AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Séjour dans la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 28 Mai - 15:36

On était jamais sur à cent pour cent de ce qu'on avançait mais bon là il fallait bien tester pour savoir où se trouvait la tente. Et le fait que celle où le groupe était caché derrière soit grasse était un indice à ne pas zapper. La nouvelle venue se porta volontaire pour vérifier et n'hésita pas à se couvrir de bous, bienvenue dans le club, pour le faire. Elle souleva le pan de la tente et après vérification les informa que il n'y avait personne. C'était déjà une autre chance pour les voyageurs que la nourriture ne soit pas gardé à l'intérieur ou que leur cuisiner passe sa vie là dedans. Anne se proposa pour aller verser le laudanum, décidément elle tenait à avoir une place importante dans leur mission et ça cachait quelque chose. Mais si jamais quelqu'un entrait aussi dans la tente alors que la demoiselle ferait les affaires cela m'étonnerait qu'elle s'en sorte aussi facilement que si c'était un mec. Ce n'était pas du machisme mais les bandits ne devaient pas connaitre le mot "gentleman".

De toute façon Liam déclina l'offre, pour une question d'argent bien évidemment. Après avoir découpé le tissu avec son couteau et donner à Jonh l'ordre de faire le guet il entra dans la tente. Soit, d'habitude c'était Yoru qui avait ce boulot normalement mais à défaut d'avoir l'asiatique encore avec eux. Il n'y avait donc plus qu'à attendre...entre le mec qui boudait dans son coin et la demoiselle bizarre il était bien entouré.

Lorsque des voix se firent entendre à l'intérieur, celle du taulard plus celle d'un inconnu Jonh jeta un oeil inquiet à l'ouverture. Enfin il était surtout inquiet que Liam ne fasse pas de connerie. Le roi avait bien précisé qu'il les voulaient vivant. Au bout de longues minutes interminables Liam refit surface avec la mission accomplie. Il ne semblait pas avoir fait de bavure. Jonh hocha la tête et donc le groupe s'éloigna discrètement de plusieurs mètres. En espérant que tout se passe bien et que le laudanum fasse effet.

- Au fait...qui va aller prévenir au château pour les ramener...?

Demanda t-il à voix basse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 28 Mai - 21:25

Nial était bien, à part, en train de surveiller ce qui se passait dans ce camps, à voir comment les autres se débrouillaient, forcément, et puis bon, à part les laisser avec leur chance il ne pouvait rien faire d'autre. Liam semblait se délecter du popotin de la fille qui était décidément en mode "je montre mon ptit cul à tout le monde et je me fous dans la boue, frappez moi je suis une fille méchante". C'était affligeant à quoi on pouvait se réduire pour espérer avoir une partie du butin. Autant ne rien faire si on n'allait rien recevoir. Au pire, vu que celui qui les a accueillis et l'a pris pour un compagnon, bah il allait être récompensé s'il avait de la chance, mais bon, Il s'en foutait un peu, du moment qu'on le laissait seul et qu'il se débrouillait pour survivre...

Miraculeusement, ses compagnons arrivèrent victorieux de ce "périple", et John intervint pour savoir qui allait prévenir le château. Nial se ferait un plaisir d'y aller, juste pour ne plus être avec eux un moment, et ne pas à avoir à subir leur arrogance et leur humanité désolante. C'était tellement mieux de rester seul, de n'avoir pou seul guide soi-même et de s'admirer encore et encore. Il se voyait déjà triomphant sur un colline avec le soleil se levant derrière lui le glorifiant et le magnifiant dans une demi-page de BD. Celui qui allait voir cela serait tellement ébloui par la personne admirable de Nial... Ah quel bonheur d'être exceptionnel.

-Je suis tellement content de votre succès que je vais aller prévenir le château. Vu que vous m'aimez pas je pense que ça vous fera le plus grand bien de me laisser faire ça. Je partirai lorsqu'ils seront endormis... espérons qu'ils s'assoupissent vite.

Il était tellement fier de sa façon de parler si héroïque, si dénigrante. Quel beau jeu d'acteur! Pfff foutaises. Il ne s'aimait pas plus que ça, mais il se savait supérieur aux autres, c'était un fait, pas la peine d'essayer de dire le contraire. Franchement, il devenait le boulet de service pas que pour se retrouver seul, mais pour au moins gagner une certaine estime chez les autres voyageurs, ou pas d'ailleurs. Il n'était pas l'inférieur, mais bon, il pouvait aussi prétendre l'être et comme ça, je jour où ils seraient vraiment en trouble, bah il n'avait qu'à les aider et puis ils lui seraient reconnaissants.

Il avait bien envie d'y aller maintenant, rien que pour se séparer du groupe. À la place, il resta à côté de ses compagnons. Quoi de plus énervant que de rester sans rien faire à attendre entouré de gens quasi muets. On n'avait donc vraiment pas d'autre occupation que de reste asocial comme un Nial enragé. Vraiment? Ils pouvaient au moins engager ne serait-ce qu'un semblant de conversation inintéressante? Franchement c'est affligeant. De toute façon même s'ils avaient essayé d'engager une conversation, ça aurait était inutile, car Nial n'allait répondre que s'il jugeait que la question avait un certain sens qui pouvait le concerner.

C'est vrai. Pourquoi répondre si on n'en avait pas envie? C'était plus qu'une envie de trouver enfin quelqu'un qui était assez intelligent pour parler sans dire d'idioties, et surtout dire la vérité. Car Nial voyait toujours quand les gens en arrivaient à mentir, sauf quand ils étaient de tellement bons acteurs qu'ils arrivaient à en masquer les symptômes de l'overacting. Après, s'ils étaient juste gentil, pourquoi ne pas engager un semblant de conversation, c'est vrai, jouer sur les apparences c'était certes très futile, mais ça permettait de juger les autres individus.

Il fallait attendre pour que le laudanum fasse effet, et attendre tout seul c'était une occupation quotidienne de Nial. C'est vrai! Contempler la nature, du moment qu'elle n'est pas défigurée par l'homme, quoi de plus beau? Quelque chose de pur à l'état d'origine, c'était génial! Et il y avait peu de gens dans le monde qui savaient innover et recréer cette nature magnifique. Mais non, certains hommes avaient décidé de la changer car ils trouvaient cela plus esthétique... Pfff, c'est pitoyable. Le regard de Nial se perdait seul dans la nature, et ses pensées se mêlèrent dans son esprit, tout doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 28 Mai - 22:40

La deuxième sens qu'Anne avait essayé de cacher dans sa proposition pour les aider avait vite été mis à jour... Décidément, elle allait devoir ruser avec deux petits rats pour surveiller leurs graines ! Mais à partir du moment où elle estimerait mériter ne serait-ce qu'une minime partie du butin, elle allait bien leur faire savoir, peu importe que cela serve ou non. Elle ferait entendre son point de vue.

Pour éviter de lui donner quelques piécettes, donc, Liam décida de découper la toile de tente d'un grand coup de couteau. Quoi de mieux pour être discret, franchement ? Anne soupira. Cependant, elle remarqua quelque chose chez l'homme tandis qu'il avançait silencieusement dans l'ouverture qu'il venait de créer... Ses bras lui arrivaient presque au genou, et ils avaient presque doublé de volume ! C'était quoi, ça, une espèce de maladie ? On pouvait faire quelque chose pour lui ? Anne jeta un regard affolé à John, qui le connaissait visiblement le mieux, mais il ne semblait pas s'en inquiéter. C'était normal, alors ? Mais comment pouvait-on qualifier quelque chose comme ça de normal ? Décidément, il se passait des choses vraiment étranges dans ce monde ci. La brune se promis quand même qu'elle allait lui demander de plus amples explications à ce propos quand il ne serait plus dangereux de parler.

Quelques minutes plus tard, cependant, Anne ne pensa plus qu'il y aurait un "plus tard". En effet, Liam venait de se faire surprendre par celui qui devait être le cuisinier - qui d'autre dans le garde manger ? - mais le bruit se calma très rapidement, et Liam ressortit de la tente tout aussi vite. Mission accomplie. Elle hocha ensuite la tête quand il proposa de suivre la suite des événements un peu plus loin, et les suivit, avant de s'asseoir sur l'herbe.

La jeune femme avait juste commencé à enlever ce qu'elle pouvait de boue sur ses bras et ses jambes - elle laverait ses vêtements plus tard - quand le troisième homme s'offrit pour faire ce que venait de remarquer John, à savoir aller prévenir au château.

* Ils viennent donc d'un château. C'est sûrement là-bas qu'ils ont eu veut de leur mission, et donc là-bas aussi qu'est caché le pactole.. Mais bon, ça ne me servira à rien, ils n'ont jamais vu ma tête là-bas. *

Anne regarda pendant un moment l'homme qui venait de parler regarder l'horizon tel un bellâtre sûr de lui, et se détourna vite de ce spectacle, un air légèrement écoeuré sur les lèvres. Elle attendit ensuite en silence, car faire du bruit alors que les bandits seraient à leur recherche si tout ne s'était pas déroulé comme prévu serait particulièrement inconscient.

Un bon quart d'heure plus tard, cependant, plus aucun bruit ne s'élevait du campement, ni aucune silhouette ne se détachait sur la lumière du feu.

• Ca me parait silencieux depuis un bon moment maintenant. Je vais m'approcher pour aller voir ce qu'il se passe. Elle croisa le regard de Liam. • Et ne t'inquiète pas chéri, je ne vais pas essayer de prendre ton petit or adoré, j'en trouverai bien à ma façon. Mais maintenant, je suis impliquée là-dedans, et je ne vais pas rester là sans rien faire.

Il était vrai que, si Anne n'avait qu'une seule chose à s'accorder, c'était qu'elle ne laissait jamais tomber, et faisait tout pour réussir ce qu'elle entreprenait. Elle se releva donc à demi, restant baissée pour retourner derrière la cachette relativement sûre que leur avait déjà offert la tente. Elle releva doucement le pan de toile qui avait déjà été découpé par Liam et vérifia avant d'y entrer que l'endroit était toujours désert ; il l'était. Elle s'avança donc précautionneusement jusqu'à la porte officielle, et tendis l'oreille avant de l'ouvrir d'un pouce pour regarder de l'autre côté.

Anne lâcha un petit rire sans pouvoir se retenir, puis se mordit les lèvres ; elle ne pouvait pas être sûre que tout le monde était là. Mais pour ceux qui y étaient, la scène était plutôt comique. Ils étaient tous avachis soit par terre soit les uns sur les autres. Certains avaient glissé du rondin ou la pierre sur lesquels ils s'étaient assis, d'autres s'étaient entièrement renversé leur repas sur diverses parties de leur corps, et le cuisinier avait même un bras plongé dans sa marmite. Anne fit la grimace en le voyant.

* J'ose même pas imaginer les brûlures... *

Car le feu n'avait pas cessé de bruler, ce qui signifiait que la marmite était toujours en train de chauffer. Anne fit rapidement un tour du campement pour vérifier que personne n'avait sauté le repas, ce qui fut rapide : il n'y avait que trois autres tentes. Une était remplie des armes des soldats, une autres de peaux qui devaient servir aux plus hauts placés de matelas, et la troisième du bric à brac, dont des vêtements. Avant de ressortir, la brune s'empara d'une grande veste kaki qui ferait l'affaire une fois les manches retroussées quatre ou cinq fois. Elle s'écarta ensuite légèrement du campement pour être à la vue des autres.

• R.A.S., ils se sont tous fait avoir comme des bleus. Grouillez vous de venir, moi, je fais le plein.

Revenant sur ses pas, Anne alla d'abord auprès d'un homme situé plus à l'écart et semblait être assez haut placé, qui n'avait pas de bourse à la ceinture, mais qui avait laissé son couteau tomber à côté de lui. Il avait un manche en bois basique et tâché de sang et une lame émoussée, mais une fois aiguisé il ferait l'affaire. Par contre, elle n'allait pas le transporter comme ça... Répugnant à tâter le corps gras de l'homme affalé dans la boue, elle retourna dans la tente contenant les armes tout en entendant les bruits de pas de ses trois compagnons de fortune qui arrivaient. Elle trouva assez rapidement un étui à couteau, vide, à attacher autour de la taille dont elle s'empara. En jetant un oeil aux autres armes, elle ne vit rien qui pourrait lui servir. Tout était bien trop gros pour être porté légèrement, ou bien elle ne saurait pas s'en servir. Après tout, ses années de pratique des arts martiaux ne l'avaient jamais fait combattre avec autre chose que ses pieds, ses genoux et ses poings.
Elle soupira et attacha le couteau désormais sien à sa taille en se disant qu'elle ne pourrait sûrement pas se contenter de ça ici et sortit de la tente tout en enfilant la veste qu'elle avait pris dans la deuxième tente. Au moins, elle aurait moins froid. Prochaine étape : le pantalon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 29 Mai - 14:21

Installé dans l’herbe un brin de blé au coin des lèvres Liam regardait les nuages traverser le ciel paresseusement. Les autres semblaient tendus, stressés et impatients. Il faudrait leur apprendre à se détendre. Le plus dur était fait et maintenant qu’il ne restait plus que l’attente ils ne pouvaient pas s’empêcher de jacter sur qui allait prévenir le château, qui va vérifier prématurément que le laudanum faisait effet en se remplissant les poches au passage, et plus si affinité.

Le tueur finit par se redresser sur un coude dans un soupir exaspéré lorsqu’il remarqua que la paire de nichons du groupe cherchait à les doubler. Oh, elle n’en était pas encore à l’étape « tirer la couverture sur soi » mais piller leurs proies était un bon début. Les gonzesses ne savaient définitivement pas se tenir.

- Tu vas mettre le frein sur la cleptomanie mon cœur, les bandits ont déjà volé pas mal de choses dans le village et ce que tu tentes de prendre là, n’est peut-être pas à eux. Alors tu vas déposer ça sagement là où tu l’as pris.

Devant le regard effronté qu’on lui lança et le refus qui ne tarderait pas à venir, le violeur afficha un sourire malsain qui ne présageait rien de bon.

- Quoi qui vienne de te traverser l’esprit : n’y penses même pas. Si ce n’est pas moi qui te fait céder les gardes du château s’en occuperont. A toi de voir si tu veux finir dans une cage à viande.

L’image de la brunette se balançant dans une prison métallique étroite et en proie aux assauts d’une nuée de corbeau s’imposa à son esprit, vision chaotiquement délicieuse. Liam s’autorisa un rire mesquin avant de faire craquer ses articulations alors qu’il se dirigeait vers un véhicule garé un peu plus loin. C’était une camionnette à la remorque bâchée, semblable aux véhicules militaires jusqu’à la couleur. Les bandits avaient laissé les clefs sur le volant, probablement certains que personne n’oserait voler quelque chose sous leur nez. Ils ignoraient cependant l’existence de Liam.

Ni une ni deux il grimpa sur le siège conducteur et mit le contact. Il n’avait pas conduit depuis des lustres mais ça ne s’oubliait pas, un peu comme le vélo. Il suivit le chemin bosselé qui conduisait jusqu’au centre du campement et s’y arrêta dans un crissement de pneus, laissant les phares allumés pour éclairer le terrain. Pas besoin de déranger les bouseux pour si peu. Ils auraient leurs cambrioleurs servis sur un plateau.

- Et voilà, y’a plus qu’à charger la marchandise, ironisa-t-il devant la masse titanesque que représentait le déplacement des 26 corps endormis aux alentours.

Heureusement son don tellement voyant qu’il en devenait gênant pouvait lui être utile dans ce genre de situations. Il se concentra pour faire gonfler ses bras qui triplèrent de volume sous les yeux de ses compagnons plus ou moins initié au phénomène. Soulever quelques kilos ne fut dès lors plus un problème. Les corps s’empilaient les uns sur les autres comme s’ils n’étaient que des morceaux de viande, d’ailleurs c’était ce qu’ils étaient pour Liam. Malgré l’aide qui ne tarda pas à venir, au moins de Jonh, il abattit la majeure partie du travail seul. Pas difficile quand on pouvait soulever un corps d’un seul bras en transpirant à peine.

Une fois le chargement à bord il reprit sa place derrière le volant et invita les autres à grimper d’un geste de la main. Il était tard et il comptait bien aller se pieuter sous peu après avoir dû faire toutes ces conneries, alors si les nouveaux trainaient il n’hésiterait pas à les laisser sur le carreau.

Le chemin du retour se passa dans un silence tendu, interrompu de temps à autre par un ronflement en provenance de leur « chargement ». Liam ne s’autorisa à ouvrir la bouche que lorsque les contours de la ville se dessinèrent un peu plus loin dans l’obscurité. D’autres explications seraient les bienvenues avant qu’ils ne déboulent dans le château, ne serait-ce que pour leur faire comprendre que tout ça était bien réel à sa manière et qu’il ne valait mieux pas tenter le diable aussi bien avec le châtelain qu’avec lui.

- On y est presque, mais c’est notre affaire à Jonh et moi. Si on vous a laissé rester c’est juste pour éviter que vous nous foutiez dans la merde en débarquant dans le camp comme des fleurs ou en ouvrant vos grandes gueules.

Ça avait au moins le mérite d’être clair, mais il n’en avait pas fini.

- Vous pensez peut-être que tout ça n’est qu’un jeu, un simple rêve dont vous vous réveillerez avant de le raconter à vos potes… mais ce n’est pas le cas. A la moindre bourde vous êtes morts. Cérébralement mort. Et j’hésiterais pas à en être la cause si vous tentez un truc contre nous.

La camionnette qui avait rejoins la ville pendant ce monologue se figea dans la cour du château et Liam ne perdit pas de temps en sautant à terre à peine le véhicule se fut-il immobilisé. Il pouvait presque entendre d’ici le tintement des rubz, musique presque aussi douce que celle des menaces qu’il venait de proférer.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 29 Mai - 15:59

Nial avait quelque chose qui rendait Jonh mal à l'aise. Le fait de lancer comme ça que les trois autres ne l'aimaient pas était assez perturbant car personne n'avait annoncé ça. Liam de toute façon n'aimait personne, à part le dépressif et encore, alors Nial n'avait pas de raison de le prendre personnellement de sa part. Quant à Jonh c'était difficile de juger une personne en cinq minutes mais pour le moment les agissements du nouveau voyageur le laissait dans un jugement neutre. A part si il continuait à les considérer avec dédain.

Une fois de plus la demoiselle se porta volontaire pour aller vérifier si le laudanum avait fait effet. Décidément elle n'avait pas froid aux yeux celle là, mais ça ne changerait rien pour le partage du butin. Tout était silencieux dans la plaine et lorsque la voyageuse revint pour leur annoncer que la mission était accomplie, du moins la première partie Jonh se redressa. Liam l'à mit en garde qu'elle ferait mieux de garder ses mains dans ses poches pour ne pas avoir de problèmes. C'est sur que venant de bandits on ne savait pas trop d'où provenait la bouffe, les vêtements et les armes. Et Jonh n'avait pas envie de voir la demoiselle dans une cage en train de se faire bouffer.

- Si tu veux des vêtements plus chauds tu en aura tout à l'heure

Etant donné que tout le monde se tutoyait autant continuer.Même si elle n'aurait pas la récompense, des vêtements lui serait quand même gentiment donné si elle le souhaitait. Une camionnette arriva vers eux, conduit par le taulard. Voilà qui était bien ! La chance continuait de tourner pour eux. Maintenant il n'y avait plus qu'à charger les corps endormis...et on pouvait compter sur l'un des pouvoirs de Liam pour aller plus vite. Ne voulant pas non plus le laisser travailler tout seul, le dépressif mit la main à la patte et se servit des quelques muscles qu'il avait pour mettre les bandits dans la camionnette. Une fois cela fait le groupe monta à bord et se dirigea vers le château. Le taulard prit la parole, passant encore une fois sur le sujet de leur présence plus des menaces gratuites. Jonh roula des yeux, l'antipathie de Liam devrait être habituel maintenant mais parfois c'était assez redondant.

- Je pense qu'ils ont comprit Liam...

Et si c'était pas le cas et bien...ils aviseraient. Le véhicule entra dans la cour et Jonh posa pied à terre. Des gardes finirent par arriver accompagné de Paillasus qui était toujours aussi vieux.

- Voilà vos bandits...Ils sont dans la camionnette

Le dépressif alla ouvrir la porte. Des fois que les gens d'ici ne sachent pas le faire. Après quelques instants de surprise en constatant que les bandits dormaient Paillasus annonça qu'il allait prévenir le roi mais son regard fut retenu par la demoiselle qui était de trop dans ses calculs.

- On l'a trouvé en chemin

Les gardes eux, se chargeait de décharger et d'emporter les endormis à leur sentence. Le dépressif, lui avait bien envie de prendre un bain avec toute cette boue qui avait commencé à sécher. Mais pour l'instant il devait aller voir le roi pour recevoir leur dû et après que le vieux soit convaincu que la nouvelle ne soit pas une vilaine il alla remplir sa mission.

- Bon, pas besoin d'attendre ici comme des piquets, on peut prendre les devants

Jonh poussa donc le premier pas vers la salle du trône.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 29 Mai - 18:01

Rester à part c'était décidément cool. On pouvait penser tout seul, et on n'avais pas affaire à certains idiots...Bon, il n'était pas tant à part que ça, mais il jouissait du silence qui pesait sur les groupe de voyageurs. Le calme de la nature était tellement relaxant qu'il en oublia presque la situation présente, c'est à dire une mission très importante avec des circonstances dangereuses si on se loupait. La fille, comment s’appelait-elle déjà? Ah ouais Anne, avait adopté un comportement assez téméraire, et n'avait visiblement pas trop froid aux yeux. C'est toute guillerette qu'elle se dirigea vers le camps, sous les yeux peu surpris de Nial. Une fille ça reste une fille hein, pourquoi changer les habitudes?

Il resta encore une fois de plus à l'écart de la bande, en prenant une jolie marguerite du sol et en l'examinant. Comme d'habitude, il s'amusa à compter le nombres de pétales qu'avec le toucher... Hummm à peu près 50 rien qu'au toucher... Il ouvrit les yeux tout doucement, et fit son approximation visuelle. Il se rapprochait de son estimation. En moins de temps qu'il faut pour dire "Compté", bah Nial avait déjà déterminé le nombre précis de pétales de la marguerite, soit 49 pétales. Il avait approché de très près le nombre au toucher, et c'était un nouveau record pour lui. Et puis c'était un beau nombre 49, c'est 7 au carré! Et sept c'est aussi la somme qu'on a le plus de chance d'avoir en lançant deux dés. Quelle magnificence de ces faits naturels!

Il dut néanmoins sortir de sa rêverie pour sauter dans la voiture chargée de corps, menée par l'homme qui faisait gonfler son bras, Liam. Ce dernier semblait bien s'attarder sur le fait qu'il ne fallait surtout pas le déranger dans ses plans. Il était temps pour Nial de commencer son plan de sous-estimation, et commencer à faire des phrases peu poussées, ne pas trop s'en gager verbalement, et mettre une certaine soumission. Plus on était le soumis, moins on s'en souciait. Nial pensait que cela ferait d'une pierre deux coup. De un Liam serait content, car d'après une petite analyse du personnage, il aimait bien soumettre les gens à sa volonté, donc Nial serait la parfaite victime. Et de deux, Nial pouvait rester dans se pensées et il ne serait mentalement sollicité que très peu.

-Du moment qu'on me dit quoi faire, je vous laisse tranquille. Et puis j'ai jamais été doué pour faire les choses de mon côté et prendre des initiatives.

Son jeu d'acteur était indécelable. La voix toute renfermée et timide qu'il avait produite était juste idéale. C'est pas pour rien qu'il était devenu acteur. Nial se félicitait lui-même pour ce premier pas remarquablement intelligent.

Il entraient désormais dans le château, et ils attendaient pour entrer dans la salle du trône le temps que Paillasus prévienne le roi. C'est là que Nial trouva une deuxième chose pour réconforter l'image qu'on avait envie de lui donner. Cette chose était un chaton tout blanc et tout mignon. Encore une fois il y avait deux bénéfices. De un il gagnait un chat tout craquant auquel on ne pouvait pas résister, et de deux, on allait le prendre pour un garçon de deux ans d'âge mental. Il se saisit du petit chaton qui tenait dans sa main tout en prononçant un tout petit Qu'il est trop mignon!. Il le garda dans ses mains en le caressant et en n'ayant d'yeux que pour cette petite créature. Il entra dans la salle du trône tout en caressant son petit protégé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 29 Mai - 21:13

Tandis qu'Anne jetait un nouveau coup d'oeil aux alentours du campement au cas où, la remarque de Liam la sécha sur place. D'un, il avait totalement raison, bien qu'elle ne l'admettrait pas devant lui, de deux aucun autre de ses trois compagnons ne s'était "servi". Elle soupira, puis tenta de se redonner bonne figure, bien qu'était de moins en moins sûre d'elle, pour le peu qu'elle l'était avant.

• Bon, c'est pas que j'aime pas les petits surnoms mignons, mais trop d'un coup ça perd de son charme... dit-elle ironiquement. Je m'appelle Anne.

Elle voulut ensuite aider à hisser le gras chargement dans la camionnette, mais elle eut tout juste le temps de revenir au niveau des dormeurs qu'il n'en restait plus qu'un, emporté sous son nez par un gros bras de Liam. Décidément, cela n'était vraiment pas normal... Anne fronça les sourcils et tenta de lui demander pourquoi ils devenaient comme ça, mais il ne l'entendit pas. Tant pis, elle réessaierait plus tard. Elle se hâta de grimper à l'arrière de la camionnette, où elle remit le plus discrètement qu'elle put le couteau au milieu des bandits, puis la veste. Car il fallait quand même avouer qu'elle n'était pas de première propreté, et bien qu'elle ne serait d'aucune utilité à être embarquée avec leur chargement, la brune n'aimait vraiment pas jeter des choses par terre.

Le trajet se déroula sans encombre, si ce n'est un petit discours enflammé du conducteur, donc la note dramatique fut légèrement atténuée par John. Cependant, Anne ne put s'empêcher de se dire qu'il avait encore une fois raison. Elle se mordit la lèvre et fronça les sourcils en voyant le visage de Liam dans le rétroviseur intérieur. Comment avait-elle pu se faire embarquer là dedans ? Tout cela ne pouvait que finir mal. Très mal. Comment pouvait-elle espérer que seuls ses réflexes lui permettraient de se débrouiller ici ? Car il était de plus en plus clair que c'était un monde aussi réel que dangereux. Et elle n'avait pas encore entendu parler d'un moyen d'en sortir. Ce devait être ça, le hic, elle ne pourrait pas s'en sortir. Elle allait rester coincée ici avec un associable, un égocentrique et un inexpressif...

Cette poussée de pessimisme empêcha Anne de voir qu'ils étaient arrivés à destination, jusqu'à ce qu'elle se rende compte que des gardes, ou approchant, la regardaient bizarrement.

• Heu... Bonjour ?

Mais après une courte explication de John et le temps qu'il leur fallut pour être rassurés de son innocence, ils finirent par se désintéresser d'elle et allèrent vérifier le bon état de leur chargement, ce qui n'était pas garanti pour tout le monde. En effet, ceux qui étaient coincés sous les autres avaient le visage violacé à force de manquer d'air.

Le regard d'Anne fut ensuite attiré par un geste de l'autre homme, qui se baissa soudainement, juste à côté d'elle. Lorsqu'il se releva, la brune put voir qu'il tenait un petit chaton d'un blanc comme neige dans ses mains. Aussitôt, elle effectua un petit saut pour s'écarter, par réflexe, en bousculant quelqu'un au passage. Elle grommela des excuses, tout en gardant son regard fixé sur la boule blanche.

• 'Chuis allergique aux poils de chats...

Voyant ensuite que l'homme qu'elle surveillait était absorbé dans le gratouillage de sa trouvaille, et que les gardes rentraient au château, elle ne fut que trop heureuse de les suivre. Sentant ses vêtements raides sur sa peau avec la boue qui durcissait de plus en plus, elle tenta d'abord d'en enlever un peu. Inutile. Renonçant, elle surveilla ensuite du coin de l'oeil les autres personnes qu'ils rencontraient, espérant que l'une d'entre eux viendraient les voir pour leur offrir, comme John l'avait laissé entendre, des habits propres - et chauds. Car elle recommençait à frissonner, maintenant que l'adrénaline qu'exigeait le silence et la prudence était retombée, et qu'ils s'engouffraient dans une bâtisse en grosses pierres taillées qui gardaient la fraîcheur. Elle garda quand même les bras le long du corps, ne voulant pas passer pour une pauvre petite fifille qui ne peut se contenir un minimum.

Et puis, elle ne doutait pas que Liam n'hésiterait pas en effet à la faire taire d'une façon ou d'une autre - elle osait espérer qu'il bluffait en parlant de tuer - si elle ouvrait trop sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 12:06

Anne hum ? « Mon cœur » irait très bien. Retenir un prénom signifiait donner de l’importance à la personne et il n’était pas sûr de vouloir offrir à cette gamine plus qu’un coup de trique. Jonh ne lui laissa même pas le temps d’exprimer sa pensée en lui faisant la morale. Ils avaient compris ? Visiblement pas la fille qui s’acharnait à bosser malgré les refus répétés dans l’espoir de s’approprier quelques joyaux. Liam leva les yeux au ciel et laissa son élève parlementer avec les gardes.

- Qu’est-ce qu’il faut pas entendre franchement…

Leur super héros en solde savait rester à sa place par contre et c’était déjà ça. Un parfait petit soldat, comme c’était mignon… Le tueur se permit un sourire moqueur avant de détourner son attention de Nial pour pénétrer dans le château. La température donna l’impression de chuter de quelques degrés en à peine une seconde à croire que le bâtiment retenait le froid mieux qu’un réfrigérateur. Les pierres grises dont était fait l’endroit n’y étaient pas pour rien, les habitants locaux ayant préféré le standing au confort. Les bouseux manquaient décidément de jugeote.

On les fit patienter quelques instants le temps de prévenir leur employeur, temps que Mr Patate mit à profit pour se transformer en SPA et leur paire de seins en fillette apeurée. Allergique hein ? Liam fronça les sourcils, pensif. Ils étaient là en tant que personnification de leur âme, alors est-ce que leurs allergies les poursuivaient jusqu’ici ? Après tout c’était un phénomène purement corporel et devait donc n’appartenir qu’au monde réel. Le sujet donnait à réfléchir et retint son attention jusqu’à ce que Paillassus les invite à se rendre dans la salle du trône à force de courbettes ridicules et serviles.

Le comte de Sombral, Alastor de son prénom –mais à quoi pensaient ses parents ?- les attendait déjà en salle du trône, l’air impatient. Il les invita à avancer d’un geste de la main alors qu’il ordonnait de l’autre à ses gardes de les laisser passer. Ceux-ci se raidirent, main sur la garde de leurs épées, prêts à agir si le besoin s’en faisait sentir. Cette troupe étrange travaillait peut-être pour leur seigneur mais ils n’en restaient pas moins des étrangers capables de régler leur compte à près de 30 bandits qui leur avaient mené la vie dure jusqu’alors. Les dieux seuls savaient si leurs intentions réelles n’étaient pas de dépouiller à présent Castlecrow du peu de biens qu’ils possédaient encore.

Ignorant royalement les salves de regards suspicieux qu’on leur lançait, le trentenaire s’avança jusqu’au pied du trône en foulant leur superbe tapis rouge qui ne s’en sortit pas sans traces de boue. **Ça fera couleur locale** pensa-t-il mesquinement alors qu’il adressait au souverain un simulacre de courbette qui ressemblait plus à un hochement de tête qu’autre chose.

- Monseigneur… nous sommes de retour, victorieux qui plus est. Nous vous les avons livrés endormis dans la cour, j’espère que vous saurez maintenant tenir vos promesses concernant la récompense.

L’éventualité d’une arnaque phénoménale était toujours possible mais Liam comptait bien ne pas se faire avoir comme un débutant. Le comte était peut-être en position de leur rire au nez avec tous ces gardes armés qui peuplaient la pièce mais il avait lui-même plus qu’un tour dans son sac. Alors que le dirigeant prenait la parole il s’amusait à évaluer combien de soldats il pourrait dérouiller avec un seul lancé de bouletmania. L’image d’un strike humain s’imposa à son esprit et il eut du mal à contenir à rire moqueur. Ça lui donnait presque envie de se faire avoir histoire de mettre la théorie en pratique !

Son regard glissa ensuite vers Nial et Anne, pour l’heure silencieux. Le premier caressait son chat avec un air niais pendant que la seconde frissonnait de manière intermittente. Le froid ? La peur ? La de peur de quoi, ou de qui d’ailleurs ? L’hypothèse que ce soit de lui l’excitait tant et si bien qu’il dû se pincer la cuisse pour éviter une nouvelle croissance de ses bras. Ce ne serait pas la meilleure façon de se faire voir à n’en pas douter.

L’hypersexuel se tourna vers Jonh dont l’attention était focalisée par Alastor et lui souffla, à peine audible alors qu’il désignait les deux autres d’un geste discret de la tête :

- Qu’est-ce qu’on fait ensuite, on les adopte ou on les laisse sur une aire d’autoroute ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 12:45

Le comte jaugea d’un air dégouté la boue que laissaient les voyageurs sur son tapis. S’ils ne lui avaient pas rendu l’incroyable service que ses incapables de gardes n’avaient pas su régler, il se serait dépêché de libérer une cellule dans ses cachots. Néanmoins, pour l'heure, une seule ritournelle tournait dans son crâne « cage à viande ! Cage à viande ! Cage à viande ! ». D’un air théâtral qui se voulait grandiose, il se leva d’un bond et ouvrit les bras en symbole de grandeur :

- Voyez, clama-t-il si fort que sa voix résonna dans la salle du trône, aucun gredin ne saura se tenir indéfiniment éloigné du courroux d’Alastor de Sombral ! Paillassus, organisez dès à présent le lynchage et faites placarder dans toute la ville que le seigneur a triomphé, une fois de plus !

Il attendit ainsi, figé dans sa posture qui devenait ridicule, mais l’écrivaillon ne bougeait pas, et s’évertuait à jeter des coups de regards en direction des voyageurs. Le souverain de Castlecrow sembla alors tout juste remarquer que, non seulement on avait échangé le minois féminin de la bande, mais en plus, un individu supplémentaire vêtu d’un drôle d’accoutrement transformait le trio en quatuor. Il ouvrit la bouche afin de demander explications, mais il n’en avait que faire finalement. Du moment qu’on lui avait ramené les criminels et qu’il pourrait les faire tuer en public, le reste lui importait peu. Néanmoins, il comprit ce que voulait le vieillard, et se rassit en souffle avec lassitude :

- Qu’on fasse payer ces braves gens. Prenez cinq cents… Je veux dire, mille rubz dans mon trésor personnel, compléta-t-il devant le regard obligeant de Paillassus.

Diantre, si ce débris n’avait pas été si bon conseiller en temps de crise, longtemps qu’il aurait fini dans une geôle à le faire se dépouiller ainsi pour une bande d’inconnus. Alors que l’un des gardes s’éclipsait pour aller chercher la somme due, un autre se penchait vers le souverain pour lui glisser quelque chose à l’oreille. Alastor fronça alors les sourcils, et ajouta en dessinant une volute de la main signifiant « ce que je suis bon quand même », ou quelque chose comme ça :

- Et puis, prenez aussi l’engin énorme dans la cour qui a appartenu à ces brigands. Nous n’en aurions que faire ici. Les seules charrettes dont j’ai besoin sont celles où je peux y atteler mes chevaux.

Il appuya sa remarque avec un sourire hautain et méprisant, alors que le commis au paiement revenait avec une bourse bien ronde qui fût remise entre les mains de Liam. Ils n’avaient qu’à se débrouiller pour partager, ce n’était pas les affaires du seigneur de Sombral.

- Bien, bien, vous pouvez disposer. Je vous laisse vos chambres jusqu’à l’exécution, vous ne devriez pas manquer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 13:18

Jonh regarda Nial faire des papouilles à un chat avec un air circonspect. Ce type était totalement à l’ouest en fait. Dans sa petite bulle de il ne savait quoi. En même lui-même avait la sienne et à vrai dire elle commençait à lui manquer un peu.
Le groupe fut enfin reçu par le roi et Liam se chargea d’annoncer la réussite de leur mission. Néanmoins le dépressif avait remarqué les soldats étaient sur leur garde, comme si les voyageurs allaient faire un coup d’état. A moins que ça ne soit à cause de leur chaussure pleine de boue qui salissait le tapis. Bref…Mr Elastor, bien évidemment, s’attira la gloire d’avoir attrapé les bandits.
Liam qui ne l’écoutait même pas, s’adressa à Jonh pour lui demander ce qu’ils faisaient des nouveaux. Ah tiens son avis comptait ? Un étonnement de une seconde passa sur le visage du dépressif avant de hausser les épaules.

- C’est aussi à eux de voir si ils veulent continuer de côtoyer un psychopathe…

Un sourire amusé naquit au coin de ses lèvres puis il se reconcentra sur le roi. Heureusement pour lui il tint sa promesse de récompense bien qu’il semblait à Jonh que c’était purement de l’improvisation qu’il venait de dire. En gros, à la base il n’en avait jamais été question. La somme lui parut faible mais bon c’était mieux que rien, en espérant que le taulard pense la même chose. En plus ils récupéraient la camionnette, ce qui éviterait de mourir de fatigue et de rejoindre plus vite la côte.
Un homme revint avec une bourse qu’il donna à Liam puis le roi les congédia sans plus de cérémonie. Ah l’heure du bain venait de sonner…
Alors que le groupe sortait de la salle Jonh glissa à Liam :

- Je te laisse partager…et pas d’entourloupe je compte sur toi… ! Moi je vais prendre un bain pour enlever toute cette boue

Exécutant ses paroles le dépressif s’éloigna, reprenant le chemin prit plus tôt dans la journée. Il passa dans sa chambre chercher ses habits du 21ème siècle tout propre pour aller ensuite dans la salle d’eau. Comme la dernière fois il congédia tout le monde afin de rester seul. Ah…la solitude…ça faisait du bien parfois. Jonh enleva ses vêtements de paysan qui ferait mieux de finir dans la cheminée puis se glissa dans la baignoire. Il poussa un soupir d’aise, fermant les yeux pour apprécier ces instants de silence. Un sentiment longtemps ressenti monta en lui et un sourire étira ses lèvres alors que au dessus de lui un soleil illuminait la pièce. Oui, à cet instant précis il était heureux. Un petit rire s’échappa de sa bouche et il frotta sa peau pour la nettoyer tout en chantonnant. Tout à l’heure ça allait être la fête au château, pour célébrer l’exécution des bandits alors il devait se faire tout beau. Peut être même devrait il porter le costume offert par le calendrier ? Non, ça ne ferait pas discret. Il ne tenait pas non plus à se faire remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 14:14

Vu les réactions de ses compagnons, son jeu marchait parfaitement et ils furent tous dupés comme pas possible. Vraiment, beau boulot Nial! Il entendait les applaudissement de la foule dans sa tête le féliciter et lui faire des grâces! Quel premier succès! Il fallait continuer dans cette lancée pour le moment, du moins juste au début pour mieux connaître leurs personnalités et bien les analyser. Mieux vaut partir avec des atouts que de reste sans infos du tout. Ainsi, il détacha un peu les yeux de son magnifique chat au pelage tout soyeux et brillant au soleil pour regarder un peu ce qui se déroulait.

Sans trop grande surprise, le roi était magnifiquement théâtral, dans un très mauvais sens. Cela faisait tellement caricatural! S'il voulait se lancer dans une carrière d'acteur, c'était loupé, mais vraiment loupé, sauf si le metteur en scène voulait un film pathétique qui allait le ruiner de toute part. Par contre, ses amis reçurent 500 rubz chacun. Nial n'avait vraiment aucune idée de combien cela pouvait représenter dans ce monde, quelle possible équivalence il y avait, et si les objets ici avaient une même considération que dans le monde "réel". Après tout, peut-être que le monde d'où il venait n'était pas le vrai monde? Il ne le saurait pas avant longtemps, pensait-il.

Les deux fortunés leaders de mission reçurent aussi la camionnette qu'ils avaient empruntés au camp. C'était un butin de valeur qu'une pareille machine, mais encore fallait-il avoir les ressources nécessaires pour la faire rouler. C'était un autre problème dont Nial n'avait que trop peu à se soucier pour le moment. Sinon il y allait avoir une exécution des bandits apparemment. Il ne fallait pas trop se faire détester dans la région visiblement. La peine de mort était présente en Californie donc ça n'était pas si choquant que ça. Le point de vue de Nial sur la question était mitigé, neutre quoi. Mais voir des exécutions publiques comme ça, c'était un peu barbare, mais on était dans un autre monde après tout. Il y allait peut-être avoir des choses passionnantes qui sait? Du sang d'une différente couleur? Une organisation interne du corps différente? Qui sait.

On pouvait maintenant aller dans ses chambres, mais Nial ne savait pas s'il avait une chambre à lui-même. Il suivit donc Jonh et Liam jusqu'au chambres se demandant bien ce qu'il allait se passer avant l'exécution et après surtout. Qu'allait-il faire? Ou plutôt qu'allaient-ils faire? Cela restait encore vague, mais Nial espérait que le petit groupe resterait entier, même s'il fut bien hétérogène pour le moment, sauf de la part de Jonh et Liam que s'entendaient bien visiblement. Ils devaient se connaître depuis pas mal de temps... C'était un fait, et puis ils avaient effectués au moins cette mission ensemble.

Jonh se dirigea vers sa chambre. Il n'y avait plus que Liam dans le couloir, car pour Nial, Anne ne comptait pas trop comme une personne réelle. Son chaton semblait s'habituer à lui et il ronronnait doucement dans sa main tout en remuant la queue tout guilleret. Décidément l'humeur de ce chaton était contagieuse, car Nial se surprit à sourire en le regardant. Quelle belle créature franchement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 14:39

Spoiler:
 

Le courroux d’Alastor de Sombral ? La bonne blague. Ce mec était juste condescendant, égocentrique et terriblement théâtral. Liam dû se détourner pour ne pas que son sourire en coin ne trahisse le mépris qu’il ressentait pour cet homme qui n’avait pu s’empêcher de leur voler la vedette tout en tentant de se donner l’image d’un souverain généreux. 1000 rubz et un camion ? Cédés à contrecœur de toute évidence. Et comme d’habitude le butin finissait entre ses mains.

Liam avait de nouveau l’opportunité de gruger ses collègues, mais l’idée de duper Jonh ne lui plaisait pas. C’était bien la dernière personne à lui faire encore confiance, il n’allait pas gâcher tout ça pour une poignée de rubz. Même si celui-ci se permettait des remarques lourdes de conséquences pour n’importe quel imbécile qui se serait permis de les formuler.

- Oh mais voyons Jonh… ne te juge pas mal comme ça ! rétorqua-t-il avec un sourire

Il savait que ce n’était pas du tout ce que sous-entendait son élève mais il ne comptait pas accepter l’insulte. Après tout il ne se sentait pas visé, il n’avait rien d’un psychopathe. Bien que peu développée il ne manquait pas d’empathie bien au contraire, c’est comme ça qu’il avait pu s’attacher à la petite Ella. Il jugeait juste la quasi-totalité de la population mondiale non méritante et pire encore, coupables d’un égocentrisme dangereux. Leur faire payer cet égoïsme était un but parfaitement louable tout autant que jouissif. C’était sa façon controversée de rendre le monde meilleur, pas un basique comportement antisocial. Que les autres ne comprennent pas sa démarche n’était pas son problème.

- Tu auras la moitié comme promis. Passe la chercher après ton bain, un bouseux pleins aux as ferait trop louche, argua-t-il avant de pénétrer dans sa propre chambre.

La première chose qu’il constata était que personne n’avait touché à rien depuis son départ. La seconde était qu’il n’était pas seul dans la pièce. Nial l’avait suivi en affichant son éternel air déconnecté de la réalité. Liam se tâta de lui acheter un collier à son nom et une laisse assortie, ses doigts se perdant dans son bouc, puis finit par lâcher avec ironie :

- Qu’est-ce qu’il y a ? Tu veux que je te gratte derrière les oreilles pour avoir été sage devant ce comte de pacotille ?

Il se laissa tomber sur son lit avant d’ôter ses chaussures qui commençaient à le faire souffrir. La seule chose qu’il voulait pour l’heure c’était un bain, un trou et un somme. Pourquoi fallait-il qu’il joue les baby sitter avec un percé du carafon ? L’exécution imminente serait sûrement longue, et la fête qui suivrait bien encore. Les bouseux aimaient s’abreuver de vin après avoir abreuvé la terre de sang. Il pouvait comprendre en un sens, même si leurs méthodes étaient terriblement archaïques.

Une bonniche entra alors en compagnie de deux hommes qui trainaient un énorme bac en bois sous l’œil étonné du tueur. Il ne fit rien remarquer quand il les vit remplir d’eau chaude le récipient, une baignoire de toute évidence. Et bien au moins ils ne se foutaient pas d’eux, aux petits soins jusqu’au moment de leur départ ! Il aurait bien invité la donzelle à faire trempette avec lui mais il avait l’impression dérangeante que Mr Patate ne comptait pas quitter la pièce, aussi laissa-t-il passer l’occasion non sans un soupir d’agacement.

Qu’il reste planté là comme un con, lui s’occuperait. D’ailleurs il commença à se déshabiller à peine la porte fermée. La ceinture prit son congé, bien vite suivie de sa chemise, de son pantalon et de ses sous-vêtements. Nu comme un ver il se glissa dans l’eau fumante pour se délasser, n’accordant qu’alors un sourire moqueur au super héros en solde.

- Toujours là ? Ça sert à rien de rester planté là comme une statue. Dis quelque chose, fais quelque chose, je me fous bien de quoi tant que tu arrêtes de me fixer avec cet air de merlan frit. T’as jamais vu un mec à poil ou quoi ?

L’idée qu’il soit gay lui traversa alors l’esprit, accueillit par son rire moqueur. Ouais, avec un sac en jute sur la tête à la rigueur. Un trou était un trou et sans son énorme nez épaté il n’était pas si mal. Consommable comme l’avait été Barbie sur le bateau des esclavagistes.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 15:05

Le fait que Nial reste dans la chambre de Liam était un peu étrange, mais comme le vieux semblait ne pas trop s'en soucier, bah ça allait. Il pourrait mieux glaner des informations sur cette personne mystérieuse. D'ailleurs, son allusion montrait que sa ruse avait bien marché. Il était devenu le toutou de Liam en quelque sorte. Ce n'était pas une idée trop déplaisante en soi. Des gens arrivèrent dans la chambre pour faire couler un bain chaud, et Liam referma la porte après que ces derniers soient partis. Il commença à se déshabiller tout naturellement sans aucun gêne, ce qui n'ébranla pas la conscience du jeune tireur. Liam possédait un assez beau corps tout de même. La seule chose qui le surprit, c'est qu'il n'avait jamais vu une telle... hum ...proportion? C'était assez impressionnant.

Nial se dit qu'il allait peut-être "sauter" sur l'occasion et peut-être aussi glaner des infos, qui sait. Cet homme était assez louche, mais il y avait quelque chose de malsain chez lui, mais à vrai dire, c'était assez original et excitant. Sans pour autant laisser apparaître quelque signe physique d'attirance, il fixa encore un court instant la personne qui se trouvait face à lui puis se décida enfin à parler.

-C'est juste que je suis assez impressionné, mais je ne suis sûrement ni le premier, ni le dernier. Si vous permettez.

Aussitôt ces paroles prononcées, Nial retira sa combinaison de super-héros qui épousait les formes de son corps dévoilant un corps bien musclé pour sa physionomie. Il prit soin de bien la déposer sur le lit avec son chaton, et s'invita dans le bain de Liam. Normal quoi... Cette situation était assez plaisante pour le moment. L'eau du bain était bien chaude et réconfortante, si bien qu'il se laissa s'immerger d'eau en ne laissant sortir que le haut du buste et ses bras.

-On ne peut pas dire que ça ne fait pas du bien. Sinon des projets d'avenir? fit-il d'un ton joueur.

Nial sentait qu'il allait apprécier Liam si ce dernier était consentant. Le fait que son petit ami l'avait quitté l'avait bouleversé, et retrouver un peu de camaraderie masculine n'était pas refusé. C'était presque une opportunité de se faire encore plus rabaisser et de devenir encore plus considéré comme un gars pas trop intelligent et en dessous de ses moyens. Bref la totale. Si Nial aimait la solitude, il ne pouvait pas dire non à une bonne entente, ça pouvait faire du bien si la personne d'en face n'était pas trop bête. Dans ce cas, la personne qui se baignait avec lui semblait être tout sauf conne, ce qui était un point positif. Mais serait-il aussi doué que Nial? Sûrement pas. Par contre il possédait une certaine force naturelle, si on ne prenait pas l'exemple où son bras avait juste augmenté de volume.

Le bain relaxant faisait son effet, tout était calme et la fumée qui n'échappait du bain complétait cette atmosphère. Un esprit sain dans un corps sain... ou pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 15:27

Non vraiment, il ne comprenait pas ce mec. D’abord muet comme une carpe, puis servile, puis statufié et maintenant graisseur de patte… et pas que de patte. Il lui faisait des ronds de jambes avant de s’effeuiller pour se glisser dans le bain de Liam comme si ce geste était parfaitement naturel. A croire qu’il était parfaitement inconscient…

Pour l’heure le tueur cherchait à évaluer ce qu’il trouvait « impressionnant ». Les multiples cicatrices dont son corps était couvert, souvenirs affectueux de son défunt paternel ? La taille de son engin qui, bien que loin d’être exceptionnelle restait parfaitement respectable ? Ou alors son naturel déconcertant associé à son manque de pudeur ? Impossible de le déterminer et à vrai dire Liam n’était pas sûr de le vouloir. Tout ce à quoi il pensait pour l’instant c’était se détendre et si possible se vider les couilles. D’ailleurs parlant de ça le souvenir de son dernier bain partagé lui revint en mémoire. La dispute avec Jonh, les coups puis le final délicieusement lubrique… trop tard pour retenir le flot d’hormone, son troisième membre subissant une croissance éclair. Nial n’en voyait surement rien à travers l’eau rendue opaque par les sels de bain de toute façon.

- Un projet d’avenir hum ? répéta le violeur, pensif.

« Te forcer à te tourner et à la fermer pendant que je m’active » lui effleura les lèvres mais il garda ça pour lui, se contentant de laisser s’évader sa langue sur ses lèvres étirées en un sourire lubrique. Si sa vie sexuelle était pleine de projets en compagnie de personnes plus ou moins consentantes – plus souvent moins que plus d’ailleurs- le reste en était presque dépourvu. Trouver Ella était trop vague pour être applicable et rejoindre Techyo était une idée que son élève et lui avaient lancé dans le simple but de suivre une direction quelconque. En réalité il n’avait aucune idée de ce qu’il désirait faire.

Il s’accouda au rebord de la baignoire de son bras de nouveau disproportionné tout en caressant la ligne de son menton de son autre main. Jusqu’alors son seul objectif avait été de fuir, de s’échapper puis de fuir, encore et encore dans un cercle vicieux qui ne semblait pas connaitre de fin. Maintenant qu’il était libre comme l’air avec personne aux trousses il s’en sentait presque désœuvré. Il avait toujours en tête l’idée de se venger d’Asmodée mais le fossé entre eux était si immense qu’il ne retournerait pas à la tour de Sextus avant un long, très long moment. Quoi répondre alors ?

- J’aimerais retrouver ma fille, et dérouiller une salope pour lui faire payer ce qu’elle nous a fait à notre dernière rencontre. Mis à part ça… je me contente de suivre le courant et d’aviser. J’ai beau parcourir Dreamland depuis près de deux mois je suis loin de connaître ce monde parfaitement. On se contente d’avancer, la direction importe peu.

Dit comme ça c’était loin d’être satisfaisant, il s’en rendait bien compte. C’était même plutôt léger mais ça restait la triste réalité. Mais c’était peut-être grâce à ça qu’il se sentait aussi libre. Pas d’obligation, pas d’impératif de temps… quitter un chemin pour s’aventurer sur un autre ne leur porterait jamais préjudice. Ils étaient des électrons libres qui goûtaient chaque jour à la joie de n’en faire qu’à leur tête, quitte à détruire les vies des personnes qu’ils croisaient.

Selene, Shannon, Jade, William, Melena, Alexander… combien de personnes avait-il brisé ? Il ne se souvenait même pas de leurs noms à tous, à peine de leurs visages. Juste une série de numéros qu’il oublierait bien vite si seulement on lui en laissait le temps. Et personne pour le mettre en prison ici. Les voyageurs en temps qu’étrangers n’avaient qu’à régler leurs problèmes entre eux, personne ne viendrait s’en mêler. Il étira les lèvres à cette pensée en un sourire carnassier qui découvrait ses canines trop longues. Ici il pouvait céder à son instinct de prédateur vengeur, et c’est ça qui était si bon.

- Pour l’heure on tente de se rendre à Techyo, une ville située de l’autre côté de l’océan. Je vous emmènerais bien mais tu sais… tous les taxis se font payer. Si vous voulez monter à bord il faudra payer.

Son regard lubrique glissa sur le torse bien fait qu’il entrevoyait dans l’eau trouble.

- Argent, service ou autre, je ne suis pas bien difficile.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 16:28

Ce qui était assez surprenant chez Liam était ses nombreuse cicatrices qui parcourraient son corps comme les gladiateurs. Cela lui donnait un côté très très sexy à ce "vieux". Il n'était pas si vieux que ça après tout. C'était pas le vieux papy de 72ans qui était amnésique, décidons d'un nouveau surnom. Voyons... L'ours des montagnes! C'était ça ce que Nial cherchait l'autre moment! Le beau surnom trouvé, il regardait désormais l'homme des montagnes, avec ses cicatrices et ce mouvement aquatique qui faisait fort penser à un mouvement qui n'est pas spécialement voulu et très intéressant d'un point de vue psychologique.

Il y avait plusieurs possibilités, soit Liam était très attiré, mais Nial se savait pas super esthétique, donc peu de chance que cette possibilité soie vrai, soit il repensait à un moment excitant qu'il avait déjà vécu... Ça devait être ça. Il évoque une fille, la sienne. C'était touchant, mais pas trop, comme on pouvait l'attendre de cette personne. Il évoqua aussi un certain "Dreamland". Cela devait être le nom de ce monde, bah oui ça c'était forcément. Le monde des rêves, Dreamland ... pas con comme nom d'ailleurs. Normalement il aurait directement posé l question, mais là, dans ce moment, il préféra se taire et laisser parler l'ours des montagnes.

Ce dernier évoqua la possibilité d'un voyage avec la voiture qu'il venait d'avoir. Mais comme un vrai marchand, il voulait qu'on le paye. Nial fut vite soulagé, il n'avait pas d'argent et pouvait payer en services. Le regard du futur conducteur de taxi s'était abandonné sur le torse de Nial en prononçant ces paroles, étant tellement clair sur ses propos que même les cons de la Terre et Dieu sait qu'elle en est en état de surpopulation. L'offre était très intéressante et tellement tentante, que Nial ne pouvait pas refuser. Il suivit donc le même mouvement aquatique que Liam, comme par hasard, n'est-ce pas?

-Let's get started! fit-il d'un ton enjoué avec un petit sourire en coin.

Au moins il ne spécifiait pas ce qu'il comptait faire, comme ça Liam allait mener la danse et son rôle de péripatéticien temporaire et de gros soumis serait accompli sans encombres. Il se détendit comme pour faire signe à l'ours des prairies qu'il pouvait lancer la machine de guerre comme il le voulait. Rhalala enfin un homme plus ou moins intelligent qu'il rencontrait! Marchander de la sorte montrait une certaine supériorité, et pas qu'intellectuelle, et c'était bon signe. La tête de Nial criait à tue-tête "C'mon boy", mais il s'efforçait de ne pas trop montrer ses émotions aussi pures qu'elles soient. Ne pas trop montrer son jeu c'était la clef! Mais il sentait qu'il allait pouvoir se "confier" à Liam, en raison de la considération que Nial lui portait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 17:01

Liam se débarrassa avec désinvolture des joujoux que l’un de ses pouvoirs avait fait se matérialiser dans sa main un peu plus tôt en les envoyant heurter le sol dans un cliquetis métallique. A vrai dire il ne s’attendait pas à ce que ce mec cède aussi vide mais il n’allait pas cracher sur l’occasion de se dégoter un fourreau, ne serait-ce que pour une heure. Le seul point noir dans cette affaire était l’absence de sac en jute. Mais après tout on ne pouvait pas tout avoir dans la vie.

Il indiqua d’un geste de la main qu’il lui laissait faire le boulot, au moins pour l’instant. Il voulait se détendre, pas transpirer encore plus dans l’eau du bain. Une gâterie serait parfaitement suffisante et pour la suite… et bien… peut-être qu’Anne serait de la partie ? Après tout la donzelle qui attendait encore dans le couloir - ou ailleurs qui sait ?- devrait elle aussi trouver un moyen de payer son voyage.

- T’es un grand garçon, je te laisse de débrouiller avec ça hm ? répondit-il seulement en fermant les yeux, la tête basculée en arrière.

Il fallait avouer que quand on oubliait à qui appartenait la bouche c’était plutôt agréable. On sentait l’expérience, et dans ces circonstances rien ne l’empêchait d’imaginer à sa place n’importe qui comme… les jumelles, Nancy ou même Jonh. Jonh ? Sans changer de position Liam fronça les sourcils. Pourquoi est-ce qu’il pensait à lui maintenant ? Le tueur se pinça l’arête du nez et inspira profondément alors que Nial continuait sa difficile mission en apnée. Boarf, ça lui ferait de l’entrainement pour leur futur voyage en mer va.

Les secondes s’écoulaient, puis les minutes. Il sentait le flot hormonal bouillir en lui et alors qu’il était à deux doigts d’exploser il se souvint que l’une de ses possession avait plus que jamais besoin de « jus ». A peine le temps d’y penser qu’il envoyait la purée et bondissait sans attente hors de la baignoire, comme un diable de sa boite.

- Ne fais rien ! NE FAIS RIEN ! ordonna-t-il au pauvre Nial qui ne devait pas suivre grand-chose de ce qui se déroulait sous ses yeux.

En moins de deux il se saisit de son sac et commença à farfouiller dedans. Il ne fallait pas perdre de temps sinon Mr Gigolo allait s’hydrater avec sa future pile. Lorsque sa main se referma sur son recycleur de fluide il revint vers le toqué et glissa l’objet sous son gros nez avant d’ordonner, péremptoire :

- Crache.

Devant le regard que lui lança son nouveau trou il ne masqua pas son agacement en se répétant bien plus sèchement.

- Crache, c’est pas une blague.

De bon cœur ou non, le réservoir de la pile fut bientôt rempli à moitié. Liam examina la jauge avec déception avant de grommeler pour lui-même qu’il faudrait encore une fois voir deux avant de compenser l’utilisation de son stylleffaceur. Il se fichait bien d’être compris ou non, les trous n’ayant pas d’autre réel intérêt que d’être comblé. On ne les choisissait ni pour leur intelligence, ni pour leur compréhension et pour l’heure tout ce qu’il avait attendu de Nial était qu’il se serve correctement de sa langue. Mission réussie jusqu’à maintenant.

Toujours nu comme un ver il alla ranger son attirail avant de remonter dans la baignoire comme si de rien était. Comme le voulait son premier pouvoir il se sentait désormais détendu et très loin de ses habituelles envies sexuelles insatiables. Calme et en paix… comme l’était aussi désormais le gigolo sous l’emprise du troisième pouvoir du tueur qui dégageait désormais une aura de détente dans les 3 mètres autour de lui.

C’est en silence et apaisés qu’ils purent finir leur bain,, se décrasser au maximum et surtout se taire. Les blablas d’après l’amour c’était vraiment pas son truc. Comme l’amour tout court.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 17:30

Une fois avoir vérifié que plus aucune trace de boue n'était sur lui Jonh sorte de la baignoire et attrapa une serviette afin de se sécher. Combien de temps était il resté ici ? C'était une bonne question dont il n'aurait pas la réponse. Et à vrai dire il s'en foutait un peu. Une fois sec, Jonh attrapa ses vêtements, enfila son boxer, son pantalon, sa chemise et bien évidemment ses chaussettes puis ses chaussures ! Voilà tout était en place. Le jeune homme laissa trainer les habits tout boueux, les domestiques s'en occuperait très bien. Maintenant il était temps d'aller récupérer la moitié des Rubz chez ce cher Liam.
Quant aux deux autres voyageurs, et bien ils avaient disparus du couloir. En tout les cas Jonh n'en vit aucun en le parcourant pour aller dans la chambre du taulard. Cela serait drôle si il l'interrompait en pleine action avec une bonne ou n'importe quel autre humain. Enfin drôle, il se comprenait. Jonh toqua à la porte et actionna la poignée sans attendre qu'on vienne lui ouvrir. Il aurait sans doute mieux valut vu sur quoi il tomba. Liam et Nial, tout nu, dans une baignoire. Tiens cela lui rappelait quelque chose. Le dépressif haussa les sourcils et lança avec un sourire :

- Bah vous auriez pu m'attendre quand même...ou me rejoindre il y avait bien de la place pour trois ! Je suis déçu...


Bref, Jonh alla récupérer ses rubz ainsi que ses affaires qu'il avait laissé ici. Maintenant que la mission était accomplie il n'y avait aucune raison que ses biens restent là. Tiens est ce qu'ils s'apprêtaient à le faire ou bien l'avait déjà fait ? Vu la tête non frustré de Liam c'était déjà du passé. Jonh secoua la tête en rigolant dans sa barbe( qu'il n'avait pas).

- Alalala quel bourreau des cœurs...J'espère que tu as pensé à utiliser le régénérateur de fluide pour utiliser la semence, faut bien que ton hyper sexualité serve à quelque chose


Lança t-il à l'adresse de Liam avant de poser son regard sur Nial qui en fait avait assez de jugeote pour savoir que servir de trou pour le taulard était un gage de rester dans le groupe. Pauvre Anne. Même si à mon avis cette dernière ne serait pas aussi facile à baiser vu son caractère. Pis même c'était une jolie fille qui avait l'air sympa. Jonh avait pas envie d'une Sélène numéro 2.

- Bienvenue en enfer Nial alors !

Dit-il avec un grand sourire qui n'avait rien à voir avec la phrase prononcé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 18:55

Mwahahahahahahahaha se disait Nial lorsqu'il commença son entraînement à la plongée. Tout marchait très bien et il était dans un tel état de plaisir que c'était impressionnant. Il en oubliait même toutes ses préoccupations d'un autre monde. Liam était un homme délicieux de par... hum .... sa personnalité si généreuse! Quel homme prodigieusement grand de ... de privilège et d'honneur! Si bien qu'il vit rapidement le moment fatidique arriver. Mais il y eut comme une complication et il dut recracher la marchandise dans un appareil pour la satisfaction de son propriétaire. Ah, Nial avait passé un bon moment dans cette baignoire!

-On refait ça quand tu veux! C'était génial merci pour l'apéritif mec.

En effet c'était un apéritif! Ils allaient avoir une distraction avec l’exécution même si c'était totalement barbare, mais tuer des criminels, il allait devoir s'habituer à le faire dans ce monde. Puis il y allait avoir un banquet, donc oui ce petit interlude était un bel apéritif! Et Jonh arrivait à présent dans la chambre. Il voulait lui aussi l'apéritif, mais il voyait bien qu'il était terminé. Il évoqua une hypersexualité, quelle aubaine franchement, c'était encore mieux que Nial ne l'espérait! En plus l'appareil dans lequel il avait du recracher le tout était visiblement très utile vu l'importance que lui accordait l'homme en chemise. D'ailleurs il parlait d'enfer... ce n'était pas trop le point de vue de Nial.

-Un enfer? C'est une vision des choses, mais ce n'est pas trop la mienne. fit-il en sortant de la baignoire car les choses s'étaient aplanies.

Il se rhabilla rapidement dans son superbe costume de super héros et attendit Liam l'ours des montagnes. Franchement il allait passer pour un fou, mais peu importe, il cachait toujours son jeu. Il récupéra son chat qui était allé jouer avec un coussin comme si Dieu voulait préserver ses yeux purs. Ce chat était décidément magnifique! Il fallait maintenant se diriger vers le banquet, et pour continuer son jeu, il plaça une nouvelle phrase prouvant sa fausse incapacité à être autonome.

-Je vais vous suivre, j'ai pas trop retenu les lieux. Sinon vous avez vu Anne? Elle s'est remise de son allergie des chats?

Nial se soucier d'une fille, vous n'allez pas entendre ça très souvent, et il avait fait un effort suprême pour arriver à faire semblant de s'intéresser à leur Mme je me roule dans la boue. Décidément, ce groupe était vachement drôle et intéressant. Il était très hétérogène en apparences, mais il semblait qu'ils allaient bien s'entendre, du moins Nial et Liam, car Jonh semblait assez troublé par les choses que les deux personnes avec un ordre différent de lettres dans le prénom et un pont de plus dans une lettre avaient pu faire. C'était pas de sa faute si ils s'étaient détendus? Tout le monde à le droit de se détendre après une mission à laquelle on n'avait fait que laisser les choses se faire.

Même si tout se passait bien, Nial sentait le manque venir... Le manque de la réaction en chaîne. Mais il allait sûrement être servi au banquet. Évidemment, il allait masquer cet effet par un gros "oups j'ai pas fait exprès" pour mieux se servir. Cela allait être drôle! Que du bonheur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 19:07

Le roi, hein ? Et bien oui, d'un certain point de vue, il avait tout du souverain. Mais d'un certain point de vue seulement. En effet, il avait des fourrures somptueusement teintées jetées sur ses épaules, par-dessus d'autres habits en cuir savamment cousus pour être à la fois esthétiques et pratiques. Sa coiffure en jetait également, ses cheveux étant adroitement graissés et ramenés en arrière, maintenus par une couronne relativement sertie - sûrement tout ce qu'il avait pu trouver de plus clinquant.

D'un autre point de vue... Il ne semblait pas très accompli, comme souverain. Ses sujets, bien qu'ayant l'air de lui être loyaux, n'osaient pas vraiment respecter ses ordres tant qu'ils n'en semblaient pas entièrement satisfaits. Aussi ne bougèrent-ils pas tant qu'ils ne furent pas sûrs de ce que leur suzerain comptait faire des inconnus plantés dans la salle. Le roi fut obligé de s'y reprendre à deux fois pour leur faire exécuter ses ordres, à savoir faire passer le mot qu'il était le meilleur, et qu'il y aurait de nombreuses mises à mort le soir même.

Hm..
Concernant lesdites mises à mort, Anne ne pouvait s'empêcher de rester sceptique. Il avait semblé évident qu'elle et les trois hommes avec qui elle était arrivés au château y assisteraient, et de bon coeur qui plus est ! Seulement, la petite brune, innocente comme elle était, était choquée à la simple vue d'un animal écrasé sur la route, alors une mise à mort, et une mise à mort de personnes dont elle avait plus ou moins aidé à la capture, elle ne savait qu'en penser.

C'était dans le même état de torpeur qu'elle suivit Liam, John et Nial hors de la salle du trône lorsque le roi en décida ainsi, se prenant au passage les pieds dans le rebord du somptueux tapis, puis l'épaule dans coin du mur en entrant dans un couloir. Ayant la peau nue à cet endroit-là, elle remarqua qu'elle s'était rappée à s'en faire légèrement saigner, mais au vu de son degré de maladresse, ce n'était que très habituel.

Elle suivit le petit groupe vers ce qui leur avait été présenté comme leurs chambres, se réjouissant à l'avance de vêtements propres et, d'après ce qu'avait dit John, un bon bain. Ils arrivèrent ainsi dans un long couloir troué de nombreuses portes en bois massif. Voyant John entrer dans une, Liam dans l'autre et Nial ne pas vraiment bouger, Anne frappa doucement à la porte suivante, sans réponse. Elle décida de l'ouvrir, pour la découvrir vide. Au moment-même où elle décida d'y entrer, plusieurs domestiques arrivèrent dans le couloir avec deux grandes bassines, des vêtements et autres sels de bain. Après avoir demandé l'autorisation à la brune, ils entrèrent dans sa chambre, posèrent les vêtements sur le lit d'Anne en lui demandant de mettre les siens à disposition pour les laver, puis s'affairèrent à remplir une des deux bassines d'eau brûlante.

Pendant qu'ils s'occupaient de tout ça, Anne s'était rapprochée du lit pour examiner les vêtements : une jupe en toile légère et un haut à manches longues, tout ça marron. Elle se retourna vers les domestiques alors qu'ils allaient ressortir.

• Vous n'avez rien de plus... commença-t-elle, souhaitant un bas dans lequel on pouvait bouger plus aisément que dans une jupe longue, mais après avoir jeté un rapide coup d'oeil aux vêtements que les femmes portaient, elle se dit que dans ce monde-ci, ils ne devaient jamais avoir vu une femme porter un pantalon. • Merci, ça ira comme ça finalement.

Elle tenta de leur adresser un petit sourire poli, auquel personne ne lui répondit. Ses joues s'affaissant mollement, et elle les suivit pour aller refermer la porte, voyant au passage que la deuxième bassine était pour la chambre dans laquelle était entré Liam. Nial, quant à lui, avait disparu.

* Sûrement entré dans une autre chambre... *

Après avoir refermé la porte derrière elle, la brune jeta ses vêtements sales et désormais durs, presque cassants, dans un coin, et s'engouffra avec délice dans l'eau chaude. Elle s'accorda une dizaine de minutes avant de commencer la partie la moins marrante : celle du décrassage. Elle s'acharna à frotter sa peau avec un linge qui lui avait été apporté, et ce pendant de longues minutes jusqu'à ce qu'il ne reste pas la moindre trace de boue sur son corps. Elle sortit ensuite de l'eau, se sécha, puis avisa un petit baquet d'eau propre, quelques sels de bain restants et un feu dans l'âtre de la cheminée. Après s'être habillée avec les habits posés sur son lit, Anne décida de laver elle-même ses habits, qui sècheraient vite étant donné leur petite taille. Elle plongea d'abord ses vêtements dans l'eau crasseuse pour enlever la plus grande partie possible de bouillasse séchée, puis nettoya tout ça à l'eau claire dans le petit baquet, avant de les essorer à fond et de les poser sur le dossier d'une chaise, devant le feu ronflant de la cheminée.

Elle s'assit ensuite sur son lit, déçue de n'avoir plus rien à faire, ce qui jusqu'alors l'avait empêchée de trop penser à sa situation. Entendant ensuite des éclaboussures, elle décida de se lever pour aller voir ce qu'il se passait. Sortant de sa chambre, elle pût voir que le couloir était désert. Elle s'avança en cherchant l'origine du bruit, puis entendit subitement la voix de Liam crier de ne rien faire. La brune resta une seconde sans bouger, pensant qu'on s'adressait à elle, puis se rendit compte de sa bêtise et décida d'aller voir ce qui se passait, au cas où il y avait un problème.

Elle ouvrit brutalement la porte pour voir Liam, accompagné de Nial * Mais 'qu'y s'pass ici ?? * entièrement nus, et le deuxième entrain de cracher son butin dans un réceptacle. Au bruit qu'avait fait Anne, les deux hommes relevèrent la tête vers elle. La petite brune se sentit alors rougir furieusement, atrocement honteuse d'être entrée sans frapper - mais il avait crié ! - et voulut s'excuser, dire qu'elle n'y était pour rien, de faire comme si rien ne s'était passé, quand, soudainement, tout sembla revenir en arrière comme elle l'avait fortement souhaité. Ce fut tellement rapide qu'avant qu'elle ne réalise ce qui venait de se passer, elle était à nouveau dans le couloir, au même endroit qu'auparavant, et Liam criait la même phrase.

Ne comprenant toujours pas, Anne eut d'abord le réflexe de porter une nouvelle fois la main à la poignée de la porte, puis, ayant un drôle de pressentiment, s'en abstenu. Elle recula de quelques pas, fixant la porte, interdite. Elle se mit ensuite à se parler à elle-même, comme elle faisait presque toujours quand quelque chose l'interpellait.

• Il s'est passé quoi, là ?? Je viens de... Enfin, ils étaient... Et puis... Ils m'ont vue, pourquoi personne ne sort ? Enfin, s'ils m'ont vue... Mais je les ai vus !! Et ...

Tout cela était vraiment bien trop confus dans l'esprit de la jeune femme. Elle se laissa glisser le long du mur pour tenter d'analyser la dernière minute écoulée calmement, mais comment faire ? Il n'y avait rien de rationnel là-dedans !

Et puis, une phrase qu'avait prononcé Liam la frappa de plein fouet. Il avait en effet parlé de pouvoirs... Et si... Non, c'était fou ! Mais, et si un pouvoir lui avait justement été accordé à son arrivée dans ce monde des plus fous, et qu'elle venait de s'en servir ?

Elle laissa échapper un petit sifflement approbateur. C'était la seule option qu'elle pouvait en tirer, et elle l'enchantait ! Mais elle n'avait pas le temps d'y accorder plus de temps pour le moment - elle entendait des pas revenir dans le couloir. Elle se leva rapidement, et s'engouffra dans sa chambre pile au moment où John apparaissait. Anne s'adossa ensuite à sa porte, toujours choquée, et attendit un signal pour qu'elle puisse sortir sans "danger".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 20:14

Liam tiqua au mot « apéritif » mais préféra ignorer la remarque. L’enthousiasme du bonhomme était presque dérangeant, à croire qu’il avait définitivement une case en moins. Est-ce qu’il se rendait bien compte qu’il était utilisé comme un jouet qui finirait jeté un jour ou l’autre, cassé dans le pire des cas ? Un vide couille temporaire qui pourrait à la longue devenir encombrant ? Non, visiblement pas. Ou alors s’était un adepte SM, mais Liam se désintéressa de la question lorsque Jonh pénétra dans la pièce.

Tout d’abord il le fixa interdit, ne pouvant s’empêcher de se faire remarquer que ses parents n’avaient pas dû lui apprendre qu’on attendait une invitation pour entrer. Ensuite… et bien il remarqua la similitude de situation entre leur propre aventure dans le monde réel et celle qui venait d’arriver avec Nial. C’était son droit de troncher qui il voulait dans toutes les baignoires qu’il croisait mais bizarrement l’expression de son élève le mit mal à l’aise. «Coupable » aurait peut-être été plus correct, même.

Pourtant c’était stupide, il n’avait aucun compte à rendre même si la jalousie semblait pointer son nez dans le discours du dépressif. Il se plaignait ironiquement qu’on ne l’invite pas ? Il était un coureur de jupons manipulateur ? Le fréquenter c’était l’enfer ? Que de compliments ! Les mâchoires crispées Liam ne réussissait à conserver son calme que grâce aux effets secondaires de ses pouvoirs. Alors il croyait avoir le droit de lui faire la morale à coup de sous-entendus ?

- En enfer ? Tu y vas un peu fort, ça n’avait pas l’air de te déplaire pourtant, la dernière fois, rétorqua-t-il avec un sourire malsain.

A vrai dire il ne comprenait pas pourquoi son compagnon de toujours réagissait ainsi. Il lui avait bien fait comprendre plus d’une fois qu’il n’était pas intéressé non ? Alors ce n’était pas son problème. Mais si c’était vraiment le cas, ça restait anormal que ces piques le touchent autant.

En grommelant un « ‘fait chier » inaudible il sortit de la baignoire sans aucune pudeur pour se saisir d’une serviette bien trop rêche à son goût. L’excitation passée, la seule chose dont il avait envie c’était de ne plus voir leurs tronches. Celle critique de Jonh autant de celle bêtement satisfaite de Nial. Quant au chat qu’il aille miauler ailleurs, les bestioles n’étaient vraiment pas son truc.

- Vous comptez restez là à me mater tout le temps que je vais passer à m’habiller ? demanda-t-il, incisif, C’est pas que ça me gêne mais je ne pensais pas que vous étiez tous du genre à vous rincer l’œil. Aurais-je une mauvaise influence sur toi Jonh ?

Et vlan, dans les dents. C’était mesquin et complètement gratuit mais ça eut le mérite de faire monter le moral du tueur d’un cran. S’amuser du malheur des autres n’était pas très moral, mais ça avait au moins le mérite de fonctionner pour lui. Il jeta ensuite sa serviette pour s’habiller sans ajouter un mot de plus. Qu’ils restent pour regarder si ça leur chantait, ils l’avaient déjà vu nu tous les deux après tout. Une fois, deux ou même trois, il n’était plus à ça près.

Une fois fin prêt il quitta la pièce sans un mot pour s’arrêter à peine eut-il franchit la porte. La gonzesse n’était nulle part. Le couloir était désert, pas la moindre trace de l’endroit où elle avait pu filer. Perdre ainsi un trou potentiel le faisait rager, si bien qu’il attrapa par le bras le premier domestique qui passa à portée pour lui demander où la fille qui se trouvait avec eux était passé. A l’air interrogateur que le sous-fifre lui adressa il comprit l’ambiguité de sa question et ajouta à contrecœur :

- La plus âgée avec la coupe au carré et qui n’a pas l’air d’avoir vécu en somalie pendant les dix dernières années.

Tiens, même Safrah en prenait pour son grade en n’étant absente. Il irait la tirer de sa solitude prolongée après le banquet, par la peau du cul s’il le fallait. Pour l’instant il se contenta de se diriger vers la chambre qu’on lui avait indiqué et ouvrit la porte sans même frapper, s’étonnant devant la résistance qu’elle lui opposait. Une fois de l’autre côté il comprit : la paire de nichons de leur groupe s’était adossée à la porte.

Il la toisa avec dédain, puis avec amusement alors qu’il laissait glisser son index le long de sa lèvre inférieure, encore et encore tout en la dévorant des yeux.

- Tu sais, il en faudra plus que ça pour nous empêcher d’entrer. C’est l’heure de l’exécution, ramène-toi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 30 Mai - 20:56

Oui bon, certes il fallait avouer que ce voyage à travers Dreamland pouvait s'avérer marrant parfois, sauf quand ça tournait mal. Enfin bon, Nial se ferrait une opinion plus tard ce n'était pas très grave. Jonh haussa un sourcil face à la réplique de Liam. L'envie de lui dire " euh mec t'a rien compris " lui brûlait les lèvres mais bon soit ça ne faisait qu'un quiproquo de plus entre eux deux.

- J'ai jamais dit que ça m'avait déplu mon petit Liam...! C'est même toi qui m'a évité je te rappelle

Pour quelle raison d'ailleurs ? Le dépressif savait très bien à quoi s'en tenir avec le taulard qui se contenterait de sauter sur tout ce qui bouge. C'était sa façon de vivre soit, le côté dérangeant c'était quand ça passait en viol. Là c'était moins cool. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi il s'énervait tout seul mais bon...Peut être à cause de Nial qui gagatisait sur un mignon petit chat, car c'est vrai qu'il était chou. Liam, une fois de plus montra à quel point il était sympathique et une fois n'est pas coutume Jonh s'en prit encore dans la poire. Mais il avait fait quoi au juste pour mériter pareil traitement ? Le dépressif souffla, comme saoulé qu'on vienne l'embêter alors qu'il n'avait rien demandé. C'était lui qui se promenait à poil pas lui. Et pis Liam leur avait pas demandé de sortir.

- Oh si tu savais, rien que de te voir à poil je bande...tiens tu vois je parle même comme toi !

Jonh roula des yeux et attendit que l'hôte de cette chambre sorte pour faire de même. Il avait autre chose à faire que de chercher Anne. Comme déposer ses affaires par exemple ? Le dépressif alla donc dans sa chambre attribué ranger ses biens puis revint rejoindre les autres. Ca y'est Liam était repartie en mode bourreau des coeurs.

- Bon bah alors on y va Roméo

Lui aussi il pouvait être chiant hein. Faut pas pousser le bouchon des fois. Bref...l’exécution. Et bien elle se déroulait dehors avec la bonne odeur de campagne. Des cages suspendues remplies d'homme - de bandits plutôt- qui allait crever de faim et de soif pour ensuite finir dans le ventre de corbeaux. Chouette avenir ! Heureusement que le groupe avait réussit la mission. Certains s'amusaient à faire des paris sur combien de temps ils allaient tenir dans les cages. D'autres essayait de lancer des fruits pourris. Un tir, un essai. Tu gagnes ou tu perds. C'était pas déplaisant comme petite fête campagnarde, si on oubliait bien sur les quelques regards qui fixait un point au dessus de sa tête. Oui, il était au courant que son deuxième nom c'était Mr Météo. Et ce soir c'était éclaircies.
Un domestique s'approcha avec un plateau où était posé des verres rempli de vin. Oh oui de l'alcool ! Non, Jonh n'était pas un alcoolique, il aurait pu car franchement après la mort de sa fiancée il aurait pu construire un immeuble avec les bouteilles mais grâce à ses parents, amis, etc il avait laissé tomber. Un verre ça pouvait pas faire de mal. Si on oubliait le fait qu'il le tenait assez mal., l'alcool bien sur, pas le verre. Jonh prit donc son petit vin et en but une gorgée. Hum...c'était pas mauvais...Peut être qu'un autre serait bien !

Voilà, dix minutes plus tard un Jonh pompette se marrait avec les paysans. Faisait des bisous à tout le monde, enfin sauf aux moches, aux édentés et aux puants. Pour la discrétion c'était loupé vu le gros soleil qui servait de lampadaire au dessus de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 11:27

Décidément dès son entrée dans Dreamland, Nial n'avait pas perdu de temps pour se réconcilier avec son passé et oublier ce gros connard de lâcheur qui l'avait lâchement quitté sans motif précis. Ils avaient passé énormément de temps ensemble, et Nial avait même songé à avoir un appartement avec lui. Mais non, il n'était pas assez bien pour lui, pour une fois que Nial avait trouvé quelqu'un avec une faible dose de connerie dans la tête. Heureusement il avait rencontré Liam, un homme qui en avait dans la caboche au moins, et c'était une perle qu'il avait trouvé, une perle miraculeuse même, car il était tombé dessus ce personnage dès son arrivée dans ce monde. Il avait eu énormément de chance, même si c'était un facteur qu'il n'aimait pas trop considérer. Néanmoins, il fallait aussi se dire que les probabilités, c'était de la chance aussi.

Par contre John l'homme en chemise devenait tout de même assez rabat-joie dans ses paroles. Il devenait dédaigneux, et assez antipathique à l'égard de sens deux compagnons masculins de route. C'était un peu le jeu de tu m'embêtes je fais une surenchère et on continue jusqu'à ce que mort s'en suive. Mais Liam semblait ne pas trop réagir, heureusement, vu de quoi il était capable.

De nouveau en confort dans sa tenue adorée et vénérée, il se sentit à l'aise, pas comme dans des vêtements normaux, cette tenue était juste la meilleure chose qu'un fan de comic et un homme pouvait avoir. C'était le rêve suprême pour Nial, et lorsqu'il avait reçu le coup de fil lui disant qu'il était pris pour le rôle de Hawk Eye et avait enfilé la tenue qu'on avait spécialement faite pour lui, il s'était cru dans un rêve pendant au moins deux semaines. Être pris dans un Marvel avait été une expérience inoubliable. Il revivait un peu cela en étant à Dreamland avec ses compagnons. Il se demandait s'il allait pouvoir rester dans son rôle souvent, car ses crise pouvaient le trahir très rapidement s'il ne faisait pas gaffe. Mais il avait jugé Liam en partie, donc ça allait un peu mieux. Par contre il n'arrivait pas à cerner cette homme mystérieux qu'était Jonh, et encore moins Anne l'allergique aux chats.

Si Liam était un peu énervé, Jonh était provocateur. Nial n'aimait pas vraiment l'attitude de ce personnage, il avait une certaine aisance à chambouler la paix qui avait pu s'installer dans la pièce. Quant-à Nial, il avait soigneusement détourné son regard de l'ours des montagnes pour faire un petit bisou à son chat. Il était trop mignon! Il en faisait presque oublier que Jonh avait un peu foutu la merde... Néanmoins, ils devaient aller à l'exécution, donc ils s'y dirigèrent après que Liam eu checké une chambre. Nial n'avait pas bien vu ce qu'il y avait dedans, mais cela ne l'intéressait que trop peu. Il se retrouva devant l'exécution, avec, une fois n'est pas coutume, peu de dégoût. Il vit Jonh commencer à se saouler, tenant visiblement très mal l'alcool, et un soleil étincelant apparut au dessus de sa tête. Ce la n'était pas très étonnant, vu que Liam avait bien fait grossir son bras. D'ailleurs Nial avait remarqué que son grossissement de bras dans la baignoire était apparu en même temps que son "mouvement aquatique".

Et puis, Jonh l'avait traité d'hypersexuel. Peut-être que les pouvoirs qu'ils pouvaient développer étaient dus à un certain déséquilibre mental. D'ailleurs c'était ce qui se passait avec Jonh. Il était tout content, et visiblement, le temps s'accordait à ce pic d'humeur. Intéressant... Et qu'allait-il se passer avec Nial? Allait-il avoir un pouvoir avec ses effets dominos chéris? Rien que d'y penser il frissonna, essayant de ne pas céder à ses pulsions pour ne pas dévoiler son jeu, mais rien à faire, il devait trouver quelque chose à faire. Pris par une certaine compulsion alors qu'il était en train de manger soigneusement un plat délicieux, il prit un caillou tout rond et alla se percher dans un arbre. Il avait ainsi pris le meilleur endroit pour déclencher une belle réaction. Mais où commencer, que faire, qui viser?

Alors qu'il était en pleine réflexion les yeux alertes et ses oreilles attentives, il vit qu'un baril se teintait d'une auréole rouge qui était bien mise en évidence. Sur le coup, Nial cligna des yeux, mais en vain, car la tâche rouge sur le baril de voulait pas disparaître. Mais il remarqua que ce baril était la solution! Le baril était à peine à cinquante mètre, ça allait être un jeu d'enfant pour le toucher.

À peine cinq secondes après que Nial ait eu trouvé la réaction, il lança son caillou en direction du baril rempli de pommes, touchant son point faible, une planche qui était totalement usée. Cela eut pour effet de faire déverser exactement trois pommes comme Nial l'avait calculé. La première pomme alla se glisser sous les pieds d'un homme qui transportait des bières vers Jonh. Il s'étala de tout son être et une des boissons atterrit directement dans les mains du bourré qui n'attendait qu'une boisson de plus. Bingo! 1ère cible neutralisée. La deuxième pomme roula un court instant, et fut projetée en l'air à cause d'une motte, et vint s’enchâsser dans la gueule d'un animal qui ressemblait fort à un sanglier qui allait être cuit. Deuxième objectif atteint! La troisième pomme quant-à elle, se dirigea lentement vers Nial, et celui-ci la rattrapa en ne faisant que tendre la main pour la rattraper. Et tac! Dans le mille.

Nial croqua dans sa pomme, avec le sourire jusqu'au oreilles, très satisfait de sa performance. C'était assez cool, cette auréole. D'ailleurs c'était peut-être un pouvoir qui sait? Mais il ne savait pas si quelqu'un l'avait vu. En tout cas, Anne et Jonh n'avait pas semblé se soucier de la réaction qui était très discrète, mais il ne voyait pas Liam. Où était-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 12:24

Le souffle court, attendant de voir si John l'avait aperçue, Anne attendait le dos sur la porte en bois. Elle ne pouvait que repasser les événements des dernières minutes dans sa tête, encore et encore. Cela n'avait définitivement rien de logique... Mais cela plaisait à la brune. Elle qui passait le plus clair de son temps à passer du coq à l'âne, à dire des choses tellement insensées que presque personne ne cherchait à comprendre d'où elle avait bien pu les sortir, à ne pas vraiment réfléchir avant d'agir. Ces petits plus dans ce monde ci promettaient d'être des plus intéressants !

Cependant, Anne n'était pas très observatrice sauf quand il le fallait absolument, elle n'avait aucune idée de ce qui pouvait bien se passer avec les trois autres hommes. Elle commença à y réfléchir quand quelqu'un chercha à ouvrir sa porte. Encore perdue dans ses pensées, elle ne se décala pas assez rapidement et fut violemment projetée en avant lorsqu'on ouvrit la porte sans se faire prier. Anne commença à protester :

• Mais qu'est-ce que ..!!

Puis, voyant que c'était Liam qui avait forcé l'entrée de sa chambre, Anne se mordit violemment la lèvre du bas pour se faire taire. Après tout, elle ne savait que penser de ce qu'elle avait vu en ouvrant la porte, et surtout elle n'était vraiment pas censée l'avoir ouverte, cette porte ! Elle resta donc plantée face à lui comme une abrutie, mais il avait lui aussi l'air de penser à autre chose.

Remarquant ensuite qu'il se passait la langue sur les lèvres, et que ce n'était pas la première fois qu'elle le voyait faire, Anne en profita pour essayer de penser à autre chose.

• Tu as les lèvres gercées ? dit-elle en cherchant sa poche. • Attends, j'ai du...

Anne se tut en se souvenant tout d'abord qu'elle avait changé de vêtements, puis que non, elle n'avait pas son labello sur elle. Rougissant de plus belle par sa bêtise mais laissant son regard par terre, elle se hâta de sortir en grommelant qu'elle n'avait rien dit.

En ressortant dans le couloir, elle put constater que John et Liam s'y trouvaient déjà. La petite brune ne put s'empêcher de fixer d'un air étrange ce dernier, puis, voyant qu'il commençait à froncer les sourcils, profita du fait que John commençait à marcher vers le lieu de l'exécution pour lui emboîter le pas et rester à ses côtés.

* Merde, l'exécution ! *

Avec tout ce qui venait de se passer, Anne n'avait pas eu le temps de se demander ce qu'elle allait faire à ce sujet. Pour elle, il était évident qu'elle ne voulait pas y assister - elle ne le supporterait sûrement pas - mais, diplomatiquement parlant, elle n'avait pas l'air d'avoir beaucoup d'autres options... Elle sortit donc du château sans avoir trouvé de réponse, presque résignée à se cacher derrière le plus grand paysan qui passerait devant elle pour prétendre apprécier le spectacle, tout en n'en voyant rien du tout.

Les premières minutes furent les plus supportables. En effet, certains des captifs semblaient croire qu'on allait les détacher sous peu, et aucun d'eux n'avaient encore ni trop soif, faim ou chaud. John apportait également sa petite part d'animation, attrapant tous els pauvres petits verres qui passaient à sa portée, et les ingurgitant sans sommation. Le suivant à se faire remarquer fut Nial, qui grimpa dans un arbre pour mieux pouvoir canarder des pauvres petites pommes sagement rangées dans leur tonneau. Décidément, l'humeur était vraiment à la violence, même passive. Remarquant que Liam n'était plus à leurs côtés non plus, Anne fit un rapide tour d'horizon pour voir où il était, mais elle était bien trop petite pour espérer voir quoi que ce soit dans cette foule de paysans. Elle haussa les épaules ; ce n'était pas son problème.

Ensuite vint le pire. Ils pouvaient entendre les cris des malheureux qui commençaient à comprendre qu'ils ne ressortiraient pas de ces cages demander pitié et pleurer leur mère. Ils avaient même capturé des gosses ! Anne n'arrivait pas à décrocher son regard de ceux-là, qui n'avaient absolument rien à faire dans ces cages à viande ! Elle se maudit d'être arrivée ici. Rien de bon ne pouvait en sortir ! Allait-elle, elle aussi, finir pendouillée au-dessus du sol avec des sales paysans fêtant son agonie pour un crime qu'elle n'avait pas commis ?

Ce plus qu'elle n'en put supporter. Elle se fraya un chemin parmi la foule, affichant un sourire crispé sur son visage. Etrangement, il ne fut pas difficile à maintenir. En effet, un tic nerveux agitait sa joue gauche, ce qui tirait une nouvelle fois sur le coin de ses lèvres s'il avait le malheur de s'affaisser. Mais ce fut inutile. Personne ne fit attention à elle tandis qu'elle repartait en contre sens. Elle aurait aussi bien pû se ballader à poil que cela aurait été la même chose.

S'étant suffisamment éloignée pour ne plus sentir l'odeur de transpiration, alcool et pourriture que dégageaient la foule et les prisonniers, Anne tourna à l'angle du mur et s'assit sur une des caisses qui s'y trouvaient, essayant de se focaliser sur l'horizon pour s'empêcher d'entendre les cris de diverses natures qui n'étaient pas encore assez étouffés à son goût. Elle ne pouvait non plus s'empêcher de faire craquer ses doigts nerveusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 15:26

Les piques de Jonh semblaient loin, très loin de lui maintenant qu’il se trouvait sur le lieu d’exécution, tout autant que la naïveté comique d’Anne. Au-dessus de la foule compacte de paysans imbibés de vin s’élevait une trentaine de cage, toutes occupées. Il avait vu leurs commanditaires faire rentrer leurs prisonniers l’intérieur avant de les enfermer et de jeter la clé sous le regard horrifié de ces derniers. Puis les prisons sommaires s’étaient élevées, encore et encore jusqu’à ce que tout le monde puisse tourner leur regard vers eux… à commencer par les corbeaux.

Par centaines, par milliers même, les petits yeux noirs et vicieux obliquèrent vers leurs futurs mets de choix. Débarrassé du bruit parasite des travailleurs on n’entendait que trop le bruissement des ailes de ces charognards alors qu’ils s’apprêtaient à prendre leur envol pour admirer d’un peu plus près les malheureux qui commençaient déjà à gémir de terreur. Pleurs, supplications, malédictions, bientôt l’air en fut imprégné jusqu’à en devenir lourd et oppressant. Et au sol les vainqueurs festoyaient.

Se traçant un chemin au milieu de cette débauche de gourmandise et de luxure, Liam s’éloigna vite de la cour du château alors que ses poings se serraient spasmodiquement. Les criminels méritaient peut-être un châtiment, mais leurs bourreaux tout autant. Voir ces parents montrer du doigt l’un des bandits en les poussant à leur balancer des fruits avariés lui retourna l’estomac. Ce monde était vraiment pourri jusqu’à la moelle, sans rien à envier au monde réel. Quoi attendre d’autre de la création d’un monde perverti ?

L’hypocrisie omniprésente le révulsait. Ils s’étaient posés en victimes, puis jugeaient bon de punir les fauteurs de troubles au-delà de l’entendement. C’était disproportionné, ridicule, sadique et égoïste. De quoi lui donner envie de leur ouvrir la gorge à tous d’un bout à l’autre, raison pour laquelle il avait pris ses distances.

Ces états d’âme paraissaient ridicules quand on connaissait son passif, mais c’était juste parce que personne n’était apte à comprendre la psychologie du violeur. Il punissait les gens parce qu’ils étaient égoïstes, égocentriques, lâches au point de fuir la réalité. Il voulait leur faire comprendre. C’en était presque de la pédagogie, mais ça… ça… son regard dériva jusqu’à la silhouette sombre des cages qui se découpait avec une netteté irréaliste sur le ciel nocturne. Non, ça n’arrivait rien d’un travail de pédagogue. C’était de la vengeance stérile mais après tout ce n’était pas son problème, les gens d’ici n’étaient que des chimères.

Il mit dix bonnes minutes à se persuader qu’en conséquence de la non-existence de toute la populace locale, leurs victimes comprises, ça ne méritait aucunement de s’enflammer. Une fois calmé il put reprendre le chemin du château où Jonh avait depuis longtemps dépassé le stade « pompette » pour passer à celui « complètement torché ». Un soleil lumineux flottait au-dessus de sa tête, contrastant étonnamment avec son éternel nuage gris. S’en était presque éblouissant.

D’un pas décidé Liam s’avança de son élève et lui prit juste sous son nez le verre vers lequel il tendait la main, avant de le vider cul sec. L’alcool local n’était pas mauvais mais il devait avoir été distillé dans un alambic au fond d’une cave étant la manière dont il lui brûlait l’œsophage. Le trentenaire profita quelques secondes de la langue de chaleur qui s’étendait lentement jusqu’à son estomac puis lança à l’adresse du bipolaire alors qu’il refermait sa main sur son poignet :

- C’est bon, t’as assez bu pour ce soir.

Sauf que Jonh ne semblait pas du même avis. Avec un profond soupir Liam l’entraina de force un peu à l’écart, juste sous l’arbre où s’était niché Nial un peu plus tôt. Il n’avait pas encore remarqué la présence du jeune homme et engagea donc la conversation sans crainte d’être entendu. Et pourtant…

- Qu’est-ce que tu crois faire là ? C’est une exécution pas un mariage. C’est quoi le but ? Boire jusqu’à gerber tes tripes sur toute la surface de la cour en espérant que je te ramènerais sagement dans ton lit ?

La conduite de son comparse le déroutait complètement. Depuis plus d’un mois qu’il parcourrait les mers et les routes en sa compagnie il ne l’avait jamais vu agir ainsi. Mais après tout, il n’était pas bipolaire pour rien. Peut-être n’était simplement qu’une saute de moral…

- Je pensais que tu valais mieux qu’un vulgaire poivrot. Peut-être que je me trompais, acheva-t-il perfidement dans l’espoir de le faire réagir –et réaliser sa bêtise par la même occasion.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 31 Mai - 16:52

La fête battait son plein sous les cages entourés de corbeaux et sans doute que Jonh, dans un état lucide, aurait trouvé cela dégueulasse mais là le jeune homme était loin d'être lucide. A vrai dire il était complètement saoul, ayant complètement zappé l'endroit où il se trouvait à l'heure actuelle. Seule la préoccupation de remplir son gosier assoiffé était primordial. Ce vin était tout simplement délicieux ! Alors qu'il en était à son - difficile de compter - un autre comme par bénédiction arriva vers lui...avant de se le faire piquer par Liam. Sous ses yeux le taulard se permit de boire SON verre avant de lui faire la morale comme si il avait encore quinze ans. Jusqu'à preuve du contraire Jonh était majeur, avait passé ses 21 ans d'âge et surtout : qu'est ce que pouvait bien lui faire ?

- Laisse moi profiter de la fête roo

Enfin de toute façon à quoi bon s'entêter avec un autre têtu qui avait plus de force que lui ? Liam traina donc un Jonh qui trainait des pieds, se trouvant fatigué tout d'un coup. Les deux se retrouvèrent sous un arbre, et sous Nial par la même occasion sans le savoir. Le dépressif cligna des yeux plusieurs fois suite aux paroles du taulard. Un sourire étira alors ses lèvres. C'est mignon il se préoccupait de sa santé.

- Je vais très bien mon petit Liam ! Je n'ai jamais été aussi bien depuis que je suis veuf ! Et c'est pas parce que je bois que je suis un alcoolique...!

C'était quoi cette image qu'il avait de lui d'un coup ? Juste parce que le dépressif se permettait un petit excès il était catalogué. Comme si le taulard le connaissait de toute manière. A part la raison de sa dépression il savait rien. Comme par exemple qu'il savait faire de bons gâteaux !

- Et puis en plus tu m'excusera mais t'es ma placé pour faire la morale mon pote ! Moi je tue pas les gens, je les violent pas non plus d'ailleurs...En fait je sais même pas comment j'arrive à t'apprécier et à vouloir t'aider alors que t'es une cause perdue ! Je devrais te détester mais j'y arrive pas et j'avoue que là ça m'emmerde parce que toi tu m'emmerdes justement !

Parler autant lui avait donné soif mais malheureusement les verres étaient trop loin pour y remédier. D'ailleurs il faisait plus sombre tout à coup avec son soleil qui était partie pour laisser place à un cumulus qui bouillonnait. En effet Jonh était en train de s'énerver tout seul face à Liam qui ne comprenait, décidément, jamais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séjour dans la plaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: