AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Pas l'ombre d'un doute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Dakota Earnshow

avatar

Maladie mentale : Phobophobie

Messages : 481

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1850 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Lun 19 Aoû - 15:59

Pendant que Jake et Sydney digéraient la scène qui se déroulaient devant leurs yeux, Dakota entreprit de rédiger un court billet à l'adresse de James -et de Selene, même si elle préférait occulter ce fait. Elle griffonna donc à la va-vite sur un bout de papier :

James,

Nous venons de tomber sur une véritable marée d'ombres mais nous n'avons toujours aucune idée de comment en attraper une. Comment avancez-vous de votre côté ? Nous risquons d'avoir besoin de vous sous peu, en espérant que vous ayez trouvé un moyen de nous sortir de là.

Réponds moi promptement et... prends soin de toi.


Dakota n'avait même pas attaché son message à la patte de Chouette que le pirate commençait déjà à geindre. Ça en devenait presque une musique de fond. Ensuite il fit ce qu'il savait le mieux faire : fuir et se cacher. La phobophobe n'en était même pas surprise. Elle le regarda s'éloigner avec dédain alors que son volatil prenait son envol, puis constata avec un léger agacement que le rouquin comptait organiser une soirée mousse lorsqu'il héla le thermoréactif, accourant à ses pieds comme un brave toutou. Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir de passionnant derrière un caillou ? Vu l'angoisse qui perçait dans sa voix rien de bien positif, ce pourquoi Dak' jugea qu'il était heureux qu'on n'ait pas besoin de ses services vu qu'il était hors de question qu'elle bouge ne serait-ce qu'un orteil dans cette direction.

Cette paix retrouvée n'était pas si mal, son unique défaut fut qu'elle ne dura pas. Sydney ne tarda pas à reparaître pour se fondre dans la mer d'ombres comme l'imbécile qu'il était. C'était tellement inattendu venant de lui que la gamine resta coite un instant avant de tenter, un sourcil haussé :

- Qu'est-ce que tu fais, là ? C'est parfaitement irresponsable. Tu vas juste réussir à te faire tuer.

Elle marqua une pause pensive après laquelle elle ajouta :

- Non pas que ça me chagrine, mais je trouve franchement dommage de mourir pour rien. Comment comptes-tu attraper nos ombres si tu tombes dessus ? En leur demandant gentiment ?

Autant parler à un mur. Dakota s'assit donc au pied d'un arbre en attendant l'éventuelle réponse de ses camarades par retour de chouette. Et plutôt que de regarder ce nigaud faire... et bien ne rien faire, concrètement, elle préféra dresser un inventaire de ses possessions. Le tout était plutôt hétéroclite, principalement composées de babioles qu'elle trimbalait plus par vague nostalgie que pour leur absence totale d'utilité. Tenez, prenez cette statuette de Francis Cabrel... elle ne servait à rien d'autre qu'à lui faire se demander, d'une, pourquoi elle la gardait, et de deux, QUI était ce Francis Cabrel.

La blondinette avait encore les yeux rivés sur sa statuette quand son rapace se posa sur son épaule, lui tendant la missive qu'elle attendait. Plus elle lisait l'écriture brouillon de son meilleur ami plus elle blêmissait jusqu'à n'avoir plus rien à envier à l'épaisse couche de neige recouvrant les alentours.

- Ils ont trouvé mon ombre. Ils l'ont trouvé épinglée au sol et... et ils l'ont laissé là. Ils l'ont laissé plantée là, hors de vue alors qu'elle peut tout à faire se libérer et disparaître à jamais.

Le papier se froissa entre ses doigts frêles tandis que ses mains tressaillaient irrépressiblement.

- Ce n'est pas James, il ne doit pas réaliser. Mais Selene sait. Selene comprend forcément. Elle doit vouloir se débarrasser de moi cette... cette...

Dakota referma furieusement le poing sur la missive, une veine palpitant sur son front. Il fallait qu'elle se presse, qu'elle les retrouve mais surtout qu'elle retrouve le morceau d'âme qui lui manquait. Alors, et seulement alors, elle aurait tout le loisir de réfléchir à la manière dont elle se vengerait de la rouquine. Son principal problème était de réveiller Sydney et Jake pour les forcer à lever le camp. A voir comme le pirate courrait en tout sens sans savoir ce qu'il faisait elle ne pu s'empêcher de penser que ce n'était pas pour tout de suite.

Et bien tant pis ! Elle partirait seule s'il le fallait ! Il était hors de question de crever sur place juste parce qu'on l'avait affublée des deux pires idiots que la terre ait porté. D'ailleurs son costume disparu comme par enchantement, véritable invitation à la fuite. Mais par soucis de convenance elle cala tout de même la lettre de James sous un rocher après l'avoir annoté de son écriture ampoulée : « Je n'ai pas le temps de vous attendre, on se retrouvera à l'auberge.

Elle quitta la zone en trombe, n'offrant qu'un vague regard intrigué à Jake et la clodo qui l'accompagnait lorsqu'elle dépassa le rocher derrière lequel ils se trouvaient. La gamine ne savait pas qui était cette femme, et à vrai dire elle ne voulait pas le savoir, qu'elle semble mourante ou non. Ce n'était pas parce qu'elle connaissait la définition du mot « compassion » qu'elle souhaitait le mettre en application.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour disparaître, suivant à la trace le chemin que lui indiquait sur l'écran de son porte-monnaie magique le petit point clignotant qui indiquait son meilleur ami.

>> Direction le village de Noël

_________________



Dernière édition par Dakota Earnshow le Lun 16 Juin - 9:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Sam 24 Aoû - 16:13

Quel était le sens de cette vision ? Quel était ce mirage, ce cauchemar qui s’étendait devant ses yeux ? Un véritable vallée d’ombre s’étendait devant eux, et la peur régnait dans tous ceux qui avaient posé un regard dessus. Le thermoréactif n’en menait pas large, il était bloqué dans sa peur, et avait érigé  un bouclier qui l’avait déconnecté de la réalité, pour son bien. Il n’y avait pas grand-chose à faire, à part prier que tout se passe bien, et que quelqu’un vienne l’aider et le sortir de son enfer. Mais tout était désormais calme dans l’esprit de Jake. Tout allait bien.

Il commençait à échapper à la réalité, à s’en séparer, lentement  à la dérive. Mais un son bien particulier éveilla son attention. C’était  plus qu’un son, autre chose qu’un simple bruit. Oui, c’était  une voix, une voix étrangement familière. Mais qui cela pouvait bien être ? Un ami ? Une connaissance ? Ses vrais parents ? Non, il était dans  un autre monde, et il n’avait jamais  vu ses vrais parents. La voix le rappela par son nom, et Jake se souvint de son ami Sydney, celui qui était bizarre, mais sympa et digne de  confiance. Il cligna des yeux, retrouvant une meilleure vision, et vit son ami qui se dirigeait vers les ombres.

-Je te fais confiance, je vais au rocher, toi fais gaffe, et  peu importe ton plan, reviens dans 10 minutes maximum, si t’es pas revenu … je ne préfère pas y penser.

Quelle personne y avait-il derrière ce rocher qui pouvait être aussi importante ? Et comment avait-elle pu être assez convaincante  pour faire envoyer Sydney aux  ombres ? C’était  à ne plus rien y comprendre, mais il fallait faire  confiance au Pirate. Jake Avança vers le rocher, non sans peine, car la poudreuse entravait ses pas. Plus il approchait du rocher, plus il appréhendait ce qu’il allait trouver de l’autre côté. Ce qu’il vit était simple à décrire : une femme inconsciente dans  un état critique. Il s’agenouilla à côté d’elle, prit sa bouteille d’eau, souleva la tête de la femme, et lui fit boire. Il prit ce qu’il y avait de  plus liquide dans ses rations de survie, et alimenta la malade, tout en lui faisant boire l’eau.

Il dût s’y reprendre à plusieurs  fois pour éviter que la malade ne vomisse le peu qu’elle réussissait à avaler. Mais elle ne donna pas grand signe de vie, à part l’ingurgitation de ce que lui donnait Jake. La pauvre avait dû souffrir un calvaire pour être dans cet état, et du coup, il comprenait  mieux ce qui poussait Sydney à agir. Il y avait une vie en jeu. Jake fut surpris de voir que la malade n’avait pas d’ombre, comme Dakota, Selene et James. Peut-être cette condition était le résultat de l’absence d’ombre prolongée, et donc ce qui arriverait à ses amis ?

-Allez, s’il-vous-plait, tenez jusqu’à ce que Sydney trouve un moyen de vous aider !

Il n’y avait plus rien à faire pour la femme de  plus qu’il n’avait fait, et tout reposait sur les épaules du Pirate. Allait-il revenir vite et trouver une solution ? Jake était désarmé, et espérait que tout allait bien se passer.

Il vit Dakota s’en aller au loin. Il cria son nom, pour lui demander où elle allait, mais elle ne l’entendait pas. Il ne pouvait pas aller la rejoindre, car il ne  pouvait pas laisser la femme seule derrière ce rocher. Il était seul, et il ne pouvait rien faire.

Sydney, reviens vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Sam 14 Juin - 17:35

Grâce au ciel, le costume de Vampirella du pirate avait disparu mais ce dernier, trop occupé à courir frénétiquement, n’avait pas vraiment remarqué ce détail. Une ombre : il devait chercher l’ombre d’une amnésique ou quelque chose du genre. Si l’amnésie représentait l’oubli, il était difficile d’envisager un concept concret de manifestation d’ « oubli ».
- Bordel mais je dois chercher quoi, moi ?! s’exclamait-il, pris de panique.
D’un côté, un groupe d’ombre semblait pris dans la glace tandis que de l’autre côté, des mini-tornades se manifestaient par intermittence. Autour de lui, un véritable ballet fantomatique de ces traînées noires se mettait en place comme si chacune d’entre elle prenait conscience de la nature du capitaine paranoïaque, cherchant toutes d’une seule et même voix une aide qu’il était incapable de fournir. Elles tournoyaient, changeaient de sens, zigzaguaient en passant les unes sur les autres dans le but commun d’attirer l’attention de Sydney.

Il se retourna et jeta un œil inquiet en direction du rocher derrière lequel Jake et la mystérieuse jeune femme l’attendaient. Pourquoi faisait-il cela ? Pourquoi se donnait-il tant de mal ; dans quel but ? Plus il y réfléchissait et moins il savait. Il resta là, planté au milieu de cet œil de cyclone ombreux, jusqu’à oublier même ce qu’il cherchait. Que faisait-il là, déjà..?
- Arrêtez.. Arrêtez ! … ARRÊTEZ !! Il reprit son souffle tandis que les ombres, comme interloquées par le soudain haussement de ton du pirate, avaient cessé de tournoyer autour de lui. Je ne peux rien pour vous. Je ne sais même pas qui vous êtes ni où sont vos corps, je suis désolé. Je ne peux pas sauver tout le monde mais je dois sauver quelqu’un. Elle… Elle ne se souvient plus qui elle est ; je crois qu’elle est amnésique. Vous comprenez ce que je dis ? Vous savez de quelle ombre je parle ?

Le pirate au bandana haussa un sourcil, observant tour à tour les ombres anonymes qui s’étaient tout d’un coup stoppées. Il remarqua cependant une ombre qui se détacha du lot pour marcher jusqu’à lui. Etait-ce..?
Pas le temps de se poser la question qu’une deuxième ombre s’approcha, puis une troisième, une quatrième et en à peine quelques secondes, toutes les ombres se ruèrent sur le corsaire pour former un gigantesque amas noir sous son corps. Avides, les moitiés de voyageurs ne songeaient qu’à une chose : retrouver un corps. Elles ne devaient pas se rendre compte que n’importe quel corps ne pouvait pas faire l’affaire.
Quoi qu’il en soit, l’ombre géante se dessinant sous Sydney le rendait mal à l’aise… presque… faible. Oui : faible ! Il faiblissait comme si toute ces ombres pompaient son énergie vitale. Comme si… Comme si sa propre ombre ne pouvait pas faire le poids face à cette foule tentant de prendre sa place.
Tombant à genoux, il éprouva pour la seconde fois cette sensation d’oubli, comme si ses pensées étaient troublées par…
- Mais oui… C’est ça ! L’oubli ! Il y a ici une ombre qui me fait oublier et c’est forcément celle-là que je cherche ! Mais laquelle..?
Faisant de son mieux pour supporter cette sensation atroce qu’on arrachait la vie de son corps, il tâtonna à la recherche de cette sensation. Une fois qu’il eût trouvé l’épicentre du phénomène, il empoigna sa dague magique qu’il cachait sous sa ceinture et la planta au sol.

Toutes les ombres s’enfuirent comme s’il s’agissait d’une seule et même conscience. Toutes sauf une : celle d’une femme aux longs cheveux que la dague retenait prisonnière au niveau de la jambe. Le pirate eut alors une idée folle mais se dit qu’après tout, il n’avait pas grand-chose à perdre. Il se releva, emportant le couteau avec lui et tendit la main en avant de sorte que l’ombre de cette dernière touche celle de la jeune femme. Il referma la main dans le vide.
- Viens, je vais te ramener à ton corps. Il est temps.

L’ombre se laissa emporter sans résister jusqu’au rocher où ils trouvèrent la jeune femme évanouie dans les bras du thermoréactif.
- Je… Je l’ai. Je crois. T’as une idée de la manière dont on pourrait les réassembler, moussaillon ? L’ombre lâcha la main du pirate pour glisser doucement jusqu’à sa propriétaire. Néanmoins, les effets de la maladie ne se dissipèrent pas pour autant. On a vraiment plus beaucoup de temps mais RHAA ! il arracha son bandana de sa tête, libérant sa chevelure ondoyante puis ajouta : Je trouve rien, j’en sais rien ! Comment on rattache une ombre, bordel ?! J’ai réussi à la fixer au sol avec ma dague mais je vais quand même pas la planter, elle va me claquer entre les doigts si je fais ça.

Dépité, il se laissa tomber sur les fesses et pris sa tête entre ses mains. Il ne voulait pas renoncer mais il ne voyait pas non plus quoi faire de plus. Attendre ? Le corps lâcherait avant que l’ombre ne se fixe elle-même. Inconsciemment, il pria pour un miracle. Il avait besoin de cette fille. Il avait besoin de savoir ce qu’elle savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Dim 15 Juin - 21:06

Viens de : Zéro absolu

La nuit avait été longue. Quand ses paupières s’abaissaient sur ses yeux d’orage, les portes d’horribles cauchemars éveillées s’ouvraient immédiatement. Les zombies de Freedoom, Avok, la créature sur le bateau, les gardiens. Les images se succédaient, l’empêchant de rejoindre les bras de Morphée. Chaque nouvel assaut laissait ses entrailles plus froides. Chaque fois, juste avant qu’elle ne rouvre les yeux, le visage de sa mère lui apparaissait. Un sourire débordant de bienveillance aux lèvres.

Ses sentiments se succédaient de façon complètement chaotique : la colère, la peur, la résignation, mais aucun de ceux-ci ne lui apportait l’espoir, ni le réconfort.

La tempête faisait rage à l’extérieur, le souffle du vent s’infiltrant dans la grotte comme une complainte fantomatique. Finalement, son esprit malade épuisé par les visions, Melena sombra dans un sommeil sans rêve. Seul réel réconfort à Dreamland ; le seul moment où l’horreur ne la suivait pas. Ses cheveux décolorés en auréole autour de son visage blême, toute la fragilité de l’adolescente éclatait au grand jour, toute sa folie se dissimulait.

Elle avait à peine dormi deux ou trois heures lorsque à l’aube, la nécrophobe fût réveillée par un bruit de mastication et l’odeur immonde d’une charogne. Un frisson raidit tout son corps courbaturé. Lentement, elle se tourna, juste assez pour apercevoir la silhouette d’une créature difforme, poilue, dressée par-dessus le lit déployé la veille par Nikodim. L’animal dévorait les entrailles de Joshua, son pelage blanc taché de sang, la plaie béante tenue ouverte par des griffes d’une dizaine de centimètre.

Les yeux morts de l’enfant fixaient Melena. Ils avaient l’air plein de douleur, plein de reproche. Ce gosse sans défense était arrivé la veille dans le monde des rêves et le voilà déjà en train de se faire dévorer. Littéralement. D’un accès mêlant rage et terreur, l’irlandaise attrapa son pieu – resté à portée de main dans le cas où elle en aurait eu besoin pour se défendre de Nikodim – et bondit sur ses pieds. Avant que la bête n’ait compris la menace qui pesait sur elle, le pic métallique transperçait sa chair à une – deux – puis trois reprises.  

L’adolescente s’écarta ensuite, essoufflée, ses yeux gris incapables de se détourner du spectacle qui s’offrait à elle. Une autre image qui se graverait éternellement dans son subconscient. L’animal tituba un instant, poussant des gémissements diaphoniques de nature chimérique, puis s’effondra, agité de spasmes.

Melena resta immobile encore deux bonnes minutes, sans réellement savoir s’il s’agissait de précaution, ou si son cerveau s’était simplement déconnecté. Ses bras vibrant encore, elle entreprit alors de rassembler toutes ses possessions et sans un regard à un Nikodim encore endormi, elle quitta la grotte.

Ce fût le début d’un long périple pédestre. Le silence du désert glacé simplement brisé par le bruit de ses chaussures dans sa neige. Quelque part, même si elle craignait de se perdre pour l’éternité – ou du moins, jusqu’à sa mort – ces grands espaces avaient quelque chose de reposant. Après plusieurs heures de marche, l’adolescente eut même la chance de croiser un agréable couple d’esquimaux qui la prit en « stop » sur leur traineau. Ils étaient gentils. Visiblement éprouvés par les épreuves de la vie sur le continent gelé, mais ils lui accordèrent une chaleur humaine qu’elle n’avait pas connu depuis longtemps. Elle s’endormit même, la tête appuyée contre une peau de bête, paisible, comme une enfant qui dort à l’arrière de la voiture de ses parents.

Ce fût la femme qui la réveilla, un sourire triste et maternelle aux lèvres. L’irlandaise s’excusa, honteuse, mais l’inuit dreamlandienne dissipa le malaise d’un signe de la main en émettant un petit rire. Après leur avoir chaleureusement serré la main, Melena se remit en route, direction le village du Père Noël d’après ce qui lui avait été indiqué. Après une bonne heure de marche à éviter les trous noirs qui perçaient le désert de neige, elle finit par apercevoir un homme portant un bandana de pirate, la tête entre les mains, auprès d'une femme inconsciente.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Lun 16 Juin - 17:53

Plus les secondes passaient, plus le sentiment de solitude se faisait ressentir. Dakota était partie, il n’y avait plus aucun signe de son passage, et elle ne répondait toujours pas à ses appels. Sydney, lui était parti dans la tempête d’ombres, disparaissant peu à peu au loin. Le temps n’aidant pas, Jake se renfermait sur lui-même, et s’abandonnait à son état frigorifique.  Il s’assura que sa batte de base-ball était bien attachée  à sa ceinture, et remarqua que son costume de squelette avait enfin disparu. Le contact avec la poignée de son arme le rassura, se disant qu’au moins  il n’était pas sans aucune défense, mais douta quand même de l’efficacité de celle-ci contre des ombres.

Il ne voyait désormais plus Sydney dans l’immensité qui s’offrait devant  lui, et s’inquiéta pour son ami. Quand allait-il revenir ? La question résonnait au plus profond de Jake, qui sentait le besoin d’avoir un ami près de lui, en ce moment précis. Il avait à veiller sur l’inconsciente inconnue, et le sentiment d’être seul face à une situation qui lui échappait des mains se montrait de plus en plus fort. Il perdait  un peu ses repères, et l’absence de téléphone  pour appeler des urgences lui rappelait à quel point le monde réel pouvait avoir ses avantages. Cependant, il était toujours dans un monde magique, et la condition de la dame sans ombre se faisait bien réelle.

-Tenez, dit-il d’une voix encourageante, accrochez-vous, mon ami va revenir avec votre ombre, et vous allez vous en sortir !

Il espérait que Sydney revienne vite avec l’ombre, car c’était sûrement ce qu’il cherchait. Mais comment savoir quelle ombre correspondait à cette femme précise ? Sydney avait-il un plan ? Il ne pouvait que  lui faire confiance à présent.

Jake, sentant ses muscles faiblir à force de tenir la dame dans  une mauvaise position, allongea la dame, et se servit de son bonnet et de son écharpe, inutiles à cause de son pouvoir, pour lui faire un oreiller à peu près efficace.  Il se dégourdit les jambes, et guettait au loin l’arrivée de son camarade, et plus que tout son pilier, celui sur qui il pouvait compter ici.

Il restait tout de même un dernier problème. Dans l’hypothèse  ou Sydney irait récupérer l’ombre, comment allaient-ils faire pour la recoller à la dame ? Aucun moyen physique n’entrainant pas une souffrance de la personne à qui on racolait l’ombre ne semblant pas attrayant, Jake se demanda si une source magique ne pouvait pas aider à catalyser le processus de recollement des ombres.
Il allait falloir essayer, se dit-il.

Les minutes passaient et l’attente du pirate devenait un peu longue. Au pifomètre, cela devait bien faire 5 minutes qu’il était parti, mais cela semblait déjà être des heures que  son ami était parti. Passant une main dans ses cheveux, il regarda sa protégée, puis scruta l’horizon.
Il distingua soudainement une légère déformation entre les ombres, et perçu un mouvement.
Quelqu’un approchait.

Il attrapa le manche de sa batte de base-ball, s’assura que la femme respirait encore, et guetta l’arrivée de l’individu. Quel fut son soulagement  lorsqu’il vit que c’était son ami qui approchait, et, malgré le fait qu’il semblait avoir quelque difficulté, il arrivait avec une autre ombre à côté de la sienne.

-Sydney ! Ici ! Appela-t-il son ami au loin.

Il était dépité, et malgré l’accomplissement de sa mission, la gravité de la situation refaisait surface, et il perdait les pédales. Jake lui passa le bras sur l’épaule, le secoua amicalement et très légèrement pour lui dire que tout allait bien se passer.

Jake, étant dans son état glacial, se demanda s’il allait y arriver, et son pouls s’accélérait. Il fallait qu’il réussisse, coûte que coûte, peu importe s’il échouait  cent fois, du moment que le coup suivant était le bon. Il enleva son manteau et son pull, se mit à genoux devant la dame inconsciente tout en fermant les yeux et en se concentrant.
Il chercha au fond de lui-même la source de son pouvoir, l’étincelle qui avait fait que son embrasement avait été étendu jusqu’à ses épaules, et essaya de dissiper son inquiétude. Il sentait qu’il se rapprochait de son but. Ses doigts commençaient à frémir, et son cœur à pulser fort. Puis il trouva ce qu’il cherchait.
Le givre qui couronnait ses cheveux s’étendit rapidement jusqu’à ses épaules formant des motifs glacés qui brillaient à la lumière du soleil.

Dans un état tout aussi concentré, il toucha l’ombre de sa main gauche, et la dame de sa  main droite. Il se raccrocha à l’étincelle de  pouvoir qu’il avait sentie, et puisa dans son énergie pour saisir l’ombre, et la raccrocher à sa propriétaire. C’était un travail qui était presque instinctif, comme s’il avait toujours su le faire. Peut-être cette étonnante lucidité  était due au froid et  à son état glacial, mais une seule chose était sûre, il arriverait à remettre l’ombre à sa bonne place.

Il ‘épuisait rapidement, et le givre qui couvrait ses épaules disparaissait petit à petit pour venir souder le corps et l’ombre de l’inconnue. Puis, tout d’un coup, il sentit qu’il n’arrivait plus à attraper l’ombre de la patiente. Il paniqua, et se demandait ce qu’il se passait. Il avait fait comme ça lui semblait naturel, qu’est-ce qui avait pu mal tourner ? Mais en regardant de plus près, il s’aperçu que l’ombre était entièrement attachée à la dame. Il était soulagé, mais vidé de ses forces.

Le givre était à présent uniquement sur ses cheveux, et l’étincelle de magie qui l’avait habité s’estompa rapidement, le laissant dans son état normal. Il commença à se mettre debout, et eut à peine le temps de voir que quelqu’un arrivait vers eux que ses jambes et dérobèrent sous lui, et sans comprendre comment ni pourquoi, il avait fait contact avec le sol.

Le corps pris de grelottements, il ne put se lever, ferma les yeux, et se laissa doucement  emporter par sa soudaine fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mar 17 Juin - 18:21

Le pirate mit quelques secondes avant de relever la tête, intrigué par le bruit de craquelure en direction de Jake. Une pellicule de givre recouvrait le buste de ce dernier, formant des motifs géométriques se remplissant peu à peu pour former une couche à peu près homogène s’arrêtant juste en-dessous des épaules du thermoréactif. Que pouvait bien avoir en tête ce marin d’eau douce ? Cryogéniser la pauvre femme – ce qui revenait essentiellement à la tuer ? Sydney était titillé par son esprit paranoïaque qui lui hurlait « TRAHISON !! » mais étrangement, il ne pouvait pas se résoudre à y croire fermement. Etait-il si faible psychologiquement qu’il ne puisse même plus accepter une réalité qui l’enfoncerait définitivement ?

Plus le temps passait et plus le corsaire se demandait s’il devait agir ou non, si ce que faisait Jake était une bonne ou une mauvaise chose. Méfiant, il se contenta d’agripper le pommeau de sa dague tout en gardant ses distances.
Après quelques minutes d’efforts intenses de la part de Jake, le miracle se produisit sous les yeux du paranoïaque qui n’en revenait pas : l’ombre avait finalement rejoint sa propriétaire. La probabilité d’un tour de passe-passe tomba à zéro lorsque le matelot tomba sur le sol enneigé pour piquer un roupillon. Sydney continua à le regarder, incrédule, puis haussa les épaules avec dédain pour s’intéresser à la femme mystérieuse. De deux choses l’une : personne n’avait demandé à l’homme chocolat de s’investir autant et d’autre part, à quoi bon avoir fourni autant d’efforts si au final la jeune femme mourrait d’hypothermie ?

- Eh, ça va aller ? Vous m’entendez ? N’obtenant aucune réponse, Syd’ souleva les paupières de la femme pour jauger son état de conscience. Peuh… Comme par hasard : elle dort, maintenant. Y a rien à faire, il y aura toujours quelqu’un pour vous faire chier en vous faisant poireauter. C’est pas comme si je demandais-……
Le pirate stoppa net sa séance d’expression de mauvaise humeur au moment où une seconde femme entra dans son champ de vision. Il ne l’aurait pas remarqué si sa chevelure ébène et sa tenue ne contrastaient pas autant avec :
1. Le ciel blanc
2. Le SOL blanc
3. Son visage d’une pâleur extrême
- Booooonjooour ! ♫ Je peux faire quelque chose pour vous ? Comme vous dire que votre camouflage est juste nul ? Non parce que vous voyez : je suis un peu occupé à m’occuper de mes deux tas inertes. Oh, à moins que vous ne connaissiez celui-ci ? Il souleva la jeune femme par le col, la secouant devant la nouvelle venue.
Se détournant de la thanatophobe, Sydney se releva, pris la belle inconsciente sur son épaule et attrapa le pied de Chocolate Boy qu’il commença à traîner dans la neige.
- Si vous aussi vous cherchez votre ombre, faites-vous plaisir : y en a tout un tas ici. Moi, j’ai déjà donné alors débrouillez-vous. D’un ton condescendant, il ajouta : J’emporte également votre amie vu que j’ai besoin d’elle. Mais vous vous en fichez sûrement puisque si vous teniez à elle, vous ne l’auriez pas laissée seule dans un état aussi lamentable, hm ?

La caboche déglinguée du pirate parano’ était telle une boîte depuis laquelle le diablotin du mépris attendait la moindre occasion pour sauter à la gorge de la première personne venue. Il était assez évident en voyant les traits du corsaire qu’il était assez contrarié, à tel point qu’il faillit manquer le rocher sous lequel Dakota avait laissé sa lettre à leur attention. Parodiant une voix d’enfant geignarde et gnangnan, il lut à haute voix :
- « Z’ai décidé que z’avais plus beusoin de chercher mon ombreuh alors ze vous abandonne parc’queu mon QI et ma lâcheté m’empêchent de venir vous parler pour vous le dire francheument. » Eh ben c’est ça : casse-toi ! Je le savais depuis le début, de toute façon ! Moi non plus j’ai pas besoin de toi ! Il froissa le bout de papier qu’il jeta furieusement au loin. Il reprit la jambe de Jake qu’il avait lâchée et repartit sur son chemin.

Il ne savait pas vraiment où il voulait aller ensuite mais une chose était sûre : il n’irait à l’auberge que pour reprendre ses affaires et attendre que ses deux boulets se réveillent. Suite à quoi, il partirait. Loin. Très loin. Et vite. Très vite. Marre de jouer au chien-chien pour le bon vouloir d’une gamine handicapée mentale. Et qu’elle n’essaye même pas de lui adresser la parole, oh ça non !
Sans qu’il s’en rende compte, Jake finit par reprendre conscience et en informa le pirate via un grognement dans lequel on pouvait aisément deviner la contrariété de se voir trainé dans la neige. Surpris, Sydney lâcha son emprise sur la jambe du garçon.
- Woah, c’est vivant ! Ay, moussaillon ; tu m’entends ? Il se pencha et aligna son visage dans la direction de celui du givré. Sérieusement… La nana aux cheveux noirs arrête pas de me fixer et ça me rend mal à l’aise donc si tu pouvais te lever…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mar 17 Juin - 19:04

[HRP : les cheveux de Mel’ sont actuellement blonds en fait. Tu ne te rappelles pas ? Elle les a décoloré dans le monde réel… un détail ahah]

Un instant, l’adolescente crut que ses yeux la trompaient, mais ce n’était pas le cas. Un deuxième type qu’elle n’avait pas vu jusqu’alors s’était manifesté pour se pencher sur le corps inerte. Elle s’était d’abord immobilisée : peut-être ces deux hommes étaient des malades mentaux en train de faire subir des sévices corporelles à une jeune femme. En réalité, par un tour de passe-passe qu’elle ne comprit pas vraiment, le type-sans-bandana avait ressoudé l’ombre et le corps de l’inconnue évanouie avec une couche de givre étendue sur ses épaules.

C’était un miracle ! Non ? Une chaleur étrange envahit son ventre. Celle de l’espoir : elle avait trouvé quelqu’un capable de résoudre son souci, il ne lui restait plus qu’à trouver sa propre moitié d’âme. Melena réduisit à néant l’espace qui la séparait encore du trio mal assorti, mais Sydney l’assomma d’un flot de parole avant qu’elle n’ait pu dire la moindre chose. Ne pouvait esquiver son babillage, l’adolescente analysa rapidement les deux hommes. Ils avaient leurs ombres mais ne semblaient pas bien dangereux. Son instinct forgé par d’interminables journées à Dreamland lui faisait supposer qu’ils étaient des voyageurs… et puis c’était pas bien difficile à deviner, ils venaient apparemment de se faire larguer par quelqu’un qui cherchait la sienne.

- Excusez-moi, commença-t-elle, mais le paranoïaque poursuivit son petit bonhomme de chemin comme si elle n’avait pas existé.

La nécrophobe le suivit en préservant ses distances, ses jambes alourdies par les heures de marches avalées depuis la veille, mais elle avait besoin de savoir. Un instant, elle hésita à sortir son pieu ou sa couronne de méduse et à le menacer. Intimider ce type-pirate pour le forcer à l’aider fût l’idée d’un instant, puis elle se ravisa. Elle ne voulait pas être comme ça.

Le sang qu’elle avait sur les mains la démangea soudainement, comme pour lui rappeler qu’elle était une criminelle – même pire. Pour chasser cette sensation, elle frotta ses paumes contre sa combinaison techyoïte et rattrapa les deux hommes quand Jake émergea enfin de son sommeil. Ses cheveux peroxydés dansant nonchalamment au gré de la brise qui se levait, l’irlandaise posa ses yeux d’orage sur chacun des inconnus avant de demander :

- Excusez-moi, je… je ne veux pas vous embêter longtemps. J’ai vu que vous avez réussi à ressouder l’ombre de cette femme et… je souffre de la même chose. J’étais dans les parages quand C’est arrivé, je suis sûre que mon ombre est dans le coin… elle se mordit la lèvre avant de terminer, si seulement vous pouviez me dire comment faire après…

Sa fierté l’empêchait de directement mendier de l’aide. Et puis, et s’ils réclamaient de l’argent en échange ? S’ils réclamaient beaucoup d’argent ? Serait-elle prête à payer, ou bien préférerait-elle laisser tomber et chercher par ses propres moyens.

La jeune fille approchait du but, mais alors, une question la taraudait : ses pouvoirs disparaîtrait dans le monde réel. Était-ce une bonne chose ? Une partie d’elle voulait croire que ça irait. Elle était une adolescente, elle souffrait d’une maladie mentale… on la mettrait en examen, on lui ferait la morale, et ça passerait. … sauf qu’elle était responsable de la mort de plusieurs agents de police et ça… ça ne pardonnait pas. Peut-être qu’en ce moment même, on la recherchait partout avec ordre de tirer à vue. Peut-être même que dans les dix secondes à venir, elle prendrait une balle dans la tête et tout sera fini.

Un frisson secoua Melena. De la peur. De l’horreur. La rue sinistre où elle avait aligné des cadavres pour les décapiter à la scie s’était imposée une fraction de seconde. Secouée de brefs tremblements qui cessèrent presque immédiatement, elle dut avoir un instant l’air d’elle psychotique, mais elle se ressaisit assez vite. Elle eut envie de sourire pour rassurer ses interlocuteurs, mais son visage blafard semblait figé  à tout jamais dans une impassibilité triste.

- S’il vous plait…, ponctua-t-elle seulement pour faire montre d’un peu plus de politesse.

_________________



Dernière édition par Melena Autumn le Jeu 19 Juin - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Jeu 19 Juin - 15:09

Un doux balancement irrégulier berçait Jake, comme s’il était en train d’essayer de dormir dans les bras de sa mère. Il voulait que cela continue, que sa mère lui porte toute l’affection dont il avait besoin. Il voulut ouvrir les yeux pour découvrir enfin les yeux et le visage de celle qui l’avait mise au monde après tant d’années de séparation, mais rien à y faire, il ne pouvait pas ne serait-ce que les entrouvrir. Mais … sa mère n’était plus … comment se faisait-il alors qu’elle le berce ? Quelque chose n’allait pas.

Tout d’un coup, tout cela s’arrêta, et son corps meurtri lui fit enfin retour de ses vraies perceptions. Il ouvrit les yeux brusquement, revenant à ce qui l’entourait. Sydney était debout devant lui, face à une jeune blonde qui semblait perdue et avait besoin d’aide. Elle n’avait pas non plus d’ombre. Tout lui revint d’un coup, la tempête d’ombres, le départ de Dakota, Sydney qui revenait avec l’ombre de la femme, et son exploit pour racoler cette femme et son ombre, dont il ne savait toujours pas comment il avait vraiment fait.

Cette femme demandait de l’aide, et Jake, même s’il ne la connaissait pas, avait  vu ce qu’il se passait aux gens qui souffraient de cette anomalie, c’est pourquoi il voudrait bien l’aider. Il se leva, et réalisa qu’il était toujours torse nu, et que son dos lui faisait mal. Il chercha ses habits, les trouva dans la hotte que Sydney avait trainée, et remit donc son pull et sa veste, tout en remarquant que le pirate l’avait trainé sur une certaine distance, pour s’éloigner des ombres.

Le thermoréactif se remettait de son épuisante opération, et ses muscles lui répondirent normalement. Il vérifia qu’il n’avait rien de cassé, mis la main à sa batte de base-ball pour vérifier qu’elle était bien là, et dévisagea la nouvelle inconnue. Ses cheveux blonds, qui ondulaient au vent, faisaient ressortir son visage, porté par ses yeux gris. Dans son regard étincelait une certaine lumière, quelque chose de rare, qui inspirait à une certaine confiance tout en imposant du respect. C’était comme si ces yeux avaient tout vu et tout vécu dans ce monde. Elle devait aussi être une voyageuse, une des leurs, mais elle devait être  là depuis bien plus longtemps que Jake et Sydney réunis.

Sydney ne semblait pas très ouvert pour accueillir cette nouvelle voyageuse dans leur groupe, mais il allait sans dire qu’ils auraient besoin de quelqu’un de plus pour survivre ici.

-Salut, moi c’est Jake, et lui c’est Sydney. Dit-il calmement, et avec les meilleures intentions. Ne te juge pas qu’à ce qu’il dit, il est bien plus au fond que son apparence, et si tu es gentille, tout ira bien avec lui. N’est-ce pas Sydney ? Elle ne nous a rien fait de mal pour l’instant, donc si tu pouvais au moins lui donner une chance ça serait plus facile d’instaurer  un dialogue avec elle.

Il toucha l’épaule de Sydney comme pour lui dire que tout allait bien se passer et qu’il allait s’occuper de leur nouvelle compagnonne de route sans qu’il ait trop à faire. Puis il se tourna vers celle qui leur demandait encore de l’aide. Passant sa main dans ses cheveux, caressant le givre qui les recouvraient, il repensa à la manière dont  il avait guéri la femme derrière le rocher. Il aurait besoin de temps avant de recouvrer toute sa force pour puiser à nouveau dans son pouvoir, qui lui semblait impossible à atteindre en ce moment.

Il sortit le tournevis de son manteau, le fit tourner dans la main, jouant  un peu avec, s’arrêta, le remit dans son manteau, et fixa l’inconnue aux cheveux peroxydés. Il prit l’air le plus sérieux, s’avança un peu, et la regarda droit dans les yeux.

-Je veux bien t’aider, dit-il, tu sembles aussi être une voyageuse comme nous donc l’entraide est bienvenue. Par contre, il y a une question à laquelle il faut absolument répondre, et je suis intransigeant dessus.

Il regarda la personne qui allait sûrement devenir une amie dans ce monde. Qui était-elle, que faisait-elle ici, et que lui était-il arrivé dans ce monde? Elle semblait si triste et si perdue, il fallait qu'il l'aide. Doucement, il lui tendit la main, pour qu’elle la serre.

-Comment tu t’appelles ? dit-il, perdant tout son sérieux et lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Jeu 19 Juin - 17:07

On abusait clairement du temps libre de Sydney à lui poser des questions idiotes. Cette femme était déjà là quand elle les avait vu recoller l’ombre alors pourquoi demander comment faire vu qu’elle le savait déjà ? Encore une personne ne sachant rien faire d’autre à part vivre au crochet d’autrui. Manque de pot : le crochet du pirate n’était pas connu pour être des plus charitables. A-t-on déjà vu un pirate donner ? Non mais sans rire…
Au « s’il vous plaît » venant clôturer cette déplaisante requête, le corsaire pouffa avec mépris. Si Jake voulait aider – ce qu’il voudrait sûrement – personne ne l’en empêchait mais par contre, personne ne pourrait obliger Sydney Miles à aider le premier clochard venu. Il avait déjà ce qu’il voulait avec la rouquine alors qu’allait lui apporter une autre manifestation de bonne grâce ?

Comme prévu, le thermoréactif prit les devants et se chargea du côté social de la conversation, rajoutant tout plein de petits mots qui font jolis pour ne pas blesser l’âme sensible en face. De l’hypocrisie ou de la naïveté, les deux étaient à gerber. Elle n’avait pas fait de mal « pour l’instant » et c’était le « pour l’instant » qui résumait le gouffre entre la pensée raisonnée de Sydney et celle enfantine de Chocolate Boy.
Et comme si cela ne suffisait pas, le jeune homme osa toucher l’épaule du capitaine parano’ après lui avoir – gentiment – dit « ta gueule ». L’humiliation totale, la soumission imposée dans toute sa grandeur. Jamais Syd’ n’aurait imaginé que Jake puisse recéler un côté si méprisable. Plein de dégoût, il fixa son épaule comme si c’était de la morve qu’on venait d’essuyer dessus puis reporta son regard sur les deux personnes se liguant manifestement contre sa liberté. Il leur cracha ces quelques mots virulents : Ben moi j’m’en fout : j’aiderai pas !

Réajustant le poids (presque) mort sur son épaule, il regarda la scène tout en conservant une distance de sécurité d’environ quatre ou cinq mètres, ce qu’il jugeait raisonnable. Pendant un instant, il avait presque cru que Jake redevenait raisonnable mais la question ô combien importante que ce dernier venait de poser arracha un râle d’exaspération à M. Ronchon.
- Rhaaaaaââââ !! Bien plus bas mais sans réellement se soucier de savoir si on pouvait l’entendre ou pas, il continua de grincher dans son coin en parlant tout seul : Mais c’est pas vrai… On s’en fiche pas mal de savoir son nom ! C’est tellement facile de mentir. Et puis y avait une infinité de questions plus intelligentes à poser comme euh… « tu viens d’où ? », « pourquoi t’es là ? », « c’est quoi ta tare de malade mental ? » ou ma préférée : « pourquoi tu viens me casser les pieds à moi ?! »

Et le grincheux de grincher comme à son habitude à propos de tout et de n’importe quoi. Il ne voulait PAS entretenir une bonne image et de toute façon, il n’était PAS sympa. Il n’avait pas envie qu’on soit heureux de le voir pas plus que de rester à ses côtés. Enfin sauf Jake… de temps en temps. Parce que lui, c’était différent : il ne pouvait pas être dangereux volontairement. Il était trop…. Trop ‘Jake’.
Le problème était là, en fait : Sydney avait besoin de Jake.. enfin « besoin… ».. mais n’avait pas besoin de cette « Melena ». Or, Jake voulait aider celle-ci. Le pirate sentait qu’il y avait baleine sous gravillon : il devrait supporter la présence d’une énième personne trop mystérieuse pour être clean s’il ne voulait pas se retrouver sans bouclier. Affichant un regard mesquin, il leva sa main libre à hauteur d’épaule et matérialisa le ‘Casier Judiciaire’. Il observa quelques secondes le petit carnet à la couverture de cuir avant de le lancer en direction de Melena en prenant soin de viser la tête. Des fois que…
- Tiens, attrape ! Vu qu’il faut tout faire par soi-même, ici… Et t’avise pas de feuilleter les pages, c’est pas une revue pour les marins d’eau douce dans ton genre !

Il profita de la dizaine de secondes nécessaires à l’activation du pouvoir pour jauger de haut en bas la jeune femme qui se tenait face à eux. Physiquement, elle n’était en rien différente d’une adolescente classique si on mettait de côté l’absence d’ombre. Le choix de couleur de cheveux était juste immonde mais c’était davantage la combinaison qui intriguait le boucanier désagréable. Comment avait-elle pu errer dans ces terres gelées avec seulement ce truc sur le dos ? C’était à peine croyable. Ses yeux gris ne reflétaient rien : la joie, la santé, la vie.. tout cela en semblait absent. Savoir pourquoi était évidemment devenu l’une des priorités principale de Sydney mais il en saurait déjà bien assez avec son carnet pour se permettre de remettre sa curiosité à plus tard.

Une fois le temps nécessaire à l’activation écoulé, il leva à nouveau la main, faisant disparaître des mains de la phobique pour le faire réapparaitre dans les siennes. S’humidifiant les lèvres, il tourna les quelques pages non vierges du Casier Judiciaire pour trouver la dernière entrée en date :

Melena Autumn, 17 ans
Neutre

1. Fais le mort
2. Master of Puppets
3. Goule
4. Parasitisme morbide
5. La mort vous va si bien
6. Dernière volonté

B. a aidé et protégé des clandestins lors de la traversée de l'océan.
M. s'est disputée avec ses amis / agressions verbales

B. a défendu un navire contre des monstres marins.
M. a menacé de tuer des clandestins s'ils sortaient de sa loge.

B. a sauvé Joshua Warren du blizzard.
M. n'a pas défendu Francis Broïn des accusations qui pesaient sur lui.

B. a permi à Nikodim Vialkovitch de rester en sa compagnie.
M. a abandonné ses amis suite à la dispute.

B. a renseigné Joshua Warren sur la nature de Dreamland.
M. a menacé Nikodim Vialkovitch.

Certaines des informations étaient surprenantes, comme l’âge de cette fille. Elle paraissait plus… vieille. La mention « neutre » fut également une surprise pour Sydney qui s’était habitué à voir s’afficher « ami ». Peut-être que ce pouvoir n’était pas si biaisé que ça, finalement.
La grande nouveauté, cependant, consistait en trois petites listes ; l’une présentant six groupes de mots… des noms ou des énigmes, il ne savait pas trop. Peut-être… Oui, c’était très probablement ça : il s’agissait des pouvoirs de Melena. Pour une raison qui lui échappait, les effets de ces derniers n’étaient pas notés mais les noms permettaient d’ores et déjà de cibler avec un peu de précision à quelle tarée il avait affaire.

La seconde liste, elle, se présentait comme l’opposition en colonne de deux listes de cinq points chacune. La première présentait des actions assez encourageantes sur la personnalité de cette Melena mais c’est la seconde colonne qui fit tiquer l’œil du pirate. Y étaient listées un bon nombre d’actions assez moches voire même d’une bassesse sans nom. Le manque de contexte n’aidait pas à adoucir le tableau mais Syd’ s’en fichait : il était mention à plusieurs reprises de trahison, menaces et disputes violentes. Si les noms auxquels ces mauvaises actions ne disaient rien au pirate, sa paranoïa lui hurlait qu’un jour ce serait son nom à lui qu’il verrait dans la liste des victimes. Et il ne voulait pas ça.
Quiconque était cette Melena Autumn, Sydney n’était pas prêt de lui faire confiance. Oh ça non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Jeu 19 Juin - 18:10

L’adolescente restait parfaitement interdite devant le numéro que lui jouaient Jake et Sydney. On aurait presque dit le coup du bon flic et du méchant flic : l’un qui semblait l’accueillir à bras ouverts, l’autre qui mourrait visiblement d’envie de l’envoyer se faire voir. Étrangement, elle ne pouvait s’empêcher d’accepter le point de vue de ce dernier. Combien de fois elle et Jade ou Elie avaient été désagréables avec des inconnus ? Comme s’ils devaient porter la responsabilité de ce qui leur était arrivé. Les voyageurs sur les nerfs apparaissaient plus raisonnables que les voyageurs trop gentils ; triste monde.

La question « importante » de l’homme thermostat l’aurait sans doute fait éclater de rire quelques semaines plus tôt. Mais ce jour là, elle restait aussi froide que la neige qu’ils foulaient du pied, un sourcil légèrement soulevé en guise d’interrogation. Il se moquait d’elle ou bien ce type était juste… bref. Histoire de montrer patte blanche, elle étendit son bras pour serrer la main qui lui était tendue, puis ramena bien vite son membre contre son corps. Comme si son interlocuteur allait le lui voler – comme s’il pouvait voir ses cicatrices à travers ses mitaines.

Sydney grinchait dans son coin mais la nécrophobe n’entendait pas vraiment ce qu’il racontait. Elle détestait cette sensation, celle d’être jugée par un duo d’inconnus qui devaient la prendre pour une fillette fébrile alors qu’il s’évanouir en n’apprenant rien que la moitié de ce qu’elle avait traversée. Ses yeux couleur d’orage cherchaient déjà aux alentours une autre destination intéressante, la petite compagnie qu’elle venait de dégoter n’étant visiblement pas la plus accueillante. Qu’importe, elle n’avait besoin de personne en réalité, elle voulait juste des informations sur le pouvoir de Jake. Elle s’apprêtait à le dire quand le pirate lui balança une sorte de carnet qu’elle rattrapa in extremis, par réflexe.

Melena tenait l’objet du bout de ses doigts pâles, comme s’il risquait de lui salir les mains, une petite moue interrogative sur son visage sans éclat. Quand elle le vit disparaître, elle sourit. Un sourire sans joie, avec un petit hochement de tête. Bravo, un pouvoir, il l’avait eu. Vu le caractère du type, ça devait certainement être un outil pour la sonder ; et quelque soit le souvenir sur lequel se posaient ses pensées, ce n’était rien de très reluisant. Défiant un instant le regard de Sydney, l’adolescente ne sut subitement pas quoi faire d’autre que parler franchement. De toute façon, il venait probablement d’en découvrir plus sur elle qu’elle ne l’aurait souhaité, alors la franchise restait sa meilleure option.

Croisant ses bras froids, la jeune fille lança une tirade qui devait très certainement jurer avec sa carrure et son allure d’adolescente blondinette, mais ses yeux gris qui avaient connu la mort étaient là pour rappeler qu’elle était autre chose.

- Ecoutez… je ne vous veux pas de mal. Très franchement, si j’avais eu l’intention de vous tuer, j’aurais pu déjà l’avoir fait. Vous avez raison d’être méfiants, tu devrais prendre modèle sur lui, précisa la nécrophobe à Jake en désignant son acolyte d’un signe de tête, l’entraide entre voyageurs n’est pas gratuite. J’ai fini par apprendre ça… je comprendrais que vous ne vouliez pas m’aider, ou que vous demandiez quelque chose en échange.

Elle marqua une pause, rassemblant tous ses efforts pour réussir un petit sourire. La joue était encore absente malheureusement, il n’y avait que de la politesse et une marque de sincérité.

- Tout ce que je voulais, c’est savoir si vous aviez des connaissances sur comment raccrocher les ombres. Je vous ai vu le faire, mais je me demandais si vous saviez comment... procéder autrement. Après je peux m’en aller trouver mon ombre et me débrouiller seule, je suis une grande fille.

Pour prouver ses dires, Melena amorça déjà un demi-tour. C’était la vérité, elle avait l’impression que désormais, elle n’avait plus peur d’arpenter Dreamland seule. Elle était une adepte de la tour de Paresse, elle était déjà morte une fois. Ce n’était pas pour une petite randonnée dans les terres glacées qu’elle allait supplier deux inconnus de lui filer un coup de main.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Jeu 19 Juin - 21:56

Alexander sortit de l’espèce de faille qui s’était créé dans le labo des nains. Il n’avait définitivement pas de chances. Fichu sorcier de Gloutoniskaïa…. Il faudrait qu’il retourne les voir, une autre fois.

Il était sorti sans un bruit, mais sitôt la surprise du départ passé, il se sentit pris d’une terreur absolu. Il avait ses objets, certes, mais il faisait terriblement froid ici… Et suite à cette fraîcheur nouvelle, c’est sa météo perso qui commença à tourner autour de lui. Au programme, grêlons infâmes pour la journée… Que pouvait-il arriver de pire ?

Il regrettait Jeremiah et ces nains, pour le coup… Au moins, l’endroit était plus chaud qu’ici, et ce dans tous les sens du terme. Et puis, avec sa grêle, il n’y voyait rien, mais il ne désirait pas arrêter son pouvoir.. Il aurait peut-être besoin de l’arrêter à un meilleur moment.

Il décida donc encore une fois d’affronter sa peur, encore une fois, et se couvrit le visage de son bras manchot. C’était certes peu, mais cela suffirait amplement. Et si le froid continuait de le mordre, il prendrait sa tenue chauffante, en espérant que les batteries ne soient pas à plat.

Il marcha longtemps, en réfléchissant à ou il pouvait se trouver… La dernière fois qu’il avait vu ce genre de paysage et ressenti cette température, c’était lorsqu'il avait cherché à aider le père noël… Les Terres gelées. Encore mieux que prévu. Il se perdrait sans doute dans cette étendue de glace, mort par la morsure du froid… Ou il allait encore une fois affronter ses peurs, au maximum…

Il ne voyait que peu de choses, mais il avait l’impression que des espèces de volutes noires traînaient sur son champ de vision. Il ne voyait guère ce qui se passait, et ne comprenait pas.

Et il n’entendit ni ne vit la personne qui était face à lui.
Il se cogna contre Melena, ce qui eut pour effet de le gêner. Ne voyant qu’à peine, il usa de son pouvoir pour arrêter la météo ambiante, et voir qui il avait légèrement bousculé. Il se rappela alors instantanément qui elle était.

- Melena ?!?

Il y avait dans sa voix de la surprise, de la colère, et de la gêne qui pouvait s’entendre. Puis il regarda autour, et reconnu Sydney et Jake. Il décida alors d’ignorer quelque instants Melena pour se diriger vers ses anciens amis.

- Syd, Jake ! Cela fait longtemps ! Rappelez-moi de dire à ces magiciens d’arrêter leur mauvais tour avec moi…. Vous m’avez manqué, même si je ne sais pas si c’est réciproque.

Il se rappelait en effet la dispute entre Sydney et lui notamment. Mais, d’une certaine manière, ce n’était plus si important pour lui. Mais sans doute pour Sydney.

Mais il y avait plus urgent que s’excuser. Il y avait Melena. Qui avait essayé de la tuer. Il chercha à comprendre la situation. Elle était plus éloigné, et il doutait qu’elle ne soit arrivé depuis longtemps avec les garçons, vu l’air méfiant qu’avait Sydney envers elle lorsqu’il était arrivé. Et puis, il y avait le doute. Peut-être avait-elle changé ?

Cependant, il préféra être sûr de ce qu’il allait faire. Et la priorité était le spectacle de volutes noirs qui semblait se déplacer.

- Que faites-vous tous ici ? Je suis un peu… Déconnecté de la situation on va dire.

Puis il se rappela le regard de Sydney.

- Je ne sais pas si tu me fais toujours confiance Syd, mais Melena est digne de confiance pour ces amis, je peux t’en assurer.

Il ne mentait pas réellement. C’était le cas, pour Myia. Melena l’avait défendu et aidé. Mais l’handicapé n’oubliait surtout pas sa rancœur envers la jeune fille. Cependant, il savait aussi que l’entraide était de mise.

Restait à savoir comment le groupe allait réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Sam 21 Juin - 15:10

Jake avait lutté contre son état glacial pour faire transmettre  un semblant d’optimisme et de bonne humeur suite à la rencontre de l’inconnue. Mais cela avait été  un peu trop visiblement, car toute la bonne volonté qu’il avait voulu transmettre se réduisit à néant. Melena, la voyageuse qui venait de les rejoindre, lui avait tout d’abord paru plus désespérée qu’autre chose, mais il avait eu tort sur toutes ses conclusions hâtives. De par le discours qu’elle avançait, elle avait vécu certaines aventures, et le caractère pervers de la nature humaine qu’évoquait sans relâche Sydney  ressortait de par ses dires.

Comme si son masque de pure gentillesse et de pseudo crédulité avait disparu, il effaça vite son sourire pour le remplacer par une mine plus sérieuse, qui convenait à son état. Serrer sa main fut un effort pour la voyageuse, et une délivrance du ridicule pour Jake. Il retira vite fait sa main, et encaissa toutes les informations qui étaient envoyées par-ci par-là. Le paranoïaque enchaîna avec un discours qui lui était propre, et Jake sentit qu’il était considéré comme trop gentil, et du coup un peu potiche. Cela faisait un petit moment qu’il sentait que tout le monde le traitait un peu comme un enfant. D’abord Dakota, puis James, et enfin Sydney. Enfin, ce dernier restait tout de même son meilleur ami ici, même si ils avaient souvent des différends. Au moins, au final, ils s’entendaient bien. Mais il fallait qu’il serve à quelque chose au final, et pour cela, il devait devenir plus fort, que ce soit mentalement ou physiquement.

Au moins avait-il été utile, ne serait-ce que pour rattacher une ombre à un corps, ce qui semblait intéresser la phobique au plus haut point. Il se retourna vers elle, fit d’abord un regard à Sydney pour lui dire qu’il s’excusait, et regarda enfin Melena. Il lui raconta  comment il avait fait pour guérir la dame, en précisant ses incertitudes et les points sur lesquels il n’était pas trop sûr de ce qu’il faisait, mais donna une vision globale de comment s’y prendre. Durant sa brève explication, il fit attention à ne pas trop se donner un air trop professoral et supérieur pour ne pas avoir l’air d’être un snob de première.

-En tout cas déjà bon courage pour retrouver ton ombre, tu vas en avoir besoin…

A peine avait-il fini son explication, que Melena se retournait, et allait en direction des ombres. De plus, comme si une voyageuse de plus n’était pas suffisante, quelqu’un d’autre semblait s’approcher. Plus il s’approchait, plus il avait le sentiment de le connaître. Puis, il reconnut Alexander qui marchait vers eux, bras au moignon. Jake supportait Alexander, et ce n’était pas comme si il lui avait fait du mal. Cependant, le discours qu’il tenait alors qu’il venait à peine de les revoir était plutôt suicidaire. «Vous m’avez manqué, même si je ne sais pas si c’est réciproque. »Avait-il envie de se faire lyncher sur place ? Sydney n’allait pas apprécier, et Jake, même glacial, sentait qu’il n’allait pas pouvoir trop le supporter s’il continuait ainsi.

Mais il fallait être indulgent, et donner des chances aux gens pour qu’ils puissent s’exprimer et éventuellement corriger leurs paroles.

-Salut toi ! On ne t’as pas vu depuis un moment !  Les choses ont bougées depuis qu’on s’est séparés..

Il lui raconta comment ils étaient arrivés ici, leur mésaventure, et la quête des ombres. Il lui dit aussi comment le groupe fut séparé, et comment ils venaient de rencontrer Melena.

-Et maintenant, vu que Melena veut partir et que Sydney et moi on a rien à faire ici, on risque de vouloir bouger un peu, enfin si on a le choix pour une fois …

Il chercha le regard du Pirate, et s’approcha de lui. Il s’assit sur un rocher à côté de lui, décontracta ses  muscles rapidement et reposa donc ses jambes un peu. Il parla suffisamment fort pour que Sydney puisse l’entendre, mais pas assez  pour qu’Alex saisisse quoi que ce soit de leur conversation. Il se sentait assez mal et avait envie d’un ami à qui parler, et justement, ce dernier se tenait juste devant lui.

-Sydney, je sais que je peux te faire confiance, et que tu es à mon écoute. Désolé si ça te parait chiant et insignifiant, voire méchant à certains abords, mais voilà …

Il prit sa respiration, réprima ses tics nerveux de ses mains, et s’adressa à son pirate préféré.

-Je ne sais pas trop ce que je fais ici, je t’ai toi, et pour l’instant ça me suffit. Je veux bien te suivre, mais je suis un peu perdu. J’ai connu vite fait Selene, James et Dak’, mais je ne me sens pas proche d’eux. Ils ont un but eux, retrouver leurs ombres, mais moi, à part vous suivre, je n’ai rien fait dans mon propre intérêt, et je n’ai aucune aspiration particulière à faire quoi que ce soit ici. J’aimerai bien savoir quoi faire, avoir un but, et si possible avoir un but commun avec quelqu’un. J’ai l’impression d’être trainé un peu partout, et j’ai envie de reprendre  un peu le contrôle, et de choisir un peu où je vais aller et ce que je vais faire.

Il reprit sa respiration tranquillement, regarda dans le vide, contempla la neige, puis se ressaisit, il retomba dans le regard de son ami.

-Ça te dit qu’on se casse d’ici avec Mel et Alex, si ils veulent et selon ton avis, et qu’on aille se rendre utile à nous même autre part ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Sam 21 Juin - 16:09

« Si j’avais eu l’intention de vous tuer, j’aurais pu déjà l’avoir fait ». C’était la pire chose que l’on puisse dire en face d’un paranoïaque et effectivement, une lueur malsaine éclaira l’espace d’un instant le regard du pirate. Son pouls s’accéléra et ses mains se mirent à trembler sans que Sydney sache si cela tenait de la peur ou bien d’autre chose. Une chose était sûre : il se souviendrait de ce qu’il avait entendu. Faisant son possible pour dissimuler les signes de son stress, le corsaire continua d’analyser méticuleusement les nouvelles données de son carnet, ne relevant les yeux que par intermittence pour observer les mouvements de la nouvelle venue.

Alors que cette dernière proposait enfin de s’en aller, offrant son dos au premier poignard venu, une sorte de grêle commença à tomber, s’approchant assez rapidement pour s’arrêter net en dévoilant l’origine du phénomène.
- Tiens ! Un revenant. Le monde est petit… lâcha le pirate sans aucune joie. Evidemment que ça n’était pas réciproque mais le manchot avait l’audace, le culot de croire que le contraire pouvait être possible. Encore une fois, toute manœuvre tactique visant à ne pas dévoiler sa vie privée fut annihilée avant de pouvoir voir le jour grâce au thermoréactif ; le capitaine au bandana laissa faire sans rien dire. A quoi bon, de toute façon ? Jake faisait la même erreur encore et encore bien qu’on lui dise. A croire qu’il s’acharnait.

Pris en flagrant délit de facepalm, le pirate se ressaisit à l’évocation de son nom. On lui avait demandé quoi, à lui ? Cette volonté de défendre quelqu’un alors qu’aucune accusation n’avait encore été faite était bien trop louche pour être sincère.
- Moui, d’accord. Tu lui fais confiance – et c’est tout à ton honneur, railla-t-il, mais moi, de ce que je lis là-dedans, ça ne me plaît pas trop que tu aies confiance en elle. A fortiori si tu la connais depuis longtemps, ce que tu sembles insinuer. N’ai-je pas raison, mademoiselle Autumn ? La mort, ça vous botte, hm ? Tout comme menacer les gens. Ça aussi, je saurai m’en souvenir.

Les yeux plissés du pirate parano’ refusaient de lâcher Melena. Une colère sourde l’empêchait d’agir autrement que par l’offensive et il sentait que jouer la tortue dans un moment pareil ne serait pas bon pour lui. Ce serait renoncer à l’avantage qu’il possédait pour encore un tour ou deux.
Jake vint s’asseoir à ses côtés, le confortant dans l’idée que c’était LUI qui avait raison et pas les deux arrivants. Pour peu, il voyait presque en son matelot un allié en qui il pouvait faire confiance pour ce combat-là. Cet état d’esprit lui permit d’écouter ce que Chocolate Boy avait à lui dire sans trop de jugement.
Il prit le temps de digérer et analyser les aveux du thermoréactif puis lâcha la thanatophobe pour rouler les yeux dans une attitude parfaitement sarcastique. Il répondit à mi-voix :
- Mais tu veux que je te dise ce qu’on a à faire ici, mon p’tit Jake ? Rien du tout ! Il fait froid, c’est rempli de malades mentaux et j’en ai ma claque d’être privé du Technicolor. Ombre, neige, nuit, jour, noir, blanc… C’est chiant et tu as bien raison. Il se leva en adressant un léger sourire complice à son ami. - On ira où tu veux pour peu qu’on ne se les gèle pas autant qu’ici mais avant, j’ai bien envie de mettre en application une leçon qu’on m’a apprise il n’y a pas si longtemps.

Un sourire presque sadique se dessina sur le visage du pirate qui fit quelques pas en direction d’Alexander et Melena. Maintenant qu’il n’avait plus Dakota sur le dos, il pouvait se permettre de faire ce qu’elle-même aurait fait sans aucun scrupule car elle avait raison de le faire.
- On a bien réfléchi et je dois avouer que je suis assez d’accord avec Jake. Reporter la faute et la haine sur autrui : fait. Ce serait cruel de vous laisser là sans faire un geste pour vous. Après tout, si vous ne trouvez pas vos ombres, c’est la mort qui vous attend si j’ai bien compris. donner un semblant d’espoir et de bonté d’âme : fait. MAIS ! Car il y a un « mais ». Qu’est-ce qu’on gagne à vous aider ? demanda-t-il avec un sourire satisfait.

Il haussa les épaules et prit une mine déçue.
- C’est vrai, quoi… On peut vous aider à retrouver vos ombres et même à les recoller mais les « merci », ça ne sert à rien, vous serez d’accord. En plus, c’est dommage parce qu’on allait partir, Jake et moi. Il va donc falloir soit vous débrouiller seuls tous les deux ou bien accepter mes conditions, c’est à vous de voir. Si ça ne vous plaît pas, vous n’avez qu’à vous dire que c’est l’étape nécessaire pour que je vous accorde ma confiance et croyez-moi, vu votre cas, c’est pas gagné.
Faisant semblant de réfléchir un instant aux conditions qu’il avait déjà pensées avant même qu’Alexander n’arrive, il fit quelques pas dans le vide pour évacuer la pression de la prise de parole agressive et s’assurer l’attention des concernés.
- Dans un premier temps, notre aide ne sera pas inconditionnelle : on vous aidera mais au moindre danger, ce sera à vous de vous mouiller, matelots. Je ne veux pas risquer ma peau pour vous. Quand on aura attrapé vos ombres et qu’on vous les aura recollées, j’attends également de vous un peu de reconnaissance car nous vous aurons sauvé la vie, n’est-ce pas ?
Alors voilà : vous nous accompagnerez, Jake et moi. Comme sous-fifres, bien entendu. Ou… Comme un équipage dont je serais le capitaine et Jake le contremaître. De toute façon, si vous étiez seuls dans ce désert de glace, je doute qu’il y ait quelqu’un d’autre vers qui vous tourner.


Son sourire devint presque sadique alors qu’il faisait face aux deux voyageurs en se frottant les mains. Il ne voyait pas de meilleure façon d’assurer un contrôle sur autrui qu’en le manipulant et son esprit malade replaçait toute la honte qu’il aurait dû éprouver en faisant cela par de la satisfaction. S’ils acceptaient, alors il n’aurait non plus un mais trois boucliers humains. Et s’ils refusaient, Jake et lui partiraient quand même loin d’ici ; le thermoréactif faisant dans tous les cas office de compagnie utile.
- Alors… Nous sommes d’accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Sam 21 Juin - 18:45

Jake eut l’amabilité de la retenir un instant pour déblatérer tout ce qu’il savait – c’est-à-dire pas grand-chose au final. Visiblement, les ombres étaient sensibles à certaines interactions physiques ; elle n’avait donc plus qu’à trouver la sienne et à découvrir une façon de l’attacher à ses pieds. Si thermostat boy ne l’aidait pas, elle trouverait bien autre chose.

Elle avait à peine fini son demi-tour qu’elle se heurta à quelqu’un. Une très vieille connaissance qui ne faisait pas particulièrement partie des gens que Melena mourrait d’envie de revoir. Ce blondinet stupide qu’elle avait manqué d’étripé quand il avait travaillé ensemble à Gloutoniskaïa. L’adolescente l’observa froidement, du défi dans ses yeux gris. Elle n’en avait cure d’avoir été mouillée par le pouvoir inutile de ce grand dadais, elle se contenta de croiser les bras en observant l’échange qu’il avait avec les deux autres.

L’irlandaise souleva un sourcil lorsqu’Alexander prit le partie de défendre sa loyauté. D’abord, elle ne lui avait rien demandé. Ensuite… pourquoi ?! Il était censé la détester, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour cracher du venin à son sujet et rallier deux gus à sa chasse aux sorcières ? S’il comptait se servir d’elle, il était mal tombé. Il y avait déjà longtemps que la jeune fille ne se laissait plus embobiner… depuis qu’elle avait cessé de se sentir humaine en fait.

Sans vraiment savoir ce qui la retenait, Melena leva les yeux au ciel en écoutant Jake raconter l’intégralité de ses mésaventures au frigophobe. Ce type semblait avoir l’impression d’avoir eu à affronter l’apocalypse, alors qu’il n’avait fait qu’une petite balade en terre sauvage, rien de plus. Les lèvres pincée pour ne rien dire de désobligeant, elle observa le petit manège de messes basses avec le pirate avant que celui-ci de revienne avec, semblait-il, un bon argumentaire en réserve.

Le sourire en coin moqueur de l’irlandaise disparut au moment où Sydney lui demanda si la mort lui plaisait. Cœur de cible : touchée là où ça fait mal. Il y eut d’abord un frisson de peur, puis une colère froide qui secoua tout son corps frêle. Elle resta de marbre quand son interlocuteur s’approcha mais cette fois, son instinct défensif s’était activé. S’il passait à l’attaque, elle riposterait coup pour coup ; et à ce petit jeu là, elle pariait sur sa victoire.

Pourtant le paranoïaque n’attaqua pas. Du moins, pas frontalement. Par contre, il servit une proposition complètement indécente avec un sourire sadique. Il aurait pu intimider l’adolescente si elle n’avait pas fait exactement la même chose à Jerry et Nikodim la veille ; si elle ne connaissait pas le prix à payer pour s’octroyer ce genre de statut. Quand Sydney eut fini, Melena ne put s’empêcher de partir dans un rire moqueur et sans joie ; une hilarité démente qui allait de paire avec ses yeux orages qui ne reflétaient plus rien d’une enfant.

- Ok, souffla-t-elle quand elle réussit à trouver le temps de respirer, j’avais pas rigolé depuis longtemps, merci d’avoir illuminé ma journée. Vous vous attendiez à quoi tous les deux, que je vous supplie ?

Sa remarque sarcastique cherchait à bien mettre en évidence comme elle ne prenait pas au sérieux les conditions de Sydney. Elle aurait bien aimé avoir déjà sa couronne de méduse sur la tête pour les intimider, mais elle avait peut-être mieux. Dissimulant l’horreur qu’elle ressentait derrière une expression de défi moqueur, l’adolescente fit glisser la fermeture de sa combinaison techyoïte jusqu’à révéler la marque de la tour de la Paresse qui ornait sa poitrine. Le tatouage noir charbon se détachait de sa peau ivoirine comme un sceau maudit.

- Tu vois ça ? Lança-t-elle en réprimant les tremblements qui menaçaient de secouer ses lèvres au souvenir des conditions dans lesquelles elle l’avait obtenu, c’est un symbole qui signifie que j’ai fais des choses qui te feraient te pisser dessus et que j’ai survécu à des choses qui vous tueraient toi et ton pote comme ça.

Melena claqua des doigts pour illustrer son geste avant de refermer sa combinaison.

- Vous êtes des voyageurs de bas étage, asséna-t-elle froidement, désolé mais t’es pas en mesure de me faire une proposition pareille et c’est pas demain la veille que je serai aux ordres de quelqu’un. Merci bien, mais je vais me débrouiller.

Et c’était vrai. Même simple adolescente réduite en esclavage sur le Slavedog millionnaire, puis au Colisée de Sextus, elle était restée un animal semi-sauvage. Indomptable. Alors là…. Qu’avaient-ils pour la retenir ? Rien. Encore s’ils avaient eut son ombre en otage elle aurait pu négocier mais là… elle ne faisait que perdre son temps avec une bande de types qui se croyaient plus forts qu’ils ne l’étaient.

Redoutant désormais de se faire attaquer dans le dos, c’est d'abord à reculons que l’irlandaise s’éloignait pour retourner vers le nid d’ombre où elle avait croisé Sydney et Jake en train de réanimer une bonne femme. Son âme était dans le coin, elle allait la trouver. Fin de l’histoire. Dans le doute, puisque le pirate avait répondu à sa politesse par les hostilités, elle se tenait prête. A la moindre tentative d’agression, sa faux les enverrait se réveiller dans le monde réel. De toute façon, c’est ce qu’ils voulaient, non ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Sam 21 Juin - 21:50

Son arrivée vit un accueil mitigé: d'un côté, l'accueil "heureux" du pirate, comme il l'avait supposé, et de l'autre, Jake lui racontant leurs différentes péripéties. Toujours une personne jeune sincère. Il le remercia d'un sourire de tête et d'un sourire. Puis il lui raconta rapidement ses péripéties à lui, n'oubliant pas le passage des nains terroristes.

Puis le jeune homme et le pirate partirent dans leur coin pour discuter en privé. Il se doutait alors que ce qui allait suivre n'allait sans doute pas plaire à tout le monde. Il tourna son regard vers Melena.

Elle ne lui avait encore rien dis. C'était des points gagnés, s'il désirait à un moment ou à un autre se venger. Mais d'un autre côté... Elle ne semblait plus la même que lorsqu'il l'avait connu dans la ville magique. Elle avait dû elle aussi vivre son lot d'épreuves.

Sa réflexion s'arrêta quelques instants lorsque le pirate parla. Si au premier abord, il semblait d'accord pour les aider, le second était bien moins reluisant. Il voulait clairement les avoir à sa botte. Il ne leur faisait donc pas confiance. Cela ne l'aurait pas dérangé pour Melena, mais pour lui... Mais après tout, peu importe. Etre auprès d'un pirate ayant peur de son ombre n'était peut-être pas une bonne chose.

Le rire de Melena éclata. Ce rire n'avait rien de celui d'une jeune fille joyeuse. Il y avait quelque chose, dans ses yeux et dans son rire, qui donnait un air grave à ce son. Comme si ce qu'elle avait pu affronter l'avait touché profondément. Elle n'était plus celle qu'il avait connu, il en était certain. Et cela lui mit le doute quand à son choix. Ce qu'elle montra ensuite, cette marque marqué au fer, et ce qu'elle expliqua finit de le convaincre. Après son dialogue, elle commença à partir.

L'homme au moignon s'approcha de ses anciens camarades, et leur fit un sourire.

- Je ne suis pas sûr que tu es fait le meilleur choix, Syd, mais je le comprend et je le respecte. Sache toutefois que je vais rejoindre Melena. Nos histoires d'ombres vont vous ralentir, et elle a raison sur un point: nous pouvons nous défendre.

Puis il se tourna vers Jake, continuant son discours.

- Quoi qu'il en soit, j'espère que la prochaine fois, je pourrais vous aider sans pour autant que l'on se tire dans les pattes... Bon courage pour sortir de cette steppe glacée.

Le froid commençait à se faire ressentir, et il se dépêcha de leur tendre la main en signe d'amitié. Que sa main fut serré ou non, il repartit ensuite rejoindre Melena, après s'être au préalable habillé chaudement de sa tenue techyoïte et de ses autres vêtements d'hiver. Peut-être semblait-il ridicule, mais au moins, il serait déjà plus au chaud.

Une fois arrivé à hauteur de Melena, il commença à lui parler, d'une voix calme.

- Sydney n'avait pas à te parler comme ça... Je ne sais pas ce qui t'es arrivée, mais ce qui est sûr, c'est que tu es différente. Nous allons chercher tout les deux nos ombres, tout du moins, si tu veux bien.

Il préférait en effet l'accompagner, en espérant qu'elle ne lui en tiendrait guère rigueur. Si jamais il se trompait sur son compte, il pourrait toujours essayer de se venger. Mais pour l'heure... L'union faisait la force.

- Oublions ce qui s'est passé autrefois, et faisons front face à ce "Marchand".

Pour faire preuve de bonne volonté, il retendit une nouvelle fois sa main, avant de continuer à suivre Melena, à l'affut du moindre indice concernant ces ombres qui seraient les leurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Dim 22 Juin - 20:34

Le cul de Jake commençait à sérieusement geler, vu la température du rocher sur lequel il était assis, et, pour ne pas le voir se cristalliser, il se remit debout pour continuer la discussion. Il espérait que le Pirate comprendrait son envie de s’en aller, tout en faisant des choses sensées. Cependant, on ne pouvait pas prévoir les actions du paranoïaque, et il fallait toujours redouter l’imprévu. Par contre, avoir une décision simple et facile, ça c’était bien sûr hors de question : pourquoi faire simple quand  on peut faire compliqué ? C’était la façon dont Jake analysait la manière de penser de Sydney, et c’était sûrement loin d’être la réalité. Mais peu importe comment Sydney pouvait penser, Jake adorait son petit parano, et parfois cela le faisait même sourire.

Par contre, en ce qui concernait Alexander, ce mec était louche, bizarre, et avait surtout l’air débile. Pourquoi s’acharnait-il à suivre les gens qui auraient attenté à sa vie ? Pourquoi voulait-il autant soit se faire tuer, soit se faire détester par tout le monde ? Cela restait un mystère, mais après tout, cela restait son problème, pas celui du thermoréactif. Par contre, Melena, elle, plus Jake la regardait, plus il avait l’impression qu’il ne fallait pas rigoler avec elle. Elle dégageait comme une aura de puissance, et regarder ses yeux d’une infinie profondeur qui renvoyaient une image d’une force colossale faisait peur à force. Ce n’était pas quelqu’un avec qui il fallait plaisanter, et mieux valait être son ami.

Contrairement à ce qu’on pouvait penser, la confusion ne s’installa pas dans son esprit. Tout était clair, et sa lucidité atteignait son paroxysme avec le froid qui lui cinglait le visage. Il ne savait pas ce qu’ils allaient faire, mais il savait qu’ils dégageraient vite d’ici, à la tête du Pirate. Ce dernier, lui répondant, donna de l’espoir à Jake, et lui conforta l’idée qu’ils allaient bientôt se casser d’ici pour aller à un endroit où ils seraient plus utiles, et surtout où le climat changerait un peu. « Pourquoi ? » pourrait-on se demander. La réponse : aucune idée pour Jake, mais trop rester dans le même climat à vivre des choses trop bizarres qui ne le concernait pas directement ça rendait un peu fou.

C’était avec soulagement que Jake vit sa proposition entièrement acceptée, et de surcroît, Sydney argumentait pourquoi selon lui il fallait se tirer, ce qui redonna le sourire à Jake.  Tout se passait bien pour l’instant, et  le Pirate, pour une fois, ne partait pas trop dans ses délires. C’était juste parfait, du jamais vu pour le thermoréactif et il avait limite envie de lui faire un câlin. Mais, Jake était trop rapide dans ses conclusions, et la déception vint, suivie d’une face palm mentale monumentale. Son sourire se figea dans l’instant, se décomposant peu à peu au fur et à mesure que le paranoïaque parlait et débitait un discours limite esclavagiste pour pouvoir contrôler tout le monde et servir ses propres intérêts.

Encore, cela était ridicule, et le rire de Melena fit limite rire nerveusement le thermoréactif, mais quand Sydney sortit le passage du contremaitre, cela en fut trop à prendre pour lui.

Sérieusement ? Depuis quand l’incluait-il dans ses délires esclavagistes ? Et pourquoi le proclamait-il complice surtout ? Jake se retrouvait ainsi pris en tenaille entre son ami Sydney et les autres voyageurs, comme si lui aussi approuvait l’idée. Il aimait bien Sydney, et il était prêt à beaucoup de choses pour lui, mais là c’était vraiment excessif. Il avait le don de se mettre toute la planète à dos en moins d’une minute, et après on se demandait pourquoi il était parano …  A un moment Jake se demanda si Sydney ne faisait pas  une grosse  blague pour détendre l’atmosphère, mais vu son air, ce n’était pas le cas.

Jake, perdant tous ses moyens, essaya d’ouvrir la bouche pour dire quelque chose, mais il n’y arriva pas. Son blocage fut le moyen propice pour Melena de montrer sa puissance et son tatouage, qui visiblement avait une histoire. Le thermoréactif confirma ses hypothèses sur la puissance de la thanatophobe, et ne put que déglutir devant tant de classe et d’aura de force. Puis, ce fut au tour d’Alex de s’en aller, suivant Melena comme un gamin courait après une sucette. Ce mec était un lécheur né, et il remplissait bien sa fonction. Il espérait seulement pour lui que Melena ne le tue pas avec un excès de rage, parce qu’il allait passer un sale quart d’heure …

Ayant assez refoulé tout ce qui se passait, Jake décida de se couper un peu du groupe qui partait, pour se reconcentrer sur son capitaine. Il ne fallait pas trop lui en vouloir, comme d'habitude, et puis tant pis si tout le monde ne l'aimait pas, il n'avait pas besoin de ça pour avoir la reconnaissance de son ami le plus cher en ce monde.

Il mit sa main à sa batte, pour vérifier encore une fois qu’elle était là, et la fit coulisser une fois pour vérifier qu’il pouvait la dégainer à tout moment. Il repassa encore une fois la main dans ses cheveux, tâtant le givre du bout de ses doigts et essayant de se recoiffer de par la même occasion. Puis, il se retourna vers le pirate, et prit la parole.

-Ton plan n’aura pas trop marché, capitaine, mais on y arrivera sans eux ! On est trop fort à nous deux, et on se débrouillera comme il faut.

Il se mit au garde à vous, comme un bon matelot, jouant un rôle, pour faire plaisir à son ami, et aussi pour se décontracter et sortir de cette ambiance morose qui s’était installée.

-Je vous propose de regagner la ville mon capitaine, nous trouverons peut-être quelqu’un ou quelque chose à faire, pour se lancer, qui sait, à la recherche d’un trésor perdu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Lun 23 Juin - 13:45

Bien, les ombres étaient censées avoir une influence en fonction du voyageur auquel elles appartenaient n’est-ce pas ? Melena se demandait ce que pouvait bien causer la sienne. Elle entendit des pas fouler la neige dans son dos et leva les yeux au ciel quand elle s’aperçut que ce n’était ni plus ni moins qu’Alexander qui la suivait. Étonnant. Ce mec choisissait toujours ses compagnons de route en fonction de s’ils possédaient un vagin ? Ou bien il voulait s’expliquer sur leur dernière entrevue ? Apparemment non pour cette dernière option. Il semblait plutôt vouloir se ranger du coté de l’irlandaise en déplorant le comportement du pirate et signifiant qu’il avait remarqué qu’elle était différente.

*Sans dec’* songea la nécrophobe sans même lui adresser un regard. Lorsque le frigophobe proposa de faire table rase du passé et de « s’unir » contre le Marchand de sable, la jeune fille le dévisagea de ses yeux gris pâle comme s’il n’était qu’un vers de vase. Sans faire un geste pour répondre à la tentative de paix d’Alexander, elle cingla d’un ton aussi glacial que la température environnante :

- Tu vas finir par te faire couper la main à force de la tendre à tout bout de champ. Après une petite pause, elle ajouta : on doit tous les deux trouver nos ombres, donc je suppose qu’on est obligés de chercher ensemble de toute façon. Elles doivent être dans le coin.

Les voici désormais face à la marée d’ombres inconnues. Melena suivait le mouvement des silhouettes noires des yeux, comme hypnotisée. Alexander lui avait peut-être dit un truc à cet instant, elle n’écoutait plus. Après une profonde inspiration, elle fit un pas sur la masse mouvante sur la neige, puis un autre.

Une foule de sensation lui sautèrent dessus pour la prendre à la gorge. Des picotements sur tout son corps, ses organes semblaient frissonner à cause de tous les différents pouvoirs qui l’impactaient en même temps. Un instant elle eut l’impression de chuter du haut d’une falaise, puis son corps devenait brûlant, puis elle se sentit ralentir, puis accélérer, … ces changements la déboussolaient. Tellement qu’elle se demandait si elle n’aurait pas du chercher son ombre d’une autre façon, mais comment ?

Au bout d'un temps impossible à déterminer, l’irlandaise se sentait épuisée comme si elle avait couru des kilomètres. Elle s’écarta de la masse pour remettre de l’ordre dans ses esprits et réprimer les frissons qui secouaient son corps mince. Son cœur fragile battait la chamade, elle avait des sueurs froides. Dire que ce n’étaient que des ombres…

Melena ne vit pas approcher la silhouette sombre qui se faufilait jusqu’à elle. D’un coup, ce fut comme si le monde s’écroulait sur sa tête. Une terreur monstrueuse comme elle n’en avait connu depuis longtemps venait de s’abattre sur ses épaules. C’était pire que ce qu’elle avait enduré à Freedoom, la peur d’une mort imminente à l’état pur, comme lorsqu’elle était dans la voiture de sa mère après l’accident et que son cadavre la fixait de ses yeux morts.

L’adolescente poussa un hurlement en s’effondrant, son pouvoir morbide déclenché. Le souvenir de l’événement qui l’avait traumatisé était si fort qu’elle avait copié les blessures qu’elle avait eu ce jour là. Illusion parfaite de sa mort, son cuir chevelu s’était fendu au dessus de son oreille droite et un sang rouge fondé s’écoulait sur la neige blanche.

Son ombre. Elle venait de trouver son ombre mais était incapable d’affronter sa propre peur quand elle l’affrontait de plein fouet. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas été si paniquée en étant prisonnière de sa carcasse inerte. Elle avait beau savoir qu’elle n’allait pas mourir, que c’était son ombre… c’était irrationnel. Et où était Alexander ? Allait-il en profiter pour la dépouiller ? La frapper ? Il devait en mourir d’envie tiens.

Pourtant, ce n’était pas le frigophobe qui se pencha sur elle, mais une femme étrange aux yeux légèrement en amande et à la chevelure noire de jais dont les ondulations semblaient surnaturelles. Elle effectua un mouvement étrange avec une main et soudain, la terreur s’apaisa. Il ne restait plus que sa crainte habituelle que sa paralysie morbide soit éternelle.

- Vous voilà réunie avec votre ombre, j’en ai fait de même avec votre ami, dit simplement Wendy avec un sourire. Prenez soin de vous maintenant.

Elle s’éloigna sans exiger un merci ni aucune contrepartie. Melena et Alexander se trouvaient simplement sur sa route pour se rendre au village du Père Noël. Il fallut encore presque dix longues secondes avant que la nécrophobe ne puisse mettre fin à son pouvoir, ne laissant plus aucune autre trace de sa fausse mort que l’empreinte de son corps sur la neige.

Elle épousseta sa combinaison techyoïte, rassembla quelques bricoles qui étaient tombées de sa hotte et la voilà prête. Malgré son instant de perte de contrôle, avoir retrouvé son ombre la faisait se sentir en pleine forme. Entière, enfin. Sans perdre contenance, ôtant soigneusement la neige prise dans ses cheveux peroxydés, elle lança à Alexander :

- Bon, on dirait bien que notre souci est réglé. On est censés se dire au revoir maintenant ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Lun 23 Juin - 16:27

Allons bon ! D’un côté on « respectait son choix » et d’un autre côté c’était tout simplement risible. De toute évidence, la proposition du pirate n’avait pas fait l’unanimité et même cet ingrat de Jake n’avait rien dit pour défendre le projet. Pourtant, c’est la moindre des choses au vu du geste que Sydney venait de faire pour lui !
Le pirate arbora une mine frustrée et dépitée cependant qu’il laissait Melena et Alexander se faire la malle ; mutinerie avant même d’avoir rejoint l’équipage.

Une fois les deux ahuris partis, en revanche, le capitaine parano’ quitta cet état de mauvaise humeur factice pour arborer un sourire satisfait qu’il gardait jusqu’à présent à l’intérieur de lui-même.
La même lueur malsaine que lorsqu’il avait proposé son marché revint dans ses yeux alors qu’il répondait à son ami :
- Au contraire, matelot : mon plan a été une réussite totale. Mon but était soit de gagner quelque chose à les aider, soit les voir décamper rapidement. En leur proposant une situation peu enviable, je savais que je serais vainqueur quoi qu’il arrive. Et c’est ce qui s’est passé. Bien sûr, je ne voulais pas leur faire croire que leur départ m’arrangeait… alors que là, ils sont contents et pensent avoir gagné.

Il se mit à ricaner avec mépris tout en regardant la direction dans laquelle le duo de voyageurs avait disparu.
- Tu as encore beaucoup à apprendre sur la psychologie et la manipulation, matelot, mais au moins ta franchise aura permis de jouer le jeu. C’est vraiment amusant… cette Melena. Elle est peut-être la plus forte au combat physique mais son tatouage ne m’impressionne pas du tout : en terme de mental, je lui serai toujours supérieur à fortiori si elle a été démoli par des épreuves atroces par le passé. Même si je doute que ce soit vrai, mais ça c’est une autre histoire.
Après un haussement d’épaules sceptique, le corsaire au bandana se prit au jeu de Jake.
- Aye aye, marin d’eau douce ! Levons l’ancre et mettons les voiles vers le port le plus proche. Y’arrrrr !

La pauvre femme inconsciente fut une nouvelle fois ramassée puis transportée comme un vulgaire sac à patates et les deux compères se remirent en route en direction de l’auberge.

***

L’auberge était telle qu’ils l’avaient laissée en partant… enfin en une version un peu mieux rangée et moins saccagée mais les mêmes déchets y traînaient encore et toujours. Dakota semblait en pleine conversation avec James et le pirate profita de leur manque d’attention pour monter directement dans sa chambre sans leur adresser un mot ni même un regard. Il lâcha le presque cadavre sur le lit et se débarrassa de la hotte de Jake.
Bien sûr, leur entrée ne pouvait pas passer inaperçue pour tout le monde et l’aubergiste fit irruption dans la chambre, réclamant réparation.
- C’est 50 rubz la nuit !
Sydney regarda l’aubergiste avec dédain, jeta un œil par la fenêtre et répondit au bonhomme avec une désinvolture insolente :
- Oui… mais là, c’est le jour. Et le paranoïaque de se retourner pour regrouper ses affaires sans se soucier de ce qu’on pourrait lui dire. On voulait le mettre dehors ? Parfait : il ne comptait pas rester de toute façon. Au lieu de ça, l’aubergiste marmonna dans sa barbe, l’air visiblement contrarié, puis quitta la chambre pour ne les avertir qu’une fois dehors :
- Vous avez jusqu’à 14h, pas plus !

De sa hotte, Sydney récupéra la trousse de soin dont il tira les éléments essentiels aux soins de la jeune femme. Il passa sa main sur le front de celle-ci et fronça légèrement les sourcils.
- Elle a de la fièvre…
Voilà qui était fâcheux, pour rester poli. Avec cette température, c’était non seulement dangereux mais ils risquaient de ne pas pouvoir rester jusqu’au réveil de la Belle au Bois Dormant. Alors qu’il retirait sa main du front brûlant de la jeune femme, le pirate sursauta en se rendant compte que celle-ci était éveillée. Dans un grand effort, elle fit geste aux deux voyageurs d’approcher.
- Je vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour moi… je vous dois la vie, Jake et Sydney. Mais ne vous préoccupez pas de mon sort.
- Eh, on va quand même pas vous laisser là ! Hein, Jake ? Et puis… Et puis j’ai besoin de vous pour savoir-.. le doigt fin de la mystérieuse voyageuse se posa sur les lèvres du pirate, le forçant à se taire.
- J’aurais voulu pouvoir vous aider… Je pensais que nous aurions davantage de temps. Hélas le destin se précipite, je le sens. C’est l’un de mes pouvoirs.

Le corsaire resta interdit devant ces paroles. Il jeta un regard plein de questions dans la direction de Jake comme s’il lui demandait par télépathie « Ben t’as pas recollé son ombre ? Ça devrait aller, non ? »
- Ce n’est pas à cause de mon ombre mais… je pressens un grand changement… pour très bientôt. Vous devriez profiter des derniers instants qu’il vous reste à passer ensemble. Vos retrouvailles ne seront que lointaines car je ne les vois pas encore. Allez-y… Partez, ne vous inquiétez pas pour moi, tout ira bien.

Dans la tête du paranoïaque, toute la mécanique paranoïaque était en branle, activant son cerveau et le faisant turbiner au maximum. Il ne savait ni comment interpréter les paroles de la voyante ni si ses prédictions devaient être crues.
Puis, comme s’il renonçait à défaut d’avoir pu comprendre ce qu’on venait de lui prédire, il s’en remit à Jake dont l’état glacial avait démontré un grand potentiel jusqu’alors.
- M-.. Mais.. Mais dis-lui, toi ! Dis-lui que c’est complètement fou ou je sais pas, moi… Rhaa ! J’en sais rien !!
Tu penses qu’on doit faire confiance à ce qu’elle dit ? On devrait partir, selon toi ? La laisser là ? Je sais que d’habitude c’est moi qui décide… mais tiens : tu voulais prendre les devants, pour une fois. Alors vas-y : dis-moi. On fait quoi ?

Le ton du corsaire pouvait sembler sarcastique mais cela aurait été mal le connaître que d’interpréter cela comme tel. En fait, le pirate était sincère pour une fois. Sincère vis-à-vis de la détresse qu’il ressentait, de l’incompréhension à laquelle il était confronté et sincère également vis-à-vis de Jake. Il n’avait juste pas l’habitude d’exprimer ce genre de choses. Il ne l’avait plus eue depuis longtemps, à vrai dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mar 24 Juin - 11:02

Alexander savait que Melena ne plaisantait pas, mais il rit tout de même de sa blague, la trouvant amusante. Il regarda son moignon, et sa main de glace apparut instantanément, comme par réflexe, ce qui ne l'empêcha pas de grimacer suite au froid mordant coutumier.

- Et bien dans ce cas, je me servirais de celle-ci.

Même si sa main ne lui avait servi que peu de fois, il fallait admettre que la voir présente était à la fois terrifiant, et à la fois fascinant. Fascinant, car il pouvait revoir sa main, il ne se sentait plus handicapé. Terrifiant, car c'est toujours ce même froid qui le mordait, et qui risquait d'un moment à l'autre de couvrir son cœur de givre et de glace.

Il suivit Melena vers la marée d'ombre, tout en pensant à l'avenir qui se profilait à lui. Une fois qu’il aurait retrouvé son ombre, quel sera son but? Tueras-t-il Melena ? Il n’aurait aucune chance, et depuis ce qu’elle avait montré avant, il n’avait plus envie de se venger de la jeune fille. Non pas qu’elle lui faisait peur. Mais elle avait sans aucun doute vécu des choses horribles, et cela l’avait changé profondément. Il ne se sentait pas proche pour autant d’elle… Du moins, pas pour l’instant.

Il serait fortement intéressé par les risques qui avaient mené son ancienne Némésis à devenir ce qu’elle était. Mais il ne voulait en aucun cas les vivre. Cependant, même s’il le désirait, il avait aussi peur de revenir dans le monde réel. Après tout, on l’avait laissé pour mort là-bas. S’il ne se réveillait pas ? Et affronter le Marchand de Sable était pour l’heure suicidaire, pour lui, mais sans doute aussi pour tous ceux qui étaient dans ce monde. Pour le moment, il n’avait qu’une idée de ce qu’il pouvait faire.

Soudain, tandis qu’ils s’avançaient vers les ombres, il ressentit le givre couvrir son corps doucement, et la température chuter dangereusement, malgré sa tenue Techyoïte. Il était dans un blizzard tourbillonnant, le tétanisant et le faisant souffrir. Il allait mourir dans la glace, et Melena ne l’aidait pas. Quelle compagnie !

Des ombres passèrent devant ses yeux. En fait, une ombre. SON Ombre. C’était sans doute de la que venait le blizzard. Il chercha à l’attraper, mais la tempête se fit plus forte.
Il chercha à hurler pour qu’elle l’entende, mais le blizzard couvrait tout, et l’isolait du reste du monde. Sous la terreur et la douleur mentale de la glace tombant sur lui, il ploya et se mit à genoux, criant encore en vain. Personne ne pouvait l’entendre. Il ferma les yeux, s’abandonnant au blizzard…

Puis, tout se réchauffa, lentement. Il sentait le givre sur ses sourcils et une partie remontant sur son moignon remplacé, puis il sentit une main sur son épaule. Il s’attendait à ce que ce soit Melena, mais à la place, il vit une vieille dame, semblant venir d’une époque ancienne, pour ne pas dire antique. Cependant, il y avait quelque chose chez elle qui donnait envie à Alexander de lui faire confiance.

- Tu es maintenant uni avec ton ombre.

Elle avait dit ces seuls mots, et cela le rendit perplexe. Puis i les rendit compte qu’elle avait dit vrai : son ombre était revenu à sa place. Il la remercia d’un signe de tête, ne pouvant ouvrir ses lèvres touché par le froid. Il se réchauffa de ses mains, puis chercha Melena du regard.

Il fut terrifié lorsqu’il la vit en prise à son ombre. Mais elle semblait être devenue… un cadavre vivant. Il voulut l’aider, mais la lieuse d’ombre lui fit signe de rester sur place. Elle partit à la rencontre de Melena, et sous les yeux ébahis du manchot, ce fut un ballet de fils d’or qui s’éleva dans les yeux, semblant transpercer l’ombre et la rapprochant du corps cadavérique et pâle de la jeune fille. Une fois le ballet terminé, elle lâcha quelques mots en souriant, et s’en alla.

Alexander se rapprocha de Melena, et hésita à lui tendre la main, mais il ne le fit pas. Il voulut souffler un « ça va », mais sa bouche ne put sortir qu’un léger souffle. Il se réchauffa encore, tandis que son « amie » se relevait. La neige tombait autour du phobique, le froid le faisant légèrement stresser. Cependant, il se sentait mieux qu’avant. Complet… Si on exceptait sa main manquante.

Melena lui demanda si c’était un au revoir. Sa réponse était toute trouvée, depuis sa précédente réflexion.

- C’est à toi de voir. Je ne sais pas ce que tu comptes faire maintenant. Mais j’aimerais t’aider, si tu le veux bien.

Il la regarda, d’un air sincère. Elle n’allait peut-être pas le croire, il se sentit donc obligé de continuer.

- A mon retour dans le monde réel, on m’a mis dans le coma, et fait revenir ici. A part essayer de trouver le marchand de sable ou revenir dans le monde réel, ce qui l’un comme l’autre me semble compliqué à l’heure actuelle, je n’ai ni destination où aller, ni but réel. Je ne vois pas vraiment ou je peux partir, si ce n’est sortir de cette plaine. Cependant si tu y reste, je comprendrais, et je te suivrais, si cela ne te gêne point.

Il s’installa à côté d’elle, ne cherchant pas le contact avec elle. La dernière fois qu’il avait fait une erreur de ce type, il l’avait regretté. Il préférait la laisser décider maintenant. C'est sûr que continuer son voyage avec elle ne serait peut-être pas aussi génial que de sautiller dans une fête foraine en criant "Youplaboum" à tout bout de chant mais....

Il aurait tout le temps de retourner sa veste plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mar 24 Juin - 12:29

- Pourquoi je resterai ici ?! lâcha Melena avec une once de dédain.

Elle avait bien écouté Alexander. Ce n’était pas le prendre en pitié, mais quelque part, il était comme elle. Trop peur d’affronter le monde réel, mais plus vraiment de destination à Dreamland. En effet, l’adolescente se demandait toujours ce qu’elle devait faire. Retrouver Jade ? Après la façon avec laquelle Ace et Elie l’avaient abandonnée, elle n’était pas certaine d’avoir envie de revoir sa meilleure amie tout de suite. La psychotique était tout ce qu’elle avait, mais aussi la raison pour laquelle elle avait traversé des horreurs.

Un éclair de tristesse traversa les traits humides de l’irlandaise qui détourna les yeux pour le cacher. Le frigophobe n’avait qu’à la suivre si ça l’amusait, il fera toujours un parfait exutoire pour les moments difficiles. Se remettant en marche sans prévenir, elle lui lança :

- Viens si tu veux, mais ne me prends pas la tête.

Son corps fins était courbaturé. Elle avait envie de rejoindre la ville et de se reposer, au moins jusqu’au lendemain, elle aviserait ensuite. Que faisaient les adeptes quand ils n’étaient ni en mission ni en danger de mort ? La concernant, elle ne voyait pas grand-chose d’autre que ruminer sa vengeance. Kay et Chayan paieraient tôt ou tard.

Du coin de ses yeux pâles, Melena observa Alexander et sa main de glace. Ses pouvoirs avaient évolué à lui aussi, mais jusqu’à quel point ? Il avait l’air différent. Un peu moins… « lui » que quand elle l’avait rencontré à Gloutoniskaïa. Malgré tout, ça ne touchait pas son cœur éteint. Elle se sentait si distante, si différente de la nature même de son acolyte… il était fait de chair, de sang, de sentiment ;... et elle ?

Le village du père Noël se dessina, tirant l’adolescente de ses songes morbides. L’agitation de la ville, quand bien même était-t-elle enneigée, lui fit un effet bizarre. Depuis son retour au pays des rêves, la nécrophobe n’avait connu que la grisaille sinistre de Freedoom et ses habitants morts dans l’âme. De la vie, des gens qui souriaient, elle n’en avait pas vu depuis ce qui lui semblait être des années.

Après une bonne marche dans le silence, la jeune fille ouvrit enfin la bouche pour dire :

- J’ai l’intention de me reposer un peu au fait. Ce sera tout, jusqu’à demain.

Elle s’arrêta brusquement, comme si elle se souvenait avoir brusquement oublié quelque chose. Un sourire froid fendit son visage ivoirin alors lâcha mesquinement :

- Ah oui, et ne t’attends pas à ce qu’il y ait la moindre chose entre nous.

Après avoir à nouveau dévisagé Alexander comme s’il n’était qu’un moins que rien, elle se remit à marcher. La faim et la soif commençaient à se faire sentir mais bizarrement, considération féminine sans doute, ce qui la fit s’arrêter fut l’enseigne d’un coiffeur. Dans la vitrine décorée de motifs de Noël, sa couleur de cheveux lui paraissait absolument ignoble. Elle allait se les reteindre en noir, sur le champ. Caprice de fille.

- Je rentre là-dedans, informa-t-elle sèchement.

La main sur la poignée, l’adolescente eut cette espèce de sensation qu’elle devait faire preuve d’un peu de sociabilité. Quitte à faire semblant. Poussant un léger soupir, elle se retourna presque à contrecœur pour ajouter :

- Après on ira boire un verre et manger un bout si tu veux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mar 24 Juin - 18:12

La jeune fille demanda juste de en pas l’énerver. Normal, après leur passé plutôt houleux. Il acquiesça donc d’un signe de la tête, la suivant calmement. Il ne voulait en effet rien gâché de leur nouvelle alliance. Il regardait autour de lui. Dans le passé, il aurait beaucoup aimé cet endroit. Il se disait cela à chaque fois qu’il passait par là, depuis qu’il était arrivé à Dreamland. Malheureusement, c’était aussi une zone à risque, trop dangereuse et mortelle pour lui. Il se devait de faire attention.

Ils arrivèrent après un certain temps au village du père Noël. Autrefois, il avait dû l’aider, malgré sa phobie du froid, il considérait que c’était un personnage de bonheur et de joie. Que pouvait-il arriver d’horrible ici ? Rien, sans doute. Mais il fallait rester méfiant.

Melena l’informa qu’elle comptait se reposer ici. Cela lui convenait, il pourrait avec un peu de chance recharger sa combinaison Techyoïte. Mais il aurait en tout cas un nouveau départ… Bon, ce n’était pas la meilleure compagnie du monde, mais cela changerait peut-être… Puis il se rappela le visage morbide qu’elle avait. Quelque chose s’était ancrée en elle. Quelque chose de sombre.

Elle eut un sourire mauvais lorsqu’elle lui annonça qu’il en devait rien espérer, ce qui ne lui fit ni chaud ni froid. Il n’avait aucune idée de ce genre.

- Pas de problème à ce niveau-là, je n’espérais rien.

Puis, la jeune fille s’arrêta devant un salon de coiffure. Il aurait presque pu penser que vu sa nature actuelle, elle n’y serait pas allé. Mais elle y allait, et faisait ressurgir des clichés. Et lui proposa de manger quelque chose.

- Bien sûr. J’ai une place pour un restaurant, si tu veux je te la donne et je paie ma place.

Il resta neutre sur son visage. Il ne cherchait pas la compassion ou autre, mais il se dit qu’un peu de gentillesse pouvait être pas mal. Même si elle risquait de le prendre pour un niais. C’est pourquoi il garda son air calme et serein.

- Je pense que j’ai aussi besoin d’un relooking.

Il entra donc à la suite de Melena, et expliqua au coiffeur ce qu’il voulait, en le payant à l’aide de son bon coiffure. Une coupe un peu plus travaillé. Il n’espérait pas grand-chose des coiffeurs de Dreamland mais le résultat lui plut beaucoup. Après avoir terminé sa séance coiffure, et une fois que Melena finit la sienne, il regarda ce qu’elle était devenue.

- Pas mal.
Il ne voulait ni en dire plus ni en dire moins.  Elle risquait de mal le prendre. Ils partirent donc chercher un restaurant pour pouvoir se ressourcer. Il trouva un restaurant appelé « La Bûche Mielleuse »

- On mange ici ?

Ils rentrèrent donc et s’installèrent à une baie vitré. Alexander commanda le plat du jour, puis regarda dehors. Qu’allaient-ils pouvoir faire ? Il ne le savait pas. Mais ils avaient besoin de force. Il regarda Melena, se posant toujours des questions sur qui elle était devenue. Il n’en posa aucune. Si elle voulait l’informer, elle le ferait. Mais la confiance n’était pas au rendez-vous pour le moment, ni pour l’un, ni pour l’autre.

Melena et Alexander => La mort & la glace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mer 25 Juin - 16:24

Les pensées fusaient dans le cerveau de Jake, qui était véritablement en ébullition. Il était plus lucide que jamais, glacial dans le vent qui lui cinglait presque doucement le visage. Melena et Alexander avaient tous les deux définitivement quitté le navire, laissant les deux confrères seuls, mais parfaitement heureux. Même si le thermoréactif était content qu’ils soient allés chacun de leur côté, il espérait quand même qu’ils retrouvent leurs ombres rapidement, sans quoi ils allaient connaître une fin assez terrible dans  un froid mortel si aucune précautions n’avaient été prises. Mais vu la puissance et le vécu de Melena, ils devaient être déjà sortis d’affaire.

Le froid rendait déjà Jake lucide et glacial, mais le vent qui transportait toute cette masse d’air plus que glaciale et qui fouettait son corps le maintenait encore plus intensément dans cet état. Chacun de ses muscles sentait la lente et progressive progression du froid à travers le haut de sa veste qu’il avait laissé ouvert pour qu’il puisse s’abandonner à cette température des Terres Gelées. Ses veines pulsaient les unes après les autres, au fur et à mesure que le sang qui provenait de son cœur les atteignait. C’était une expérience divine pour Jake, qui se sentait vivre plus que jamais, délicieusement rongé par le froid.

Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’il sortit de son expérience et lorsque Sydney évoqua son énorme et magistral succès qui était bien sûr prévu dès le départ. C’était amusant comment il arrivait à modeler toutes ses paroles pour qu’au final, même si elles se contredisaient tout le temps, on avait vraiment l’impression qu’il avait tout prévu … *ou pas*. Cela étant dit, ils retournèrent tous les deux à l’auberge où ils avaient passé la nuit. Le chemin ne fut pas très long, et ils arrivèrent vite à destination. L’état poussé du thermoréactif s’était dissipé avec la marche, et ses perceptions étaient revenues à la normale.

Le givre qui s’était installé sur les cheveux de Jake s’effaça à son entrée dans l’auberge, et son état givré laissa place à un Jake normal, bisounours comme il le fallait, mais pas trop.  Ils purent se poser quelques minutes et regagner leur chambre pour récupérer le reste de leurs affaires. Jake repris sa hotte à ce brave Sydney qui l’avait porté pour lui, tout en le remerciant encore une fois. Ils étaient passés devant leurs amis sans leur faire signe, et Jake s’en voulut. Plus prompt à ses émotions, lorsque le Pirate et lui descendirent de leur chambre pour s’en aller, Jake croisa le regard de James et de Dakota, espérant qu’ils sachent qu’il ne voulait pas les abandonner ici, mais qu’il voulait juste s’en aller.

Ce n’était malheureusement qu’un prétexte pour fuir ses responsabilités, et ne pas avoir à subir un regard plein de reproches de Dakota, ou être mal jugé par James. Le thermoréactif redevenait tiraillé par ses sentiments, et  le besoin d’un contact physique avec quelqu’un de proche. Juste effleurer une épaule, sentir un contact humain bienveillant, tenir la main à quelqu’un, s’y raccrocher. Il avait besoin de cela, mais pour l’instant il décida de reporter cela à un moment plus propice pour parler à James. Il préféra se donner au froid que de lutter contre ses émotions et faire un choix, et sortit de l’auberge à la suite du Pirate.

Le givre recouvra ses cheveux, et les émotions qui troublaient Jake s’atténuèrent pour laisser  place à une lucidité plus accrue, qui rationalisa vite ses sentiments et les mit de côté pour l’instant. Il n’en avait pas besoin pour l’instant, et le mal était fait. Il y avait d’autres choses plus importantes à faire, et l’une d’elles était la dame qu’il avait sauvé il ne savait trop comment au final. Son discours énigmatique renvoyait une certaine émotion. Il y avait dans ses yeux une sagesse infinie, ses yeux avaient tout vu, et le recul que ce regard avait était précieux.

C’était un regard plein de bonté, et qui s’élevait de tous les autres, exprimait quand même un certain désarroi, qui avait sûrement  un lien avec ce qu’elle mentionnait. C’était comme si elle voulait qu’ils profitent du temps qu’il avait ensemble avant qu’ils ne soient séparés par un cataclysme ou une catastrophe naturelle. Ce qui choqua le plus Jake dans son discours était le fait qu’elle était sure à 100% qu’ils allaient être séparés, et que leurs retrouvailles seraient lointaines.

Sydney s’en remettait à lui, et c’était peut-être une mauvaise décision, car lui non plus ne savait quoi faire, il était aussi perdu que son capitaine, et le discours de celle qui semblait être une voyante l’avait laissé sans voix. Il prit cette dernière, l’installa sur un banc pour qu’elle puisse reprendre ses forces normalement, et lui donna un peu à manger et à boire.

-Ça devrait aller mieux comme ça maintenant. Merci beaucoup des informations que  vous nous donnez, et j’espère que nos routes se recroiseront un jour. J’espère que ce que vous avez vu n’est pas trop grave et ne sèmera pas trop la panique, mais sur un point j’espère que vous vous trompez, dit-il en regardant son ami. Quoi qu’il en soit, si vous avez besoin d’aide, deux de nos amis sont  à l’intérieur, Dakota et James, enfin vous le savez probablement déjà, continua-t-il regardant dans les yeux de la voyante.

Il espérait cependant qu’elle n’ait pas besoin de leur aide, et qu’elle puisse se débrouiller toute seule à partir d’ici.

-Nous allons partir, et s’éloigner un peu de tout ça avant que d’autres évènements magiques ne nous rattrapent. Bon courage, et à la prochaine !

Il commença à s’en aller et reprit la discussion avec Sydney.

-J’espère qu’on ne sera pas séparés, toi et moi je veux dire… C’est pas une déclaration hein, mais juste que, t’es un des seuls ici à ne pas me prendre pour un idiot, et le seul qui ne me prend pas pour un adulte immature qui n’est pas encore sorti de l’enfance. Mais c’est un peu bizarre, parce que je sens au fond de moi que cette dame ne pouvait pas nous mentir comme cela. Elle était sincère, et je crois qu’elle nous a dit de profiter de nos moments ensemble pour une bonne raison. J’avoue que ça me fait un tout petit peu peur, mais je n’ai pas trop envie d’y penser.

Il se tut pour un moment, marcha lentement, ne sachant trop où aller se laissant guider par son instinct et par les pas conjoints de Sydney. Il n’avait pas envie d’être éloigné de son pilier, du pirate qui le soutenait tout le temps, et qui ne l’avait pas souvent abandonné, comme les autres…

Peut-être que ce cataclysme allait arriver dans un moins ou deux ? qui sait, les prédictions de la voyante pouvaient  ne pas s’inscrire dans une temporalité conjointe  à leur monde, enfin c’était ce qu’espérait le thermoréactif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mer 25 Juin - 17:41

Quand Sydney entendit prononcer le nom de Dakota, il roula les yeux en lâchant un râle de dépit. Comment pouvait-on croire que cette fille pouvait aider qui que ce soit ? En fait, elle le pouvait assurément mais elle ne le voulait pas souvent. De plus, le pirate était terriblement frustré à l’idée que Dakota utilise les capacités de la voyante à sa place car c’était SON idée à lui ! Rien que pour ça, il souhaitait que l’événement qui se préparait toucherait aussi la petite peste paranoïaque pour qu’elle soit séparée de tout ce qui pourrait lui être utile et de tout ce qu’elle pourrait aimer. D’un autre côté… ce pincement au cœur que ressentait le pirate à l’idée d’être séparé de son matelot favori… Non, c’était ridicule. Il n’allait tout de même pas s’attacher à lui de la sorte. Si..?

Grognant à tout va pour tenter, sinon d’apaiser, de couvrir les hurlements que son cerveau paranoïaque faisaient, le corsaire sortit de la chambre en suivant le thermoréactif. Une fois arrivé au rez-de-chaussée, il jeta un dernier regard en direction de la chambre dans laquelle il avait renoncé, peut-être à tout jamais, à obtenir les réponses… toutes les réponses qu’il avait besoin d’avoir sur lui, sur ce qui l’entourait, sur ceux qui l’entouraient et bien d’autres choses encore.

Il écouta d’une oreille distraite ce que Jake avait sur le cœur, trop préoccupé par la prédiction de la voyante pour rebondir sur quoi que ce soit qui aurait pu réveiller son côté parano’. Lui aussi avait l’impression de ne pas vouloir être séparé par quelque force ou personne que ce soit. Si c’était encore un coup de ce Marchand de Sable, alors ce personnage commençait sérieusement à courir sur le système du capitaine au bandana.
Sans trop savoir pourquoi non plus, Sydney avait écarté la possibilité d’un mensonge. Si cet événement n’arrivait pas, ce serait une erreur de calcul car il était impossible que cette femme les ait manipulés sciemment.

- Moi aussi… moi aussi, j’ai un peu peur. Je ne sais même pas ce que ça veut dire mais je ne vois pas pourquoi on se séparerait, toi et moi… Alors ça veut dire qu’on sera forcés de l’être. Reste à savoir par quoi. En tout cas, aucun de nous ne meurt, c’est déjà ça.
Cependant qu’il faisait part de ses déductions à son contremaître, Sydney observait un peu tout ce qui se passait autour d’eux dans le village du Père Noël. Installé dans ce qui semblait être le centre, un marché de saison était installé dans des cabanons en bois et chaque stand proposait des articles ou consommables tous aussi divers que variés. Sa réticence pour ce genre de lieu semblait étrangement absente en ce moment d’adieux peu communs ; il se dirigea donc vers cette petite masse de gens dans l’espoir de se changer les idées. Lui non plus ne voulait pas y penser mais diantre que c’était difficile d’oublier une donnée comme celle-ci !

Le corsaire essayait de se rassurer en analysant le caractère imprécis et subjectif de l’expression « très bientôt ». La notion du temps ne l’avait jamais autant fasciné qu’à présent et il arriva à la conclusion que ce « très bientôt » pouvait très bien être à l’échelle de l’année, auquel cas un mois ou deux pourraient coller à la définition. Inconsciemment, il s’était arrêté devant un stand d’objets magiques aux couleurs et rayonnements chatoyants qui contrastaient agréablement avec ce paysage blanc désertique. Ses yeux se plissèrent alors qu’il lisait le petit cartel placé au-dessous d’un duo de pendentif en forme de pièces de puzzle. Le côté enfantin de Sydney prit le dessus et il ne put s’empêcher de voir si ces dernières correspondaient d’une main tandis que de l’autre, il soulevait le carton plié pour lire les inscriptions de plus près :
- Puzzle d’âme..? se murmura-t-il à lui-même. D’après ce qu’on disait, ce petit puzzle permettait à deux personnes le portant de se rejoindre en rêve. La corrélation entre « rêve » et Dreamland s’établit en un éclair. Il ne savait pas s’il pouvait ni s’il voulait faire confiance à un autre de ces gadgets magiques mais sa dague avait été plutôt utile jusqu’alors. Restait à espérer que ces pendentifs tenaient davantage du coupe-papier que de la bague d’Unseelie.

Il jeta un regard bref vers Jake qui regardait lui aussi des objets de son côté et revint poser ses yeux sur les deux colliers. C’était stupide et superstitieux mais au fond de lui, sincèrement, il voulait y croire.
- Je vais vous prendre ça, s’il vous plaît, lâcha finalement le pirate en brandissant les puzzles d’âme. Il déposa 150 rubz sur le comptoir, contempla son achat un instant et alla trouver son Chocolate Boy. Posant la main sur l’épaule de Jake pour capter l’attention de ce dernier, il lui tendit l’un des deux colliers.
- Tiens. Je crois que les terriens comme vous appellent ça un ‘cadeau’, blagua-t-il avec un sourire encore un peu rouillé faute d’avoir été employé fréquemment. C’est pas une déclaration non plus, matelot, mais si j’ai bien saisi ce que ce vol-.. vendeur… disait, si on les porte tous les deux, l’un pourra rejoindre l’autre.
Dans un haussement d’épaules sceptique, il avoua : Je sais pas du tout si ça va marcher ni même si je vais penser à l’utiliser mais toi, si jamais… Enfin… Si ce que cette femme a prédit arrive vraiment, n’hésite pas à l’utiliser si tu en as besoin.
D’un autre côté, je sais pas si t’auras très envie de me revoir une fois que tu te seras fait d’autres amis donc je t’en voudrai pas si tu le balances aux ordures quand j’aurai le dos tourné
, mentit-il sans se soucier de savoir si cette dissimulation de sentiment était crédible ou non.

Faisant mine de se mettre un coup de fouet mental pour éviter toute prolongation probablement gênante de la conversation ou bien du silence qui avait suivi sa prise de parole – qu’il trouvait déjà long – Sydney se racla la gorge et amorça un demi-tour dans l’optique de continuer leur petite sortie au marché. Il verrait ensuite ce qu’il aurait envie de faire : rester ici à attendre le ‘probable inévitable’ ou bien tenter de fuir avec Jake le plus loin et le plus vite possible dans l’espoir de ne pas être touchés par ce sort injuste. Advienne que pourra !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Ven 27 Juin - 22:02

L’éventualité d’une séparation  faisait son chemin dans le cerveau de Jake, et un sentiment qui se rapprochait de la peur s’insinuait en lui. Aurait-il assez de courage pour se retrouver tout seul ou pour revenir au point de départ social et sympathiser avec des inconnus ? Il n’avait même pas envie d’y penser, car la seule personne qui le comprenait était Sydney, et loin de lui était l’idée de se séparer de son ami. Visiblement, même ce dernier ne voulait pas être séparé du thermoréactif. Cela réchauffa le cœur d’état gelé de Jake, et lui fit réaliser que pour une fois, ses sentiments étaient réciproques. Il avait un ami sur qui il pouvait compter, et son ami savait qu’il pouvait compter sur lui.

Ils marchaient depuis un petit moment, prenant des rues  un peu au hasard, se guidant à l’instinct en mettant un pied devant l’autre. Le froid s’était calmé au fur et à mesure qu’ils entraient dans ce qui semblait être le centre-ville. Plus ils avançaient, plus on voyait de gens, et plus le bruit s’intensifiait. Curieux, le capitaine et le contremaitre se dirigèrent vers l’origine de ce phénomène, et se trouvèrent sur ce qui semblait être la grande place de la ville. Une fontaine au milieu de la place, faisait couler une eau claire, qui ne gelait pas malgré le froid qui régnait sur la ville. Cette fontaine était le seul endroit où il n’y avait pas de monde.

Tout autour  de cette fontaine s’étendaient des stands comme au marché de Noël dans le monde réel. Comme un enfant, Jake et Sydney s’arrêtaient à quelques stands, regardaient quelques objets savourant du regard ce qui pouvait l’être et se consternant souvent devant certains prix. Sydney s’arrêta devant un stand, visiblement captivé par quelque chose. Son ami semblait étonnamment  calme dans ce marché, et Jake l’aurait plutôt vu mal à l’aise et fuir, mais peut-être était-ce l’annonce de leur séparation qui l’avait mis dans sa bulle sans se rendre compte du monde qui l’entourait.

Le thermoréactif s’en alla à un stand voisin, vendeur de différents accessoires en tout genre. Il voulait faire un cadeau à Sydney avant leur séparation, mais il n’avait pas trop eu d’idées jusqu’à maintenant et se demandait ce qu’il pouvait  bien lui offrir. Il aperçût sur le stand des bandanas, tout ce qui avait de plus normal, mais l’œil de Jake ne pouvait pas s’en détacher. Il pensa tout de suite à Sydney, et, pensant que cela lui ferait plaisir, au moins au niveau attention, en acheta deux noirs pour 10 rubz. Juste au moment où il fit l’échange avec la vendeuse, il sentit un contact sur son épaule.

Il se retourna, et fut soulagé de voir son ami, et pas un voleur prêt à lui démolir le visage parce qu’il avait montré sa bourse. Très surpris, Jake vit son ami lui offrir un cadeau en premier. Lui aussi y avait pensé ! L’attention fit sourire Jake, et il résista  à l’envie de lui faire un câlin. Selon les explications de Sydney, ce « puzzle d’âme » pouvait les ramener l’un à l’autre s’ils l’activaient. Ceci était un miracle, et le thermoréactif se demanda combien cela lui avait coûté, pour qu’il le rembourse, mais comme c’était un cadeau, il n’osa pas demander. Il prit le cadeau, et le mit autour de son cou, ne sachant trop quoi dire. Ce n’était pas souvent qu’il recevait un cadeau, et l’attention lui faisait tellement plaisir qu’il allait tout faire pour que rien n’arrive à ce collier.

Ne disant toujours rien, Jake prit un de ses deux bandanas, demanda son poignet à son ami, et noua le cadeau autour de son bras, comme un bracelet, puis noua le sien sur son front, en mode ninja.

-Ce n’est pas grand-chose, mais ça vient de  là, dit-il, frappant légèrement son cœur. Comme ça on ira bien ensemble ! lâcha-t-il, avec une larme commençant à naître au coin de l’œil.

Pourquoi était-il aussi triste ? Ils ne s’étaient pas encore séparés, mais les cadeaux échangés et l’éventualité d’une séparation très présente avaient fait remonter une certaine peur de se voir loin de l’autre, et cela sonnait déjà trop en avance pour un au revoir. Il essuya la larme qui n’avait pas encore coulée, et  reprit ses esprits. La séparation n’était pas pour maintenant, et Jake l’avait décrété ainsi ! Ce n’était pas un stupide marchand de sable qui allait agiter sa baguette magique comme ça pour se faire plaisir tout de suite et enclencher un cataclysme.

-Tu sais, ce n’est pas souvent que je rencontre des gens  qui sont et sympas avec moi, et qui valent la peine de rester avec, dit-il, revenant à sa conversation avec le parano’. Pour tout te dire, je pense sincèrement que tu fais partie de ces personnes-là, et pour rien au monde je ne te laisserai tomber. Ce collier restera autour de mon cou, tu peux me faire confiance. Du moment que ma tête tient toujours sur mes épaules, et du moment que celles-ci veulent bien supporter le poids de ce collier, il y restera.

Tout cela était bien beau et touchant, mais malgré toutes les bonnes intentions qu’ils pouvaient avoir, le destin était comme scellé, et les deux amis attendaient avec appréhension leur séparation. Ce moment cessa, et l’heure ne fut plus aux adieux temporaires. Ils se dirigèrent hors du marché, côte à côte, capitaine et contremaitre de ce navire bancal qui menaçait à tout moment - ou à toute intervention divine du marchand de sable - de s’écrouler.

La tête plus légère, et le cœur gros comme ça, Jake se mit à siffloter, attendant que la vie le surprenne encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney Miles

avatar

Maladie mentale : Paranoïaque

Messages : 603

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1049 rubz

MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   Mer 9 Juil - 9:48

Autant surpris que rassuré, le pirate constata que son cadeau plaisait à Jake qui l’avait d’ailleurs enfilé avec grand enthousiasme.
En revanche, il hésita un instant avant de donner son bras au thermoréactif, haussant un sourcil interrogateur. Son cadeau ne demandait aucune compensation, aucun retour. Alors pourquoi voudrait-on lui faire un cadeau à lui ?

Il tendit finalement sa main, peu convaincu mais suffisamment en confiance pour ne pas psychoter tandis que Jake lui nouait quelque chose au poignet. Il regarda son bras, puis Jake, puis son bras à nouveau. C’était un bandana noir. Un simple bandana noir et pourtant, le capitaine avait l’étrange sentiment que ce dernier valait bien plus que n’importe quel objet qu’il pouvait posséder actuellement. Il était… ému. Oui : tout simplement ému.

- Euh… Je.. je sais pas vraiment quoi dire ; j’ai pas l’habitude qu’on m’offre quoi que ce soit à part des sales coups, plaisanta-t-il tout en lâchant un rire qui trahissait clairement la difficulté qu’il avait à contenir le flot d’émotions positives – pour une fois – qui l’envahissait.
- Merci, murmura-t-il avant de se racler la gorge, tentant de se reprendre pour garder un minimum de constance : Arrrr ! Merci, matelot ! J’en prendrai soin. C’est promis.

Les paroles qui suivirent achevèrent de déstabiliser le pirate. Malgré toutes les crasses qu’il avait pu faire à Jake, après l’avoir manipulé et traîné à droite et à gauche, l’avoir sous-estimé et traité comme un gamin naïf, ce type arrivait encore à lui pardonner et même à l’apprécier ?!
C’était tellement inattendu que Sydney ne sut quoi dire et resta les yeux rivés sur le thermoréactif. Il détourna son regard quand l’envie de laisser couler une larme se fit sentir. Il voulait le faire réellement chialer ou quoi ? En tout cas c’était sur le point de réussir et c’en était stupide. Le corsaire se sentait stupide d’accorder autant de valeur sentimentale à une relation qu’il peinait encore à voir comme une amitié sincère malgré les faits.

- Tu… C’était cool de faire un bout de chemin avec toi, Jake, avoua-t-il la gorge nouée. Il n’aimait pas les adieux poignants et avait toujours tout fait pour les éviter jusqu’à aujourd’hui. Pourtant, avec le puzzle d’âme, ce n’était qu’un au-revoir ; temporaire, provisoire « à bientôt » mais c’était si difficile…
Comme pour faciliter les choses autant que rendre ça encore plus déchirant, la prédiction de la femme mystérieuse se réalisa : leurs deux corps se mirent à disparaître rapidement et le décor de fondre en un noir absolu.
Sydney voulut appeler une dernière fois son ami, lui dire au-revoir correctement, comme il l’aurait voulu si son égo démesuré et sa méfiance naturelle ne l’entravaient pas… En vain. La séparation des deux amis était d’ores et déjà effectuée et c’est avec une pointe de tristesse que le paranoïaque céda à la force surnaturelle qui le tirait vers un autre endroit pourri de Dreamland en compagnie d’autres débiles mentaux et dangers publics. Monde de merde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pas l'ombre d'un doute   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pas l'ombre d'un doute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Onirique :: Terres Gelées-
Sauter vers: