AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Bah dis-donc, ça caille hein ?!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Ven 22 Juin - 21:29

Viens de : Vous nous avez manqué... ou pas

De retour à sa place, Selene ne prêta plus spécialement attention à ses camarades – à nouveau plongée dans son livre – jusqu’à ce que la chouette de Dakota vienne leur apporter un mot signifiant qu’elle était déjà dans les Terres gelées. Au moins, la maladresse de Jake leur avait fait gagner du temps vu qu’ils n’avaient pas eu à attendre des heures inutiles à Gloutoniskïa, mais la phobophobe n’avait pas indiquer des coordonnées précises pour la retrouver. Le village du père Noël n’était pas aussi grand que la métropole magique, c’était une chose, mais de là à y retrouver une personne sans indication, c’était un peu difficile.

- Attends, attends ! s’exclama la rouquine à la chouette, sans savoir si elle l’attendrait.

Après tout, dans Harry Potter, les hiboux pouvaient parfois revenir avec des réponses, alors peut-être que c’était le cas à Dreamland ? Sans doute, puisque le rapace n’était pas reparti mais attendait sagement en dévisageant la toquée de ses grands yeux. Tandis que James se levait pour préparer sa sortie dans le blizzard, la galloise attrapa d’abord son carnet et son crayon. Elle en arracha une page vierge et se rassit pour griffonner rapidement de son écriture fine :

« Bonjour Dakota. J’ai eu un petit souci à ma pause au travail, mais j’ai retrouvé James et Jake à Gloutoniskaïa. On va bientôt atterrir dans les Terres gelées là, on arrive au plus vite. Est-ce que tu pourrais nous indiquer un endroit précis où te retrouver pour que ce soit plus simple ?

A bientôt,
Selene. »


L’adolescent n’était pas entièrement convaincue de son message, notamment parce qu’elle et la blondinette ne s’étaient pas quittées dans les meilleures conditions possibles, mais ça devrait aller. L’essentiel y était en tout cas et connaissant la destinataire, il ne devait pas y avoir besoin de plus. Simplement par oubli, ou par maladresse – mais aucunement par mesquinerie – Selene ne pensa absolument pas à demander au psychotique s’il souhaitait rajouter quelque chose pour son amie. Ce dernier était occupé à protéger sa poule en l’emmitouflant dans sa couverture, alors la rouquine attacha son message à la patte de la chouette et la laissa s’envoler pour quitter la cabine aussi furtivement qu’elle était venue.

Une fois le dra-car posé, la toquée enfila son manteau d’hiver, ses mitaines, son écharpe, son bonnet, cala sa poupée vaudou dans une poche, prit son barda sur son dos, et sortir dans le blizzard. Il faisait déjà nuit ici et par une telle intempérie, ni la lune ni les lampes tenues par les guides ne pouvaient réellement être d’une grande utilité. Les voyageurs étaient tous regroupés et les hôtesses recommandaient continuellement de progresser doucement sans s’écarter des autres. Malgré l’encadrement du personnel qui encerclait littéralement leurs clients pour assurer la progression dans des conditions aussi critiques, Selene n’était pas confiante, et elle avait froid.

Une main attrapa la sienne. Elle sursauta d’abord, un frisson glacée traversant sa colonne, puis elle s’aperçut que les cinq doigts refermés sur les siens appartenaient à James. La température extrême empêcha ses joues blanches de rosirent, mais elle baissa ses yeux noisette, emboitant le pas à son ami sans un mot. Ce contact était agréable, rassurant, chaud malgré la météo. Elle avait l’impression qu’elle ne pourrait plus se perdre comme ça, qu’elle ne serait pas seule.

Progresser était dur pourtant. La galloise ne voyait rien de rien, si ce n’est le halo flou des lampes appartenant aux hôtesses et stewards les plus proches, ainsi que les quelques personnes devant elle. Qui plus est, elle était frigorifiée. Ses vêtements n’étaient évidemment pas assez chauds pour des températures si extrêmes. Ses orteils étaient déjà au point de lui faire atrocement mal, comme le bout de ses doigts et la pointe de son nez. Sa main se resserra sur celle de James, point d’encrage qu’elle n’aurait lâché pour rien au monde dans cet instant.

- J… ai… t… trop fr… froid, lâcha-t-elle machinalement, sans doute pas assez fort pour couvrir le bruit des rafales de vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Sam 23 Juin - 19:29

À partit du moment où James lui répondit qu'il le considérait comme son ami, Jake se sentit bien, et il se dit que la première barrière était franchie, on l'avait accepté. Malgré toutes les erreurs qu'il avait faites et tous les conflits qu'il avait plus ou moins engrangé, on le considérait comme un ami, on l'aimait avec ses défauts. C'était tellement bien de savoir ça, même si la relation amicale était forcée par le fait qu'ils soient tous voyageurs, la cohésion devait perdurer. Jake mis donc ses vêtements chaud, donc son manteau rouge, et avec son non rasage de la veille, un peu de barbe apparaissait. Il mit son écharpe, mais ne pouvait pas mettre son bonnet, car il allait être totalement foutu. Il risquait ainsi les engelures s'il s'exposait trop au froid qui régnait dehors.

Et c'est à peu près à ce moment-là qu'ils sortirent du dra-car et que la panique commença. C'était pas tout à fait de la panique, mais de la crainte pure et simple. Ce qui s'était passé à l'orphelinat lui revenait en mémoire seconde par seconde comme un flash-back imposé. Dans ce laps de temps, ses cheveux tournèrent au givre, et son regard perdit de son intensité. Tout l'être joyeux qu'il avait pu être disparut, et pendant que le froid lui fouettait le visage, Jake était comme sans pensées, dans une sorte d'état second, à grelotter et à regarder désespérément les pieds des autres pour essayer d'être guidé et de ne pas se perdre dans le blizzard.

Il était en état total de dépendance, et c'était une chance qu'il arrive à marcher avec une telle température. Il sentit un mouvement devant lui, une main en rencontrant une autre. Il ne savait pas à qui ces mains appartenaient, mais Jake avait besoin d'un contact, il était désespérément seul à ce instant, il ne savait que faire, seuls ses pieds et son cerveau le guidaient, mais son esprit était en mode off. Jake tenait grâce aux réflexes que son corps enchaînait machinalement. Ses pas étaient courts, et le rythme rapide pour continuer de faire la même distance que les autres. Mais ce qui ne fallait pas qu'il arrive arriva, et les pieds de Jake s'emmêlèrent, et il se ramassa dans la neige.

Il se fit mal, même en se réceptionnant sur ses poignets, son corps heurta la neige. Mais le froid ambiant avait fait qu'une couche de glace se cachait sous cette neige, et même l'eau dans sa bouteille commençait à geler. Il essaya de se relever, mais son corps n'arrivait pas à se relever, et son visage commençait à faire un mal énorme. Il avait l'impression qu'on lui avait collé une plaque de glace sur le visage. Il essaya de lancer un cri d'aide, mais rien ne sortit de sa bouche, il essaya à plusieurs reprises mais toujours rien.

Il sentit que quelqu'un essayait de le relever, et puis ce fut le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Sam 23 Juin - 20:04

Malgré ses nouvelles chaussures et son manteau James avait très froid et il lui suffit de jeter un oeil à ses deux compagnons pour s'apercevoir que c'était le cas pour eux aussi. A travers les rafales de neige Jake était très pâle et sa chevelure était aussi glacé que sur le sol sur lequel il marchait. En parlant de marche, l'adolescent fut stoppé lorsqu'il ne sentit plus celle du jeune homme dans sa main. Il serra celle de Sélène pour lui faire signe de s'arrêter. Ce n'était pas normal, son ami ne pouvait pas avoir disparu d'un coup ! Le voyageur chercha à travers la neige, essayant de l'appeler à travers son écharpe qui protégeait son visage du froid.

James plissait les yeux lorsqu'il vit quelque chose qui sortait du sol comme un gros rocher mais une couleur plus vive se distinguait d'une pierre. L'adolescent entraîna Sélène avec lui vers la masse morte et écarquilla les yeux en voyant qu'il s'agissait de Jake. Il s'agenouilla après avoir lâché la rouquine et secoua l'homme glacé :

- Jake ? Jake réveille toi ???

Il ne devait pas rester ici où il allait mourir. C'est toujours ce que les gens disaient dans les films quand quelqu'un allait s'endormir dans le froid. Mais comment le bouger ? Si seulement il pouvait le transformer en peluche il serait plus facile à transporter. Il pouvait très bien imaginer à quoi il ressemblerait. Un tout mignon petit ours bleu et rouge. Bleu pour le froid, et rouge pour le feu. James l'avait fixé de ses yeux inquiets, concentré pour réfléchir et Jake se transforma alors en peluche. L'adolescent jeta un regard à droite et à gauche mais aucune trace de Jules. En même temps avec cette neige on ne voyait rien. Enfin, ce changement était temporaire alors il valait mieux se dépêcher.

James prit la peluche et entrouvrit son manteau pour la glisser à l'intérieur, sa tête coincé entre le col et l'écharpe pour le laisser respirer lorsqu'il reprendrait connaissance. C'est en voulant repartir que James se rendit compte qu'il n'était plus que tous les trois. La neige devait avoir déjà recouvert les traces de pas des autres. Il n'avait donc pas d'autres choix que de continuer par eux même en espérant ne pas tourner en rond. Il devait bien y avoir un moyen de trouver ce village, les guides ne devaient pas aller à l'aveuglette.

- A gauche, à droite ou tout droit...?

Demanda t-il à Sélène. Ne pas oublier que James n'avait aucun sens de l'orientation et serait capable de se perdre dans un grand magasin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Sam 23 Juin - 22:22

Soudainement, une rafale beaucoup plus forte que les autres avait soufflé, brisant le groupe surveillé de près par les agents du voyage. Ce fût suffisant pour que Jake s’écarte dans sa torpeur maladive et s’affale dans la neige, pratiquement hors de vision de tout le monde. Selene se figea lorsque la main de James l’incita à s’arrêter, bien qu’elle regardait avec effroi le reste des voyageurs progresser sans eux. Personne ne s’était aperçu qu’ils manquaient à l’appel et bientôt, dans la tempête de glace qui faisait rage, plus rien ne serait visible qu’un rideau blanc qui les encerclait sur un fond de nuit.

La galloise s’aperçut que le thermoréactif était à terre. Une foule de craintes dégringola alors dans son esprit d’adolescente parfaitement pas préparée à ce genre de situation. Dans son livre des castors juniors, ils expliquaient bien comment survivre par grand froid, mais ils disaient aussi qu’il ne fallait pas rester dehors pendant un blizzard ! Malheureusement, elle n’avait aucune option d’abri en vu, et voilà qu’elle et le psychotique allaient devoir trainer un point mort de leurs petits bras frêles.

Ou pas, car James fit astucieusement usage de ses pouvoirs pour transporter plus facilement leur comparse inconscient Ce point était résolu, mais il n’empêche que désormais, le groupe du dra-car était bien trop loin pour être visible. La rouquine aperçut juste une ultime fois la lueur flou d’une lanterne, et ne restait plus qu’un désert de neige hostile et blanc. Quand James lui demanda la direction, elle pointa d’un doigt presque violacé l’endroit où elle avait vu la lumière disparaitre, incapable d’émettre un son tant ses dents claquaient.

Avant de partir, elle fit l’effort de descendre sa hotte de son dos pour en sortir sa boussole, sa lampe torche, son coupe-papier et son pistolet cheddar. Elle rangea les deux derniers dans une poche de son manteau – qui sait ce qui l’attendait dans les environs – et consulta sa boussole pour savoir le cap qu’ils allaient devoir garder.

- N… Nord-est…, réussit-elle à articuler, c’est p… par là q… qu’ils sont partis.

Malgré sa lucidité évidente, Selene était morte de trouille. Son cœur battait douloureusement dans sa poitrine et sa pâleur n’était pas seulement due à la température. Ses paupières aux cils couverts de flocons lui faisaient mal, elle les ferma quelques secondes, le temps de se concentrer pour empêcher son premier pouvoir de se déclencher, puis elle attrapa le bras de James avec le sien. Au diable sa réticence aux contacts physiques pour l’instant, ainsi que la crainte d’être jugée envahissante : s’ils devaient se débrouiller seuls dans la tempête, il fallait qu’ils restent très proche pour à tout prix éviter de se séparer. Elle alluma sa lampe torche dont le faisceau pratiquement inutile dansait au rythme des violents tremblements qui secouaient ses mains, puis déclara en voulant surtout se rassurer elle-même :

- On v… va trouver, t… t… t’inquiète p… pas.

La galloise commença alors à marcher, ses rangers s’enfonçant profondément dans la neige. Ce jour serait certainement à inscrire parmi les pires aventures qu’elle avait vécues à Dreamland. Jamais elle n’aurait pu imaginer traverser ce genre d’épreuve et à vrai dire, elle attendait encore le miracle. Comme si ce n’était qu’un rêve banal et qu’au bout d’un certain nombre de pas dans le désert gelé, elle se réveillerait. Saine, sauve et au chaud.

Toutefois, ça n’arriva pas. Au contraire, la lampe de Selene éclaira une large cavité sombre juste avant qu’elle ne mette le pied dedans. Surprise, elle avait resserré sa prise autour du bras du psychotique jusqu’à lui couper la circulation sanguine. Écarquillés de terreur, ses yeux ternes restaient figés sur le vortex, alors qu’elle se souvenait parfaitement le piège qu’ils recelaient.

- F… Faut… faire atten… tion, dit-elle presque uniquement pour elle-même, s… si on tombe d… dedans, on se r… retrouvera ailleurs…

La toquée consulta sa boussole pour garder le cap et initia la remise en route, toujours nerveusement agrippée à son ami. Elle n’osait pas le regarder et le rouge tentait en vain de se frayer un chemin jusqu’à ses joues blêmes. La peur au ventre, l’adolescente préférait imaginer des épouvantails, seuls icônes capables de la rassurer dans une situation pareille. D’ailleurs, elle plongea une main dans sa poche pour sentir les contours de sa poupée vaudou. L’envie d’en faire apparaitre un quelque part était dévorante, mais elle n’en avait aucun moyen là. Elle devait se contenter de ruminer intérieurement, ses agitations nerveuses de toquée confondues avec les tremblements dus au froid.

Selene n’aurait sut dire depuis combien de temps ils marchaient lorsqu’enfin, elle crut deviner au loin des halos flous au travers le rideau blanc qui n’était autre que les lumières du village du père Noël. En plein sur leur chemin, une silhouette se dessina alors. Un sourire étira ses lèvres gercées et douloureuses : elle crut d’abord qu’il s’agissait d’un steward de l’avion revenu les chercher, mais se rendit très rapidement compte que la hauteur et la largeur de l’inconnu n’était pas banal. Au moins 2m30 et une carrure qui évoquait facilement un bodybuilder trapu. Lorsqu’elle vit deux pupilles luminescentes qui perçaient le blizzard, une idée peut-être pas totalement stupide éclos dans la tête de la rouquine, la figeant sur place de terreur : le Yéti… ou l’Abominable homme des neiges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Dim 24 Juin - 15:43

James suivit l'indication du doigt pointé devant lui. Ce n''était pas comme si elle sortait une direction au hasard. Sélène sortie des objets de sa hotte qui en effet pourrait s'avérer utile pour la suite. Lui, il n'avait jamais réussit à lire une boussole, une carte c'était déjà assez limité. Ils partirent donc bras dessus bras dessous, tant mieux comme ça James pouvait mettre ses mains dans ses poches. Malgré son écharpe il allait l"impression que un dentiste lui avait anesthésier la mâchoire. Il la sentait à peine et même si il aurait voulu dire quelque chose ça n'aurait été que phonétiques. Le trio croisa des cavités sombres que l'adolescent avait déjà croisé à son retour et il n'avait pas envie de tomber dedans même si ils y échappèrent de peu plusieurs fois grâce à la lampe. Le blizzard cachait tout et James se demandait si le village apparaitrait un jour.

Là bas il y avait Dakota qui devait les attendre avec impatience ou inquiétude. La peur d'avoir peur de ne jamais revoir son ami peut être ? Lui aussi avait cette peur qui le tenaillait et heureusement que Sélène était là car sinon, tout seul, il se serait déjà arrêté dans un coin en attendant que la neige se calme. Mais celle ci ne semblait pas vouloir s'atténuer à son plus grand regret. Après cette épisode jamais il ne pourrait voir la neige du même oeil. Lui qui adorait la voir tomber à Noël.

Tout son corps étaient gelées et quémandaient un bon bain chaud. Il devait forcer ses genoux de se lever pour continuer de marcher, ses rangers s’enfonçant dans la neige, pétrifiant encore plus ses pieds. James avait presque envie de demander si ils étaient bientôt arrivés, mais savait que Sélène ignorait la réponse. Jake était toujours inconscient dans son format peluche sous son manteau. L’adolescent plissait les yeux pour regarder autour de lui, un signe de lumière comme un phare pour lui donner espoir. Lorsqu'il lui sembla distinguer à travers les rafales blanches comme Sélène, un soulagement le réchauffa un peu. Il était cependant trop tôt pour se réjouir car un géant, du moins vu l'endroit où se tenait ses yeux s’était mit devant eux.
James se stoppa net, un cri restant bloqué dans sa gorge alors que ses jambes subissait le même sort. Elles semblaient être un bloc de glace refusant de courir. Dans sa tête une voix de lui disait de bouger son cul mais il restait planté là, accroché à Sélène. Ce ne fut que lorsqu'il entendit comme une sorte de rugissement qu'il redescendit sur terre puis plaqua Sélène et lui même au sol évitant de justesse une grosse main. Il fouilla dans la poche de son pantalon et en sortie son coupe papier. De l'autre main il prit celle de Sélène, s'assura que Jake était toujours à sa place et se redressa sur ses deux jambes. Le stress monta dans ses veines mais Jules ne lâcha pas Sélène pour autant. Il la poussait pour la faire avancer afin d'éviter le yéti ou peu importe ce que c'était.

Le voyageur essayait d'écouter, de ne pas perdre de vue les lumières du village qui parlait en morse. Jules recula et percuta quelque chose qui avait l'air doux et soyeux. Il sortie la lame du coupe papier et donna un coup dans le membre du monstre.

- C...court...!

Le froid lui brûla la gorge tellement il l'avait crié et exécutant ses propres paroles il embarqua Sélène dont il tenait la main vers les signaux lumineux qui traversaient le blizzard. Ses pieds s’enfonçaient à peine dans la neige pour la quitter avant de recommencer le même mécanisme. Il n'avait même pas peur non, l'adrénaline le faisait bouger et c'était bien connu, faire du sport donnait chaud. Même avec une chose qui vous courait après totalement énervé. Jules se stoppa d'un coup et ouvrit son manteau juste à temps car Jake retrouva son apparence normal. Il marmonna et baissa pour hisser l'inconscient sur son épaule non sans une grimace pour ses muscles refroidies. Plus surchargés, il était moins rapide lorsque les deux reprirent leur course mais le village apparaissait de plus en plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Dim 24 Juin - 17:13

Le rugissement qui perça la nuit la fit sursauter alors qu’une masse – qui n’était autre que le corps de son ami – la força à se jeter au sol. La neige amortit sa chute, mais la peur se déversait dans son encéphale comme un liquide brûlant qui la rendait incapable du moindre geste. La main qui la força à se relever était plus ferme, plus vive que celle de James. L’adolescente devina que Jules devait avoir prit la place du psychotique, mais elle se laissa entrainer par son sauveur qui tailla de son épée dans la chair de la créature. Celle-ci hurla, cri bestial qui déclencha suffit à déclencher le premier pouvoir de la toquée.

Une moitié de son corps était alors empaillé, insensible au froid mordant qui tétanisait les muscles de ses jambes, mais malheureusement : les rafales de vents la bousculaient beaucoup plus sévèrement que sous sa forme humaine. Elle fut déstabilisée, sa main-branche échappa à l’emprise de Jules, et tomba rouler dans la neige sur plusieurs mètres. Selene ne voyait plus rien pendant ses tonneaux, perdue entre ciel et terre, enveloppée d’un blizzard meurtrier.

- JAMES ! appela-t-elle avec détresse.

La terreur était à son comble. La galloise s’empressa de se relever, sa boussole perdue dans le désert glacé. Elle voyait toujours sa lampe torche, mais était parfaitement incapable de la saisir sous sa forme d’épouvantail. Un nouveau rugissement déchira la nuit, sans savoir exactement d’où il provenait, et elle se remit à courir. Tout ce qu’elle pouvait faire était se rapprocher de ces halos clignotant, provenant ses nombreuses décorations lumineuses de la ville du père Noël. Encore une fois par réflexe, l’adolescente hurla le nom de son ami avant d’être balayée par une nouvelle rafale de vent.

Si elle avait pu pleurer, elle serait certainement en train de verser de grosses larmes de terreur, mais le sac de toile qui remplaçait son visage rendait impossible toute émission lacrymal. Luttant pour se relever, l’ombre épaisse de la créature se dressa de toute sa hauteur, ses yeux jaunes fulminant de rage. En guise de dernier espoir motivé par la peur, la toquée activa la bague fixée autour d’une des branches qui lui tenait lieu de bras. Sa faiblesse s’évapora, laissant à la place une mentalité gorgée de rancœur et de haine, mais lucide.

Roulant vivement sur le coté, aidée par ses réflexes accrus, elle évita de se faire attraper par une main énorme qui n’enserra qu’une poignée de neige. Ses ailes de fées s’étaient extirpées de son corps empaillé, mais il était impensable de les utiliser par un temps pareil ; elle ne gagnerait qu’à être ballotée avant de s’écraser joyeusement. (Dark)Selene pestait mentalement contre sa métamorphose qui l’empêchait de disposer de toutes ses facultés, comme celle de pouvoir manier son épée.

Luttant de toutes ses forces contre les bourrasques qui cherchaient à emporter sa carcasse légère, l’adolescente nourrit par le pouvoir de sa bague bondissait furtivement, ignorant la douleur de ses jambes glacées, jusqu’à heurter une silhouette heureusement beaucoup plus petite que celle du monstre qu’elle avait au trousse. Tombant – encore – au sol avec son obstacle humain, elle aperçut son visage derrière l’écharpe qui l’enveloppait :

- Encore toi ! râla-t-elle machinalement, avant de se souvenir que Jules l’avait quand même emmenée avec elle, alors qu’il aurait pu l’abandonner, bon amène toi, faut qu’on atteigne la ville avant qu’il nous attrape !

La galloise se remit sur pieds pour la troisième fois en – trop – peu de temps, et se mit à courir en pôle position. L’effort de braver le blizzard à toute vitesse tout en luttant contre les rafales était épuisant et alors que les contours de leur destination étaient enfin visibles, Selene interrompit prématurément la magie de sa bague d’une Unseelie. Plus encore qu’un simple coup de fatigue qui tombait engourdir ses membres, elle eut un vertige anormal, comme à Gloutoniskaïa, et s’écroula juste devant Jules. C’était la fois de trop : ses jambes uniquement recouvertes d’un collant en laine étaient tétanisées par le froid et ses forces l’avaient pratiquement abandonnée. Les lumières étaient si proches pourtant, si proches…

====

HRP : Juuuules, sauve une damoiselle en détresse ! =3 lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Dim 24 Juin - 18:53

Jules fixait la silhouette de la rouquine qui s'était écroulé piteusement. Comment dire ? Jules avait l'impression que cette fille se foutait de sa gueule tellement cela paraissait être une blague. Sans s'en rendre compte il l'avait perdue et elle lui était tombé du ciel, avait râlé que c'était lui avant de lui lancer un ordre. Et maintenant la voilà, la tête dans la neige. Jules était tenté de la laisser ici pour lui apprendre mais se dit que James vivrait très mal la disparition de Sélène. Déjà, que ça lui faisait mal d'avoir récupéré l'autre homme...seulement le voyageur n'était pas Hulk et il avait très peu de temps avant que le monstre n'arrive. Il pouvait déjà entendre sa colère porté par le vent violent. Il soupira et se concentra pour transformer l'adolescente en peluche mais rien ne se passa.

- Génial...

Une main posé sur Jake pour qu'il ne glisse pas, l'autre alla retourner Sélène pour la mettre sur le dos et saisi sa capuche pour la tirer derrière lui en essayant de marcher le plus vite possible. Jules pouvait quasiment sentir la grande ombre, quelle ironie, du monstre qui approchait à grand pas. Son cerveau tentait de réfléchir à quoi faire apparaître pour montrer sa présence à travers cette tempête aux habitants du village non loin. Il ne connaissait pas la conception d'une fusée de détresse. Mais oui quel con ! Enfin c'était quand même rageant d'en arriver là. Jules s'arrêta et déposa Jake sur le sol pour ensuite faire de même avec sa hotte avant d'en sortir le cadeau d'anniversaire de James. Même si il avait pas compris pourquoi son créateur avait reçu un cadeau. Enfin bon...

Le jeune homme allait commencer à dessiner lorsque son attention fut attiré par des yeux familiers qui scintillaient. Bon en fait il allait devoir revoir le dessin pour plus tard. Jules serra sa prise sur le coupe papier toujours dégainé.

* Vas y vient que je t'arraches les couilles...!*

L'idée d'utiliser aussi la bague était tentante pour avoir un plus mais vu l'état dans lequel avait finit Sélène lui coupait l'envie. Jules se rappela alors des cours que James avait suivi, la conception de petits objets aussi inutiles que pas chères. Son cerveau reproduisit alors le porté clé lumineux et sa bonne vieille diode rouge. Cette dernière apparut dans sa main et il appuya sur le bouton éclairant un peu l'espace, une petite présence dans ses terres glaciales. Son doigt gelé tapait sur le bouton : trois points, trois traits et trois points. En espérant que les gens d'ici parlent le morse ou soient curieux.
Les deux corps par terre avaient aux moins le bénéfices de passer par dessus la tête du monstre qui se mit à attaquer la personne qui avait osé le blesser. Jules était fatigué d'avoir couru et avait de plus en plus de mal à se relever en se jetant par terre pour éviter les attaques. James aurait sans doute son corps parsemé de bleus par sa faute.
Il serra les dents à cette pensée et n'eut pas le réflexe à temps pour éviter la grosse main qui l'empoigna.

- Là...lâche...m...moi sale bête...!!

Il lui tailladait la main avec son épée mais rien à faire l'animal ne lâchait pas prise et l'éleva jusqu’à devant ses yeux froncés. Jules leva le porte clé et appuya sur le bouton envoyant en pleins dans le regard de l'ennemi la lumière avant de disparaitre comme l'objet était venu. Le yéti ferma les yeux et Jules se permit un sourire sadique avant de réaliser que c'était une mauvaise idée quand la prise de son adversaire se raffermit. Jules étouffa un hurlement en se mordant violemment les lèvres, ses membres rendus par le froid plutôt fragiles. Il sentait ses yeux se fermer lorsqu'il entendit une grosse explosion, son corps fut libéré et chuta. Il attendit la neige...en vain car il atterris sur une sorte de drap, tenu par des petits bonhommes. Des lutins. Évidemment, ils étaient à 500 mètres du village. Certains hissaient Sélène et Jake dans des petits traineaux. Jules eut juste le temps de descendre avant de manger la neige à son tour et de rejoindre l'obscurité.
Ajouter aux bleus sans doute des os cassés.


Dernière édition par James Brooks le Lun 25 Juin - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Dim 24 Juin - 20:19

Jules attrapa la capuche du manteau recouvrant sa chemise d’épouvantail pour la trainer dans la neige. A vrai dire, ce n’était pas agréable du tout, notamment parce que ses jambes glacées étaient littéralement paralysées, mais au moins, il ne l’abandonnait pas. Ils n’étaient pas tirer d’affaire pour autant et la bête, quelle qu’elle soit, s’obstinait à poursuivre les trois voyageurs. Dans sa demi-inconscience, Selene sentit que le psychotique s’était arrêté, mais elle était incapable de savoir pourquoi. Trop lasse pour bouger, trop lasse pour tourner la tête, elle attendait juste avec une terreur viscérale logée dans son cœur de paille que quelque chose se passe, que le cauchemar cesse.

Une détonation salvatrice résonna et le bruit sourd d’une masse tombant dans la neige l’informa que le Yéti avait été mit hors d’état de nuire. Juste après avoir été hissée sur le traineau, l’adolescente recouvrit son apparence humaine, et elle n’était pas en très bon état. Son visage était blafard, ses lèvres bleues, et chaque parcelle de son corps était secouée de tremblement. Elle ne sut pas trop à quel moment elle avait perdu connaissance, ni qui étaient ses sauveurs ; son esprit sombra juste dans une abime sans rêve où il n’y avait même pas d’épouvantails.

Ses paupières se rouvrirent lentement sur un plafond blanc. En comparaison du blizzard, le silence percé uniquement par le crépitement d’un feu dans l’âtre d’une cheminé était étrange. La toquée se sentait faible, épuisée, mais elle était vivante. Sous les couettes épaisses qui la recouvraient, il faisait agréablement chaud. Après plusieurs instants de battement de cils, ses yeux noisette fixés dans le vide, la jeune fille se redressa doucement. Elle avait mal au crâne et ses membres étaient encore raidis par le froid, mais c’était un moindre mal.

Ses vêtements humides séchaient sur une chaise près du feu, on lui avait enfilé une sorte de pyjama unicolore pendant son inconscience. L’idée d’avoir été changée par un inconnu instilla un doute et un relent de honte lié à ses antécédents avec Liam et Jonh, mais elle ne pouvait qu’être reconnaissante à ceux qui l’avaient sauvée. Elle ne savait pas s’ils étaient dans une espèce d’infirmerie ou dans une auberge, mais Jake et Jules l’encadraient chacun sur un lit, encore endormis. Par la fenêtre aux rideaux écartés, Selene pouvait voir qu’il faisait toujours nuit et que le blizzard, au moins en ville, s’était tut. Il neigeait paisiblement, flocons blancs qui se détachaient de la toile sombre de la nuit.

Se penchant pour trouver sa hotte au pied de son lit, la galloise s’aperçut qu’un mot avait été déposé sur sa table de chevet. Elle tendit l’une de ses mains encore engourdie pour attraper le bout de papier et l’amener à hauteur de ses yeux ternes :

« Vous avez eu de la chance que nous passions par là, le Yéti a fait beaucoup de dégâts ces derniers temps. Nous aurions été très peinés de perdre des gens comme vous, qui avez aidé le Père Noël à deux reprises. Reposez-vous bien et n’hésitez pas à passer nous rendre visite tant que vous êtes dans le coin.

Signé : l’équipe des lutins de Noël. »


Un sourire étira faiblement ses lèvres fendues par le froid alors que tout son cœur hurlait un grand « merci ». Elle passerait les voir c’est certain, ne serait-ce que pour les remercier. Reposant le mot là où elle l’avait trouvé, l’adolescente se retira un instant à la chaleur de ses couettes pour trouver son carnet et son crayon dans son sac. Son soulagement d’être tirer d’affaire ne pourrait être parfait sans le soutien de quelques épouvantails qu’elle traça avec lenteur, attendant que ses camarades reprennent conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Dim 24 Juin - 21:20

La première question que Jake se posa quand il ouvrit les yeux était *C'était un rêve tout ça?*. En effet l'hypnose avait bien marché, car il avait bien eu l'impression que tout cela était réel. Preuve de son retour dans la réalité, le plafond était du même blanc que dans le cabinet du Docteur. Ainsi il se sentit quand même bizarre, car il se souvenait bien avoir passé plusieurs jours dans Dreamland, et il avait pleins de pouvoir, et surtout il y avait James! Dommage que ce garçon n'aie été qu'un pure invention ... Après tout l'imagination faisait des merveilles. Par contre il fallait savoir si l'hypnose avait eu un effet quelconque sur ses problèmes.

-C'était bien étrange docteur ... fit-il en se levant.

Et là il réalisa qu'il était toujours à Dreamland et qu'il avait failli crever dans un blizzard, et qu'il avait presque avoué qu'il était vraiment à fond sur James. Il avait eu des bandages sur le corps , car leur trace était bien présente. Il n'avait plus aucune engelure, et il se sentait beaucoup mieux que dans la tempête. Rien que d'y penser ça le fit frissonner. Mais il était dans un état normal, donc c'était plus cool. Il vit que Selene était levée, et lui lança un sourire. Ils étaient sains et saufs dans un monde magique. Jake ne peina pas à se relever, et trouva toutes ses affaires au pied de son lit, intactes, lavées. Il y avait aussi un mot de remerciement pour le travail à la chaîne.

C'était dans un de ses rêves de noël qu'il avait travaillé à cet atelier du père-noël. Il s'en souvenait maintenant! Alors toutes les aventures qu'il avait eu dans ses rêves, il les avait vraiment vécues? Cool! En tout cas c'était vraiment cool de la part des lutins de Noël de les aider. Mais quelque chose clochait, ouais, quelque chose était bizarre. Jake se tourna vers le lit de James et prit peur. Il semblait être dans un était assez bizarre, indescriptible. Le thermoréactif ne sut que faire, et se dirigea vers son lit en lui tenant sa main qui était gelée. Que s'était-il passé? Il n'essaya pas de demander à Selene, car il allait sûrement faire un bourde, donc il préféra garder le silence, et regarder le visage calme de James.

En y repensant, James était non seulement beau, attractif, et surtout très gentil dans le fond, comme Selene. Ces trois là formaient une bande sympathique, mais ils commençaient à avoir pas mal de troubles ensemble, ce qui n'était pas trop rassurant.

La nuit était là, mais Jake n'était pas fatigué. Il voulait juste boire un chocolat chaud made in le village du père noël pour se réchauffer un peu, mais il n'avait pas ça ... *Mais si!* Il en avait un! Il prit son thermos, et se servit un peu de chocolat chaud. Il lui restait au moins deux portions, c'était cool.

-T'en veux? fit-il à Selene.

Il fallait bien qu'il lui redoive son don de Ferrero cailloux. C'est dans cet élan de gentillesse qu'il espérait que James se réveille maintenant. *J'espère que rien ne lui est arrivé...*


Dernière édition par Jake Anderson le Lun 25 Juin - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Lun 25 Juin - 14:49

HRP Jake : Comme je l'avais dis sur la chat box me semble-t-il, qu'on se fasse sauver par les lutins, soit, c'est une chose. On peut très bien imaginer qu'ils nous ont ramener dans une sorte de centre de repos, ou de soin, ou une auberge qui a accepter de nous garder le temps qu'on se réveille. Donc ça n'est qu'un détail, mais de là à dire qu'ils en ont profiter pour nous lustrer nos fringues pendant qu'on dormait, ça fait beaucoup lol. On est pas VIP non plus, c'est déjà sympa qu'ils nous les aient mis à sécher =p. Idem pour les soins gratos (ah moins qu'ils ne soient pas gratos et que la note s'affiche au moment de partir lol)


Jake fit sursauter Selene en se réveillant, s’adressant à un docteur qui était visiblement absent. Elle avait déjà noirci une page d’épouvantails en tout genre et ne sachant quoi dire au thermoréactif, elle répondit timidement à son sourire en continuant de crayonner distraitement. Bien que son ainé n’ait jamais eu l’air de s’intéresser à elle, l’adolescente ne pouvait s’empêcher de ressentir une petite appréhension d’être dans la même chambre que lui alors que son protecteur – James/Jules – était inconscient.

Heureusement, et évidement, Jake ne tenta rien de plus déplacé que de lui proposer du chocolat chaud. La galloise d’abord interdite quelques secondes sourit à nouveau en se redressant un peu plus, laissant sa couverture glisser jusqu’à sa taille.

- C’est gentil, merci, répondit-elle d’une voix enrouée, mais j’en ai aussi ne t’in…

Une quinte de toux lui coupa la parole, la courbant sur une main placée devant sa bouche. Chopper la crève devait paraître normal oui, mais un petit détail que la jeune fille s’empressa de dissimuler était beaucoup plus inquiétant : quelques gouttelettes de sang avaient été projetées sur sa paume pâle et ça n’annonçait rien de bon. Elle n’avait pas envie de voir son voisin s’en faire – ni lui proposer d’aller au cinéma – tout comme elle préférait se cacher les faits, mais la réalité était bien là : combiner ses pouvoirs avec l’utilisation de la bague d’Unseelie devait avoir aggravé son cas déjà condamné à mort.

- Excuse-moi, murmura-t-elle en se leva fébrilement.

Ses pieds nus accueillirent le sol un peu trop froid avec un élan de douleur, mais cela n’empêcha pas la toquée de se faufiler silencieusement jusqu’à une petite porte qu’elle devina cacher une salle de bain minimaliste. Son reflet dans le miroir lui faisait presque peur : blafard, sa lèvre inférieure divisée par une fente séchée écarlate, des cernes marquées, et ces frissons interminables qui faisaient frémir son échine.

Plus par distraction que par réelle envie, pour échapper à la vision de son teint cadavérique, Selene s’assit sur les WC pour tenter de soulager sa vessie, mais rien ne venait. Elle se sentait fiévreuse, véritablement mal, mais ne savait pas quoi faire. La peur de la mort venait s’insuffler dans son cœur, comme une voie sournoise qui lui susurrait de lâcher prise : pourquoi se soigner d’une grippe si elle y passe dans trois semaines ? Et si le délai était erroné et qu’elle était déjà sur la fin ?

Il y avait tant de gens qu’elle avait envie de revoir ; ses amies, sa tante, même ses camarades de classe qui la traitaient de cinglée. Toute la réalité était bonne à prendre, sa vie n’était pas si terrible en comparaison de ce qu’elle endurait depuis qu’elle avait posé un pied à Elipse. Une main posée sur son intimité, les souvenirs de Sextus l’envahirent une fois encore. Chimères intarissables qui consumaient son corps dans la honte. Alors qu’une larme amère roulait sur sa joue, son meilleur ami se matérialisa juste face à elle. La galloise ne se souciait pas qu’il la voit à moitié nue, il faisait partie de son être, comme s’il avait jamais été la seule personne au monde à jamais la comprendre.

- Tu peux me raconter tu sais. Ça te soulagera d’en parler…

Selene ouvrit d’abord la bouche sans rien dire, puis elle hocha la tête avant de commencer faiblement son récit. Elle ne pensait même pas que peut-être, de l’autre coté de la porte, l’un de ses camarades trop curieux – ou inquiet – pouvait s’être approché et profiter lui aussi de ce qu’elle restituait. Le débarquement dans la tour de la luxure, l’ordre de se déshabiller, le viol de Liam alors qu’elle était transformée, sa tentative de suicide, … le moment où elle avait couché avec Jonh, manipulée par Asmodée. Tout l’épisode sinistre jusqu’à ce qu’elle se réveille dans la fange s’était échappée d’elle comme un fleuve ayant brisé son barrage.

Son ami posa sa main sur son épaule pour la soutenir, et elle se sentit étrangement mieux. Elle cligna des yeux mêmes, avant de froncer les sourcils, incapable de se souvenir de quoi elle était en train de parler. Dans un coin de sa mémoire, la nuit effacée avait recouvert sa place, mais la toquée se sentit… indiciblement mieux, comme si tout à coup, son karma avait été soulagé d’un poids énorme.

- Que… qu’est-ce que tu m’as fait ? Ça va… mieux…, dit-elle en essuyant les larmes qui traçaient des sillons humides sur ses joues blêmes.
- J’ai simplement fait en sorte que ces souvenirs ne te torturent plus, je les garde à ta place, répondit son épouvantail avec un sourire que beaucoup d’autre auraient pris pour un rictus.
- Tu les… garde à ma place ? répéta l’adolescente surprise, avant de finalement lâcher un : merci. Merci…

Bien sûr, elle comprenait désormais pourquoi elle avait oublié l’épisode de la bague dans la suite prêtée par le maire, mais… qu’importe. Son ami faisait ça pour l’aider, et elle se sentait mieux, alors ce ne pouvait qu’être bénéfique n’est-ce pas ?! Estimant être suffisamment restée assise sur les toilettes, et ayant les fesses légèrement engourdies, Selene se leva, remonta son bas de pyjama et enlaça son ami empaillé.

- Merci, réitéra-t-elle, d’être toujours là…

La galloise ne savait pas trop combien de temps elle avait monopolisé la salle de bain mais sincèrement, elle s’en moquait un peu. Elle resterait avec son épouvantail jusqu’à ce qu’il se dissipe, puis sortirait retrouver ses couettes, ou bien se mettre en quête de savoir où ils étaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Lun 25 Juin - 15:43

Ce ne fut pas le changement de température qui réveilla Jules, bien que se sentir bien au chaud comme dans un cocon aurait été un meilleur facteur. Ce fut tout simplement le fait d'avoir voulu changer de position pour continuer de dormir qui lui fit ouvrir les yeux, ravalant un cri de douleur qui se traduisit par un gémissement. Il avait l'impression qu'un éléphant lui avait marché dessus malgré la dose de cheval que le médecin lui avait administré ou bien une de ses infirmières. Presque tout son corps était couvert de bandages pour soigner ses blessures mineurs. Les os cassés, ne se réparaient pas malheureusement à l'aide d'une simple pommade.
Jules ne pouvait même pas bouger le petit doigt pied, une douleur aiguë s'éveillait dans sa jambe. Le voyageur se redressa sur ses coudes pour regarder autour de lui. Enfin...regarder était un euphémisme car c'était assez flou. Il n'avait pas souvenir d'avoir des problèmes de vues, et encore moins James.
Cela devait être due à la fatigue et à la maladie dreamlandienne. Néanmoins il voyait quand même qu'il était tout seul avec Jake. Où était passé la rouquine ?

Une infirmière entra dans la chambre , du moins elle se présenta comme étant la personne chargé de leur prodiguer les soins de base. Elle put constaté que deux des trois voyageurs avaient l'air de s'être bien remis. Il ne restait plus que le sérieusement blessé allongé dans son lit. Normal en même temps quand on avait des côtes cassées ainsi que les jambes. Cependant son cas n'était pas totalement foutue et tout en saluant Jake elle s'approcha de Jules qui était prêt à mordre si elle le touchait.

Enfin ce fut bref, car James retrouva son apparence normale et sa première réaction fut de hurler de douleur mais aussi de peur face à cette silhouette blanche qui lui faisait penser au yéti. Il fallut que l'infirmière lui donne une gifle pour le calmer, après bien sur avoir essayer avec une méthode plus douce. James s'était arrêté, la bouche en forme de O, surpris d'avoir senti cinq doigts sur sa joue. Une voix féminine parvint alors à ses oreilles, un peu surprise de ce changement d'apparence mais on l'avait prévenu que les patients n'étaient pas communs.

- Bien maintenant que vous êtes calmé je peux parler ?

Hochement de tête, elle poursuivit.

- Vous avez pleins de bleus sur le corps mais ce n'est pas le plus grave ça partira au bout d'une semaine, le plus sérieux ce sont vos côtes et vos jambes qui se sont brisés. Aussi vous avez trois possibilités : soit guérir normalement avec du temps, des soins et rester sagement allongés jusqu'à ce que vous soyez rétablies. Ou bien acheter une potion de soin majeur pour la modeste somme de 400 Rubz ou bien un magnifique dentier vampire utilisable à l'infini, en suçant le sang vos pires blessures se soigneront en échange de deux heures de crampes d'estomac pour 500 rubz. Alors quel est votre choix ?

James resta hébété quelques secondes. Rester ici sagement ou bien endurer des crampes d'estomac plutôt que la douleur de ses membres ? Même pour l'esprit aussi étroit que l'adolescent il était évident que le dentier était un bon investissement...bien qu'il ne sache pas comment il s'était retrouvé dans un tel état. Enfin si, ça devait être le yéti qui l'avait réduit en bouilli.

- Le dentier...mais je ne peux...pas bouger pour payer...

- Il n'y a pas de soucis vous paierez après !

Elle lui tapota gentiment l'épaule et s'en alla pour aller chercher l'objet. James resta stoïque ne voulant pas réveiller une douleur peu importe d'où elle venait. L'infirmière revint et lui mit le dentier mais un problème demeurait : qui allait lui prêter du sang ?

- Un volontaire pour aider à soigner un ami ? Ca ne fait pas mal juste comme une petite piqure

Dit-elle en s'adressant à Jake et à Sélène qui venait de quitter la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Lun 25 Juin - 20:25

Jake peinait à savoir que faire à ce moment-là, engager la conversation avec une Selene qui peinait à finir sa phrase et qui allait dans la salle de bain ou un James qui était inconscient. D'ailleurs, Jake s'était totalement trompé, et il voyait à présent que c'était Jules dans le lit. Comment avait-il pu les confondre? Mais ça avait révélé une chose, les deux étaient super sexy... Comment Jake allait-il faire pour se rapprocher de James sans que Jules ne lui défonce la gueule? Ça allait être compliqué, et ça allait devoir demander de la patience, ou il fallait tout simplement tout arrêter.

Une infirmière rentra alors dans la pièce, et Jules laissa place à James. Elle expliqua l'état de son compagnon, et rien qu'à entendre les dégâts qu'il avait subi, Jake se demandait ce qu'il s'était passé. Il blêmit un peu, mais fut rassuré car il y avait des solutions. James choisit le dentier, et l'infirmière posa la question pour la succion sanguine. Mais Selene choisit ce moment-là pour sortir de la salle de bain et se proposer à la tâche, sans laisser à Jake le temps de faire quoi que ce soit.

-Bon, vous pouvez mordre, ne lui aspirez pas tout quand même. Sinon vous le miraculé, un lutin vous a soigné, ça va vous coûter 75 rubz, on ne rigole pas avec l'argent.

Jake un peu abasourdi donna l'argent demandé, et se sentit un peu bizarre. Ouais finalement la disparitions de ses engelures n'aurait pas coûté rien, et puis au moins ça le gênait pas. Dommage que l'assurance de ses parents ne marche pas ici. Il aimerait bien que ses deux papas soient ici pour le soutenir un peu. C'est vrai qu'avec leur argent c'était cool, vu qu'ils n'étaient pas pauvres... Et il avait tendance à emprunter souvent chez eux aussi, bref. Il était tout soigné, et heureusement, car il n'aurait pas vraiment supporté la douleur longtemps.

Ainsi ils étaient dans une salle blanche, c'était la nuit, et Jake voulait sortir et faire des choses intéressantes, comme retrouver Dakota et Sydney, mais il fallait d'abord que la chouette revienne. Espérons qu'elle fasse vite. Jake se demandait aussi ce qu'il allait advenir par la suite, ce qu'ils allaient faire et s'ils allaient retrouver les ombres manquantes. C'était au futur de nous dire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Lun 25 Juin - 22:18

Quand son épouvantail se fut dissipé, Selene sortit doucement de la salle de bain. Son état fiévreux ne l’avait pas quitté, mais il y avait ce quelque chose en plus – ou en moins en réalité – qui l’aidait à se sentir suffisamment bien pour ne pas honteusement baisser les yeux. Elle s’aperçut d’abord que, bien que très mal en point, James était réveillé en plus d’être redevenu lui-même. Alors qu’elle allait se dépêcher auprès de son lit, l’infirmière présente dans la pièce demanda soudainement si quelqu’un était volontaire pour aider à soigner un ami. Bien entendu, n’ayant pas entendu le début de la conversation, la toquée était volontaire. Le psychotique lui avait sauvé la vie, elle lui devait bien au moins « une petite piqure » pour l’aider à se rétablir.

Timidement, elle s’approcha du chevet de James. Quand les notions de mordre et d’aspirer furent évoquées par la jeune femme, la galloise se figea nerveusement. Elle aperçut alors le dentier en plastique qui se trouva placé dans la bouche du blessé grave et compris que Dreamland faisait encore des siennes. Boire de son sang pour se régénérer à la manière des vampires ? L’adolescente se sentait déjà si faible qu’elle n’était pas sûr d’encaisser le fait de se faire saigner, mais elle n’osait pas reculer.

Que devait-elle offrir ? Son cou était certainement une mauvaise idée, sans compter le caractère intime que pouvait avoir un baiser à cet endroit, mais Selene n’osait pas dévoiler ses bras barrés de cicatrices. Bien sûr, James les avait sans doute déjà vues, les vieilles symbolisant des épouvantails, comme celle de sa tentative de suicide à Sextus encore récente. D’ailleurs, cette dernière avait disparu de son esprit avec le lot de souvenirs effacés par son meilleur ami. La galloise la redécouvrit en retroussant la manche de son bras gauche, ses sourcils se fronçant de surprise, incapable de se rappeler où elle avait pu se faire ça.

- Vas-y, dit-elle pudiquement en détournant les yeux, mordant sa lèvre inférieure et tendant son poignet à James.

Elle espérait que l’infirmière ne regarde pas, que Jake non plus, ses marques, elles étaient son monde à elle. Les gens avaient toujours des questions et/ou des remarques déplacées à leur sujet. Ils ne pouvaient pas comprendre à quel point les épouvantails étaient importants pour elle, à quel point ils lui permettaient de continuer à exister.

Vint alors la morsure qui la tira de ses pensées. Ça ne faisait pas bien mal en effet, surtout pour elle qui avait l’habitude de s’entailler la chair. Ça faisait tout drôle en fait, une sensation de fourmillement se libéra dans tout son corps, l’engourdissant de la tête au pied, mais elle n’osait pas regarder. La jeune fille eut un vertige quand James la relâcha enfin et elle se rattrapa sur le bord du lit de ce dernier. Ses yeux ternes et fiévreux se tournèrent enfin vers lui, tandis qu’un sourire faible fleurissait sur ses lèvres blessées :

- Ça va mieux, hein ?! demanda-t-elle d’une voix éteinte.

Ses bras flageolèrent quand elle fit l’effort de se redresser pour regagner ses couvertures. Elle se sentait soudainement glacée, son corps tout entier secoués de tremblements maladifs, et son mal de crâne s’était intensifié, lui donnant l’impression que son cerveau avait été lesté de plomb. Plus tard, elle mettrait un bandage sur sa blessure. Pour l’instant, elle avait juste besoin de se reposer, et son teint affreusement cadavérique témoignait qu’aucune autre option ne s’offrait à elle. En vérité, malgré les nausées qui venaient, Selene aurait eut besoin de manger quelque chose ; mais elle n’avait déjà plus la force de faire un geste.

- On va pas mourir, hein James ? demanda-t-elle avec le filet de voix qui lui restait, on va s’en sortir ? Je sais que j’en ai déjà eu envie, j’ai même déjà essayé de me tuer, mais je crois qu’en fait… je veux pas…

Les paroles s’étaient échappées d’elles-mêmes, souffle fragile avant qu’elle ne ferme les yeux avec lenteur. Elle n’était pas morte non, ni endormie ; ses paupières s’ouvrirent de nouveau de longues secondes plus tard, mais elle était juste épuisées, à un point qu’elle n’avait jamais connu jusqu’à lors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Mar 26 Juin - 14:13

James n'avait pas du tout envie de mordre l'un de ses amis mais avait il vraiment le choix ? Non. Ca serait quand même ridicule d'avoir accepter d'acheter ce dentier magique et de ne pas s'en servir. Sélène se proposa en première mais ne semblait pas avoir saisi de quoi il en retournai. Cependant elle ne renonça pas pour autant et s'avança vers le lit où était allongé James. L'adolescente lui tendit alors son bras et les yeux fatigués du voyageur ne pouvait pas voir les cicatrices de la rouquine sur sa peau blanche. Doucement il avança ses lèvres de la chair et rentra ses crocs. Le goût du sang manqua de le faire vomir mais il s'efforça de penser à autre chose, que ce n'était pas ce liquide qu'il était en train de boire.

Ses blessures se guérissait petit à petit, ses os se ressoudaient et il entendit quelqu'un taper des mains. Comme pour lui signaler qu'il pouvait arrêter. James retira ses crocs de la peau de Sélène qui lui demanda si ça allait mieux. James retira le dentier et lui offrit un sourire reconnaissant.

- Oui, merci Sélène...

Maintenant que James était rétablie, l'infirmière pouvait lui demander son dû et une charmante facture lui fût délivré. Les 500 rubz pour le dentier ainsi que les 85 pour les bandages et tout ça. L'adolescent se posa sur le bord du lit, soulagé de voir qu'il n'y avait plus aucune douleur. Il se pencha et fouilla dans sa hotte, réveillant Simone au passage, avant de sortir les 585 rubz qu'il tendit à l'infirmière en l'a remerciant. Cette dernière n'ayant plus rien à faire ici salua ses patients avant de partir.

James se redressa sur ses jambes engourdies pour s'étirer et devint tout rouge en constatant qu'il était simplement vêtu d'un caleçon. Même si me reste était couvert de bandage il se sentait quand même...assez nu. Certes ce n'était pas la fin du monde si Sélène le voyait, c'était une fille mais Jake...L'adolescent tira le drap du lit et s'enveloppa dedans toujours aussi gêné. La rouquine semblait trop fatigué pour se rincer l'oeil et il dût se rapprocher pour entendre ce qu'elle disait. Un frisson le parcourut lorsqu'elle déclara qu'elle avait déjà tenté de se tuer. Pourquoi en venir à ça ? L'adolescent posa sa main sur l'épaule de son amie, qui se voulait réconfortante.

- On va s'en sortir Sélène...je ne sais pas comment mais...on va s'en sortir je te le promet...

Son interlocutrice semblait s'être endormie et James se retrouva tout seul en compagnie de Jake. Présence suffisante pour que l'adolescent retrouve sa gêne.

- Je vais aller...euh...dans...euh...la salle de bain...pour euh...enlever tout ça...

A grande enjambé il alla rejoindre le petit coin d'où était sortie Sélène, manquant de peu de tomber en marchant sur le drap. James soupira de soulagement en arrivant à destination et se retrouva à nouveau torse nu. Le dentier avait bien marché mais il avait une tête de mort vivant dû à la fatigue. Il fût soudainement prit d'un malaise et posa ses fesses sur la cuvette des toilettes, un frisson glacial traversa son corps alors qu'il papillonnait des yeux pour retrouver une vue nette. Il sentait son coeur battre rapidement et il ferma les yeux pour se calmer. Inspirer et expirer. Ce n'était que de le début de la maladie et déjà il avait l'impression de franchir un pas vers la mort de son esprit. Joyeux. James secoua la tête doucement pour chasser ses mauvaises pensées.

Il resta deux trois minutes comme ça et ça allait un peu mieux. Une fois sur de pouvoir faire un geste sans tomber par terre il entreprit de défaire les bandages autour de ses jambes, puis de son torse. Aucune trace, seule celle du monde réel où James était tombé à cause de sa maladresse mais c'était juste des petits bleus de rien du tout. Il jeta les bandages dans la poubelle, remit son drap et retourna dans la chambre.
Il n'osait pas regarder Jake, qui semblait avoir la capacité de regarder à travers le tissu et c'est avec empressement que James rejoignit son lit et enfila ses vêtements le plus vite possible.

- J'espère que Dakota n'est pas loin...!

Lanca t-il pour ne pas penser à...à cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Lun 2 Juil - 19:10

Grosso modo, ils étaient à un endroit civilisé, mais rien pour les repérer, s'ils devaient sortir, il allait falloir avoir un guide ou un plan, où il fallait que Dakota aille les rejoindre pour qu'ils accomplissent leur but dans ces terres. Ce n'était pas la joie qui dominait les pensées de Jake, mais plutôt l’appréhension, car se retrouver dehors avec ce froid pénétrant, ça allait être une épreuve de plus, déjà que la première fois, bah c'était tellement horrible qu'il s'était retrouvé ici avec ses deux compagnons, et ils étaient tous les trois assez mal en point, enfin plus maintenant.

Cette appréhension gagnait à présent l'estomac du plus ou moins jeune thermoréactif, et son estomac commença à se nouer. Pas grand chose ne pouvait le distraire à ce moment, que ce soit James qui allait dans la salle de bain pour enlever ses bandages et qui ressortit quasiment nu, avec juste un drap sur lui, ou même Selene qui ne faisait rien. Il se demandait pourquoi est-ce que le destin l'avait poussé dans ce genre d'endroits qu'il appréhendait au plus au point? Le Groenland était bien la dernière destinations touristique qu'il irait visiter, et c'était un peu ce qu'il se passait. Une sorte d'équivalence.

Si seulement il avait une de ses combinaisons des films futuristes qui protégeait de tout ce qui était températures extrêmes, ça pouvait être tellement bien! Mais ce qui aurait été mieux, c'est un programmateur météorologique qui pourait faire changer le temps autour de lui. Mais il fallait cesser de penser à des choses qui n'existeraient même pas dans ce monde magique, car la magie et la technologie avaient des limites, malheureusement, car les choses seraient tellement facile, et heureusement aussi car sinon les gangsters seraient trop nombreux, et ce serait facile de détruire le monde.

Tout le monde enfin réuni dans la chambre, il était temps de la quitter, et d'affronter le monde extérieur, ou pas, car un réseau de circulation sous-terraine pouvait exister, des villes sous-terraines qui n'avaient pas à supporter la météo horrible! Ça serait tellement idyllique! Mais il y avait peu de chance pour qu'une telle création soie réalisée, vu qu'apparemment il y avait des villes en surfaces...

-On sort d'ici et on essaye de voir où on est?

Certes ces paroles étaient prononcées avec un cruel manque d'espoir, mais au moins il prouvait qu'il avait un tant soit peu de courage, et qu'il était psychologiquement prêt. Par contre, niveau physique, il était mort! Rien pour se protéger du froid, donc il fallait qu'il se couvre, et même si la fatigue n'était pas présente, son corps était tout mou, et vraiment, bouger demandait un tel effort mental que c'était décourageant. Mais comme on dit, qui ne fait rien n'a rien, alors il fallait se bouger son petit cul pour avancer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Lun 2 Juil - 19:52

Elle n’avait pas entendu la promesse de James. Son esprit flottait dans une sorte d’entre-deux, d’un coté la réalité dreamlandienne, de l’autre le néant de l’inconscience. Ce devait être la douleur qui irradiait son crâne qui la gardait éveillée, rendue plus lancinante encore avec la faiblesse qui la clouait au lit. Souvenir noir qui devait avoir jusque là été enfermé dans un coin de son crâne fracturé par la migraine, Selene se souvenait désormais s’être déjà sentie aussi mal. Une fois où sa mère s’était un peu trop absentée et où son père avait libéré toute sa colère sur son petit corps d’enfant. Bien sûr, il la frappait déjà auparavant, mais jamais autant, jamais comme ça ; généralement, parce que Mrs Nymphadora recevait le plus gros de l’orage.

Non, cette fois-ci, son père l’avait abandonnée inconscience sur le sol de sa chambre, juste après s’être assurée de ne pas l’avoir tuée. Les raisons s’étaient étiolées dans l’encéphale de la rouquine, mais là n’était pas l’important. Ce qui comptait, c’était que ce jour là aussi, elle s’était sentie aux portes de la mort. Ce jour là, même si elle ne comprenait pas vraiment ce que ça voulait dire, c'était la première fois qu'elle avait voulu mourir. Machinalement, comme si elle émergeait d’un cauchemar, alors qu’il ne s’agissait que de souvenirs rendus trop palpables par la fièvre, la toquée tendit une main paniquée vers James alors que sa voix faible laissa échapper un :

- Ne le laisse pas me faire du mal, il va encore me frapper !

Elle rouvrit les yeux et réalisa alors que personne d’autre n’étaient présent que ses comparses de galère. Un sourire sans joie étira son visage blafard alors qu’elle laissait ses paupières retomber lourdement. Sa main revint trouver place sur le matelas et ses doigts blancs se mirent à pianoter, doucement, une mélodie qui n’existait que dans sa tête.

- Pardon, je… j’repensais à un truc et j’ai du m’endormir un peu.

Selene n’avait pas du tout entendu la question de Jake mais avait-elle réellement l’air d’être en état de sortir ? Elle avait surtout besoin de finir sa nuit pour se reposer et voir le lendemain matin. De toutes les façons, Dakota devait leur envoyer un hibou pour convenir d’un lieu de rendez-vous. Pour l’instant, quitter leur pièce douillette n’avait comme finalité que de refaire l’expérience du froid mordant de la région, et l’adolescente fiévreuse ne le supporterait pas.

D’ailleurs, elle n’avait plus la force de lutter. Son corps anémié et affaibli réclamait du repos, et il se l’octroya par la force. Après un dernier soupir de la rouquine, cette dernière s’assoupit paisiblement, plongeant vers un monde sans rêves d’où elle n’émergerait pas de suite. Là-bas, il n’y avait ni son père, ni Liam, ni marchant de sable. Là-bas, il n’y avait rien, mais ça ne lui faisait pas vraiment peur.


====

HRP : ouai, faites ce que vous voulez - même des bébés - moi je DORS ! =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Mar 3 Juil - 21:46

Sélène semblait avoir fait un cauchemar, pourtant dans ses souvenirs James n'avait jamais rêvé dans ce monde. Étrange. Il ne savait pas ce qu'avait vu la rouquine mais cela devait être horrible. L'adolescent revint auprès d'elle, se sentant plus à l'aise habiller.

- Je suis là t'en fais pas, repose toi

Elle avait l'air morte de fatigue, et ce n'était pas la seule à vrai dire. Jake et lui même n'en menait pas large non plus. Dans leur état il valait mieux rester ici en attendant une réponse de Dakota. Jake proposa de sortir afin de découvrir où est ce qu'ils étaient. C'était courageux de sa part en sachant qu'il avait peur du froid mais ça serait suicidaire, et en plus il faisait nuit.

- On ferait mieux de rester ici pour se reposer et dormir...demain on sera en meilleur forme pour trouver Dakota.

Elle lui manquait terriblement, et James avait hâte de la revoir pour lui donner son cadeau et la serrer dans ses bras même si l'étreinte ne lui plairait surement pas. Il pria intérieurement pour que rien de grave ne lui soit arrivé. Qu'est ce qu'elle disait dans sa dernière lettre déjà ? James regarda Jake pour lui demander :

- Est ce que tu peux me donner la lettre de Dakota ?

L'adolescent attendit que son ami la lui passe, le remercia et il déplia le papier pour la relire. C'était la seule chose qu'il y avait pour savoir que Dakota se trouvait quelque part ici. Ils étaient au village du Père Noël, mais il était grand et il n'y avait pas qu'un seul hôtel. James remarqua alors un PS qui semblait avoir été rajouté à la va vite. Un sourire s'afficha sur le visage de l'adolescent. Qu'elle se rassure, ce n'était pas encore le moment pour lui de mourir. C'était trop tard pour y répondre mais il le ferait sur la prochaine arrivée de Chouette.
Il glissa le papier dans sa poche après l'avoir replié.

- On devrait dormir aussi...en plus j'ai hyper mal au ventre à cause du dentier...Enfin c'est comme tu veux mais moi je vais me recoucher...

Exécutant ses paroles, James alla s'allonger sur son lit, tenant son estomac d'une main comme si ça allait arrêter de le faire souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Jeu 5 Juil - 19:37

Entre une fille qui faisait des cauchemars toute seule dans son lit alors qu'elle était entourée de Jake et James, et un James plus mignon que jamais, Jake ne s'y retrouvait pas. Lui ne se sentait pas tant fatigué que ça, et pour tant, eux voulaient dormir. Était-ce parce qu'ils n'avait pas vraiment dormi, ou parce qu'ils s'étaient épuisés avant? En tout cas, il était clair qu'ils allaient rester ici un certain temps.

Pourtant ce qui tracassait Jake, c'est qu'il était guidé par des gens qui allaient satisfaire leurs besoins de survie, mais Jake n'allait pas gagner grand chose, et même si jamais il arrivait à résoudre tous les problème et était comme un héros, il n'aurait rien pour lui. La seule chose qu'il pourait éventuellement gagner c'était la confiance des ses amis et surtout de se rapprocher de James. Mais il n'y avait pas que ça, il aimerait aussi bien renouer avec Sydney, qu'il avait un peu perdu de vue, à cause du ticket. *Pourvu qu'on aille les rejoindre rapidement*

Le Pirate lui manquait beaucoup, pas parce qu'il faisait des crises et que parfois il était totalement dans l'imagination, mais surtout parce qu'il était intrigant. Il voyait tout au degré supérieur, pensait vraiment à tout. De plus, on ne s'ennuyait pas avec lui, et on pouvait ruminer de mauvaises pensées en groupe! Et même faire la mauvaise en disant du mal des autres.

C'était pas qu'avec James, Selene et Dakota c'était moins bien, mais c'était différent. Avec la fille aux serpents, c'était une atmosphère très mature et sérieuse qui s'imposait, ce qui n'était pas trop agréable pour le thermoréactif. Pour Selene, c'était très étrange, car elle était toute timide et énigmatique dans un sens, et on ne sait jamais comment réagir à ce qu'elle faisait.

Enfin, avec James, c'était différent. Il y avait ce mélange entre "tout mignon", mais aussi "tout coincé". Le mode mignon était à peu près toujours en service, car il était naturellement comme ça, à faire des réactions toutes chou. De l'autre côté, les deux fairies était coincés quand elles se parlaient, et même si Jake s'en rendait compte, c'était étrange, comme si on ne pouvait faire autrement.

Mais le truc, c'est qu'il y avait aussi Jules. L'idéal aurait été de convaincre Jules aussi, et avoir 2 hommes en 1 en quelque sorte, mais ce dernier semblait très attaché à son "propriétaire". Comme pour tous les voyageurs, il y avait un côté tout bien, et un autre tout mal. Comme quoi, les opposés ici étaient très fréquents.

Le lendemain matin, Jake ne savait plus sur quels propos et quelles idées il avait fini, mais il savait qu'il fallait ressouder le groupe. Le soleil se levait à travers la fenêtre de la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Ven 6 Juil - 14:51

Lorsque Selene rouvrit les yeux, la lumières pâlotte du jour se déversait dans la chambre. C’était l’une de ces lueurs hivernales, que l’on devinait froide de l’autre coté de la fenêtre, mais qui réconforta l’adolescente. L’affrontement nocturne ne lui apparaissait désormais plus que comme un horrible mauvais rêve laissé loin dans son inconscient. La fatigue s’était également dissipée, bien qu’elle fût toujours si faible que se redresser en position assise demanda un effort surhumain. Elle était blafarde et échevelée, mais trouva suffisamment de ressource pour adresser un signe de main à Jake en guise de bonjour.

Si la partie supérieure de son corps avait échappé à la moindre blessure, notamment grâce à son pouvoir de transformation, ses jambes étaient douloureusement courbaturées. La toquée grimaça lorsqu’elle pivota pour quitter ses couettes et poser à contrecœur ses pieds menus sur le sol frais. Ses vêtements étaient secs désormais, elle pourrait les remettre après avoir profité d’une bonne douche brûlante et enfin aller manger quelque chose. Anémiée comme elle était, c’était l’évanouissement dans l’heure qui la guettait si elle n’avalait pas un bon petit déjeuner.

Dans la petite salle de bain où elle avait confié un secret à son épouvantail durant la nuit, elle baissa le couvercle des toilettes pour y déposer ses affaires et entreprit de se déshabiller. Ses gestes étaient lents, sa migraine cognant toujours l’intérieur de son crâne en toile de fond, comme pour lui rappeler qu’elle n’était pas encore remise. Elle s’introduisit fébrilement dans la cabine étroite, les bras recroquevillés contre sa poitrine et sa peau fiévreuse hérissée de chair de poule.

Le jet d’eau brûlante lui fit un bien fou. Selene ferma les yeux et s’offrit sous la cascade, comme si elle nettoyait toute la négativité qui tentait d’engluer ses pensées. Débarrassée grâce à son pouvoir des souvenirs de Sextus, l’impression de souillure s’était envolée, comme si elle n’avait jamais été violée. Alors, pour la première fois depuis longtemps, la galloise se sentait saine en sortant de sa douche dreamlandienne. Avec la même lenteur maladive, elle s’emmitoufla dans une des serviettes blanche posée sur une petite étagère et s’essuya précautionneusement.

Ses écorchures eux genoux, dues à sa chute depuis la fenêtre de la bibliothèque de Gloutoniskaïa, étaient déjà en bonne phase de guérison, il n’y avait pas besoin de remettre des bandages. L’adolescente s’habilla donc, réintégrant ses collants, son short et son tee-shirt. Face au miroir qui lui renvoyait l’image d’une jeune fille fragile blanche comme un linge, elle coiffa sa tignasse rousse avec son peigne et prit même le temps de se brosser les dents. C’était presque étrange de répéter ces gestes d’une banalité affligeante, parce qu’elle allait mourir non ? Pourtant, elle ne se sentait pas si différente.

Fin prête, Selene sortit de la petite salle de bain, plia soigneusement le pyjama qui lui avait été prêté et le glissa sous l’oreiller – faute de savoir où le mettre – et fit son lit. Elle ne savait toujours pas vraiment si elle était dans un hôpital, une auberge, ou un mix des deux ; ils étaient à Dreamland après tout. Sa tâche était à peine finie qu’elle vit le monde tourner étrangement, l’obligeant à s’agripper à son matelas – et à s’assoir dessus – pour ne pas tomber. La toquée n’avait pas vu si James s’était réveillé, mais Jake l’était lui. Elle ne voulait pas l’inquiéter, tout comme elle ne voulait pas qu’ils sachent que son état avait été empiré depuis l’utilisation de la bague.

- Ça va bien ne t’en fais pas j’ai… juste besoin de manger un peu.

Joignant le geste à la parole, elle tenta une nouvelle fois d’utiliser l’un de ses pouvoirs de Noël. Miracle ! Cette fois, elle n’obtint pas de rangers, mais une jolie boite déjeuner avec le nécessaire pour se sustenter en boisson et nourriture. La galloise n’en revenait tellement pas qu’elle fixa son apparition de longues secondes avec ses yeux noisette, avant de murmurer :

- Wow, trop bien…

Elle entreprit alors immédiatement d’ouvrir le sachet retenant ses couverts en plastique pour se mettre à table. Qu’on ne lui en veuille pas si elle ne proposait pas de partager cette fois, son organisme réclamait à manger, il en allant de sa convalescence.


Dernière édition par Selene Nymphadora le Ven 6 Juil - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Ven 6 Juil - 14:51

Le membre 'Selene Nymphadora' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Super joyeux noël' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Ven 6 Juil - 19:55

Le sommeil eut du mal à gagner James qui vivait un martyr. Enfin, ce n'était pas non plus la mort mais à seize ans le moindre mal apparait comme une véritable torture. Au bout d'un moment l'adolescent réussit quand même à s'endormir vaincu par sa maladie d'exilé et son mal de ventre.

L'aube venait à peine de se lever lorsqu'il ouvrit les yeux. Bonne nouvelle son mal était passé...mais il se sentait quand même encore patraque. Surement jusqu'à ce qu'il retrouve son ombre. Jake et Sélène étaient réveillés. James n'était même pas sur que son ami ai fermé l’œil de la nuit. La rouquine était en train de manger dans une petite boîte qui ressemblait goutte que goutte à celle que Dakota lui avait offert. Bah peut être que Sélène l'avait acheté dans le même endroit ?

- Bonjour...!

L'adolescent fit quand même savoir qu'il était réveillé et fouilla dans sa hotte, réveillant Simone au passage qui rouspéta. James s'excusa et sortie le chocolat chaud et les ferrerocailloux pour son petit déjeuner. La chocolat contenait du sucre et il n'y avait rien de tel pour redonner de l'énergie aux muscles. Il en mangea un, but un coup, puis un deuxième et finalement vida la moitié de la boîte. Cependant il ne resta plus rien du chocolat chaud.
James se sentait un peu mieux mais sale...il n'avait pas pris de douche depuis longtemps il lui semblait.

- Je vais prendre une douche !

Il prit dans sa hotte les vêtements de soirée, qui était couleur sapin ainsi que son sous vêtement de Noël décoré de rennes et alla dans la salle de bain. Une fois là bas James se regarda dans le miroir. Il avait une tête qui faisait moins peur que hier mais des cernes horribles soulignait ses yeux. Une bonne douche pour se réveiller. L'adolescent se déshabilla, posant ses vêtements au même endroit que Sélène avait fait puis alla dans la cabine. Il alluma l'eau chaude et ferma les yeux sous cette bonne chaleur accueillante qui glissait sur sa peau.
Dieu que ça faisait du bien...James se savonna, se rinça et profita encore quelques secondes avant d'éteindre l'eau et de sortir. Il prit une des serviettes et se sécha avec. Heureusement qu'il avait été chez le coiffeur car sinon il aurait encore galéré pour les coiffer.
Il aurait bien aimer aussi avoir une brosse dent, en cadeau de Noël tiens. Il lui semblait que ses amis faisait apparaître des cadeaux. L'adolescent se concentra et un paquet apparut dans ses mains. Il le défit et fit une moue en voyant ce que c'était à l'intérieur. Pas une brosse à dent mais un livre...Inutile...Tant pis il en achèterai une dans la village, ça devait bien se trouver.
James enfila son caleçon puis ses vêtements tout neuf. Prit les anciens et alla dans la chambre. Il se sentait plus propre d'un coup et prêt à aller voir où ils étaient. Si on enlevait bien sur son côté patraque. James rangea ses affaires dans sa hotte.

Il alla voir à travers la fenêtre pour savoir si la tempête s'était calmé.

- Quand Chouette sera arrivé on pourra aller retrouver les autres enfin !


Dernière édition par James Brooks le Ven 6 Juil - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Ven 6 Juil - 19:55

Le membre 'James Brooks' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Joyeux noël' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Sam 7 Juil - 9:56

De nouveau, il se rappelait pas de ce dont il avait rêvé, comme si aucun rêve ne persistait dans se monde, vu que c'était déjà le monde des rêves, ça pouvait être logique. Ce fut donc avec une certain vide qu'il se réveilla, et regarda autour de lui. Ses deux camarades dormaient encore dans un sommeil qui touchait à sa fin. Il profita de cette solitude pour regarder un peu le soleil à travers la fenêtre. Ça faisait bien de se retrouver tout seul après toutes ces aventures. Il n'entendait que sa respiration, le calme régnait. Rien que cette absence de bruit lui faisait du bien. Des souvenirs resurgissaient de son passé.

Il avait ainsi l'habitude à son orphelinat de se lever tôt le matin, avant tout le monde, dans un silence ponctué des respirations des enfants. Il profitait de ce moment de la journée avant que les tumultes ne recommencent, c'était une sorte de moment privilégié pour lui. Il allait généralement de fenêtre en fenêtre observant le dehors remplit de la lumière douce du matin. La rosée perlait sur les plantes et les arbres, et ce petit monde s'éveillait. À cette époque, ce fut une source d'inspiration, et cela lui donnait un peu plus de courage dans ses petites mains. Mais ce moment finissait vite, car les autres gamins finissaient par se réveiller, et ce qui était un enfer pour le thermoréactif commençait.

La chambre qu'ils avaient ici avait une fenêtre et un balcon. Il regarda d'abord l'extérieur depuis la fenêtre, voyant une rue digne d'un village de lutin, avec la neige qui recouvrait les toits et les fenêtre recouvertes de givre. D'ici, on pouvait ressentir la fraîcheur d'un matin hivernal. Puis, il se dirigea lentement vers le petit balcon, ouvrit la petite porte et la referma derrière lui. Il y avait un petit vent frais qui caressait son corps, et le froid qui s'accompagnait ne fut pas très désagréable, il fut même assez apaisant. Les cheveux de Jake se parcoururent aussi de givre, et ainsi il put regarder le paysage avec une certaine nostalgie du monde réel.

C'était un calme absolu qui emplissait l'esprit de Jake, et ainsi réveillé et réconforté,, il rentra dans la chambre, et se remit sur son lit. Ce début de journée était assez réussi, et Jake était dans un état d'esprit assez réceptif et enclin à une douce joie. Il alla dans la salle de bain, enleva ses vêtements et se doucha. Ensuite, il se dirigea vers le lavabo et constata qu'il allait falloir se raser un jour où l'autre. Il s'habilla avec ses affaires habituelles et s'assit dans son lit attendant que les autres se réveillent. Environ une demi heure plus tard, il sentit un certain mouvement venant des autres lits. Le faisceau de lumière qui pénétrait dans la pièce éclairait les lits, et surtout le dos de Jake.

Ainsi, c'est dans cette atmosphère de réveil que Selene sortit de son lit. Sans paroles mais avec en cadeau un petit sourire disant bonjour de la part de Jake, la petite rousse alla elle aussi faire sa toilette. Elle ressortit quelques minutes plus tard, et fit quelque chose qui s'apparentait à une crise d'anémie, et fit apparaître par magie une boite déjeuner, un peu comme Jake avait fait apparaître sa bouteille d'eau. Ensuite, James le beau se leva, et alla prendre sa douche lui aussi. Puis il ressortit à son tour. Les trois amis étaient ainsi tous les trois en train de prendre leur petit déjeuner, Jake faisant apparaître un sandwich entre ses mains.

Le petit déjeuner étant fini, il fallait attendre la réponse de Dakota comme le disait James; et trouver une occupation pour se divertir, ou juste discuter, mais Jake choisit de rester silencieux de pas son humeur calme. L'orphelinat était bien loin d'ici, et cela ne servait à rien d'y penser. Laissons le passé dans le passé, seul l'avenir compte.


Dernière édition par Jake Anderson le Sam 7 Juil - 11:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Sam 7 Juil - 9:56

Le membre 'Jake Anderson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Joyeux noël' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   Jeu 12 Juil - 15:41

L’adolescente ne savait plus à quand remontait son dernier repas. Une chose était sûre, sa boite déjeuner lui fit un bien fou. Associée à son sommeil profond, la nourriture l’avait revigorée comme il le fallait ; seules les faiblesses dues à sa « maladie » de voyageuse subsistaient. En voyant James reparaitre de la douche et ranger ses affaires dans ses sac, elle aperçut le volume des castors juniors. Visiblement, son ami avait aussi utilisé son pouvoir et avait hérité de ce présent qu’elle-même avait matérialisé quelques jours auparavant. Décidément, il était impossible de trouver une logique aux cadeaux qu’ils étaient capable de faire apparaitre.

- Oui, on a plus qu’à attendre je suppose…

La toquée s’était levée pour s’approcher du psychotique. C’était si bon de pouvoir tenir sur ses jambes. Elle finissait de piocher distraitement les dernières portions de légumes isolés dans sa barquette de repas, son regard noisette perdu dans le ciel d’un blanc immaculé. Plus de blizzard non, seule une poudreuse paisible qui saupoudrait la ville de sucre glace, métaphore qui ne pouvait qu’être éternelle chez le Père Noël. Consciente qu’elle n’avait pas eu le temps de faire quelque chose depuis la veille, la galloise se tourna timidement vers James pour lui dire à mi-voix :

- Merci pour… hier au fait. Merci à toi et Jules de m’avoir sauvée ; c’était vraiment… gentil.

Elle rosit et ses yeux ternes tombèrent sur ses pieds. Que faire de plus ? Le psychotique lui, faisait toujours un bisou quand il voulait montrer sa gratitude ; comprendrait-il à quel point elle était reconnaissante si elle faisait pareil ? Se mettant sur la pointe des pieds puisque son ami était un peu plus grand qu’elle, Selene lui déposa un petit baiser sur la joue.

- Merci, oublie pas de le dire à Jules de ma part.

Le rose virant au rouge, elle s’éloigna pour se cacher derrière sa chevelure rousse et jeter sa boite déjeuner à la poubelle. L’adolescente avait conscience que de cette façon, elle nourrissait la pathologie du psychotique, en faisant comme si sa création imaginaire existait réellement. Toutefois, elle pensait que ça lui ferait plaisir de voir que son ami était considéré en tant que telle ; et puis… ça ne servait à rien de toujours forcer les choses. De la même manière que James l’acceptait avec sa folie des épouvantails, elle pouvait l’accepter avec un camarade qui n’existait pas vraiment, non ?

Dans un sens, ils n’étaient pas très différents. Son épouvantail à elle, il n’existait plus que dans sa tête. Pourtant, il demeurait son plus fidèle ami et désormais, elle était capable de le faire apparaitre, doué de parole de surcroit. Ce constat fit naitre un sourire sur ses lèvres blessées, sincère et lumineux. Ce n’était pas grave si aucun de ses deux comparses n’en comprenait l’origine, elle en saisissait tout le sens, et c’était le principal. Du même coup, elle réalisa que ce qu’elle ressentait pour James avait dérivé – changé –, depuis ce petit pincement au cœur qui signalait un béguin. Elle l’adorait en ami, parce que lui, il la comprendrait sans doute. Il ne lui ferait jamais de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bah dis-donc, ça caille hein ?!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bah dis-donc, ça caille hein ?!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Onirique :: Terres Gelées-
Sauter vers: