AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Voler de ses propres ailes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Voler de ses propres ailes !   Lun 30 Jan - 21:07

>> En provenance de la périphérie d'Elipse

Sans qu'il ne puisse réagir, des créatures hideuses s'étaient mises à poursuivre Jade, Eve et Georges et les avaient contraints à se séparer. C'était dans le noir complet que l'ailourophobe reprit ses esprits et constata que tout le monde était partit. Non loin de l'endroit où il se trouvait, des couinements plaintifs se faisaient entendre. Le faisceau de sa veilleuse éclaira le corps charcuté d'un des rats, la victime d'Eve probablement. Même s'il était repoussant avec sa gueule fendue, Matthew aurait abréger ses souffrances s'il avait eût le matériel adéquat. À côté de la bestiole crevée, un objet particulier attira son attention. Il le prit pensant qu'il pourrait être utile. Un simple collier anti-puce qu'il épousseta. En y repensant, l'ermite en aurait peut être voulu pour son rat de compagnie.

Il se leva scrutant les alentours hostiles en quête de ses compagnons d'infortune. Progressivement, il se rendit compte de traces de pattes un peu partout dans la zone. Un troupeau de rats ? Comme pour renforcer ses inquiétude, c'est ce moment que choisit le costume invulnérable pour le quitter. Le halo orangé repartit d'où il était venu, laissant le phobique attristé d'être abandonné à son sort. Avec précaution, il s'avança près de l'arbre où jadis Jade s'était réfugiée lors de l'apparition des chasseurs. Elle y était peut être encore.

- Il y a quelqu'un ?

N'attendant pas une réponse, il regarda derrière et vit une figure familière. C'était Rochel ! Celui qu'ils avaient prit à tord pour un salopard, mais qu'est-ce qu'il baragouinait dans son coin tout seul ? Peu importe, bien qu'il était habitué à vivre seul Matt' se sentait rassuré par la présence d'un des ses congénères dans cet endroit frôlant le cauchemar. Oui oui, le cauchemar ! Aujourd'hui il avait eût droit à la totale à commencer par un chat dans les égouts, suivi de l'énorme rat surnommé Chocobéaine, puis la transformation en chat-garou de Jade et son double maléfique s'avérant être un doppelganger. S'il revenait dire ce qu'il lui était arrivé ici, personne le croirait. Toutes ces péripéties auxquelles il avait miraculeusement échappé ne lui donnait pas envie de multiplier les expériences de ce genre et actuellement, de ne pas être là quand les saloperies mutantes reviendraient.

- Si les autres sont partis, on devrait faire pareil tu ne crois pas ? Je n'ai pas envie de rester pour servir de lunch aux bébêtes du coin..

Ces mots lui restèrent en travers de la gorge, car l'idée que Jade soit en danger le faisait souffrir et pour cause, elle avait été fort sympathique de ne pas les abandonner lui et Cassie dans les égouts. Ravalant son chagrin en pensant qu'elle était plus forte qu'elle en avait l'air, il tourna les talons et se lança dans une direction obscure, sans soucier d'attendre que l'autre phobique se soit remis debout. En avançant plus loin, sa source de lumière éclaira un panneau de bois suivie d'une route couramment empruntée à en juger des traces de roues au sol. Et bien voilà autre chose ! Il se rapprocha pour mieux voir les inscriptions : "Newton Valley - 50 kilomètres". À peine sortit du dédale des égouts, le phobique devait encore marcher une longue distance, mais il voulait à tout prix être en sécurité en ce bas monde. Ellipse n'était pas une ville pour eux et tous les autres voyageurs, cependant les quatre traqueurs venus de Dung Creek ne semblaient pas agressifs en ayant même vu les capacités de la jumelle, ce qui laissait entrevoir une lueur d'espoir et d'asile.

- J'espère que tu n'as pas envie de dormir maintenant, le repos sera pour plus tard lorsqu'on aura trouvé refuge là-bas.

Et c'était partit pour 50 kilomètres à pied et 3 000 ampoules à l'arrivée ! Mais avaient-ils le choix ? Matthew n'avait nullement envie de moisir dans cette endroit charmant le jour et impitoyable la nuit. C'est une perte de confiance en lui et une profonde solitude qui le poussa à sortir la voix libre de la sacoche. C'était la meilleure façon d'avoir une présence réconfortante et qui sait si la musique ellipsienne pouvait effrayer les créatures. Il n'avait qu'à tester et par chance, les piles n'étaient pas usées. Cette radio portative brisait le silence de mort de cette plaine et encourageait la petite troupe à se mettre en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mer 1 Fév - 14:52

Misaki ouvris les yeux. La première chose qu’elle vit c’était que le bureau du Dr Jonathan Mackingsley avait complètement disparu laissant place à une étendue d’herbe. Mais qu’est qui s’était passé, où est-elle, comment était-elle arrivé là ? Tant de question sans réponse. Elle avait les idées embrouiller mais une autre interrogation pointa son nez : qu’est-ce que ce charlatan de Jonathan lui avait donné pour qu’elle hallucine comme ça ? Peut-être qu’il lui avait fait prendre de la drogue ou un truc du genre et lui piquer… et pour lui prendre quoi d’ailleurs ? Elle n’avait pas d’argent, de bijoux ou quelques objets pouvant l’intéresser. Cette hypothèse ne tenait pas la route.

-Tu devrais avancer et voir si tu trouves quelqu’un pour te renseigner.

Misaki sursauta. Qui avait parlé ? Cette voix lui était familière mais elle n’arrivait pas à se souvenir où elle l’avait déjà entendu.

-C’est moi Elliah, je suis sur ton épaule !

Le docteur n’avait pas lésiné sur la dose dis donc ! Elle regarda tout de même l’endroit indiqué et c’est alors qu’elle la vit : oui c’était bien Elliah, comment avait-elle pût l’oublier ?

-Et moi aussi !

Bien sûr Jade était aussi là, sur l’autre épaule, elle n’était plus seule maintenant. Elle leur demanda si elles savaient ce qu’il c’était passer mais apparemment elles non plus n’avaient rien compris. Ça ne l’avançais pas beaucoup, qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir faire pour se sortir d’ici ? Une vague de solitude l’envahit d’un coup, de toute façon qui verrait qu’elle n’était pas là ? Personne ne l’attendais nul pars, personne ne s’inquiétait de ce qu’elle faisait ou de savoir où elle était. Les deux petits être assis sur ces épaules lui disait qu’ils étaient là et qu’ils ne l’abandonneraient jamais , mais ces voix n’étaient pas vraiment là, le fruit de son imagination comme disait tant de psychologue. Elle se leva d’un coup, elle était plus forte que ça tout de même ! Elle marcha alors d’un pas décidé, où allait-elle ? Elle n’en savait rien, mais elle s’était résolu à trouver quelqu’un qui pourrait lui expliquer ce qu’elle faisait là, et qu’est-ce que c’était que cet endroit.

Elle avançait déjà depuis quelques minutes et personne à l’horizon. C’est là qu’elle aperçut deux silhouettes peu éloigner d’où elle était. Elle courut comme une dératée, les formes se précisait : c’était deux hommes.

-Excusez-moi ! Pourriez-vous m’aider ? Hé ho !

Ces deux personnes l’aideront sûrement ou alors elle devrait les obliger à le faire. Bon il ne fallait pas oublier que si elle n’était pas sympathique ils ne lui diront certainement rien. Sympathique ? Un bien grand mot pour la fille qui ne c’était jamais fait d’amis et qui se bagarrerait volontiers avec le premier qui l’insulte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mer 1 Fév - 19:33

Totalement terrorisé, Rochel était incapable de faire le moindre mouvement mis à part trembler comme une feuille. Comme si ça ne suffisait pas de voir la Mort en face, le groupe fut bientôt attaqué par des rats d'une taille monstrueuse. Le noir total autour de l'insomniaque l'empêchait de voir ce qui se passait mais il était certain que "ça" avait bel et bien débuté. A quand le réveil en sueur, *mon dieu faites que je me réveille vite !*

Le seul animal démoniaque qui aurait pu représenter une menace pour lui fut abattu en un coup porté par Eve. Celle-ci s'empressa de fuir la zone, laissant Rochel seul, allongé en boule à quelques centimètres d'un rat mutant qui expirait dans un râle indicible. Voilà : maintenant il était seul à quelques centimètres d'un cadavre. Encore. C'était une chance inouïe que l'obscurité lui ait permis de ne pas voir la chose plus en détails.

Les rats avaient disparu, préférant apparemment la viande lorsqu'elle courait. Le phobique ne représentait même pas un repas convenable... La grande faucheuse disparut elle aussi dans un nuage orange, laissant derrière elle une silhouette familière. On appelait... C'était Matthew, c'était sa voix !
Rochel, encore tremblant, tenta de récupérer ses esprits mais lorsqu'il voulut appeler, aucun son ne sortit. Dans sa tête, toutes les informations qu'il n'avait pas eues pendant sa crise lui arrivèrent d'un coup, déclenchant une tempête de question et de peurs plus ou moins refoulées.

Matt finit par le trouver, toujours en pitoyable posture. L'insomniaque mit bien une dizaine de seconde avant de comprendre ce que son camarade lui disait. Ah, entre-temps il avait aussi compris que son "camarad" c'était la Mort et que- *QUOI !?*
Yeux exorbités, Rochel fixait tour à tour Matthew et les environs. Après s'être assuré qu'il ne courait aucun risque - à priori - il se releva timidement, terriblement anxieux. Il sentait une boule dans son estomac qui lui donnait envie de vomir. Courbé et mains sur le ventre, il s'approcha de l'ailourophobe suffisamment pour ne pas avoir à lui hurler dessus, ce qu'il avait néanmoins envie de faire, peut-être pour relâcher la pression.

Au lieu de ça, il intériorisa et refoula ce début de cauchemar loin, loin dans son cerveau, là où la mémoire immédiate n'avait pas accès. Il fallait oublier, se calmer... Respirer. Ouffffffffff...
- J-Juste une question... T-Tu veux ma mort, ou quoi !? J'ai vraiment eu peur, là ! L'insomniaque marqua une pause. Son ton grimpait mais il ne voulait pas s'énerver, il allait péter un câble sinon. Il souffla une seconde fois. Son soupir était saccadé et son cœur palpitait toujours à un rythme effarant. Malgré cela, il reprit de sa voix la plus calme possible : S'il te plaît... Par pitié ne refait plus jamais ça sans me prévenir... Ou même... Si tu pouvais éviter de le faire.. tout court.

La plaine avait retrouvé son calme et il n'y avait déjà plus aucune trace, plus le moindre bruit de leurs camarades ni même des rats. Enfin ça ne signifiait pas non plus qu'il avait envie de rester ici, aussi consentit-il à suivre le phobique des chats. Il ne le connaissait que depuis cette nuit mais c'était toujours plus rassurant de voyager avec lui que tout seul.
Le duo marcha aléatoirement pendant un bon moment avant de trouver un panneau indicateur. 50 kilomètres ? Ils n'étaient pas rendus... Pourtant ils n'avaient pas beaucoup d'autres choix, sinon aucun : c'était la seule direction indiquée à part Elipse, la ville qui voulait les voir mort.

- Pas de problème, allons-y ; je... Je n'ai pas sommeil, de toute façon. répondit Rochel évasivement. Aucune envie de s'étaler sur sa phobie pour le moment. Cependant que Matt' ouvrait la voie, le phobique des rêves le suivait, se tenant le bras gauche comme le ferait un enfant timide. Il exerçait une telle pression sur son bras que ça lui coupait le sang, mais au moins ça l'aidait à se calmer un peu. Bien qu'il soit encore trop tôt pour prendre du recul sur la soirée, le bilan s'avérait bien sombre. Certes, personne n'était mort - du moins il l'espérait - mais Rochel savait désormais que ses démons pouvaient le rattraper quand ils le voulaient, en ce lieu onirique. Il s'en voulait également d'avoir été une cause, même indirecte, de la séparation du groupe et à fortiori de Jade et Matt.

La première partie de leur voyage se passa dans un silence presque angoissant, seulement brisé par les bruits nocturnes du vent dans un arbre ou d'un animal passant furtivement.
Puis, comme si de rien n'était, le duo fut accosté par une jeune femme qu'ils ne connaissaient ni d'Eve ni d'Adam. Rochel commençait à s'habituer à rencontrer du monde comme ça, en pleine nuit, mais cela ne l'empêcha pas de se méfier tout de même. Elle ne semblait pas dangereuse, au contraire : elle rappelait à Rochel ce qu'il avait ressenti en arrivant ici. Une autre voyageuse ? Encore ?

- Euh... Bonsoir ? Vous avez besoin d'aide ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mer 1 Fév - 23:09

Visiblement, Matthew avait un poil effrayer son nouvel acolyte. Peut être parce que Rochel n'avait pas vécu la série de transformations plus ou moins loufoques des voyageurs à la période d'Halloween. Soucieux de ne pas renouveler l'expérience avec lui, l'ailourophobe ne se servirait désormais qu'en dernier recours de ce porte-clef. Ce changement d'apparence pouvait surprendre, comme il avait surprit Cassie dans les égouts, cela dit un peu moins. En respectant autrui, autrui le respecterai, Matthew pensait comme cela même si à maintes reprises beaucoup de personnes ne pouvait le comprendre lui et sa propre phobie. Cependant si Jade ne s'était pas fichu de lui lorsqu'elle avait su, c'est qu'il restait des gens biens. Pourtant, d'où venait sa transformation en chat-garou ? Volontaire ou incontrôlée ?

Le mystère restait entier. L'ailourophobe se sentait soulagé que cet homme ne pose aucune question au sujet de sa fuite pathétique bien qu'elle n'ait pas passé inaperçue. Maintenant, il se sentait presque coupable d'avoir provoquer leur séparation à cause de sa phobie incontrôlable. Qui n'aimait pas les chats de nos jours ? Les gens le prenaient pour un vrai dingue d'avoir peur d'un truc aussi mignon. Certes mignon mais aussi griffu. Toute cette histoire était parti d'une agression corporelle et prenait des proportions désastreuses. Hélas, il ne pouvait ni lutter, ni guérir, le mal au sujet de ces bêtes était trop ancré dans son esprit pour le quitter. La meilleure des tortures mentales dont il ne pouvait se séparer.

Le désir d'atteindre la ville le plus vite le faisait accélérer et la petite radio lui donnait plus d'assurance à mesure qu'ils avançaient. Cependant, quelqu'un se rapprocha. Ami ou ennemi ? C'était une adolescente qui en pleine nuit leur demandait de l'aide. Ce qui frappa l'attention de Matthew fut les deux petites personnes assises respectivement sur les épaules de l'inconnue. Avait-il perdu la boule ? Ce n'était pas plutôt de la poussière ? Perplexe, il passa le faisceau de sa veilleuse sur les deux petites créatures qui se protégèrent les yeux. Elles étaient donc réelles !

- Euh salut vous.. trois..

C'était assez curieux. En tout cas, les deux petits êtres n'étaient pas une menace comparé aux chats du coin. Il était quand même étrange qu'une adolescente les accoste en pleine nuit, elle voulait quoi au juste ?

- Que se passe t-il ?

Enfin rencontrer quelqu'un à une heure aussi tardive était louche, après elle s'était peut être perdue et elle cherchait son chemin. Toutes les possibilités fussent-elles improbables, n'étaient pas à écarter. La preuve : même un type vivait dans les égouts avec un rat géant comme animal de compagnie ! Enfin les deux petites personnes qui le fixaient, le perturbait. Et si.. et si elle était tout simplement voyageuse ? Matthew avait de sérieux doutes mais comment le vérifier.. Elle semblait plutôt désorientée, un signe.. ou bien un sombre présage.. Les rats mutants l'avaient peut être contraints à fuir seulement voilà, la ville où ils se rendaient n'était pas la porte à côté alors comment était-elle venu jusqu'à eux, ils en sauraient plus une fois qu'elle aurait reprit son souffle...

La nuit allait être plus longue qu'il ne l'avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Ven 3 Fév - 20:45

Les deux hommes se retournèrent vers elle. L’un était grand, brun, yeux bleu et l’autre était tout aussi élancé, cheveux noir, yeux sombre. Elle n’avait même pas envisagé que ces deux types puisse lui vouloir du mal. Mais elle écarta cette possibilité de suite car il n’avait pas l’air d’être une menace. En effet ils avaient les traits tirés comme si un lit moelleux n’était déjà plus qu’un songe inaccessible. Ils étaient aussi assez sale… Alors qu’elle les jaugeait, pesant le pour et le contre pour savoir si elle devait s’enfuir le plus vite possible ou attendre qu’on lui explique ce qu’elle faisait là au risque que son jugement s’avère faux, elle remarqua que l’un deux fixait ces deux anges gardiens. Il avait l’air perplexe, cherchant sûrement une explication logique à ce qu’il voyait. C’est vrai que deux petits êtres assis sur vos épaules peuvent paraître effrayant au premier abord ! Le premier lui demanda si elle avait besoin d’aide, il n’avait pas trop l’air de se méfier. Avant qu’elle puisse lui répondre l’autre dirigea un faisceau de lumière vers ses deux protégées pour mieux les examiner, pour analyser si elles étaient un danger détermina Misaki. L’éclat l’aveugla un instant, ainsi que Jade et Elliah puisqu’elles se protégèrent les yeux. Elle se décida enfin à leur exposer son problème.

- Et bien… je… Je voudrais…

Mais qu’est ce qui lui prenait ? Elle se sentait stupide de ne pas pouvoir parler sans songer à ce qu’ils allaient penser… Et s’ils ne l’acceptaient pas, comment allait- elle faire ? Ils allaient sûrement lui dire qu’ils ne pouvaient rien faire pour elle et partir sans se retourner. Elle pensa un instant à s'enfuir mais elle avait vraiment besoin d’aide. Bien sûr elle resta impassible pendant ce laps de temps où elle douta. Misaki ne laissait jamais paraître ces vrais sentiments, elle ne voulait pas avoir l’air faible. Elle allait reprendre quand elle fût coupée.

-Mais qu’est-ce que tu attends ? Explique leur ce qui s’est passé avant qu’ils ne se lassent et finissent par partir !

-Jade ! Laisse la un peu, elle va y arriver, elle y arrive toujours.

Merci Elliah. Jade n’avait jamais été très douée en ce qui concernait les motivations et tout ça. Mais voir qu’elles étaient avec elle lui redonna courage et elle ajouta sûr d’elle :

- J’aimerais vraiment que vous m’aidiez. J’étais dans mon bâtiment de redressement et puis deux secondes après je me suis retrouvée ici en plein milieu de la nuit, dans l’herbe. Et puis j’ai marché quelque temps puis je vous ai trouvée. Donc je pensais que vous sauriez comment je suis arrivée là pour…

Mais quelle conne ! Elle venait de se rendre compte qu’elle avait révélé qu’elle était internée dans cette bâtisse ! Il vous en conclure qu’elle était dangereuse… Raah ! Sa seule chance de pouvoir rentrer venait de se réduire en poussière. Qui voudrait aider une fille paumée qui pourrait leur être nuisible. Si elle revoyait le mec à cause de qui tout ça était arrivé…

-Bravo Misaki, tu aurais dû réfléchir avant de parler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Sam 4 Fév - 14:56

Alors que Matthew, bien plus observateur que l'insomniaque sur ce coup-là, pointait sa lampe torche sur la voyageuse solitaire, Rochel put enfin remarquer les deux petits personnages perchés sur les épaules de Misaki. Ils étaient comme ces représentations de la conscience dans les dessins animés ; un angelot et un diablotin. Seulement là, impossible de savoir ce qu'il en était. Par contre, cela ne faisait aucun doute que c'était l'un des pouvoirs de la demoiselle.

Elle semblait avoir du mal à parler aux deux jeunes hommes, sûrement intimidée par ce nouveau monde qui s'imposait à elle, ou bien dans l'incompréhension la plus totale. Face à ce manque d'éloquence, les petits anges gardiens incitèrent leur créatrice à parler. Jade ? C'était une drôle de coïncidence de rencontrer deux Jade dans la même soirée ; à moins que ça ne soit un leit motiv, un élément récurrent dans ce rêve que vivait Rochel ? S'il était en train de rêver, alors toutes ces personnes pouvaient n'être que des fruits de son imagination, après tout !

Extrêmement perplexe suite à sa crise de solipsisme, Rochel écouta néanmoins ce que la jeune fille avait à leur dire. Le phobique des rêves ne put s'empêcher de plisser les yeux à l'évocation du bâtiment de redressement. Qui était-elle ? Une délinquante juvénile ? Ou bien souffrait-elle d'une quelconque pathologie la rendant dangereuse ? Mais dangereuse pour qui ? Soit pour son entourage... Soit pour elle-même... Hors de question de l'abandonner à son sort !

- Non, ne vous en faites pas, ce n'est rien. Moi-même je ne suis dans ce monde que depuis une heure à peine et j'en sais assez pour savoir que vous laisser vous y aventurer seules serait de la pure folie ! Bien qu'implicite, le message était clair : Rochel invitait l'adolescente et ses gardiens à voyager avec eux. Qui sait quels malheurs peuvent arriver aux gens lorsqu'ils n'ont personne pour veiller sur eux..?

S'adressant cette fois à Misaki, Rochel tenta de faire un bref résumé de ce qu'il avait compris, épargnant ainsi à Matt de longs discours. De toute façon si l'on comprenait ce monde avec le temps et l'expérience, être exhaustif était inutile.
- Pour ce qui est de ton arrivée, par contre... C'est d'avantage à toi de nous le dire... Tout ce que je sais - enfin... tout ce que j'ai compris - c'est que nous ne sommes plus dans le monde réel mais dans le monde des rêves ; une sorte de... songe commun. Entre rêve et cauchemar, également....

Il s'égara un instant dans ses pensées. Si c'était bien un rêve commun alors il se pouvait que ses cauchemars à lui deviennent ceux des autres ! Avait-il bien fait d'inviter la demoiselle à les suivre s'il était lui-même un danger..? Seul l'avenir dira s'il avait eu raison ou pas mais comme toujours, il était incapable de garantir la protection de ceux qu'il côtoyait... Il aurait voulu arriver à un risque zéro, mais au lieu de ça il se posait toujours plus de questions sans avoir aucune réponse lui-même...

- Bref... Je sais que ça peut paraitre totalement fou, dit comme ça, mais tu dois me croire.
Au fait... Je m'appelle Rochel. Et voici Matthew.


En effet, s'il connaissait d'ores et déjà le prénom d'un des anges gardiens : Jade ; il ne savait rien des deux autres. Essayer de faire plus amples connaissance ou du moins rajouter une dimension sociale à tout ça aiderait peut-être à faire passer la nouvelle... Après tout, même avec tout le tact du monde, le message se résumait ainsi : "tu n'es plus chez toi et c'est dangereux"...
Si Jade et Matt n'avaient pas été là, Rochel se serait dirigé vers Elipse sans savoir que les habitants de la ville voudraient sa mort...

D'ailleurs où pouvait bien être Jade, Eve et le capitaine, à présent ? L'insomniaque espérait les retrouver là où Matthew et lui se rendaient, et qu'il les retrouverait sains et saufs. Georges était peut-être la seule personne qui puisse l'aider à s'enfuir d'ici.. Il avait cette chance à portée de main et puis ces rats sont venus les attaquer..!
Il y avait aussi le groupe de Liam ; ce dernier savait peut-être aussi comment se réveiller ? Mais il devait déjà être loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Sam 4 Fév - 18:42

Devant les encouragements de son escorte, Misaki arriva à expliquer ce qu'elle voulait dire par "aider". Elle veut partir.. Enclin à résoudre ses soucis, Matthew l'avait écouter en fermant les yeux sur d'où elle venait. L'endroit ne fait pas la personne, sachant que sur un coup de tête il avait fuit sa vie après la mort de ses parents et c'était retrouvé à voyager avec un bateau sans contact avec le reste de sa famille. Les gens changent.. Et si elle et Rochel connaissaient le moyen par lequel il était arrivé jusqu'ici, ils changeraient bien vite d'avis à son sujet.

Entendre une nouvelle fois le prénom de Jade l'avait fait sursauter. Maintenant, c'était sûr. Il se mordait les doigts, soucieux de ce que sa guide pleine de surprises était devenue. Morte, blessée à mort ? L'ailourophobe faisait une fixation sur tout ce qu'il pouvait arriver de pire et si elle était entre de bonnes mains.

Autre chose, son collègue l'invitait à se joindre à eux. Pas contre, mais ils finiraient par poser des questions indiscrètes et ça l'ennuyait. Étant là depuis presque une journée, Matt' pouvait se permettre de compléter et de renseigner l'adolescente. D'ailleurs, il ne comprit que maintenant ce qu'étaient les curieux personnages assis.

- Si ce que je crois est juste, tes deux amis qui te suivent, sont nés de ton pouvoir..

Dit comme ça, elle l'aurait prit pour un dingue sauf si ! Sachant qu'il devait le faire à nouveau, le phobique plaça sous son menton ses deux mains qui se recouvrirent progressivement de poils couleur ébène. Ce pouvoir avait aussi changer son regard le rendant plus intriguant que la normale. Le meilleur moyen de faire ce qu'il expliquait était par la démonstration. La pousse de poil rapide crevait les yeux ! L'évangélisme de Matthew passerait désormais par ses dons et c'est avec sourire qu'il lui montra sa patte de félin. L'humour ne faisait pas de mal, vu la baraka d'avoir 50 kilomètres à parcourir...

- Comme tu peux le voir, j'en ai un aussi. On nous appelle les voyageurs et ces pouvoirs sont liés à nos pathologies comme..

Durant ses explications, il leur avait carrément tendu une perche au sujet de sa maladie mentale et c'est de voir l'absence de poil au creux de sa main formant une empreinte de chat qui le fit s'interrompre. Clair que les deux l'avaient vu ! Rapidement, il referma son poing et changea d'expression.

- Oubliez !

Triste, il tourna les talons et continua son chemin. Persuadé que le phobique et la schizo étaient en ce moment même en train de bien se marrer, il ne fait qu'accélérer le pas. T'es vraiment con, Vraiment ! La phobie des chats lui faisait honte et attirait les moqueries à son sujet. Ce don n'était vraiment pas un cadeau, puisque maintenant il ne pouvait plus le cacher. Toujours fuir, toujours ! Et aujourd'hui spécialement devant un rat géant et deux femmes chats, F... !

Sur le chemin, l'ailourophobe ne remarqua pas la petite créature discrète qui le suivait. Fourbe, elle restait dans l'ombre attendant le moment propice pour son méfait. Et justement, marre de courir pour chaque dangers. Matt' avait ralenti son allure et l'opportuniste s'approcha. Son identité se précisa et se révéla être un metacactus égaré.

Se souvenant que les deux gens l'auraient suivi, il se retourna et vit le cactus planté sur le chemin sans herbes. Le végétal suspect, son camouflage ne marcha pas et lorsqu'il fut repéré son regard prit un air malsain. Bizarre !

Soudain le cactus bougea et tendit un de ses "bras" vers le phobique. Tel une arme à feu, son extrémité projeta des épines fines mais dangereuses, parées par l'interposition de l'avant-bras. Légèrement amorties par le vêtement, elles s'étaient plantées profondément dans la chair, ce qui ne manqua pas de signifier à Matthew le danger. Pour perturber la bestiole, il shoota dedans et la renversa. De petits moignons s'agitaient en dessous d'elle, probablement ses jambes.

- SALOPERIE !

Maintenant c'était au tour de la flore de l'attaquer. Par une colère provoquée par la douleur et le regret, Matt' sortit son thermos avec la ferme intention de buter le cactus pour enlever l'envie à tous ses petits copains de faire pareil. Ça serait moche la manière de l'achever, mais on fait avec ce que l'on a sous la main, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Sam 4 Fév - 21:24

Misaki s’apitoyait sur son sort, comment allait-elle bien pouvoir faire dans ce monde qu’elle ne connaissait pas si les deux hommes n’acceptaient pas de l’aider ? Mais une autre question la taraudait, pourquoi lorsque ses deux compagnons se chamaillaient les inconnus qu’elle avait devant elle avait été surpris ? Qu’avait-elles pût dire pour que l’un des deux aille même jusqu’à sursauter ? Il faudra qu’elle pense à le leur demander, mais cette interrogation n’étant pas très importante elle préféra la reporter à plus tard. Ils avaient eût l’air de ne pas trop apprécier le fait qu’elle soit dans un bâtiment de redressement, enfer et damnation ! Qu’est-ce qui lui avait pris de leur raconter ça ?! Mais elle fût tout de suite soulagée quand l’un deux la rassura et lui confia qu’il n’était dans ce monde que depuis seulement une heure. Elle crût même comprendre qu’elle pouvait se joindre à eux ! Elle aurait voulu se jeter à leurs cous et les remercier mille fois mais… les marques d’affection, bah, ce n’était pas son truc.

Ensuite elle écouta attentivement le court récit que cette même personne lui énonça, mais par contre il ne savait pas comment elle était arrivée là. Elle commençait un peu à flipper quand il lui avoua qu’elle n’était plus dans le monde réel mais… dans le monde des rêves ? Qu’est-ce que c’était que ça encore ? A peine qu’une question se résolvait qu’une montagne d’autres arrivait à la charge. Il y eût un quelques secondes de silence puis il lui annonçât qu’il s’appelait Rochel et que l’autre homme se prénommait Matthew. Ça lui rappelât soudain qu’elle ne c’était même pas présentée !

-Et bien moi je m’appelle Misaki et ces deux petits êtres sur mes épaules s’appellent respectivement Jade et Elliah. Et comme vous avez peut-être pût le voir elles ont chacune leur propre personnalité.

L’autre homme déclara soudain quelque chose qui l’a rendit indécise. Ces deux protégées seraient nées d’un pouvoir qu’elle aurait ? C’est vrai qu’elles étaient apparues pour la première fois lors de son arrivée ici, mais comment aurait-elle héritée de cette capacité ? Est-ce que eux aussi avait un pouvoir ? Pas le même qu’elle apparemment car elle avait beau scruter l’obscurité, aucun petit bonhomme n’étaient perché sur leurs épaules. L’un d’eux fît alors une chose surprenante, il mit ses deux mains sous son menton et celles-ci se recouvrèrent progressivement de poils couleur jais ! Ses yeux avaient changé aussi les rendant presque hypnotisant. Il tendit alors ses… pattes avec un large sourire. Donc ces pouvoirs étaient dus à leurs maladies ! Elle comprenait mieux à présent, c’était pour ça qu’elle avait Jade et Elliah sur ses épaules. Mais, et lui, quel était donc la sienne ? C’était peut-être avec un rapport avec un animal, un chien un chat ? Elle pencherait plus vers la deuxième option mais elle hésitait. Matthew regardait ces mains puis les cacha rapidement avec le souhait qu’on oublie tout ça. C’était trop tard elle avait vu et elle se posait de nombreuses questions qu’elle garda pour elle car elle voyait que l’homme ne tenait pas à s’étendre sur le sujet. Il se retourna et commença à partir, il alla jusqu’à accélérer le pas. Il avait l’air énervé contre lui-même. Elle avait comme de la compassion pour lui. Elle n’avait jamais ressenti se sentiment de toute sa misérable vie. La compassion c’était pour les faibles qui en avaient quelques choses à faire des autres ce qui était son cas… mais plus maintenant apparemment. A cause d’elle il était devenu triste et elle tenait à lui dire qu’elle ne le jugeait pas. Ils avaient l’air d’être comme elle, avec une vie assez mouvementé. Elle ne voulait pas perdre les seules personnes qui pouvaient la comprendre.

Elle s’en alla à sa poursuite. Mais elle remarqua bien vite que quelque chose clochait, un cactus bougeait ! Elle se frotta les yeux mais rien n’y faisait, cette plante marchait vraiment et se dirigeait tout droit vers Matthew ! Elle allait le prévenir quand le végétal projeta des épines qui allèrent s’enfoncer dans le bras de son adversaire. Ce dernier le renversa et sortit un thermos avec lequel il le frappa. Elle allait pour l’aider quand Elliah cria.

-Misaki attention ! Derrière toi !

Elle se retourna, une autre plante l’attaquais elle lui mit un coup de pied pour qu’elle soit déstabilisée mais déjà quelques épines s’envola vers elle. Quelques-unes était arrivé à destination mais Misaki avait échappé de peu à la plupart.

-Crève saleté !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 5 Fév - 19:32

Misaki avait tout d'une nouvelle voyageuse, c'était certain. Si son propre pouvoir ne la choquait pas, elle fut néanmoins assez surprise par la manifestation de celui de Matthew. Apparemment, ce dernier n'avait qu'à mettre ses mains sous son menton pour transformer ses membres humains en pattes de félin. Si Rochel n'avait toujours aucune idée de l'utilité de ce pouvoir, il était maintenant certain de la cause pathologique de ce dernier : la peur des chats. Si ce que Matt avançait était correct, alors il n'y avait plus aucun doute depuis qu'il avait fuit à la simple vue de leur camarade transformée quelques instants plus tôt.

Le phobique des rêves ne demanda aucune justification lorsque Matthew retira rapidement ses mains. Lui-même aurait assez honte de dévoiler sa phobie à la première personne venue... D'ailleurs quelle serait la nature de son pouvoir à lui..? Ca serait en rapport avec... Oh mon dieu non ! Tout mais pas ça... Matt qui avait peur des chats se transformait en chat ; donc Rochel qui avait peur de ses cauchemars aurait forcément un pouvoir en lien avec ces derniers ! Il déglutit difficilement, une boule d'angoisse lui bloquant la gorge à l'idée qu'il puisse subir ses peurs sous une toute autre dimension.

Passé le stade des appréhension, il fallut rattraper Matthew qui avait mis la vitesse supérieure entre-temps. C'était comme s'il se maudissait lui-même d'avoir dévoilé une partie de sa personnalité, mais même s'il n'y avait aucune raison de se faire du mal ainsi, Rochel comprenait et le suivit donc en silence.

Après quelques minutes de marches, la sensation d'être suivie s'intensifiait sans que Rochel ne sache vraiment pourquoi. Il se retournait de temps en temps mais ne voyait pas grand chose dans cette obscurité à part les quelques arbres et cactus environnants. L'étrange pressentiment sembla gagner tout le groupe et Matthew se retourna juste à temps pour prendre un cactus en flagrant délit. Cette plante avait bougé, forcément. Elle était encore sur le côté du chemin quelques secondes plus tôt !

Par instinct de survie, Rochel fit un pas en arrière alors que le végétal étendait une de ses branches comme s'il s'agissait d'un bras. De ce dernier, une nuée d'épines furent projetées et si Rochel en ressortit indemne, ce ne fut pas le cas de l'ailourophobe. Son bras était aussi épineux que celui du cactus, à présent.
Misaki était elle aussi aux prises avec une de ces créatures et chacun des deux voyageurs semblait décidé à tuer ces protocactus.

Seul Rochel restait en retrait, tête baissée et regard dans le vide. Ils pouvaient tout simplement fuir, aussi, non ? Pourquoi fallait-il les tuer ?
Quand bien même aurait-il lui aussi dû subir l'attaque d'un de ces végétaux, il se savait totalement incapable de mettre un terme à leur vie. C'était trop lui demander.

Puis il vit que - loin d'être des cas isolés - les cactus représentaient une grande partie de la flore du secteur. Pris d'angoisse, le phobique sut que lutter ne leur apporterait que des problèmes supplémentaires. Il tenta de résonner ses compagnons d'infortune du mieux qu'il put :
- Stop ! Ne les tuez pas !! Regardez autour : ils sont bien plus nombreux que nous, si vous en tuez un les autres risquent d'attaquer eux aussi. Matt, s'il te plaît, range ce.. thermos. Si vous voulez perdre de l'énergie inutilement, autant courir.

C'est d'ailleurs ce qu'il fit et ce, sans attendre de voir la réaction de ses deux compères. Il espérait ainsi instaurer un mouvement, proposer un choix plus fort, voire même les obliger à le suivre.
On ne peut pas tout affronter... Il faut savoir fuir, parfois. Tout les combats ne sont pas justes.
Après les rats, voilà qu'il étaient attaqués par des plantes ; non ! Ils ne pouvaient pas se permettre de frapper tout ce qui bougeait ! Cela n'apportait aucune solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 5 Fév - 22:25

En prise avec la bestiole gisant à terre, Matthew n'avait même pas remarquer que ses semblables les encerclaient. Mal lui en prit d'attiser leur courroux en malmenant le cactus avec des coups de thermos. Presque entièrement démembrée, la créature bougeait encore dans une bouillie verdâtre et si Rochel ne les avait pas prévenu, lui et Misaki n'auraient pas vu le danger venir. Les yeux levés hors de son plan de travail, l'ailourophobe vit la multitude de cactus dispatchée de part et d'autre de la route laissants un couloir de sortie au groupe de voyageurs. Va falloir tracer comme Rambo..

Sans la fourrure qui laissait glisser par moment son unique "arme", il se sentait d'attaque pour repousser les créatures un peu trop collantes à son goût, mais à chaque mouvement de son bras le mal était là. Profondément enfoncées, les retirer serait pure folie et puis ce n'était pas le moment. Il se sentait vulnérable, mais pas autant que face à un chat.. Et puis des vies humaines étaient en jeu ! Il n'était pas du style à risquer la vie de ses proches et il regrettait même un certain accident provoqué par sa maladresse ou malchance. Trop, c'était trop !

Prenant ses responsabilités, il envoya valser un groupe de végétal qui s'étaient avancés avant qu'ils ne puissent envoyer leurs piquants et engendrer plus de mal. Voir des picots plantés dans la chair de Misaki lui fit comprendre l'urgence de la situation, il était plus que nécessaire de fuir comme Rochel venait de le faire.

- Viens vite !

Il attrapa l'adolescente et l'entraina à partir. Une manière brusque de l'aider mais devant le danger, il fallait réagir. Voir dans tous les coins les plantes s'agiter était très surprenant et Matt' s'attendait à se faire canarder à n'importe quel moment. Rien n'en fut, ils ne savaient probablement pas viser les cibles en mouvement, une chance !

Plus loin et hors de danger, le phobique put constater ses erreurs. Solidement enracinées, les épines lui faisaient mal mais pas autant que de voir les autres blessés. Machinalement, il scruta les alentours pour vérifier s'ils étaient en sécurité. Ici, la moindre plante où le moindre animal voulait leur mort. Dans l'attente de soin, ils leur faillaient continuer encore jusqu'à Newton Valley, ça ne pouvait pas être pire...

Pour se rassurer, le phobique toucha en touchant son bras pour voir si le sang ne suintait pas. Au lieu de ça, le jus vert du cactus recouvrait sa main poisseuse. Hésitant tout d'abord, il lécha le revers de sa main. C'est bien ce que je pensais... sucré..

Un peu dégueu à première vue, mais la plante avait vraiment un jus très bon. Se rappelant qu'il n'était pas seul et que ses manières pouvaient indigner certains, il s'arrêta et s'adressa à la schizophrène.

- Avant que tu n'arrives, il y avait un panneau annonçant la ville la plus proche à... 50 kilomètres. Si tu veux rester en vie, il faut que tu nous suives.

Elle n'avait effectivement pas le choix, mais qui l'avait ? Isolé, l'ailourophobe était devenu la proie d'un dopelganger un peu plus tôt, il ne pensait pas que c'était mieux d'être nombreux mais ça évitait les mauvaises surprises comme les plantes qui jouaient à un, deux, trois, soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mar 7 Fév - 20:22

Alors qu’elle et Matthew étaient aux mains des cactus. Rochel était, quant à lui, rester en arrière et analysait les environs. Misaki espérait que d’autres plantes ne se jetteraient pas sur eux, un c’était déjà beaucoup. Cette saleté lui avait planté des épines dans le bras et ça ne faisait pas forcément du bien. Elle essayait tant bien que mal d’achevé le végétal mais bien qu’un liquide verdâtre s’en échappait, celui-ci s’accrochait à sa pauvre existence et essayait même de la piquer avec le peu d’épines qui lui restait.

Alors que ce dernier expirait son dernier souffle de vie, elle entendu Rochel qui criait à leur intention. Ne pas les tuer ? Oups, trop tard. Il affirmait aussi qu’il y en avait autour d’eux, elle leva la tête et, effectivement, des cactus étaient parsemés de-ci de-là commençant à les encerclés. S’ils n’étaient pas aussi nombreux elle les aurait volontiers tués à coup de pieds, un par un s’il le fallait. Elle était énervée, et elle ne savait même pas précisément pourquoi ce qui la fît enragée de plus belle. Le fait qu’elle soit arrivée ici, dans ce monde qui ne ressemblait en rien à celui qu’elle avait quitté l’avait déjà chamboulée, si on rajoute que maintenant ces deux gardiennes soit sur son épaule et la réaction inattendu de Matthew sur la fourrure qui était apparus sur ses mains ça vous faisait un mélange plutôt explosif. Elle ne devait pas montrer dans quel état elle était, ravaler les larmes qu’elle sentait venir. Ne jamais montrer ses faiblesses était la règle d’or de Misaki.

Rochel avait aussi ajouté qu’il valait mieux courir. Les plantes se rapprochant dangereusement et leur nombre augmentant elle trouvait que c’était une très bonne idée mais… elle n’eût pas le temps de terminer son cheminement de pensée qu’elle sentait qu’on la tirait par le bras. C’était Matthew. S’il ne l’avait pas entraîné avec lui elle serait encore en train de méditer sur le mot « courir », et le temps qu’elle se décide à avancer elle aurait été criblée d’épines. Elle ne tenait vraiment pas à finir ses jours dans cet endroit où les cactus avaient leur propre volonté qui était malheureusement d’achever tout ce qu’ils trouvaient. Elle se retourna, ils avaient essayés de les suivre mais ils avaient abandonnés bien vite, dardant leurs dernières épines sur eux.

Ils avaient courus quelques minutes puis c’étaient arrêtés. Ils étaient hors de danger, enfin Misaki l’espérait. Matthew s’empressa de regarder autour d’eux afin de vérifier s’il y avait une quelconque menace. Ne voulant pas se faire avoir pour la seconde fois, elle scruta l’horizon minutieusement mais elle ne repéra aucun danger. L'ailourophobe se toucha le bras où de fines épines étaient plantées, un liquide vert coulait entre ses doigts. Puis il se lécha la main comme si de rien n’était, ça l’avait étonnée et un peu dégoutée mais elle ne disait rien. Elle était encore essoufflée d’avoir autant couru, la course ce n’était vraiment pas son truc ! Elle effleura son bras, elle ne pût retenir un petit gémissement, ça faisait vraiment mal ! Elle espérait que les deux hommes ne l’avaient pas entendu. Pour leur montrer qu’elle n’avait pas peur d’affronter le danger et leur prouver qu’elle n’était pas une chochotte c’était perdu d’avance…

On lui apprit que la ville la plus proche était à… 50 kilomètres ! Elle n’avait pas trop le choix de toute façon, elle n’allait pas rester planter là à attendre que ça s’arrange tout seul, il fallait qu’elle agisse. C’est parti pour des tas d’ampoules ! Elle n’avait pas à se plaindre, elle était quand même tombée sur des mecs sympathiques. Ça aurait pût être pire… bien pire. Si au moins leur trajet pouvait se dérouler sans encombre, il ne fallait pas trop y compter ces bestioles avaient l’air de vouloir leur peau et ce ne sera sûrement pas les seuls…

- Bien qu’avec ma mystérieuse arrivée, les deux êtres sur mes épaules, les pattes de chats, les cactus qui bouge, je ne m’étonne plus trop de rien, y a-t-il d’autres monstres, bestioles ou autres qui voudraient aussi nous tuer ?

La route va être longue alors ils auront tout le temps de tout lui expliquer sur ce monde vraiment bizarre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mar 7 Fév - 23:20

Ils étaient encerclés et le chemin de terre était le seul passage encore non occupé par les cactus, faisant de ce dernier la seule porte de sortie viable. Rochel courait modérément, sachant pertinemment que ce petit effort lui coûtait déjà beaucoup d'énergie ; il gaspillait plusieurs heures d'éveil en quelques minutes seulement mais il préférait ça plutôt que de mourir maintenant sous la pluie d'épines de ces plantes.

Même si les protocactus ne savaient pas viser les cibles en mouvements, s'arrêter de suite n'était pas la meilleure chose à faire car ces derniers ne se privaient pas de projeter leurs nuées d'épines. A tout hasard que quelques unes parviennent jusqu'aux cibles... Se retournant souvent pour s'assurer que ses compagnons le suivaient, l'insomniaque jaugeait la distance parcourue. Ils allaient bien plus vite en courant mais il ne pourrait pas continuer à cette allure indéfiniment ; d'ailleurs ses jambes se faisaient déjà lourdes et ses poumons le brûlaient à chacune de ses inspirations.

Une fois à priori hors de danger, l'insomniaque ralentit la course pour finalement s'arrêter, plaquant ses mains contre ses genoux, respirant bruyamment. Il n'était pas champion olympique mais avait pris l'habitude de faire un peu de sport, avant qu'Alice ne...
Aujourd'hui même sa force, même son énergie l'avaient quittés. Le sommeil se faisait ressentir et ce fléau était un vrai cercle vicieux, rongeant petit à petit ses muscles pour ne laisser de lui qu'un être blême, faible... Presque fantômatique.

- Pffff.. ok.. fff.. Petite pause, mais.. 'faut pas non plus rester trop longtemps ici ou bien on va se faire rattraper.
Il se releva, pas sûr qu'on l'ait entendu. Matthew léchait le sang de cactus qui lui recouvrait le bras, ce qui tira une grimace au phobique des rêves. Misaki, quant à elle, tâtait les épines enfoncées dans son bras. Ca avait l'air un assez douloureux et Rochel ne s'expliquait pas de n'avoir rien reçu. De la chance sûrement...

L'ailourophobe n'avait pas tort lorsqu'il disait que les suivre jusqu'à la prochaine ville était la meilleure chose à faire, et par chance cette expérience de l'attaque végétale ne semblait pas avoir démoralisé la jeune fille. Écoutant distraitement la conversation, l'insomniaque se sentit gêné pour Matt alors que Misaki évoquait tout haut les pattes de chat, bête noire du pauvre jeune homme. Changer de sujet. Vite. Il était encore trop tôt pour ce genre de discussions. Beaucoup trop tôt.

Par malheur, rien ne lui venait et il voyait déjà les traits du phobique des félins se déformer sans arriver à déterminer quel sentiment s'agitait en lui.
- C'est sûr qu'il y a l'air d'avoir plein de choses étranges, ici mais... Bon, je... Je dois vous avouer que j'ai un peu de mal à vivre tout ce qui est violence et mort, donc s'il vous plaît, essayez de... Enfin rien ne vous obligeait à les tuer ! On aurait pu simplement fuir !
Sa voix avait un peu vrillé en prononçant le mot "mort" mais il avait l'espoir que ça ne se soit pas remarqué. Néanmoins, il s'emportait : c'était évident.

- Pardon... Je ne devrais pas hausser le ton comme ça... lâcha-t-il à demi-voix. Se raclant la gorge, Rochel reprit d'une voix plus claire et qui se voulait plus assurée : - Que diriez-vous de nous remettre en marche ? Je n'ai pas très envie d'être la cible de quoi que ce soit d'autre ici et on a encore du chemin à parcourir. On va sans doute passer pas mal de temps ensemble alors autant passer le temps en essayant de se connaitre un peu, qu'en dites-vous ? Enfin si vous voulez...

Par exemple... Qu'est-ce que vous aimez faire pour vous occuper, vous changer les idées... Des passe-temps ? Des passions ?


Tout en posant ses questions, il s'était remis en marche, guidé seulement par la lumière de la Lune pâle éclairant la plaine. Les ombres dessinaient sur le sol des formes allongées et assez intimidantes. Derrière eux, Elipse commençait à disparaitre, on ne voyait presque plus ses lumières à part un nuage orangé, seule note de couleur dans le ciel noir. Autant agrémenter ce paysage d'un peu de vie en parlant de tout et de rien, à défaut d'avoir un bon feu de camp.

Il n'avait campé qu'une seule fois, lors de vacances en famille et ça remontait à loin. C'était un séjour sympatique, aussi l'insomniaque se focalisa-t-il sur ce souvenir pour empêcher les cauchemars de se manifester via une pensée noire s'imposant malgré lui.
La lampe torche de Matthew éclairait leur chemin sur une petite dizaine de mètres tout au plus, et toutes les cinq minutes, Rochel tentait de voir par-delà le faisceau lumineux s'il apercevait la ville de Newton Valley. Il fut déçu à chaque fois. D'un autre côté, cinquante kilomètres ne se parcouraient pas aussi vite à pied qu'en voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mer 8 Fév - 18:32

Cette aventure avait prit un rythme effréné, d'abord il n'y avait quasiment aucun moyen de lutter efficacement contre la faune et la flore et ensuite, ils s'épuisaient à vue d'oeil. Matthew avait couru pratiquement toute la journée et par trois fois à cause de sa phobie, mais le reste était tout aussi dangereux pour lui comme pour les autres. Le seul moyen de se débarrasser du problème était de trouver la manière d'éviter les créatures ou d'avoir un pouvoir assez puissant comme celui de Jade pour sauver sa peau. En ce moment, le sien n'était d'aucune utilité et était même repoussant, du point de vue d'un phobique des chats.

D'ailleurs Misaki ne se gêna pas pour lui faire remarquer qu'elle savait ! L'ailourophobe ne put réprimer la tristesse au fond de lui. C'était râpé. Elle savait tout. Rochel aussi évidement et lui avait vu sa fuite. Mal barré, il s'attendait à se faire humilier à cause de sa peur incontrôlable, mais pourtant rien. Ils m'achèvent quand ? L'adolescente sollicita leur savoir ce qui intrigua le phobique. Elle ne se moquait pas, curieux... C'était naïf de penser qu'elle ne le ferait pas plus tard, mais il osait espérer.

Entre temps qu'il se remette de ses émotions, Rochel leur conseilla de se remettre en route, il le valait mieux. Décidément ce type n'aimait pas la violence et leur rappela, mais dans ce contexte de la loi de la jungle, c'était tuer ou se faire tuer, le dialogue n'était pas envisageable avec des plantes. Enfin, il devait sûrement avoir ses raisons en tant que voyageur complètement cinglé. Il ne fallait pas s'attarder sur le sujet avec lui au risque de paraître très indiscret. Heureusement, le phobique des rêves détourna le sujet de la conversation. C'était plus agréable de parler de hobbies plutôt que du risque de se faire choper par des marchands d'esclaves surtout avec la frayeur que cela pouvait engendrer. Merci..

- Dans le monde que je connais, il m'arrive parfois d'aller à la pêche..

Dit comme ça, ce n'était pas très intéressant. Matt' n'était pas très bavard à cause du manque de compagnie qu'il refoulait à chaque fois. Pourtant il faisait des efforts au niveau social depuis son entrée à Dreamland. Dire qu'il avait fallu d'un joint pour se retrouver ici, fichtre ! Cet événement avait du bon de le sortir de sa routine monotone d'ermite, il devait désormais se réconcilier avec les siens. Un travail de titan en perspective...

- C'est très relaxant, ajouta t-il.

Clair qu'il n'y avait rien à redire. Le remous des vagues et l'air marin battaient à plate couture ce fichu chemin couvert de caillasses qu'ils suivaient. La promenade dans les égouts avait bien fatigué les jambes de l'ailourophobe qui pourtant ne laissa pas entrevoir sa difficulté. Il essayait plus de ressentir les piquants fichus dans son bras plutôt que d'écouter ses crampes. Il avait réussit à se procurer une trousse de secours pour parer les coups durs et pensa que c'était malgré tout le moment de la sortir et la tendit à la schizophrène, sans un mot. Il ne pouvait pas rester les bras croisés sachant qu'une vie était peut être en jeu. Enfin, c'était exagéré mais ça l'ennuyait réellement de voir quelqu'un blessé. Dans le lot des voyageurs partis des égouts, seulement 3 sur 6 avaient survécu.. Du moins, il ne savait pas que le capitaine en pyjama d'hôpital en avait réchappé. Bref, Matt' ne voulait plus voir la liste de morts s'allonger, il y avait déjà ses parents, il ne devait y avoir personne d'autre de perdu dans la bataille !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Ven 10 Fév - 21:12

Rochel commençait à paniquer. Qu’est-ce qu’elle avait dit ? Il commença à divaguer sur le fait que Matthew et elle n’aurait pas dû tuer les cactus… quoi ? Quand une plante munis d’épines piquante se jette sur vous le premier réflexe est quand même de le buter pour que ce ne soit pas lui qui vous mettent K.O. Et puis fuir n’était pas dans le tempérament de Misaki. Il s’emportait, l’ayant remarqué par lui-même il se racla la gorge, il lança une sorte « d’activité » : parler de ses passe-temps, ses passions. Misaki n’en avait pas, les maisons de redressements ne vous laissait pas le temps de rêver, ni de temps pour faire quelque chose qu’on aimait… Rochel c’était remis en marche, il faisait encore nuit et la lumière de la lune éclairait leur visage. Elle n’avait pas remarquée que les deux hommes étaient autant fatigués, ils avaient les traits tirés.

Elle les suivît, ils marchaient déjà depuis quelques minutes quand Matthew rompit le silence. Son passe-temps à lui c’était… la pêche ? Elle ne l’aurait jamais imaginé ! Elle ne le voyait pas canne-à-pêche à la main, assis dans l’herbe, attendant qu’un poisson morde. Elle ne se moquait pas, elle était même plutôt admirative. Pour faire ça il fallait de la patience, beaucoup… Elle avait déjà essayé avec ses parents adoptifs, il voulait la faire sortir de la maison et lui faire découvrir d’autres activités, mais quand l’animal ne venait au bout de deux minutes elle s’en lassait et finissait par arrêter. Il ajouta aussi que c’était pour lui relaxant.

Misaki essayait de ne pas y penser mais les épines s’enfonçaient dans sa peau de plus en plus dès qu’elle bougeait son bras. Elle n’avait que quatre épines mais elle ne sentait pourtant plus son bras. Il était enveloppé dans une douleur insoutenable. Quand Matthew sortit la trousse de secours, et la lui tendit, elle fût soulagée mais pendant qu’elle la prenait elle se sentait un peu coupable de l’avoir acceptée. Elle se demandait si elle n’aurait pas dû le laisser se soigner avant. Mais plus elle se dépêcherait de se soigner plus vite l’ailourophobe pourrait en faire de même. Tout en marchant elle retira une par une chacune des épines. Dès qu’une était enlevée elle ne pouvait retenir un petit gémissement. Elle se maudissait de pas pouvoir se contenir. Une fois cette épreuve difficile accomplie elle sortit un rouleau de bandage : elle en coupa, avec les dents, un morceau qu’elle enroula autour de son bras endolori. Puis elle la retendit à Matthew en murmurant un « Merci » presque inaudible. Le silence retombant sur les trois personnages Misaki se lança.

- Moi je n’ai pas vraiment de passion. Je ne pourrais affirmer qu’une activité me plaît car… à part les rendez-vous avec des psychologues et le lycée je ne fais rien. Je me demande parfois quelle famille, quelle vie j’aurais pût avoir. Enfin bref ! Je voulais savoir un truc, tout le monde arrive ici de la même façon ? Parce que moi je suis là depuis qu’un certain Dr Jonathan ne me demande de m’allonger sur son fauteuil.

Les cinquante kilomètres vont être bien long ! Les cactus n’ont pas intérêt à ne pointer ne serais-ce le bout de leur nez. Elle n’était pas d’humeur à combattre ni à fuir, ça demanderait beaucoup trop effort. Si Misaki trébuchait elle était sûre qu’elle n’arriverait jamais à se relever. Elle se demandait déjà comment elle faisait pour tenir debout et placer un pied devant l’autre. C’était comme si elle était la poupée du marionnettiste, elle ne tenait debout que grâce à ces fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 12 Fév - 23:38

Bien que son cœur peine à se remettre au temps, Rochel appréciait d'avantage la marche que la course effrénée et il se mit à imaginer le calme ambiant, la tranquillité, les sons et les odeurs que la pêche pouvaient procurer alors que Matthew parlait de son hobby.

Il avait besoin de s'évader de ce qu'il venait de vivre à l'instant. Conscient que son niveau de contenance était bien moindre comparé à ses deux compagnons, il savait cependant ce qui arrivait lorsqu'il se laissait déborder et préférait prendre du recul avant de dépasser le seuil critique. La mort d'Alice l'avait considérablement affaibli, au niveau physique comme au niveau mental. Il se prenait même à se demander si les pauvres cactus qu'avaient tués Matt et Misaki avaient une famille, eux aussi. Que ressentiraient leurs amis, leur famille en voyant qu'ils avaient été tués ?

Il avait presque honte d'avoir des pensées si naïves, si niaises... Mais tant qu'il ne disait rien personne ne saurait.
Finissant de se soigner, l'adolescente leur exposa à son tour ses hobbies. Enfin... Façon de parler. La pauvre ne semblait pas avoir eu une vie très exaltante jusqu'à présent et Rochel n'osait pas émettre de commentaires de peur que ceux-ci soient mal pris. Elle trouverait peut-être une passion ici, à Dreamland, ou bien à son retour... "La vie est courte mais lente, ça laisse le temps d'espérer".

Par chance elle enchaîna sur une question qu'elle se posait, évitant par la même occasion à Rochel de faire part de ses passe-temps qui depuis quelques mois s'étaient réduits au nombre impressionnant de zéro.
Par le passé il aimait certaines choses, en effet... Mais aujourd'hui elles ne voulaient plus rien dire. Elles n'avaient plus aucun sens, plus aucun but et ne valaient plus la peine d'être vécues seul.

- Je ne connais aucun docteur de ce nom... Vraiment, ça ne me dit rien. Mais pour répondre à ta question : non, nous n'arrivons pas tous de la même manière car je... N'ai pas eu besoin de docteur pour arriver ici. Simplement d'une voiture.
Remarquant que ses propos pouvaient prêter à confusion, il leur mima le véhicule le percutant. C'était bien assez clair comme ça.

Matthew n'avait encore rien dit de son arrivée. Peut-être n'avait-il tout simplement pas envie de leur faire part de la manière dont il était arrivé, tout simplement... Rochel respecta cela et ne lui demanda pas non plus. Chacun a le droit de garder pour soi un problème ou un secret, c'est légitime...

L'insomniaque se souvint alors de son réveil, quelque temps plus tôt, dans le cabinet du docteur Parkinson. Il ne se souvenait de presque rien. Même non, il ne se souvenait de rien. Pas même de s'y être rendu... Il savait juste que c'était après le décès qu'il y avait été. Ce jour-là, Estelle était là, évidemment. Mais elle ne l'avait pas accompagné à l'intérieur.
Peut-être le phobique des rêves détenait-il un élément de réponse ? Il s'était réveillé dans une salle remplie de lit sur lesquels des personnes qui lui étaient toutes inconnues dormaient. Il était alors parti sans rien demander, mais... Et si il était déjà venu ici sans savoir ? Ou plutôt : sans s'en être souvenu ?

Ce trou noir dans ses souvenirs, peut-êtres avait-il été rempli de souvenirs faits ici, dans ce monde cauchemardesque ?
Ca allait trop loin pour lui. Il n'arrivait plus à réfléchir au sujet sans se poser une foule de questions qui l'asphyxiaient. Aussi préféra-t-il revenir à la réalité. Il repenserait à tout ça plus tard, au calme.

- Tu sais, je te crois, Misaki. C'est peut-être le docteur qui t'a hypnotisé ou quelque chose du genre... Peut-être qu'il t'a envoyé ici pour trouver des réponses... Moi pour l'instant je ne trouve que des questions...

Par moments, certains flashs lui revenaient de son aventure supposée à Dreamland. Il voyait loup immense ou quelque chose qui y ressemblait, une sorte de couloir... Quelques visages impossible à détailler, ou bien encore des sons, des sensations... Mais c'était tout pour le moment.

Il soupira. Le silence qui avait suivit sa déclaration le gênait et il tentait de le combler comme il le pouvait. Il parlait pour ne rien dire, signe qu'il commençait à fatiguer. Pas déjà..?!
Misaki également avait un peu de mal à tenir la distance. Seul Matthew semblait encore d'aplomb. Il était en bien meilleure forme physique qu'eux deux, ce qui expliquait sûrement son endurance.

Le cerveau de l'insomniaque était désespérément vide. Il ne trouvait rien à dire, rien à faire et se contentait de regarder ses pieds, regarder le sol défiler et... relever la tête immédiatement. Ça avait un effet hypnotique. Pas bon. Pas bon du tout.
- Vous avez une idée de la distance qu'on a parcourue ou pas du tout ? Les cactus doivent être loin, je dirai pas non à une petite pause...

Il en aurait bien profité pour manger quelque chose, ou boire... N'importe quoi qui lui apporte un petit surplus d'énergie alors qu'il sentait que ses yeux picotaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Lun 13 Fév - 21:12

Misaki ne refusa la trousse de soin que lui tendait Matthew. La conscience tranquille, il la regarda panser ses plaies. De son côté lui aussi essayait de se débarrasser des épines les arrachant à plusieurs d'un coup sec. La douleur était très forte et ça ne le surprenait pas d'entendre parfois les gémissements plaintifs de la schizophrène. À plusieurs reprises, du sang coula des endroits où s'étaient fichés les échardes de cactus et il ne se fit pas prier pour se soigner. De son côté, l'adolescente expliqua et justifia son peu d'activité, si on ne lui donnait pas de temps, ni d'attention, il était clair que ce n'était pas très amusant.

Profitant d'avoir la parole, elle leur posa une question assez dérangeante du point de vue de l'ailourophobe. Il savait l'essentiel au contact de la jumelle et effectivement, elle lui avait parlé de thérapie par l'hypnose à ce sujet. Plusieurs moyens pouvaient transporter les gens en ce lieu et Rochel mimait qu'une voiture l'avait fauché ! Il serait donc dans le coma ? L'une patiente d'une thérapie louche et l'autre prisonnier de cet endroit. Des accidents comme ceux-là ne pardonnaient pas et Matt' avait peu d'espoir de revoir le phobique des rêves dans leur monde d'origine, le coma pouvait durer plusieurs années, voir durer éternellement. Il le voyait déjà enterré et sa pâleur n'arrangeait en rien les pensées sinistres qui lui traversaient l'esprit.

Même s'ils avaient abandonné l'idée de lui poser la question fatidique, il ne pouvait s'empêcher d'y penser. Il fallait que ça sorte ! Jade ne lui avait pas tenu rigueur à cause de la drogue et puis, ça les secouerait un peu, ils semblaient vraiment raplapla. D'ailleurs le défunt en devenir proposa de faire la pause, ils avaient fait une bonne trotte mais n'étaient pas encore arrivés. Il manquerait plus que nous soyons perdu.. Pour l'instant, ils touchaient du bois : la course-poursuite avec les cactus ne les avait pas fait dévier du chemin.

Sans parler de ses observations vis à vis de Rochel, il fit comme de rien n'était. Il ne valait mieux ne pas lui faire subir un choc éprouvant supplémentaire déjà qu'il n'avait pas l'air dans son assiette et semblait très fatigué.

- Eh ! Ça va aller ?

D'un peu plus près, on distinguait très bien des cernes sous ses yeux. Fatigué et choqué, il pouvait flancher d'un moment à l'autre. Pas bon ça.. Peut être que les sucres d'orges qui lui restait pouvaient le maintenir éveiller assez longtemps jusqu'à la ville. Matt' tandis les trois qu'il restait à ses deux compagnons. Généreux jusqu'au bout !

- Tenez.. C'est maigre je sais, mais c'est tout ce que j'ai comme nourriture pour l'instant.. Enfin.. Avant que vous n'arriviez tous les deux, il y avait un arbre fruitier et je n'ai même pas eût l'idée de garder quelques fruits pour la route.. ah ah..

C'est clair que ce n'était pas très professionnel venant de sa part et son rire gêné montrait qu'il en était conscient. La prochaine, il ferait le plein de provision avant que la cavalerie animale n'arrive. Du coin de l'oeil, il regarda Rochel prendre la confiserie. Des appréhensions ? Oui ! Et s'il tombait avec le sucre d'orge en travers de la gorge, l'ailourophobe serait donc coupable à nouveau d'un décès ! Ce type avait beau être dans le coma, il en était pas moins vivant comme Misaki et lui-même.

- Euh tu préférerai pas du chocolat chaud plutôt ? Il m'en reste..

Soucieux de son bien, il lui tendit le thermos de façon à ce qu'il remarque les anses non exposées au sang de cactus. Maintenant un peu plus requinqués, Matt' ne pouvait plus faire l'impasse sur ce qui le tracassait.

- Je ne suis pas venu ici de la même manière que vous deux. Je sais que c'est néfaste mais si j'ai atterri ici c'est grâce à un joint..

Sa confession faite, il secoua la tête pour chasser l'oppression. Peut être qu'ils ne le regarderaient plus comme avant, en tout cas c'était difficile de passer à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Mar 14 Fév - 9:39

Rochel avait eu l’air soulagé quand Misaki avait posé la question. Il avait tout de suite enchaîné sur une réponse, enfin plutôt une partie d’explication. En effet il ne connaissait pas Jonathan, ce pourrait-il que le docteur était un charlatan ? Il n’avait pourtant pas l’air louche et elle avait eu l’impression qu’il savait ce qu’il faisait. C’était peut-être bien là le problème, son but était peut-être de l’emmener dans cet endroit bizarre. Mais une question la turlupinait, pourquoi l’avoir emmené dans ces lieux ? Il avait mentionné qu’il tenait cette technique d’un certain Parkinson ou un truc du genre. Alors, si ça se trouve là n’était pas son ambition de la faire atterrir ici, un accident ? Ça ne tenait pas la route, un docteur était quand même sensé savoir ce qu’il faisait ! Pendant que toutes ces questions bouillonnait dans sa tête, Rochel avait continué. D’après lui tout le monde n’arrivait pas de la même manière, il ajouta qu’il était arrivé au moyen d’une voiture. Elle ne comprenait pas bien ce qu’il voulait dire par là jusqu’à ce qu’il mima un accident. Ah ! C’était plus clair… mais en même temps des zones d’ombres persistait.

Matthew, quant à lui, n’avait rien dit sur le comment il était arrivé là. Elle respectait ce silence bien que la curiosité pointait son nez. Elle l’avait vu enlever ses épines de son bras sur le même exemple que Misaki. Elle voyait que ça lui faisait autant mal à lui qu’à elle. Stupide cactus ! Elle n’avait toujours pas compris pourquoi ces plantes bougeaient, qu’elle force les animaient pour qu’ils aient eût envie de les tuer ? Ils ne les avaient même pas attaqués !

Rochel lança soudain qu’il l’a croyait. Encore heureux ! Si ils ne l’avaient pas cru ils l’auraient pris pour une menteuse et ils ne lui feraient plus confiance… peut-être que pire encore ils l’auraient abandonnée au bord de cette route, horreur et damnation ! Il déclara aussi que Jonathan l’aurait envoyé là pour trouver des réponses. Elle serait une sorte de… cobaye ? En plus que ce soi-disant docteur ne lui ai rien dit, il se servait d’elle ?! Pourquoi ne serait-il pas allé lui-même ?! Quoique s’hypnotiser tout seul, ça ne doit pas être très facile…

Rochel soupira et un long silence s’ensuivit. Ne voulant pas qu’un calme presque envoûtant s’installe, il demanda si quelqu’un savait combien de kilomètre il restait encore à faire. Très bonne question à laquelle elle ne pouvait malheureusement pas répondre. Apparemment personne n’avait la réponse, youpi… Mais il ajouta qu’une petite pause leur ferait sûrement du bien. Oh oui ! Elle n’attendait que ça, le moment où elle pourrait se mettre quelque chose sous la dent, où elle pourrait se reposer quelques minutes pour reprendre quelques forces avant de repartir pour un nombre encore inconnus de kilomètres !

Sa joie retomba d’un coup lorsqu’elle se rendit compte qu’elle n’avait rien à manger… Aucun fruit à l’horizon, le malheur la poursuivait. C’est là que, au bonheur, Matthew sortit trois sucres d’orges. Il était vraiment généreux, d’abord la trousse de soin et maintenant les sucres d’orges ! Il avait même vu un arbre fruitier avant mais n’avait pas ramassé les fruits. Tant pis, elle n’allait pas lui en vouloir pour ça quand même. Il leur offrait déjà tout ce qu’il avait. A la fin de sa confession il eût un petit rire gêné, ce n’était pas sa faute si il avait oublié, tout le monde fait des erreurs. Et cet endroit avait l’air plutôt agité, donc pour penser à tout ça ne devait pas être facile.

Il regardait Rochel avec anxiété, de quoi avait-il peur ? Qu’il s’étouffe avec ? Huhu… Ça pouvait bien sûr arriver, vu la mine fatigué qu’il tirait. Depuis que ce dernier avait parlé de son accident Matthew avait l’air de beaucoup plus lui faire attention. Il proposa donc à Rochel son chocolat chaud… Sérieux, plus généreux tu meurs ! Il vous donnait tout ce dont vous avez besoin alors qu’ils ne s’étaient rencontrés depuis peu de temps et qu’il ne savait pratiquement rien de ses autres compagnons.
Cette âme charitable passa alors aux confessions. Il était arrivé au moyen d’un… d’un joint ?! Elle ne l’aurait jamais imaginé avec ça. Peut-être avait-il peur qu’on le juge car il secoua la tête comme si il aurait voulu garder ça pour lui, que ça lui faisait honte. Il avait sûrement une raison valable pour en être arrivé jusque-là.
D’un coup elle pensa à quelque chose. Ça faisait un bout de temps déjà qu’elle n’avait pas entendu ses deux voix.

- Jade, Elliah vous êtes toujours là ?

Ca faisait bizarre, pour une fois, de ne pas avoir tout le temps deux personnes qui se chamaillent dans votre tête. Pour se concentrer sur quelque chose c’était tout simplement impossible. C’était une des causes pour laquelle elle n’écoutait rien en cours et qu’elle ne pouvait pas tenir une conversation à peu près potable. Elle espérait tout de même que les deux hommes n’aient pas entendu ça question. Elle trouvait ça presque stupide, mais elle se sentait seule et vulnérable sans elles.

-T’inquiète pas on est là, de toute façon je n’ai aucune envie de descendre, ni de partir !

-C’est vachement dangereux ici, moi je veux rentrer ! Et puis ses deux mecs, là, ils m’ont l’air louche !

Haha… Jade toujours aussi directe, beaucoup trop à son humble avis. Comment vont réagir ses deux compagnons ? Sûrement pas très bien… Elle avait beau avoir besoin d’elles de temps à autres, il y avait quand même des moments où l’envie de les étriper prenait le dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Ven 17 Fév - 0:23

Rochel le savait : il n'aurait pas dû parler de l'accident. Il n'était même pas sûr à 100% que ce soit effectivement ça, mais plus il prenait recul sur ce qui s'était passé, plus les indices portaient à croire que c'était ça. Il avait été percuté par une voiture pendant son malaise. Mais se taire aurait été plus intelligent car désormais Matthew était aux aguets, comme si l'insomniaque était soudainement devenu un petit enfant vulnérable. Or il n'avait pas envie qu'on le traite de la sorte, non pas par orgueil mais parce qu'il ne le méritait pas. Et puis chacun avait déjà assez de ses problèmes personnels pour s'encombrer de ceux du phobique des rêves...

Si ça allait ? Bien sûr. Tout allait toujours très bien... Il n'avait pas encore été traumatisé par ses cauchemars et ses compagnons de route ne semblaient pas méchants pour un sou. Mais il était fatigué et cela commençait à entacher son caractère ainsi que ses actions qui se faisaient plus hésitantes, plus brouillon... C'est vrai que son arrivée avait été chargée en émotions, après tout. Il se contenta de hocher la tête en guise de réponse, jugeant inutile de tergiverser sur ses états d'âme.

Rochel fut assez surpris par la générosité de l'ailourophobe qui lui proposa ainsi qu'à Misaki un sucre d'orge. Du sucre, parfait. Ca l'aiderait à tenir un peu plus longtemps. L'insomniaque regarda la confiserie avec une certaine mélancolie en se rappelant ses noëls heureux. Une pointe au cœur lui fit quitter ces pensées, il valait mieux manger ce truc au lieu de pleurer dessus.
Matt alla même jusqu'à lui proposer du chocolat de son thermos. C'était vraiment gentil de sa part et Rochel l'accepta avec un sourire. Ça ne réveillait pas autant que le café mais de toute façon la caféine avait cessé de faire effet depuis longtemps à force de trop en boire.

Il but une gorgée de chocolat puis redonna le thermos à son propriétaire avant d'entamer sa confiserie. Il n'avait même pas réfléchi à la cause de ce second geste altruiste mais après un silence gêné, Matt finit par leur avouer comment il était arrivé en ce monde. Un joint, rien de plus.
- Hm... Je vois. Prenant conscience que dire seulement ça n'arrangeait rien, l'insomniaque se dépêcha de rajouter quelque chose par-dessus.

- Inutile de t'en vouloir pour si peu, on ne va pas te juger... Tu avais surement tes raisons. Je comprends que tu ne veuilles pas forcément nous le dire, mais on a tous fait des choses dont on n'est pas fier alors ne pense pas qu'on aille t'abandonner juste pour ça...

Un autre blanc fit son apparition dans la conversation, seulement entrecoupé par le dialogue entre Misaki et ses compagnons.
Pendant cette intermède, Rochel repensa à toute sa vie. Ce n'était jamais lui qui quittait les gens sinon les gens qui le quittaient. Un à un.
Seule Estelle ne l'avait pas encore quitté. C'était cet accident par lequel Rochel était arrivé à Dreamland qui les avait séparé mais il n'y était pas pour grand chose.

Sans faire vraiment attention, Rochel avait déjà fini son sucre d'orge. Le temps semblait avoir fait une ellipse mais par chance il n'avait rien manqué à la discussion qui était restée près du point mort. Il n'avait même pas prêté attention à ce que disaient les invocations de la schizophrène, ayant passé cet instant en mode pilote automatique avec panorama sur ses pieds.

Matthew le regardait toujours par intermittence, s'attendant surement à ce que l'insomniaque s'écroule d'un moment à l'autre. Même si ça pouvait être le cas, c'était réellement gênant. Mais d'un autre côté il lui faisait penser à sa sœur ; c'était la même personnalité bienveillante et à l'écoute d'autrui. A priori.
Après un rire silencieux et bon-enfant, Rochel tenta de rassurer son ami.

- Ne t'en fais pas pour moi, ça va. Tu dois déjà avoir assez à faire avec ton bras... Tu sais, je ne suis pas en sucre.
Puis il pensa soudain que s'il n'était pas plus faible qu'un autre, il n'était pas non plus un surhomme... Le duo comptait bien marcher jusqu'à l'épuisement puis profiter d'une bonne nuit de sommeil, mais lui... Il devrait faire de même sans dormir, et recommencer le lendemain...

Il allait mourir, à faire ça ! Ce n'était pas humainement possible, surtout dans son état ! Mon dieu, que faire ? Que dire ? Rien... Continuer à marcher et espérer que tout ira bien. Ne pas flancher. Il ne pouvait pas se permettre cette faiblesse et au contraire : ça avait un bon côté.
En ne dormant pas, il se portait volontaire par défaut pour veiller, se portant donc garant de la sécurité du groupe. S'il ne les quittait pas des yeux, tout irait bien. Pour eux. C'était déjà suffisant pour lui redonner un peu de courage même si concrètement cet argument n'apportait rien, mais l'insomniaque préféra ne pas y penser.

- Merci, au fait... Pour le sucre d'orge et le chocolat. Où est-ce que tu as eu tout ça ? Il faudrait qu'on se procure des provisions si on prévoit un autre voyage d'ici peu. Car rien ne disait qu'ils trouveraient Jade et les autres une fois arrivés, ni même qu'ils obtiendraient des informations sur comment rentrer chez eux. Mais c'était inutile de penser ça dans l'heure ; il avaient un objectif et devaient se focaliser uniquement sur ce dernier pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Ven 17 Fév - 10:06

La chance était inespérée, ces gens ne lui tenaient pas rigueur à cause de sa conduite, peut être parce qu'il leur avait remonté le moral avec les deux trois petites bricoles qu'il avait sous la main, c'était chouette ! Matthew se sentait débarrassé d'un poids très encombrant, il en portait aussi un autre au sujet de Rochel mais il devait rester au placard pour l'instant. De telles révélations ne se font pas à une telle heure de la nuit et sûrement pas devant une adolescente, elle avait déjà assez de problèmes comme ça, il ne fallait pas en rajouter une couche en expliquant que le phobique des rêves était dans un état indéterminé dans le monde réel.

En écoutant la conversation des deux angelots, on pouvait clairement distinguer qu'ils étaient tous les deux très attachés à leur propriétaire. L'une plus méfiante avait qualifier Rochel et lui de "louches", elle n'avait pas tord d'être prudente mais si Misaki ne les suivait plus, elle serait livrée à elle-même, toute seule et en péril. Enfin, l'ailourophobe encaisserait le fait d'être peu fréquentable, déjà qu'il avait l'habitude de vivre seul. Ce n'était pas le must de voyager seul dans ces contrées, les bestioles et d'autres dangers aurait raison de lui. Pour l'instant, il se rendait utile envers des gens qui le méritaient et c'était la seule raison qui le poussait à rester près d'eux. Ils ne s'étaient pas moqués de lui et ne l'avaient pas rejeté tout en sachant qu'il avait consommé de la drogue, ils méritaient bien d'être défendu.

Anxieux, Matt' regardait toujours minutieusement l'attitude de l'autre phobique, histoire de ne pas être prit au dépourvu s'il tombait dans les pommes. Même s'il essayait de détourner l'attention en parlant de son bras endoloris, il continuait à l'observer. Certes ça devait être gênant pour lui mais il faudrait qu'il s'y habitue, les gens meurent à cause de conneries sans faire gaffe. Réalisant qu'il avait laissé Misaki un peu de côté, il essaya de la dissuader de partir en solo, enfin il avait comprit ça avec les messes basses avec deux petites.

- Ne pars pas toute seule, il y a des créatures pires que les cactus dans le coin, même certaines personnes nous veulent du mal.

Revenant à la question de Rochel, il eût une hésitation.

- Tu me crois si je te dis que c'est un calendrier de l'Avent qui m'a apporté tout ça ?

Dans la vie réelle, tu te serais fait interné en moins de deux.. Pour le mettre au parfum, il sortit aussi son porte-clef et lui montra en espérant qu'il ne prenne pas peur comme l'autre fois.

- On était dans les égouts avec Jade lorsque des costumes d'Halloween sont apparus à la place de nos vêtements et suite à cela, un espèce d'hiboux nous a livré un porte-clef à chacun à l'effigie de celui porté..

Matt' se demandait s'ils avaient suivi tout ce qu'il disait tellement que ça relevait du surnaturel, ils avaient déjà eût de sacrés aperçus avec son pouvoir et les plantes qui ont la bougeotte, mais il se faisait tard et chaque chose qu'il disait pouvait être interprété de manière différente. Ils saturaient peut être aussi avec tous ces événements bizarres. Il passa en revue toutes les babioles dans la trousse, sans pour autant trouver ce qu'il cherchait. Il n'y avait rien de plus qui pouvait aider ses deux camarades, il avait fait le nécessaire mais il estimait qu'il devait faire plus pour eux. Il ne pouvait qu'attendre que le feu vert des autres pour repartir. Quant à la nourriture, il trouvait que Rochel réfléchissait beaucoup trop et que ça pouvait empirer son état de fatigue. Pour l'instant, ils avaient besoin de lits surtout ! La bouffe pouvait attendre le lendemain ce n'était pas la priorité. Un bon petit déjeuner..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 19 Fév - 20:16

Vérifiant si les deux hommes ne le prenaient pas mal, Misaki aperçus que Rochel était comme dans un autre monde. Elle espérait qu’il n’était pas comme ça à cause de Jade, sinon cette dernière allait en entendre parler. Quant à Matthew, il regardait toujours l’autre d’un air protecteur. L’ayant aussi remarqué ce dernier lui dit, sûrement pour le rassurer, qu’il allait bien et qu’il devait faire plutôt attention à son bras. Ah oui ! Elle avait complètement oubliée que son bras, ainsi que celui de l’ailourophobe, avait été victime d’un lancer d’épines. C’est que le bandage qu’elle avait fait était plutôt réussi car elle ne sentait plus rien.

Le sucre d’orge étant finis, elle sentait que la faim qui commençait à pointer son nez était repartit aussitôt. Bon ce n’était pas grand-chose et d’ailleurs dans pas longtemps elle sera affamée mais c’était déjà ça. Rien que de penser qu’il restait encore plein de kilomètres à faire elle se sentait épuisée d’avance. Encore si Jonathan l’avait fait atterrir dans un monde, où tu n’étais pas pour poursuivis par des créatures bizarre et où tu n’étais pas obligé de faire des kilomètres et des kilomètres pour ta propre survie, et bien elle ne lui en aurait pas voulu autant. Il était quand même sensé l’aider et non l’envoyer ici, où chaque être voulait votre peau.

Misaki vît que Rochel replongeait dans ses pensées. Il n’avait pas l’air très joyeux, à quoi pouvait-il penser ? En tout cas quelques secondes après, il demanda à Matthew où il trouvait cette nourriture. Elle aussi ce le demandait, mais elle n’avait pas osée poser la question. C’est vrai que les sucres d’orges ne poussent pas dans les arbres. Et puis il n’y avait pas l’air d’y avoir de gentil commerçant qui vous vendait toutes sortes de denrées. L’ailourophobe essaya de la dissuader de partir. Bien qu’elle n’en ait nulle intention, elle apprécia le fait qu’il lui fît attention.

Il répondit alors à la question de Rochel. Apparemment c’était un calendrier de l’Avent qui les lui avait donnés. Hum, hum… C’était un peu difficile à croire. Bien sûr elle le croyait, pourquoi mentirait-il ? Mais bon, elle ne voyait pas trop un calendrier se balader et offrir des sucres d’orges. Ce serait bien amusant à voir. Tout en montrant un porte-clefs, il ajouta qu’il s’était retrouvé en costume d'Halloween et qu’un hibou était venu le lui apporté. Elle ne pût retenir un petit éclat de rire. Ce n’était pas moqueur, mais elle se faisait la scène dans sa tête et elle trouvait ça assez drôle.

-Oups, pardon !

Pourvu qu’il ne l’ai pas pris mal ! Mais c’était en repensant à ce qu’il avait dit qu’elle se rendit compte de quelque chose. Il connaissait quelqu’un qui s’appelait Jade ? Quelle coïncidence. Vu qu’ils avaient encore beaucoup de marche à faire elle n’y pensa pas trop longtemps. C’était ennuyant de ne pas savoir combien de kilomètres ils leur restaient encore à faire mais il fallait s’en passer. Elle sera bien contente quand ils seront arrivés ! Sûrement que les deux garçons aussi. En avant toute !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Lun 20 Fév - 21:06

Rochel avait accueilli la réponse « un calendrier de l’avent » comme un blague, mais lorsqu’il leva les yeux sur Matthew, il comprit que c’était on ne peut plus sérieux. Ah bon… Un calendrier… Après tout dans un monde comme celui-ci pourquoi pas, mais ça ne disait toujours pas à l’insomniaque où trouver des provisions. Il ne se voyait pas marcher toute une journée sans manger ni boire, et Matthew – même s’il était d’une rare générosité – avait fait suffisamment pour eux, demander plus serait vraiment cupide.

Comme pour essayer de justifier ses propos, l’ailourophobe sortit un petit porte-clés à l’effigie du monstre en lequel il s’était transformé peu de temps avant leur exode. Rochel vit avant tout dans cet objet la peur qu’il avait ressenti en voyant son ami transformé de la sorte. Il l’avait pris pour la mort tellement le déguisement était parfait. Inconsciemment, il espérait que Matthew n’en fasse pas la démonstration une nouvelle fois.

Heureusement, il n’en fit rien. Ce petit objet devait surement prouver qu’à chaque fête un événement se produisait ici, à Dreamland. Mais il avait également dit à Rochel n’être ici que depuis peu, alors comment était-ce possible ? Surtout que dans le monde réel, Noël était encore bien loin ! A moins que le temps lui-même ne signifie plus rien et que les fêtes se succèdent à vive allure…

L’insomniaque plissait encore les yeux et fronçait les sourcils. C’était difficile à suivre, mais Matthew n’était pas du genre à mentir.
- J’aimerais te dire que je comprends, mais… Ce monde est un peu trop bizarre pour que j’y arrive. Enfin je te crois, ne t’en fais pas… Il soupira longuement, peut-être un peu déçu de s’entendre dire qu’il dépendait totalement du bon vouloir d’une sorte d’entité régissant ce monde abominable.

Pas vraiment rassuré mais sans avoir le choix non plus, Rochel se repencha une nouvelle fois sur l’objectif à faire : rejoindre la ville la plus proche. La pause le fatiguait plus que marcher, en fin de compte. Ça n’était pas vraiment l’effet escompté…
- On y retourne ? Je sais que marcher de nuit n’est pas vraiment agréable mais on risque moins d’être attaqué par les créatures le jour, alors autant se faire une raison.

L’insomniaque laissa le temps aux deux blessés de se préparer avant de fermer la marche. Ça semblait être dans la nature de l’ailourophobe d’aider les gens mais Rochel se sentait gêné de l’attention qu’on lui portait. Il avait besoin d’un peu de recul pour réfléchir et n’y parvenait pas en se sentant observé de la sorte. Il avait besoin que quelque chose bouge – mais pas trop. Juste de quoi le tenir éveillé le plus longtemps possible.

Dans sa tête les pensées noires s’agglutinaient pour commencer à former un amas opaque qui à force – il le savait – l’empêcherait de voir le bon côté des choses. Il avait eu de la chance en arrivant à Dreamland reposé. Il en avait eu moins en subissant tous ces événements riches en émotions. Et pourtant il avait encore la motivation de marcher pour l’instant. Sans compter ses pas, en mode zombie ou pilote automatique, au choix. La nuit était déjà bien avancée et il commençait à trembler par intermittence, moins à cause de la peur que du froid qui se faisait ressentir.

Un petit coup de vent le fit frissonner. Cette impression que le froid montait le long de sa colonne vertébrale pour lui hérisser les poils était vraiment désagréable. Comme si la mort elle-même marchait sur ses talons, ou plutôt flottait derrière lui, projetant son spectre au-dessus de lui. L’insomniaque ramena ses bras contre son torse pour se frictionner. Bien sûr Metthew continuait de lui jeter des regards plus ou moins inquiets que Rochel esquivait en souriant simplement, comme si rien ne l’affligeait. Mais à peine l’ailourophobe tournait-il le dos que le phobique des rêves se laissait à nouveau submerger par ses pensées plus noires que noires. Pourquoi tenter de les éviter, après tout, puisqu’elles finissaient toujours par revenir. C’était retarder l’échéance. Chaque nuit de sommeil serait intenable et ne le reposerait jamais assez, juste de quoi lui permettre de tenir debout un peu moins que la journée précédente.

Se battre était fatiguant dans tous les sens possibles. Les digues lâcheraient bientôt à moins que quelque chose… Rien qu’un petit quelque chose ne se passe, ne le tire de cet interminable enfer.
Il secoua la tête, frictionnant ses yeux dont les cernes s’affichaient plus nettement à chaque minute.
- Mmh.. Je suis en train de m’endormir debout, ça va pas lâcha-t-il avec une pointe d’humour dans le ton. Bien sûr c’était hypocrite envers ses deux compagnons et ce serait se mentir à lui-même que de se persuader du contraire ou encore tenter de se convaincre que cette bonne humeur n’était pas factice. Néanmoins créer un petit chaos sonore dans cette platitude nocturne avait eu pour effet de le réveiller un peu. Il se mit à fredonner dans l’espoir de faire durer cet antisomnifère, se moquant de ses piètres talents de chanteur. On n’allait pas lui en vouloir pour si peu… Au moins ça mettait un peu d’ambiance. Il en avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 26 Fév - 15:55

Visiblement Misaki avait rit suite à son récit lui valant sa place dans un hôpital psychiatrique, cela dit il préférait à cette heure-ci que ce soit des rires plutôt que des pleurs. Enfin, Matthew avait pour objectif de ne pas décrocher de la réalité, Rochel étant fragile continuer à marcher encore l'épuiserait complètement et avant de rejoindre cette ville tant espérée. Ce qui était dérangeant était les créatures ou même l'endroit, l'avantage était qu'il n'était pas dans une jungle et qu'il pouvait voir le danger s'approcher. Cependant point de cachettes ! Il faudrait s'étendre et prier pour ne pas être repéré. Plutôt difficile, mais l'ailourophobe était résigné à faire le nécessaire pour que ses camarades aillent mieux, quitte à les assommer pour qu'ils dorment..

Les dires du phobiques des rêves sonnaient faux. Matt' en avait la preuve, ce n'était que pendant la nuit que les bestioles s'étaient manifestées. Les rats mutants devaient venir des égouts, c'était forcé ! Plus habitués à la proximité avec les hommes et nocturnes puisqu'ils s'étaient aventurés en dehors dans la plaine. Quant aux plantes, c'était peut être à cause de sa loupiote qui émettait de la lumière. Les plantes possèdent justement de la chlorophylle captant de la lumière. Le petit cactus qui s'était approché de lui aurait pu être attiré par elle, pensant à la lumière solaire ? Hypothèse à vérifier, les plantes grasses demeuraient encore plus troublantes désormais.

En revenant à la santé du phobique des rêves, l'airouphobe devait intervenir, c'était pour son bien. La volonté de faire le nécessaire le secoua pour le sortir de ses pensées. Même s'il fredonnait comme si de rien n'était, il n'allait pas s'en sortir si facilement que ça. Même les gens qui en font trop doivent se reposer..

- Allonge-toi, tu seras mieux.. Je ne veux pas être défaitiste mais on ne doit être qu'à un quart du chemin.

Gêné d'être un rabat joie, il passa une main dans ses cheveux. Ce qu'il venait de dire était bien, mais il n'en n'avait pas l'impression. Il esquissa un faible sourire avant de baisser les yeux, peu fier de ce qu'il allait faire dès à présent, ils n'auraient pas dû lui faire confiance c'est ce qu'il se disait intérieurement. Plus lentement, il s'adressa à Misaki.

- Peut être que tes deux amies seront plus attentives que nous pendant notre sommeil..


Il jeta un dernier coup d'oeil et balaya le périmètre de son faisceau. La zone était calme, rien à redouter. Fatigué, il se laissa tomber dans l'herbe avant de se redresser pour leur indiquer la marche à suivre.

- Extinction des feux ! Si vous ne dormez pas je risque d'être de mauvais poil..

En vérité comment se fâcher sur des gens qui ne l'avaient pas jugé sur ses problèmes mentaux, la tâche semblait très ardue. Il désirait seulement qu'ils se reposent et rien de plus. Bien sûr, ils risquaient d'avoir de la visite pendant leur sommeil.. mais avec, ils pourraient continuer leur chemin sans trop de pépins. Le jour semblait propice à moins de rencontres meurtrières, il fallait donc l'attendre. Restant ferme, Matthew ne se plierait pas à leur folie de traverser la plaine dans l'obscurité. La veilleuse éteinte, il s'étendit confortablement sur le dos pour se reposer de cette longue journée. Malgré les pleurnicheries, l'inquiétude et l'herbe le chatouillant quelque fois, il ferma les paupières pour un repos réparateur, sans rêves contrairement à Rochel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Spring

avatar

Maladie mentale : Schizophrène

Messages : 17

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Ven 2 Mar - 21:03

Rochel avait eu l’air, comme elle, de pas trop savoir quoi penser de la révélation de Matthew. Après quelque secondes de réflexion, il déclara que c’était préférable de continuer en direction de la ville. Marcher et encore marcher ! Et pour s’ajouter à leur fatigue, il fallait faire attention aux monstres en tout genre qui pouvait leur tomber dessus à tout moment… A ce moment précis elle n’avait qu’une envie, dormir dans son lit et n’avoir à s’inquiéter de rien. Mais elle n’était pas chez elle et la seule façon de pouvoir un jour espérer rentrer était deux suivre ses deux compagnons, alors il fallait arriver à cette ville.

Alors qu’elle commençait à avancer elle vit que Rochel se mettait derrière elle et Matthew. Sûrement pour les surveiller, sa nature à se tracasser tout le temps pour les autres ne devait pas être simple. Il devrait plutôt faire attention à lui, il avait l’air si fatigué… Comme eux tous de toute façon. Alors qu’un léger vent se fît sentir, Misaki frémit. Elle n’avait pas trop fait attention au début mais il ne faisait pas très chaud tout compte fait.

Matthew regardait Rochel de temps en temps, plus ou moins anxieux. Et ce dernier lui souriait simplement comme pour lui montrer qu’il n’avait pas de quoi être inquiet. Après quelques minutes de marche il lança qu’il dormait debout. Il avait annonçait ça avec une pointe d’humour mais ce n’était pas forcément bon pour lui. Ils auraient pût s’arrêter si rien ne les menaçaient, mais évidemment ce n’était pas le cas. Mais qu’est-ce que c’est que ce monde où tout vous empêchait de vivre ?! Mais les plantes s’en prennent à vous, super…

L’ailourophobe dit à Rochel qu’il devrait s’allonger, ce qui était tout à fait son avis ! Il ajouta aussi qu’ils étaient à peine au quart du chemin qu’ils devaient parcourir, quoi ?! Cette révélation la démoralisa direct. Tant de marche pour n’avoir fait si peu de chemin… Se tournant vers elle il lui dit que ses deux protégées pourraient faire le guet pendant qu’il reprenait des forces. C’était une très bonne idée, Misaki ne pensait pas qu’elles aient besoin de sommeil. Vérifiant une dernière fois les environs, Matthew se coucha. Elle fît de même, essayant de repérer si quelque chose les menaçaient, mais apparemment il n’y avait rien… pour l’instant.

-Jade, Elliah, vous n’avez pas besoin de dormir, si ?

-Ne t’inquiète pas Misaki, nous te préviendront si un danger apparaissait.

-On n’a pas besoin de dormir nous ! Enfin je crois, mais en tout cas je ne suis pas fatiguée !

Il n’y avait quand même pas intérêt qu’elles parlent entre elles, sinon elle ne pourrait pas ce reposée ! Ainsi que ces deux compagnons du coup.

- Ne parlez que s’il y a une menace, hein les filles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rochel Willow

avatar

Maladie mentale : Phobie des cauchemars

Messages : 138

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 305 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 4 Mar - 23:59

Seulement au quart du chemin..? Cette révélation qu'il espérait fausse avait néanmoins réussi à décourager totalement l'insomniaque. C'est vrai qu'à la réflexion, ils n'avaient pas marché beaucoup mais... Si peu !? Comment était-il supposé tenir la cadence dans des conditions pareilles..? C'était tout bonnement au-dessus de ses forces. Il s'affalerait sur la route, mort de fatigue, et personne ne le ramasserait. Ou peut-être que si, mais dans quel but..? Le forcer à continuer une fois qu'il se serait réveillé ?

En soi, d'un point de vue extérieur, ça n'était que "dormir". Une tâche aisée et sans difficulté, quand bien même il souffrait de sa maladie, on pourrait lui dire "ça n'est qu'un mauvais cap à passer, tu te sentiras mieux après !" mais non... Affronter cette horreur une fois est déjà déstabilisant, mais le vivre depuis des années, c'est tuant. Réellement tuant.
C'était facile de se démener pendant une journée en tant que maçon, mais ça devait être bien plus dur de l'être au quotidien, c'était pareil. S'allonger, c'était signer son probable arrêt de mort, ou au moins se garantir un ticket pour ce monde terrifiant qui l'habitait et lui collait à la peau.

Il semblait que la décision de faire une halte était déjà acceptée ; il était l'heure de dormir. Pour Matthew et Misaki, tout du moins.
Rochel aurait aimé leur assurer qu'il allait monter la garde mais les deux invocations de l'adolescente se portaient d'ores et déjà volontaires pour ce post. Tant pis... Il se débrouillerait pour ne pas attirer l'attention.

Le phobique des rêves s'assit donc dans l'herbe et regarda les autres se coucher avant de s'allonger sur le dos, feignant de s'endormir. Il attendit ainsi quelques minutes que ses deux compagnons s'endorment pour se rasseoir. Il soupira longuement, arrachant quelques brins d'herbe au hasard pour s'occuper les mains. Même s'il ne dormait pas il ne pouvait s'empêcher de penser, d'avoir des remords, de sentir son ventre se contracter, moins par la faim que par l'angoisse.

Une brise fraîche soufflait par intermittence, faisant trembler Rochel par moments. Il restait cependant alerte, au cas où un danger apparaitrait. Eliah et Jade de même.
Mais rien ne se passait et le seul bruit de fond était la respiration de ses deux camarades.
*profitez bien de votre sommeil, vous aurez besoin de force...*
L'insomniaque se prit à sourire légèrement à la vue de ses amis paisiblement endormis ; surpris, il se demandait si Estelle n'avait pas raison, finalement... Si un peu de compagnie n'était pas la clé pour qu'il cesse de penser négativement... Mais le cœur n'y était pas, dans tous les sens du terme. Une personne qui avait été à ses côtés, lui permettant de vivre "normalement", il y en avait effectivement eu une... mais de là à songer à trouver un substitut... non. Et puis Matt et Misaki n'étaient pas des bouches-trous, c'était ignoble de penser ainsi !

L'insomniaque se leva et fit quelques pas, seul dans la nuit. Il s'éloigna du groupe pour aller chercher de quoi se caler en position assise, un tronc d'arbre ferait l'affaire. Il ne mit pas longtemps à trouver ce qu'il cherchait : un tronc creux et facile à transporter. Calant le bout de bois sur son épaule, Rochel se releva vite ; un peu trop vite : prit d'un violent tournis, il lâcha sa trouvaille, tentant vainement de trouver un repère, quelque chose à quoi s'accrocher... Mais rien.
Il ne voyait plus, n'entendit plus, n'avait plus aucune sensation. Ses jambes flageolèrent puis il sentit un choc au niveau de son crâne.
Cela lui prit quelques secondes pour se remettre de son vertige et comprendre qu'il était désormais à terre, et que tout ceci n'avait duré que quelques secondes tout au plus.

Ses doigts recouvrirent peu à peu leur toucher et les fourmis dans ses mains laissèrent place au picotement de l'herbe fraîche. Le phobique prit appui sur un de ses bras pour se situer géographiquement, sans oser se lever cependant. Il n'avait aucune idée de la direction dans laquelle il était venu...
Ce trou noir des cinq sens, ce vortex anti-cerveau lui avait fait perdre toute notion d'orientation au détriment de la sensation de plus en plus oppressante qu'il devait dormir. Son corps, son cerveau, lui tout entier réclamait un peu de repos mais son esprit s'y refusait.

Il se leva doucement, ramassa une seconde fois le tronc et se dirigea au hasard dans la plaine noire. Par chance il ne s'était trompé que de quelques degrés et retrouva avec soulagement le campement précaire de la petite troupe. Il espérait qu'Elliah et Jade ne se mettent pas à crier, réveillant par la même occasion les deux endormis.
Les deux invocations semblaient l'avoir reconnu et ne dirent donc rien, bien que Rochel préféra insister en posant son index sur ses lèvres pour les inviter à garder le silence.

Il posa donc la souche et s'y adossa. Ça n'était pas aussi confortable qu'il l'avait espéré, et ça n'était pas plus mal : la douleur maintenait éveillé. A quoi en était-il réduit..? Ça virait au masochisme à cause d'une peur stupide !
Les heures passèrent ; calme... Calme plat. Un silence désolant, une fraîcheur effrayante et à plusieurs reprises Rochel se leva pour faire les cent pas après s'être réveillé de justesse. Il se rasseyait, et le manège recommença ainsi toute la nuit jusqu'au petit matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   Dim 11 Mar - 23:02

La lueur du soleil sorts peu à peu l'ailourophobe de sa torpeur. Encore un peu engourdi, lui et ses membres, il s'étira comme l'animal qui le terrifiait le plus. La nuit paisible l'avait requinqué, aucun signalement de bêtes aux alentours le confortait pour la sécurité, la sienne mais aussi celle des autres. Non loin de lui, Misaki s'était allongée sur un lit d'herbe et ses deux petits acolytes surveillaient attentivement la plaine. C'était pratique, ils pouvaient se reposer et se faire réveiller par deux petites voix. Plus agréables que des cris d'épouvantes ou même un réveil matin. Matthew se redressa et se débarrassa de l'herbe qu'il avait dans ses cheveux. Ils avaient passé la nuit ici, à côté du sentier menant jusqu'à Newton Valley.

Se relevant d'abord avec enthousiasme, son regard fuyant se fixa sur le phobique des rêves qui n'avait pas l'air d'aller mieux. Pire même ! Leur cachait-il un mal inconnu ou tout simplement, n'avait-il pas dormi ? Son attitude de zombie laissait penser à la seconde hypothèse. L'ailourophobe se tapa le front en rogne contre lui-même. Pourquoi n'avait-il pas fait gaffe ? En même temps, il allait pas faire le flic tout le temps et vérifier à chaque fois qui est au lit ou non. Mais de voir quelqu'un dans cet état pitoyable l'attristait beaucoup, s'il ne faisait rien et qu'il arrivait quelque chose à Rochel ou à Misaki, il s'en mordrait les doigts jusqu'à saigner. Le remord de ses actes passés lui pesait gros et maintenant, il était poussé à se racheter. Peut être pas en sauvant des vies, mais simplement préserver les âmes qui le méritaient. C'était surement une part d'égoïsme en lui qui l'attirait à prendre cette voie, il avait le choix.

Il vint à la rencontre de Rochel pour lui demander des explications. Ou peut être pas finalement, il y réfléchissait encore. Une personne n'avait pas habituellement l'envie de ne pas dormir, quelque chose l'y avait forcément poussé et ce n'était pas joli joli. Perplexe, Matthew se demanda s'il pouvait régler le problème, enfin il était clair qu'il dormirait à un moment ou un autre leur insomniaque. Mais quelque chose clochait, après peut être une histoire de maladie..

- Salut.. Qu'est-ce qu'il t'arrive ?

À l'ordinaire pas très bavard, l'ailourophobe était prêt à entendre des explications de sa part, même si elles allaient forcément le mettre mal à l'aise. Ça faisait à peine une soirée qu'il le connaissait et justement, il ne savait toujours rien de lui, à part que la fatigue avait l'air d'être une obsession chez lui. Rien de plus. Pourquoi ne faisait-il pas comme Misaki et pionçait comme tout le monde ? Les filles était certes connues pour être beaucoup plus obéissantes que les hommes, il n'avait aucune raison valable de se faire violence. Le secret pour sûr ! Matt' trépignait sur place car il voulait continuer la route, mais il ne pouvait pas le laisser dans cet état. Que fallait-il faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voler de ses propres ailes !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voler de ses propres ailes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: