AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Séjour dans la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 4 Mar - 14:46

Une fois que ses pieds endoloris ne lui faisait plus mal Jonh se leva vers ce qui était une sorte de lavabo. Cela m’étonnerait beaucoup qu’il y ait l’eau courante dans ce village. L’idée que même ici il y avait une telle différence de développement entre les villes était quand même surprenante. Pourtant Jonh avait bien besoin d’un petit bain tellement ses vêtements étaient sales, pleines de poussières et ça le détendrait un peu. Mais st ce qu’au moins il y avait des vêtements propres ?
Le dépressif se dirigea vers la petite armoire et grimaça à la vie des habits suspendus dedans. Pas question de porter ce genre de chose qui ne serait pas du tout confortable pour lui et encore moins pour la mini bataille à venir. Quelqu’un devait venir pour voir si il avait besoin de quelque chose il pourrait peut être lui demander des habits de simples villageois ? Et de préparer un bain aussi tant qu’à faire ne sachant pas où était entretenu l’eau.
Jonh alla donc s’asseoir sur le lit en attendant la domestique qui finit par arriver. Sans même avoir dit quoique se soit elle s’était approché de l’invité et avait commencé à soulever sa robe. Jonh l’arrêta d’un geste le regard détourné de l’intimité de cette femme. Nulle doute que elle avait du passer voir Liam avant et la pauvre devait penser que les deux hommes étaient pareils.

- Je ne suis pas de ce genre là…Je veux juste prendre un bain et des vêtements simples propres

La domestique plissa sa robe et invita Jonh à la suivre pour le guider jusqu’à la salle d’eau. Ils traversèrent le couloir froid jusqu’à une porte qui donnait sur une pièce où trônait une grande baignoire, des serviettes et du savon. Il y avait aussi des filles qui sous les ordres s’activèrent à faire un bain chaud et attendirent. Le roi devait sans doute se faire laver par ses demoiselles mais le dépressif était assez grand pour le faire tout seul. Il les invita donc à sortir et se retrouva tout seul avec la baignoire remplie d’eau. Jonh ôta ses vêtements sales et se glissa dans le bain. Il soupira d’aise car cela faisait du bien. Il attrapa le savon et se lava le corps et les cheveux puis se rinça avant de sortir et de s’enrouler dans une serviette. La dame revint au même moment avec les habits propres.

- Merci…serait il possible de laver les miens ?

- Oui Monsieur

Elle prit les vêtements sales par terre et s’éclipsa. Jonh se sécha et s’habilla avec ses nouveaux habits, bien loin du jean ou de la chemise mais bon. Il se sentait quand même mieux maintenant. Bon il avait les cheveux quelques peu ébouriffés mais il avait pas penser à amener son peigne alors il fit avec les moyens du bord avec ses doigts. Le dépressif sortit de la salle et allait rejoindre sa chambre mais finalement décida d’aller voir ce que faisait Liam ou plutôt discuter d’un plan et alla toquer à sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 4 Mar - 22:17

Après quelques minutes passées dans ses frusques puantes, Liam revint sur sa décision en se retrouvant de nouveau nu comme un ver. La crasse qui raidissait son jean rendait ses mouvements difficiles et sa chemise le grattait, combattre dans ses conditions c’était comme se rendre sur un champ de bataille avec les mains attachées dans le dos. Le tueur en était presque au stade où il projetait de se balader nu le temps qu’on lui nettoie ses fringues – Aurore venait de passer pour les ramasser, les bras déjà chargés de celles de Jonh – puis le souvenir de l’un de ses cadeaux de noël lui revint à l’esprit.

Il ne mit pas longtemps à retrouver dans sa hotte sa tenue de soirée bon marché et s’en vêtit aussitôt. C’était un costume noir, plutôt bien taillé ainsi qu’une chemise bordeaux qui renforçait le charme inquiétant du trentenaire. Le tissu sentait le neuf, et pour la première fois depuis un bail Liam avait l’impression d’être un être civilisé. Une hygiène irréprochable, des vêtements propres… ne manquait plus qu’un rasoir pour débroussailler un peu la forêt vierge qui commençait à envahir ses joues.

Une sorte de couteau servant de rasoir attendait bien à côté de la cuvette en porcelaine, juste devant un miroir terni mais c’était un coup à se trancher la gorge. Il finit par se lancer malgré tout et lorsque Jonh frappa à la porte il n’avait accomplis sa tâche qu’à moitié, le visage encore en partie couvert de mousse à raser « à l’ancienne » dont il s’était barbouillé à l’aide d’un blaireau.

- C’est bon j’arrive, lança-t-il alors que l’on frappait un peu plus fort comme pour faire signe d’un manque de patience.

Le rasoir encore à la main il se dirigea vers la porte qu’il ouvrit à la volée avant d’inviter son élève à rentrer avec un regard qui en disait long sur le futur changement d’orientation professionnelle de la lame qu’il avait en main s’il se permettait une remarque sur son allure inachevée. Réintégrant sa place devant la glace, il ne prit la parole que quand il eut fini de tailler son bouc en retrouvant du même coup sa superbe.

- T’as pris un abonnement à la boutique des bouseux ? interrogea-t-il d’un air moqueur.

Il détailla du regard l’accoutrement de son camarade qui n’était qu’un assemblage de toile grotesque digne des paysans qui déambulaient devant le château chargés comme des mules. On pouvait repasser question allure et l’air goguenard du taulard en disait bien long sur son opinion sur le sujet. Même si ça rendait mieux que les collants, ça restait bien loin de la classe qu’il avait dans son costard, même à trois sous. Dans tous les cas c’était parfaitement assorti à sa gueule de déterré.

Seul un aveugle aurait pu passer à côté du stress et du défaitisme qu’irradiait Jonh. Il avait dû cogiter dans son coin et ne trouver aucun plan valable, et le violeur ne pouvait pas le blâmer pour ça. Il nageait lui-même dans la semoule même si quelques idées encore vagues lui trottaient sous le crâne. En parler à son comparse l’aiderait peut-être à faire le tri, approfondir et concrétiser tout ça, c’est pourquoi il invita le dépressif à s’asseoir après avoir lancé d’une main experte son rasoir directement dans la cuvette de porcelaine.

- J’ai réfléchis un peu à tout ça, et on est dans la merde, résuma-t-il en s’asseyant au coin du lit, Si on avait pu leur ouvrir le bide ça aurait été plus facile, mais là sans attaque surprise on peut s’asseoir sur la réussite de la « mission ». Au début j’avais pensé à des filets, mais ce plan ne serait efficace qu’en les plaçant ici et attendre qu’ils viennent est un mauvais plan.

Vu qu’ils n’avaient aucune idée de l’endroit d’où ils allaient venir, ni de leur arsenal, c’était le meilleur moyen de se planter que de poireauter ici dans l’espoir de les piéger sur place. Le mieux était encore d’attaquer directement chez eux, alors qu’ils ne se méfieraient pas. Plus d’une vingtaine de voleurs représentait un camp conséquent qu’il serait relativement aisé de dénicher, et les malfrats étant réputés buveurs et ripailleurs la seconde option stratégique s’imposait d’elle-même comme l’hypersexuel l’annonça, le front plissé par la réflexion.

- Alors du coup je me suis dit qu’il valait mieux attaquer chez eux, en douce. Par exemple en versant des somnifères dans leur repas ou leur boisson. S’ils sont bons vivants ils doivent manger pour quatre, et les voleurs ne sont pas réputés vigilants. C’est pas l’armée, ça m’étonnerait qu’ils montent la garde sérieusement. On aurait qu’à se faufiler jusqu’à ce qui leur sert de cuisine, assaisonner à notre manière et les récolter quand ils seraient mûrs pour la cueillette.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 6 Mar - 18:43

Jonh avait toqué à la porte personne ne lui avait répondu. Bizarrement il était impatient et son poing rencontra à nouveau la porte et enfin la voix de Liam s'éleva derrière avant de s'ouvrir sur lui. Visiblement le taulard avait aussi changer de vêtement mais rien à voir avec la tenue actuelle du dépressif qui se sentait...pauvre et moche par rapport aux habits que son ami portait et qui lui allait comme un gant. Évidemment il n'avait pas pensé à ces tenus de soirées offert gratuitement pour Noël...Quel crétin. Liam était apparemment en train de se raser quand Jonh l'avait dérangé vu que la moitié était fait. Vu le regard lancé le jeune homme ne devait rien dire là dessus, en même temps ce n'était pas son style.

Le dépressif entra donc dans la chambre et attendit patiemment que son ami termine son rasage. Même si c'était un criminel il prenait quand même soin de lui. Cela dit être un meurtrier ne voulait pas dire qu'on ne s'occupait pas de soi. Une fois qu'il eut finie Liam critiqua la tenue de Jonh, ce dernier se demandait quand est ce qu'il allait dire quelque chose là dessus et bizarrement il avait presque envie d'en rire.

- Ouais j'ai pas pensé à prendre la tenue de mon abonnement au calendrier

Il était quand même gêné que l'hyper sexuel le regarde comme ça même si le dépressif ne le montra pas. Il avait l'impression que Liam allait le bouffer tout cru bien que ses habits de "bouseux" devait lui couper l'envie. D'un côté il s'était fait la domestique il y avait peu de temps. Enfin bon il n'était pas venue ici pour discuter vêtements mais trouver un plan ensemble pour arrêter les brigands. Liam invita Jonh à s'asseoir et ce dernier s’exécuta avant d'écouter le taulard sur ce qu'il pensait de cette affaire. Ce fut un bref résumé en premier mais pas faux non plus.

- C'est vrai que les tuer aurait été beaucoup plus simple que de les ramener vivant et c'est vrai que ton idée de filet est bonne mais attendre en effet serait un risque car on ne sait pas trop qui sont ces brigands...


Qui sait si certains ne faisait pas partie du village ou avait accès au château ? Du coup leur petit piège serait découvert car leurs ennemis seraient au courant. Liam avait reprit exposant une autre pensée qu'il avait eu. C'était bien connu que la meilleure offensive c'était l'attaque et attrapé les brigands quand il s'y attende le moins était une bonne idée et la comparaison culinaire le fit doucement sourire.

- Ca me va...il ne me manque plus qu'à savoir où est ce qu'il se cache...ca ne doit pas être très loin d'ici, il doit y avoir une grotte ou un bois pas loin, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 11 Mar - 16:43

Au moins, ils étaient tous deux d’accord sur le fond et la forme ce qui simplifiait les choses. A deux ils avaient la majorité et Safrah pouvait aller coiffer des poneys si elle ne partageait pas leur opinion. A vrai dire même sans majorité Liam n’en aurait fait qu’à sa tête. Ce n’était pas le genre d’homme à se plier à la volonté d’autres personnes, qu’il méprisait généralement. La tête penchée il écoutait les suppositions de Jonh quant à la position des pillards, mais il finit par hausser les épaules. Ce n’était probablement pas aussi compliqué que son élève se le figurait.

- Oui, ils sont sûrement proches mais je pense que tu te compliques la vie. Ils sont relativement nombreux, armés et d’après ce qu’a dit le comte leur technologie est bien plus avancée que celle de ces bouseux. Ils doivent venir d’Elipse, avoir des flingues ou autres, ils n’ont aucune raison de se terrer s’ils ont les moyens de se défendre avec une facilité déconcertante.

La troupe de voleur devait même bien se marrer, à narguer leur victime en plantant leurs tentes à deux pas du village. Depuis la plus haute tour du château le campement serait probablement visible à l’œil nu et si ses déductions s’avéraient fausses ils passeraient les bois et les grottes du coin au peigne fin mais le tueur préférait écarter d’avance cette possibilité. Déjà parce que ça le fatiguait d’avance et ensuite parce qu’il était un criminel lui-même et commençait à comprendre plus que bien ce qui se passait dans la tête de ses semblables. La plupart du temps ils n’étaient même pas malin, ce qui transformait l’opération en partie de plaisir, ou presque.

Le lit grinça alors que le violeur se levait pour s’étirer et rectifier le pli de son pantalon. Il n’y avait pas à dire, il avait de l’allure, mais il lui faudrait changer de tenue avant de rejoindre le camp. Il aurait été dommage de réduire en charpie sa seule tenue présentable. Après s’être dirigé vers la sortie pour tomber nez à nez avec Aurore, il lui fourra ses vêtements sales dans les bras et lui demanda de les lui laver en vitesse, après quoi il s’échappa dans le couloir avec Jonh sur les talons.

Paillassus les attendait sur un tabouret, ou plutôt il y ronflait comme un moteur avec un long filet de bave s’échappant de la commissure de ses lèvres pour imprégner sa barbe hirsute. C’était répugnant mais le duo n’eut pas à subir ce spectacle bien longtemps car le taulard claqua la porte en faisant sursauter le vieillard qui frôla la crise cardiaque. Quand Liam fut sûr d’avoir capté toute son attention, il lâcha d’un ton jovial :

- Et bien Paillassus, j’espère que vous êtes assez éveillé pour nous conduire à l’endroit du château où nous avons la meilleure vu des alentours ! Je n’ai rien contre les siestes mais le temps presse !

Son sourire moqueur laissa le pauvre homme assez troublé, ne sachant s’il était sérieux ou non. Faute d’être fixé il ouvrit la marche en boitillant sur ses jambes maigrelettes, les conduisant le long d’une succession de couloirs et d’escaliers les menant haut, toujours plus haut, jusqu’à ce qu’ils débouchent sur une large pièce circulaire au sommet du donjon. Même en bonne condition physique, le trentenaire était à bout de souffle et prit appuis sur le mur de pierre alors qu’il jetait un œil à travers l’une des nombreuses meurtrières qui perçaient les cloisons.

Autour du château, la plaine félicité s’étendait, magnifique dans son manteau verdoyant. La population de Castlecrow avait transformé certaines parcelles d’herbes folles en champs, si bien qu’à un kilomètre à la ronde on ne voyait qu’un anneau de champs de patates, navet, carotte, blé et autres denrées nécessaire à leur alimentation après quoi la nature reprenait ses droits. Pas de camps de ce côté, mais il restait de nombreuses ouvertures longues et étroites par lesquelles jeter un œil.

Le taulard changea de point d’observation avant de faire signe à Jonh de faire le tour de la pièce à son tour, mais dans le sens inverse histoire de boucler cette corvée au plus vite. Une fois qu’ils sauraient où frapper et à quoi ressemblait leur camp, ils pourraient commencer à réclamer une bonne dose de laudanum ou de n’importe quel somnifère local. Et cuisiner à leur manière.

- Regarde si tu vois pas un attroupement, des tentes ou des maisons de fortune. N’importe quoi du genre.

A sa sixième meurtrière Liam maudissait définitivement l’architecte qui n’avait pas été capable de foutre un balcon quelque part, mais il chassa ses pensées à la septième meurtrière. Un regroupement de tente se dressait à une dizaine de kilomètres de la ville en rase campagne. On pouvait voir des gens aller et venir, de la taille de fourmis. Bon… même s’ils n’avaient pas d’indications sur leur armement à cette distance ou sur la disposition des lieux, ils savaient au moins dans quelle direction marcher.

- Trou-vés… chantonna-t-il à mi-voix, un sourire en coin étirant ses lèvres fines.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 17 Mar - 17:50

Liam s'y connaissait sans doute plus que lui en la matière. En tant que criminelle se mettre dans leur tête devait être simple comparé à Jonh qui n'avait rien à se reprocher, du moins pas dans le monde réel. Ici, c'est sur qu'il avait les mains sales et pas que ça. Enfin il fallait mieux suivre l'avais de Liam sur cette mission et c'est ce que les deux hommes firent. L'hypersexuel semblait avoir changé d'avis sur sa tenue car il demanda à Aurore de laver ses vêtements rapidement. C'est sur qu'un costume bordeaux ce n'était pas ce qu'il y avait des plus discrets.
Ils arrivèrent là où était Paillassus, ce dernier était en train de dormir comme un vieux, de la bave sortant de sa bouche. Très appétissant. Liam le réveilla d'une façon très agréable qui faillit tuer leur guide sur le coup de la surprise. Il lui demanda de les conduire à l'endroit le plus haut du château. Bien sur si les voleurs étaient visibles du "ciel" ça serait plus simple de les repérer. Les deux voyageurs suivirent donc Paillassus à travers des couloirs et l'ascension fut longue et dur et Jonh s’efforçait de lever les genoux qui au bout d'un moment en avait assez. A cause des énormes efforts la sueur coulait sur son front et il était essoufflé. Ce fut un grand soulagement de voir la fin des escaliers et un petit vent pour le rafraichir.

- Pfiou...je ferai pas ça tous les jours

Une fois sa respiration calmé le dépressif suivie la consigne de Liam et scruta les meurtrières une à une dans le sens inverse du taulard. Il ne voyait rien mise à part des champs, de l'herbe et des forêts. Jonh entendit le voyageur chantonner quelque chose et lorsqu'il arriva à la meurtrière voisine de celle où était Liam il vit que ce dernier avait trouvé enfin ce fichu campement. On ne voyait pas grand chose mais déjà ils pouvaient savoir combien ils étaient environs.

- Maintenant qu'on les as trouvés on s'y prend comment ? On attend la nuit et on se glisse discrètement là bas pour les cuisiner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 15 Avr - 13:12

Tout ça lui rappelait vaguement leur guerre dans les montagnes contre Charisman, sauf qu’à l’époque ils étaient nombreux et armés. Là ils étaient deux et demi -Safrah ne pouvant compter décemment pour une personne- et n’avait comme moyen de se défendre qu’un couteau et un boulet magique. Ils savaient désormais où était l’ennemi mais ça ne facilitait pas pour autant leur tâche et vu les questions sous lesquelles Jonh avait décidé de le noyer, il lui faudrait résoudre ce problème seul.

- Oh, oui. Si tu veux mourir, Liam marqua une pause après quoi il ajouta légèrement amusé, Suis-je bête, c’est vraiment le cas. Tu sais quoi ? Oublie.

Adossé au mur ses doigts caressaient son bouc alors que son regard perdu dans le vide semblait chercher une solution miracle dans les murs de pierres grises qui lui faisaient face. Non vraiment, à part le coup du laudanum il ne voyait pas quoi faire ce qui voulait dire que leur plan entier représentait sur une donnée hypothétique. Savoir que sa survie dépendait d’une bande de bouseux sous évolués n’était jamais très bon pour l’égo mais le trentenaire finit par ravaler sa fierté et s’adresser à Paillassus.

- Dites-moi, vous connaissez le laudanum ?

- Et bien oui, répondit-il passablement surpris, l’apothicaire du château en possède pour soigner les insomnies du châtelain mais pourquoi cette…

- Prenez tout, mettez-le dans un sac et apportez le dans nos chambres.

Le vieillard sembla hésiter à les laisser seul dans la tour sans aucune surveillance mais un garde apparu à ce moment-là pour le tirer d’embarras. Déplaire à son maitre aurait été tout aussi horrible que de subir les foudres de cet individu louche du nom de Liam Baldwin. Les mollets maigrelets et poilus du serviteur disparurent rapidement dans l’escalier, laissant le duo de voyageurs en bonne compagnie. Tel un soldat de la reine devant Buckingham palace le militaire ne pipait mot dans son assemblage de boites de conserves. Seuls ses yeux oscillaient de droite à gauche pour suivre les mouvements du violeur qui trouvait ce manège somme toute comique.

Il finit malgré tout par s’en lasser et fit signe à son élève de le suivre dans les escaliers, leur chaperon sur les talons. Tout en se rapprochant d’un niveau plus agréable pour les acrophobes, le tueur tenta d’exposer le plan qui avait germé dans un coin de sa caboche :

- Faudra qu’on y aille à la tombée de la nuit, juste avant le repas. J’aimerais verser le laudanum dans leur nourriture et leur boisson, les laisser manger et les cueillir quand ils dormiront tous du « sommeil du juste ». Le truc c’est que ça fait bien joli sur papier mais si on se fait toper on est foutus. Enfin c’est pas comme si j’avais un plan de secours.

Et puis il fallait dire que si ces bandits étaient assez idiots ou confiants (à ce stade c’était presque des synonymes) pour camper en rase campagne, ils n’allaient sûrement pas s’amuser à monter sérieusement la garde ou à s’inquiéter parce que le potage avait un goût étrange et avait sûrement tourné. De toute façon en général ces mecs étaient des poivrots notoires et par conséquent l’alcool finissait d’annihiler leur peu de potentiel gustatif. L’herbe haute aux alentours de la ville serait une parfaite couverture pour masquer leurs déplacement, ne restait plus qu’à trouver la tente qui leur servait de cuisine sans faire de casse.

Ils furent bientôt de retour dans le couloir sur lequel donnaient leurs chambres. On pouvait entendre Safrah déambuler dans la sienne comme une âme en peine, aussi peu soucieuse de se rendre utile que de faire preuve d’une once d’intelligence. Mieux valait la laisser là, pour le bien de tous. Et comme il le pensait souvent : « moins on est, plus on gagne ». l’idée d’empocher les gains de la mioche avec un côté jouissif qu’il ne comptait pas laisser passer.

Le taulard, une main sur la poignée, adressa un sourire étrange à Jonh qui semblait hésiter sur le pas de sa porte. Depuis leur « aventure » d’un soir il avait un mal fou à résister à l’idée de le taquiner sur le sujet ou de lui faire et avances et encore une fois ça ne rata pas. Sa langue s’aventura malicieusement sur la commissure de ses lèvres alors qu’il lançait avec désinvolture avant de disparaitre à l’intérieur de sa chambre :

- Si jamais tu te sens seul, passe me voir !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 20 Avr - 15:49

Liam avait la fâcheuse tendance de mettre les pieds dans le plat et bien cette fois ci non plus ça ne loupa pas. Jonh n'y connaissais rien en matière d'infiltration et encore moins pour s’attaquer à des gens alors c'était tout à fait normal qu'il pose des questions stupides. Certes il voulait mourir, comme venait de le souligner gentiment Liam mais pas dans ce monde car en réalité là bas à Los Angles il serait toujours en vie, car malgré tout un légume ça vivait. Bref Jonh fit comme si le taulard n'avait rien dit, de toute façon ce dernier lui avait dit d'oublier alors...

Le voyageur demanda à leur guide si ils avaient du laudanum. Inutile de demander ce que Liam comptait en faire c'était évident. Paillassus devra leur amener cela dans leur chambre et à présent ils étaient accompagnés d'un soldat. C'était vraiment le Moyen Âge cette ville. Enfin, le dépressif n'avait pas le choix de faire avec et il suivit son compagnon dans les escaliers tout en écoutant ce dernier. Le plan était bien oui mais comment arriver ni vu ni connu dans ce camp ? Le soleil était encore haut dans le ciel alors la nuit n'était pas pour maintenant, il devait même pas être trois heures de l'après midi.

- Ca marche...

Lança t-il tout simplement car de toute façon il n'avait pas d'autres idées sous la main. Ils retrouvèrent les couloirs du château, la descente avait été quand même moins fatigante que l'ascension. De la chambre de Safrah on entendait des pas et Jonh se demandait bien ce qu'elle faisait la dedans. Plus par curiosité parce qu'en réalité il s'en fichait complètement. Ils arrivèrent donc devant la porte de la chambre de Liam et celui ci bien sur ne put s'empêcher de lui faire des avances. Le dépressif soupira en secouant la tête après que la porte se soit refermé.

- T'es irrécupérable...

Ce n'était pas un reproche juste un simple constat et d'ailleurs on pouvait entendre une pointe d'amusement dans la phrase de Jonh. Ce dernier finit par rejoindre sa propre chambre où ses vêtements de voyageurs étaient étendus sur son lit, tout propre. Et maintenant qu'est ce qu'il allait faire en attendant ? Le dépressif fouilla pour voir si il n'y avait pas de quoi s'occuper et finit par trouver un livre sans doute oublier par l'ancien occupant. Bah ça l'occuperait au moins pour une heure.

Une fois sa lecture finie, qui avait duré entre une heure et une heure et demie, Jonh se retrouvait une fois de plus sans savoir quoi faire. Il était un peu stressé pour ce soir surtout qu'il n'avait rien pour se défendre en cas de problèmes. Et ça m'étonnerait que le village ai quelque chose de fort pour cela. Le dépressif se rappela du boulet de Liam, et il ne devait pas l'avoir eu par un Elipsien, et soupira avant de quitter sa chambre pour aller toquer à celle du voyageur. Il allait croire des choses c'était sur. A peine le taulard eut il ouvert la porte qu'il lui lança :

- Je ne viens pas pour ce que tu penses, je voudrais juste te demander un service
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 23 Avr - 16:09

Une fois la porte refermée derrière lui, Liam eut le plaisir de constater que les bonniches locales étaient plutôt rapide question lessive. Ses vêtements l’attendaient sagement au pied du lit, pliés avec un soin maniaque. Y’avait pas à dire les femmes du coin savait autant manier le fer à repasser qu’écarter les cuisses et c’était tout à leur honneur. Au moins elles connaissaient leur place dans la société. Sans perdre de temps le taulard retira son costume qui réintégra sa hotte puis se revêtit de son traditionnel jean-chemise. Plus libre de ses mouvements, plus à l’aise aussi, ce serait idéal pour leur petite escapade au crépuscule.

Ensuite ? Et bien… il tourna en rond comme un chien en cage. Entre les pierres glacées et le feu brûlant un simple tour des lieux prenait des allures de douches écossaises et, faute de mieux, le tueur finit par se laisser tomber dans un fauteuil qui faisait face à la cheminée. Les yeux fixés sur les flammes renvoyaient leur image dansante et donnaient à leur propriétaire des airs de démons qui ne lui seyaient que trop. Immobile comme une statue on aurait pu voir en lui une partie du décor, sculpture de mauvais goût aux allures possédées. Pourtant il était loin d’être inactif. Sous ses cheveux en broussailles ses neurones travaillaient dur pour peaufiner les petits détails. Comme se rendre jusque là-bas sans se faire voir par exemple.

Même si « se cacher dans les hautes herbes » semblait tenir la route, ils ne seraient pas à l’abri d’une zone de rase campagne. Alors quoi ? Ils rebrousseraient chemin ? Non, ça n’allait pas… mais il ne voyait aucun autre moyen palliatif. Se déguiser en buisson était hors de question, le don d’invisibilité n’était pas leur, aucun moyen de diversion sous la main. Il se trouvait dans une impasse.

Et comme à chaque fois où il se trouvait dans ce genre de situation quitte à frôler la surchauffe il décida de relâcher un peu la pression en s’astiquant le manche. Mais comme les bonnes choses ont toujours une fin quelqu’un toqua à la porte avant qu’il ait pu mettre son projet à terme. La main s’extirpa des profondeurs de son caleçon, sa braguette fut remontée et il se leva plutôt agacé pour voir qui manquait à ce point de manières.

Jonh. Il avait l’air bien décidé à faire comprendre qu’il n’était pas là parce qu’il acceptait l’invitation mais ses paroles équivoques ne furent qu’une perche tendue pour Liam. Il ne perdit d’ailleurs pas l’occasion de la saisir.

- Désolé, je ne taille pas les pipes.

C'était avec l'air terriblement sérieux qu'il avait répondu du tac au tac mais son visage inquiétant se fendit bientôt d'un sourire moqueur. On ne se lassait jamais de titiller les gens même si Jonh n'était pas une proie de choix pour ce qui était de blêmir avant de s'enfuir la queue entre les jambes. Bien sûr ce n’était pas le service qu’on comptait lui demander mais rien que pour voir la tête de son interlocuteur le jeu en valait la chandelle.

- Ok, ok… entre.

Le taulard s’écarta de la porte pour laisser à son élève la place de passer puis referma la porte avant d’aller rejoindre son fauteuil encore chaud. Il s’apprêtait à demander quel bon vent l’amenait en sa demeure de perversion et de luxure quand un faucon pénétra comme une flèche par l’une des meurtrières, lui lâcha un paquet sur les genoux et ressortit tout aussi vite. S’il n’y avait pas eu ce poids sur ses cuisses Liam aurait pu croire à un rêve et pourtant…

Comme un enfant au matin de noël –même s’il n’avait jamais vécu l’expérience personnellement- le violeur déchira le papier kraft pour découvrir une lettre ainsi qu’une hideuse casquette à l’effigie d’un piaf débile. Vu le regard bovin il ne pouvait s’agir que d’un pigeon. Dans un rire amusé il se la vissa sur le crâne avant de déplier la lettre qu’il lu à voix haute :

- Alors que me vaut cet honneur hum ? « Cher Mr Baldwin, pour vous remercier de votre aide précieuse de lutte contre l’incendie de notre belle forêt incarnation nous vous offrons cette casquette Cheddar. Qu’elle puisse vous aider à lutter à nouveau contre le terrorisme forestier. Signé le comité des gardes forestiers de la forêt incarnation. ». Mouais, si c’était pour avoir une casquette craignos je me serais pas troué le cul comme ça.

Puis son œil tiqua sur la description de l’objet ajouté en petits caractères en bas de la page. Il ne croyait pas si bien dire finalement, en parlant de se trouer le cul.

_________________



Dernière édition par Liam Baldwin le Mer 2 Mai - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 1 Mai - 15:50

Évidemment, il ne pouvait pas s'en empêcher. Même si Jonh l'avait prévenu qu'il n'était pas venu pour faire des câlins le taulard n'avait pas pu retenir sa petite blague. Et en plus ce n'était même pas drôle, cela ne faisait sourire que lui quand bien même le dépressif s'était coltiné l'hyper sexuel pendant un bon moment. Son humour laissant toujours à désirer. Surtout que Jonh savait quand même un minimum que Liam préférait prendre le plaisir plutôt que de le donner.

- Ha - ha très drôle...

Répliqua t-il en réponse à son sourire moqueur énervant avant d'entrer dans la chambre une fois invité à le faire. Liam alla s'asseoir sur son fauteuil et alors que Jonh allait lui donner la raison de sa visite il fût interrompue par un hibou express qui livra un objet à son interlocuteur. Ce dernier lut à voix haute la lettre délivré avec. Cheddar. Cela lui disait quelque chose mais il n'avait rien reçue comme récompense. En même temps vu l'équipe dans laquelle le dépressif était tombé. Entre la folle psychopathe et la fillette froide comme la glace il avait été servie. Même la compagnie de Liam était plus agréable pour Jonh. Enfin bref, c'était du passé et à présent il se retrouvait dans un château à l'époque du Moyen-Âge pour arrêter des voleurs. Le dépressif posa ses fesses sur le lit en ayant marre d'être debout et retourna sur la raison de sa présence ici.

- En fait je voudrais savoir comment tu as eu ce boulet magique ? Je suis certains que les Elipsiens ne vendent pas ce genre de chose alors...Et je me suis dit que compte tenu de la situation dans laquelle on est il valait mieux que j'ai quelque chose pour attaquer. Mes pouvoirs sont plutôt défensif alors si tu as une adresse à me filer


Ca ne coûtait rien de demander. Enfin, si, Liam serait tout à fait du genre à lui demander quelque chose en échange et il n'y avait pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir de quoi il s'agissait. Quoique si le dépressif était sympa avec lui il ne lui demanderait rien en retour même ça se saurait que l'hyper sexuel donnait gratuitement. Pourquoi est ce qu'il avait posé la question sérieusement ? Mais maintenant c'était trop tard pour faire machine arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 2 Mai - 12:31

Liam leva les yeux au ciel devant le manque flagrant d’humour de Jonh et son attitude bassement terre-à-terre. Ses doigts jouant sur le bord de sa casquette il hésita un moment à répondre, après tout ça ne lui apportait pas grand-chose. Vu l’air constipé de son élève il devait craindre quelque demande loufoque ou pire encore, un service sous le niveau de la ceinture en retour. Le connaissait-il si mal ? Bon ok, peut-être pas si mal, c’était le genre de marché qu’il avait passé avec Shannon un bon mois auparavant mais la situation était différente et surtout… joué à la Barbie s’était révélé décidément trop tentant.

- J'ai invoqué une brocanteuse géante et verte, répondit-il finalement avant d'ajouter, Vraiment.

Dit comme ça on aurait pu croire à une blague tant ces propos semblaient irréalistes. Sauf qu’on était à Dreamland et qu’ici tout était possible y compris l’existence de monstruosités telles que Labeau Nefaie. La donzelle était terriblement pratique mais niveau esthétique on pouvait repasser, même un cadavre avait plus d’attrait aux yeux du tueur qui pourtant n’était pas bien difficile quand il s’agissait d’explorer les grottes du voisinage.

L’ex taulard aurait bien laissé croire un moment au dépressif que tout ça n’était qu’une vaste plaisanterie mais l’air blasé de ce dernier lui avait définitivement ôté l’envie de jouer. C’est donc plus ou moins à contre cœur qu’il se força à éclairer ses propos en se calant plus confortablement dans son fauteuil après l’avoir rapproché un peu de la cheminée pour mieux profiter de la chaleur du foyer.

- Après avoir tringlé miss frigidaire j'ai trouvé une pub dans le hall du motel, un flyer pour une nana du nom de Labeau Nefaie qui vendrait des objets magiques alors quand j'ai eu un créneau j'ai testé c'est tout, révéla Liam dans un haussement d'épaule avant de lancer le prospectus plié en quatre en s'exclamant, Attrape !

S’il voulait faire des courses qu’il fasse mais elles ne lui seraient pas d’une grande utilité. « Sa seigneurie » leur avait ordonné de ramener les bandits au château vivants ce qui éliminait définitivement l’option lynchage –et le trentenaire en était bien désolé- mais il savait que les accidents mortels étaient bien vite arrivés. Un coup porté un peu trop fort, une pierre saillante, une trop grosse poussée d’adrénaline… tous ces petits riens pouvaient causer leur perte alors s’armer jusqu’aux dents en comptant s’en servir était inconcevable. Et puis… pas sûr que Jonh ait les couilles pour se servir d’une arme pour autre chose que menacer quelqu’un. Ce petit gars s’était amélioré à son contact mais ce n’était pas encore ça, loin s’en faut !

Pendant que le dépressif faisait appel à la géante bedonnante le violeur quitta son siège pour aller ouvrir la porte à laquelle quelqu’un venait de frapper trois coups. A peine la porte entrouverte qu’il se fendit d’un large sourire et invita son « invité » à entrer et pour cause : ce n’était rien d’autre que Paillasus et son précieux chargement de laudanum. Le pauvre ahanait, transpirant au point de lui donner l’air de sortir de la douche alors que sur son épaule reposait un sac au ventre rond plein à craquer de leur potentielle solution au problème de pillage de cette ville de bouseux.

- Entrez, entrez ! Posez ça dans un coin je m’en occuperais… vous allez nous claquer dans les doigts mon vieux !

Un rire moqueur s’échappa de ses lèvres alors qu’il regardait sans bouger le petit doigt le serviteur qui déposait son fardeau non sans mal, les guiboles flageolantes. Il aurait pu l’aider, le soulager mais franchement ça se serait révélé bien moins drôle, non ? Une fois Paillassus dépossédé et raccompagné qu’il le veuille ou non jusqu’à la sortie Liam se mit à farfouiller dans le colis pour évaluer la quantité. Il y en avait pour un régiment, centaine de petits flacons soigneusement étiquetés et remplis d’un liquide translucide.

- On va en chier pour transporter ce barda… murmura-t-il pensif avant de se tourner vers Jonh, Bon, t’as trouvé ton bonheur ? Évite d’investir dans des grenades hein, ce serait contre productif.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 6 Mai - 18:09

Une brocante verte et géante ? Oui pourquoi pas c'était fort possible dans ce monde. Mais ça pouvait très bien être aussi une blague où Liam se moquait de lui encore une fois. Devant l'air dubitatif de Jonh le taulard mit des précisions dans ses paroles. Dans ce cas alors oui c'était fort possible qu'il ai vu un flyer et que par enchantement en l'appelant la vendeuse apparaisse. Jonh attrapa le prospectus que Liam venait de lui lancer. Il le remercia et lut la feuille. Et bien c'était loin d'être une fée comme dans les contes...elle ressemblait plutôt à un ogre. Enfin, Jonh cria tout de même, après s'être éloigner pour laisser Liam tranquille, la phrase " Madame Labeau Nefaie, viens nous aider !". Un nuage verdâtre apparut dans la pièce pour laisser place à une créature de trois mètres au moins.

- Euh...bonjour

Bah oui quand même c'était assez impressionnant. Ils discutèrent des divers produits que proposait la dame et finalement Jonh opta, pour le peu de rubz dont il disposait, d'un Téfalka, mélange entre un boomerang et une poêle et de la machine permettant de la recharger gentiment préciser par la fée. Le dépressif paya ses 850 Rubz et la créature s'envola. Du côté de Liam ce dernier avait eu les sacs de laudanum. Et c'est avec un grand humour connu de lui seul que Liam lui glissa que acheter des grenades n'auraient pas été convenables.

- J'ai acheté un Téfalka et la machine pour le recharger maintenant je dois lire la notice

Jonh prit les papiers et commença par lire le mode d'emploi du rechargeur. Au fur et à mesure de sa lecture un rictus nerveux s'afficha sur ses lèvres. Bon la sueur il voulait bien mais pour l'autre truc ça serait plus compliqué.

- Je vais avoir besoin de ton aide pour la remplir Liam

Il lui tendit le papier pour que celui ci puisse comprendre ses propos. Enfin qu'il s'imagine pas non plus que Jonh coucherait avec lui pour avoir des "sécrétions sexuelles". Ah oui d'ailleurs il faudrait pas qu'il oublie de remercier le taulard, ça serait capable de lui porter préjudice plus tard. Jonh lui offrit donc un mignon petit sourire accompagné d'un :

- Et merci du tuyau au fait


Dernière édition par Jonh Matrevis le Sam 19 Mai - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 6 Mai - 19:03

Une téfatale et un recycleur de… hey ! Mais il avait le même ! Les grands esprits se rencontraient vraiment, même si le tueur imaginait mal le dépressif se secouer la nouille pour recharger des piles. Son élève se fit d’ailleurs la même réflexion car il lui demandait déjà de mettre la main à la pâte au sens propre comme au figuré. Avec un coup d’œil amusé Liam laissa sa langue s’évader subrepticement sur ses lèvres à l’instar d’un serpent puis se mit à jouer avec le bouton de son jean.

- Ils disent tous ça et ensuite… ils regrettent. Cela dit tu aurais dû m’en parler avant parce que j’ai justement le même à la maison tu vois ?

Tout en parlant il fila droit vers sa hotte pour en sortir un drôle de petit appareil, copie conforme de celui dont Jonh venait de faire l’acquisition. L’objet en main il l’agita jusqu’à être sûr qu’il était bien vu puis le rangea dans son barda.

- J’ai gagné ça je sais plus quand. Je l’avais presque oublié d’ailleurs vu que j’en ai pas trop l’utilité, enfin pas encore. Je devrais peut-être investir dans un objet ou deux tu crois pas ? Mais bon on aura tout le temps d’y penser quand on aura fini notre kidnapping massif de blaireaux opportunistes.

D’ailleurs à bien y regarder il avait dans son bordel des objets dont il avait oublié jusqu’à l’existence. Comme ce styleffaceur pourtant si utile, ces bottes de sept lieues, ce sac à dos à contenance illimitée… attendez ! A contenance illimitée ? Un rictus mauvais qui ne présageait rien de bon pour les bandits étira ses lèvres fines alors qu’il se saisissait dudit sac. La cachette parfaite pour leurs réserves de laudanum, ces réminiscences tombaient vraiment à pic, comme quoi ce n’était pas si mal que d’être nostalgique.

Ne restait plus dès lors qu’à transvaser tout ça, mais la dernière phrase de Jonh déconcentra Liam de bien belle manière. « Merci ». Combien de fois on lui avait dit ça dans sa vie déjà ? En le pensant ? Il pouvait les compter sur les doigts d’une main. Pourtant le sourire que lui servait son élève paraissait sincère ce qui le laissait encore plus sur le cul.

- Euh… ouais. De rien.

Un « tu me le rendras au centuple » un brin vicelard hésita sur ses lèvres mais une fois n’est pas coutume il réussit à se convaincre de le garder pour lui. Même s’il tentait de se persuader que Jonh n’était qu’un compagnon de route comme un autre, un bouche trou – ou plutôt un trou à boucher- il fallait se rendre à l’évidence : il le voyait plutôt comme un ami. Ami… un mot qui n’avait jamais eu de sens concret pour le taulard qui tentait désormais de lui en donner un, d’une façon plutôt bancale avouons-le mais c’était mieux que rien. A force de le pousser à bout tout ce que Liam obtiendrait serait de faire fuir le dépressif et il se surprenait à ne pas le vouloir.

La solitude était pesante parfois, surtout quand on s’habituait à des présences autour de soi. Ella d’abord, puis Shannon, puis Jonh… et ensuite plus personne ? Non, c’était inconcevable. Autant retourner en cellule. Que ce soit pour les aimer où les torturer on avait toujours besoin de quelqu’un sous la main pour tromper l’ennui, non ? C’est ce que Liam commençait à penser du moins.

Enfin il fallait y aller progressivement dans les efforts, il se désintéressa donc rapidement de la question pour fourrager dans le sac de toile qui contenait le laudanum et commença à transvaser. C’était long et tout sauf passionnant mais il fallait bien y passer à un moment ou à un autre. Il lui fallut bien dix minutes pour accomplir sa tâche après quoi il se laissa de nouveau tomber dans son fauteuil et pointa le mur du doigt, cloison derrière laquelle se trouvait la chambre de Safrah.

- Tu crois qu’elle nous fait sa crise d’ado ? Elle a pas mis le nez dehors depuis des heures, hors de question qu’elle touche ne serait-ce qu’un dollar… ou plutôt un rubz si elle se sort pas vite les doigts du cul.

Pourquoi fallait-il toujours qu’il ait une feignasse profiteuse dans les pattes ? C’était Yoru ou Melena qui occupaient ce rôle en temps normal mais il fallait croire que le destin était joueur et voulait varier les plaisirs… si au moins elle pouvait écarter une nouvelle fois les cuisses il aurait trouvé une raison pour une quelconque rétribution.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 19 Mai - 19:53

C'est sur que de demander de l'aide à un criminel il y avait de quoi se demander si l'on était pas fou. Mais bon les deux voyageurs n'étaient pas des inconnus entre eux et Jonh n'avait rien à perdre à demander. Ah si se sentir con d'un coup quand le taulard lui annonça et montra qu'il avait lui aussi la machine. En même temps comment le dépressif aurait il pu deviné que son compagnon en avait une dans sa hotte.

- Ah...et bah ça fera plus de recharges...

Enfin ça faisait quand même chier d'avoir dépenser pleins de rubz alors qu'il aurait pu les conserver pour plus tard au cas où. Si jamais il devait encore avoir affaire à un passeur. Liam faisait ce qu'il voulait de son argent si il désirait acheter d'autres objets mais bon faudrait pas non plus qu'ils aient encore des doublons.

- On devrait aussi voir ce qu'on a dans nos hottes parce que si on achète quelque chose que l'un de nous à déjà ça ne sert à rien

C'était le comptable qui parlait là. Une évaluation des stocks était importante à ce niveau de leur avancé. Liam avait sortie un sac à dos de sa hotte et Jonh se demanda ce qu'il allait en faire vu le sourire qui naquit sur ses lèvres. Jonh tilta qu'il ne l'avait pas encore remercié et le fit. Cela sembla décontenancé le taulard pendant quelques secondes puis ce dernier sous le regard du dépressif transvasa ce qu'il y avait dans le gros sac dans le petit. A sa grande surprise ce dernier semblait sans fin...Comme le sac à main de Mary Poppins.

- J'espère qu'il fera le poids d'un sac à dos...

Le sujet Safrah revint sur le tapis. C'est vrai qu'il ne l'avait pas revu depuis leur arrivée ici. Enfin il allait pas s'en plaindre remarque mais Liam semblait avoir oublié que c'était lui qui avait invité l'adolescente à les suivre. Jonh se retenait de lui dire que ça ne le dérangeait pas si ils laissaient Safrah ici. Déjà que le dépressif s'était mal conduit avec Sélène, d'un côté elle aussi puisqu'elle l'accusait de l’avoir violé.

- Bah laisse la elle ne ferait que nous gêner de toute façon...Je vais chercher mes affaires

Jonh sortie de la chambre pour aller rejoindre la sienne et tomba sur une paquet qui attendait sagement sur son lit. Un nom écrit à la vite avec le sien était marqué dessus de la part de Paul-René Lesavant. Un homme pour qui il avait travaillé avec d'autres voyageurs. Le dépressif l'ouvrit et reconnue sans mal la combinaison qu'ils avaient dû porter lors de leur exploration. Ca pouvait toujours être utile mais c'était quand même encombrant...Enfin bon Jonh prit tout son attirail et rejoignit Liam avant de déposer le tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 23 Mai - 10:29

Visiblement désappointé de leur doublon –et du gaspillage associé- Jonh tenta de masquer son agacement par un sophisme. Plus de recharge ? Ce n’était pas parce qu’on avait deux paniers que l’arbre fournirait deux fois plus de pommes et aux dernières nouvelles ses couilles n’avaient pas une contenance illimitée. Cette pensée tira un sourire narquois au taulard qui se retint malgré tout de lâcher une remarque que le dépressif aurait pu mal prendre. De toute façon il était trop occupé à déballer ses affaires pour lui prêter attention.

En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire son élève avait répandu le contenu de sa hotte qu’il était allé chercher dans sa chambre sur le lit, bien déterminé à en faire l’inventaire. Le sujet de Safrah avait été expédié si vite qu’il était déjà oublié, Liam se mit donc aussi en tête d’étaler ses possessions sur un coin du drap. Le moins qu’on puisse dire était le l’ensemble était assez hétéroclite, pour ne pas dire étrange.

- Alors… déjà j’ai mon sac-à-main, un rouge-à-lèvres, un calepin, un stylo, le portefeuille d’une morte et les papiers qui vont avec, mon couteau-papillon, de l’aspirine, un téléphone portable, une loupe, un tube de colle, une carte, une boussole, une fiole de panacée, une ampoule basse consommation… Liam marqua une pause, sceptique, Je sais même pas pourquoi je garde ça. Bref, j’ai aussi un bon pour un tatouage, les cadeaux de noel qui nous tombaient sur la gueule, des menottes magiques, un boulet magique, des clopes, un briquet, un porte clef de mauvais goût, un diskman avec un CD des sex pistols, des bottes magiques, un stylo i-tech, le fameux recycleur de fluide, ma magnifique casquette de pigeon et…

Liam attrapa la pierre brillante tombée de la lune le soir de la nuit sanglante et qu’il avait ramassé plus par instinct qu’autre chose. Instinct qui s’était pour l’heure révélé totalement délirant car la larme sélénite n’avait jamais fait montre d’une quelconque utilité.

- … un caillou. Et toi ?

Jonh n’était pas en reste question bric-à-brac étrange, et lui au moins avait le mérite d’en posséder en quantité plus restreinte. Le tueur ne savait vraiment pas quelle tête son camarade aurait fait s’il avait encore possédé les serviettes hygiéniques qu’il avait offert à Shannon plus pour la rendre honteuse que pour l’aider réellement.

Le bilan de tout ça était qu’ils étaient chargés d’une quantité phénoménale de merde et que son sac-à-dos ne serait pas du luxe. Du moins c’était là où en arrivait Liam au terme de ses réflexions. Il y avait bien deux ou trois choses utiles mais il avait volontairement éclipsé l’explication de leurs effets. D’une parce qu’il n’était pas brocanteur, de deux parce qu’il était toujours bon de garder un effet de surprise. Il avait beau apprécier le dépressif on ne pouvait jamais savoir quand les gens vous trahiraient ou vous tourneraient le dos. Prudence est mère de sureté.

Il n’y eut plus alors qu’à ranger tout ça en place, la seule chose que Liam gardant sur lui étant la casquette, le boulet et le styleffaceur coincé dans la poche avant droite de son jean. Et son couteau bien sûr, mais était-ce utile de le préciser ? L’objet était désormais une véritable extension de son bras, qui sait s’ils ne finiraient pas par fusionner avec le temps ? A Dreamland tout était possible non ?

Dehors le soleil commençait à obliquer vers l’horizon, embrassant les étendues infinies d’herbes folles comme l’aurait fait un feu ardent. Le violeur devait plisser les yeux pour regarder à travers l’une des meurtrières qui perçaient les murs de sa chambre tant l’éclat du couchant était éblouissant. C’était le signal de départ qu’il attendait. S’ils voulaient prendre la route c’était maintenant ou jamais.

Lançant le sac-à-dos par-dessus son épaule, il quitta la chambre avec Jonh sur les talons et ne s’arrêta que brièvement devant la chambre où Safrah était restée enfermée tout l’après-midi. Il frappa trois coups secs avant d’ordonner, péremptoire :

- Sors de là, on y va !

Pas de réponse.

- Je vois… tant pis pour toi, compte pas sur moi pour te nourrir quand tu crèveras la dalle faute d’avoir de quoi t’acheter à manger, annonça-t-il avec un sourire mauvais tout en s’éloignant dans le couloir.

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 24 Mai - 12:10

Les deux voyageurs se mirent donc en tête de faire l’inventaire de leurs affaires respectives. Jonh avait ramené de sa chambre ses biens dans celle de Liam. Ce dernier en fit de même avec les siens en les étalant sur un bout du lit. Il avait quand même des trucs bizarres en sa possession comme par exemple cette paire de menotte. Mais bon ça allait de aire avec le boulet magique non ? Et il ne préférait même pas savoir pourquoi il avait sur lui le porte feuille d’un mort…Les objets étaient quand même moins nombreux et comme lui de toute façon déjà il avait échoppé des cadeaux du calendrier. Jonh se mit donc à son tour à énumérer ses effets, tout en se demandant dans sa tête pourquoi il avait ça.

- Hum…un canard plastique…ok…, une lampe de poche, du chocolat mais il doit être un peu périmé, une mallette, euh un rouleau de papier toilette, une combinaction, ça je viens de le recevoir, les fameux cadeaux du calendrier et puis bien sur ce que je viens d’acheter la téfatale et la machine qui va avec…

En fait il n’avait pas tant de choses inutiles dans sa hotte. Déjà rangé le maximum de chose dans la mallette ferait beaucoup de place. Et puis pour l’opération il n’y avait pas besoin d’emmener tout ça. Le nécessaire suffirait. Le dépressif en attendant que la nuit tombe rangea donc son bordel. La combinaction prenant bien sur le plus de place…Lorsqu’il eu finit de jouer au maniaque le soleil commençait à décliner dans le ciel. Signe que c’était l’heure de partir. Jonh prit sa nouvelle arme avec lui, s’assura que ses mitaines étaient bien enfilées car ça serait quand même dommage que malencontreusement ils s’en prennent à Liam. C’était la première fois que Jonh allait faire ce genre de chose et autant dire qu’il était plus excité que effrayé. L’idée de se lancer un défi comme par exemple « si on s’en sort j’embrasse Liam » lui avait traversé la tête mais il l’avait rapidement envoyé balader. Quelle idée de penser des trucs pareils. Enfin bon le duo sortie de la chambre et le taulard frappa à la porte de celle de Safrah mais aucune réponse n’en sortie.

- Oublie pas qu’à la base elle est muette…

Lanca t-il d’un ton ironique avant de continuer le chemin. Les voyageurs se retrouvèrent donc dehors avec une magnifique petit brise de soirée qui vint leur chatouiller le visage. Jonh regarda Liam et dit tout en repoussant ses cheveux qui venaient l'embêter.

- Bon bah je te suis je n’y connais rien en infiltration, tu m’a l'air plus doué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 24 Mai - 18:33

Tout devenait plus clair autour de Nial, pas comme d'habitude dans ses rêves. Il semblait que son esprit sortait de sa brume onirique, et qu'il se passait la même chose pour a vision. Il se demandait comment cela pouvait ce faire.. un rêve éveillé. C'était un peu étrange. Cette sensation de réalité qu'on ne pouvait normalement ressentir que dans la réalité, pourquoi était-elle aussi ici? C'était un mystère. De plus il avait gardé sa superbe tenue de super-héros dans laquelle il s'était assoupi. C'était un peu con d'apparaître dans cet accoutrement, mais bon, qu'importait le regard des autres? Il aimait ce costume et qu'on lui rie à la figure, rien à faire.

Il se trouvait devant deux individus qui visiblement le regardaient... c'était gênant, pour eux Mwahahahaha. Ils étaient assez hétérogènes tous les deux. Leurs style n'était pas du tout accordé. Donc peu de chance pour que leurs mentalités soient aussi accordées. Il n'avait pas vraiment envie de leur parler, mais bon, c'était un rêve après tout... juste plus lucide que les autres. Peut-être avait-il toujours mal rêvé, et il rêvait enfin correctement. C'était génial! Donc on pouvait commander ce que l'on voulait ici vu que c'était notre esprit qui contrôlait ce rêve, donc il n'y avait qu'à stimuler son esprit pour faire apparaître des choses.

Il tenta de modéliser la plus belle réaction en chaîne qu'il avait jamais fait, mais il n'y arrivait pas. Son esprit n'était décidément pas très manipulable... Peut-être il avait voyagé sur une planète semblable à la Terre, où avait immigré dans une de ses BD par l'oeuvre d'un super vilain qu'il allait s'empresser de botter les fesses. Mais il y avait un truc qui manquait... Oui quelque chose... OUI son arc. Il ne l'avait pas suivi! Il l'avait pourtant gardé avec lui pour dormir. Cela était très réconfortant. Mais les deux individus étaient toujours devant lui et n'avait pas déguerpi, ce qui signifiait qu'il avait peut-être attiré leur attention....

Ce n'était pas bon ... On ne fait pas confiance à deux individus louches .... Mais ces deux individus n'étaient pas trop louches. Ils étaient aussi séduisant par ailleurs, mais bon du moment qu'on n'instaure pas de dialogue on n'a rien. Mais la seule chose qu'il fallait savoir c'est dans quelle BD il était.

-Salut! Juste que j'arrive ici je sais pas ce qu'il se passe mais bon, si vous avez pas envie de me renseigner c'est pas grave je trouverai ma route tout seul. dit-il avec un sourire jovial. Au fait, je m'appelle Nial, Nial Hemsworth. Enchanté.

Pourquoi être méchant à la première rencontre? Nial n'avait pas envie de provoquer un combat sanglant dès son arrivée dans sa première case de BD, même si il était quasiment sûr de pouvoir s'échapper si on tentait de le tuer... Bref, c'était une BD assez sympathique, pour l'instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 24 Mai - 21:33

La remarque de Jonh quant à la langue perdue de Safrah lui avait tiré un rire moqueur alors qu’il s’éloignait de la chambre de leur gamine en pleine crise d’ado’. Quelle se terre donc là sans dire un mot, il lui faudrait bien sortir un jour ou l’autre pour ne pas mourir de faim ou de soif et ce jour il serait là. Il lui apprendrait l’obéissance à coup de trique –dans tous les sens du terme- son éducation lui avait appris que cette méthode marchait toujours hélas.

Le duo commençait à s’éloigner dans le couloir de pierres froides, les portes se succédant encore et encore jusqu’à ce que le taulard se demande s’ils n’étaient pas en train de se perdre. Comme s’il avait saisi l’appel à l’aide muet Paillasus déboula d’un corridor pour les guider jusqu’à la sortie. Impossible de savoir si c’était par générosité ou juste pour ne pas les voir déambuler à leur guise dans le château, le fait est que Liam y trouvait son compte et que ça lui suffisait.

Dans à peine quelques minutes ils pourraient rejoindre l’extérieur et humer l’air frais. Enfin… pas si frais que ça avec leurs odeurs de purins et de cadavres se décomposant dans leurs cages que le vent transportait, mais toujours mieux que de se pourrir les poumons avec la moisissure humide qui colonisait l’intérieur du palais. D’ailleurs en parlant de colons moisis…

Un mec étrange affichant une banane niaise et vêtu comme s’il sortait d’une adaptation de comic se dirigeait vers eux en débitant des fadaises. Le mec avait l’air de se croire dans un jeu vidéo, ou même simplement dans un rêve. C’était sûrement le cas d’ailleurs. Un bon illuminé en plein rêve lucide mais le violeur avait autre chose à faire que de jouer les nourrices. Il leva les yeux au ciel, dépassa l’homme sans mot dire et traça son chemin.

Les choses auraient très bien pu continuer ainsi si Paillasus n’avait pas commis une terrible méprise, écarquillant les yeux de surprise. Mais bien sûr ! La missive qu’ils avaient reçu en réponse à leur demande d’aide parlait de quatre sauveurs et non trois, ce devait donc être le manquant en toute logique ! Un peu dur de la feuille il n’avait pas compris un traître mot de ce que Nial avait dit et rien ne venait donc contredire sa version, c’est pourquoi il fonça vers lui, sa bure flottant derrière lui comme un étendard, pour attraper le bras du toqué et l’entrainer à leur suite.

- Ah ! Vous nous avez fait attendre ! le vieillard se tourna vers Jonh et Liam, C’est le membre manquant de votre troupe c’est ça ?

Devant le sourire édenté du bouseux le trentenaire esquissa une grimace. Le détromper risquait de révéler leurs mensonges et faire ainsi s’envoler la récompense, le mieux restait de jouer le jeu même si ça signifiait trainer un boulet. Comme s’il n’en avait pas déjà assez de celui attaché à sa cheville en permanence.

- C’est ça, c’est ça… maintenant on va vous laisser, on trouvera la sortie de la cour tous seuls.

Le groupe venait de déboucher dans un vaste espace situé devant le château, ceinturé de hauts remparts au-dessus desquels des archers patrouillaient dans leurs armures lustrées. Quelques paysans finissaient leurs affaires ici et là, menant le bétail sur le sol de terre battue en essayant d’éviter les soldats à cheval en chemin pour les écuries. Un beau bordel de l’avis de Liam qui se hâta de s’échapper pour ne s’arrêter qu’une fois à la lisière des champs.

Le camp des bandits était situé quelques kilomètres à l’ouest de leur position, mais avant de se mettre en marche ils allaient devoir se charger d’informer… Liam toisa l’inconnu afin de faire ce qu’il savait faire le mieux : donner des surnoms. Le nez proéminent du bonhomme l’aida grandement si bien qu’il fut rapidement classifié comme « Mr Patate » dans l’esprit tordu de l’hypersexuel. Ça lui irait à ravir.

- Bon, je sais pas où tu te crois, mais ici on ne joue pas. Donc soit t’en prends conscience soit tu seras bientôt mort. Un légume dans le monde réel même si je suppose que ça ne te changera pas trop des féculents.

Lui seul comprenait sa blague mais il s’en fichait bien. Il se fichait des autres en général.

- Tiens Jonh, t’as qu’à le briefer. J’en ai marre de jouer les profs, c’est pas ma vocation, railla-t-il en se mettant en marche en écrasant sans honte les cultures des bouseux locaux sous la semelle de ses chaussures.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 25 Mai - 10:00

Si les deux voyageurs pensaient faire le boulot à deux et bien non. Encore une fois ce ne fut pas le cas. C’était encore plus frustrant que à chaque fois c’était un boulet. Enfin Jonh ne connaissait pas ce type mais au vue de sa façon de parler et ses vêtements il ne devait pas être très net. Paillasus avait fait sa propre version et pour lui apparemment ce Nial faisait partie de leur groupe. Comment dire que c’était une grosse erreur sans se balancer ? C’était impossible et malheureusement Jonh et Liam devrait emmener le nouveau avec eux. En espérant qu’il soit plus utile que Safrah…Mais bon avant ça il fallait quand même expliquer la situation à Nial pour qu’il ne fasse pas de boulette. Liam commença par une petite entrée dont la subtilité lui passa au dessus de la tête. Le taulard et ses sous entendus que lui seul comprenait…

Apparemment c’était au dépressif de lui faire un briefing. Soit, pourquoi pas, c’était son domaine de rendre les comptes. Tout en suivant Liam le jeune homme se mit donc dans la tâche de lui expliquer.

- Bon…pour faire simple et rapide. Nous trois on est ce qu’on appelle des voyageurs et le but c’est de se pas se faire tuer sinon comme l’a gentiment expliqué Liam on devient un légume dans le monde réel. Là maintenant, on a une mission confié par le roi de ce château que tu vois derrière…On va s’infiltrer dans un camp pas loin et drogué les bandits en leur mettant du laudanum dans leur assiette…En gros il y a des chances pour que l’on se fasse choper…Des questions ?

Pour le truc des pouvoirs Jonh lui expliquera plus tard car il n’y avait pas que ça à faire et ça pouvait bien attendre. De toute manière les pouvoirs se manifestaient tous seul sans que l’on ait rien demandé. En espérant que Nial soit intelligent un minimum.

Au bout d’un temps indéterminés la lumière d’un feu apparut dans la nuit révélant que les voyageurs étaient bientôt arrivés à destination. Et maintenant comment procédait il ? Jonh commençait à être nerveux et quand on est stressé bah on dit n’importe quoi et surtout on parle tout seul.

- Je le sens pas du tout alors ouais si je vais tenir mon pari, il y a qu’une chance sur deux de toute manière…

Jonh n’avait de toute manière pas confiance en lui-même alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 25 Mai - 15:42

Maintenant que l'homme qui semblait plus âgé parlait, oui qui semblait, les apparences étaient parfois trompeuses, il remarqua qu'il possédait une drôle de casquette... Un casquette de pigeon totalement ridicule, mais qui était totalement en adéquation avec le visage du concerné. Cela confirmait sûrement un esprit assez spécial mais dans un bon sens, dans le style "J'ai l'air d'un con et alors?". Et d'ailleurs il tourna sa phrase en une blague pour le moins inattendue, ce qui le fit sourire, mais peu, évidemment. Ils sortirent de cet endroit clos après un court dialogue assez étrange avec un individu édenté, et partirent à l'extérieur. Visiblement, l'endroit dont ils venaient de sortir était un château, et on pouvait voir des archers patrouiller.

-Si seulement je pouvais avoir un de leurs arcs... fit-il tout bas, même si les deux individus qu'il avait vu à son arrivée ici pouvaient quand même entendre ses paroles.

Le plus vieux décida de refile la tâche informative au plus Jeune. Ce dernier était assez mignon, dans un style véritablement opposé à celui du vieux, et disais que son compagnon s'appelait Liam ... étrangement, Liam, ça faisait Mail à l'envers... Un message divin envoyé ici? Pourquoi pas... Ils étaient des voyageurs selon les propos du jeune. Il ne s'étala pas dessus. Nial pensait qu'ils pouvaient venir d'une autre dimension, et c'était sûrement le cas. Par contre il n'avait pas dit où ils avaient atterri, quel était le nom de ce monde? Cela importait peu du moment qu'on avait de l'action, et c'était cool, il y allait en avoir au programme!

-Ouais, juste une, tu t’appelles comment? répondit-il, gentiment.

-Sinon, bah c'est parti pour faire ce qu'on doit faire, je vous suis.

Un court temps s'était passé dans la nuit, et ils arrivèrent près d'un camps, comme on pouvait le voir aux lueurs qui brillaient dans la nuit. Il fallait trouver un endroit calme, où peu de personnes passaient, et se faufiler discrètement pour répandre ce laudanum dans les rations. Il fallait trouver un angle d'attaque, donc se concerter avec l'équipe, pour pouvoir se coordiner. Heureusement, Nial était assez fin stratège, et avec l'aide de ses compagnons une faille allait être trouvée rapidement, le tout était de trouver l'entrepôt où se trouvaient les rations de nourriture.

-Bon, je propose qu'on passe minimum 5minutes à trouver un plan rapide d'action, à moins que vous le fassiez à la bourrine et on se fait tous goaler.

Mais Nial n'allait pas être d'un grand secours s'il ne trouvait pas quelconque faille à travers la base de l'ennemi, ou s'il ne trouvait pas d'arc. Même minable ça serait bien... Mais cela n'allait pas arriver de sitôt, malheureusement...

Ce monde se révélait dès son entrée assez passionnant, et le scénario était digne du film dans lequel il avait tourné. C'était cool de refaire comme si on était filmé. Heureusement ils ne l'étaient pas, car il n'avait pas une équipe de coiffure, de maquillage, et il n'avait pas à afficher des émotions et à refaire des prises 36000 fois. Par contre, ils n'a avaient pas le droit à l'erreur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 25 Mai - 18:21

Anne se retrouva subitement avec une impression de vertige assez intense, un peu comme quand on se redresse trop vite. Bon, jusque là, rien d'anormal. Ce qui l'était beaucoup, en revanche, et ce qu'elle remarqua en premier, était le soleil presque entièrement couché, qui la laissait dans une pénombre indéterminée. En effet, à peine quelques minutes auparavant, la jeune femme traversait les rues étouffantes de San Francisco sous un soleil de plomb. Et là, vêtue de son pauvre petit short en jean et d'un débardeur ultra léger, elle ressentait un froid des plus étranges...

Rembobinez.

Le "Docteur" qu'elle était allée consulter avait parlé d'une transe. C'était bien ça, il l'avait plongée dans une transe. Seulement, maintenant qu'elle était réveillée - où était le docteur, d'ailleurs ? - car la transe semblait être terminée, elle n'arrivait pas à comprendre dans quel coin de la ville elle se trouvait. Peut-être un de ses amis était venu la chercher, apprenant qu'elle était allée se faire soigner ? Non. Elle élimina rapidement cette hypothèse : dans n'importe quel coin de San Francisco, à cette heure de la journée, le temps serait encore très lourd au vu de la température de l'après midi.
Mais alors...

Anne secoua la tête afin de reprendre ses esprits, et fit enfin la chose la plus logique : elle regarda autour d'elle. Et ce qu'elle vit la surprit au plus haut point.
Non seulement elle semblait se trouver dans un endroit qui semblait être sorti du Moyen-Âge - car oui pour Anne qui dit château dit Moyen-Âge - mais en plus elle se retrouva nez à nez avec trois hommes à l'aspect... Dérangé.
L'un semblait grognon et particulièrement ennuyé par quelque chose. A déterminer.
Un autre avait tout de l'homme d'affaires chez France Télécom.
Le troisième quant à lui... Faisait du cosplay. Elle ne voyait pas d'autre possibilité pour expliquer son accoutrement.

Se sentant à son tour observée, Anne rougit furieusement, ce qui, espérait-elle, serait caché par la nuit tombante, puis mit ses mains dans les poches, voulant retrouver le contact familier de son blanc à lèvres et son lecteur de musique... Qui avaient disparus. Elle réprima un frisson. Elle avait décidément un mauvais pressentiment...
Et puis idée, une folle idée, une idée stupide, s'imposa dans son esprit.

• Vous seriez pas par hasard... Des clients du docteur ? C'est quoi, ici, une sorte de salle d'attente ?

Anne refit un petit tour d'horizon. Entre le château au loin, les remparts l'entourant, l'odeur de pourriture qui flottait dans l'air, le vent frais, le feu qui brillait non loin, les quelques arbres qui parsemaient la plaine, et surtout l'absence totale de tout ce qui pourrait être un minimum familier à la petite brune, il y avait définitivement quelque chose qui clochait. Tout cela lui paraissait quand même bien grand pour une salle d'attente. Et cela serait bien idiot... Elle marmonna rapidement un petit "jairiendit" et se tourna à nouveau vers ses interlocuteurs, un gros point d'interrogation sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 25 Mai - 19:32

Le résumé très résumé de Jonh ferait bien l’affaire même s’il laissait de grandes tâches d’ombres, du moins Liam le pensa au début. Le groupe marcha ainsi dans un silence pesant alors qu’ils traçaient leur chemin au milieu du blé, du maïs et des autres céréales que les bouseux locaux faisaient pousser pour leur survie. Ce contact prolongé avec le monde végétal avait fini par irriter la peau de ses avant-bras à découvert après qu’il ait remonté ses manches de chemise pour lutter contre la chaleur accablante. Il était d’ailleurs en train de se gratter quand Mr Patate les poussa à s’arrêter.

L’un des sourcils du tueur grimpait de plus en plus haut alors que le nouveau venu proposait ses « idées ». Mais qu’est-ce qu’il croyait au juste ? Qu’ils n’avaient pas pris la peine de faire de plan avant son arrivée ? Il les prenaient vraiment pour des cons et ça Liam appréciait moyennement. Alors qu’il ouvrait la bouche pour l’en informer une jolie petite demoiselle apparut de nulle part avant de les fixer avec des yeux de poisson frit. Les questions qu’elle posa ensuite finirent de confirmer les doutes de l’hypersexuel.

- On attire les nouveaux comme un aimant j’ai l’impression, commenta-t-il un brin amusé, Non je ne suis pas un « client du docteur ». Je suis arrivé ici en dormant tout simplement, et avant ça par l’hypnose.

Sans se cacher il détaillait d’un air lubrique le corps de cette petite bonne femme qui, bien que loin d’être exceptionnel, ferait tout à fait l’affaire pour les projets qui germaient déjà dans son esprit tordu. Sa langue s’aventura sur sa lèvre supérieure sans même qu’il s’en aperçoive et seule la tension due à la mission en cours l’empêchait de voir deux parties de son anatomie enfler de concert.

- Je sens que je vais quand même devoir briefer au final…

C’était fatiguant, et ennuyeux. Qui l’avait briefé lui hein ? Personne. Il avait dû se débrouiller tout seul comme un grand. Les jeunes de leur époque étaient vraiment une bande d’assistés, pas capables de faire quoi que ce soit de leurs deux mains. Liam aurait tout aussi bien pu les laisser patauger dans une mer d’ignorance mais ça risquait de mettre en péril la suite des opérations. Monde de merde.

- Nous sommes à Dreamland, un monde parallèle. Les gens comme vous et moi sont des voyageurs, des intrus en quelque sorte. Nous avons tous des dons que vous découvrirez en temps voulu, mais pour l’heure notre problème se trouve là-bas.

Il désigna du doigt la tâche de lumière située un peu plus loin au centre de ce qui ressemblait à un camp de fortune, assemblage de tentes jouxtant des véhicules stationnés sans le moindre souci d’organisation ou de respect de la flore locale. On pouvait même apercevoir des petites silhouettes se mouvoir au loin, poussant Liam à se pencher légèrement jusqu’à ce que le champ de blé qu’ils traversaient alors le cache complètement. Voyant que son exemple n’était pas suivi il intima aussitôt les autres à l’imiter et baissa d’un ton.

- On doit ramener tous ces mecs au château sans les tuer. Ce dernier point est très important sinon Jonh et moi pouvons nous asseoir sur notre récompense, il avait insisté sur les deux concernés pour bien leur faire comprendre qu’ils ne partageraient pas les gains pour des gens arrivés après élaboration du plan, Pour ça j’ai une énorme quantité de laudanum dans mon sac à dos. On a juste à trouver la tente qui leur sert de cuisine, s’y introduire et verser le laudanum dans la bouffe puis attendre. C’est très simple alors je ne veux pas que vous fassiez tout foirer.

On les connaissait les nouveaux voyageurs. Tout était tout nouveau tout beau, ils se croyaient dans un monde idyllique et pire encore, se croyaient immortels. Sauf qu’ici la mort était une petite mort, celle de l’esprit. Le violeur n’avait rien contre le fait qu’ils deviennent des légumes engoncés dans un fauteuil à longueur de journée, branchés non-stop à leur sonde urinaire et dont on essuyait régulièrement le filet de bave s’échappant de leurs lèvres entrouvertes. Par contre il en avait contre le fait d’en devenir un par leur faute.

Qu’ils se tiennent à carreau où ils le sentiraient passer. Et Dieu seul savait qu’il était un homme de parole, malheureusement pour le reste du monde.

Liam réajusta les sangles de son sac-à-dos comme un signal de départ alors qu’il examinait le visage des deux greffons qui venaient de s’ajouter à leur groupe. Il voyait à leur expression qu’il oubliait quelque chose mais il ne voyait pas quoi. Soudain il mit le doigt dessus et s’autorisa un sourire en coin, un brin inquiétant.

- Au fait, je m’appelle Liam Baldwin. Bougez-vous maintenant, on a du pain sur la planche.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 25 Mai - 22:15

Certes ça avait été un compte rendu rapide de la situation mais il n'y avait pas de temps pour les détails? Ces derniers pouvaient bien attendre plus tard. la seule question que Nial lui posa c'était son prénom. C'est vrai il ne s'était pas présenté en retour mais en côtoyant Liam il avait appris à ne pas le lancer à tort et à travers. Cependant ce voyageur ne semblait pas représenter une menace alors Jonh lui répondit avec un petit sourire accueillant.

- Jonh...Jonh Matrevis

Bref, après avoir marché quelques kilomètres ils arrivèrent en vue du camp. Le nouveau proposa alors d'établir un plan et si Liam et Jonh n'étaient pas jumeaux la tête qu'ils faisaient étaient très similaires. C'est alors que encore une fois quelqu'un vint les interrompre et c'était encore une voyageuse. C'était une invasion ou quoi ? Ou bien un Dieu quelconque de ce monde faisait exprès de les envoyer ici pour empêcher leur mission ? Même si il fallait avouer que la voyageuse était assez jolie mais il était pas un pervers comme Liam qui l'a voyait déjà comme un casse-croûte. Le taulard reprit son rôle du professeur pour expliquer à nouveau la situation. Le dépressif comprenait que ça devait être chiant mais c'était néanmoins nécessaire pour ne pas tout faire capoter. C'était clair qu'ils allaient pas en plus partager le butin. C'était pas la fête chez mémé...

Caché derrière les hautes herbes ( tel des pokémons) Jonh observait les allés et venus des brigands pour trouver une brèche. Certes ce n'était pas des rondes mais bon...un type qui venait de prendre quelque chose à un endroit ne reviendrait pas à cet endroit dans les cinq secondes qui suivraient. Son regard fut attiré par une tente qui bouchait la vue de cet angle et par conséquent selon une loi géométrique ceux de l'autre côté, d'un autre angle ne les verraient pas. Le dépressif fit un "calcul" rapide dans sa tête et d'un geste intima les autres de le suivre discrètement pour ne pas se faire repérer. Tel un fauve voulant bouffer une antilope ( vive les docu animaliers) il arrive au drapeau d'arrivée. Maintenant ils étaient cachés par une tente le reste c'était de trouver celle qui gardait la bouffe...
Jonh avança pour jeter un coup d'oeil au coin de la tente et trébucha sur un pieu caché par les herbes et la pénombre. Il voulu se rattraper à la tente mais sa main ne fit que glisser dessus, avec bien du mal cela dit, et s'écrasa face contre sol tel une crêpe sur le sol boueux. Heureusement car sinon sa chute aurait fait du bruit. Jonh se retint de lancer un juron et se traina en arrière pour se relever une fois de retour derrière la tente. Il essuya son visage qui avait eu le droit à un masque de boue gratos. Néanmoins la sensation de toucher qu'il avait eu par la tente l'avait fait tilter dans sa boulette. C'était pas très lisse, graisseux plutôt. Et en tant que fils de boulanger on en apprenait des choses utiles. Jonh s'adressa alors aux autres d'une voix basse, proche du murmure :

- Je crois que c'est là dessous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 26 Mai - 20:07

Maintenant Nial passait pour un con. On croyait qu'il croyait qu'ils n'avaient pas fait de plan avant, genre bah c'est évident. Au moins partager ce plan quoi, si on n'avait pas envie de se faire later les couilles par des tortionnaires sexuellement possédés, ce qui en soit n'était pas si mal pour un fail, ou se faire décapiter sur le champs. Il fallait un minimum de communication pour pouvoir réussir quelque chose d'infimement correct. Les boys n'avaient donc pas le même sens de la réussi et le même sens de pratique que lui.

Bof, et puis c'était pas de sa faute s'ils échouaient. Et d'ailleurs, ces deux personnes aux chromosomes sexuels XY semblaient bien attachés à leur récompense. Qu'ils parlent donc. Ah, et sinon y'avait cette fille qui croyait qu'on était dans une salle d'attente et qu'on était des patients d'un docteur lambda. Est-ce que cet endroit avait la gueule d'une salle d'attente? Pfff, mystérieuse la fille, ce qui était un pur pléonasme bien entendu. Quel mondé étrange, mais bon, on ne pouvait pas en vouloir à un monde, d'ailleurs comment on peut l'appeler? Donner un nom à un monde... ça serait cool, juste pour faire des phrases plus courtes. Attendez, "Le monde dans lequel nous sommes" c'est pas un peu long? C'est faire compliqué quand on peut faire simple.

Même si faire simple quand on peut faire compliqué c'est pas marrant. Vaut mieux compliquer le truc, et le rendre encore plus impressionnant pour faire un truc magistral! C'est juste magnifiquement prodigieux! Mais ses compagnons n'avait pas un sens du raffinement esthétique et de la prévision très développé comme celui de Nial était. Le prétendu Jonh fonçait directement vers l'ennemi. Même si ce dernier avait prit un passage assez favorable, il y avait des failles bien plus grosses qu'un individu normalement constitué ne pouvait voir. Être entouré de personnes inférieures, Nial en avait l'habitude, c'est pourquoi il préféra rester un peu plus distant.

Il s'avéra que Mr. Cute Boi trouva par un grand hasard l'endroit où était disposée la nourriture. C'est vrai que le cul est un grand facteur dans la vie. Nial serait cependant plus rassuré si tout n'était pas du au hasard, et que leur survie n'était pas basée que sur du "on va voir tiens, et puis je vais manquer de nous faire dénoncer par un poil de cul de mammouth". Quel esprit pratique dis donc. Nial préféra rester en retrait et prévenir ses compagnons s'il étaient remarqués.

En étudiant le campement, on voyait bien qu'il était très mal foutu, sans parler des activités futiles que les résidents faisaient, et leur niveau d'intelligence pour certains. C'était franchement dépitant toute cette masse de personnes incongrues. Heureusement il y avait un homme pour réhausser le tout, lui même, Nial, autrement appelé The HawkEye, comme dans le film dans lequel il avait joué. Il n'avait pas obtenu ce rôle parce qu'il était juste un bon acteur, mais parce qu'il était réellement doué pour pas mal de choses physiques, pas comme la plupart des acteurs de cinéma, qui étaient pour certains tellement idiots, cela en était consternant.

Il y avait une chose en plus qu'il lui manquait pour se calmer. Un arc bordel. Quoi de mieux que de bander un arc, viser une cible, sentir la flèche s'échapper de ses doigts et tirer en plein mille? Il n'y avait rien qui égalait cette sensation merveilleuse de puissance et de perfection. Le tir à l'arc, c'était un art qu'on maîtrisait, ou qu'on dévalorisait. Nial avait envie de voir ses compagnons peu aimables se faire prendre sans lui, au moins il serait seul et il pourrait se détendre et se relaxer, dans une case large en haut de page d'un comic, avec un cadre aussi en largeur avec un écriture en gras et un font de cadre jaune délavé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 27 Mai - 19:20

Spoiler:
 

Décidément, même avec une gentille petite introduction sommaire à ce qui se passait autour d'elle, Anne n'y voyait pas beaucoup plus clair pour autant. Ce qu'elle s'était autorisée à comprendre pour le moment - parce que, oui, il était hors de question de se laisser aller à penser qu'elle était bloquée ici - c'était qu'elle était arrivée dans un endroit particulièrement bizarre suite à sa petite visite chez le docteur. Un endroit qui était même, toujours d'après l'informateur, un monde parallèle...

* Et pis quoi encore ! *

Comme s'il était possible qu'un charlatan comme le Dr. Tanners puisse arriver à faire ça !
Quoique... Mais oui, c'était ça, c'était forcément ça ! Le sale petit charlatan de ses deux l'avait manipulée afin qu'il puisse faire d'elle ce qu'il voulait ! Elle n'y était absolument pour rien... Et elle exigerait des dédommagements une fois que toute cette histoire serait terminée, c'était évident !
En plus, si ça se trouve, il avait ainsi cherché à profiter d'elle, l'avait même volée - ce qui expliquait à coup sûr pourquoi elle n'avait plus que ses habits sur elle. Qui sait le genre de drogues qu'il avait pu lui donner ? Qui sait... Anne se répugnait à y penser, mais, qui sait, il avait même pu s'"amuser" avec elle...

Rien qu'à cette pensée, Anne sut que c'était le cas. Elle était d'ailleurs - toujours si ce que disait l'homme était vrai - peut-être déjà en morceaux dans quelque ruelle macabre à distraire les animaux errants.
La brune devait désormais afficher un regard des plus sombres, mais elle était tellement perdue dans ses pensées macabres - et forcément si vraies ! - qu'elle n'aurait vraiment sut déterminer quelle tête elle pouvait bien faire.

* Bon. *

Anne prit une grande inspiration, puis souffla, lentement.
Dans tous les cas, que diable pouvait-elle bien y faire ? A part raconter tout ça quand elle serait sorti de ce trou étrange ? Car elle comptait bien faire part de la façon dont on s'était moquée d'elle ; même en retrouvant les personnes qui l'avaient menée au docteur.
En attendant, au prix d'un effort presque surhumain elle détourna ses pensées de cette direction et se reporta sur ce qui était en train de se passer devant ses yeux, à savoir remplir une certaine mission mortellement dangereuse sans être payée le moindre sou ! A cette déclaration elle jeta un de ses regards les plus noirs - qui ne devait cependant pas être très impressionnant - au certain Liam. Très bien, elle se débrouillerait pour ne pas repartir les mains vides quoi qu'il en soit. La mission en question consistait à s'infiltrer dans le camp des ennemis afin de trouver la réserve de bouffe/boire - et l'empoisonner.

Simple, non ?

Et bien apparemment oui, car il avait suffit que l'homme qui s'était présenté comme s'appelant John se ramasse dans la boue pour trouver la tente. Car, non, il n'avait pas expressément dit pourquoi il était si sûr de lui. Cependant, il semblait tellement certain de ce qu'il avançait que la jeune femme n'allait pas chercher à discuter.
Au lieu de ça, elle réfléchit plutôt à comment faire pour s'introduire dans la tente sans être vus. L'entrée était évidemment de l'autre côté, sinon ce n'était pas drôle !
Elle murmura aussi bas qu'elle le pouvait pour qu'ils puissent toujours l'entendre :

• Bon, je vais essayer de voir s'il y a quelqu'un là-dedans, déjà... dit-elle en collant son oreille à la toile poisseuse de la tente. Mais comment garantir que personne n'était tout bonnement en train de monter la garde, manger, tricoter, ou toute autre activité silencieuse ?

Anne jeta un nouveau coup d'oeil aux trois hommes qui signifiait "deuxième essai". Puis, renonçant définitivement au maigre espoir qu'elle avait de garder ses habits propres, elle s'allongea à plat ventre dans la boue en prenant bien garde de replier ses jambes au-dessus de ses fesses pour qu'elles ne dépassent pas de l'abri de la tente. Doucement, touuuuut doucement, elle passa un doigt entre la toile tendue de la tente et la peau étalée à même le sol, et tout aussi délicatement tira dessus pour y créer un infime interstice, par lequel elle pouvait voir le sol de la tente.

• Personne.

Elle jeta quand même un deuxième coup d'oeil plus attentif en écartant encore un peu les bords de la tante ; toujours rien.
Elle se redressa ensuite, son short méconnaissable et son débardeur tout poisseux qui commençait déjà à lui coller à la peau. Elle s'adressa ensuite principalement à Liam et John, pour deux raisons : d'abord parce que le troisième - dont elle ne connaissait pas le nom - avait l'air de tirer une gueule monstre, et surtout parce que c'étaient les deux autres qui avaient le laudanum.

• Je suis d'avis d'en profiter pendant qu'il n'y a personne pour aller asperger tout ça de laudanum. Je pense pouvoir me glisser assez facilement là-dedans, si ça vous va.

* Et si mes fesses passent... *

Anne était-elle totalement inconsciente ? Toujours était-il qu'elle voyait là la chose la plus évidente et simple à faire, sans penser le moins du monde à ce qu'il se passerait si un des hommes qu'ils voulaient prendre entraient à ce moment là et la surprenait, elle ou un autre de leur petit groupe étrangement formé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 28 Mai - 14:41

Leur groupe s’était glissé jusqu’aux tentes, masqués par les herbes hautes. Tout s’était bien déroulé au départ, en silence et dans une organisation parfaite puis… Jonh s’était improvisé Mr Gaffe. En le voyant déraper dans la boue le tueur avait serré les mâchoires spasmodiquement, intimement persuadé qu’une dizaine de bandits leur tomberaient dessus aussitôt. Une fois n’est pas coutume –et bien heureusement- il se trompait.

Non seulement personne n’avait été attiré par le bruit engendré par la chute mais en plus de ça ce cocu de service venait de trouver la « cuisine » du premier coup. Aussitôt la seule représentante du sexe faible de leur groupe rampa à plat ventre pour vérifier l’hypothèse du dépressif et Liam ne perdit pas une miette du spectacle. On ne voyait pas un petit cul rebondi enduit de boue tous les jours, et même quand c’était le cas ce n’était pas une raison pour cracher sur une fois de plus. Tout était bon à prendre quand il s’agissait de se rincer l’œil.

C’est ainsi relativement distrait qu’il accueillit la remarque d’Anne leur annonçant que c’était effectivement les cuisines, se proposant même d’y aller. Le tueur dont les deux bras avaient grossis de manière phénoménale pour échapper au chapiteau monté sous son pantalon toisa la donzelle avec un regard mi-moqueur, mi-lubrique.

- Te laisser faire pour que tu nous réclames de l’argent derrière ? T’arrives après la bataille mon cœur, tu peux t’asseoir dessus, rétorqua-t-il avec un sourire mesquin.

Le trentenaire se saisit alors de son couteau papillon, ridiculement petit dans sa main titanesque, et entreprit de couper la toile de tente avec. Il pénétra dans le tissu graisseux comme dans du beurre et bientôt une fente d’un mètre de haut fut créé verticalement à partir du sol. En y passant la tête il remarqua qu’il se situait juste derrière une pile de caisse de nourriture, masquant du même coup leur « porte » d’entrée. Parfait. Le hasard faisait bien les choses.

- Jonh, je te laisse monter la garde. Si jamais tu vois qu’ils arrivent… préviens-moi. Je reviens.

S’adresser à son élève pour bien faire comprendre aux deux autres qu’ils n’auraient rien était primordial. Ils avaient fait 85% du boulot à deux, ils finiraient à deux. Il avait déjà côtoyé bien assez de parasite dans sa vie pour s’encombrer de deux supplémentaires. C’est bien fermement décidé à ne pas laisser filer un rubz qu’il pénétra dans la tente, plié en deux pour passer par la petite ouverture.

Alors qu’il avait fait deux pas un homme à la bedaine démesurée pénétra dans la tente, s’approcha d’un énorme chaudron qu’il touilla à l’aide d’une spatule dégoutante puis ressortit aussitôt discuter avec ce qui ressemblait à son second de cuisine. S’ils s’amusaient à faire des allers et retours ça n’allait pas lui faciliter la tâche… il lui faudrait opérer par étapes. Depuis l’abri des caisses il balaya les alentours du regard, s’arrêtant sur une table bancale couverte d’une nappe en plastique incrustée de graisse. Ça ferait bien l’affaire.

Accroupit il se glissa sans bruit jusqu’à ce repaire et eut juste le temps de se cacher dessous avant le retour du gros lard à l’hygiène défaillante. A ce rythme il n’y arriverait pas à temps, pourquoi fallait-il que ce porc tourne autour de la marmite comme un prédateur autour de sa proie ? Les mains énormes du violeur se crispèrent sur le sol et le regard qu’il jeta à ces appendices disproportionnés n’annonçait rien de bon.

Il pouvait bien s’occuper de l’un d’eux sans déranger le souverain non ? Et qui le saurait après tout ?

- Ses potes bien sûr, ses potes… tenta-t-il de se raisonner dans un souffle.

Ce n’était pas le moment de céder à ses pulsions et d’agir précipitamment. Même si dégommer le cuisinier obèse était tentant il lui faudrait se contrôler. C’était frustrant, rageant, mais il le fallait. Liam se força à inspirer profondément et ce jusqu’à ce que le gêneur soit une nouvelle fois sortit de la tente, après quoi il s’extirpa de sa cachette pour foncer vers le chaudron bouillonnant. Tout en jetant de temps à autre des regards vers la porte il se mit à tirer les flacons de laudanum de son sac pour les vider les uns après les autres.

Doser ? Il n’y connaissait rien. Il se contenterait donc de tout mettre, on ne devait jamais sous-estimer la résistance de durs à cuire.

Alors qu’il en terminait avec le dernier flacon, une ombre s’étendit sur le mur au-dessus de lui et le tueur comprit aussitôt qu’il était pris. Lorsqu’il fit volteface ce fut pour se retrouver nez-à-nez avec le regard porcin du cuisiner qui le fusillait du regard, un énorme hachoir à la main.

- Qu’est-ce que tu crois faire là, p’tit branleur ?

- Ça manquait d’assaisonnement, rétorqua Liam non sans sourire.

Malgré son apparence détachée il se sentait aussi tendu que la corde d’un arc. Il lui fallait à tout prix se tirer de là, sauf que se sauver ne suffirait pas. Croyant à un poison –à raison- le gros lard jetterait probablement le repas aux ordures. Le mieux était de faire disparaitre le témoin ou… ses souvenirs. Oui, ses souvenirs suffiraient.

La tension avait eu le mérite de calmer ses ardeurs et la circonférence de ses bras, si bien qu’il n’eut aucun mal à récupérer le styleffaceur dans la poche avant droite de son jean. Par défaut il était réglé sur 5 minutes et ce serait tout aussi bien. Liam leva brutalement l’objet à hauteur de visage et l’actionna, flashant le cuisinier avant qu’il ne le débite en rondelles. L’air hébété le gros lard le fixa en papillonnant des yeux quelques secondes pendant lesquelles l’hypersexuel souffla :

- Tu ne m’as pas vu, d’ailleurs tu ne devais pas faire un truc dehors, là tout de suite ?

- … ouais… faire un truc dehors… parler à Tim…

Perdu, le mastodonte faisait déjà demi-tour pour sortir de la tente et Liam ne se fit pas prier pour l’imiter, par la « porte de service » le concernant. Une fois dehors il balaya du regard ses trois « compagnons » avant de leur faire signe de le suivre. Il était plus que temps de tirer leur révérence.

- C’est pas passé loin, maintenant ça passe ou ça casse et si ça casse je préfèrerais pas être dans le coin à ce moment-là. On va attendre à une centaine de mètres, le temps que ça fasse effet.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séjour dans la plaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: