AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 10:53


Like a Star @ heaven Cette nuit j'ai fait un rêve... Like a Star @ heaven


Nous nous sommes tous réveillé un jour avec encore en tête des fragments de rêves, des choses charmantes ou terrifiantes, drôles ou étranges. Puis au bout de quelques heures, voire quelques minutes, ils s'effilochent et disparaissent à moins qu'on ne les note ou que l'on trouve une oreille attentive pour nous écouter et nous permettre d'encrer ces souvenirs éphémères en nous.

Ce topic servira de bloc-note commun, pour partager ses rêves et commenter ceux des autres (avec humour et sans jugement, après tout ce n'est pas comme si nous étions décisionnaires du contenu de nos rêves !).

Même si dans le principe ce topic sert à raconter son rêve du jour, n'hésitez pas à nous faire part de n'importe lequel qui vous trotte encore en tête même après des années. Et allez savoir, avec tout ça on trouvera peut-être l'inspiration pour de nouvelles péripéties pour Dreamland qui est, ne l'oubliez pas, fait des rêves de chacun...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 10:57

Rêve de la nuit du 02/02/12 au 03/02/12

Hum... par où commencer ?

Le début du rêve est assez flou, je ne me souviens pas de grand chose mis à part que je faisais partie d'une sorte d'organisation que les autorités voulaient annihiler. On était traité comme des terroristes alors que les connards, c'étaient les autorités corrompues >.<

Au fil de mon périple je faisais que de tomber sur des gens abattus par l'un ou l'autre camps, et je récupérais à chaque fois un anneau typique de chaque camps que les morts portaient. J'en avais tellement ramassé et enfilé que j'avais tous les doigts des deux mains pleines d'anneaux XD

Avec deux ou trois personnes, on avait fini par rejoindre une nana qui nous avait prêté des fringues pour qu'on se fonde dans la masse, je me souviens avoir porté mon dévolu sur un t-shirt manches longues trop grand gris et - horreur- rose. Mais ce choix était volontaire, j'avais même dit en rigolant à une de mes acolytes qu'on risquait pas de me reconnaitre comme ça kof kof. Mais bon, les autorités nous sont tombées dessus quand même alors on a fuis en pleine ville, on a fini par se séparer et je courrais toutes seules avec des connards aux trousses...

Au bout d'un moment, j'ai réussi à récupérer un flingue auprès d'un de mes camarades croisé à un coin de rue, alors après je tirais sur mes poursuivants en pleine rue, ils me le rendaient bien et les gens flippaient... c'était rigolo huhu. J'ai fini par trouver refuge dans un café, mais le proprio m'a reconnu comme étant recherché alors il a commencé à décrocher le combiné de son téléphone... dû coup je l'ai menacé avec mon flingue pour qu'il raccroche et j'en ai profité pour voler son flingue à lui.

Ensuite... j'ai caché un flingue dans chacune de mes poches de vestes qui contenaient un bordel MONSTRE (genre dans ma poche gauche j'avais 8 paquets de mouchoirs au bas mot, d'autres usagers, des stylos, des papiers...), j'avais même mis un mouchoir par dessus pour qu'on grille pas mais... c'était peine perdue !

J'ai fini par atteindre un endroit où fourmillaient des gens des deux camps et ça a tourné en combat général, genre guerre civile, un truc bien chaotique. Ca tirait de partout et j'abattais les gens les uns après les autres. Forcément ce qui doit arriver arriva : plus de balles. Alors j'ai chopé une arbalète pour continuer à les descendre. C'était beaucoup plus dur de viser et arrivé un moment... plus de carreaux d'arbalète. J'ai fini par mettre des crayons dedans pour tirer XD

J'ai fini par m'enfuir vu que j'en voyais pas le bout, et je suis caché dans un passage secret aménagé derrière un abri de fortune où habitait une fille de ma classe de terminale et 3 personnes de sa famille noppp. En suivant le passage je suis arrivé jusqu'à une grande pièce aménagée où se cachaient déjà mon père et ma belle-mère, occupés à tenter de faire un hamac avec les moyens du bord se résumant à un peignoir, un pilier de lit superposé et le mur.

Et je me suis réveillée. =|

PS pour Ace : j'écrirais celui avec la poupée plus tard, j'ai voulu commencé par celui là pour pas l'oublier. Raconte nous ton ptérodactyle ! =p



Dernière édition par Jade Martins le Ven 3 Fév - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Ace Ridley

avatar

Maladie mentale : Pyromane

Messages : 492

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 688 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 12:18

[Wouhou ! Longue vie au topic !! Pas de problème, je serai patient. Mdr le passage avec l'arbalète à stylos ; je l’ai toujours dit que ces trucs pouvaient être dangereux (d’ailleurs un jour un pote m’a planté avec un critérium, ben je suis pas chaud pour réitérer l’expérience…)]

Ainsi donc, laissez-moi vous conter mon rêve dit « du ptérodactyle ». C’était il y a… Je sais plus ; quelques mois à tout casser… Mais commençons par le début.

De cette nuit-là je me souviens de plusieurs rêves – au moins trois – qui se sont succédés et l’épisode avec notre ami dinosaure venait clôturer ce joli délire onirique. Tout a commencé par ce que je croyais être un cauchemar. Mais heureusement, la drogue a dû faire effet entre temps… (hein ? J’ai dit drogue ?)

J’étais enfermé dans une pièce sombre dont je ne distinguais même pas les murs. Aucune lumière ni aucune fenêtre ; pas de porte, bref : aucun moyen de sortir ni d’être en contact avec l’extérieur à priori. Il y avait une table ; je la voyais alors que mes yeux s’habituaient à l’obscurité. Je m’étais réfugié dans un coin de la pièce, effrayé, sans comprendre le pourquoi du comment.

Sous la table, quelque chose bougeait… Plus tard, je compris que c’était un ‘quelqu’un’ et cette personne s’est ainsi approchée de moi, dans un râle inintelligible. Au fur et à mesure que ‘ça’ approchait, je me rendais compte que sa peau était recouverte de scarifications, de croûtes et de plaies plus ou moins infectées. J’ai d’abord cru à un zombie, mais il s’est mis à me parler. Dans le rêve, j’ai compris ce qu’il me disait même si aucun son n’était sorti de sa bouche concrètement. (D’ailleurs aujourd’hui je serais incapable de me rappeler ce qu’il avait dit)

Il était maintenant à moins d’un mètre de moi, mais je levais déjà mon bras entre lui et moi pour me protéger d’une éventuelle attaque. La chose s’est alors assise, et, me fixant droit dans les yeux, commença à se manger lui-même. Il s’est dévoré le bras, s’arrachant la chair dans un bruit que – par décence – je ne reproduirai jamais de toute ma vie, même en blague. Il s’est mangé tous les membres, pour ne laisser de lui qu’un homme tronc gémissant, ne saignant même pas et essayant de manger tout ce qui passait à portée de sa bouche.

Par bonheur, je remarquais un couloir apparu comme par magie. Sans demander mon reste, j’ai couru à travers pour me retrouver dehors ; nous étions dans un désert de sable. Ou plutôt : des ruines antiques (peut-être égyptiennes, je suis pas très architecte historien quand je dors, désolé) dans un désert. Malgré ma liberté apparente, je me rendis rapidement compte que les ruines m’encerclaient et que le seul moyen de sortir était d’escalader. Et puis : ‘Revelations’, mon cerveau m’a improvisé Assassin’s Creed. J’étais une sorte de Ezio, fier et vaillant ; roi des acrobaties en tout genre (j’avais même ses vêtements !!).

Fier de mes nouveaux pouvoirs, je commençais à escalader le mur le plus proche de moi, puis sautais sur des piliers brisés pour arriver sur une plateforme surélevée. De là, je scrutais les environs. A côté de moi, un de mes meilleurs amis se tenait là, apparemment il m’accompagnait depuis quelques temps sans que je m’en sois rendu compte… Nous avons donc continué notre progression jusqu’à tomber sur une sorte de grande place au milieu de laquelle un scarabée géant nous attendait. Nous décidâmes de passer discrètement à côté pour éviter le combat. Par chance, le scarabée s’était mis debout et donc ne nous voyait plus (non, ne cherchez aucune logique là-dedans).

Enfin, nous réussissions à sortir, du moins c’est ce que nous pensions… Arrivés en haut d’un mur gigantesque (ah oui, en toute logique la grande place était aussi sur le mur, mais pas à la verticale… Enfin… Bref, je me comprends) et il nous fallait maintenant descendre !!
Puis, un ptérodactyle arriva de nulle-part et me prit dans ses serres pour m’aider à m’enfuir. Mon ami ? Boh, apparemment on s’en fichait car il n’intervient plus du tout après.

Ainsi sous volions, mon nouvel ami ptérodactyle et moi. Il n’était pas très bavard car il ne savait que crier, au début. Notez que nous n’étions déjà plus dans le désert mais au-dessus de… Enfin j’en sais rien, c’était un océan je crois (en plus j’ai troop trop peur de la flotte, alors c’était joisse… -_-‘).
Et là, sans que je sois jamais arrivé à savoir pourquoi, c’est le seul moment de mon rêve où je me souviens des paroles.

[Là c’est le moment à partir duquel je t’ai raconté le rêve, Jade (bon bien sûr sur la CB c’est pas facile de faire plein de détails alors là je raconte tout bien, précis, et tout.]

Le ptérodactyle me regarde avec son œil de dinosaure et me dit :
« Je peux plus voler : je sais plus comment faire ». Remarquez la virtuosité argumentative…
Alors nous sommes tombés. Il faisait rapide (oui, dans mon rêve la vitesse était devenu une unité de temps et de température. C’est comme ça, point-barre.). Et puis nous nous sommes retrouvés dans la maison du ptérodactyle - qui entre temps s'était transformé en monsieur avec un chapeau haut-de-forme -, à boire du thé. (je ne me souviens plus quel goût avait le thé mais c’était du Lipton (Tea can do that) parce que le ptérodactyle était anglais, probablement.)

Seulement voilà : je ne suis pas idiot, du moins pas tous les jours. Ainsi, je m’exclamais : « Hey mais ! On tombe !! »
Et le ptérodactyle de me répondre « Ah ? Ah oui. »
Et donc nous sommes tombés, encore. Et puis je me souviens pas de la suite donc je suppose que je me suis réveillé.

The End.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 12:47

[Huhu... ca fait plaisir de voir qu'on est pas seul a faire des rêves tordus. N'empêche ton mec qui se mange tout seul là... mais comment t'as pu en arriver à rêver un bordel pareil ?? XD]

Rêve de la nuit du 01/02/12 au 02/02/12

Début toujours très flou, comme souvent. Je déambulais dans un marché, c'est tout ce que je me souviens, associé au fait que j'étais grâvement malade et que je passais mon temps à m'effondrer sur le sol prise de malaises. Plus tard je me suis retrouvée dans une sorte de parc aquatique antique, tout réalisé en pierre brute (joli :3) mais bon, quand tu manques de peu de te prendre un pilier de pierre dans la gueule parce que tu t'es pas assez couchée dans un toboggan aquatique, tu finis par oublier l'esthétique et vouloir te tirer. Surtout que j'étais toujours malade. =/

Ensuite je me suis retrouvée dans mon vieil appartement de Clichy sous bois, où j'ai vécu de mes 7 à mes 15 ans. Apparemment j'y vivais toujours avec ma mère et mon beau père. Je vais dans ma chambre (que je partageais avec une de mes sœurs, un 9m² hyper encombré où on avait à peine la place de marcher XD) et là je vois une des poupées en porcelaine au dessus de l'armoire me tirer une tronche bizarre, genre agressive puis me tirer la langue. Ce fut un grand moment de solitude... quoi faire ? Quoi dire ? Mon premier réflexe a été de bondir sur un gros couteau de cuisine et un autre plus petit qui trainaient dans le coin pour être sûr qu'elle s'en servirait pas contre moi. Quand elle m'a vu faire ça elle est descendue de l'armoire et... s'est saisie d'une paire de ciseaux à bout pointu (la prochaine fois, je checkerais mieux la pièce kof).

On a passé un moment à se menacer en tournant autour du lit de ma sœur, puis d'un coup PAF, la poupée s'est cachée. Stressée je regardais partout, sous les meubles, un peu partout, jusqu'à ce que je la retrouve cachée sous le lit de ma sœur. On a essayé de s'attaquer sans grand succès avec nos armes respectives puis je l'ai attrapé par les pieds et fracassé la tête contre un mur. Ça avait brisé la porcelaine à l'arrière de son crâne et du coup je pouvais voir son cerveau palpiter, une sorte de mini cerveau humain bien dégueulasse. Je l'ai arraché à la main en pensant que ça la tuerait mais elle continuait à bouger, à parler et à vouloir me tuer, du coup bah... je l'ai balancé par la fenêtre ouverte. Mais cette charogne s'accrochait au rebord de la fenêtre si bien que j'ai dû lui couper les doigts pour qu'elle tombe et s'écrase en bas, éclatant en morceau.

Là, même si j'étais soulagée je ne pouvais m'empêcher de me demander si les 21 poupées en porcelaine restantes sur le haut de nos armoires n'allaient pas me faire la même chose, alors j'ai quitté la pièce pour me réfugier dans le salon. Là-bas j'ai essayé de convaincre mon beau-père de ce qui se passait mais, chose ô combien surprenante, il ne me crut pas. Inutile de dire que j'étais agacée et terrifiée en retournant dans ma chambre pour y découvrir que mes craintes étaient fondées. Les 3 quarts des poupées restantes avaient bougé, réparties un peu partout dans la pièce, cachées dans des endroits fourbes et tout et tout...

Et là... bah je me suis battue, encore. J'ai réussi à toutes les choper et j'ai voulu les balancer aussi par la fenêtre, mais j'arrivais pas à les faire tomber. Du coup, j'ai arraché mon volet droit (ceux en métal qui se replient en éventail vous voyez ?) et j'ai fait un home run. Elles ont toutes été projetées dehors, le volet m'a échappé des mains et tout est allé s'écraser au pied d'une femme qui l'a échappé belle. Alors qu'elle levait les yeux pour voir qui avait failli la tuer j'ai rentré précipitamment la tête à l'intérieur et j'ai quitté la chambre une fois de plus.

Lorsque j'y suis revenue plus tard, mon beau-père s'y trouvait et tentait de tuer les poupées restantes. Il m'a dit qu'il me croyait maintenant qu'il les avait vu bouger, mais j'ai tenté aussitôt de l'arrêter parce que celles qui restaient étaient gentilles kof. Ça s'est transformé en plaidoyer, où les poupées (et peluches) me disaient qu'ils voulaient pas me faire du mal eux, parce qu'ils m'aimaient parce que j'en avais toujours pris soin et que je tenais à eux XD. J'en arrivais même à voir un flash back de l'histoire d'un de mes jouets qui racontait que quand on me l'avait offert, nous qui étions pauvres et peu fournis en jouets l'avions chéris et blablablaaaa.... genre avec en fond un petit chalet au pied d'une montagne, la famille de gens pauvres et heureux... le bon gros cliché, le tout avec un ton légèrement sépia pour bien montrer que tout se passe dans le passé.

Et je me suis réveillée. =|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 14:48

[Vos rêves sont violents dis donc ! Enfin je peux parler avec les miens et les pédophiles qui m'accostent dedans.. ]

Caucherêve N° 1 Ante 2012 (Novembre-décembre sûrement)

Je crois que l'antagoniste de mon rêve pourrait être un voyageur ! O.o'

Tout d'abord, je ne sais comment j'ai atterri dans cet endroit, mais je remarque que c'est l'intérieur d'une ruine avec des colonnes sans détail apparent ce qui fait que je ne sais pas où je me trouve.. Ruine romaine, ruine grecque ou ruine égyptienne le mystère reste entier. Cependant il n'y a aucun hiéroglyphe sur les murs ou les colonnes et l'endroit semble encore habité ! Des flambeaux se trouvent accrochés dans cette salle très sombre et je m'avance jusqu'au fond de la pièce.

Et là un type sortit de nulle part, bel homme et torse nu (Oui le pédophile, c'est luiii !) vient à ma rencontre, me stoppe dans la traversé et tente de me séduire. Comme il me barre le chemin, je décide de l'écouter (je suis naïve..) et puis, il insiste tellement que je me dis Pourquoi pas ?!

Alors que je m'apprête à lui dire quelque chose, comme s'il avait deviné le fond de ma pensé, il réagit en conséquence et.. se moque ouvertement de moi ! Étonnée, aucun mot ne sort de ma bouche tandis qu'il me regarde avec malice. S'étant rapproché, il me chuchote à l'oreille avec une voix de psychopathe : "Je vais me transformer !". Devant une telle phrase bizarre, je me recule instinctivement et monsieur se transforme progressivement avec des écailles qui lui poussent sur son corps ainsi que de multiples têtes de serpents.

Une hydre ? La créature de grande taille se met à me poursuivre dans la salle et voici que nous commençons à faire une partie de cache-cache derrière les piliers. Sachant que s'il me trouve, je meurs j'ai donc la peur au ventre et game over, je me réveille !

Caucherêve N°2 Ante 2012 (Décembre)

Et l'antagoniste principal, c'est moi ! Twisted Evil Enfin mon autre moi.. qui est Jerry.. J'ai regardé cette salope me posséder..

Donc notre chère Jerry s'est mise dans l'idée d'avoir un entretien particulier avec un garçon (Non, je ne dirai rieen !) dans une chambre (Qui n'est pas la mienne, car elle est mieux rangée ! La mienne, c'est Tchernobyl >.<)

Après des petits bisous, elle est passée à l'acte et s'est mise en tête de déshabiller sa victime (Consentante en plus, fais chier !). Monsieur content rigole pendant que cette foutu violeuse de Jerry lui déboutonne sa chemise et paf "Attends je vais chercher les préservatifs", "Mais je m'en fou, fais-moi un enfant !"

Apparemment j'en avais assez entendu pour retrouver la réalité à ce moment-là...

Caucherêve N°3 de cette semaine ou de celle d'avant.

Pas de gentils ou de méchants pédophile/violeur cette fois-ci !

Cette histoire se déroule chez Mamie à qui je rends visite avec mon Pôpa :3 (Et pi comme Papa il est trop fort, il ne m'est rien arrivé en chemin)

Chez elle, nous écoutons la radio qui signale qu'un cataclysme approche ! Et pendant que j'essaye d'écouter aux travers des grésillements ce que dit le journaliste, mon père étrangement calme pour ce qu'il voit par la fenêtre du salon, me dit "Viens voir Victoria, y'a une tornade dehors !". Curieuse par nature, je vais voir de quoi il en retourne et lorsque je regarde par la fenêtre ouverte entretemps, je vois une immense tornade aussi haute que la cité administrative à côté de chez moi et qui fonce droit sur nous ! O.O'

Ma terreur a été amplifié par le réveil de mon téléphone sonnant juste à ce moment-là.. Je lui dois la vie !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 16:10

[C'était Liam le pervers de ton rêve ? Non mais parce que ça aurait carrément pu quoi... lol]

Rêve situé approximativement fin janvier 2010, début février 2010

Tout a commencé dans une cave… j’y étais enfermée avec une dizaine d’autres filles, on était toutes terrorisées. Je savais pas trop ce que je faisais là jusqu’à l’arrivée de deux mecs, un qui n’est autre que Liam, l’autre avec la tronche de Quinn Malory dans sliders et qu’on appelait Doc’ dans mon rêve. Bref. Ils se sont révélés être nos ravisseurs, bien décidés à nous séquestrer ici jusqu’à se lasser de nous. Et si Doc’ restait relativement charmant et correct (enfin tout est relatif, ça restait un violeur kidnappeur kof), Liam était atroce. Torture psychologique, insinuations et menaces qui devenaient terriblement réelles, coups de poings, menaces au couteau, viol… après une semaine de ce traitement j’étais prête à tout pour m’évader de ce trou à rat.

Dans l’une des pièces du sous-sol se trouvait une fenêtre rectangulaire qui devait faire environ 70 cm de large et 50 de haut, avec des barreaux assez espacés. J’avais fini par me persuader que j’étais assez maigre pour me glisser entre deux, alors en profitant de l’absence de nos deux ravisseurs j’avais passé ma tête entre deux barreaux pour sortir… mais la seule chose à laquelle je parvins fut de rester coincée. Gros coup de stress, impossible de bouger dans un sens ou dans l’autre et comme un malheur n’arrive jamais seul… Liam choisit ce moment pour pointer son nez. Il était très, très, TRES en colère (et moi passablement terrifiée). Il m’a violé dans cette position handicapante avant de m’en sortir et de me rouer de coups au point de perdre conscience.

A mon réveil j’étais attachée à un lit et Doc’ prenait soin de moi, m’expliquant que je ne devais pas recommencer par ce qu’il n’hésiterait pas à faire pire la prochaine fois, que c’était pour mon bien. Une fois qu’il a eu fini de me soigner il m’a embrassé et est parti. Puis… encore une longue période de séquestration, au point que les maltraitances s’encrent dans mon cerveau comme une simple habitude. Plus le temps passait plus j’avais l’impression que Liam faisait une fixette sur moi, mais au lieu de m’apporter des faveurs ça ne faisait que me rendre la vie encore plus difficile. Dès que je refusais quoi que ce soit, que je me révoltais ou tentais de le frapper je me retrouvais avec la lame de son couteau sous la gorge et des paroles doucereuses comme « tu es sûre ? Vraiment ? ». Et comme j’ai une peur bleue des armes blanches… j’étais forcée de m’écraser et de subir.

Les autres filles avaient fini par définitivement abandonner l’idée de se sauver, et elles se faisaient crever les unes après les autres lors de coups de colère. Si l’une d’elle se permettait ne serait-ce que le quart de ce que je faisais moi-même elle gagnait son pass pour l’au-delà. Mais j’étais pas la seule « privilégiée » de ce côté. Doc’ avait aussi son propre coup de cœur pour une fille très douce et super gentille, je crois qu’elle s’appelait Emilie. Et il y avait aussi un autre nana, une blonde assez jolie avec un énoooorme syndrome de Stockholm. Elle était à fond sur Doc’ et Liam, alors que nous les lui aurions « laissé » bien volontiers, mais ça ne l’empêchait pas de développer une sorte de jalousie maladive plus que malsaine.

Au bout d’un certain temps, j’avais fini par repérer une faille dans la sécurité, un moyen de se tirer de la cave et de filer par le jardin. J’avais réussi à convaincre Emilie de s’enfuir avec moi, et on avait réussi à crocheté la serrure de la porte de la cave. Une fois sorties de la maison on a couru à travers le jardin aussi vite qu’on le pouvait, mais au moment de franchir la haie nos ravisseurs nous ont repéré… Terrifiées on a filé vers le trottoir, et j’ai dit à Emilie qui était juste devant moi de fuir le plus loin possible parce que je sentais qu’on allait se faire choper. Alors qu’elle était à 5 mètres environs devant moi, Liam est arrivé et l’a abattu de sang froid avec un flingue. Je me suis arrêtée aussitôt, et ce connard m’a bien fait comprendre qu’il n’hésiterait pas à me tirer dans les pattes pour que je revienne.

Une fois de retour dans la cave, il y a eu une dispute monstre entre Doc’ et Liam, parce que ce dernier avait tué la favorite du premier. Je me souviens encore de leur dialogue…

- Mais putain ! T’étais obligé de tuer Emilie ?!
- Mais on s’en fous, il en reste plein d’autres comme… elle par exemple ! rétorqua Liam en pointa la blonde à syndrôme du doigt.
- J’en veux pas de celle-là !
- Alors je peux la tuer ? (pour le coup, c’est son calme pendant cette réplique qui m’a tué)
- Bah ouais !

Aussitôt dit, aussitôt fait… Liam l’a abattu d’une balle en plein tête comme s’il s’agissait d’un déchet, d’une sous-merde. Je vous dis pas le gros blanc dans la cave. Toutes les filles osaient pas dire un mot de peur de mourir à leur tour puis, ce fut le moment de ma punition. Encore. Comme me faire peur avec le flingue ne marchait pas et que je me rebellais comme une conne à cause de la mort d’Emilie, il a sortis le couteau. J’ai continué à gueuler… et la lame a décidé de visiter mon ventre, pour voir s’il y faisait bon vivre. Je me souviens encore de la douleur, de la peur aussi. Mais ca ne s’est pas arrêté là bien sûr. Autres coups de couteau, menaces, lynchage et violences sexuelles, avec toujours en fond sonore le fait que c’était mal de vouloir lui fausser compagnie alors qu’il tenait « tellement » à moi…

Nouvelle absence, nouveau réveil sur un lit avec foule de bandages, points de suture et Doc’ pour me remettre à neuf. Mon état critique m’avait offert un certain répit, me faire du mal maintenant aurait pu me tuer donc tout est retombé sur les autres en creusant un peu plus le fossé entre elles et moi. J’étais celle qui s’en sortait même en insultant, fuguant, frappant. La privilégiée qui causait la mort des autres qui n’avaient pas le même traitement de faveur. La solitude fut une blessure de plus, la pire peut-être.

Puis… j’ai fini par guérir, réintégrant ce train-train glauque à souhait, quitte à en devenir folle. 3 mois avaient fini par s’écouler depuis le début de mon rêve et j’étais au bord de la crise de nerf. La dernière chose qui me faisait tenir ? Ce trou que j’essayais de creuser dans l’un des murs de la cave, hors de vue de ces enfoirés… En réalité j’attaquais le ciment autour des briques pour pouvoir les retirer une à une et j’y suis enfin parvenue un beau jour. Libérant un passage je me suis tirée par là en balançant aux autres filles qu’elles n’avaient qu’à me suivre si elles le voulaient mais je les forçais pas, puis… je suis partie voir si l’herbe était plus verte ailleurs.

Juste avant de pouvoir voir si je réussissais ou non, s’ils s’en rendraient de nouveau compte avant que je ne puisse trouver des secours… je me suis réveillée. =|

Et inutile de vous dire que j’étais mal, très mal, et que se réendormir après ça c’est pas évident. Ensuite Liam m’a hanté. J’avais toujours voulu un vrai méchant pour hypnose, pas un en solde comme j’aime à dire, et il s’est imposé comme une évidence. Je crois que vous pouvez remercier ce rêve, ou le maudire au choix XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 18:27

Un cauchemar, très court:

Je me suis fait bouffer par un ananas géant carnivore alors que j'étais dans une forêt d'ananas carnivores géant...

Bref ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 3 Fév - 18:58

Ah ouais quand même... o_o

T'as un problème avec les ananas ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Jerry Blake

avatar

Maladie mentale : Cleptomane

Messages : 242

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 480 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Sam 4 Fév - 13:29

Ananas ? Oui ! Ba tu m'agaces !

Cauchemar de primaire..

Coupé en plusieurs scènes..

Dans le décor scolaire de l'époque, j'étais dans la cours de récré par un temps brumeux où des sortes de brachiosaures sont arrivés. Loin d'être de gentils herbivores, ils se sont mis à venir chercher les enfants et les soulever dans les airs pour les manger. La mère d'un gosse que je regardais avait l'air plutôt heureuse que son fils meurt vu les paroles qu'elle prononçait.

Dans la salle de cours du premier étage, l'alerte a été donné sur l'arrivée d'un T-rex et chaque enfant s'est réfugié sous sa table. Plus de mouvement, le T-rex qui regardait par la fenêtre repartit.

Suite à son départ, je suis partie dans la direction opposée et me suis retrouvée dehors. Ce devait être une période où l'on parlait de la vache folle pour voir un truc pareil ! Sur l'herbe gisait des tas de cadavres de moutons avec leur toison sanguinolente que des tractopelles regroupaient en tas. Sûrement pour nourrir les dinosaures..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Lun 6 Fév - 6:19

Rêve N° 1 de cette nuit.

C'est trop flou pour que j'explique, néanmoins j'ai reconnu l'endroit..

...

Je dois vraiment passer trop de temps sur la chatbox pour rêver de parler sur la chatbox noppp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ridley

avatar

Maladie mentale : Pyromane

Messages : 492

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 688 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Lun 6 Fév - 13:47

Ben au moins dans la chatbox y a pas de violence, c'est bien ! Mais c'est sur que c'est pas forcément un rêve palpitant (ou si ? (j'étais dedans ?)) pirat

______________________


Je me souviens des rêves de cette nuit alors je vous en fais cadeau. Encore une fois c'est articulé de façon assez anarchique mais... C'est un rêve, quoi... Also don't judge me !


Tout commence alors que je suis une sorte de flic ou de soldat envoyé dans un bâtiment pour faire le ménage après une attaque de virus (et là je me rend compte que le job dans les mécanoplaines m'a peut-être fait un peu plus mal que je ne le croyais..). Tout le monde était mort à l'intérieur, ou bien mourant et pour stoper la propagation du virus, moi et mon (en fait je crois que c'était 'ma' plutôt que 'mon') collège on tirait une balle dans la caboche de chaque personne qui rampait à nos pieds.

Nous avons ainsi continué jusque dans les sous-sols (et là en fait, on s'aperçoit que l'immeuble est comme un iceberg : 3 ou 4 étages au-dessus mais une vingtaine sous le sol) en ruines pour continuer à dégommer les infectés sans réelle empathie de notre part (je me souviens du visage d'une femme que j'abattais, mais je ne suis pas excellent en descriptions alors bon...).

Dans la deuxième partie du rêve, je change de peau, je ne suis plus le même personnage (même si celui que j'incarnais en 1er existe toujours, dans les sous-sols). Ainsi, je me retrouves à l'extérieur du bâtiment, dans la cour principale et ô surprise : je suis.. Spiderman (oui, bon, ok c'est débile, don't judge me) !!
Alors je me balance sur ma toile comme un autiste et puis un habitant de l'immeuble sort en courant pour m'avertir le danger (preuve que même dans mes rêves je fais mal le boulot, puisqu'il n'était pas mort, celui-là.)

Cet homme, il était un peu gros, dégarni, mesurait dans les 1m75 (je sais pas pourquoi mais je me souviens de lui vraiment, vraiment bien (comme la femme que j'ai tuée lol)). Alors il me raconte qu'un virus s'est propagé dans tout le bâtiment mais que c'est l'œuvre d'une bombe virale créée par des scientifiques fous ! Alors moi, comme je suis un super-héros, j’accepte de l’aider, mais voilà : entre temps, j’étais en mission parce que j’ai perdu ma fille !! (je ne sais pas comment elle s’appelle mais elle a 11 ans (je le sais parce que je lui ai dit). Oui, bon là c’est un des points incohérents de mon récit parce que si elle a 11 ans, ça veut dire que je l’ai eue à 7 ans ce qui en soi est un bel exploit)

Et là, arrive le gérant de l’immeuble qui n’est autre que Morgan Freeman (je l’aime bien, ce type. Mais je m’attendais pas à le voir dans un de mes rêves, toujours est-il que dans l’immédiat, ça m’avait pas choqué tant que ça). Morgan me dit donc qu’il m’aidera à retrouver ma fille, car après tout, il est un acteur célèbre. « Quel argument ! » me direz-vous, mais pour moi ça semblait totalement légitime, en tant que Spiderman.

Alors je commence à monter dans l’immeuble et je découvre une salle que ces incompétents de Moi et collège n’avaient pas fouillée ! J’entre et je trouve le savant fou qui construit une deuxième bombe virale. Il se retourne et je découvre avec horreur que le savant fou c’est mon beau-père Neutral
(allez-y, riez… n’empêche ça fait un choc. Vous comprendrez, quand votre beau-père à vous deviendra scientifique fou docteur en virologie. On rira moins, là.)
Il me sort le monologue typique des grands méchants et moi, je tente de le capturer avec ma toile d’araignée ; ‘faut bien que mes pouvoirs servent !! Mais ça ne marche pas : il n’y a pas de toile qui sort de mes mains… Rien… Rageusement, je m’exclame « putain, c’est parce que je suis dans un rêve ! » (rare moment de lucidité…) Enfin, la toile marche après cette révélation. Mais manque de pot, le vilain s’en défait.

Puis, il me regarde avec un grand sourire, et se lève de sa chaise (remarquez qu’il n’était pas assis, avant. Il a donc dû s’asseoir pour l’occasion, je sais pas…) avant de s’éclipser… Par la porte. Evidemment, je n’ai pas la présence d’esprit de l’arrêter, trop occupé à désamorcer la bombe qu’il avait activé avant de s’enfuir. (Notez que je veux sauver des gens qui sont déjà morts, mais c’est pas graaave !)

Je regarde l’écran d’ordinateur sur lequel s’affiche le décompte. Il reste 32 minutes et 27 secondes. Inconscient que ça représente un temps considérable, je suis quand même over stressé et je me presse comme jamais (LOL)…
Sur le bureau, une clé. Je l’attrape et commence à l’utilisé sur les quatre ou cinq unités centrales de l’ordi (pourquoi autant ? ben pour me faire chier, tiens ! Je suis un super-héros, quand même..) mais à chaque fois que j’en éteins une, une autre se rallume !! Ah oui, je devrais peut-être préciser que si je dois éteindre les UC c’est parce que c’est en les désactivant que je pourrais désamorcer la bombe (toujours avec la clé).

Et puis je me réveille là. Le compteur, je n’ai pas pensé à le regarder mais je pense qu’avec une demi-heure devant moi, j’ai dû réussir. Ou alors je suis franchement très con.
Merci de votre attention et… A la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jerry Blake

avatar

Maladie mentale : Cleptomane

Messages : 242

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 480 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Dim 12 Fév - 18:20

Gie Joe ! Et oui tu devais être dedans avec les autres habitués comme Jake, après j'ai la mémoire courte.. Neutral
En tout cas, ton rêve fait penser à un jeu vidéo par le contexte ^^'

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rêve N° 2 de cette nuit

Toujours sur le thème de l'épidémie décidément ! Je vivais chez ma tante un peu loufoque mais tellement gentille près d'un endroit très vert avec des festivités, un grand jardin avec des haies bien taillées et les gens de ma classe y étaient conviés lorsqu'une espèce d'épidémie s'est déclenchée. Le symptôme étant de la morve toile d'araignée verte Oo' Bref et les gens étaient devenus comme possédés par une force obscure, comme des zombies mais étant normal. Justement l'ex délégué de la classe à qui je ne parle plus souvent s'avance pour me parler à part de la foule (La foule n'a, disons même pas conscience d'être entouré d'individus possédés, probablement parce que la moitié est déjà sous le joug de la force obscure..) bref son comportement est un peu bizarre déjà il bégaie alors que ce n'est même pas le cas en vrai. Je sais dès lors que il est possédé et il cherche à savoir si je le suis aussi (Pour faire partit de sa secte). Mais comme Jade me la dit un jour : Révolution ! Twisted Evil

Je décide donc de le baratiner avec des "Ouais on va les avoir, t'inquiètes !" pour me faire passer pour un des leur et ça passe magiquement OO'
Donc j'en conclu que la morve verte les a réduit à l'état de presque légume..

Et puis fin, des moments de rire avec ma tante :3

La révolution est en marche les enfants. Je ne serai plus la victime héhé pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Smith

avatar

Maladie mentale : Cachexophobie

Messages : 37

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 35 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Dim 12 Fév - 22:15

Précision : Safrah et moi on fait beaucoup de rêves ensemble x)
______

J’arrive avec Safrah dans un centre commercial, on entre dans une boutique de jeux vidéo. On les dévalise et on se casse en courant, les flics nous poursuivent sur des espèces d’oiseaux mécaniques volants, mais nous ont étaient sur nos skates magnétique trafiqués et ont réussissait à les semer. On passait par les petites rues, on poquait les poubelles pour essayer de ralentir les flics, même si ça servait absolument à rien. Safrah se casse la gueule en faisant tomber une ben. Les flics sont pas loin, mais je pouvais pas l’abandonner, je fais demi-tour et au moment où ils arrivent à notre niveau, pouf ! On se retrouve tout d’un coup ailleurs. Devant un grand bâtiment du genre bureau d’affaire … Une femme est tailleur vient nous voir, le genre tête à claques. Safrah est par terre, blessée à la jambe droite. On a pu nos skate. Le femme se ramène et nous dit que si on dégage pas elle nous vire à coup de coup de pieds au cul.

J’aide Safrah à se relever et on commence à marcher vers un endroit qu’on connait pas. On va se planquer dans ce qui nous servira de toit pour la nuit.

La nuit tombe, on se fait attaquer plusieurs fois par des pillards, mais on les crame tous, ça fait à manger comme ça …
Et pouf ! Debout tout le monde ! On se réveille -_-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Lun 13 Fév - 10:41

Moi, cette nuit, j'ai fais un rêve SUPER bizarre. Je vais vous le raconter *o*

Moi, soeur et mon frère étions en ville. C'était un endroit que je ne connaissais pas. Soudain, une affiche qui se trouvait au mur se lève et le trou, qui est apparu derrière, nous a aspiré. Nous avons donc fait une descente dans un tuyau jusqu'à atterrir sur un fauteuil rose. Le plus bizarre, c'est que c'était comme dans les Totaly Spies. Même le bureau où on avait atterri d'ailleurs. Sauf que, à la place de Jerry (huhuhu) c'était notre père.

Il nous demanda si on était prêts pour aller à la soirée Cinéma de mon collège. Ma soeur, elle, était probablement prête car elle n'a pas bougé du fauteuil. Moi et mon frère sommes parti sur une plate forme qui descendait. Nous sommes allé dans notre maison. J'ai pris des vêtements et tout, et tout. -Mon frangin, lui, je ne l'ai plus revu du rêve, comme ma soeur et mon père. - Ensuite, j'ai fais quelques pas et *pouf* je suis atterri à l'endroit où étaient installés les chaises et l'écran cinéma, dans l'enceinte du collège. Un autre truc bizarre c'est que, à côté, il y avait 4-5 arrêts de bus. -WTF ?- C'était censé être une soirée cinéma mais il faisait plein jour : on était en plein milieu d'après-midi.

Avant que le film commence, j'ai fais un TAS de choses :

-J'ai posé mes vêtements sur le banc d'un arrêt de bus, puis en a choisi et je les ai mis (dans les toilettes, je vous rassure) puis, quand je suis revenu, une gothique que je n'avais jamais vu m'emprunte des habits, sans me demander. Bien évidemment, je n'ai rien dis : je trouvais ça normal. D'un coup, sa mère (enfin, je suppose car elle avait une crête) arriva et s'en alla avec elle.

-J'ai eu un cours (de je ne sais plus quoi) et à la fin, je suis sorti avec une fille que personne n'aimait et j'ai parlé avec elle. (Cette fille, c'est vraiment une fille que personne n'aime et qui est dans ma classe) Au bout d'un moment, j'ai aperçu mes amies (Mais vrais amies irl). J'ai couru vers elles -comme une gogolle- en laissant l'autre fille de côté. On discutaient sur un banc, et tout, et tout, quand on a vu une ancienne amie qui avait déménagé (irl aussi). On alla vers elle et elle nous rejeta, en disant que tout le monde la détestait. Sur ces mots, elle parti rejoindre des filles qui étaient des cassos (irl aussi u.u)

Le film commença -et il faisait toujours jour-. Le film parlait de Grimlins. Un autre truc bizarre c'était que les acteurs dans le film étaient les gens qui étaient assis. Soudain, je n'étais plus assise sur une chaise mais j'étais dans le film. C'était flippant. Le film fini, je croise la gothique qui me rend mes vêtements en me remerciant de lui les avoir prêté. Ensuite, je me retrouve à discuter avec deux filles (une que je connais irl et une autre que je n'ai jamais vu). On commença à parler de.... d'une boutique de fleurs que j'avais installé dans le collège. -WTF ?- Et la fille que je ne connaissais pas me remercia de l'avoir fais car personne ne voulait le faire. -on s'imagine pourquoi-. Après, il c'est passé un truc, je ne me souviens plus quoi, mais c'était en relation avec le film. Que de mystères *.*

FIN (je me suis réveillé -non, sans blague ?!-)

Pour avoir autant de précisions, comment ai-je fais ? Dès que je me suis levé, je me suis jeté (littéralement) sur l'ordinateur en me remettant en mémoire mon rêve. Rien que pour vous :3
Revenir en haut Aller en bas
Nikodim Vialkovitch

avatar

Maladie mentale : TOC de Kasparov

Messages : 136

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 325 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Lun 20 Fév - 16:34

I have a dream... En fait, nan, plusieurs. Ce n'était pas qu'aujourd'hui, alors je vais commencer par le plus ancien, dont j'ai déjà parlé à pas mal de mondes... Et le plus impressionnant.

Je précise d'avance que chacun de mes rêves est cours, par souci d'informations: en effet, j'ai une mémoire super sélective, alors les rêves...

Le premier rêve flippant, c'était un spectacle... Mais quel spectacle! En effet, je voyais un pingouin en tutu rose... Capable de parler... C'est déjà flippant....
Mais quand on le voit danser le French cancan, là ça devient vraiment flippant! Je m'étais réveillé sur cette scène, et c'est là que j'ai découvert la vraie nature des pingouins....

Une autre vision, quelques semaines plus tard, à confirmé mes pensées: dans ce rêve-là, je voyais un pingouin avec des crocs, en train de m'attaquer sauvagement. Ces yeux étaient injectés de sang... Et j'ai compris qu'il devait être de mon devoir de les dominer!


Aujourd'hui, mon rêve n'a plus rien à voir... Mais c'était tout de même flippant: J'ai rêvé du Dr House... En train de crier " Je veux un orgasme!" à une personne invisible... Et je peux dire, c'est vachement troublant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Mer 22 Fév - 7:34

[Niko' tes rêves sont... hum... comment dire... bitrange autant qu'ézarre. Et pourtant j'suis habituée =p]

Rêve de la nuit du 21/02/12 au 22/02/12

J'ai fait plusieurs rêves cette nuit, mais je m'en rappelle que du dernier qui est très... très forumactif lol Mis à part quelques plans où je discute avec Georges dans la chambre, tout se passe sur un écran d'ordinateur.

En plus d’hypnose, j’avais ouvert un autre forum avec Georges depuis quelques temps. Je venais d’y poster deux message RP, et alors que j’actualisais la page pour une raison qui m’échappe (je crois que j’attendais un MP), paf ! le forum est passé en mode basique bleu/blanc, plus de contenu et en bannière une image avec les acteurs principaux masculins de twilight qui font les con avec un texte pour nous narguer.

Outre cet outrage visuel, on venait de perdre beaucoup de contenu alors qu’on avait rien gardé, j’étais en colère, tous les membres s’offusquaient et venaient me faire part de leur sollicitude sur Hypnose par MP pendant que l’autre couillon qui avait hacké le forum continuait de nous narguer, par messages entre autres. J’ai fini par aller sur le chat du forum effacé, et le hackeur y était. Je me souviens juste clairement de mon premier message : « oh, un blaireau », après quoi il a tenté de me faire enrager, sans grand succès, alors que tous les membres lui tombaient dessus.

Pendant ce temps je me suis souvenue qu’on pouvait restaurer le forum à une sauvegarde précédente, alors je l’ai fait et j’ai envoyé un message à forum actif pour qu’ils enquêtent sur cet enfoiré… et il l’a eu dans le cul. Du coup c’était à moi de le narguer en lui disant que c’était pas grave, que de toutes façons je comptais dès à présent garder sur des dossiers word tous les messages rien que pour le plaisir de les relire et que s’il arrivait de nouveau à nous faire perdre le contenu du forum, j’aurais qu’à le remettre. Et que même si je perdais le détail exact d’xp, je compenserais le préjudice moral par un don supérieur d’xp parce que nos membres méritaient bien ça. Il savait plus quoi dire ce p’tit con huhu.

La justice triomphe toujours, en rêve du moins. \o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Jeu 23 Fév - 9:00

Rêve de la nuit du 22/02/12 au 23/02/12

Mon rêve est en deux parties. Je me rappelle que très très vaguement de la première où il me semble que je travaillais (comme si j'avais pas assez bossé ces deux derniers jours... bref), faisais les magasins et me cherchais un anneau d'argent avec un lapis lazuli dessus puis le décor a changé, et moi aussi. J'étais une sorte de journaliste brune, et j'enquêtais sur un mec bizarre que j'avais aperçu dans la première partie de mon rêve. C'était une sorte de pianiste-repris de justice qui avait toujours son frère sur le dos en guise de surveillant pénitentiaire. Y'avait des histoires bizarres autour de lui, de meurtre et de surnaturel et c'est ça que j'essayais de prouver.

J'étais partie enquêter de nuit, et normalement j'avais un mec qui était censé me protéger mais il n'était pas là. Je lui parlais par téléphone histoire d'évacuer un peu le stress parce que j'en étais venue à la conclusion que ce mec n'était rien d'autre qu'un monstre qui prenait forme humaine. Le rapport avec le clown de "ça" de Stephen King était assez fort d'ailleurs. J'ai fini par tomber sur un quai, et contre un bâtiment proche y'avait une bestiole bizarre (plutôt accès oiseau) affalée contre le mur... j'ai eu le pressentiment que c'était lui alors je l'ai pris en photo et je suis rentrée chez moi pour développer le film.

Plus aucune trace de la chose dessus, juste une vague fumée bleuâtre qui donnait un effet flippant/glauque à la photo. L'angoisse montait d'un cran parce que, allez savoir pourquoi, je développais la pellicule dans la salle de bain et qu'il était lié aux zones aquatiques. Pour retrouver de la contenance je partageais oralement mes découvertes avec mon "garde du corps" par le biais d'un conduit d'aération situé près du sol. Il était censé se trouver dans la pièce d'à côté mais même si c'était bien sa voix je trouvais son discours louche. Il n'avait même pas l'air surpris quand je lui balançais que ce mec était un monstre en réalité, alors inquiète je suis allée lentement vers le salon où il se trouvait tout en continuant de parler avec lui...

Et là je l'ai trouvé. Même s'il avait bien la bonne apparence (homme d'un mètre 80, brun, habillé en noir avec une casquette vissée sur le crâne) j'ai SU que c'était le monstre qui avait dû le tuer et prendre sa place. Il s'en est rendu compte, a souris et a lâché avec un calme surnaturel :

- Ce que je suis n'a pas d'importance... la vrai question est "est-ce que je vais te tuer ?"

En disant ça, il a sortir avec lenteur un couteau de sa poche gauche... est-ce utile de rappeler que j'ai une peur bleue des armes blanches ? =_= Je crois que c'était volontaire parce qu'en tant que bestiole magique il aurait pu s'attaquer à moi beaucoup plus simplement, mais il cherchait à générer un maximum d'angoisse chez sa victime. J'ai passé les minutes qui suivaient à courir dans le salon, évitant le couteau, me débattant comme je pouvais pour ne pas me faire planter puis j'ai réussi à quitter la pièce. Une fois dehors je fuyais, je fuyais encore et toujours mais il me rattrapait à chaque fois et personne ne venait m'aider. Les endroits étaient toujours déserts ou leurs rares occupants indifférents au danger que j'encourrais.

J'ai fini par m'envoler - ce qui suffit habituellement à m'éloigner du danger dans mes rêves - mais il s'est envolé aussi. J'avais encore plus de mal à l'esquiver dans les airs, j'étais au bord de la crise de nerf... de désespoir je lui ai balancé une boule de feu dans la gueule et il me l'a renvoyé de manière charmante dans la gueule, en pire. Comme j'aime les pirouettes de rattrapage j'ai pensé que comme c'était la mienne à la base ça ne pourrait rien me faire et effectivement ce fut le cas.

J'ai fini par me reposer par terre dans une ruelle sombre, et me faire coincer. J'étais emprisonnée dans ses bras, aucun moyen de m'échapper et la lame du couteau commençait à entailler mon bras. J'étais en flip, je cherchais une solution, n'importe quoi... et j'ai fini par faire ce que je fais quand j'ai plus d'autres options disponibles : embrasser le méchant. Si si je vous jure, en général ça permet de super retournements de situation lol. Ce contact l'a figé, j'ai recommencé et il a commencé à trembler... en fait ça tuait le monstre en lui je crois. Il a fini par se changer en nana, lâcher son arme et tomber sur le sol évanouie. J'ai suivi l'exemple tellement j'en pouvais plus. Lorsque le moment de se lever arriva, elle était normale et ne tentait plus de me tuer. Alléluia.



Dernière édition par Jade Martins le Ven 24 Fév - 9:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Melena Autumn

avatar

Maladie mentale : Thanatophobie

Messages : 1512

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2173,5 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Jeu 23 Fév - 11:15

Que de rêves étranges ! =O
Moi je vais en posté un que j'ai fais y'a... 2/3 ans, mais c'est le dernier rêve qui m'a VRAIMENT traumatisé, de ces rêves qui continuent à me faire flipper quand je me réveille (c'est très très rare). Je le copie tel que je l'avais écris à l'époque, fautes d'orthographe comprises lol, parce que j'ai la flemme de corriger)
Citation :

Dans ce rêve, je dormais. Dans ma chambre donc, au même endroit duquel je vous écris désormais. J'étais allongé sur le ventre, sous ma couverture, la tête tournée vers la droite avec ma main droite juste à coté, et mon bras gauche plié dans le sens inverse (un peu comme un dessin egyptien de dos lol).
La description est importante, car c'est la position dans laquelle je dors dans 99% des cas.
Je dormais donc, et je me réveille. Je sens un poids inhabituel sur moi. Je suis déjà paniqué, parce qu'il m'est déjà arrivé en étant éveillé, d'avoir l'impression qu'une personne m'attrapait alors que j'étais allongé et le dos tourné. Puis je me calme "allons, c'est impossible. Ma porte est fermée à clef, et je ne vois pas quel intru viendrais s'allonger sur moi".

Je me calme. Mais la sensation du poids était vraiment réaliste... et je me sentais comme quand on est à peine réveillé. Je peux tout ressentir jusqu'à maintenant... je vais d'ailleurs allumer de la musique pour ne plus sursauter au moindre bruit que j'entends.

Donc j'étais calmé, mais je veux vérifier pour me rendomir. Aussi difficilement qu'il est possible de le faire quand on a le corps encore engourdi de sommeil, de mon index droit - le plus proche de mon visage je le rappelle - j'essaye de me gratter la joue. Bien que je ressens quelque chose proche de ce qu'on ressent quand on touche une partie de son corps qui es engourdi parce qu'on s'est trop appuyé dessus - ce qui me rassure à peine quelques secondes - un truc cloche : ce n'est pas MA joue.

Je commence à réellement paniqué. J'essaye - toujours aussi difficilement, fatigue oblige - de m'agiter, de me lever. Là, je sens le poids de manière plus précise, qui s'enfonce encore plus, exactement comme une personne. Je ne bouge plus. Je retente de toucher ma joue... cette fois, c'est bien la mienne que je touche. Mais en cherchant un peu, je rencontre des doigts ! Une analyse rapide se passe : "il est impossible que ce soit les doigts de ma main gauche, et j'utilise ceux de ma main droite... donc ces doigts appartiennent forcément à quelqu'un d'autre."

Pour le coup, je suis réellement paniqué. J'attrape le plus fermement que je peux ces doigts. Je sens la tête de l'intru qui glisse jusqu'à mon oreille. Il me dit qu'il est venu me rendre visite par surprise, qu'il est mon frère, et que je lui avais manqué. Bien que je me demande comme il est entré, j'essaye de me relever, plus assurément cette fois. Je ne sais pas pourquoi, cet intru ne cesse de chercher à m'embrasser, ou en tout cas à garder un contact physique, alors que je le fuis. Je me lève, et me retourne vers le lit, d'une part pour le voir, et en plus pour allumer la lumière - il y a un interrupteur au dessus de mon lit. Mais il fait très sombre, je ne distingue rien de plus qu'une "ombre plus sombre que le reste". Je tente d'allumer. Au moment où je réalise que l'ampoule à griller et qu'il ne se fait pas la lumière, j'ai l'impression de voir cette ombre se jeter sur moi. Je l'esquive, et l'on commence à se battre sans merci, dans le noir. Il en voulait à ma vie pour x raison, et je me défendais. Je crois que c'est pendant ce moment là que j'apprends qu'il s'appelle Michel, et qu'il ne fallait mieux pas que je vois son visage - même si il n'avait pas prévu que la lumière ne marche pas. Pourtant, nous n'avons plus parlé à ces instants.

Je ne sais plus comment, je l'entraine dans la salle de bain, et je reviens dans la chambre, avec l'idée de prendre mon drap, qui me permettra de l'étrangler. Une pensée m'était venu que c'était le seul moyen de le neutraliser.

Là c'est plus confus, je crois qu'il reviens à l'assaut alors que je ne suis pas prêt, mais j'arrive à reprendre le dessus. Je le tiens étrangler avec le drap, et l'entraine dans le couloir - partie public de la résidence. Il fait encore sombre, trop sombre.
Mais d'un coup, la lumière se fait et...
Mon adversaire était INVISIBLE !
Sous la surprise, je relâche mon étreinte. Il en profite pour me frapper, et je crois qu'il s'en va, où il s'éloigne vers une autre chambre, où il rentre. Là, c'est bien plus flou... mais je sais que peu à peu, des tas de gens sortent de leur chambre en hurlant, en disant avoir eut affaire à un "Michel" invisible. Au début on est 2, puis 3... On se raconte nos mésaventures, exactement semblables - et je la leur ait raconté comme je vous l'ai fais plus haut. Puis, de plus en plus de cris et de monde. Puis on descend tous au RDC, et je vois la gardienne de l'immeuble au telephone avec la police. Je lui demande de quoi il s'agit. "Michel".

Terrifiés, moi et tous les résidents sortons dehors. Dans toute l'agglomération voisine, on entend que ça crit, et les gens sortent de même dans la rue... Michel a frappé partout...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 24 Fév - 9:09

Rêve de la nuit du 23/02/12 au 24/02/12

Mon rêve était très long, anarchique et brouillon, une sorte de patchwork de thèmes divers dont seuls quelques-uns m’ont vraiment marqué. Je vais juste aborder les moments dont je me souviens, donc :

- Moment 1 : avec Georges nous étions allés à Clichy sous bois où j’ai habité pendant 7 ans. Une fois devant mon ancien immeuble je lui ai montré du doigt les fenêtres de l’appartement où j’habitais, après quoi on est entrés dans le hall qui avait été franchement dégradé depuis mon départ. On attendait devant l’ascenseur avec d’autres gens, la cabine arrive et je grimpe… mais pas Georges. Il avait cédé sa place à une nana trop chargée, et avant que je ne m’en rende compte les portes s’étaient refermées derrière nous

.Je me suis retrouvée en compagnie d’une petite minette les bras pleins de paquets encombrant, un mec en costard et un mec louche, typé racaille. Ce dernier me demande à quel étage je vais, je réponds le 6ème (alors qu’avant j’habitais au 4ème, faut pas chercher la logique). Il me répond que c’est tant mieux, que « j’irais avec lui » et que ça aurait intérêt à être « consentant ». Euh… WTF ?! Gros moment de stress, surtout que par une magique intuition je sais qu’il est armé… mais heureusement j’ai été sauvé par mon style vestimentaire chimérique douteux. Je portais une sorte de pull de grand-mère à col rond, une jupe grise qui m’allait sous les genoux, tout sauf attrayant, du coup le mec a changé d’avis et a balancé qu’en fait il prendrait l’autre fille.

Nouveau silence dans l’ascenseur alors qu’on arrive au sixième et que mon portable vibre dans ma poche. C’est Georges qui m’appelle mais j’ose pas décrocher parce que c’est un iphone et que la racaille me regarde de travers Le mec en costard se tire sans chercher à aider personne (sale bâtard, en plus il faisait une tête de plus que la racaille). Je vois la racaille et la pauvre fille qui montent des escaliers menant à… je sais pas en fait… une sorte de grenier ? Bref, ils se cassent et je descends en vitesse 3 étages jusqu’à rejoindre un centre-commercial situé dans le bâtiment (ne cherchez pas la logique je vous ai dit, y’avait pas non plus réellement de grenier au sixième XD).

Une fois dans le centre commercial je cours, je cours… je cherchais à la fois Georges, mais surtout de quoi aider la fille quelques étages plus haut. J’ai fini par tomber sur des flics ou des vigiles, je les ai prévenu et ils sont partis comme des fusées pour l’aider. Ils avaient bouclé le bâtiment et je m’étais assise dans une sorte de salle d’attente pour ne pas attirer l’attention parce que j’avais peur que la racaille apprenne que c’était moi qui avait cafté et qu’il veuille me tuer si je m’approchais trop ou si je tentais de sortir dans les premiers. Quand je suis enfin sortie j’ai retrouvé Georges et une amie (j’avais une bonne vingtaine d’appels en absence) et ils m’ont expliqué que bon, la fille avait un peu subit mais qu’au moins le mec était arrêté. J’ai pourri Georges de m’avoir laissé seule dans l’ascenseur aussi, galanterie de merde.

- Moment 2 : bien après le moment 1 (j’avais dû bosser entre temps, avoir une réunion avec mon directeur et d’autres activités de ce genre trèèèèèès passionnantes), je me suis retrouvée à manger avec mon père, des gens de la famille et un ami à lui d’une quarantaine d’années avec une tête très louche. Après le repas je sors pour… je sais pas en fait mais j’étais censée avoir un truc à faire dans le jardin, bref, je me retrouve à l’extérieur d’une maison située en pleine campagne perdue. Je longeais les piquets d’un pré quand « l’ami » m’a rejoint et j’ai alors compris qu’il n’avait pas que la tronche qui était louche chez lui. Ses intentions aussi.

Je me suis envolée vite fait pour me poser en haut d’un poteau/piquet plus haut que les autres/arbre (rayez les mentions inutiles, c’est trop flou dans ma tête) et je lui crie de s’en aller. Il veut pas forcément, et me guette en bas de l’arbre comme un sale prédateur (sexuel). Je savais pas trop comment me sortir de cette merde, alors par dépit… j’ai hurlé « PAPAAAAAAAAAAAAAAA ! » à m’en casser la voix pour alerter mon cher père qui se trouvait dans la maison. Il a fini par m’entendre et est venu m’aider, alléluia !

Malheureusement ce moment n’est pas fini, car j’avais tellement hurlé que je n’arrivais plus à respirer, j’avais l’impression d’avoir une boule énorme dans la gorge qui empêchait l’air de passer. Je suffoquais tellement que je manquais de tourner de l’œil et le médecin qu’on était allé voir – sale incapable – ne me proposait aucun traitement efficace.

Et je me suis réveillée. =|

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 24 Fév - 15:37

Comment vous faites pour faire des rêves ? Moi j'arrive pas XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Ven 24 Fév - 20:26

On rêve tous, toutes les nuits à condition d'atteindre le bon stade de sommeil. Wink

Moi je m'en souviens à chaque fois que je dors assez (7 à 9 heures de sommeil minimum), en dessous de ce quotat j'en ai aucun souvenir. Là j'ai dormi assez ces derniers jours c'est pourquoi j'en ai écris un ces 3 derniers jours.

Faut aussi s'accrocher aux lambeaux de rêve qui restent au réveil, si tu les écartes tu les oublies de suite =3


Dernière édition par Jade Martins le Sam 25 Fév - 7:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
Jake Anderson

avatar

Maladie mentale : Thermoréactif

Messages : 442

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 504 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Sam 25 Fév - 7:17

Fait bizarre: Je dors avec deux couettes (une au dessus de l'autre) car il fait froid =D. Normalement, quand je me réveille, seule la couette du bas subsiste, mais fait exceptionnel, aujourd'hui, je me suis réveillé avec la couette du dessus! et deux fois en plus! Ça m'a troublé, et ça me trouble toujours, et sinon, j'ai toujours pas fait de rêve. NDM, Nuit de Merde! Haha hihi huhu hoho hehe hyhy .... ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Sam 25 Fév - 11:39

Après les hydres et les éléments qui se déchainent sur Bibi, c'est au tour des admins de me mener la vie dure dans mes rêves..

Je ne sais pas comment Jade (la rôliste) a pu intégrer ma classe à son âge, mais osef ce n'est qu'un rêve..

Au lycée, je me retrouve avec elle en classe, elle est habillée façon secrétaire et nous toise comme si c'était elle la prof ! Et justement, le professeur tarde à venir et tous les élèves se mettent à faire un boucan pas possible (Il est vrai que nous sommes des artistes bavards..). Peu après, une fille que je n'ai jamais vu rentre déterminée dans la salle de cours et fixe une feuille de papier avec des punaises avant de dire quelque chose sur un air de reproche, à cause du bruit surement.. Les élèves s'étant arrêtés de parler, regardent la feuille dont les inscriptions sont écrites au feutre marron et râlent. Il y avait marqué un truc du style "1 jour, 1h arts plastiques", après je comprends pas trop ce qu'ils veulent dire par là >.>'

Bref la sonnerie sonne et nous partons manger ! J'appelle une amie avec mon téléphone portable dans le self et ensuite j'ai un autre appel que je prends et il y a Melena (le rôliste) au bout du fil ! Je sais plus ce que l'on se dit mais Jade à côté me fait comprendre qu'elle veut lui parler donc je lui confie le téléphone et elle s'en va parler dans son coin avec. Je fini de manger et ensuite je vais au toilette pour me rincer les mains. Moins cool, l'évier est bouché et contient de l'eau pas clean. Jade revient et au lieu de me rendre le portable.. elle se met à le noyer O_O Enfin elle ne le jette pas directement, elle fait comme si le portable lui avait échappé des mains et qu'elle veuille le rattraper. Malheureusement, il a bien trempé et moi je suis déçue de ne pas pouvoir le ranimer "Mylène, mon portable il est mort.."

C'est là que j'entends la sonnerie réveil de mon portable et je me dis "What the f... !". C'était normal, c'était vraiment mon réveil qui venait de sonner x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins

avatar

Maladie mentale : Troubles dissociatifs de la personnalité

Messages : 1244

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2268 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Sam 25 Fév - 14:02

... HAN !!! =O C'est donc cette image que je véhicule ? **va sauter du pont le plus proche**

Comment j'suis trop une snob/peste/bâtarde dans ton rêve... je suis choquée ! lol

Sinon mon propre rêve ne vaut pas trop le coup d'être raconté, je me souviens de pas grand chose à part qu'à un moment de mon rêve j'étais dans un jardin et que j'apprenais que mon père était hémiplégique... sauf qu'il bougeait normalement des fois donc ce devait être une maladie à temps partiel kof kof. Après, j'ai rêvé de cul huhu, alors je vous passerais les détails mis à part le moment où j'avais mis de la musique d'ambiance et que le mec à voulu que je passe du Schubert, ce à quoi j'ai répondu "pourquoi pas, mais pas tout le trajet" ce qui ne veut rien dire vu qu'il n'y avait pas de trajet. On était dans une chambre quoi, bordel. =|

Bref, du n'importe nawak quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net
James Brooks

avatar

Maladie mentale : Trouble dissociatif de la personnalité

Messages : 701

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 2121 rubz

MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   Sam 25 Fév - 14:56

Bah...toujours rien =O C'est pas assez 9h de sommeil T_T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t97-james-brooks
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sanatorium - Racontez nous vos rêves...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: La parlotte :: Flood-
Sauter vers: