoire mais… sur notre route, des villes, il y en a sûrement plusieurs qui sont trop petites pour être indiquées.

Là où son aînée n’avait pas tord c’est que tant que le cap restait inchangé, c’est que Jade faisait halte quelque part – ou qu’elle se déplaçait dans la même direction. Pas le temps d’ajouter quoique ce soit : un hibou hulula, s’approchant rapidement en se détachant du ciel en flamme, et largua le traditionnel numéro du Dreamland soir sur la tête de la nécrophobe. Ce numéro devenait ridiculement lassant. Sans conviction, elle attrapa le journal pour le dérouler et s’apercevoir qu’elle faisait la Une avec Dakota pour leur exploit elipsien.

- Ah bah tient, les nouvelles vont vite…, souffla-t-elle.

Elle l’ouvrit sans trop y croire, survolant les articles divers et variés évoquant guerres sous-marines et dévoreurs de bonbons vivants. Rien d’étonnant dans le monde des rêves. Melena referma son numéro et reporta son attention sur la carte. Elle tira sa boussole magique d’une de ses poches pour refaire sa démonstration à Yoake :

- Jade est globalement quelque part entre Elipse et Miquitzli, elle traça du doigt la ligne imaginaire qui reliait les deux métropoles, j’espère qu’elle n’est pas à Miquitzli d’ailleurs, ajouta-t-elle après un court silence, ni elle ni moi n’avons intérêt à y aller.

Si seulement elle savait… et le pire c’est qu’au fond d’elle-même, l’irlandaise était consciente que s’il fallait braver le gardien de l’Envie pour retrouver sa meilleure amie, elle le ferait. En un flash, le souvenir le Kay et Chayan revint lui glacer les entrailles. La marque sur sa poitrine lui parut brusquement brûlante, comme à l’instant où elle avait été marquée. Souillée à jamais. Après avoir gobé trois mûres pour se donner contenance, elle repoussa une mèche de cheveux noirs derrière ses oreilles pour continuer :

- Il y a quand même peu de chance qu’elle soit sur l’océan… donc quand on arrive à la côte, si on ne l’a toujours pas trouvée, on traversera directement.  

Ses yeux pâles se levèrent vers ceux de Yoake. Celle-ci était toujours attentive, calme. Elle était bien moins envahissante que la plupart des nouveaux voyageurs que Melena avait croisé jusque là. C’était appréciable. Un sourire un brin complice apparut sur son visage ivoirin alors qu’elle se souvenait de la dernière question de la nippone :

- Il y a de tout comme moyen de transport ne t’en fais pas, du drakkar au vol à dos de dragon. Mais si on doit traverser l’océan, j’opterai pour l’avion… mes trajets en bateau n’ont jamais été agréables ici.

_________________



Dernière édition par Melena Autumn le Sam 14 Mar - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoake Akiyo

avatar

Maladie mentale : Hématophobie compulsive

Messages : 545

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Ven 13 Mar - 19:46

La jeune femme regardait la carte que Melena dépliait et blêmit en se rendant compte de la taille de Dreamland, quand la thanatophobe pointa son doigt juste à côté d’Elipse, la japonaise se rendit compte que leur trajet n’était que le début du voyage.

Elle essaya néanmoins de réduire la zone de recherche. Quiet Hill était trop près, et l’aiguille de la boussole était bien trop stable pour qu’il retrouve Jade ici. Elle ne se trouvait pas non plus sur l’océan, donc il restait deux tiers de la zone à fouiller, soit plusieurs centaines de kilomètres d’après l’échelle.

Sans savoir précisément ou elles étaient, ce trajet pouvait leur prendre des semaines. Elle prit quelques mûres et les mangea, concentré sur la carte… Enfin jusqu'à l’arrivée de l’hibou et de son journal. Elle leva les yeux et reconnu le visage de Dakota et de Melena sur ce dernier, elle n’avait pas oublié « la leçon de Dakota » et frissonna d’horreur. Sa coéquipière le feuilleta peut-être à la recherche de quelques nouvelles de Jade, mais très vite, elle le reposa à côté d’elle. Yoake garda un œil sur le journal et demanda finalement avant qu’elle ne sorte sa boussole.

- C’est le journal de Dreamland ? Est-ce que tu pourras me le prêter le temps de notre voyage ? J’aimerais me familiariser avec ce monde. Mais d’abords essayons de réduire les zones de recherche.

Elle baissa à nouveau les yeux sur la carte, bientôt, elles ne pourraient plus rien voir alors autant se concentrer sur la carte avant toute chose, tout en écoutant la thanatophobe, la Japonaise chercha un nouveau moyen de réduire cette zone, mais la seule méthode qu’elle avait trouvé, les obligeait à s’éloigner de plusieurs kilomètres de cette ligne, l’allée retour nécessiterai deux jours de marches, et il fallait surtout que Jade reste sur place pendant deux jours presque impossible.

Melena parla finalement des moyens de transport et Yoake haussa un sourcil.

- Des dragons ?!

Elle avait beau se trouver aux pays des rêves, voir des dragons pour la jeune femme était pratiquement inimaginable… Elle était bien loin de se douter de toutes les surprises que lui réservaient Dreamland.
Voyant que sa coéquipière préféra prendre l’avion la japonaise demanda finalement :

- Où se trouve l’aéroport ?

Elle reprit une mûre et la mangea en écouta la réponse de Melena, après un temps de silence, elle sourit légèrement et se décida à parler de son idée, peut être que la thanatophobe pourrait l’améliorer. Elle coupa deux brins d’herbes et en plaça un sur l’axe Elipse/Miquiztli et dit alors :

- En fait si on pouvait s’écarter rapidement de cet axe et si on part du principe que ton ami ne bouge toujours pas…

Elle plaça un second brin à une 30km à vue d’œil et le fit croiser le second brin d’herbe.

- En utilisant ta boussole sur un autre axe, on saura que Jade se trouvera pile au croisement de deux axes … Enfin, on réduira pas mal notre champ d’action.

Elle leva finalement les yeux vers Melena et exposa finalement son problème :

- Le seul problème, c’est que plus on s’éloigne de l’axe et plus c’est précis, et je ne vois pas comment se déplacer de plusieurs dizaines de Km si rapidement. En tout cas sur terre c'est impossible.

Elle laissa réfléchir la thanatophobe et leva les yeux vers le couché de soleil ; Les deux jeunes femmes ne verront bientôt plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t454-yoake-akiyo
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   Sam 14 Mar - 11:30

Quand sa collègue s’exclama sur l’existence des dragons, Melena sourit franchement en lui tendant le numéro du Dreamland soir qu’elle venait de recevoir. L’hématophobe avait tellement de choses à apprendre si elle restait ici plusieurs jours… pourtant, une partie légèrement compatissante rescapée du cœur en ruine de l’irlandaise souhaitait qu’elle n’en connaisse jamais certaines. Sur la question de l’aéroport, elle haussa les épaules en passant sa langue à l’intérieur de sa joue gauche. Elle avait un aphte, c’était chiant.

- J’en sais rien, on verra quand on sera sur la côte.  

Silencieusement, la nécrophobe se prit à écouter la démonstration de la japonaise. Créer un angle pour trianguler la position de la bonne jumelle ? Dans l’absolu, c’était malin, Melena le reconnut d’un hochement de tête en avalant deux mûres de plus. Malheureusement, ce n’était pas applicable dans leur cas. Ses yeux gris restaient rivés sur l’aiguille de la boussole magique comme si elle craignait qu’elle ne bouge brutalement d’un moment à l’autre.

- Ça aurait été une bonne idée mais… on ne sait pas à quelle distance de nous elle se trouve. Si elle est sur le continent Chimérique par exemple, elle sera tellement loin qu’on devrait se décaler de plusieurs centaines de kilomètres pour pouvoir estimer sa position et seulement en partant du principe qu’elle ne bouge pas. C’est long… je n’ai rien pour me déplacer instantanément. Il peut lui arriver quelque chose de grave n’importe quand, je préfère parcourir ces centaines de kilomètres vers elle que dans une direction qui « peut-être » finira par me donner une idée d’où elle se trouve…

Son débit de parole s’était accéléré. Son cœur aussi, battant désormais fermement dans sa poitrine fébrile. Une peur douloureuse lui martelait les entrailles : et si elle échouait ? Si sa meilleure amie était morte ? Les voix s’élevaient dans sa tête, murmures de cadavres. La luminosité ne cessait de baisser et quand elle osait lever les yeux vers la prairie, elle avait l’impression de voir ramper dans sa direction des charognes freedoomiennes. Melena ferma les paupières et prit une grande inspiration pour se ressaisir. Quand elle retrouva enfin les yeux noirs de Yoake, elle devait être encore plus pâle qu’à l’ordinaire.

- Excuse-moi, je dois être un peu butée sur les bords… je ne peux pas risquer de perdre du temps. Mais… j’apprécie beaucoup que tu essayes de m’aider, sincèrement, assura-t-elle avec un sourire triste.

Elle laissa planer un moment de silence. Il y avait quelque chose qui lui pesait depuis qu’elle avait été propulsée à Elipse. C’était stupide parce que ce n’était pas de sa faute, mais la culpabilité était un monstre sournois. Elle l’attaquait jusqu’au moindre retranchement de sa raison, comme pour la narguer.

- Je me sens stupide, lâcha brutalement Melena, il n’y a pas longtemps j’ai découvert un objet… un puzzle d’âme ça s’appelle. Deux colliers complémentaires en fait. Quand deux personnes les portent, si l’une se réveille dans le monde réel, elle sera rappelée immédiatement auprès de l’autre en revenant à Dreamland, elle se mordit la lèvre, je n’ai pas eu l’occasion d’en acheter un avec Jade… je n’ai même pas cherché. A la place…

Elle fouilla dans une poche de son manteau pour en retirer le pendentif qu’elle partageait avec Alexander. Ses yeux gris le détaillèrent un instant, souvenir de ce court épisode en tête à tête. La douleur l’égarait vraiment, elle s’était montrée absolument idiote.

- J’en ai pris un avec un mec… une espèce de bellâtre manchot que je connais depuis longtemps. On a plus souvent essayé de s’étriper qu’autre chose mais là…, elle soupira, la dernière fois que je l’ai vu, c’était différent. J’étais pas bien, j’étais seule, j’me suis…, l’irlandaise fit un geste qui signifiait « laisser-aller », on a vaguement flirté, je l’ai embrassé et…

Melena se tût. Yoake pourrait-elle comprendre ? La détresse infinie qui l’avait saisie après Freedoom, après les atrocités du monde réel, après la rupture de son amitié avec Elie et Ace. C’était trop long à expliquer, trop dur à formuler. L’envie d’être entendu se bataillait avec celle de rester muette comme une tombe, encore. Qu’attendait-elle en réalité ? Elle ne savait pas. La rédemption ? L’oubli ? Le pardon ?

- Bref, reprit-elle la gorge nouée, j’ai un collier avec lui, je peux le retrouver quand je veux alors que je m’en fiche. Mais Jade… avec elle j’ai rien.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chacun sa route, chacun son chemin ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: