AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Séjour dans la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 18:03

Nial se sentait tellement bien dans son arbre à avoir réussi un coup magistral où il n'avait même pas eu à se déplacer et surtout n'avait même pas eu à déplacer des objets pour former un enchaînement. La nature avait fait que tout soie parfaitement parfait naturellement pour qu'il puisse faire cet exploit. Et surtout ce pouvoir était d'une aubaine! Déjà que Nial était un génie sans ce pouvoir, alors avec il devenait un Dieu! Au lieu de rester à l'arrière plan pour réfléchir dans les batailles et rester vulnérable, il allait pouvoir rester dans une position moins faible. Mais la question était... Pouvait-il utiliser ce don à volonté sans contrepartie? Pour l'instant la contrepartie ne se voyait pas, donc à éliminer pour l'instant. Pouvait-il utiliser ce pouvoir tout le temps? Vu que l'on était dans un pays relativement magique, il était probable que les lois de Tolkien s'appliquent. Dans un monde magique, il devait avoir un certain équilibre. Leurs défauts psychologiques s'accompagnaient de pouvoirs, mais c'était trop fort du côté pouvoir, donc il devait sûrement avoir un temps avant une prochaine utilisation... C'était la théorie à privilégier, mais surtout pas à essayer, car si elle était vraie, il allait inévitablement se plonger dans une nouvelle crise, ce qui était totalement à éviter.

Mais il n'en restait pas moins que dans le monde de Tolkien , l'arrivée d'une présence puissante qui s'était rangée d'un côté s'accompagnait d'une jumelle d'une autre pensée, opposée à la première, comme des jumeaux, pour équilibrer les forces. Était-ce Anne la personne jumelle d'apparition? Nial en doutait, car généralement leur apparition était dans des lieux différents. Puis aussi il se pouvait que Nial était arrivé en compensation... Toute cette théorie se basait sur un roman, mais sur quoi d'autre pouvait-on s'appuyer en terre inconnue? Manquait plus que des caméras et on avait un superbe film à petit budget mais à recettes colossales...

L'arrivée de Liam et de Jonh sous son arbre - oui il avait décidé qu'il lui appartenait - le sortit de ses pensées. L'ours des montagnes avait visiblement séparé l'homme en chemise de ses boissons si douces. Nial, ne voulant pas perdre une seule miette de la scène qui allait se passer, s'arrêta de penser, et passa en mode "je me tais et j'écoute". Il apprit deux trois informations essentielles de cette petite réunion improvisée. Heureusement l'arbre était feuillu de telle sorte qu'à l'endroit où ils étaient, ils ne pouvait pas le voir, lui d'ailleurs non plus ne pouvait pas les voir, mais ses oreilles étaient très attentives, elles. Premièrement Jonh était soi-disant veuf. Dans la vie réelle, dans Dreamland? Il ne le saurait pas avant longtemps. C'était une info à ressortir le moment voulu. Puis une autre information venant du veuf sur l'hypersexuel... il avait déjà tué. Mais une fois encore, dans le monde réel ou dans Dreamland? Si c'était dans Dreamland, ça allait, car ce n'était sûrement pas trop grave, et Nial allait sûrement devoir tuer ici aussi un jour, avec une mission lambda. Mais si il avait tué dans la vie réelle, ça pouvait poser un problème, mais bon, Liam restait un homme intelligent. Il n'y a que les fous, les désespérés ou les intellectuels qui tuent.

Après s'en suivit les plaintes du jeune créateur de petit soleil, comme si on ne l'avait pas assez entendu pour la journée... Il fallait s'y faire tout de même, malheureusement. Mais bon on ne sait jamais ce que le futur nous réserve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 18:46

Il ne comprenait rien. Rien du tout. Alors comme ça il était assez grand pour se torcher ? Il ne faisait que boire et non tuer, violer, piller ? Quel imbécile… et dire que Liam avait cru qu’il pourrait saisir ce qu’il haïssait dans le fait de le voir se transformer en loque humaine suintant de l’alcool par tous les pores de sa peau. Il voyait au-delà de Jonh, de Dreamland, du présent. L’esprit du tueur était retourné l’espace d’un instant dans l’appartement qu’il avait partagé avec son père pendant tant d’années.

Comme s’ils étaient réels il pouvait encore voir les cadavres de bouteille jonchant le sol crasseux, la silhouette grande et sèche de son père la ceinture à la main, ses yeux vitreux embrumés par les vapeurs de whisky mais toujours pleins de haine. Il se souvenait de la douleur du cuir mordant sa chair, des insultes, de la solitude. De l’envie de mourir pour que tout s’arrête aussi. Et l’espoir d’être aidé, toujours déçu. Son élève avait déjà vu tout ça en le touchant il y avait de ça bien longtemps. Oubliait-il si vite ?

- Laisse tomber, cracha-t-il entre ses dents non sans montrer sa colère croissante.

Sauf que Jonh ne laissait pas tomber, bien au contraire. Il s’enflammait en l’accusant de tous les maux. Regardez le dangereux Liam ! Un monstre ! Un criminel ! On l’aurait dit à deux doigts de le faire grimper à son tour dans une cage à viande, comme quoi on croyait connaitre quelqu’un et avant de se rendre compte de quoi que ce soit la déception nous rattrapait. La colère froide aussi.

Sans qu’un quelconque signe avant-coureur ne puisse transparaitre sur son visage, Liam attrapa brutalement Jonh au col et le repoussa contre le tronc avec violence. L’arbre ainsi ébranlé Nial faillit tomber de son perchoir. Ce n’était vraiment pas passé loin…

- Ferme ta trappe à ordures !

Les mots claquèrent comme un fouet dans l’air nocturne. Aucun des villageois qui festoyaient un peu plus loin ne semblèrent le remarquer, comme si le duo –ou trio sans le savoir- se trouvait enfermé dans un bulle de solitude. Les muscles tendus Liam raffermissait déjà sa prise en prenant soin de ne pas toucher la peau de son élève, contact dont il ne connaissait que trop les effets. La veine qui palpitait furieusement sur son front ne trahissait que trop sa frustration, sa rage et son dégoût.

Alors c’était donc ça l’opinion qu’il avait de lui ? Qu’est-ce qui l’empêchait de lui trancher la gorge là, maintenant, pour lui faire payer ce foutage de gueule monumental qui avait duré de trop longues semaines ? Après tout il aurait dû s’en douter, il avait été bien trop naïf d’avoir cru que quelqu’un pouvait l’aimer. Ella s’était évaporée dans la nature et maintenant le dépressif lui tournait le dos. Il n’avait donné sa confiance qu’à deux personnes et il avait fallu qu’ils la foulent au pied. 9a le rendait malade.

Comme par pur réflexe sa main droite s’était glissée dans la poche de son jean pour y piocher le couteau papillon qui ne le quittait jamais. D’un mouvement sec du poignet la lame fut découverte, renvoyant les rayons de la lune qui paraissait observer la scène depuis son observatoire céleste. Bientôt l’arme fut en contact avec la peau du cou de Jonh et lorsque la première goutte de sang perla Liam déversa sa bile avec rage. Il avait lui aussi besoin de vider son sac.

- Si je te dégoûte tellement, si je te fais chier, si tu désapprouves tout ce que je fais… qu’est-ce qui m’empêche de te crever là, maintenant ?

Sa voix s’était fait doucereuse, dans un sens encore plus effrayante que s’il avait hurlé.

- Je te faisais confiance, j’aurais pas dû. Je pensais que tu pourrais comprendre, je me suis trompé. Donne-moi une bonne raison, une seule, de ne pas te trancher la carotide gamin. Parce que là c’est pas l’envie qui manque.

Aveuglé par sa colère l’hypersexuel restait focalisé sur les reproches et les leçons de morale. Le fait que le bipolaire affirmait ne pas pouvoir le détester avait été complètement éclipsé par le reste. Tout ce qu’il voyait c’était qu’on tentait de l’abandonner, encore, et que quitte à devoir perdre quelqu’un il préférait que ce soit de sa main. Il n’aurait pas supporté de voir Jonh tenir ce genre de discours même une fois redevenu sobre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 19:41

Quand Jonh est bourré il parle, il parle, il parle et puis il oublie aussi. Le dépressif était focalisé sur le présent et ne pensait pas à des souvenirs, de ce qu'il avait vu. Il aurait sans doute dû pour comprendre la réaction de Liam fasse à sa consommation d'alcool. Mais non là il jetait juste des mots à la figure du taulard qui s'en serait bien passé d'ailleurs. Mais bourré on ne pense pas aux conséquences de ses propos. Jonh venait de finir sa tirade lorsque Liam l'attrapa brutalement sur le col pour le plaquer contre l'arbre. Une grimace de douleur s’afficha sur son visage. Quelle violence !

- Lâche moi tu me fais mal !

Jonh voulait se dégager mais il n'avait plus de force et il avait aussi la flemme d'utiliser son pouvoir sur le taulard. Ce dernier devait être bien énervé car il sortit son couteau de sa poche pour plaquer la lame contre sa gorge. Sur un non suicidaire ça aurait fait peur et même si Jonh était dans sa deuxième partie de sa bipolarité il n'en restait pas moins cinglé un peu. Il avait juste pas envie de finir en légume en fait. Jonh sentie du sang couler et se dit que Liam serait bien capable de le tuer tout de suite. D'ailleurs le taulard lui confirma ses doutes et en fait il n'avait même pas besoin d'utiliser son couteau car par ses paroles le voyageur venait de le poignarder violemment dans le coeur, faisant l'effet d'une douche froide. Jonh se mordit la lèvre inférieure, un peu trop fort d'ailleurs car un goût métallique se fit sentir dans sa bouche. Il ne voulait pas perdre Liam comme ça. Surtout pour des paroles qu'il avait bêtement lancé sans explication. Car oui Liam représentait pour le dépressif un réel danger pour la société et normalement ce genre de personne on les aimaient pas. Mais voilà le jeune homme était sur que au fond Liam était un type bien qui faisait subir au monde ce qu'il avait subi dans son enfance. Il le comprenait, il l'avait vu, l'avait ressenti par ces images qui étaient apparues dans sa tête.

Jonh serra les poings tandis que des larmes de colères coulaient sur son visage. Celles ci pouvaient être compris autrement mais l'orage qui menaçait de gronder au dessus de sa tête parmi les feuillages de l'arbre ne mentait pas. Il était furax contre lui même d'avoir été aussi con. Bouillonnant de rage au fur et à mesure des secondes des éclairs crépitèrent, foudroyant l'arbre sur lequel il était plaqué. Sonnant comme le glas de sa fin Jonh lança en hurlant comme si il voulait aussi faire partir sa colère.

- Parce que je t'aime putain !!

La colère lui ayant donné des forces cachées Jonh passa outre le fait qu'il avait une lame quasi planté et parcourut les quelques centimètres pour embrasser Liam. Alors que à trois centimètres il y avait le feu, un orage, et qu'il venait d'interrompre la fête à cause de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 20:44

Alors que la situation s'envenimait autour de l'arbre à voyageurs, Nial fut pris d'une certaine inquiétude vis-à-vis du nuage qui se formait dans l'arbre juste à deux branches en dessous de celle sur laquelle Nial était posé. Ce qui amenait ce désordre climatique était forcément une saute d'humeur de l'homme en chemise, car un nuage au milieu d'un arbre comme ça, hein, c'était pas tout les jours que ça arrivait. Pour que cela se passe ainsi, Liam avait finalement plaqué une lame qu'il avait sorti contre la gorge de celui que alla le smacker quelques seconds après en même temps qu'un coup d'éclair s’abattit sur le tronc principal de l'arbre sans toucher Nial fort heureusement. Ce dernier profita du vacarme causé pour sauter de l'arbre discrètement par derrière Liam, et comme Jonh avait les yeux trop près de Liam pour le voir il passa inaperçu.

Il redoutait ce qui allait se passer. Généralement dans les films, bah tout se passait bien, car les deux personnes ressentaient les mêmes sentiments, et donc soit l'homme qui pointait le couteau restait avec le menacé, soit il le laissait en vie mais il se barrait soit avec des remords soit avec de la haine. Il fallait savoir que Nial cherchait dans sa tête tous les types de scénari qu'il pouvait se passer maintenant, mais il espérait fortement qu'il ne se passe rien de mal. Par pur besoin de confort, il caressa son petit chat pendant qu'il mettait un de distance aux deux que tout le monde regardait à présent, même mes condamnés dans les cages qui avaient gagnés deux minutes de répit grâce au coup de tonnerre.

Un chose s'imposait maintenant à Nial. Pour Jonh, il devait se retirer un peu de Liam, pour pas que l'homme en chemise ne souffre trop, et si Liam voulait faire perdurer un sentiment d'attraction envers Jonh, il devait se retirer totalement et faire comme si rien ne s'était jamais passé entre Liam et lui. Par contre, Nial trouvait quand-même que la situation du, "mais je t'aime - smack!" était tellement stéréotypée, que s'il n'y avait pas de personnes "amies" avec un couteau sur la gorge, il en aurait ri. C'était si romantiquement désespéré. Soit une unification s'imposait, soit une séparation définitive (ou pas)était à mettre en place. Néanmoins, tout cela allait s'annoncer compliqué, et Nial ne savait que trop peu ce qu'il pouvait faire. La meilleure chose était sûrement de rester dans le coin à regarder la scène comme tous les autres paysans et se laisser se fondre dans la masse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 21:46

Bien sûr qu’il lui faisait mal, et ce n’était que le début. Mais si Liam fulminait Jonh n’était pas en reste : les yeux pleins de larmes, le dépressif développait déjà au-dessus de sa tête un nuage noir d’où provenait le grondement sourd du tonnerre. Puis l’inévitable arriva. La foudre s’abattit à quelques mètres en amont pour fendre le sommet de l’arbre en deux avant qu’il ne soit dévoré par les flammes. Mais elles n’étaient rien comparativement à celles qui brûlaient dans le regard de son élève juste avant qu’il ne l’embrasse.

Les mots lui parvinrent à retardement, comme si le bruit infernal de l’orage l’avait rendu sourd et que les sons avaient décidé de suivre des cours de rattrapage. Si la déclaration était ambiguë elle prenait tout son sens associé à ce geste inattendu. « Je t’aime »… ces mots se répétaient à l’infini, se répercutant sur les parois de son crâne. Sauf que c’était impossible, pas après ce qu’il lui avait dit plus tôt.

La suspicion montait en lui en flèche tant et si bien qu’il ne savait plus quoi faire. Et quand bien même aurait-il été fixé sur la véracité des dires du dépressif il n’aurait pas été plus avancé. Si c’était un mensonge hey bien… il le tuerait comme il l’avait annoncé. Mais si c’était réel ?

- Tu… pourquoi ? se reprit-il in extremis.

Le taulard avait failli demander s’il s’agissait d’une blague, chose que le jeune homme qui se tenait devant lui aurait assurément mal pris. Et pourtant c’était cette question dont il désirait connaitre la réponse, ne serait-ce que pour rendre un peu d’ordre à ses pensées chaotiques. Que pourrait-il faire si c’était vrai ? Il ne savait même pas s’il était capable de ressentir de l’amour pour quelqu’un depuis qu’il avait aimé passionnément Mary, amour qui avait causé le viol et la mort de cette dernière.

Il appréciait Jonh c’était certain mais… et après ? Il pouvait même aller jusqu’à dire qu’il l’aimait jusqu’à cette discussion houleuse. Sauf qu’il y en avait différentes sortes et qu’il était incapable de mettre le doigt sur le bon. Impossible de se baser sur le désir vu qu’il en ressentait pour n’importe quoi de potable –de baisable selon ses propres termes- mais alors comme déterminer quoi que ce soit ? Et de toute façon il ne se sentait pas prêt pour une relation exclusive. Le taulard était ce qu’il était, bien incapable de retenir son flot d’hormones plus d’une heure ou deux.

D’ailleurs en parlant de désir celui-ci montait chez lui en flèche, déferlant sur lui comme une vague monstrueuse. Faute de mieux il y céda dans l’espoir que le temps lui apporterait la réponse même si ça risquait de le conduire à la perte définitive de Jonh. Mais on ne pouvait lutter contre sa nature.

Alors que les braises et les cendres voletaient autour d’eux jusqu’à rendre l’air irrespirable, Liam décolla son élève du tronc mangé par les flammes pour l’entrainer plus loin à l’abri des regards inquisiteurs des paysans qui s’étaient temporairement désintéressés de la fête. Pas une seconde il ne s’éloigna du corps qu’il tenait contre lui. Son état de nerf était tel qu’il aurait été capable de tuer quelqu’un pour se calmer si on ne lui autorisait pas la manière douce. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire son cerveau fut mis en pause alors qu’il se trouvait enfin une cachette adéquate à l’arrière d’une grange.

Seuls dans l’obscurité quasi complète ni l’un ni l’autre ne pouvait observer le défiler d’émotions que leurs visages affichaient tour à tour, et c’était tant mieux. Après que la langue de Liam se soit perdue dans le coup de Jonh, le violeur lui souffla à l’oreille, à peine audible :

- Il n’y a rien à sauver chez moi et je gâcherais tout. Je ne suis pas exclusif, je suis égoïste et je n’ai pas l’intention de changer.

Sa main se glissa insidieusement sous la chemise de son élève alors qu’il ajoutait avec un semi sourire invisible dans l’obscurité :

- J’espère que tu ne te berces pas d’illusions.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 14:22

Les mots avaient été dits, il était trop tard pour les ravaler. Et après coup Jonh trouva cela ridicule cette situation dans laquelle il s'était mise. En même temps en révélant ses sentiments à l'égard de Liam il venait en même temps de se les mettre face à lui même. La première réaction du taulard fut de demander pourquoi. C'était THE question du siècle. Le dépressif ignorait lui même comment il avait pu en arriver là, s'accrocher à un criminel. Mais l'amour ça ne s'expliquait pas, ça tombait comme ça, pouf. Ca avait été la même chose avec sa fiancée. Lorsque Jonh avait vu Lily pour la première fois il avait su en croisant son regard que c'était elle la femme de sa vie. Cela faisait peut être cliché ou dégoulinant de mièvrerie mais pourtant ça c'était avéré véridique puisque les deux étaient sortis ensembles. Et aujourd'hui Cupidon avait décidé de lui tirer une flèche à retardement.

- Tu en poses de ces questions...

Enfin, il n'attendait rien de la part de Liam et espérait que cela ne change rien à leur amitié. Ce serait dommage que Jonh ai tout fait capoter pour des sentiments qui ne seraient jamais réciproques. Le dépressif soupira devant son cas désespérant et sa gorge s'irrita sous l'air rempli de cendre et de la fumée. Non loin de là les paysans regardaient la scène, se disant que ces humains étaient loin d'être des êtres ordinaires. Après avoir vu un orage qui n'avait rien à faire à difficile de penser que Jonh était normale. Heureusement Liam eut la bonne idée de déménager et serra Jonh contre lui, de toute façon il valait mieux car celui ci avait un peu de mal à tenir debout. Le taulard s'arrêta derrière une grange, à l'abri des regards et de la lumière.
Le taulard commença alors à s'attaquer à son cou faisant frissonner Jonh, qui n'avait lui bien évidemment pas de bras doublé de volume pour montrer son désir. Son ami lui glissa à l'oreille ce qu'il savait déjà malheureusement.

- Je le savais déjà, merci d'enfoncer le couteau dans la plaie...Je ne te demande pas de m'aimer sois tranquille pour ça

Le dépressif leva sa main pour caresser la joue de Liam et s'arrêta en fermant les yeux. A nouveau des images défilèrent dans sa tête, pas de lui mais d'un mauvais souvenir de Liam. Toujours aussi sombre et frustrante de ne pouvoir rien faire face à ça. Ca le débectait de voir ça mais il avait que cette façon là de se retrouver proche de Liam. Jonh essuya la larme qui coulait sur sa joue mais même si Liam ne pouvait le voir son nuage au dessus de lui qui créait une fine pluie le trahissait. Si il ne pouvait pas être avec le voyageur il pouvait lui donner ce qu'il n'avait pas eu. Jonh posa ses lèvres contre celles du taulard avant de l'embrasser avec ferveur tandis que ses doigts allèrent défaire son pantalon. Le dépressif voulu plaquer son partenaire contre le mur mais ce dernier céda sous le poids car les deux planches tenaient grâce à un miracle. Sous la surprise Jonh serra Liam dans ses bras qui lui servit de matelas en atterrissant sur le sol. Ou plutôt sur de la paille sur une couverture qui devait avoir vécu des jours meilleures. Un peu plus et ils se seraient prit une petite charrette. Néanmoins, Jonh émit un grognement de douleur et plaqua sa main sur sa gorge qui s'était remise à saigner suite à la coupure par la lame de Liam. C'était plus le fait que ça piquait qui le dérangeait que le rouge qui coulait même pas en abondance. Enfin bon, il allait pas mourir pour si peu.

- Ca va...?

Demanda t-il à l’adresse du taulard tout en se redressant à l'aide de ses mains mais restant tout de même au dessus de lui. Son ami était un roc alors c'était plus histoire de montrer qu'il s'inquiétait quand même un minimum. Et en y réfléchissant, cette chute était quand même cocasse. Un sourire étira les lèvres de Jonh qui s'attaqua à nouveau à celles de Liam tout en reprenant où est ce qu'il en était. Pour ça il avait bien évidemment posé ses genoux de chaque côté du corps en dessous de lui. Il n'avait jamais fait l'amour à un homme mais dans une vie tout s'apprenait. Et pour le taulard il était prêt à apprendre justement. La seule chose qu'il détenait en son pouvoir c'était la tendresse. Et son usage ne ferait qu'accroître le désir chez son compagnon de voyage mais pourrait lui montrer aussi qu'une étreinte tendre pouvait être divine. Jonh usa donc de son expérience d'ancien bon fiancé aimant, en profitant pour la même occasion de déshabiller le taulard. Lui même ne tarda pas à finir nu comme un vers et puis hop hop hop das la grange.( XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 16:04

Étrangement qu’on ne lui demande rien en retour ne pouvait que faire croitre son malaise, pour l’instant étouffé par son désir croissant. Son bras droit –et son éternel associé- avait déjà atteint l’apogée de sa taille et c’était lui qui avait fait cédé les planches dont était fait le mur sur lequel Jonh avait tenté de le plaquer. Il s’était fait mal dans sa chute malgré le coussin de paille qui les attendait de l’autre côté, principalement à cause d’éclats de bois qui avaient eu la mauvaise idée de se ficher dans la peau de son dos. Il grimaça dans l’obscurité en réprimant un juron mais tout fut bien vite oublié lorsque le dépressif l’embrassa de nouveau après s’être enquit de son état.

Il avait un arrière-goût d’alcool et si ça ne dérangeait pas Liam il ne se leurrait pas sur les raisons de la scène qui se déroulait et dont il était l’un des deux acteurs principaux. Demain matin tout serait sans doute mis sous silence sous l’effet de la honte et du remord. Le Jonh qu’il connaissait n’accepterait jamais de s’être mis à nu et de l’assumer aux yeux de tous. Il nierait sûrement, le fuirait peut-être alors l’ex taulard comptait bien profiter de la nuit.

Sans même se rendre compte de ce qui se passait il s’était retrouvé sous son élève, lui qui n’avait jamais été que dominant depuis qu’il s’était libéré du joug de son père. Dominer c’était contrôler, et il refusait de subir. Il refusait d’être faible. Pourtant la douceur du bipolaire l’empêcha de le repousser brutalement. Soit, il ferait cet effort mais ça s’arrêterait là. Hors de question que la domination ne s’étende à des domaines bien plus intimes profondément marqués par l’ombre de son père.

Puis ce qui devait arriver arriva et à vrai dire Liam ne savait pas trop quoi en penser. C’était différent de ce qu’il avait connu jusqu’alors, mais pas désagréable même s’il était si peu habitué à la douceur qu’elle lui semblait antinaturelle. Allongé sur le dos dans la paille il passa un long moment à observer le plafond miteux d’où perçaient quelques rayons de lune, prêtant l’oreille à la respiration lente et apaisée de Jonh qui avait trouvé le sommeil sous l’effet de l’alcool et du sexe.

*Et maintenant ?* se demandait-il en boucle sans jamais trouver de réponse.

Faute de deviner l’avenir encore flou qui se dessinait devant eux, Liam tâtonna à la recherche de ses vêtements pour récupérer le paquet de clope qui n’avait pas quitté sa poche de chemise. Dans l’obscurité la lueur de la flamme semblait minuscule, solitaire… c’était déprimant. Il l’éteignit avant d’exhaler un nuage de nicotine dans un soupir.

Nial et Anne devaient les chercher à l’heure actuelle. Ou pas, et à vrai dire il s’en fichait. Tout ce sur quoi son esprit arrivait à se fixer était l’avenir incertain qui se dressait devant lui. Rien que le matin semblait un obstacle infranchissable. Ils allaient devoir voyager en voiture côte à côte et il voyait venir d’ici le silence pesant et les regards fuyant. Ah la belle équipée qu’ils feraient ! Il avait une nouvelle preuve de la toxicité de l’alcool : capable de pourrir une relation instable qui avait pourtant tenue bon pendant plus d’un mois. Potentiellement il ne faisait que se monter le bourrichon mais il était assez fin psychologue pour deviner là où leur aventure les mènerait.

- A des emmerdes, grommela-t-il entre deux bouffées de cigarette.

Liam écrasa son cancer en tube sur le sol avant de balancer le mégot, évitant ainsi un nouvel incendie duquel ils n’auraient pas réchappé, puis se tourna sur le côté pour chercher le sommeil. Morphée ne tarda pas à le trouver et à le prendre dans ses bras pour lui offrir un repos sans rêves comme seul Dreamland savait les faire. Lorsqu’il ouvrit les yeux au matin le soleil rentrait à flot par l’ouverture que son élève et lui avaient fabriqué sans le vouloir. D’ailleurs en parlant du dépressif il avait déjà mis les voiles. Le seul souvenir de sa présence était la marque de son corps sur la couche de paille.

Il s’était tiré, comme une pucelle effarouchée. Liam ne put s’empêcher de rire en se redressant sur un coude devant la vision qui s’imposait à son esprit. Oui, il l’imaginait parfaitement quitter la grange horrifié de ce qu’il avait fait. Et bien que comique la situation sous-entendait que ce serait au tueur de recoller les morceaux. Ça s’annonçait exténuant.

En quelques minutes l’hypersexuel réintégra ses vêtements et se mit en route vers le château avec comme seules traces de leur présence nocturne une percée faite dans un mur rongé aux mites et un mégot abandonné sur le sol de terre battue.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 18:10

Nial regardait le tout passer en gobant, non pas dans le sens où vous voulez l'entendre, mais il ravala sa salive en essayant de voir ce qui pourait se passer. Cette situation mettait Nial dans un petit malaise, mais pas pour longtemps. Nial avait vu que Liam était désespérément désintéressé dans autre chose que le sexe. Mais ce qu'il faisait maintenant à s'éprendre un peu de Jonh, c'était assez troublant. Mais c'était la nature de l'humain, instable. Comme tout le monde, il avait des failles, comme Nial, il avait un point faible. Mais Nial ne voulait pas considérer ses points faibles, il ne voulait pas les admettre. Rien que d'y penser ça l’écœurait. Liam filait avec Jonh plus loin, et en les suivant un peu, Nial vit qu'ils s'étaient engouffrés dans grange, et sut qu'il allait devoir retourner autre part. Il retourna au château, et prit une chambre, cette fois-ci vide.

Il essaya par de nombreuses reprise de s'endormir, mais comme à son habitude lorsqu'il dormait autre part que dans un endroit connu, il en finissait insomniaque. Décidant qu'il n'allait pas pouvoir rester à l'intérieur de cette chambre pour dormir, il sortit dans le couloir très calme, et se redirigea vers les restes de festin et d'exécutés, et le reste d'arbre sous lequel Jonh et Nial avaient eu une discussion plus tôt. Il fit le tour du château plusieurs fois, fit même de l'exercice, mais rien n'y faisait, il n'arrivait pas à se fatiguer. Il n'allait pas dormir cette nuit. Son chaton s'était endormi dans ses bras, ce qui poussa Nial à aller s'asseoir contre un arbre, pas très loin de la grange.

Nial passa une nuit blanche, à s'occuper comme il le pouvait, en caressant son chat, en comptant le nombre de marguerites aux alentours, ne nombre d'arbres autour du château, le nombre d'étoiles dans le ciel Dreamlandien. Il s'occupa longtemps comme ça. Il fit même un footing en faisant plusieurs fois le tour du château. Puis petit à petit la nuit passait, et finalement le soleil refaisait surface. Nial était toujours éveillé et ne ressentait pas le besoin de dormir, ni même l'envie, mais il sentait bien que son corps était épuisé. C'était le matin qu'il vit enfin un humain. C'était Jonh qui sortait de la grange où il avait pris refuge. Nial ne voulait pas qu'il le voie, mais c'était dur de passer inaperçu lorsque celui-ci devait passer par l'endroit où il s'était posé pour rentrer au château.

Mais qu'avaient-ils fait dans cette grange? C'était assez évident, mais l'alcool avait sûrement aidé le processus, d'où la tête de déterré de Jonh, à cause de l'alcool, et peut-être qu'il réalisait que ce qu'il avait fait en état d'ébriété était mal... Ça devait faire mal. Nial ne pouvait nier qu'il doutait de la joie qui allait prendre place dans le groupe. Elle allait être sûrement inexistante. Ils allaient avoir besoin d'un peu de chance pour survivre un jour de plus. Nial avait tout de même faim, et se demandait q'il aurait un petit-déjeuner gratuit au château... C'était à voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 18:13

* On respire. Doucement. On se calme. *

Anne avait les membres qui tremblaient de façon incontrôlable depuis maintenant de bonnes heures. Ses mains lui semblaient presque floues, bien qu'elle les gardait serrées l'une contre l'autre, entre ses genoux. Elle devait avoir l'air d'une folle sortie trop tôt de sa guérison, la tête penchée en avant, ses cheveux tombant devant son visage, faisant des va-et-viens d'avant en arrière assise sur un petit tonnelet en bois. Elle essayait désespérément de se changer les idées depuis un temps indéterminé, mais les cris de joie des badauds s'insinuaient perfidement dans son esprit, lui interdissant ainsi toute retraite mentale.

Parlons-en, tiens, de ces fameux cris... Ils avaient au moins triplé de volume à une certaine heure de la nuit, heure à laquelle Anne, poussée par la curiosité, s'était levée de sa caisse et avait repassé le coin du mur pour tenter de voir ce qui se passait. Enfin, "tenter" n'est pas le mot le plus approprié. Du tout. En effet, sitôt un oeil passé en dehors de sa cachette improvisée, la vision des cages à viandes dégoulinantes de sang et encerclées de corbeaux lui avait foncé droit dans la rétine. Elle en avait été tellement choquée qu'il lui avait fallu presque une minute pour qu'elle se souvienne de respirer, et encore quelques autres pour qu'elle se rende compte que le sang par terre paraissait bien grumeleux. Et les visages des hommes bien maigres. Elle faillit s'évanouir quand elle comprit que c'étaient des petits bouts de chair qui trainaient sous les cages, que les corbeaux les plus fainéants ou faibles allaient picorer.

Nauséeuse et faible, Anne retourna tout d'abord au niveau de sa caisse. Puis, jaugeant le niveau sonore encore beaucoup trop élevé, s'éloigna encore de la "fête", en tournant à l'angle d'un deuxième coin de mur. Elle se guidait jusque là à la lumière de la lune, mais de ce côté-ci du bâtiment elle était dans le noir complet ; le mur cachait la lumière, d'autant plus que la brune se trouvait désormais dans une sorte de couloir, entre ledit mur et une grande et sombre bâtisse. Au moment où elle se dit qu'elle devrait peut-être retourner un peu plus près de l'animation, tout en étant prise de hauts le coeur en y repensant, un éclair frappa un arbre situé un peu plus loin, éclairant au passage le pan de mur sur lequel elle s'appuyait. Il n'y avait rien ni personne, hormis du foin, des caisses et des tonneaux, ce qui lui permettaient de déduire que le bâtiment sous ses yeux était soit des écuries, soit une grange. N'entendant pas de hennissements, elle opta pour le deuxième choix.

La brune avisa un petit tonnelet qui ferait un parfait siège grâce à la lumière qui provenait maintenant des flammes qui léchaient l'arbre précédemment frappé. Elle observa pendant deux minutes le manège des paysans qui criaient, affolés, puis se décidaient à faire une chaine d'eau pour arrêter le feu. Anne voyait clairement deux raisons pour lesquelles ils se pressaient autant : tout d'abord pour ne pas brûler la grange qui se trouvait en face d'elle, et à portée des flammes si elles arrivaient à prendre sur l'herbe au sol, mais surtout pour ne pas manquer une trop grande partie du spectacle.

De sa place, la brune pouvait voir les petites silhouettes s'affoler, dont deux - non, une - non deux - non une, mais grosse ? - se diriger vers la grange en face d'elle, mais complètement à l'opposé. Elle(s?) semblait vouloir passer derrière pour rejoindre un autre endroit. Anne tourna donc la tête dans la direction opposée mais, ne voyant rien, voulut continuer à suivre le petit point noir. Ceci dit, il était désormais impossible pour elle de les discerner à nouveau, maintenant le feu presque éteint. Elle entendit du bruit quelques minutes plus tard, mais n'eut pas le coeur d'aller voir ce qui en était la cause, d'autant plus qu'elle n'avait pas clairement entendu d'où il venait.

Elle sentit ensuite approcher une violente et majestueuse claque mentale, mais maintenant qu'elle en était consciente, il ne lui était plus possible de l'empêcher. Bam !

• Je vais mourir ici.

Bien que la brune n'ait prononcé que le plus doux des murmures, les mots semblaient sonner, encore et encore, sans s'alléger, dans sa tête. A croire qu'ils se réverbéraient contre les parois de son crâne et prenaient plus d'élan à chaque nouveau rebond...

Sans même qu'elle ne s'en rende compte, le soleil vint chatouiller les pupilles d'Anne, qui était restée dans la même position toute la nuit, dans un état de torpeur profond. Mais ce n'étaient pas ses rayons qui l'avaient ramenée à la réalité, mais une, puis deux ombres qui s'en étaient découpées. Elle tourna la tête pour voir qui c'était, mais un peu trop tard, elle n'eut que le temps de voir une silhouette vaguement familière passer du coin de l'oeil ; elle n'y pensa vite plus. Elle était gelée, trempée de rosée, le peu de sang qui coulait de son épaule s'était accroché à sa tunique, et elle ne sentait plus son corps au-dessous du niveau de la ceinture - à part une horrible envie de faire pipi. Elle commença par bouger doucement les jambes, en grimaçant à cause de la douleur provoquée par l'afflux sanguin soudain. Il lui fallut quelques minutes pour qu'elle arrive à se redresser, bien qu'elle ait encore besoin de s'appuyer sur le mur. Elle avisa ensuite des petits buissons, qui feraient parfaitement l'affaire pour des toilettes improvisées.

Ayant fini sa petite affaire, la petite brune frigorifiée reprit la direction du château, ayant momentanément oublié la scène macabre qui s'était déroulée la veille. Elle se rendit également compte qu'elle ne sentait toujours pas ses fesses, mais renonça à essayer de les masser pour que le sang y coule à nouveau normalement. Après tout, il y avait beaucoup de monde dans ce village, et elle ne savait pas par qui elle pourrait être surprise.

La réalité ne rattrapa ses pensées que trop vite, quand une horrible odeur de pourriture vint rencontrer ses narines. Elle retint rapidement sa respiration et marcha droit devant elle, refusant en vain de repenser aux festivités de la veille. Elle s'arrêta brusquement une fois la scène hors de sa vue et respira à fond pour dissiper l'odeur. Elle était cependant malheureusement sûre qu'elle s'en souviendrait tout au long de sa - courte ? - vie.

Ce ne fut qu'en arrivant en vue des portes du château qu'elle comprit à qui appartenaient les ombres qui l'avaient "réveillée" : elle put voir Liam devant elle, venant manifestement du même endroit. Cependant, qui était la deuxième personne qui était passée plus tôt ? Repensant rapidement aux événements de la veille, Anne se dit qu'il devait s'agir de Nial. D'ailleurs, il n'était nulle part - cela ne pouvait être que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 19:04

Vaincu par la fatigue causé par l'alcool en plus de leur folie nocturne, Jonh trouva rapidement le sommeil au côté de Liam. Il s'était serré un peu contre ce dernier pour se réchauffer du froid de la nuit. Pour l'instant tout allait bien dans la tête du dépressif.
Le soleil était déjà levé, passant par le trou tout nouveau causé par les deux voyageurs. Tout d'abord Jonh, encore en train de somnoler pensait qu'il était avec sa fiancé mais au bout d'un moment se rendit compte que c'était loin d'être la même odeur. Le dépressif avait alors ouvert les yeux et s'était mit en position assis avant de faire une grimace lorsque un mal de crane le saisit. Il attendit que cela se calme avant de constater où il était. En voyant qu'il était tout nu et que Liam en train de dormir à côté dans le même état il n'y avait pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir ce qui s'était passé. Jonh passa une main dans ses cheveux, les ébouriffant encore plus qu'il n'était avant de stopper son geste en se souvenant de quelque chose.

- Oh putain...

Murmura t-il en se remémorant les événements de la veille et plus encore le moment où il avait balancé à Liam qu'il l'aimait. Comment avait il pu sortir ça ? Lui même ignorait qu'il ressentait ce genre de chose envers le taulard. Quand bien même ce dernier était mignon là, en train de dormir, ce n'était pas possible ! Après un truc pareil leur relation n'allait être que plus chaotique. Encore si ils avaient fait que coucher ensemble il aurait assumer, car ce n'était pas la première fois. Mais là...autant se tirer une balle tout de suite ou se planter un couteau dans le cœur. Après tout Liam avait failli l'égorger pendant la fête.
Jonh attrapa ses vêtements et se rhabilla sans faire de bruit avant de sortir par où ils étaient entrés apparemment. Le dépressif se dirigea alors vers le château et aperçue Nial du coin de l’œil. Qu'est ce qu'il faisait là ? Est ce qu'il les avaient suivis ? Vu ? Entendu ? Toutes ces questions ne faisaient que renfoncer son malaise. Il ne fi pas attention aux soldats qui le regardaient comme si c'était un fou en y pénétrant. Il alla directement dans sa chambre et regarda dans le miroir la blessure à la gorge. Cette dernière avait séché ainsi que le sang autour. Jonh soupira et alla s'asseoir sur son lit mais impossible de dégager la scène de son esprit.

- Mais quel abruti...

Il se serait volontiers frappé lui même tiens. Ce n'était pas le fait d'aimer Liam qui le gênait, enfin un peu mais bon ça il n'y pouvait rien, mais plutôt le fait de lui avoir avouer sans même avoir été mit au courant en premier d'ailleurs...Comment pourrait ils voyager ensemble après ça ? Si Liam ferait comme si rien ne s'était passé, ça serait difficile pour le dépressif de le copier. Non, sa situation était clairement catastrophique et le déprimait au plus haut point. Son existence allait être un fardeau pour le groupe et il ne voulait pas être un fardeau. Il l'était déjà bien assez pour pas mal de monde. Si il mettait fin à sa vie dans ce monde il ferait une pierre deux coups. Son corps endormi à San Francisco dans la chambre ne bougerait pas d'un poil. Et puis comme Liam ne comptait pas rentrer de si tôt il aurait le temps de pourrir. Oui, c'était une excellente idée !

Déterminé Jonh se leva suivi par son nuage sombre noir comme la mort qui annonçait une tragédie. Il se dirigea vers des escaliers menant en haut d'une tour, bousculant au passage un garde qu'il avait eu la flemme d'esquiver. Il monta les marches, les comptant comme un compte à rebours à l'envers. Ca allait être sa combientième tentative d'ailleurs ? Mais là il n'y avait personne pour l'en empêcher, à part si il loupait sa chute ce qui serait très ballot. Lorsque Jonh arriva en haut le vent arriva sur son visage de plein fouet, rafraichissant. Le dépressif s'approcha des créneaux et ferma les yeux profitant une dernière fois des rayons du soleil sur sa peau avant son envol. Il se sentait quand même navré de n'avoir pas pu aidé Liam à vaincre ses démons mais ce dernier l'avait dit lui même : il ne changerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 20:33

Il se sentait courbaturé, son estomac réclamait sa pitance et sa vessie menaçait d’exploser d’une seconde à l’autre. Chaque chose en son temps, Liam décida donc de s’octroyer d’abord une pause face à la paroi de la grange avant de s’éloigner vers le château en se massant les épaules. Pas la moindre trace de Jonh à l’horizon, pas plus que des deux autres. Le village entier était plongé dans un silence dérangeant d’ailleurs, à croire que la totalité de la population s’était évaporée dans la nuit en faisant de lui l’unique survivant d’un monde post-apocalyptique.

En réalité les paysans épuisés par la fête qui n’avait fini qu’au matin dormaient tous comme des souches bien sagement dans leurs lits. Les seuls signes de vie dans les rues tortueuses du village étaient les yeux des corbeaux qui suivaient le parcours de Liam, animés d’une lueur de gourmandise, et le bruissement de leurs ailes. Ils s’agglutinaient sur les toits, les gouttières, les carrioles… jusqu’à ce que tout ne soit plus qu’une masse grouillante de becs et de plumes. La pression engendrée était énorme et Liam eut un mal fou à l’ignorer. Ce fut encore plus dur quand il arriva sur le lieu de l’exécution.

La première chose qui le frappa était que le sol était collant. Il ne comprit que trop pourquoi lorsqu’il baissa les yeux pour constater que ses semelles étaient engluées dans du sang coagulé. Dans un répugnant bruit de succion le tueur se décala d’un bon mètre et rejoignit un sol non souillé. Puis il leva les yeux par pure curiosité morbide et le regretta presque aussitôt lorsqu’il croisa le regard borgne d’un homme agonisant, l’un de ses yeux crevés par les charognards qui gangrénaient la cité.

Le souvenir de bien des horreurs hantait son passé et il avait été à l’origine de la plupart, il en avait même tiré plaisir mais ça c’était juste une boucherie. L’odeur de sang séché et de viande fraiche était si forte qu’elle en soulevait l’estomac. Mais le pire était probablement les gémissements des bandits qui n’avaient pas encore trouvé la mort et qui agonisait lentement sous la chaleur accablante du soleil.

*Ploc* Liam pressa le pas en évitant les yeux caves qui le suivait depuis les *ploc* cages suspendues. Un corbeau croassa *ploc* avant de se jeter sauvagement sur l’homme dont il avait croisé le *ploc* regard un peu plus tôt pour faire un sort à son dernier œil *ploc* valide. Les vivants pouvait se compter sur *ploc* les doigts d’une main et pour ça rien de *ploc* plus simple que de suivre à l’oreille les gouttes de sang frais qui perlaient des corps encore valides.

La traversée de la cour sembla durer des heures et lorsqu’il pénétra enfin dans l’enceinte du château le violeur soupira de soulagement. Les gens d’ici étaient tarés d’entretenir une bande de piafs charognards avant de leur faire becqueter leurs cadavres ou pire, leurs proies vivantes. Plus vite il se tirerait de là mieux ça vaudrait. La dernière chose qu’il voulait était qu’on découvre ses antécédents et qu’on lui offre en récompense un logement cosy quoi que plutôt petit avec une vue imprenable sur les environs.

Le premier objectif était donc de mettre la main sur Jonh mais celui-ci ne semblait pas se trouver dans sa chambre. Il y avait pourtant des traces d’un passage récent mais rien qui n’indique où il avait bien pu se rendre. Ne restait plus qu’à fouiller la bâtisse à l’aveugle ce qui, prenant en compte sa taille, risquait de ne pas être de tout repos. Au bout de cinq minutes Liam en avait déjà marre et alors qu’il était à deux doigts de passer son énervement croissant sur quelqu’un il croisa un soldat à l’air exaspéré.

Lorsqu’il arriva à sa hauteur le militaire fit un bon de côté comme pour éviter une collision et face au regard interrogateur de l’ex-taulard il balança de but en blanc :

- Faites attention où vous allez ! Votre ami m’a déjà presque déboité l’épaule en me bousculant alors qu’il montait dans la tour nord. C’est pas parce que vous nous avez aidé que vous avez le droit de vous croire tout permis !

« Aidé » hein ? Ils avaient plutôt fait tout le boulot oui ! Liam prit sur lui pour ignorer la remarque et dépassa le soldat qui s’en alla, vexé du manque de réponse. Pas le temps de jouer à qui avait la plus grosse avec ce garde de pacotille : il savait désormais où trouver Jonh.

Liam grimpa les escaliers quatre à quatre et c’est le souffle court qu’il déboula dans la large pièce exposée au vent où se trouvait son élève. Ou du moins il aurait dû s’y trouver. Les sourcils froncés il balaya l’endroit du regard sans voir trace de dépressif et alors qu’il s’apprêtait à redescendre en maudissant tous les menteurs qui peuplaient cette planète son regard s’arrêta sur un bout de tissu claquant au vent du côté d’une large fenêtre. Un morceau de chemise plus précisément.

- … Jonh ? lâcha-t-il, surpris.

Qu’est-ce qu’il foutait sur le rebord d’une putain de fenê… puis il réalisa soudain l’évidence. Son sang ne fit qu’un tour et il courut vers le bipolaire juste à temps pour le retenir par le poignet lorsque celui-ci sauta. Alors qu’il refermait désespérément ses doigts sur la main glissante du bipolaire. Sous le choc son épaule le faisait souffrir et lui suppliait de lâcher ce à quoi il ne pouvait se résoudre. La pluie fine qui tombait en continu du nuage du dépressif n'aidait en rien. En réalité il ne pouvait penser qu’à une chose, une simple question qui restait sans réponse une fois encore.

- Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? C’est si horrible de m’aimer ?

C’était vexant, insultant. C’était comme si Jonh le montrait du doigt pour dire qu’il ne méritait pas la moindre once d’affection. L’aimer donnait envie de se donner la mort. Glorieux.

- Ça te révulse à ce point ?!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 21:28

Debout sur la fenêtre Jonh profitait de ces dernières secondes d'existences. Heureusement qu'il n'avait pas le vertige car ses yeux se posèrent sur le bas pour voir si sur le terrain des éléments pourraient empêcher son suicide. De là où il était il voyait loin. La forêt, d'autres villages et il lui semblait distinguer la mer. Son projet à la base était de traverser cette mer avec Liam pour aller rejoindre une grande ville. Mais ça c'était bien avant que le coeur du dépressif vienne foutre la merde. Bon...il avait assez pensé, il était temps de trépasser.

- Adieu


Il lui sembla entendre son prénom mais cela devait être son imagination ou alors la mort qui l'appelait. Et alors que Jonh sautait et avait accepté sa fin, sa chute ne vint pas car un BOULET quelqu'un venait de luii attraper son poignet. Jonh releva la tête et reconnu Liam. Comme par hasard il avait fallu que ça soit lui. Son ami allait croire que c'était de sa faute si il avait de crever. Le taulard recommença avec ses questions remplis de pourquoi. Si il répondait est ce qu'il le lâcherait ensuite ? Enfin la pluie fine qui tombait à cause de son nuage gênait un peu et Jonh se concentra pour le faire disparaitre. Cela dit il commençait à avoir mal à l'épaule et vu la tête de Liam ça ne devait pas faire du bien non plus à ce dernier.

- Non ça ne me révulse pas Liam...! Je n'ai juste pas envie d'être un fardeau pour toi, pour le groupe à cause de ce que je ressens pour toi...peut être que pour toi ça ne change rien ce qui s'est passé mais pas pour moi...tu es un type bien, au fond de toi Liam j'en suis sur ! Et si je n'ai pas pu te le faire voir quelqu'un d'autre s'en chargera, de plus fort que moi

En même temps ça ne devait pas être très dure à trouver une personne qui avait un mental plus résistant qu'un dépressif/suicidaire. Quoiqu'il fallait quand même un bon mental pour oser passer à l'acte. C'était quand même frustrant d'avoir été si près du but encore une fois. D'ailleurs la preuve que au fond Liam était un bon mec il venait de le sauver, sans son accord certes mais bon...ça venait d'un bon sentiment. Bref...il était temps de partir maintenant.

- J'ai quand même été ravie de te rencontrer...si tu pouvais me lâcher maintenant...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 1 Juin - 22:14

Anne n'avait qu'une envie, qui était retourner dans sa chambre pour se changer et mettre ainsi des vêtements, sinon très couvrants, au moins secs. Liam devait avoir la même idée qu'elle, ayant passé la nuit dehors. Il n'était sûrement pas très réchauffé non plus. Anne le vit passer les portes du château, mais elle ne pressa pas le pas pour le suivre. Elle savait où il allait, et saurait donc où le trouver si elle avait besoin de lui, pour lui demander ce qui allait maintenant se passer pour elle - qui avait bien compris qu'elle n'était en rien incluse dans le tableau - maintenant qu'ils avaient... Réglé leur sort aux bandits. Un gros frisson accompagné d'un autre haut le coeur la secoua à nouveau. La brune croisa les bras sous sa poitrine pour essayer de le réprimer, sans succès. Elle ne parvint qu'à coller davantage ses vêtements froids et humides sur son corps.

Elle arriva rapidement dans le couloir qui donnait sur leurs chambres, mais il n'y avait plus de traces de Liam. La porte de Jonh était quant à elle ouverte, et aucun son n'en parvenait. Celle de Nial était fermée, mais soit il dormait soit il n'y était pas, car la jeune femme n'entendait rien venant de cette pièce non plus. Elle haussa les épaules et entra dans sa chambre, qui lui parut délicieusement chaude après la fraîcheur de l'aube, surtout grâce au feu qui ronronnait sagement dans son âtre. Ce denier, non seulement réchauffait la pièce - et ses vêtements par la même occasion - mais il l'éclairait aussi de jolis tons chaleureux.

Voyant cela, Anne n'eut pour seule envie que de s'y prélasser. C'est ce qu'elle commença par faire, du moins après avoir remis son débardeur et son short désormais totalement secs et chauds. Un peu trop chauds d'ailleurs, mais cela n'était qu'un détail. Elle s'affala sur son lit moelleux pendant cinq bonnes minutes, puis découvrit avec horreur que les images et les sensations de l'exécution recommençaient à s'insinuer dans son esprit. Elle crut même sentir l'odeur de charogne inoubliable, et ce fut ce qui la motiva le plus à lever son cul du lit et à sortir de sa chambre.

A peine eût-elle refermé la porte qu'un bruit de pas se fit entendre, ce qui était pour le moins étrange vu l'heure très matinale. Etait-ce un des trois hommes qui se redirigeait vers sa chambre respective ? Sûrement pas, vu la direction de laquelle les pas se faisaient entendre, à savoir l'opposé de la porte d'entrée principale du château. Sans bouger, Anne attendit, des questions plein les yeux, puis vit un garde du château tourner à l'angle du mur. Il fronça les sourcils dès qu'il la vit, pour une raison qui échappait à la jeune fille. Elle ne l'avait jamais vu ! Elle s'apprêtait à demander le pourquoi de ce regard quand la réponse vint à elle d'elle-même.

• Mais vous dormez jamais ?! Vous n'êtes que les hôtes de mon roi, souvenez-vous en !

La seule chose qu'Anne comprit était qu'il semblait très énervé, et visiblement par au moins un des hommes de son groupe. Plus par curiosité qu'autre chose, elle demanda :

• Ah, et où avez-vous croisé ces autres hôtes, si vous me permettez ?

Elle se dit qu'il valait mieux jouer la politesse même si elle se résumait ici à de la belle langue de bois, et elle fit bien. Grognant un peu moins, le garde lui indiqua que deux hommes s'étaient rendus à la tour Nord il y avait tout juste quelques minutes. Le remerciant chaleureusement mais rapidement, Anne se dirigea ensuite vers la tour Nord, qui n'était pas très éloignée de l'endroit où elle se trouvait. Elle fut en bas des escaliers en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, mais quels escaliers ! Anne fut à bout de souffle à la moitié à peine, et s'appuya au mur pour en gravir le reste. Décidément, les escaliers ne comptaient vraiment pas parmi les choses qu'elle appréciait.

Un peu avant d'arriver au sommet, cependant, Anne entendit des éclats de voix qui lui firent accélérer le rythme. Vu l'angoisse qui en perçait, cela ne pouvait être rien de bien amusant. Au contraire. Surtout dans ce monde-ci, la seule chose "amusante" à laquelle elle avait pu assister s'était immédiatement placée à la tête de la liste des choses les plus macabres et horribles auxquelles elle ait jamais assisté. Non qu'il y en ait beaucoup. Mais cela donnait bien un exemple de la joie qui semblait régner ici, et la brune sentit son ventre se serrer d'un horrible pressentiment. En effet, ses pires angoisses furent confirmées quand, arrivant au sommet, elle put voir non seulement Liam penché par une fenêtre, mais également, en s'avançant, Jonh, dans le vide de la même fenêtre, déblatérant des bétises, uniquement retenu par un Liam en souffrance !

• Mais c'est du grand n'importe quoi !!

La fatigue d'Anne sembla s'évaporer en un instant. Elle se jeta en avant pour aider ce dernier, et après avoir vérifié qu'elle ne risquait pas de tomber grâce à la hauteur de la fenêtre - ça serait con - Anne attrapa des deux mains le poignet de John et, grâce à la force de l'homme à côté d'elle qui en avait à revendre malgré sa douleur apparente - une horrible grimace traversait son visage - ils parvinrent au bout d'un moment à rattraper le suicidaire et à le hisser sur le sol agréablement dur et stable de la tour.

Cependant, la petite brune ne lui laissa pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit, ne se demanda même pas ce qui avait bien pu le pousser à tenter ce geste. Elle lui releva la tête et lui asséna une grande claque de toutes ses forces.

• Tu comptais faire quoi, là ? T'as réfléchi un peu plus loin que le bout de ton nez ? A ceux qui restent, que ce soit ici ou sur Terre ?? Une vie ne doit jamais être prise de force, que ce soit la la tienne ou celle des autres !

Elle était en fureur, vraiment. Malgré toutes les "bonnes" raisons du monde, en arriver à cette option n'était qu'un gros masque de mensonges sur les yeux, que Jonh devait absolument parvenir à quitter s'il ne voulait pas finir en légume dans un monde, en charpie dans l'autre. Même s'il le voulait, d'ailleurs !


Dernière édition par Anne Adonnel le Lun 4 Juin - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 3 Juin - 14:25

En somme Nial était tellement fatigué qu'il en peina à suivre Jonh. Il le perdit d'ailleurs. C'était assez normal, mais tout de même troublant. D'ailleurs en parlant de choses troubles, la vision de l'insomniaque d'une nuit commençait à devenir très imprécise, pour la première fois de sa vie. Son corps ne lui répondait pas très bien, et il peina à rentrer au château. Il se dit qu'il pourrait monter en haut d'une tour pour s'y poser et pour pouvoir profiter de la vue. Il remarqua qu'un garde était assez agité et n'arrêtait pas de crier partout comme s'il devenait fou. Pauvre de lui. Nial commençait l'ascension des escaliers de la tour, et quand il fut à la moitié du chemin, il entendit des voix assez familières.

Ces voix lui revinrent très rapidement en tête, et il essaya de se hâter pour pouvoir monter plus, vite, ce qui fut un désastre total, car il faillit se casser la figure et descendre toutes les marches sur les fesses. Heureusement il avait eut le temps de se rattraper à une rambarde d'escalier. Nial pensait qu'il devait faire pitié à voir dans cet état-là. Au fur et à mesure qu'il montait et se rapprochait du palier final, les voix devenaient plus fortes, mais tout cela restait un charabia pour les oreilles endormies de Nial. Il voulait juste que son corps puisse se reposer. Dans sa tête tout état lucide, mais son corps ne voulait pas avoir le même état. C'en était frustrant. Il atteignit finalement le haut de la tour avec une fatigue impressionnante, qu'il n'avait jamais expérimentée jusque là.

La scène qu'il vit fut un peu trop pour Nial. Jonh essayait visiblement de se suicider et Liam et Anne essayaient de l'en empêcher. Pourquoi Liam ne lâchait pas? C'était idiot de garder quelqu'un qui était incapable d'avoir des sentiments stables. Bref, une sorte de boulet. Mais Nial aussi devait être un boulet à l'heure qu'il était. Il était à présent au milieu de la pièce, en train d'essayer de retrouver son équilibre, mais il n'y arriva pas, oui, il s'affala comme un crêpe sur le sol, et rejoint un état de sommeil assez rapide. Son corps avait finit par reprendre le dessus, et il était à présent dans les bras de Morphée. Enfin c'était juste une expression, car il n'y avait pas de rêve. C'était un court sommeil vide et tout noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 3 Juin - 15:50

Sous eux le mur descendait à pic sur une 50ène de mètres et à ses pieds une foule curieuse commençait à s’agglutiner. Même les corbeaux se repaissaient du spectacle, leurs petits yeux vicieux suivant le mouvement de balancier que faisait Jonh, suspendu au bout du bras du tueur. La casquette de ce dernier leur renvoya un regard vide, parfaitement digne du volatil stupide qu’il représentait, et les oiseaux de malheur s’envolèrent aussitôt en une nuée de plumes qui vint obscurcir l’éclat du soleil.

Le bras de Liam le faisait souffrir et menaçait de lâcher à tout instant voire de basculer lui-même dans le vide mais malgré cette position délicate il ne pouvait s’empêcher d’apprécier le comique de la situation. Son élève et lui était en train de discuter amour et sentiments à deux doigts de la mort comme s’ils s’étaient en réalité trouvé dans un salon de thé. Tout allait toujours très bien.

Le dépressif prenait un soin tout particulier à lui assurer que c’était de sa faute à lui et non celle du violeur comme s’ils n’étaient que deux ados en pleine séparation. Il persistait aussi à voir pour lui un espoir de salut, un homme qu’il n’était pas. Combien de temps se voilerait-il la face ? Liam était prêt à poser la question quand Jonh demanda avec un naturel déconcertant qu’il le laisse tomber. L’œil de Liam tiqua alors que sa main raidie se crispait un peu plus sur le poignet qu’il enserrait.

- Va te faire foutre ! rétorqua-t-il en seule réponse.

De sa main libre il attrapa ses menottes en fourrure glissées dans une de ses poches et manqua de glisser au passage. Il se retint de justesse en coinçant la pointe de ses pieds dans une fente entre deux dalles, raffermit sa position puis s’attacha à Jonh dans un cliquetis métallique. Ça n’allait pas plaire à ce dernier mais il s’en moquait comme de l’an 40. Il aurait tout le temps de lui faire des reproches quand il ne risquerait plus de finir broyé sur les pavés suite à une chute de 50 mètres.

Anne choisit ce moment pour arriver avec ses grands sabots, ses principes moraux et sa grande gueule dont Liam savait très bien quel usage lui donner. Il l’aurait bien rabroué si elle n’avait pas mis tant d’énergie à l’aider à remonter le suicidaire avant de lui remettre les idées en place à coup de baffes. En temps normal l’hypersexuel en aurait ris mais pour l’heure il restait grave.

- Mis à part les conneries catho’ qu’elle débite je suis d’accord avec elle. Ne refais jamais ça.

Il esquissa un sourire sans joie qui tenait plus de la menace qu’autre chose, porteur d’une promesse d’un futur sombre qu’il ne tarda pas à dévoiler avec un sadisme non dissimulé.

- Si tu passes l’arme à gauche je te promets de me consacrer à temps plein à mes sains loisirs… et ce en ton nom. Je suis sûr que tu en seras ravi.

C’était fourbe que de le rendre responsable des futurs cadavres qu’il laisserait sur sa route et des personnes qu’il souillerait sans aucun remord mais c’était nécessaire. Le bipolaire était du genre à se prendre la tête pour rien et il ne pourrait pas laisser passer ce genre de chose. Il était encore trop « moral » pour ça. Et si jamais Liam se trompait il restait tout de même la douce sécurité qu’offrait les menottes en fourrure rose qui les lierait l’un à l’autre tant qu’il refuserait de les libérer. Il menait la danse et Jonh devrait s’y faire.

Il s’apprêtait d’ailleurs à s’étendre sur le sujet lorsqu’il entendit quelqu’un s’étaler sur le sol dans son dos. Un coup d’œil furtif lui appris que Nial venait tout bonnement de s’évanouir comme une jeune pucelle. Liam leva les yeux au ciel avec une mimique méprisante et poussa un profond soupir.

- Y’en a pas un pour rattraper l’autre… c’est un comble que celle qui ait le plus de couille ici soit une femme.

Il agrémenta sa phrase d’un regard qui glissa sans se soucier des notions de pudeur sur le corps d’Anne. La jeune femme avait réintégré son micro short et il fallait avouer que la vue valait le coup d’œil. Enfin vu ce qui venait de se passer il vaudrait mieux qu’il la mette en veilleuse quelques temps à ce sujet à moins qu’il ne veuille voir son élève faire un nouveau plongeon. La vie en société n’était décidément pas de tout repos.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 3 Juin - 17:21

Lorsque Jonh demanda à Liam de le lâcher, ce dernier fit tout le contraire et serra encore plus le poignet du dépressif. Apparemment il n'était pas d'accord et cela se confirma lorsqu'il sortie une paire de menotte pour s'attacher ensembles tous les deux après avoir balancé qu'il en avait rien à foutre. Mais quel chieur...En plus il en avait profité pour lui glisser des images obscènes dans la tête. Comme si le fait d'avoir envie de coucher une nouvelle fois avec le taulard changerait quelque chose à son objectif. Alors que Jonh allait lui renvoyer d'aller se faire foutre lui même une voix féminine se fit entendre, celle de Anne, qui ne voulant pas se mêler de ses affaires décidé d'aider Liam à remonter le dépressif. Non mais c'était du foutage de gueule...?
Une fois revenue sur un sol, il n'eut même pas le temps de dire sa façon de penser qu'une claque vint dire bonjour à sa joue, de la part de la voyageuse. Cette dernière commença à dire n'importe quoi, comme si ils se connaissaient depuis longtemps. Évidemment, ou bizarrement, Liam la soutenait sur le fait que le dépressif ne devait plus jamais tenter de mourir. Sauf que dit par le taulard cela sonnait plus comme une menace qui ne tarda pas à expliciter. Peut être que finalement il n'y avait rien du tout à récupérer chez ce type qui usait de coups vraiment bas. Il savait que Jonh malgré le fait qu'il soit un grand dépressif gardait tout de même un semblant de moral et user ainsi d'un de ses points de faiblesses l'énervait. Déjà que le fait qu'il ose utiliser ses pouvoirs de drague sur lui l'horripilait. Et ça, son nuage revenu le montrait bien même si le temps de l'orage n'était pas encore là.

- Ca va j'ai compris....!

Il eut juste le temps de dire ses mots avant qu'un bruit sourd ne se fit entendre. Il s'agissait de Nial qui venait de s'endormir comme une enclume. Mais qu'est ce qu'il faisait là celui là ?? Il le suivait comme un chien ou quoi ?? Non il le suivait tous en fait...comme si le dépressif avait un émetteur sur lui.
Bref...Jonh se redressa sur ses jambes et regarda Liam avant de monter son poignet pour lui montrer.

- Enlèves moi ça et arrêtes t'utiliser tes pouvoirs excitants sur moi si tu veux pas que je sautes ! Tu connais peut être un de mes points faibles mais oublie pas que j'ai aussi quelque chose sur toi là dedans

Il pointa sa tempe de son doigt de la main libre. Si le taulard voulait jouer à ça, il n'était pas le seul à disposer de pouvoir. Bien qu'il n'ai aucune envie de s'en servir contre le taulard mais si ce dernier le poussait à bout il pouvait créer une exception. De toute façon il pouvait encore attendre avant de retenter sa chance, qui serait plus facile dans le monde réel quand tout serait redevenue normale. Enfin, pour le moment Jonh aimerait bien que le taulard lui fiche la paix en laissant tranquille ses hormones et lui rende sa liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 4 Juin - 11:12

La réaction la plus surprenante sur les trois personnages fut sûrement celle de Liam. Bien que la brune n'ait passé que quelques jours avec lui, elle s'était attendue à se faire dégager comme une gamine idiote et idéaliste. Cependant, il la soutint - à sa façon - dans ses propos, en rajoutant même une couche pour que tout cela rentre bien dans le crâne apparemment bien épais de Jonh. Cependant, un détail dérangeait Anne... Liam avait en effet évoqué les "conneries catho" qu'avait sorti la brune, ce qui fit froncer les sourcils de cette dernière.

• Dis pas de conneries. Ce que j'ai dit n'a rien à voir avec un Dieu quelconque. Surtout que je suis profondément athée, alors c'en est d'autant plus stupide. Ce que je voulais dire par là, c'est que même si des gens mériteraient de crever comme des pourritures, et bien ce n'est toujours pas une raison pour les tuer ! C'est bien trop définitif comme acte ! Mieux vaut les envoyer moisir dans une cage, dans laquelle ils n'auront d'autre choix que te repenser à ce qui les y a conduits. Et si rien de bon n'en sort, et bien ils y resteront, dans leur cage.

Certes, ce petit discours pouvait paraître bien enflammé, mais c'était un point sur lequel la petite brune voulait être claire. Elle ne tenait vraiment pas à ce que sa façon de penser soit mise sur le compte d'une éventuelle croyance à quelque chose de purement imaginaire. Au moins d'après elle. Tout ce en quoi elle croyait, elle s'en était elle-même forgé un avis. Bien entendu, il était impossible qu'elle ait ainsi un avis sur tout, elle devait donc reconnaître à l'occasion faire preuves de certains clichés.

Cependant, Anne ne pouvait s'expliquer le regard que Liam lui lança, mais elle n'eut pas le loisir de s'interroger davantage : Nial venait de les rejoindre depuis seulement quelques secondes qu'il se retrouvait déjà par terre. Venait-il de s'évanouir ? Mh, certains signes du sommeil se firent rapidement voir. Il venait donc de tomber de fatigue - littéralement.

Cela rappela à la brune qu'elle n'avait pas dormi, elle non plus, cependant elle ne ressentait toujours pas de signes de fatigue. Elle ne se leurrait pas pour autant, ils ne tarderaient sûrement pas à se manifester. Elle prévoyait d'ailleurs de se cramponner fortement au mur lorsqu'ils redescendraient les escaliers, auquel cas elle risquerait de le dégringoler assez violemment. Et au vu du nombre de marches, c'était une expérience à laquelle elle ne tenait pas vraiment.

Anne releva son regard vers les deux hommes éveillés, qui se trimballaient maintenant avec des menottes à leur poignet respectif. Et pas des simples menottes métalliques... La jeune femme se demanda rapidement d'où Liam - car elles étaient évidemment à lui, Jonh ne se serait pas ainsi attaché à lui volontairement - pouvait avoir récupéré un tel accessoire. Elle ne s'en soucia pas davantage ceci dit, car le suicidaire était désormais en train de le menacer, apparemment de dévoiler des choses sur lui. Que pouvait-il bien savoir ? Tout ceci était intriguant au plus haut niveau, en voyant à quel point l'autre homme pouvait se montrer renfermé, avec une application toute particulière à ne jamais rien dévoiler sur lui. Se connaissaient-ils aussi bien que ça ?

Secouant la tête car elle savait qu'elle n'aurait pas droit à plus d'informations, Anne s'étira, puis se souvint qu'il faisait froid. Elle repensa à la chaleur qui régnait dans sa chambre, puis se demanda s'ils pouvaient lui fournir de quoi se tenir chaud, dans se château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 4 Juin - 21:22

Si Jonh disait comprendre, Liam lui ne comprenait plus rien du tout. Ses « pouvoirs excitants » ? Ce n’était pas de sa faute si le gosse avait la trique au contact de simples menottes en fourrure. Chacun ses problèmes et il ne voyait pas en coin les penchants bondage et sadomasochisme du bipolaire le concernait de près ou de loin. Par contre le taulard saisissait parfaitement les menaces qu’on lui balançait à la tronche. Alors comme ça il voulait s’amuser à balancer ce qu’il savait de son passé ? Le sourire de Liam se fit carnassier alors qu’il s’avançait d’un pas pour n’être plus qu’à quelques centimètres du visage de celui qui lui faisait face.

- Et qu’est-ce que tu comptes en faire hein ? Vas-y, dis-moi tout…

Si son élève n’avait jamais été témoin de l’évènement qui avait causé la haine profonde de Liam envers William il ferait à ce rythme une expérience similaire très bientôt. Soit, il n’y avait pas Ella, mais ce n’était pas pour autant que le tueur appréciait de voir son passé –et son présent- révélés au grand jour. Il avait beau apprécier, l’homme, il n’aimait pas le voir jouer avec les souvenirs qu’il était allé piocher dans sa tête sans demander l’avis de personne. Du point de vue de Liam s’était encore pire qu’un viol. Le corps finissait toujours par se remettre, l’esprit non.

C’était son tour de balancer une flopée de menaces et il était déjà fin prêt. Malheureusement avant qu’il ouvre la bouche Anne se mit en colère, petit bout de femme fulminant. Elle cherchait à défendre à tout prix le fait qu’elle n’était pas religieuse, que tout ça était le résultat de réflexions personnelles… du flanc oui. Ça sonnait juste comme le discours d’un curé qui décrétait que le suicide était un pécher mortel. Le pire était que le terme était à moitié vrai. A cette pensée pleine d’humour noir le tueur dû se mordre l’intérieur de la joue pour ne pas rire. La situation ne se prêtait pas aux fous rires.

L’intervention l’avait coupé dans son élan si bien qu’il recula pour s’adosser au mur de pierres froides, tirant un peu au passage sur le poignet de Jonh auquel il était rattaché. Il hésitait franchement à avouer à leur paire de seins qu’il sortait tout juste de prison. Et qu’il était loin d’avoir purgé assez pour tous les crimes commis. Et qu’il en commettait encore, chaque jour. Oui, ce genre de révélations vaudrait le coup d’œil. Il l’imaginait déjà blêmir, reculer puis fuir. Puis revenir penaude faute d’avoir un endroit où aller… c’était jouissif.

Malheureusement ce n’était pas le moment pour ce genre de distraction. Il avait quelques pendules à mettre à l’heure avant ça.

- Blablabla… tes discours de pseudo morale je me torche avec. Tout ce que tu fais c’est balancer des généralités auxquelles tu ne connais rien. Or quand on ne connait rien, ce qu’on fait normalement c’est la fermer.

Liam tira ensuite brutalement sur ses menottes, déstabilisant Jonh qui ne put que faire deux pas en avant pour s’appuyer au mur histoire qu’il ne rencontre pas ses dents de manière impromptue. Le taulard n’eut plus alors qu’à le saisir par le menton et orienter son visage vers lui pour plonger son regard noir dans celui orageux du jeune homme.

- Et toi... n’essayes pas de me menacer, plus jamais. Tu sais que je ne plaisante pas. Je peux te faire connaitre pire que la mort à laquelle tu aspires tant. Ne me tente pas trop, mon affection a ses limites. Surtout que je pige que dalle à tes conneries. Mes menottes sont des menottes, point barre. Elles ne font que nous relier, il marqua une pause avant d’ajouter un poil condescendant, Tu ne deviendrais pas un peu parano ?



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 5 Juin - 15:06

Évidemment ça aurait été trop beau que Liam se contente juste de gentiment enlever ses menottes. Il avait si peur que ça que Jonh prenne son élan pour lui rendre sa liberté ? Certes menacer le taulard n'était pas une des plus brillantes idées que le dépressif ait eu, parce que Liam de toute façon savait pertinemment que Jonh ne s'en servirait jamais à son insu, volontairement en tout cas. A quoi bon vouloir négocier avec un criminel aussi...Ce dernier avait une conversation très passionnante avec Anne sur la décision de vie ou de mort. Ca pouvait durer éternellement vu qu'apparemment les deux étaient têtus comme une mule, Liam lui demandant comme il savait le faire de la fermer avant de revenir sur le dépressif, ou plutôt de tirer sur les menottes ce qui amena Jonh, sans son avis, à venir s'adosser contre le mur à côté de lui. Il était sa marionnette c'est ça maintenant ? Le dépressif pensait que Liam avait quand même une meilleure considération sur sa personne. Il soutint le regard du voyageur malgré qu'il savait très bien que c'était une mauvaise idée. On le menaçait de le faire agoniser, mon dieu c'est qu'il en avait peur. Le taulard ignorait encore des choses sur la vie du dépressif qui avait frôlé plusieurs fois la mort. Si il avait été le héros dans Fly il serait devenu invincible ( si vous avez pas lu vous pouvez pas comprendre XD ). Bref, Liam ne semblait pas savoir, ou alors feignait, que ses menottes avaient un mauvais effet sur les hormones.

- Bah vas y...mais je maintiens mes propos...tes menottes ne sont pas des simples menottes comme tu penses le penser...alors s'il te plaît détaches moi Liam

Si ça continuait bientôt l’hyper sexuel deviendrait comme Asmodée et pourra faire copuler les gens. Rien que d'y penser, et de repenser à l'épisode de la tour, le moral de Jonh se plomba. Dire qu'à la base ils étaient ici pour guérir, en quoi les pouvoirs de Liam était une aide à calmer ses ardeurs alors qu'au contraire elle ne faisait que les renforcer en donnant aux autres l'envie de lui sauter dessus ? Contrairement à ceux du dépressif qui tentait de lui montrer que les autres aussi n'avait pas une vie toute rose. Mais bon ça, Jonh était pas débile il le savait très bien qu'il était pas le seul à avoir un passé moche, à avoir des soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 5 Juin - 15:33

Bien que Jonh ne pendouille plus dangereusement dans le vide, la tension ne semblait pas vouloir se dissiper, bien au contraire. A coups de menaces et répliques plus ou moins violentes, les deux hommes devenaient de plus en plus cruels l'un envers l'autre, et aucun d'eux ne semblait vouloir s'arrêter. C'était comme si ils avaient quelque chose à régler sans qu'aucun d'eux ne veuille amener clairement le sujet sur le tapis, ce qui les contraignait à se montrer le plus hargneux possible, jusqu'à ce que le "gagnant" soit désigné.

En revanche, Nial était calme. Mais c'était pour la seule raison qu'il s'était effondré au sol il y avait quelques minutes de cela, mais qu'il continuait à dormir profondément malgré le tapage qui se faisait entendre à quelques mètres de lui seulement. Cela ferait au moins une grande gueule en moins.

Anne, quant à elle, ne pouvait absolument pas accepter de la fermer après avoir entendu ce que Liam prenait sûrement pour une réplique cinglante, qui l'intimiderait un minimum et ferait taire la jeune femme. Oh, comme il se trompait ! Un des problème de la brune était que non seulement elle parlait trop, mais elle était une telle tête de mule qu'elle continuerait à parler tant que son avis ne serait pas compris. Peu importe s'il était accepté, elle détestait qu'on rabaisse immédiatement sa parole au rang de babillages de gamine sans même avoir fait l'effort de l'écouter un minimum.

• Ah oui, il faudrait se la fermer ? Pour qu'on finisse par savoir de quoi on parle parce que personne n'a ouvert sa gueule avant qu'on fasse une connerie ? Mais non, suis-je bête ! Anne lança un regard d'excuse à Jonh, elle ne voulait vraiment pas le prendre comme exemple. • Si notre ami Jonh ici présent avait sauté, il n'aurait même pas pu ouvrir sa gueule en connaissance de cause. Il serait mort.

Décidément, Anne ne comprenait pas en quelle logique s'exprimait Liam. Ca frôlait presque l'inconscience, si ce n'était que, justement, il semblait connaître son sujet sur le bout des doigts. Et bien que la brune fulminait intérieurement, elle ne pouvait s'empêcher de se demander quelle partie lui était familière, mais vu la délicatesse su sujet, elle ne se permettrait pas de lui demander.

Une phrase de Jonh l'interpela ensuite. Les menottes de l'autre homme auraient des effets secondaires ? Pourtant, cette petite paire de menottes en fourrure ne semblait même pas très solide... Mais mieux valait ne par tirer de conclusions trop hâtives dans ce monde-ci, au vu des choses extraordinaires que la brune avait pu voir jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 5 Juin - 17:07

Se demandant pourquoi il gisait sur le sol, Nial commença à essayer de prendre appui sur cette surface froide et dure pour essayer de se relever. Il arriva avec le peu de force qu'il arrivait à puiser de son corps épuisé à s'asseoir sur les fesses. Il se souvenait maintenant, il avait passé une nuit blanche. D'ailleurs ce terme était étrange. Était-ce parce que Nial était dans un état pitoyable où parce qu'il se posait enfin des question existentielles? Il ne le savais pas encore. Du moins, il sentit dans la mâchoire et ses bras qu'il s'était bien ramassé par terre. Pourquoi les chutes devaient-elles faire mal? C'était mieux dans les dessins animé, car on avait beau tomber d'un canyon, on se relevait tout simplement sans autre affectation physique que des petites étoiles qui tournoyaient autour de votre tête pendant à peine trois secondes.

Néanmoins, Nial était toujours en condition physique très minimale, voire quasiment nulle. Le nuage qui s'était posé sur sa vision commençait à disparaître pendant qu'il essayait de voir si ses compagnons l'avaient lâchement quitté... Malheureusement ou heureusement, ça dépendait de quelle façon on pouvait voir la chose, ils étaient toujours là, et Jonh n'était pas réduit à l'état de bouillie. Il était maintenant attaché pas de superbes menottes en fourrure à Liam. Les menottes devaient sûrement appartenir à l'hypersexuel car, bizarrement, ça lui allait bien. Mais fallait savoir que les menottes en cuir ça avait quand même plus de classe, mais peut-être était-elle poins confortables. Cela n'était pas le sujet de discussion (pour une fois).

Il y avait visiblement une conversation animée entre les différents membres du groupe, mais Nial n'avait pas du tout la capacité de comprendre ces différentes paroles tellement il était dans les vapes. Il avait perdu toute réaction, et son corps criait l'envie de profiter de l'opportunité qui se présentait, c'est à dire le sol, pour dormir directement, mais il était dans une tour, et il ne se sentait pas dormir ici. Il était comme à moitié endormi. Il peinait à garder les yeux ouverts... Peu à peu il arriva à se concentrer pour que sa vision se clarifie et que ses sens redeviennent à la normal. Le résultat était très partiel, mais il suffit pour qu'il puisse enfin prononcer des paroles intelligibles.

-Bon c'est pas que j'en n'ai rien à faire, mais on a de la route à faire, et au moins je pourrais dormir dans la voiture tout en sachant que je ne me réveillerai pas toujours au même endroit sans avoir progressé d'un mètre, alors prenez sur vous car pour survivre il faut savoir être efficace, comme moi qui essaie de reprendre le contrôle de mon corps.

Il se rendit compte qu'il n'avait pas été très prudent car sa couverture se fissurait laissant entrevoir la vraie personnalité de Nial. C'était une erreur tactique, mais quand on sentait qu'un groupe allait vers l'anarchie la plus chaotique, il fallait savoir calmer les choses. Mais Nial ne savait pas si ses paroles allaient être effectives ou non. Il espérait que cela était le cas, car sinon ils étaient bien partis pour un règne de l'empereur Nial II, l'ours des montagnes. Cela signifiait sûrement la liberté totale d'abuser des gens, et cela était peu souhaitable pour ses camarades qui était visiblement assez sensible sur la question commençant par un "s".

Nial repuisa dans ses réserves de forces pour se mettre debout se tenant désespérément au mur. C'était douloureux, mais vu que personne n'allait l'aider, il allait devoir redescendre ces escaliers tout seul avec l'aide du mur. Heureusement cet escalier était en colimaçon, sinon Nial n'aurait même pas pu le monter. Il ne restait qu'à espérer que ses "amis" allaient consentir à son idée et qu'ils allaient pourvoir continuer leur route. Le chaton de Nial qui s'était caché derrière un meuble vint le rejoindre et grimpa sur un meuble et alla s'installer sur l'épaule du jeune toqué. Au moins un qui était fidèle et gentil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 5 Juin - 19:44

Jonh persistait et signait, avançant que ses accessoires avaient des effets sur la libido des personnes sur qui on les utilisait. Ça pouvait être vrai autant que faux, le fait est que n’en sachant rien jusqu’alors Liam refusait d’être tenu pour responsables de ces soi-disant effets secondaires. Quant à les retirer…

Le taulard jaugea son élève, tentant d’évaluer s’il risquait de s’essayer de nouveau au saut de l’ange dans les secondes qui suivrait. Ça ne mena bien sûr à rien d’autre qu’à lui faire comprendre que le bipolaire était en rogne contre lui, ce qui lui passait bien au-dessus de la tête. Qu’il le déteste si ça pouvait lui faire plaisir, tant qu’il restait en vie. Avec une certaine réticence il finit par rendre sa liberté à leur inséparable en ouvrant les bracelets de métal à l’aide d’une clé qu’il matérialisa dans sa main. Par mesure de précaution il se plaça tout de même devant la fenêtre contre le bord de laquelle il s’appuya avec nonchalance pour masquer la raison réelle de ce déplacement.

- Et voilà… heureux ?

Mais s’il gardait un œil sur Jonh, son attention se redirigea bien vite vers Anne lorsqu’elle se mit en tête de jouer les grandes gueules. Il y avait des gens sur Terre qui ne savaient décidément pas quand se taire. Premièrement il ne voyait pas du tout comment elle avait pu autant dériver du sujet initial qui n’était autre que le fondement moral du suicide. Deuxièmement son pilote automatique réglé sur « donneuse de leçons illogique » commençait sérieusement à attaquer sa réserve de patience. Troisièmement… c’était une femme, et ferait donc mieux de s’occuper d’écarter d’autres lèvres que celles qu’elle agitait présentement comme un gosse épileptique.

Le fait qu’elle l’ouvre pour balancer que non, vraiment, se tuer c’était « très très très mal ! » n’avait en rien résolu leur problème même si c’est ce qu’elle avançait avec une stupidité effarante. Ce qui avait empêché le dépressif de mourir n’était pas le discours de cette paire de seins sur pattes mais la rapidité de Liam à le rattraper alors qu’il faisait le grand plongeon, ainsi que son insistance à ne pas le lâcher. Plus elle parlait plus elle pataugeait dans la semoule et Liam se tâtait de plus en plus à abréger ses souffrances intellectuelles à l’aide d’un coup de couteau bien placé. Méthode un peu trop radicale peut-être.

- C’est pas humain d’être aussi conne, rétorqua-t-il simplement en se détournant d’elle.

Ignorer ses bêtises était probablement la meilleure solution pour lutter contre le flot d’inepties qui déferlait de sa bouche sans interruption. Il pouvait aussi accessoirement boucher le trou à sa manière, mais celle-ci serait fort peu plaisante pour deux des trois membres de cette assemblée étant donné que le dernier dormait comme une souche. Enfin… jusqu’à maintenant du moins.

Sous l’œil désintéressé de Liam, Nial se relevait péniblement. Il avait des cernes énormes sous les yeux qui ne mettaient pas du tout en valeur son visage déjà mit à mal par son nez épaté. L’option sac de toile sur la gueule était toujours d’actualité, voire un peu plus qu’à l’accoutumée. Et si monsieur avait la tête dans le cul il n’avait pas la langue dans sa poche. Décidément pas du matin il les haranguait déjà, allant presque jusqu’à ordonner de mettre les voiles à bord de la camionnette du duo professeur-élève. « Du calme Lucette » pensa le tueur, non sans lever les yeux au ciel. Y’avait pas le feu au lac et même ça mit à part il n’aimait pas qu’on lui donne des ordres. Celui qui arriverait à le faire obéir n’était pas encore né… ou plutôt il était déjà mort.

- Si t’es pas content du programme tu te trouves un autre taxi. Et niveau survie on sait se débrouiller parfaitement sans ton aide. On ne vous a pas attendu pour voyager à Dreamland, toi et tes conseils de débutant.

Oui, il était définitivement dans un mauvais jour. A vrai dire l’affaire avec le dépressif le déboussolait assez et il craignait que l’équilibre fragile ne soit irrémédiablement brisé. Rien ne lui disait que ce petit con n’allait pas tenter d’ingérer du canard wc dès qu’il aurait le dos tourné, ou de se coucher sur le chemin d’une horde de bisons. Le pire était que dans ce monde les occasions de mourir ne manquaient pas même si on les fuyait comme la peste. Dans tous les cas trainer un peu à Castlecrow n’était en rien nocif et ils n’allaient pas décéder parce qu’ils avaient eu le malheur de partir après avoir petit déjeuner. D’ailleurs le taulard ne manqua pas l’occasion de le faire remarquer en faisant tournoyer les clés du véhicule autour de son index.

- Tu sais quoi ? Je vais aller petit déjeuner, me décrasser, peut-être même me balader un peu, voire m'organiser un rendez-vous avec une jolie soubrette. Et quand je voudrais qu’on parte, on partira.

Il illustra ses propos avec un sourire narquois. Qu’il était bon de mener la danse… on ne s’en lassait pas.

- Sinon tu peux aussi partir à pied, personne ne te retient. Je ne suis pas contre prendre des passagers à partir du moment où ils règlent la course, mais il est hors de question qu’on m’impose un emploi du temps de businessman. On est dans le monde des rêves, pas à wall street.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 5 Juin - 21:37

Les secondes défilèrent, le temps pour Liam sans doute pour juger si Jonh était digne de confiance ou non. C'est bon il allait pas non plus se suicider devant eux, il avait quand même la décence de le faire dans son coin. Liam finit quand même par enlever ces putains de menottes et si ce dernier pensait que le fait de s'être mit devant la fenêtre comme si ne rien était était passé inaperçue il se trompait.

- Très...

Comme il s'y attendait Anne ne lâcha pas prise et renchérit sur ses convictions. Utilisant même le dépressif comme exemple. Ce dernier avait haussé les épaules suite à son regard d'excuse. C'était pas ça qui allait le vexer. Il était surtout vexé que on l'ait interrompue. Évidemment Liam lui répondit toujours aussi gentiment et Jonh retint un énième soupir devant tant de méchanceté. C'était donc impossible pour le taulard de s'entendre avec quelqu'un ? Comment pouvait il être tombé amoureux d'un type pareil ? Il ne comprendrait sans doute jamais.
D'ailleurs en parlant de type anormal Nial venait de se réveiller, même si il avait clairement une tête de zombie. Celui ci avait quand même le culot de leur dire quoi faire et un conseil. L'oeil de Jonh tiqua et souhaitait que ce mec ne fasse pas partie du voyage tellement il le soulait en fait.

- Tu m'arraches les mots de la bouches

Dit-il à Liam lors de sa première réplique. Pour le reste, oui en effet ce n'était pas une mauvaise idée. Jonh n'avait pas faim mais peut être que Anne si ? D'ailleurs il remarqua enfin que cette dernière frissonnait à cause du froid due à la hauteur et au vent.

- C'est une bonne idée...viens Anne

Du groupe c'était bien la seule saine d'esprit et à vrai dire la présence de Liam à ses côté commençait à l'étouffer. Et puis comme ça il pourrait l'aider à trouver un pull, peut être en laine de mouton vu dans quelle ville ils étaient tombés. Il attrapa la demoiselle par le poignet, contrôlant son pouvoir pour ne pas voir un épisode noir de son passé.

- On se retrouve tout à l'heure

Il entraina alors Anne avec lui à sa suite pour descendre les escaliers. C'était plus facile et rapide dans l'autre sens même si tout à l'heure l'adrénaline lui avait donné des ailes. Une fois en bas Jonh la lâcha et lui fit signe de le suivre avant de partir à la recherche de leur domestique. Cette dernière justement venait de sortir d'une de leur chambre. La dépressif la héla puis vint à sa rencontre.

- Cette demoiselle à froid...vous auriez pas un gilet, quelque chose de chaud pour elle ?

L'épisode de la nuit dernière encore ancré dans les esprits, les gens savaient qu'il ne valait mieux pas mettre le voyageur en colère qui était capable de créer un orage. La domestique regarda Anne et opina de la tête avant de s'en aller. Il n'y avait plus qu'à attendre qu'elle revienne.


Dernière édition par Jonh Matrevis le Mer 6 Juin - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 5 Juin - 23:21

Pendant qu'Anne débitait, Liam et Jonh semblaient être arrivés à un compromis, ou du moins semblaient s'être mis d'accord sur le fait que le deuxième n'allait pas se par la fenêtre, dans les escaliers ou n'importe quel autre trou qui pourrait provoquer sa mort, au moins suffisamment pour qu'ils se libèrent des menottes qui les reliaient. Cela suffit à soulager Anne pour au moins une bonne paire de grosses secondes. Si l'envie avait été étouffée dans l'oeuf, peut-être n'auraient-ils pas à s'inquiéter à l'avenir de ce que faisait le suicidaire, où il se trouvait, etc. Cependant, pour elle ne savait quelle raison, Anne n'arrivait pas à s'en convaincre. Cela paraîtrait trop facile... Et ce court laps de temps durant lequel la brune se sentit soulagée fut brutalement interrompu par Liam et sa... Bêtise ! Ce ne pouvait être que ça, de la bêtise, de la stupidité !

• Je te retourne le compliment !

Anne retint le flot de preuves, d'argumentation, d'insultes qui menaçait de se déverser de ses lèvres à tout moment, car derrière sa colère pointait un autre sentiment, qui devenait de plus en plus présent. L'incompréhension.

En effet, malgré ce qu'il disait, Liam ne pouvait pas ne pas comprendre ce que la brune avançait. Ou plutôt, il ne pouvait pas, en toute bonne foie, penser qu'il était mieux de laisser les gens se débrouiller tout seuls et ainsi les envoyer droit en taule ! Car bien qu'Anne soit totalement pour l'idée de commettre ses propres erreurs et en tirer ses propres expériences et conclusions, il y avait des erreurs à ne pas commettre. Des pentes sur lesquelles ne pas s'aventurer sous peine de conséquences dramatiques. Et ces pentes-là, elles faisaient partie des choses de base à inculquer aux gens le plus tôt possible. Car après tout, ruiner sa vie ne s'apparente pas vraiment à un vol dans un magasin. Alors, non, la brune ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi il réagissait ainsi, comment il en était arrivé à ne plus croire en rien d'humain ?

Bien qu'elle soit furieuse, Anne ne pouvait réussir à diriger cette colère vers Liam, vers son air de dégoût envers la vie et tout ce qui y touche. Cependant, elle était furieuse. Ce fut donc assurément le mauvais moment pour Nial de l'ouvrir, en se mettant à débiter lui aussi, mais des paroles sans aucun rapport avec la situation actuelle. Non, il voulait simplement faire entendre son mécontentement que personne n'ait pensé à placer son petit cul sur une banquette moelleuse de voiture afin que môssieur puisse dormir tout don saoul.

• Fous toi les où je pense, tes conseils. Tu te trouves utile, en essayant de trainer ta carcasse comme tu peux ? Une pichenette et t'es par terre ! Alors soit tu fais en effet quelque chose d'utile qui est te taire et dormir, soit tu dégages là où il est si important d'aller d'après toi !

Il fallut à peu près quinze secondes à la brune pour respirer, se calmer, et culpabiliser. Il n'avait rien fait, le pauvre ! Il était simplement bien trop fatigué pour réfléchir clairement, voilà tout...

• Heu... Désolée, je voulais pas...

Anne avait tout juste eu le temps de commencer à s'excuser que Jonh l'empoigna soudainement par le poignet et la fit descendre les escaliers à toute allure. Ce n'était que parce qu'il la tenait que la maladroite ne s'était pas tordu les chevilles et broyé les genoux contre les marches en pierre dure.

La petite brune allait protester contre cet "enlèvement" quand il la lâcha aussi soudainement qu'il l'avait attrapée... Pour demander à ce qu'on lui passe, à elle, quelque chose de chaud. Anne ne put s'en empêcher, même si cela pouvait être très vexant : elle ouvrit la bouche tellement elle était stupéfaite et fixa Jonh avec des yeux de merlan frit. Elle s'en rendit compte au bout d'une minute environ. Puis referma la bouche.

• Heu... Désolée pour ça, c'est juste que... Je m'étais imaginée qu'ici, tout le monde était plus ou moins... Egoïste.

Elle lança à l'homme un regard d'excuse, et le remercia aussi chaleureusement qu'elle le put. Quelques minutes plus tard, la servante qu'il avait interpellé lui amena une veste en fourrures, qui était plus chaude que tout ce qu'elle avait pu avoir jusque là. Finalement, peut-être quelque chose de bon pouvait être trouvé en ce monde ?

Puis elle entendit les pas des deux autres hommes descendre l'escalier, lui rappelant leur présence, et du même coup leurs paroles. Elle soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 6 Juin - 10:59

Alors que Nial pensait avoir dit une phrase qui éveillerait un peu la conscience de ses compagnons, il se trouva qu'il fut de nouveau le siège des protestations. Tout seul comme d'hab, personne pour le soutenir, et un gros soumis. Bon, au début sembler un peu à l'écart pour évaluer ces personnes c'était judicieux, mais maintenant qu'il les connaissait mieux, il voyait toue leur perfidie et leur volonté de pouvoir. Les premières estimations qu'il avait fait sur ses "amis" étaient totalement erronées. Pas un pour en rattraper l'autre, mais vraiment, c'en était consternant. De plus la remarque d'Anne qui semblait comme possédée, le toucha. Mais ce n'était pas du chagrin qui montait en Nial, mais de la rage. Alors que toute la troupe descendait en bas, Nial était tout seul en haut, personne ne l'aidant, et Liam qui ne se décidait pas à descendre ces marches.

Ils devaient aller manger, mais Nial n'avait plus d’appétit. Il voulait juste pouvoir récupérer ses forces rapidement et pouvoir flanquer une raclée à Anne, et pourquoi pas à Jonh et à Liam, mais il n'avait rien en son pouvoir pouvoir pour le faire. Absolument rien. Néanmoins, Nial sentait qu'il s'était assis sur quelque chose posé sur la commode. Une bourse. Il s'en saisit et la mis rapidement dans sa poche, ni vu ni connu. C'était déjà ça. Au moins il allait pouvoir économiser de l'argent pour pouvoir s'acheter une quelconque arme. Il serait un peu plus supérieur, mais il craignait que son statut de boulet et de soumis et de gros con serait à jamais gravé dans les esprits de ses compagnons de route.

Il n'avait pas d'autre possibilité que d'attendre qu'un garde monte à la tour pour qu'on l'aide, ou que par grand miracle jamais vu sur la Terre Liam l'aide, ce qui ne risquait, mais vraiment pas du tout, d'arriver. Ou bien il pouvait s'assoupir ici, sachant qu'il allait se réveiller avec plein de courbatures. Il était dans une bien mauvaise passe, en position de totale faiblesse, lui qui était toujours au top, dans les meilleurs, même le meilleur, on le considérait maintenant comme quelqu'un qui ne valait pas la peine d'être vu.

Un nouvelle lumière brilla dans se yeux. Ce n'était plus une émotion cachée, donc un regard perdu, mais un regard déterminé, le regard de vainqueur déterminé. Le vrai Nial se réveillait maintenant, et peu importe ce qu'on pouvait penser de lui, il allait marcher la tête haute et tout le monde allait devoir le respecter un jour ou l'autre. Son esprit se réveillait progressivement sous l'effet de l'adrénaline, et d'un nouvelle force qui grandissait en Nial. Il en oublia l'effet de la fatigue et arrêta de se tenir au mur. Il était debout au milieu de la pièce, et il n'allait pas laisser la fatigue l'empêcher de continuer sa journée. De plus, s'il veillait jusqu'au soir, il n'allait pas être trop décalé. Sa décision était prise, il allait malmener son corps et résister à son envie de dormir.

Allaient-ils descendre au bas de la tour? Liam allait-il lui faire un discours comme quoi il devait rester soumis? Dans tous les cas, Nial éviterait de trop se laisser faire. Il était peut-être nouveau dans ce monde, mais il n'était pas con. Alors, si on le considérait comme tel, il allait jouer le muet. Tout dépendait de la réaction de Liam à son soudain réveil. La partie venait de commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séjour dans la plaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: