AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 La mort & la glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: La mort & la glace   Mar 24 Juin - 19:51

Vient de Pas l'ombre d'un doute.

- Ça va, j’ai un ticket aussi, trancha l’adolescente en pénétrant dans le salon.

Une jeune femme s’approcha d’elle, un peu plus âgée, mais Melena ne pouvait s’empêcher de la voir comme une gamine. Elle brandit son bon spécifiant qu’elle avait droit à une coupe gratuite et demanda à se faire teindre les cheveux en noir. Pourquoi pas un petit rafraîchissement des pointes aussi. Visiblement, Alexander estima qu’il avait aussi besoin d’un traitement capillaire. La nécrophobe n’avait pas d’avis sur la question, mais se demandait s’il avait l’intention de copier exactement tout ce qu’elle ferait tant qu’ils voyageraient ensemble.

Entre les mains de la coiffeuse qui massait son crâne pendant le shampoing, elle se détendit enfin. Ses muscles avaient été tellement tendus, tellement mis à l’épreuve. Autant dans le monde réel elle n’était pas plus endurante physiquement que l’adolescente frêle qu’elle était, autant à Dreamland, son corps avait été durci par les épreuves qu’elle avait traversé. Mieux qu’un service militaire – plus dangereux aussi.

Le compliment du frigophobe sur sa coupe de cheveux lui fit lever les yeux au ciel, mais elle ne dit rien. Ce n’était ni plus ni moins que l’aspect qu’elle avait avant. Toutefois, en croisant son reflet dans un miroir, Melena sourit discrètement pour elle-même. Dans une situation comme la sienne où elle n’avait plus ni foyer ni repère, se retrouver, c’était quelque chose d’indiciblement réconfortant.

Alexander désigna un restaurant et l’irlandaise haussa les épaules pour signifier que peu lui importait. Une fois installée à une table dont les serviettes étaient immanquablement aussi rouges que le manteau du père Noël lui-même, elle rejeta ses longs cheveux noirs dans son dos et croisa les jambes. Elle tendit son ticket au serveur pour obtenir son repas de Noël offert et ne dit pas un mot jusqu’à ce qu’il revienne avec deux cocktails spécial. Ses yeux d’orage étaient rivés sur la nappe et quand sa boisson fût déposée devant elle, l’adolescente fit longuement tourner sa paille dans le liquide avant d’adresser un regard à son aîné.

Ils devaient avoir l’air d’un bien étrange couple, mais elle s’en fichait complètement. Melena n’avait toujours ouvert la bouche, ni toucher à son cocktail, quand l’entrée arriva. Elle songea que ça n’avait pas l’air aussi bon que ce que préparait Elie, mais ce souvenir ramena une vague de mélancolie douloureuse qu’elle aurait préféré laisser au placard. Après enfin une gorgée dans son breuvage, elle attrapa sa fourchette pour triturer ce qui ressemblait à une salade de chèvre-chaud et articula d’une voix qui forcerait Alexander à tendre l’oreille pour l’entendre :

- Dis… tu t’y connais en justice américaine ?

De peur qu’il ne percute pas sa question, la nécrophobe planta lentement une feuille de salade avant de poursuivre :  

- Tu penses que… deux ados qui ont tué… une petite vingtaine de flics après avoir volé une voiture… ont une chance de s’en sortir ? Je veux dire… si elles ne l’ont pas fait exprès. Ce n’étaient que… des accidents, c’était pas ce qu’elles voulaient.

Qu’importe qu’il le sache, ce n’était pas un secret. Quand le frigophobe se réveillerait dans le monde réel, même enfoncé dans un lit d’hôpital, sa petite télévision misérable lui balancera à la figure les photos de Melena et Jade (ou Elie), les deux « dangereuses criminelles » actuellement les plus recherchées de San Francisco – ou peu s’en fallait.

Pour l’instant elle avait besoin de parler. Ou plutôt non, elle avait besoin d’être fixée, quelque soit son sort. Allait-on la condamner à mort ? La jeter en prison ? En camp de redressement ? En isolement dans la zone 51 ? Allait-on la rapatrier en Angleterre ? Et ses parents adoptifs, allaient-ils l’abandonner ? Est-ce qu’elle allait… croupir seule dans une cellule quelconque sans personne pour la voir ?

Juste à cote de Parkinson. Juste pour son hypnose stupide. Juste ça.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mer 25 Juin - 10:51

Alexander donna son bon de restaurant lorsque le serveur joyeux amena l'entrée et la boisson. Il goûta du bout des lèvres le cocktail. Fruité. Et en même temps, épicé. Il trouvait cela intéressant et exaltant. Intéressant, car le mélange était plutôt original et exaltant car cela faisait longtemps qu'il n'avait pas bu quelque chose d'aussi bon.

Pour ce qui était de l’entrée, il avait le droit à de la mâche accompagné de fromage... Il n'était guère fromage habituellement, mais cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas aussi bien mangé qu'il commença à manger avec plaisir. Puis il regarda Melena. Quelque chose semblait la tracasser, au vue de sa réaction.

D'ailleurs, tandis qu'il commençait à boire un peu de son cocktail, elle lui posa une question sur la justice américaine. Mais ce qu’elle lui expliqua ensuite faillit lui faire cracher son cocktail, et il se força à le boire avant de la regarder d'un air étonné. Elle avait fait ça? Mais la façon dont elle l'avait dit lui laissait croire qu'elle ne l'avait clairement pas désiré. Et puis, malgré ce qu'il y avait eu dans le passé, il était sûr que elle n'avait pas été seule, qu'elle avait été... Forcée tout du moins par le destin.

Tandis qu'on leur amenait le place de résistance ( qui semblait être du renne au miel... étrange dans le pays du père noël), il réfléchissait à ce qu'il avait pu lire lorsqu'il était seul chez lui. Meurtres aggravés, ça valait la peine de mort.

Il lui parla sincèrement, d'un air désolé.

- Je ne sais pas ce qui s'est passé, et ça ne me regarde pas, mais... Je ne vois que trois possibilités. Enfin quatre, mais on se passera de la dernière.

Il respira un grand coup, avant de commencer son plat délicieux légèrement gâché par l'ambiance.

- En Amérique, tu ne pourrais que jouer avec les recours pour retarder l'inévitable. En changeant de pays, tu pourrais espérer que le bras de fer entre les autorités locales et celle en cause soit en ta faveur, et espérer de la prison, sans doute à perpétuité. Sinon, la troisième solution serait de et cacher, voir de changer d'identité et de visage.

Puis il pensa à une cinquième solution.

- Sinon, il te faudra rester ici, et trouver un moyen soit d'y rester à vie, soit de changer la donne dans le monde réel. Je n'ai rien de mieux à proposer sous le coude, désolé.

Il voulu poser sa main sur celle de Melena, mais n'entama pas le geste. Ce n'est pas car elle déclarait ses quatre vérités qu'il devait faire quelque chose. Mais elle avait fait un premier pas vers le pardon qui lui semblait important.

- J'aimerais faire quelque chose pour toi, mais la je ne vois pas. Essayons pour le moment de penser au moment présent. Après tout, ce village est joyeux, ne rendons pas tout cela plus noir.

Elle n'allait sans doute rien en faire, vu ce qu'elle avait sur le cœur. Mais qui ne tente rien n'a rien. Leur dessert arriva. Pour lui, c'était une glace incrusté de pain d'épice. Il aurait du vérifier ce détail. Une fois le serveur parti, il repoussa doucement le dessert en direction de Melena, exprimant un air angoissé.

- Tiens si tu veux, je n'en mangerais pas.

Il réfléchit à sa personne. Qu'était-il devenu depuis qu'il était arrivé à Dreamland? Un cobaye, un prisonnier, un apprenti magicien... Il avait certes pris confiance en lui, et avait moins peur du froid qu'auparavant. Mais il n'avait rien fait d'extraordinaire. Il aurait aimé aider Melena, et les autres qui étaient comme elle. Plus tard, il pourrait le lui rendre.

Mais il était démuni ici. Il pensa à son père, dans son lit d’hôpital. Il prit son visage dans ses mains, cachant la tristesse dans ses yeux les quelques instants. Comment allait son père maintenant? Son cas s'était-il aggravé? Et si... s'il était mort? Qu'allait-il faire ensuite? Il n'avait rien à faire dans le monde réel, lui non plus. Il était peut-être lui aussi condamné à rester ici, pour son bien.

Il se ressaisit, et se leva une fois que Melena eu finit son repas.

- Allons nous reposer, je crois que on en as bien besoin tout les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mer 25 Juin - 13:38

Alexander ou l’homme dont les réponses ne servaient à rien. En gros, il lui proposait soit d’accepter la condamnation à mort, soit d’opter pour la prison à vie, soit de s’exiler. D’une part, elle avait déjà songé chacune de ces possibilités, donc il ne lui apprenait rien, d’autant que toutes équivalaient à un raccourcissement assez drastique de sa longévité potentielle. D’autre part, l’avait-il bien regardée ? Elle avait 17 ANS ! Seulement 17 putains de bougies sur son dernier gâteau d’anniversaire, et son existence se résumait à : la chaise, la prison ou le Mexique ?

Quant à passer sa vie à Dreamland… elle ne pourrait pas. Dans le pays des rêves, sa longévité était très largement supérieure à celle du monde des rêves. Tant que son corps physique serait intact, elle pourrait exister de ce coté du miroir. Alors si jamais elle parvenait à se mettre à l’abri et à répéter les inconsciences prolongées, comment de temps vivra-t-elle ici ? 500 ans ? 1000 ans ? Une vie trop longue sans aucun doute. Bien que cela signifie ne pas mourir avant un certain temps.

Un instant pourtant, mangeant sans trop y penser, l’adolescente songea à trouver une alternative lui permettant de complètement projeter son corps physique à Dreamland. Serait-ce possible ? Aurait-elle une durée de vie normale ? Un petit moment, Melena s’imagina acheter un appartement à Techyo, se faire embaucher dans une société tout à fait banal, et laisser sa vie couler comme ça. Sa visualisation presque rassurante prit fin quand la voix du frigophobe la tira de ses pensées pour lui suggérer de ne pas broyer du noir dans une ville aussi « joyeuse ».

Ses yeux d’orage le fixèrent si violemment qu’ils auraient presque pu lui brûler la peau. L’envie soudaine d’attraper son pieu pour lui enfoncer entre les deux yeux démangeait l’irlandaise qui se contenta de finir de manger sans rien dire. L’estomac noué. Oui bien sûr ! Elle était dans la merde jusqu’aux oreilles, mais si elle allait se dérider en regardant quelques lutins déambuler dans une ville couverte de neiger ?!

Melena ne prêta pas attention au dessert d’Alexander, elle n’avait même pas touché au sien. Elle avait posé sa fourchette d’une main tremblante pour résister à l’envie de la planter furieusement dans quelque chose. Il se passa un long moment de silence pendant lequel les yeux pâles de la jeune fille étaient plongés dans le vide, un index tapotant régulièrement la table comme un toc de psychotique. Elle se mit enfin brusquement debout, marmonnant avec dédain un « si tu veux » quand le frigophobe proposa de se reposer.

La nécrophobe marchait rapidement sans vraiment regarder où elle allait. Ses cheveux noirs battaient la mesure de son pas, tournoyant chaque fois qu’un coup de vent glacé lui soufflait au visage. La remarque d’Alexander avait été comme un coup de pieds déstabilisant l’équilibre précaire qui régnait dans sa tête. Au détour d’une rue, ils croisèrent une boutique possédant une vitrine derrière laquelle des automates chantaient des cantiques de Noël. Un rire nerveux s’échappa des lèvres de Melena alors qu’elle s’arrêtait pour faire face à son acolyte, s’approchant si près qu’il pourrait sentir son souffle sur sa peau.

Qu’importe qu’elle soit plus petite, ses yeux d’orage ne reflétant plus aucune émotion étaient rivés dans les orbes bleus du frigophobe. Les dents serrées, elle lui murmura :

- Ce genre de chose, c’est censé me changer les idées, c’est ça ? Me faire euh… comment tu dis… « penser au moment présent ». Elle marqua une pause. Tu crois que ce genre de conneries va me faire oublier que je n’ai plus de vie dans le monde réel, c’est ça ? Tu crois que ça va me faire oublier que j’ai aligné… des… des dizaines de cadavres dans une rue pour les décapiter à la scie ? Tu crois que je vais oublier que je suis un monstre qui peut manger des morts pour survivre aux pires blessures ? Tu crois que…

Quoi d’autre ne risquait-elle pas d’oublier ? Qu’elle était déjà morte une fois ? Qu’elle avait dû profaner deux tombes pour en extirper les cadavres et se « déguiser » avec leurs restes ? Qu’elle avait tué sa mère ? Comme si la pression accumulée depuis le repas retombait d’un coup, les épaules de Melena s’affaissèrent. Elle souffla en s’éloignant :

- Laisse tomber, tu peux pas comprendre. Je te demande pas de compatir, même pas de m’aider. Juste… me déblatèrent pas des trucs qui me donnent envie de te poignarder.

Alexander avait raison, elle ferait mieux de se reposer dans un lit. A défaut d’autre choses, quand elle dormait, ses pensées s’éteignaient, enfin. Demain, elle verra quoi faire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mer 25 Juin - 14:40

Apparemment, ses conseils n'avaient guère plu à la jeune criminelle. Le regard qu'elle lui tenait étaient vide, mais en même temps, la rage qui habitait la jeune fille se ressentait. Il en eut la preuve après avoir fait quelque pas dans la neige, lorsqu'elle se mit face à lui, son teint blafard exprimant toujours cette colère.

Elle était en train de lui déclamer tout ses crimes. Il fut un moment horrifié, mais il se ressaisit.Il savait autant qu'elle que ce nouveau monde les avait tous perturbé. Il était clair qu'elle avait été bien plus perturbé que lui-même, cependant, ce n'était pas la terreur ou la haine qui l'habitait à ce moment-là. La neige tombait autour de lui, tandis que sa main finissait de fondre dans cette nouvelle matière. Que pouvait-il faire pour elle? Sans doute rien.

Puis, elle se calma. Il supposait que depuis le temps, elle n'avait plus eu beaucoup de bonnes compagnie. Il décida de tout de même lui parler, malgré sa précédente réaction. Il en assumerait les conséquences.

- Je sais que ce que je vais dire risque de te déplaire, mais je te fais confiance, maintenant. Tu as décidé de me dire tout cela, quand je te le demande. Alors, si ce que je te dis maintenant te déplaît, tu n'auras qu'a me poignarder dans ma chambre. Je ne me débattrais pas.

Il prit une respiration. Après tout, que risquait-il? Sa vie semblait au moins aussi fichu que la sienne. Pas pour les même raisons, il était vrai. Mais il avait la même douleur dans son esprit.

- C'est vrai que je ne peux pas comprendre. Je pourrais essayer, mais jamais je ne vivrais ce que tu as vécu. Je suppose que cela doit être horrible, mais sans doute pas au point que je puisse l'imaginer. Mais je suis sûr que tu es innocente. Et je suis aussi certain que tu peux avoir une seconde chance, quoi qu'en dise les autres, ici ou la-bas. Alors, que tu ne m'apprécie pas, je veux bien le comprendre. Mais je chercherais plus à te nuire. Car oui, après notre précédente rencontre, j'avais autant envie que toi de te tuer.

Il jouait un double jeu dangereux, mais nécessaire. S'il gagnait, il aurait au mieux une alliée de circonstance, qui pouvait l'aider, au pis une personne indifférente qui ne lui chercherait pas à lui faire du mal. Au pire, et bien... ses souffrances seraient abrégés, et il pourrait revoir sa mère, voir son père.

- Mais j'ai changé d'avis lorsque je t'ai vu. J'ai compris que tu n'étais plus la même, que tu avais grandi. Alors... Peut-être me trouve-tu niais, mais je ne fais jamais rien sans raison habituellement. C'est bien la première fois que je le fais.

Il marcha en silence, jusqu'à ce qu'ils trouvèrent une auberge. Il donna son ticket pour la nuit à l'accueil, et on lui montra sa chambre, en lui précisant qu'il pouvait rester là pour une partie de la journée s'il le désirait. Il brancha sa tenue techyoïte après l'avoir retiré, remettant à la place son manteau d'hiver et mettant le plus de tenue chaude possible. Il regarda l'horloge. Début d'après-midi.

Il s'allongea sur le lit, fermant doucement les yeux. Il ne comptait pas dormir tout de suite. Il repensait à tout, son père, ses amis, Melena, le Marchand de Sable... Tout sa vie n'était que brouillon. Il ressentait le besoin de tout arrêter, maintenant. Peut-être que Melena abrégerait tout cela tout à l'heure, ou dans la nuit, pour que personne ne le remarque. Mais il en commençait à en douter. Elle ne voudrait peut-être pas avoir un autre mort sur la conscience, malgré que celui-ci ai été voulu.

Une fois qu'ils seraient partie de ces terres gelées, ils trouveront peut-être un terrain d'entente. Ou pas. Mais il ne pourrait pas le savoir tant qu'ils n'auraient pas essayer, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mer 25 Juin - 15:32

Melena haussa les épaules après les déclarations d’Alexander. Il ne voulait plus la tuer depuis qu’il l’avait revue et qu’elle était « différente » ? Grand bien lui fasse. De toute façon,  même sa meilleure amie l’avait tué dans ce bas monde, alors une personne de plus ou de moins…

Elle ne disait plus rien, mais s’être un peu lâchée sur le frigophobe lui avait fait un peu de bien. Fébrile, son corps était maintenant saisi de fourmillement. Un peu de repos lui ferait du bien c’est sûr, histoire de pouvoir repartir sur des bases saines le lendemain. Elle avait son ombre désormais, c’était déjà une grosse inquiétude de loin.

Dans l’auberge qu’ils avaient dégotée, si Alexander brandit immédiatement son ticket gratuit, l’adolescente fût plus prudente.  Ils ne savaient pas encore s’ils resteraient là jusqu’au lendemain, n’est-ce pas ?! Dans le doute, la nécrophobe réussit à négocier un moitié prix pour rester dans sa suite jusqu’au soir, avec le reste à payer si elle y passait finalement la nuit. C’était suffisamment honnête pour qu’elle tire 25 rubz de ses poches avant de se rendre dans une chambre, avouons-le, plutôt classe.

Douche intégrée, échantillons en tout genre fournis, lit fait… l’ensemble était propre et accueillant. Il y faisait si douillet qu’on oubliait qu’à l’extérieur, c’était une température polaire qui frappait à la fenêtre. Un petit sourire nostalgique éclaira le visage blême de Melena : la dernière fois qu’elle avait pu profiter d’autant de confort à Dreamland, c’était avec Jade, à Formatek.

Après avoir posé ses affaires dans un coin et fermé la porte à clef, elle s’aventura dans la petite salle de bain. Sans attendre, elle ouvrit sa combinaison isolante et se retrouva nue face à un miroir en forme de sapin. Elle ne supporta pas son reflet plus de quelques secondes. Sa peau était toujours d’une pâleur inquiétante, son tatouage se découpait comme un trophée morbide. Ses bras étaient marqués de cicatrices qui ne partiraient jamais : les endroits où ses bras déchiquetés par Elie avaient été rafistolés avant sa résurrection.

Après un passage aux toilettes, le jet brulant lui fit du bien. Elle laissa longuement l’eau claire ruisseler sur son corps fin, comme si ses péchés étaient emportés par le tourbillon. Elle aurait voulu y croire. La nécrophobe s’emmitoufla dans un peignoir prêté par la maison et sortie de la pièce envahie par la buée. C’était bizarre, elle n’avait vraiment aucune idée de ce qu’elle pourrait faire dès le lendemain. Elle n’avait plus aucune piste pour retrouver Jade, si tant est qu’elle voulait la retrouver.

Melena s’était endormie sans même s’en rendre compte. Comme une enfant épuisée, en position quasi-fœtale. Quand elle rouvrit ses yeux, la nuit tombait sur le village de Noël. Des guirlandes multicolores s’allumaient sur tous les toits ; il fallait le reconnaitre : la vue était sympa. Après s’être étirée et offert un nouveau passage dans la salle de bain pour se brosser les dents, l’adolescente enfila à nouveau sa combinaison techyoïte, récupéra toutes ses affaires et sortit dans le couloir.

Sa sieste lui avait un peu remit les idées en place. Elle n’aimait pas spécialement Alexander, c’était clair et net. Mais il s’était simplement montré maladroit, peut-être un peu benêt, mais pas méchant. Sa compagnie restait plus réconfortante que la solitude, car derrière elle, se cachaient les chimères horribles qui hantaient ses pensées.

L’irlandaise frappa à la porte de sa chambre en inspirant profondément, comme si se civiliser lui demandait un effort surhumain. Quand il ouvrit, ses yeux gris ne le regardaient pas, mais elle dit d’une voix étrangement plus douce que quelques heures auparavant :

- Re… on reparle plus de ce qu’on s’est dit tout à l’heure, ok ? … ça a l’air pas si mal dehors , lâcha-t-elle après une pause, comme si ça lui arrachait la langue, Ça te dirait de faire un tour ? On trouvera peut-être un truc sympa à faire.

_________________



Dernière édition par Melena Autumn le Sam 12 Juil - 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mer 25 Juin - 20:12

Alexander s'était endormi sans s'en rendre compte. Un sommeil léger, sans rêve, mais réparateur. La nuit commençait à tomber lorsqu'il se leva. Au moins, il était plus en paix qu'il ne l'avait été depuis tout ce temps. Reste à savoir ou il allait partir maintenant.

Il entendit quelqu'un frapper à la porte. Lorsqu'il ouvrit, c'était Melena qui s'y trouvait. Il n'aurait pas pensé à elle, comme personne arrivant dans sa chambre, comme ça. Mais la suite était encore plus étonnante. Elle lui proposa de lui faire un tour, tout en lui demandant de ne plus parler de ce qu'elle avait dit avant.

- Pas de problème, laisse-moi juste le temps de me couvrir.

Il prit son bonnet et ses gants. Malgré la tenue de la ville scientifique, on n'était pas à l'abri d'une panne de chauffage, ou d'un blizzard arriviste. Il prit aussi sa hotte, pour s'il faisait des emplettes.

Ils commencèrent à marcher, suivant les lumières douces de la nuit, tandis que la neige tombait doucement. Alexander avait aussi sa météo perso qui agissait, mais il s'en fichait. Malgré la peur que lui provoquait ce froid, il ne pouvait s'empêcher de penser à sa jeunesse, lorsqu'il allait aux sports d'hiver avec sa mère et son père. Il aimait beaucoup la neige à l'époque, et le ski... Et tout cela lui manquait. La beauté du paysage était juste inoubliable, en hiver.

Il retrouvait cette beauté aujourd'hui, mais ternit par sa peur, toujours là, tapie dans l'ombre... Cette même ombre qui avait disparu il y a un temps et qui était revenu. Une larme coula sur sa joue, tandis qu'il pensait à tout cela. La larme semblait geler sur sa joue, et il la balaya d'un coup de sa main.

Il arrivèrent devant un étal, où le manchot vit une espèce de boîte ressemblant à une radio. L'étiquette marquait "Voix Libre". Bah, il n'aurait qu'à l'essayer à l'occasion. Il déboursa donc 50 rubz dans ce nouvel artefact de ce monde merveilleux qu'était Dreamland, et le déposa dans sa hotte.

Un peu plus loin, il vit quelque chose qui le fascinait et le terrifiait. Il sortit de sa hotte un ticket, puis s'installa non loin. Il réfléchissait, le ticket en main. Ils devaient tout deux se détendre... Mais ici, cela allait être dur pour lui... Sauf s'il décidait d'affronter sa peur pour se faire plaisir.

En fait, Alexander commençait à avoir le goût du risque. Retrouver ce qu'il faisait lorsqu'il était jeune, avec ses parents... Le ski, la luge... Et ça aussi, ça en faisait partie. Il devait essayer.
Il se tourna vers sa compagne de route, et lui montra le bâtiment.

- Je vais essayer de faire le pas là-bas. Si tu veux me suivre, libre à toi. Cela nous changera les idées.

Il espérait qu'il la suivre, au cas ou il tomberait, et qu'il risquait de mourir.
Il rentra dans le bâtiment appelé " La danse du Rennes blanc" et présenta son ticket au lutin de l'entrée.

- La piste est solide, elle ne risque pas de céder ou de fondre sous moi?

C'est la première question qu'il posa à l'accueil de la patinoire. Il devait savoir la dose de risque qu'il y avait.

- Aucun risque Monsieur! La magie entretien cette patinoire! Elle ne cédera ni ne fondra, Monsieur!

Malgré ce discours, le jeune homme fut peu rassuré. Il prit des patins à sa taille, posant sa hotte dans les gradins vides, laissant sa nouvelle acquisition sortie. Puis il s'élança, hésitant, cherchant à se rappeler sa jeunesse, mais évitant surtout de tomber. Il repensa à sa mère, et à son père. Il s'élança d'un coup, avec fougue, commençant à faire des gestes plus gracieux qu'au départ. Il n'était pas un surdoué, mais il connaissait quelques mouvements. Ce n'est pas pour ça qu'il sauterait pour faire des acrobaties comme aux jeux olympiques.

Il souriait, et pleurait de joie. Il retrouvait son enfance, son bonheur.

Mais tandis qu'il revenait en direction de sa hotte, glissant sur la glace, une nouvelle le fit chuter, et il du se rattraper rapidement à la rambarde de la sortie. La machine qu'il avait posé s'était lancé, et il était certain que c'était une radio sur une fréquence du monde réel. Il l'a compris lorsqu'il entendit ses mots.

"Hier soir, aux alentours de 20h, le directeur d'entreprise Mike Blizzhead s'est suicidé. Ses richesses ont été légué à son fils, Alexander Blizzhead, qui est toujours dans le coma à l'heure actuelle. Ses actions et ses droits ont été reversés aux actionnaires majoritaires, et..."

Il n'écoutait plus. Il prit son visage dans ses mains, s'installant à côté de sa hotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Jeu 26 Juin - 10:08

Melena accueillit le froid extérieur avec un petit sourire. En fait, ça faisait déjà un bon bout de temps qu’elle errait dans les contrées froides, ça devenait familier. Malgré la température qui avait encore chuté avec le déclin du soleil, une foule de gens déambulait encore dans les rues, tous emmitouflés dans d’épais manteaux, bonnets et écharpes en laine soyeuse, moufles de rigueur. La lueur orangée du soleil sur les toits couverts de neige et de glace ajoutait quelque chose de magique aux lumières des multitudes guirlandes. Il fallait admettre qu’en fin de compte, Alexander avait eu raison sur un point : cet endroit était parfait pour se changer les idées. Fuir ses angoisses, rien qu’une soirée.

Un moment, elle crut voir une larme sur la joue du frigophobe que celui-ci essuya bien vite. La nécrophobe haussa donc les épaules et poursuivit sa balade silencieuse, s’intéressant vaguement aux articles proposés sans rien acheter lorsque son acolyte acquit une radio portative appelée « voix libre ». Quand ce dernier lui proposa un tour à la patinoire, Melena fit une moue signifiant qu’elle n’avait pas d’objection particulière à émettre. Elle aimait bien le patin à glace mais n’était pas spécialement douée… pas du tout en fait, elle faisait partie de ces gens qui se contentaient de savoir tenir debout et glisser autour de la piste.

Alexander n’avait pas l’air rassuré en passant à la caisse. Compréhensible pour un type qui avait peur du froid, c’était même admirable qu’il ait pris l’initiative de venir ici. Etait-il en rémission ? Cherchait-il à se mettre à l’épreuve ? Souhaitait-il simplement trouver une activité susceptible de plaire à l’adolescente qu’elle était supposée être ? Cette pensée la fit sourire en cachette. Elle n’était plus une enfant, mais l’intention était louable.

Fin prête, elle posa sa hotte à coté de celle de son ainé et s’élança sur la piste. Ça faisait réellement longtemps et d’ailleurs, elle finit sur les fesses après avoir parcouru moins de 5 mètres. Les mains glacées, Melena se redressait en pestant contre le frigophoble. Il était là pour l’accompagner ou pas ?! Que faisait-il quand il était censé l’aider à se relever ?!

Il fallait admettre qu’il était meilleur qu’elle sur le coup. Il faisait quelques mouvements avec aisance alors qu’elle progressait lentement proche du bord, prête à s’agripper à la paroi si jamais son équilibre l’abandonnait. Un ado qu’elle ne connaissait pas avec une coupe à la One Direction s’approcha d’elle en frimant, sourire aux lèvres, et l’aborda avec assurance :

- Salut miss… tu veux que j’te tienne la main ?

Le regard froid que lui lança l’irlandaise suffit à lui faire comprendre qu’il ne valait mieux pas insister. Le sourire colgate de l’inconnu se figea alors qu’il faisait habilement demi-tour, l’air de rien. Quand Melena vit Alexander retourner vers sa hotte, elle décida de prendre le même chemin que lui. Bizarrement, il était celui qui lui était le moins étranger ici. Les autres n’étaient que des animations ternes sans visages, des pions qu’elle ne voyait même pas.

La jeune fille arriva juste à temps pour entendre la brève radiophonique en direct du monde réel. Ce n’était pas vraiment de la compassion qu’elle ressentait en voyant son ainé s’effondrer, elle resta un moment immobile et impassible. Pourtant elle s’assit à coté de lui, ses yeux gris plantés dans la glace sans trop la voir.

- T’es tout seul maintenant, c’est ça ?

Elle ne pouvait décidément pas compatir. Après tout, même si elle devinait que son père était son dernier parent, il héritait au moins d’une petite fortune. Qui plus est, il n’était pas recherché par les flics lui, simplement dans le coma. Une fois réveillé, il trouverait bien un moyen de reprendre le court normal de sa vie. D’une voix peut-être légèrement monocorde, Melena confia :

- Je sais ce que c’est de… de perdre sa famille. Je te comprends.

Elle était un peu embarrassée à vrai dire. Quelque chose l’incitait à essayer à tenter de réconforter un peu son compagnon du jour, mais elle n’était pas douée pour ça, et le manque d’empathie n’aidait pas. Finalement, même sachant que ça ne ferait pas nécessairement du bien au frigophobe, l’irlandaise tira sa pierre nécromancienne de sa hotte et lui tendit :

- Tiens… si tu as envie de lui parler une dernière fois, je te la prête. Ça met en communication avec les morts une dizaine de minute il parait… je t’avoue que je ne l’ai pas encore essayée.

Elle n’avait pas osé. Une autre entrevue à durée limitée avec sa mère serait insupportable. Mais peut-être qu'Alexander accepterait de tenter sa chance.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Jeu 26 Juin - 17:42

Tandis que la grêle tombait autour de lui, il sentit une présence près de lui, mais ce qu'elle déclara lui déplut fortement. Bah oui, maintenant il était seul, ça se voyait pas?!? Mais il se calma. Il n'était pas tout à fait seul. Dans le monde réel, il restait son majordome, mais ses vrais "amis" étaient ici. Ses seuls amis en fait.

Puis elle lui dis qu'elle le comprenait. Sur ce point là, il voulait bien la croire. Après ce qu'elle avait vécu et ce qu'elle avait commis, elle avait sans doute vécu pire que lui. Il se ressaisit, mais Melena fit preuve d'une gentillesse exceptionnelle. Elle lui montra une pierre, et lui proposa de s'en servir pour lui, pour son père.

Il la regarda, les yeux encore légèrement humide, se les essuyant prestement.

- C'est... Merci. Mais.. On peut attendre d'être revenu à l'auberge s'il te plait? Le temps que je me calme et qu'on finisse notre tour.

Il prit sa main et la repoussa doucement vers elle. On entendit ensuite à la radio un avis de recherche. Avant qu'un nom quelconque ne soit prononcé, il chercha le bouton pour éteindre l'engin et l'éteignit.

- Je... Continuons notre tour.

C'était dur pour lui, mais il ne voulait surtout pas qu'elle s'énerve comme tout à l'heure. Et il devait à tout prix se changer les idées.

Ils ramenèrent leur patin auprès des lutins joyeux. Au moins, cette expérience lui avait rendu un peu plus de joie que ce qu'il n'avait eu depuis longtemps, fut-elle de courte durée. Il faudrait la retenter une autre fois. Ou autre chose. Mais refaire un loisir tout en prenant le risque de mourir... Il y avait quelque chose de grisant. Heureusement qu'il n'avait pas touché la glace, cependant, sinon il aurait sans aucun doute paniquer. La grêle avait été remplacé par la neige depuis son passage auprès des lutins, mais une neige assez grosse. La mélancolie le tenaillait. Malgré tout ces beaux décors, il n'avait plus envie de rire ou de se détendre. Il avait envie d'utiliser cette pierre, mais il lui fallait... Encore du temps pour digérer. Son père avait finalement craqué... Était-ce de sa faute? Peut-être pas. Il avait bien commencé avec sa mère.
Il avait juste mis le coup de grâce.

Il secoua sa tête. Maintenant, il avait l'air aussi terne que Melena maintenant.
Après avoir finis leur tour, et n'ayant clairement plus envie de s'amuser, ils rentrèrent à l'auberge. Sur le chemin, il vit un étalage avec marqué " Chèvrosaumon", mais même cela ne le fit pas rire.

Une fois rentré, il partit en direction de sa chambre, avant de se rappeler un détail. Il attendit Melena, et lui tendit la main doucement et timidement.

- Je pense être prêt maintenant. Je veux bien essayer si t'es toujours d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Jeu 26 Juin - 22:27

Alexander repoussa gentiment sa main, prétextant vouloir attendre qu’ils soient de retour dans leur hôtel. C’était compréhensible, mais cela présumait que son accès de gentillesse serait toujours valable lorsqu’ils auraient regagné leurs quartiers, ce qui n’était pas sûr. Mais soit, elle remballa sa pierre nécromancienne et se mit debout sans dire un mot à la suggestion de finir leur tour.

Le frigophobe eut beau éteindre sa radio avec précipitation, l’adolescente avait entendu que la nouvelle suivante commençait comme un avis de recherche ; et s’ils captaient une station de San Francisco, il y avait de forte chance que ce soit d’elle qu’on parle. Melena pinça ses lèvres blanches sans émettre un son. Dans un sens c’était bon signe : ça voulait dire que son corps n’était pas encore entre les mains des autorités.

La ville avait beau être illuminée et respirer la joie de vivre, les pensées de la nécrophobe était repassées de l’autre coté du miroir. Est-ce que les marabouts étaient soumis au secret professionnel ? Parce que qu’est-ce qui empêcherait les flics de le tirer de chez lui pour l’interroger, en menaçant de l’envoyer en prison pour activité illégale ? S’il parlait, il pourrait réaliser un parfait portrait robot de leur bande de criminels. En couleur même ! Dans le cas où l’identité d’Ace était découverte alors… c’était la fin de tout espoir d’échappatoire.

Les gros flocons de neige d’Alexander échouaient sur sa chevelure d’encre, mais elle s’en moquait. Son semblant de réconfort n’avait été que de courte durée : elle se sentait redevenue cette bête traquée sans échappatoire, tout ça à cause d’une foutue radio.

De retour à l’hôtel, l’irlandaise dût débourser les 25 rubz manquant pour qu’elle puisse avoir le droit d’y passer la nuit. Tandis qu’elle prenait la direction de sa chambre, son ainé l’interpella. Elle regarda sa main pendant de longues secondes, comme si c’était la première fois qu’elle la voyait, puis tira la pierre nécromancienne qu’elle avait gardée dans une des nombreuses poches de sa combinaison techyoïte.

- Je te prête UNE charge, rappela Melena en dressant un index blanc pour être sûr qu’il ait compris.

Après lui avoir remis, elle s’éclipsa dans sa suite. Le « bonne nuit » lui était resté au travers de la gorge. Elle se doutait qu’Alexander ne passerait pas une bonne nuit, alors autant ne rien dire du tout. A peine enfermée, la nécrophobe s’allégea de sa hotte et de sa tenue unie pour se faufiler sous les draps en sous-vêtements. La couette était si douce et si chaude… elle aurait voulu dormir dans ce lit jusqu’au restant de sa vie.

Bien que la sieste qu’elle s’était octroyée quelques heures auparavant lui avait fait le plus grand bien, elle accueillit ce nouvel instant de repos comme une bénédiction. Mais en réalité, elle n’avait pas sommeil. Il était encore tôt et quand elle y réfléchissait, elle n’avait pas mangé… bon la flemme, ses rations de nourritures étaient au fond de sa hotte, c’était trop loin.

L’irlandaise tournait dans ses draps, évitant de penser parce que ses pensées ramenaient avec elles les plus horribles images. Elle cherchait à tomber directement dans les bras de morphée, si seulement il pouvait lui faire la grâce de venir la chercher. Il s’écoula bien quinze longues minutes d'éveil, où chacune des secondes ressemblaient à des heures entières.

Sans réellement savoir pourquoi, Melena repensant à un flash qu’elle avait eu en touchant un cadavre. Une fille capable de faire bouger son nez, comme « Ma sorcière bien-aimée ». Un don absolument inutile qu’elle avait copié, mais elle se demandait si elle saurait le refaire maintenant. Aussitôt pensé… le nez fin de l’adolescente se trémoussa, effet sonore inclus.

C’était absolument ridicule et assez bizarre comme sensation mais sans raison, elle éclata de rire. Après trois essais, son hilarité cessa vite, quand elle se souvint à quelle prix elle pouvait être une éponge à dons. C’était inévitable. Chaque instant semblait fait pour lui rappeler ce qu’elle était. Ce qu'elle ne voulait pas être.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Ven 27 Juin - 9:20

La jeune fille lui retendit l'objet, en lui précisant de n'utiliser qu'une charge. Il acquiesça de la tête. Il ne comptait pas parler à toute sa famille décédé non plus... Cela allait déjà être une dure épreuve pour lui.

Il entra dans sa chambre, enleva la tenue Techyoïte et la mit a recharger, puis il reprit des vêtements d'hiver normaux. Il devait tout de même être présentable. Puis il étudia la pierre, cherchant un mécanisme, une manière de l'utiliser... Elle ne lui avait pas fourni le mode d'emploi.

Il prit place sur le lit, s'asseyant sur le bord, puis pensa à la personne la plus importante de sa vie. Quelqu'un qu'il n'avait pas vu depuis longtemps, et en qui il avait toujours eu confiance. Quelqu'un qui avait toujours été là pour lui.

Soudain, il crut entendre un éclair au loin, tandis que de la brume s'échappait de sa main dans laquelle la pierre était logé. La brume glissa devant lui, et commença à monter... Jusqu'à ce qu'il puisse voir un visage familier, malgré toutes les années passés sans le voir.

Elle n'avait pas vieilli, depuis le temps.

- Mère..

L'apparition lui fit un sourire. Il avait voulu la voir, car son père avait décliné depuis son départ à elle. Il était sûr que son père aurait compris, et quoi qu'il en soit, il n'avait pas envie de lui parler après l'annonce de sa mort. Mais pour ce qui était de sa mère.

- Je vais bien Alex ne t'en fais pas.

Puis elle sembla regarder autour d'elle, comme étonné par l'endroit. Il se dit qu'elle ne savait pas ou ils étaient.

- Ce n'est pas la maison, c'est... C'est le village du père Noel.

- Nous sommes à Dreamland, n'est-ce pas?

Il fut étonné au premier abord, puis il se dit qu'au final c'était sans doute logique. Après tout, il l'avait appelé d'ici.

- Oui. Père... Comment il va, maintenant?

Sa mère le regarda avec tristesse. Elle tendit la main comme pour le caresser, puis se ravisa. Sans doute pensait-elle qu'il n'était plus un enfant, ce qui était le cas. Mais il aurait aussi voulu la toucher. Mais... Un esprit n'est pas un corps.

- Il va mieux maintenant qu'il m'a rejoint ici. Il s'est senti libéré d'un poids... Il s'inquiète pour toi cependant. Mais il est sûr tout comme moi que tu vas t'en sortir.

Alexander ria nerveusement. Il n'en croyait rien. Il n'avait que peu d'amis ici, et il n'était capable de rien d'extraordinaire.

- Je ne sais même pas ce que je dois faire ici, ni comment en sortir, mère! Je n'ai aucun but! Et tu me dis que je vais m'en sortir?

Sa mère le regarda, d'un air confiant, avec un air amusé.

- L'avenir te réserve des surprises, j'en suis certaine, mon fils. Rappelle toi juste qui tu es, et tout se passera bien.

Alexander chercha à comprendre ses paroles, mais il n'était clairement pas en l'état. Il décida alors de la laisser s'en aller. Il ne pourrait lui parler plus, ni en entendre plus.

- Merci. Je vais te laisser te reposer. Embrasse père de ma part.

- Oui mon fils. Tu nous rejoindra tôt ou tard, ne t'en fais pas...

Et elle partit comme elle était revenu, retournant dans la pierre. Alexander resta la un moment, à penser à sa mère, à son père, à ce qu'elle avait dit... Comment se distinguerait-il dans ce monde de folie et de destruction? Qu'avait-il donc comme intérêt pour ce monde. Il soupira, puis il se dit qu'il ferait mieux de se reposer.

Il se leva, et toqua à la porte de Melena. Il espérait ne pas la réveiller, mais il passa la pierre sous la porte, ne désirant pas rentrer. Il lui parla de derrière la porte.

- Merci, ça m'a fait du bien. Je t'ai passé la pierre sous la porte, je voudrais pas te déranger.

Puis, avant de partir, il se dit qu'il pouvait au moins rester poli.

- Bonne nuit, Mel.

Il partit ensuite se coucher, dans un sommeil ou il n'était plus inquiet....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Ven 27 Juin - 12:38

Un dernier petit hochement de nez et ça ne l’amusait plus du tout. Les coups d’Alexander à sa porte la tirèrent de son ennui. Heureusement qu’il ne lui demanda pas d’entrer, elle n’était pas présentable et avait réellement la flemme de se rhabiller. Melena fit toutefois l’effort de s’extraire des couvertures pour récupérer sa pierre nécromancienne. Si son acolyte n’avait rien dit, c’est que ça fonctionnait.

Non, elle ne l’utiliserait pas. Sans rallumer la lumière, elle balança l’objet magique dans sa hotte et y enfonça sa main pour y dégoter une barre de céréale. Assise sur son lit en mâchant nonchalamment, l’irlandaise se surprit à se remémorer sa journée de captive au colisée de Sextus. Cette trop longue journée de corvées, d’épuisement, de combats… mais aussi de confidences et de complicité. Malgré le sang, malgré la douleur, elle ne s’en souvenait pas vraiment comme quelque chose de foncièrement mauvais, parce c’est à ce moment que s’était liée avec Jade une amitié inaliénable.

A cette époque, elle était encore une adolescente comme une autre. Son corps n’était pas encore irrémédiablement marqué, son esprit n’avait pas encore volé en éclat. Comment cela se serait passé si elle s’y était retrouvée dans son état actuel ? Benificcus aurait-il pu seulement la contenir ? D’ailleurs, comment prendrait-il la nouvelle d’apprendre qu’une de ses « très chers » esclaves était devenue adepte de la tour de la Paresse ? Sans doute très bien, vu la fierté qu’il avait éprouvé en les voyant vainqueur ; et son frère Tonton renchérirait en disant qu’ils avaient bien fait de ne pas les garder.

Effectivement, ils avaient bien fait songea l’adolescente avec un sourire en coin. Si elle avait réussi à mettre le colisée à feu et à sang à l’époque, qu’en serait-il de maintenant ? Ça lui paraissait tellement loin tout ça. Ses premiers pas à Dreamland… une captive dès le début. Elle était devenue tellement plus forte depuis, sans doute plus qu’elle ne l’aurait imaginé quand on lui avait dit qu’elle avait des pouvoirs et qu’ils se développeraient.

Tiens, soudainement, elle revit le visage de Yoru. Le premier à lui avoir adressé la parole, de façon plutôt désagréable. Qu’était-il devenu cet abruti ? Etait-il mort ? Il l’avait tellement prise de haut quand elle s’était réveillée dans la cale du Slavedog Millionnaire… ce serait différent maintenant, elle en était certaine. Il y avait bien d’autres personnes qu’elle avait croisé dont elle n’avait plus de nouvelles du tout… Myia par exemple. Avec le recul, elle s’en voulait un peu de l’avoir abandonnée.

N’ayant rien à faire et puisqu’elle venait de s’enfiler un encas, Melena retourna dans la salle d’eau pour se brosser les dents. Elle ne s’habituait pas encore à son nouveau reflet mais s’efforça à le supporter cette fois. Personne ne pouvait manquer les cicatrices sur ses bras, pas plus que le symbole ornant sa poitrine. Condamnée à les cacher ? Elle ne savait plus trop en fait. Ce n’était pas l’avis des gens qui l’effrayait, c’était le sien : la sensation d’être un monstre – de ne plus être humaine.

Jade, Elie et Ace avaient beau lui répéter le contraire, elle sentait que depuis qu’elle était morte une fois, depuis qu’elle avait accompli des horreurs à Freedom… elle n’avait plus rien d’une jeune fille. Elle était autre chose, une créature sinistre et sans nom. Peut-être que l’admettre l’aiderait à aller de l’avant. Peut-être… elle poussa un soupir, rinça ses dents et retourna dans son lit. En fait, elle cacherait ses marques. Parce qu’elle ne voulait pas qu’on lui en parle, parce qu’elle voulait tout oublier…

Le sommeil finit par venir. Trop lentement, beaucoup trop lentement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Ven 27 Juin - 20:25

Alexander se réveilla au petit matin. La neige tournait autour de lui, doucement. Il prit une douche, pensant à tout ce qui s'était passé ces derniers tours, en faisant un topo global des points positifs et négatifs.

En point positif: il avait retrouvé Sydney et Jake, ainsi que Melena. Il était en meilleur terme avec celle-ci, et il avait retrouvé son ombre, ce qui lui garantissait une meilleure sécurité et une meilleure santé. Il avait aussi pu reparler à sa mère et revivre certaines choses plus joyeuses.
Et puis, il avait trouvé une radio, un contact avec le monde réel

Restait les points négatifs: Sydney ne l'appréciait pas vraiment, et ils étaient partis à part. Le froid était omniprésent, ainsi que le danger, malgré le spectacle de haut vol qu'il avait réalisé à la patinoire. Son père s'était suicidé, faisant de lui le seul membre restant de la famille Blizzhead. Les relations n'étaient pas encore parfaite avec Melena. Le Marchand de Sable était toujours une menace et enfin, il ne savait pas du tout où ils allaient partir.

Il soupira tout en maudissant à voix basse son esprit logique, et rangea ses affaires. Il se vêtit ensuite de sa tenue Techyoïte. Après tout, il y avait toujours le froid, non? Il descendit ensuite en direction du petit déjeuner offert, la mine maussade. Apparemment, Melena n'était pas encore debout.

Le repas était plutôt complet, pour un petit déjeuner: du lait, du pain d'épices, des biscuits, un gâteau au chocolat... Apparemment, il ne lésinait pas sur l'accueil des touristes, ici, ni sur leur sourire. Il aurait presque regretté sa tête d'enterrement. Il sortit sa radio, et chercha une chaîne en tournant ce qui ressemblait à un bouton de fréquence. Il tomba sur une musique semblable à celle de Noël, mais qu'il n'avait jamais entendu. Sans doute pas la même fréquence que la veille. Il écouta cet air doux, trempant son croissant. Il avait l'impression de se retrouver dans une de ses vieilles série, avec le doux matin du père, chocolat et croissant, et le journal... Sauf qu'il n'avait pas encore le journal.

C'est à ce moment là que son journal arriva, avec un peu de retard. Ce qui était étrange d'ailleurs. Il prit le journal en remerciant d'une caresse l'oiseau, puis le posa près de lui. Melena prenait son temps pour se lever... Était-elle partie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Sam 28 Juin - 20:59

Quand Melena ouvrit les yeux, une lueur timide filtrait à travers les rideaux pour venir caresser son visage. Le ciel était blanc, comme à son habitude dans cette région. Elle se redressa, s’étira puis s’extirpa des épaisses couvertures. Il ne faisait pas froid, mais la chair de poule couvrit sa peau ivoirine qui s’était habituée à la chaleur des draps.

Dans la salle d’eau, l’adolescente fit un tour au toilette, se débarbouilla, se brossa les dents, puis retourna dans la chambre pour enfiler sa combinaison isolante. Elle s’assura que son magnégide et son bijou de main TK étaient bien en place, que ses principaux atouts magiques étaient étaient tous présents et enfila ses bottes. Passer rapidement les doigts dans ses cheveux noirs suffit comme séance de coiffure. Avant de sortir de la pièce, la nécrophobe mit aussi ses mitaines, son écharpe, son bonnet et son manteau redingote. Elle était fin prête.

En passant dans le couloir, elle vit qu’une femme de ménage s’affairait déjà à refaire le lit où avait dormi Alexander. Était-il partie sans lui dire au revoir ? L’irlandaise ne savait même pas ce que ça lui faisait. Haussant les épaules, elle descendit les escaliers, et retrouva son acolyte de la veille attablé devant un copieux petit déjeuner. Un léger sourire lui échappa alors qu’elle s’approchait pour s’asseoir juste en face de lui.

- Salut, souffla-t-elle.

Compte tenu des nouvelles de la veille, Melena ne se risqua pas à demander s’il avait bien dormi. Même étant privées de rêves, les nuits dreamlandiennes pouvaient s’avérer aussi difficiles que dans le monde réel. Tapotant machinalement la table de ses doigts fins, elle entra directement dans le vif du sujet :

- Je vais essayer de rejoindre le continent. Je veux dire… celui-ci où il ne neige pas toute l’année et accessoirement où je ne suis pas une esclave en fuite.

A cette pensée, elle se demanda si Léviathan était toujours à leur recherche. Eux, la petite bande vendue par le colisée qui avait profité d’une attaque de bandits pour s’échapper. Sans doute que oui.

- C’est là qu’on était censés aller avec… Elie et Ace, expliqua la nécrophobe sans être certain que son interlocuteur connaisse ses amis, avant que notre bateau ne soit obligé de s’arrêter ici et que…

Elle se pinça les lèvres. Elle n’avait pas envie d’avouer que ses plus fidèles amis et alliés l’avaient abandonnée dans la soute d’un vieux cargo endommagé. Melena passa une main dans ses cheveux avant de lever ses yeux gris vers le visage d’Alexander.

- Bref, je me dis que là-bas… j’aurais peut-être plus de chance de les retrouver. Et au moins je pourrai essayer de… je ne sais pas, trouver un coin tranquille, voire un travail, le temps que je sache vraiment qu'elle direction prendre. Cette ville est cool mais… je me vois pas rester ici.

Sans qu’elle n’ose formuler la question, la jeune fille demandait indirectement si le frigophobe souhaitait l’accompagner ou s’il avait d’autre projet. Elle n’avait pas envie de lui dire que pour l’instant, sa compagnie s’était révélée supportable, voire même…disons utile. Même si elle se sentait capable de se débrouiller seule, sans personne à qui parler, elle perdrait certainement les pédales. Du moins…plus que maintenant.

Son regard attiré par un gros titre du Dreamland soir, son propre exemplaire balancé dans sa hotte sans même qu’elle n’ait pris le temps de le lire, l’irlandaise fit pivoter le journal pour lire un en-tête. Apparemment, Elipse avait connu une sorte d’attaque terroriste la veille. Des roquettes géantes avaient été tirées d’une destination inconnue et frappées des points de la ville de façon absolument chaotique. Pas de revendication, de préavis de guerre, rien… il paraîtrait juste qu’avant qu’ils n’explosent, les obus étaient grimés en requin à la bombe de couleur et l’un d’eux portait un message « il est l’heure de payer ».

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Dim 29 Juin - 12:24

Lorsqu'il vit Melena descendre de sa chambre, il eut un sourire passager. Au moins, elle n'était pas partie. Elle évita le sujet de la veille, et lui déclara son prochain but. Apparemment, cela consistait en : bouger d'ici, et retrouver d'anciens amis. Les noms ne lui disaient rien, mais ils les avaient peut-être vu, après tout. Mais son idée était loin d'être mauvaise.

Puis il se rappela d’un des noms. Elie… Ce n’était pas la personne qui était avec lui en tant que Cobaye de Techyo ? Elle n’était pas ce qui était de plus sympathique, mais soit… Par contre, il ne connaissait pas Ace

- Je t'aiderais à les trouver alors. Je connais Elie, même si ce n’était pas la grande joie. A deux, on la retrouvera.

Puis, Melena prit le journal qui était sur la table. Il regarda la page qui intéressait la jeune femme. Des roquettes? Il ne voyait pas grand monde qui pouvait faire ce genre d'attaque, sauf...

- Tu as une idée de qui a pu causer cela? Pour ma part, j'ai bien une idée...

Sauf les nains terroristes. Mais il pensait qu'ils avaient succombé à la destruction de leur mine-base d'opérations? Ils s'en seraient sortis? Il commença à faire un rapprochement nain-cafard assez intéressant.

- J'imagine qu'on va devoir repartir par bateau. Par ou allons-nous nous diriger?

Soudain, ils entendirent des cris paniqués, au dehors. Les cris des lutins et autres personnes joyeuses habitant dans le village du Père Noël. Il souleva un sourcil, et rangea ses affaires dans sa hotte avant de sortir, sans toutefois oublier d’allumer sa tenue techyoïte au préalable.

Dehors, de nombreux individus couraient vers le fond du village, semblant terrifié par ce qui arrivait à l’entrée du village. Des créatures qu’il aurait préféré ne pas revoir…

- Rah bordel, pas encore ces piafs…

En effet, la créature qu’il voyait faisait partie de ces choses qu’il ne voulait pas revoir. Les scientifiques de Techyo avait dû laisser partir une ou deux de leur création... Et sans chef, ils devaient errer ici.

Les pingouins à dents étaient là, avec leurs ailes de glace et leur sourire sanglant, leur bec bleu cyan et leur regard froid. Il était 6 en tout. Pourquoi il fallait que ça tombe sur lui ?!? Les bêtes regardaient Alexander avec une haine sans pareil. En tout cas, eux non plus l’avait pas oublié. Il n’avait pas gardé la couronne des pingouins. Aucune utilité, et puis il était tombé dans les vapes.

Les bêtes commencèrent à avancer vers lui, lentement, peut-être car il n’avait pas de glace pour glisser. La grêle tombait dru autour du manchot, mais il y avait suffisamment de source de glace autour de lui pour faire ce qu’il aurait préféré éviter. Il allait garder son pouvoir pour le dernier moment.

Soudain, l’un d’entre eux se mit à entamer une glissade rapide vers lui. Il fit apparaître sa main de glace, et avant que son adversaire ne lui attrape la jambe, il se mit sur le côté, et la créature s’arrêta dans son dos. Il se retourna et lui mit un coup dans la tête, ce qui fit reculer l’oiseau, et le sonna. Mais il sentit un coup d’ailes gelée dans son dos, et le froid et la douleur le poussa à terre. Il se releva rapidement, cherchant son adversaire du regard. Il était face à lui, le bec carnassier se dirigeant vers son bras encore valide.

Cela n’allait pas être une partie de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Dim 29 Juin - 15:46

Melena haussa les épaules. En fait, elle se fichait littéralement de qui pouvait bien être en train de mettre Elipse à feu et à sang, elle avait juste été intriguée. A l’idée de repartir en bateau, elle fit une moue pas convaincue. A vraie dire, elle n’avait pas eu une très bonne expérience des navires dreamlandiens jusqu’à maintenant ; en plus, la mer n’était pas la porte à coté. S’il existait dans le coin d’autres moyens de transport, elle prenait.

Un brouhaha de hurlements paniqués s’éleva de l’extérieur. Qu’est-ce qui pouvait bien troubler un endroit aussi tranquille ? L’adolescente avait bien cru comprendre que les dérèglements liés à la présence des ombres provoquait des désastres naturels assez inquiétant, mais quand même. Elle n’avait pas envie de s’en mêler – ce n’était pas ses oignons après tout – mais Alexander rangea précipitamment ses affaires pour se ruer dehors. Poussant un soupir, l’irlandaise prit soin de s’armer de son pieu métallique et de mettre sa couronne de méduse.

Elle recouvrit avec un frisson la cohorte de serpents sifflants sur sa tête, désormais noirs comme l’ébène. Leurs yeux étaient d’un gris étincelant, étrangement en accord avec les yeux d’orage de Melena. Suivant les exclamations paniquées, le de voyageur finit par découvrir un petit groupe de… pingouins. Ils avaient beau avoir une dentition carnassière, des ailes faites de glace et être entourés d’une étrange aura polaire, ces volatiles ne restaient aux yeux de la jeune qu’une bande d’oiseau d’apparence gauche.

- Ah parce que tu en a déjà vu des comme ça ?! s’étonna Melena en se tournant vers Alexander.

Ce dernier ne lui répondit pas. Deux des créatures sonnèrent la change en s’élançant sur le frigophobe. Il esquiva la première attaque, mais la deuxième, traîtresse, l’envoya au sol. Il y avait eu un étrange éclat glacé quand l’aile de ce… cette chose avait heurté le dos du manchot.

Ce dernier risquait de se faire becqueter. L’irlandaise voulut s’élancer à son secours, mais des filaments de givres qui brillaient à la lueur du soleil pâle s’étaient déployés sur le sol jusqu’à emprisonner ses deux jambes. Jusqu’aux genoux, une toile glacée étrangement résistante paralysait ses mouvements. Son cœur s’accéléra alors que trois des pingouins s’approchaient désormais d’elle, faisant claquer leurs dents étrangement aiguisées.

Melena adorait les animaux. Ça lui ferait mal au cœur de devoir tuer des créatures qui, dans son imaginaire, étaient drôles et adorables. Toutefois, il était hors de question qu’elle se laisse dévorer. Elle poussa un juron entre ses dents en essayant pour la énième fois de se dégager de l’étreinte de glace, mais rien à faire. L’un des volatiles, celui qui avait déployé l’environnement givré, s’élança alors vers elle en un glissement. Ses yeux brillaient déjà avec une lueur chimérique, ce n’était même plus un animal. C'était un monstre.

Les serpents perchés sur le crâne de la nécrophobe se déployèrent brusquement. Elle avait les cheveux longs, alors les reptiles avaient suffisamment de portée pour attraper un pingouin avant qu’il ne puisse la toucher. Les crocs empoisonnés s’enfoncèrent dans la chair de l’oiseau, puis le soulevèrent de terre. Il se débattait frénétiquement en claquant des dents, signe qu’il avait mal, que le venin ferait effet.

- C’est absolument ridicule, lança Melena alors que le corps de sa victime retombait au sol, ses plumes tâchées de sang, ses membres déjà engourdis, ce sont des PINGOUINS ?!

Sans savoir s’ils étaient intimidés par la mort de leur comparse où s’ils étaient étudiaient juste les faiblesses de leur adversaire, aucun des deux autres volatiles qui avaient pris la nécrophobe pour cible ne faisait plus le moindre mouvement. Sans les quitter des yeux, la jeune fille s’exclama à l’intention d’Alexander :

- Et qu’est-ce qui t’a pris de venir ici ?! C’était pas notre rôle de faire ça ; je suis ni wonder woman, ni gardienne de zoo. Ils doivent bien avoir des gens pour défendre cette ville ?!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Lun 30 Juin - 11:43

Melena semblait être arrivé, vu les bruits de combats qu'il entendit derrière lui. Mais il avait aussi à se battre de son côté, et il ne pouvait tourner le dos face à ces monstres.

Une des créatures allaient lui dévorer son bras droit, mais tandis que son bec allait se refermer sur son membre valide, Alexander commença à trembler de peur, tandis que le froid l'envahissait et qu'une épaisse couche de glace apparaissait. La neige alentour semblait disparaître. Même la glace des pingouins semblait plus fragile. Les dents de la bête se bloquèrent dans son bras, et le manchot de glace voulut lui mettre un poing, mais l'issue fut différente.

En effet, il rouvrit la main par réflexe, et ses doigts s'allongèrent en griffe, qui se plantèrent dans la bête, tombant ainsi au sol. L'autre animal le regarda, avec un air terrifié, mais il n'eut pas le temps de se retourner pour fuir que Alexander, prit d'une sensation enivrante qu'était la puissance qu'il ressentait en lui, virevolta et commença à l'éventrer.

Il décida de répondre à Melena à ce moment-là.

- Ce ne sont plus des pingouins, ce sont des monstres de laboratoires, provenant de Techyo! Je sais pas ce qu'ils font ici!

C'est vrai, comment ces créatures avaient-ils pu atterrir ici? Melena lui reprochait d'avoir voulu aider le village, mais elle se trompait en partie.

- Je suis venu ici pour trois raisons: la première, c'est pas le genre de bête qui reste à se tourner les pouces, et ils nous auraient ralentis. Ensuite, je doute que ce village de joie est ne serait-ce que des gardes compétents, et il nous ont bien accueilli. Et enfin, j'avais aussi un compte à régler avec eux, depuis notre précédente rencontre au laboratoire. Je pensais avoir tuer leur chef, mais...

Il se rappelait de ce qui s'était passé, alors qu'il n'était qu'un faible jeune homme, blessé, subissant les multiples expériences des scientifiques. Et la rencontre avec leur présumé " Roi".

Deux pingouins faisaient face à la nécrophobe, et il voulu l'aider. Mais c'était sans compter le dernier pingouin, qui le gela sur place. La tempête faisait rage autour de lui, et le gel l'enveloppant partout commençait à le rendre fou. C'était une haine sans pareil et une terreur indicible qui le fit se battre contre le pingouin, mais l'animal n'avait aucune chance.

Lorsqu'il se retourna, la nécrophobe avait finis de s'occuper des siens. Alexander tomba à genoux, se frictionnant la glace entourant tout son corps, tandis que ses griffes avaient laissé place à ses doigts et que sa carapace de glace fondait lentement. Trop lentement.
S'il restait trop longtemps dans cette glace, il allait tomber en hypothermie, ou pire, il allait mourir. Puis il se rappela ce qui s'était passé la veille avec la patinoire.

Mais, ce n'était que de la glace sur un sol, il suffisait de rester en équilibre. Là, c'était lui qui était bloqué dans cette glace vivante. Sa haine passa rapidement à de la terreur, et il se essayait avec sa main droite de retirer les glaces plus vite de son corps. Une fois l'adrénaline finit, au final, la mort venait le chercher...

Il regarda Melena, à travers la grêle tombant autour de lui.

- J'ai froid....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Lun 30 Juin - 14:24

Oh bien sûr, des créatures techyoïtes, tout était différent alors. Melena voulut rétorquer quelque chose d'ironique mais les deux volatiles qui l’observaient jusque là lancèrent un assaut. Ils avaient pris le partie de se séparer, chacun glissant en arc-de-cercle pour l’attaquer des deux cotés en même temps, mais ça ne changeait rien à la donne. Alors que ses serpents s’étiraient pour stopper le premier dans sa course à coups de crochets venimeux, l’adolescente empala dans la neige le second dès qu’il fut à sa portée.

Les créatures gisaient devant elle, leur sang vermeil tâchant les cristaux immaculés. Comme par miracle, la glace qui l‘emprisonnait dégela d’un coup, libérant ses jambes. Ses doigts de pieds, qui n’étaient pas protégés par une couche de tissu isolant, étaient un peu engourdis, mais c’était un moindre mal. Le dernier pingouin, jusque là observateur, estima qu’il valait mieux pour lui de battre en retraite. Les gens restés non loin, assistant à la scène avec crainte et étonnement, commençaient à se sentir plus tranquilles. Toutefois, ils ne pouvaient s’empêcher de dévisager avec méfiance la jeune fille possédant une foule de serpents noirs en guise de cheveux.

Melena tourna alors ses yeux gris vers Alexander. Il était tombé à genoux, une couche de givre semblait recouvrir son corps tout entier. Sa tempête de grêle personnelle faisait rage. C’était une vision assez pathétique en fait, mais au travers le mausolée qui avait condamné son cœur, l’adolescente comprenait son désarroi. Elle se souvenait de son état à Freedoom, quand elle ne vivait qu’entourée de morts.

- Putain…, souffla-t-elle en s’approchant de son comparse.

Elle retira sa couronne de méduse, rangea son pieu et s’accroupit aux cotés du frigophobe. Il faisait peine à voir, réellement. Vu l’allure de cette carapace surnaturelle qui l’enveloppait, ce devait être un de ses pouvoirs. L’irlandaise ne voyait pas trop quoi faire, mis à part attendre qu’il prenne fin. Risquait-il de mourir d’hypothermie ? En toute logique, l’organisme du jeune homme devrait s’être adapté, comme celui de Melena avec ses pouvoirs ; mais comment être sûr ?

La nécrophobe se pinça les lèvres, incapable de trouver une autre solution que ce qu’elle s’apprêtait à faire. Retenant son inspiration, comme si elle risquait d’être contaminée par un virus quelconque, elle détacha sa hotte de ses épaules et enlaça à contrecœur son aîné de ses bras fin. Elle se serrait contre lui, espérant que la chaleur de son corps l’atteindrait au travers la couche de glace qui couvrait la peau d’Alexander. Il était froid, mais elle le supporterait.

- Aller, intima-t-elle dans son oreille, tu vas te laisser abattre comme ça ? Tu m’avais fait tout un tas de promesse, style que tu voulais faire quelque chose pour moi et tout ! J'attends de voir maintenant.

Il y eu un bruit de course précipité dans le dos de l’adolescente et une petite voix fluette s’éleva :

- Hum… bonjour. Est-ce que je peux vous parler ?

Contrainte de se retourner, Melena se détacha du frigophobe pour faire volte face. C’était une bande de lutins, tous vêtus de tenues militaires blanches, des équipements complets et saugrenus. Qui disait que ce village n’avait pas de défenseurs attitrés ?

- Oui ?
- Et bien… enchanté, je m’appelle Félixi, commença le porte-parole de la troupe de petits hommes, d’ordinaire nous essayons de régler ce genre d’incident sans verser de sang mais… merci pour votre réactivité altruiste. Ces choses sont apparues il n’y a pas si longtemps, comme si on avait pas assez de problème avec toutes ces ombres…

L’un des petits soldats s’approcha du chef pour lui murmurer quelque chose à l’oreille. Celui-ci hocha la tête, l’air convaincu par un argument, tandis que l’irlandaise fronçait les sourcils.

- Qu’est-ce qui se passe ?
- Le lieutenant Bill m’a rappelé que vous nous avez déjà rendu service lors de deux Noël ! Notre petit village ne sera jamais trop reconnaissant envers les gens comme vous. Votre ami a l’air mal en point, permettez nous de le conduite dans une infirmerie chauffée où il pourrait recevoir les soins nécessaires.

Un brancard s’approchait déjà, porté par une douzaine de lutins disciplinés prêts à porter Alexander. Pendant qu’ils s’occupaient de lui, Felixi fit un pas vers Melena pour poursuivre hors de portée des oreilles de son compagnon :

- Aussi… navré de vous demandez ça, mais nous avons un souci que pour le coup, nous ne savons résoudre seul. A l’est de la ville, pas très très loin des plus petites montagnes des monts infinis, une espèce de… géant rôde depuis le début des dérèglements à cause des ombres. Il ne s’aventure pas en ville, mais attaque parfois certaines de nos navettes pour un de nos drag’éroport. Si vous pouviez… y jeter un œil, voir éventuellement si vous savez quoi faire.

Melena fût tentée de répliquer que ce n’était pas ses oignons mais qui sait… ce serait peut-être le moyen de décrocher un billet gratuit pour le continent ? Songeant déjà à ce qu’il pourrait leur arriver, elle souffla :

- On va y réfléchir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Lun 30 Juin - 18:09

Pendant les premières secondes, Alexander attendait la mort, se laissait aller... Après tout, sa mère n'avait sans doute pas tort la veille: son temps arrivait, et plus tôt que prévu... Mais il pourrait revoir ses parents, vivre en paix.

Puis il sentit une source de chaleur différente de sa tenue, et une voix. C'était Melena qui... voulait qu'il tiennent ses promesses? C'était étonnant de la voir agir ainsi et de l'entendre de cette manière. Mais elle avait raison! Il devait se battre après tout, et résister à ce froid monstrueux.

Il essaya de parler, mais il sentait encore le froid et il tremblotait. Cependant, il força ses lèvres à laisser sortir quelques syllabes.

- Et... tu verras... Crois-moi...

Il essaya de se relever, mais tout son corps était engourdi. Son pouvoir aurait pu le tuer, sans sa combinaison et l'aide de Melena. Il avait sans doute absorber trop de froid autour de lui. Il voyait aussi sa main de glace fondre. Puis il se rendit compte d'une nouvelle présence. Des lutins, habillés comme une force militaire... Pour le coup, la nécrophobe avait eu raison. Il ne manquerait pas de laisser ces gens se débrouiller la prochaine fois, même s'ils essayaient à ce moment-là de le mettre sur un brancard. Il fit un effort de plus, et fit un signe de main pour que les lutins le laisse se relever. La couche de glace qui l'avait recouvert était devenue toute fine, et commençait à tomber tout comme la neige autour de lui. Il se frictionna encore, et mis sa tenue Techyoïte au maximum de sa puissance le temps que son corps reprenne des couleurs.

Melena parlait avec l'un de ces lutins. Qu'allaient-ils faire? Les remercier? Les emprisonner? Après tout, ces bêtes n'était à la base que de simples animaux, même si lui ne les aimait vraiment pas. Elles n'avaient pas mérités le massacre qu'ils avaient occasionnés.
Il regarda sa main de glace, qui finissait de fondre. Il avait vraiment fait apparaître des griffes? Sa main était donc devenu une arme? Son corps entier?

Il secoua sa tête pour recouvrer ses esprits. Il aurait tout le temps d'y repenser plus tard.

Il se rapprocha de Melena, et l'entendit prononcer ses derniers mots. Puis les lutins repartirent. Il la regarda d'un œil reconnaissant, bien que son visage soit toujours très pâle, à cause du sang qui recommençaient avec peine à ré affluer.

- Tu avais raison. Pour le fait que je ne devais pas me laisser abattre, mais aussi pour le fait qu'ils avaient leur gardes. La prochaine fois, je ferais mieux de te laisser décider.

Et il disait cela en toute sincérité. Sa bonté avait failli le perdre. Il devrait changer pour une fois, et s'occuper de lui seul. Et de Melena, car elle l'avait sauvé.

- Que t-on t-il dit? Nous devons réfléchir sur quoi?

Vu qu'elle n'avait pas refuser, il s'attendait à quelque chose d'important, peut-être même en rapport avec ces créatures. En tout cas, s'ils devaient partir dès maintenant, il aurait de quoi faire.

- Quoi qu'il en soit, j'ai des provisions, et même si mes pouvoirs ont été utilisé ici, ça devrait suffire. Je te suis.

Puis il remarqua une marque sur le dos de Melena. Un hématome, sans doute fait par l'un de ces grêlons.

- Tu vas bien? Je suis désolé pour la grêle... Je ne contrôle pas toujours ce pouvoir-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mar 1 Juil - 0:24

La nuque de Melena avait été dégagée par ses cheveux trempés. Elle y passa une main puisque son aîné semblait y avoir repéré quelque chose, et sentit une petite douleur.

- Un bleu, rétorqua-t-elle en haussant les épaules, ce n’est rien.

Alors qu’elle reprenait sa hotte sur ses épaules, des lutins soldats revenaient pour faire le ménage. Certains affichaient des mines plutôt rebutée, et l’irlandaise les comprenait. La neige faisait éponge, teintée de rouge, parodie de sinobol à la grenadine. Étirant ses bras, la nécrophobe ajouta toutefois :

- Mais oui,la prochaine fois, tu ne sortiras pas faire le héros sans réfléchir. « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », c’est une devise bonne pour les comics ça.

Dans ce monde là, ce serait plutôt « un grand pouvoir attire de grosses emmerdes »… ce qui est d’ailleurs vrai aussi pour les super-héros du modèle américain, mais là n’est pas le sujet. Elle secoua sa chevelure noire dégoulinante d’une eau glacée avant de les renvoyer dans son dos. Alexander avait l’air tellement remotivé parce qu’elle lui avait dit qu’elle n’osait pas avouer qu’en réalité, elle s’en fichait un peu qu’il tienne ses « promesses ». Elle avait simplement cherché à l’atteindre où il fallait pour qu’il se ressaisisse. Heureusement, il l’avait lancée sur un autre sujet :    

- Il m’a vaguement expliqué qu’une sorte de géant crée des soucis à l’est du village… ils n’arrivent pas à en venir à bout, ils veulent savoir si on peut aller jeter un œil.

Melena poussa un soupir avant de le regarder. Ses yeux gris orage avaient quelque chose de strict, comme une autorité naturelle. Le frigophobe était plus âgé, mais elle avait l’expérience de Dreamland. On aurait énormément de mal à croire que ce brin de femme n’était encore qu’une adolescente dans des moments pareils. Elle avait grandi en vitesse accélérée, c’était certain.

- Ça ne m’enchante pas vraiment, mais on peut toujours négocier ça moyennant contrepartie intéressante. Même un billet gratuit pour le continent tient, ça serait une bonne économie. Tu aurais quand même du accepter un peu de repos au chaud, relança brusquement la jeune fille, je ne suis pas sûre que tu sois frais et dispo pour une balade maintenant. Sans mauvais jeu de mot.

Elle prit alors la décision de s’éloigner de la scène de massacre, sans trop savoir où ses pieds allaient la guider. Sans doute voulait-elle trouver un endroit où ils pourraient tranquillement se poser à coté d’un braséro, le temps que son comparse retrouve une chaleur rassurante, qu’elle sèche et qu’ils puissent discuter. En passant devant une boutique de babiole Melena réalisa soudain qu’elle n’avait pas de carte de Dreamland, ni de boussole : a une époque, elle suivait Jade. Puis quand elle est revenue, elle a atterrit à Freedoom, de sorte qu’elle avait pensé à autre chose qu’à se munir pour une randonnée.

Elle fit alors ses petites emplettes pour 25 rubz, le nez fourré dans sa grande carte du monde des rêves. Certains endroits lui parlaient, d’autres noms. Revoir le chemin entre Sextus et la Mécanoplaine raviva une foule de souvenir. Les monstres d’ombres, le peuple d’indigènes nourri à base de champignons lubriques, la réplique de Wall-e qui avait failli la tuer, Blaine…

- Bon, lança-t-elle en leva ses yeux pâles, on fait quoi ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mar 1 Juil - 8:56

Alexander ne voyait pas de quoi elle parlait lorsqu'elle parla des comics. Bien sûr, il savait ce que c'était, quand il était petit ses camarades pouvaient en amener, même si la tendance était plutôt aux jeux vidéos. Mais il s'était plutôt isolé à cette époque-là, et depuis ça n'avait pas vraiment changé... Jusqu'à Dreamland.

Apparemment, les lutins avaient un problème gigantesque maintenant... Et ils leur demandaient à eux deux d'y aller. La récompense d'après Melena? Un ticket pour partir loin d'ici. Tout du moins, elle l'espérait sans doute. Ce qui ne serait pas une mauvaise chose: ses finances étaient limités, et moins il aurait à payer, mieux ce sera. Mais un géant? N'était-ce pas excessif pour cela? De plus, il n'avait encore jamais vu de géant ici, alors vu l'état des pingouins... A quoi ressemblerait le géant?

Soudain, Melena lui déclara qu'il aurait du se reposer. C'était vraiment étonnant de sa part, mais elle n'en était pas à sa première surprise, depuis quelque jours. Un sourire amusé apparu sur son visage qui avait repris des couleurs depuis sa phase glaciale.

- Tu t'inquiètes pour moi?

Puis il reprit, d'un ton plus sérieux.

T'en fais pas, ça va aller. Au pire, je me réchaufferais en marchant vers notre prochaine destination, et avec la combi, ça devrait bien se passer.

Sa voix trahissait une légère incertitude. Marcher dans le froid, le réchauffer? Sans doute pas, et il comptait bien trop sur sa combinaison.
Il suivit sa camarade en direction d'un étal, et elle récupéra une carte. Il n'avait pas eu le temps de proposer la sienne, qu'il avait dans sa hotte, dans l'auberge. Elle lui demanda quoi faire.

Ils pourraient encore mourir en attaquant le géant, mais pour une place vers le continent quoi faire de mieux? Et puis après tout, Melena semblait être suffisamment forte pour se débrouiller face à un géant. Et ils seraient deux, alors...

Et puis, peut-être que ce géant n'était pas si mauvais que ça, contrairement à ce qu'on pourrait penser venant des ombres.

Il acquiesça donc en silence lorsqu'elle leva les yeux de sa carte.

- Je dois récupérer mes affaires à l'auberge, et nous partons quand tu veux. J'ai des rations pour la route, si besoin.

Il se dépêcha donc de récupérer ses affaires, et après leur préparatifs rapide, ils repartirent en direction de l'est, vers les Monts infinis... Il ne connaissait pas trop cette zone. Les endroits qu'ils connaissaient le mieux, c'était Glouto, Techyo, et puis c'était déjà pas mal.
Il commença à réfléchir à ce qu'était devenu Melena. Comment et pourquoi l'était-elle devenu? Est-ce que cela avait un lien avec les construction qu'il avait pu entrapercevoir dans ces deux villes, ces répliques de monuments? Plus tard, elle le dirait peut-être, mais il lui faudrait au pire des cas chercher la réponse seul. Il ne voulait pas la faire replonger dans des douleurs insupportables.

Et puis, il fallait en profiter, leur marche était pour le moment calme et sereine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mar 1 Juil - 10:34

- J’ai mes rations aussi, rétorqua l’adolescente un peu agacée d’avoir l’impression d’être prise pour une gamine.

Le frigophobe ne pensait certainement pas mal, mais alors ?! Elle avait la tête d’une touriste qui se baladait dans des déserts glacés sans rien à manger ? Bon, d’accord, ses rations de survies s’amenuisaient, il devait lui en rester pour 3 ou 4 jours… si elle s’abstenait de taper dans celles de Jade, qu’elle avait toujours en sa possession. Après tout, en cas d’urgence, son amie comprendrait, non ? Elle lui rembourserait de toute façon.

Alors qu’ils quittaient le village du Père Noël pour suivre un cap est, Melena jugea bon de briefer un peu Alexander sur ce qu’ils s’apprêtaient à faire.

- Bon écoute… on y va seulement pour faire du repérage là. On ne va pas risquer notre peau sur un coup de tête, sans savoir ce que ce service nous vaudra comme contrepartie. Donc on va voir ce qu’il en est, on revient faire un point, on négocie notre affaire, on s’équipe si besoin, et on y retourne.

Elle fit encore quelques pas dans la neige avant de reprendre, implacable.

- Cette fois si tu te décides à faire le héros en engageant un combat, je te laisse tout seul.

Et c’était vrai. Les pingouins, ils ne représentaient pas une menace réelle à ses yeux, ça n’a presque été qu’une banalité de s’interposer. Par contre s’ils devaient se trouver face à dieu sait quelle chimère dreamlandienne, elle y réfléchirait à deux fois avant d’entamer un assaut. Le souvenir d’Avok était encore trop frais dans sa mémoire : sans ses pouvoirs régénérant – et surtout sans la mauvaise jumelle – le colosse de chair aurait fini par la réduire en charpie. Cette fois Elie n’était pas là et l’adolescente le savait : ses pouvoirs n’étaient pas très utile quand il s’agissait de s’en prendre à quelque chose qui dépassait la taille humaine.

- Oh fais gaffe !!

Brusquement, elle s’était arrêtée en retenant son acolyte par le bras. Un monticule de neige dissimulait aux yeux des marcheurs un petit trou noir. Une de ces choses qui l’avait expédiée directement sur l’île de la mort la dernière fois. Mieux valait ne pas prendre le risque d’y mettre les pieds. Melena entreprit donc de le contourner, non sans observer un bon périmètre de sécurité, comme ci la distorsion spatio-temporelle risquait de se déplacer.  

Le soleil était à son zénith quand le duo de voyageur aperçut enfin les petites montagnes qui annonçaient que plus loin encore, ils trouveraient les monts infinis. Les rayons glissaient sur la neiger épaisse en se reflétant, un éclat aveuglant qui forçait la nécrophobe à mettre ses mains en visière. Très loin à l’horizon, elle apercevait les contours d’un bâtiment. Ce devait être le fameux « drag’éroport » dont lui avait parlé le lutin. Et effectivement, ce qui ressemblait à des rails magnétiques traçait un sillon dans la poudreuse à environ 60m de l’irlandaise et Alexander.

L’adolescente avait ralentit le pas. Ils venaient d’entrer en territoire hostile, c’était indéniable. Même si la neige continuelle effaçait les traces, ça et là dépassaient des mains humaines qui lui donnèrent des frissons d’angoisse. A quoi pouvaient bien ressembler les corps ensevelis ? Ce serait une piste pour savoir de quelle façon ce géant tuait ses victimes – les mangeaient-ils ? Mais Melena ne pouvait s’y résoudre. Elle allait demander à son ainé de s’y coller, mais aperçut une large  brèche dans le flan de la montagne la plus proche.

- Dis, murmura-t-elle, tu ne voudrais pas voir si tu peux… déterrer ce cadavre là, elle pointa du doigt un bras pointé vers le ciel qui dépassait, moi je… peux pas… désolé…

Un frisson secoua son corps frêle alors qu’elle rentrait un peu la tête dans les épaules. A cet instant, elle redevenait une ado. Soudain, elle entendit un cliquetis métallique. C’était faible, mais elle en était certaine. Ses yeux gris aux aguets, elle épia les alentours, mais il n’y avait rien. Rien d’autre que cette entrée noire au creux de la roche, à une trentaine de mètres.

Soudain, il y eu un grincement et une masse noire jaillit des ténèbres, semblant aussi lourd qu’une enclume. C’était une ancre, démesurément grande, attachée à une chaine épaisse à moitié rouillée et couverte de givre. Melena n’eut qu’un réflexe : se jeter sur Alexander pour l’écarter de la trajectoire et éviter qu’ils finissent tout deux écrabouillés. Ils roulèrent l’un contre l’autre sur plusieurs mètres dans la neige avant de s’immobiliser.

Le cœur de la jeune fille s’était emballé, martelant ses cotes fragiles. Elle se redressa en toussotant, secouant sa tête couverte de neige, et elle le vit, sortant de son antre en tirant à lui son grappin improvisé : Un colosse scaphandrier d’environ 3m de haut, large comme trois fois la nécrophobe, ses mains capables de l’attraper par la taille sans problème. Impossible de voir son visage, sa tête, ses épaules et son torse étaient protégés par son scaphandre, une carapace de métal rouillée épaisse et couverte de cristaux de glace. Le reste de son accoutrement, bien que souple, semblait être constitué d’un tissu plutôt résistant. Deux lueurs rouges brillaient derrière son hublot, glaçantes.

- Bordel de merde…, souffla Melena.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mar 1 Juil - 14:53

Melena s'arrêta en route pour lui donner les instructions, comme un sergent instructeur à des troufion de bas étage. Soit, il retrouvait un peu Melena dans cette attitude, mais elle n'avait pas tort. Il devrait faire avec ses demandes... Ou ne pas faire du tout. Il acquiesça, sachant très bien que si elle voulait le laisser seul, elle le ferait. Et maintenant qu'il était en si bonne compagnie....

Cela le fit sourire intérieurement. Jamais il n'aurait pensé qu'il serait revenu voir Melena après tout ce qui s'était passé, et qu'il aurait désiré l'aider du mieux possible. Mais c'est pourtant ce qui arrivait, et ce n'était pas si mal.

Soudain, la nécrophobe l'arrêta, et il put voir ainsi une espèce de faille, semblable aux nombreuses failles qui l'avait suivi depuis qu'il avait aidé les mages.

- Merci bien, je n'aurais pas voulu être téléporter on ne sait ou encore une fois.

Elle aurait pu le laisser tomber dedans, et elle ne l'avait pas fait. C'était donc pour lui un signe qu'il pouvait maintenant lui faire confiance, tout comme ce qui s'était passé durant la matinée.

Ils contournèrent l'obstacle, et continuèrent leur marche, jusqu'à voir au loin un bâtiment, qu'il supposa être une construction des lutins. Des rails étaient reliés à la bâtisse. A quoi pouvait servir cet endroit? De "gare" pour les touristes? De Station de skis? Peut lui importait, à ce moment-là.

Il regarda Melena, et suivit son regard. Des corps inanimés étaient sous la neige. Celui lui raviva la blessure de son enfance. Lui, enseveli sous la neige, et sa mère dans la même situation, plus loin, morte dans le froid... Qu'est ce qu'il aurait aimé la sauver...
Et quelque chose lui disait que ce n'était pas une cause naturelle qui avait causé cette "avalanche".

Melena lui demanda d'un ton hésitant de déterrer un cadavre, comme à une jeune fille. La jeune fille qu'elle était, avant. Il comprenait parfaitement ce qu'elle ressentait, vu qu'il l'avait ressenti ce matin. Il acquiesça et parti en direction du cadavre...

Soudain, il fut projeter au sol, et il sentir un corps de femme sur lui. Melena venait de le jeter à terre, mais pourquoi?

Il entendit le cliquetis métallique, et regarda dans la direction du bruit. Un géant... Mais un géant plongeur, armé d'une ancre et d'un équipement d'inspection sous-marine. Vraiment, il ne s'habituerait jamais à ce que Dreamland pouvait réserver. Il entendit sa compagne souffler un juron. Mais l'individu était en train de préparer son ancre une nouvelle fois, et il se releva prestement., courant pour attirer la créature.

L'ancre passa non loin de lui, et il du se jeter à terre. Le géant ne bougeait pas, ni ne disait mot, il reprenait son ancre avec une lenteur incroyable. Il décida de prendre ce qu'il avait sous la main dans sa hotte. Il trouva son point américain, et autre chose, qu'il sortit et regarda. Une gélule?

Mais il se rappela ou il était, et il commença à courir en direction du géant, qui se préparait à relancer son ancre vers lui. Il passa derrière lui, ce qui eut pour effet de mettre le géant dos à Melena, mais la créature fit balancer son arme improvisé vers Alexander, qui fut projeté en arrière. Il n'était pas si loin de Melena, et il se rapprocha d'elle en courant, bien qu'un peu affaibli par le coup d'ancre. Le géant se tournait lentement. Il crut entendre à un moment comme un bruit aquatique, comme si il respirait sous l'eau. Il se dit que c'était son imagination, et il cria pour se faire entendre de Melena.

- Bon on fait quoi?!? Il nous laissera pas partir si facilement, mais il est lent! On se replie?

L'ancre arriva à quelques mètres de lui, il décida de courir à nouveau vers la nécrophobe, tout en ayant une idée. Il lui mit dans la main la gélule, tandis que le géant armait son bras.

- C'est une gélule Bonleurre! Cela devrait l'occuper si on doit fuir, en espérant qu'on ai de la chance avec le leurre

Il savait qu'il y avait un risque double. Soit le leurre fonctionnait, et ils pourraient s'en aller... Soit, le leurre allait essayer de les attraper. Mais elle devait faire vite.

Il purent esquiver un autre assaut de leur ancre. Bon sang, pourquoi un plongeur?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mar 1 Juil - 17:56

*Garde la tête froide Melena, garde la tête froide* se répétait-elle en boucle pour empêcher son pouvoir morbide de se déclencher. Elle avait peur : peur de mourir, comme chaque fois qu’une créature chimérique menaçait de la réduire en pièce. Heureusement qu’Alexander prit l’initiative d’occuper le colosse parce qu’il lui fallut de longues secondes avant qu’elle réussisse à redescendre sur terre. Le moment où son acolyte lui demanda s’ils allaient se replier.

- Non, bien sûr que non, marmonna ironiquement l’adolescente, j’ai l’air d’avoir de quoi tuer une chose pareille.

La gélule qui lui fut remise suscita un instant d’espoir qui retomba aussitôt. De la chance ? Non. Ils ne pouvaient remettre leur destin à la chance. Ils ne DEVAIENT pas remettre leur destin à la chance. Bien sûr elle jouait toujours son rôle, inévitablement, alors pas la peine de lui en rajouter. Après avoir évité in extremis le nouveau lancé de ce géant agressif mais peu bavard, Melena rendit sa gélule au frigophobe en serrant les dents de détermination.

- Laisse tomber, je m’en charge.

Son odorat de nécrophage lui rapportait la présence des cadavres qu’elle ne voyait pas. Il y en avait beaucoup. Tandis qu’il rappelait lentement son ancre à lui, l’irlandaise aurait juré qu’en fait, une voix caverneuse et incompréhensible s’élevait du scaphandre, mais pas le temps d’y réfléchir. Faisant abstraction du cliquetis métallique, elle se concentra intensément, visualisant les charognes qui se mouvaient… jusqu’à ce que ce soit le cas. Deux des plus proches du géant, celles dont les bras dépassaient, s’étaient relevées avec lenteur, les membres un peu raidis par le gel, mais ça suffirait. L’une était manchot, l’autre décapitée.

Sans perdre le fil de son pouvoir, elle murmura un « on recule » tout en faisant un pas en arrière. Ses pantins ne parlaient pas, mais ils s’étaient agrippés aux jambes du colosse, parodies d’enfants harcelant leur père. L’un d’eux fut balancer d’un coup de poing, l’autre tenta de mordre le tissu juste au dessus des bottes. Impossible de savoir si le scaphandrier avait eu mal, mais il saisit brusquement le cadavre pour l’envoyer valser contre la montagne.

La moitié de ses os s’étaient disloqués sous le choc mais qu’importe : il était mort. Infatigable, uniquement portée par le pouvoir d’une Melena qui ne cessait de s’éloigner à reculons, il repartit à l’attaque. De l’autre coté, la charogne décapitée entrait docilement dans le coffre que l’irlandaise avait fait apparaître. Les voyageurs étaient désormais suffisamment loin, elle allait relâcher le contrôle.

C’est ce moment que choisit le scaphandrier pour lancer ce qui pouvait être déterminé comme un grognement de colère. Le sol frémit un instant et un geyser explosa juste sous les pieds de la marionnette désarticulée de la nécrophobe. Celle-ci avait été littéralement pulvérisée par la force de la pression. L’adolescente n’eut même pas le temps d’être surprise, une migraine atroce perça si violemment son encéphale qu’elle tomba à genoux, prise de tremblements incontrôlables. Contrôler deux cadavres en même temps… elle ne l’avait encore jamais fait de façon aussi intensive : le prix à payer était lourd.

- Je vais bien, c’est bon, assura-t-elle à Alexander alors qu’elle peinait à se remettre debout.

Heureusement ils étaient désormais hors d’atteinte du géant qui retourna dans sa tanière. Comment le vaincre ? Là était la question. Car s’il pouvait être blessé à travers le tissu – ils ne le savaient pas encore – il faudrait sans doute atteindre sa tête ou sa poitrine pour l’achever. Deux parties de son corps impossible à toucher dans l’état actuel des choses.

Sa tête lui faisait si mal qu’elle marchait au ralentit, obligée de s’accrocher sans s’en rendre compte au bras d’Alexander. Pourtant, son esprit tournait encore. Du bout des lèvres, elle souffla :

- On ne pourra… pas percer son scaphandre, il faut le casser d’abord… je ne serais même pas sûre que les explosifs fonctionnent mais par contre… l’azote liquide… on rentre s’équiper,... on négocie notre contrepartie, et on revient.

Elle songea aussi que peut-être Dreamland ne connaissait pas l’azote liquide. Peut-être ses propriétés étaient différentes ici ? Peut-être que la substance chimique ayant la même capacité avait un autre nom ? Qu’est-ce qu’elle en savait ?!

- Si ça ne marche pas… on aura qu’à le faire tomber dans un trou noir, compléta l’adolescente avant de tourner de l’œil.

Quand elle se réveilla, elle était par terre. Essayant immédiatement de se relever malgré la douleur qui martelait ses tempes, elle assura faiblement :

- T’en fais pas, je vais bien. J’ai connu pire.

Et c’était vrai.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Mer 2 Juil - 9:35

La jeune fille ne voulut pas utiliser la gélule, et elle la lui rendit entre deux lancer. Cependant, il ne comprit la scène qu'en la voyant. Soudainement, des bras en état de décomposition avancé étaient en train de bloquer le géant scaphandrier, tandis que la jeune fille lui intimait de reculer, et qu'elle reculait lentement. Ses pouvoirs avaient grandis à ce point-là? Comment était-ce possible? Comment pouvait-elle... Ramener des morts à la vie et les contrôler?

Le géant se débattait et envoyait valser les membres, mais à quoi bon? C'était des morts-vivants! Tant que la jeune fille les contrôlerait, ils seraient en sécurité, pensa t-il. Cependant, elle avait un air concentré, et avait apparemment beaucoup de mal à maîtriser ces créations diaboliques.

Cependant, le plongeur n'avait apparemment pas dis son dernier mot, car il fit monter la vapeur avec une telle intensité qu'un cadavre proche disparut tout simplement. Mais ce qui le préoccupa le plus à ce moment-là, ce fut Melena qui tomba à genoux, tremblant comme si elle était congelé. Elle se leva difficilement, tout en déclarant qu'elle allait bien. Bien sûr, elle allait bien, elle venait juste de tomber d'un coup au sol et tremblait bien plus qu'une personne atteinte de Parkinson, mais à part ça, c'était la fête.

- Ne soit pas idiote, je vois bien que ça ne va pas.

Elle continuait à marcher, lentement, tout en se tenant à son bras. La jeune fille était mal en point, mais elle avait réfléchi à un moyen d'attaque. Soit de l'Azote liquide, soit un trou noir... Il ne voyait pas vraiment pourquoi elle voulait se servir d'azote liquide. Il n'avait jamais été bon en chimie. Quand au trou noir... Il y en avait bien un, mais l'emmener jusque là? Et puis, ce n'était que déplacer le problème. Ce serait à utiliser qu'en dernier recours.

Melena tomba à terre subitement. Alexander prit son pouls. Elle s'était apparemment évanoui, mais comment en être sûr? C'était à son tour d'aider sa nouvelle amie.
Il la souleva et la pris dans ses bras, bien que difficilement avec l'absence de sa seconde main, et commença à avancer vers le village. Si jamais ils trouvaient ce qu'elle voulait, il faudrait tout de même s'approcher de la bête. Et vu l'état de faiblesse dans laquelle elle se trouvait, ce serait à lui de se charger de l'approche rapide du monstre. Mais même en étant rapide, il n'était pas sûr d'être assez proche de la créature. Il lui vint une idée, en pensant à ce qui pouvait les aider dans son sac.

Il sentit Melena grogner, et il la reposa à terre. Il pensa à ce moment-là que s'il avait toujours voulu se venger, il aurait pu le faire maintenant, tant qu'elle était encore faible. Mais elle l'avait sauvé, et puis, avec tout ce qu'ils avaient vécus...

Elle se réveilla, assurant qu'elle allait bien tout en se levant encore une fois avec difficulté, en prétextant qu’elle avait vécu bien pire que cela. Peut-être, mais c'était avant, et à l'heure actuelle...

- Peut-être, mais j'ai dû te porter sur un bout du chemin. Tu as besoin de repos. On rentre, on se repose et on y retourne, si cela ne te gêne pas.

Ils marchèrent en direction du village, puis il se tourna vers elle.

- Tu n'aurais pas dû te risquer ainsi! Tu m'as fais des reproches tout à l'heure pour le même genre de chose, mais tu es plus importante et plus utile ici que moi! Ne te sacrifie pas comme ça.

Puis il secoua la tête, et reprit.

- Peu importe, excuse-moi. Que compte-tu faire de l'azote liquide? Je ne vois pas l'utilité, pas eu de cours de chimie quand j'étais plus petit... Si cela nécessite de se rapprocher, en tout cas, j'ai bien une idée derrière la tête...

Une idée qui lui déplaisait plus que ce qui s'était ce matin, peut-être pas. Mais ce n'était pas loin de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: La mort & la glace   Jeu 3 Juil - 7:45

Le babillage d’Alexander n’aidait pas son mal de crâne, même si le temps qu’elle avait passé inconsciente semblait l’avoir un peu calmé. A l’idée qu’il l’ait portée pendant un moment, elle se renfrogna. Elle n’avait pas envie de lui être redevable, pas à lui, ni personne.

- Je ne me suis pas sacrifiée, trancha Melena froidement, je nous ai simplement offert une porte de sortie plus efficace qu’une gélule qui fonctionne à la chance. J’avais encore jamais vraiment manipulé deux cadavres à la fois, je me suis laissé surprendre par le contrecoup, voilà tout.

Elle était désagréable, et elle le savait. Un « merci » aurait plutôt été le bienvenu, mais sa fierté l’en empêchait. Il n’avait qu’à la laisser dans la neige, voilà ! Le géant ne l’aurait pas trouvé de toute façon, elle s’en serait sortie. Pinçant l’arrête de son nez dans l’espoir que ça estompe un peu la douleur qui lui serrait la tête, l’irlandaise reprit un peu moins durement :

- Je sais pas trop… j’ai juste l’intuition que même des armes explosives types grenades ne détruiraient pas son scaphandre. L’azote liquide c’est de l’azote… bah liquide quoi, elle poussa un soupir, c’est tellement froid que ça rend n’importe quel matière, ou presque, hyper fragile. Du coup une bonne dose sur sa tête, et son scaphandre deviendrait friable.

C’était une très bonne théorie, mais la pratique restait encore différente. Melena fit quelques pas, ses jambes alourdies par la migraine, avant qu’elle ne se décide à confier ce qui lui trottait dans la tête :

- Mais en fait, c’est une idée comme ça… on a aucune garantie que l’azote liquide existe en tant que tel à Dreamland, ni que les lutins en ont. Et si jamais c’est le cas, il faudra savoir comment le transporter pour que ça soit une arme opérationnelle…

Elle haussa les épaules. « En fait, c’est une idée de merde » voulut terminer l’adolescente. Effectivement, son plan était beaucoup plus réaliste sur le papier que dans la réalité. Dans l’état actuel des choses en tout cas, ça lui paraissait compliqué ; mais rien n’indiquait qu’elle ne songerait pas à mieux durant leur pèlerinage, ou une fois à destination.

Le soleil déclinait lentement, trop peu enclin à s’attarder sur les Terres gelées. Tout comme la nécrophobe, il ne devait trouver aucun intérêt à ce désert de glace, si ce n’était que la beauté du paysage. Le calme aussi peut-être. Dans ce no man’s land sans vie, le silence était délicieux, reposant. Affamée maintenant que sa migraine ne massacrait plus impitoyablement son encéphale, l’irlandaise sortit deux barres de céréales de ses rations de survie. Après avoir mordu dedans à pleine dents, elle décida de reprendre la parole… comme pour rassurer le frigophobe sur le fait qu’ils trouveraient bien une idée :

- Je me suis déjà battu contre un géant… j’étais avec Elie et Ace. Il était pire que celui-là : plus grand, plus gros, il avait plein de pouvoirs et il était pratiquement immortels.

Avok… qu’est-ce qu’ils en avaient bavé. Tous les trois. Le pyromane avait été à moitié cramé, Elie avait perdu un doigt, Melena s’en était sortie avec quatre cotes et un bras cassé. Ouai ce jour-là, elle aurait pu y rester – encore – mais ses pouvoirs morbides les avait tous sauvés. Qui pourrait se douter que la jeune fille qu’elle était n’était de ce monde que parce qu’elle s’était nourrie de cadavres ?

- Le scaphandrier là, c’est rien, finit-elle, suffit de trouver sa faiblesse, et on l’aura. Toutes les créatures en ont une.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort & la glace   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort & la glace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Onirique :: Terres Gelées-
Sauter vers: