AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Séjour dans la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 3 Juil - 20:48

Alexander regardait chaque ville de la carte. Les meilleurs? Gloutoniskaïa, forcément : il n'avait peut-être plus réellement de contact la-bas, mais au moins, il connaissait très bien la ville. Techyo? Il n'avait vu qu'un bref aperçu, et en tant que cobaye. Mais leurs inventions pourraient peut-être lui être utile. Sextus? Non, surement pas. Ellipse? Apparemment, pas le meilleur endroit, tout comme Freedoom...

Et puis, il y avait un autre problème que la destination: les moyens de transports. En effet, il n'était peut-être pas assez riche pour payer le transport.... Et il n'avait guère envie d'être ruiné pour être lâcher en plein désert. Dieu seul savait s'il n'y avait pas d'immondes créatures la-bas...

Et enfin, il y avait la question des compagnons. En effet, ce n'était peut-être pas si mal qu'il est atterri ici, avec un moyen de locomotion... Même si c'était avec son ennemi. Il pourrait en profiter pour en apprendre plus, et puis, la vengeance est un plat qui se mange ... Brûlant, pour lui, en l’occurrence.

Il ne lui faudrait pas tarder. Mais pour le moment, il ne pouvait rien se permettre.

Il ne savait guère combien de temps il avait passé dans ce camion, mais Jonh vint lui rendre visite au bout d'un certain temps... Il l'informa de leur destination, et "demanda" de l'aide pour des pierres, même si cela ressemblait à du chantage... Cependant, il avait fait l'effort de l'informer.

Il rangea sa carte, et se tourna vers son interlocuteur.

- Je vais venir. Mais pourquoi Techyo?


Il prit son bonnet de travailleur, et le mit sur sa tête. Il ne serait pas épuisé. Et puis, il aurait chaud...
Il le rejoignit donc, récupérant des pierres suffisamment grosses pour contenter le groupe, tout du moins ce qu'il pouvait à une main. La chaleur se dégageant avec l'effort physique, il dut à un moment laisser tomber
sa veste de qualité, qu'il laissa avec ses affaires, avant de retourner au travail.

Après avoir récupéré suffisamment de pierres pour le feu, il se posa non loin. Il se tourna vers Anne.

- J'espère que cela suffira pour ton feu!

Puis il se tourna vers Jonh.

- Comme tu as pu le voir, je suis tout à fait capable de cela. Mais ne me sous-estime pas, Jonh.

Après tout, il avait toujours des cartes cachées dans sa manche....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 3 Juil - 21:22

Cette injection et la partie de jambes en l’air qui avait suivi avaient vraiment mis Jonh de bonne humeur pour qu’il ose lui balancer ça haut et fort, sans avoir honte ni essayer de se jeter sous le premier train ou du haut de la tour la plus proche. Si l’invitation était alléchante, l’effet de bambou lui ôtait toute envie de remettre le couvert pour le moment aussi se contenta-t-il d’un sourire énigmatique alors qu’il ôtait son jean et son caleçon pour se glisser à son tour dans l’onde fraiche.

A peine fut-il complètement immergé qu’Anne revint comme un boomerang pour réclamer de l’aide. Soit disant que la somme de travail était trop importante pour elle. Elle devait avoir peur de se casser un ongle en passant la seconde…

Liam toisa la jeune femme avec un mélange d’agacement et d’amusement, sa langue glissant subrepticement sur ses lèvres lorsqu’un coup de vent dévoilait la dentelle d’un soutien-gorge visible grâce à sa vue en contre-plongée. La névrosée campée sur son rocher ne sembla même pas le réaliser, trop occupée qu’elle était à lister ses nombreux domaines d’(in)compétence. Pendant qu’il la fixait, son élève était sorti de la rivière pour aller docilement chercher des pierres non sans avoir susurré quelque chose à l’oreille de la brune. Si le baiser que s'ensuivit lui tordit douloureusement les entrailles -jalousie quand tu nous tiens- ce petit jeu titillait la curiosité du tueur qui sortit à son tour pour s’approcher, sans même prendre la peine de se rhabiller.

Dans le plus simple appareil il gravit la rive pour rejoindre la paire de seins du groupe, sa peau tannée ruisselant sous le soleil qui ne tarderait pas à atteindre son zénith. A la lumière vive ses cicatrices paraissaient zébrer son corps comme des éclairs, se mouvant à chaque geste fait par le taulard sous l’effet des muscles roulant sous son épiderme. La chaine à sa cheville cliquetait à chaque pas et si le boulet n’avait l’air qu’une d’une minuscule babiole décorative sous sa forme actuelle, l’épais bracelet en fer forgé ne laissait aucun doute quant à sa nature.

Il s’arrêta lorsqu’il ne fut plus qu’à quelques centimètres d’elle, sans aucun souci de pudeur. Ses yeux noirs engoncés dans ses orbites la détaillèrent un moment en silence avant qu’il ne prenne enfin la parole avec un étrange rictus flottant sur son visage.

- Je t’ai déjà répondu pour le couteau non ? Quel idiot je serais te t’armer ? Mais soit… je consens à te le prêter sous les mêmes conditions que le briquet. Et garde aussi en tête ma belle que si jamais l’idée de t’en servir contre moi t’effleurait l’esprit je te broierais ton joli visage si fort que notre ami le sanglier n’aura rien à t’envier.

Ses lèvres s’étirèrent pour dévoiler ses canines, lui donnant définitivement l’air de ce qu’il était vraiment. Un monstre.

- Je vais chercher mes fringues et je rejoins le feu que J’AI allumé, annonça-t-il en appuyant volontairement sur les mots, Et il est hors de question que je fasse quoi que ce soit de plus. Ça te laissera l’opportunité de réfléchir à ma proposition, encore.

Est-ce qu’il y tenait réellement ? Pas à cet instant. Mais le malaise qui s’affichait sur les traits d’Anne, la colère et la frustration aussi… tout ça était aussi délicieux qu’un bon hot dog. Elle croyait tout savoir, tout connaitre. Madame avait une opinion sur tout ! Et bien il allait lui apprendre la vie à la manière Baldwin, la manière forte. On pouvait toujours se barder de principes, le fait est qu’on n’en menait pas large lorsque tout finissait en eau de boudin. Cette fille semblait trop heureuse pour être honnête, aussi le violeur était-il déterminé à jouer avec elle jusqu’à ce que ses yeux s’ouvrent sur le monde mais surtout sur elle-même, aussi hypocrite et lâche que le reste du monde.

Le trentenaire retourna auprès de son jean qui l’attendait sagement sur une pierre près du rivage et avant même de l’enfiler s’assura que le contenu de ses poches n’avait pas été volé. Tout y était toujours, aussi se glissa-t-il à l’intérieur après avoir passé son caleçon qui n’était plus de toute première fraicheur. Il aurait bien demandé à Anne de jouer de nouveau les lavandière mais on ne pouvait pas être à la fois au four et au moulin, aussi reporta-t-il sa demande pour un moment plus propice.

Lorsqu’il revint près du feu il trouva Alexander occupé à empiler des cailloux dans un coin, un bonnet péruvien enfoncé sur son crâne. Frigophobe ou pas il faisait bien trop chaud pour un tel attirail aussi Liam rajouta « fou » à tous les qualificatifs qu’il utilisait déjà pour Blanche-neige. Non loin de lui son feu crépitait toujours, déployant une colonne de fumée dans le ciel dégagé. Et la brunette ? Elle s’approchait justement alors qu’Alexander la hélait en remuant la queue, fier d’avoir rempli sa mission.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 4 Juil - 15:03

Mais ils pensaient quoi, les hommes, ici ?! Aucun de leurs actes n'avait de sens, et encore moins de pudeur. Quand Anne avait barboté avec Jonh dans l'eau, elle ne s'était pas rendue compte qu'il était nu. Mais quand il était sorti sans aucune gêne pour venir vers elle, elle avait furieusement rougi et avait dû lever la tête pour ne le regarder que dans les yeux. Et en plus de ça il avait une réaction encore plus étrange ! Non seulement il lui donnait sa permission d'embrasser Liam pour qu'elle puisse leur faire cuire leur viande - ce qui en soi était idiot - mais en plus il lui avait déposé et baiser sur la joue avant de partir. Et la brune n'avait même pas clairement pu se demander ce qui se passait avec lui que Liam venait à son tour, tout aussi nu ! Mais merde, c'était quoi leur problème à ces mecs ? Qu'ils s'envoient en l'air autant qu'ils veulent, tout le monde avait compris que leurs problèmes commençaient à se régler, mais qu'ils ne se trimballent pas à poil pour autant ! Surtout quand on savait ce que l'homme en face d'elle pensait de tous les trous qui se baladaient...

Anne détourna brusquement la tête. Elle avait tenté de le fixer également dans les yeux, mais il était un peu plus grand que son compagnon et elle était désormais éblouie par le soleil qui descendait petit à petit. En plus de ça, une chaîne à sa cheville attirait son regard, mais elle ne pouvait se résoudre à baisser les yeux pour éviter de le fixer bêtement au niveau de l'entrejambe. Elle répondit donc en regardant à côté.

Et quelle idiote je serai de le retourner contre toi ? Réfléchis un minimum avant de parler. Là, on dirait juste que tu cherches une raison pour "broyer mon joli visage si fort que notre ami le sanglier n'aura rien à m'envier". dit-elle en reprenant ses propres termes.

Cette phrase, qu'elle venait se prononcer sans réfléchir, ne lui sembla soudain pas si bête. Et s'il provoquait vraiment ceux qui l'entouraient délibérément ? Il donnait l'impression de vouloir sans cesse prouver qu'il était le maître, le patron, le plus fort. Et pour cela il avait lui-même avoué ne pas hésiter à graver un sourire de l'ange sur le visage de son partenaire, d'abandonner Nial ou elle-même, et à plusieurs autres reprises de les faire souffrir, chacun leur tour. Fronçant les sourcils, Anne oublia momentanément qu'il était nu et replanta son regard dans le sien, se demandant si il était vraiment comme ça, et si oui, qu'est-ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'il devienne ainsi. Elle chassa cependant bien vite cette idée de sa tête : cela ne la regardait pas, et le sujet pourrait même être dangereux à aborder.

Elle se contenta donc le regarder récupérer son Jean, puis se diriger vers le feu, tout en s'énervant légèrement. Peu importe ce qui avait pu lui arriver, ce n'était pas une raison pour agir ainsi, s'appliquant à rabaisser tous ceux qui l'entouraient autant que faire se peut, au moins jusqu'à ce qu'ils aient gagné sa confiance. Mais cela ne devait arriver que très rarement, vu l'application qu'il employait à les faire fuir.

La jeune femme retourna auprès du feu à grand pas, en entendant à nouveau Liam insister sur le fait qu'il l'avait allumé, tout seul, comme un grand. Elle n'avait pas prit la peine de répondre à cette petite provocation. Après tout, c'était lui qui avait refusé de la laisser faire. Encore. Soupirant, elle fut interpellée par Alexander, qui avait ramené une bonne quantité de pierres près du feu. Ajoutées à celles de Jonh - vu que Liam n'avait pas pris la peine d'en ramener - cela suffirait.

Oui, ça ira très bien, merci !

Elle n'avait pu s'empêcher de donner à sa voix un ton sarcastique, en rapport avec le bonnet que le manchot avait enfoncé sur sa tête malgré le soleil de plomb. Il avait visiblement des problèmes, lui aussi... Mais vu qu'il partait maintenant retrouver Jonh, elle n'y fit pas plus attention que ça.

La brune se retourna à nouveau vers Liam, qui surveillait son feu d'un oeil attentif. Décidée à ne pas jouer avec lui en faisant la vierge effarouchée à chaque proposition, elle se planta face à lui. Enfin au détail près qu'elle devait lever la tête assez haut pour pouvoir le fixer.

Tu es une pourriture. Tu penses être le plus fort simplement parce que tu détiens les armes. Mais en faisant ça, tu t'isoles toujours un peu plus, tu ne laisses pas leur chance aux autres de t'aider.

Ses mots, qui se voulaient accusateurs au début de sa phrase, avaient pris une note plus douce vers la fin. Elle ne pensait pas véritablement qu'il soit foncièrement mauvais, sinon il les aurait simplement laissés crever sur place. Après tout, comme elle l'avait si bien dit, il détenait les armes. Anne soupira. Elle voulait régler cette petite affaire rapidement.

Alors, se dressant sur la pointe des pieds, elle mit une main derrière la nuque de Liam et l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 4 Juil - 20:25

Pourquoi Techyo ? Bah parce que il fallait bien découvrir Dreamland alors pourquoi pas ? Certes les autres villes, hormis Sextus, Freedom et Elipse, avait l'air très accueillante mais c'était sur Techyo que les deux voyageurs avaient jetés leur dévolus.

- De la même manière la raison pour laquelle la Terre est ronde, c'est comme ça c'est tout

Répondit il avec un sourire avant de partir commencer à regrouper des pierres. Pour quoi faire d'ailleurs ? Jonh était pas vraiment dans son élément. Il était plus dans celui de fabriquer des pâtisseries que de faire sécher de la viande. Mais si Anne avait leur avait donné ces directives c'est qu'elle devait s'y connaître un minimum.
Les deux voyageurs après plusieurs minutes avait ramené suffisamment de pierre, et fier de lui comme un paon Alex en fit part à Anne. Ce mec était d'ailleurs bizarre de poter un bonnet avec ce temps. Il avait froid ? Décidément tout le groupe avait un problème dans la caboche...ce qui le rendait d'autant plus amusant.

Alexander était alors revenue sur Jonh, lui disant de ne pas le sous estimer vu qu'il avait réussit. Oh mais il n'en avait jamais douté sinon il ne lui aurait pas demandé.

- Mais je ne te sous estime pas Alexander. Je ne sais pas où tu es allé chercher ça...tu sais comment ça marche pour faire travailler les gens ? Il faut piquer leur égo et ils feront le meilleur d'eux même pour montrer à l'autre qu'il a eu tort...tu es l'exemple parfait

Enfin, il n'était pas le seul à répondre à la provocation. Il y avait aussi Anne et Liam qui ne se laissait pas faire quand on s'en prenait à eux. D'ailleurs le taulard avait allumé un feu, quand ça d'ailleurs ? Jonh ne l'avait pas remarqué. La demoiselle avait rejoint Liam qui était près de son feu, toute habillé. L'ancien dépressif réprima un geste lorsqu'il entendit Anne le traiter de pourriture. Ce ne faisait plaisir à personne de voir son "petit ami" se faire insulter mais Liam n'avait pas besoin d'un défendeur. Ou plutôt il n'admettrait jamais d'en avoir besoin, sa putain de fierté. Alors Jonh laissa couler, maudissant intérieurement la voyageuse qui se permettait de juger sans connaître les choses.

Il avait lui aussi à une époque penser que Liam était un monstre, il avait reconnue son tort en en côtoyant l'hyper sexuel, en comprenant le pourquoi de ces agissements. Ce n'était pas une pourriture, c'était une victime de la société de merde dans laquelle ils vivaient tous. La suite lui fit détourner la tête. En fait ça lui rappelait bizarrement la scène à Castlecrow quand il s'était emporté et s'était jeté sur Liam.

La jalousie lui empoignait le coeur mais son nuage n'avait pas la traduction pour le faire savoir. Et puis n'était ce pas lui même qui avait soufflé à Anne de l'embrasser pour avoir ce putain de couteau ? Il fallait être vachement bizarre pour lancer ça alors qu'on aimait la personne.
Non, il n'était définitivement pas normal. Il avait aussi des envies de meurtres mais ça, son cumulus ne le traduisait que quand c'était sur sa personne.

- Je vais ranger mes affaires

Ce n'était pas vraiment adressé à Alex mais bon...c'était à titre informatif. Jonh détourna les talons et alla rejoindre la camionnette, son soleil s'éteignant à nouveau pour retrouver sa morne dépression. Il ramassa ses ciseaux qui trainaient toujours dans l'herbe et les essuya avant de les mettre dans sa hotte.
Il remarqua enfin Nial, encore mouillé.

- Si tu veux me tuer te gênes pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 5 Juil - 13:07

Un peu plus tôt une question intéressante avait été posée, à laquelle il n’avait pas pris la peine de répondre. Pourquoi aurait-elle stupidement retourné son arme contre lui ? Une foule de réponses se pressaient au portillon, plus ou moins bonnes mais toujours humaines. Par bêtise, par espoir de réussir, par colère, par pulsion, par vengeance… elles s’alignaient sagement en rang sous le regard presque paternel du tueur, motivations pathétiques d’une espèce dépravée.

A contrario la sienne à lui était très claire dans son esprit : s’il la menaçait s’était tout simplement pour l’écraser. Annihiler l’étincelle de rébellion qui brillait sporadiquement dans les prunelles sombres d’Anne, lui entrouvrir la porte vers l’humiliation et la douleur, la faire marcher au pas tout simplement. D’aucuns disaient qu’on n’obtenait rien par la menace et la violence. Liam lui pensait qu’on obtenait beaucoup à condition d’être assez convaincant, chose facile lorsqu’on avait de quoi vider l’autre comme un poulet mort.

Vu l’air effronté qu’elle lui adressait à présent auprès du feu le taulard commençait à se dire qu’il s’était encore montré trop modéré dans ses propos. Peut-être qu’avec une tarte dans sa jolie gueule elle apprendrait à la fermer et à garder les pseudo-opinions pour elle ? Elle se croyait injurieuse mais était juste comique. Une pourriture… oui, on lui avait souvent dit. Monstre, enfoiré, salaud, sociopathe, connard, raclure ainsi qu’une ribambelle de noms d’oiseaux qui auraient fait rougir sa mère s’il avait eu la chance de la connaitre.

Il planta son regard noir dans celui de la névrosée alors qu’elle affirmait des choses fondamentalement fausses avec un aplomb admirable. C’était fou comme tout le monde semblait persuadé de le comprendre ici ! Et pourtant ils étaient tous si loin du compte…

- Quand je leur laissais cette chance ils ne la saisissaient pas, ou trop, alors ne me fais pas croire que les choses ont changé, répondit-il simplement en éludant la majeure partie des remarques outrageuses de la brunette.

Même s’il l’avait voulu Liam n’aurait pas pu dire un mot de plus car la main d’Anne se refermait déjà sur sa nuque avant que ses lèvres n’emprisonnent les siennes. A vrai dire il ne s’attendait pas à ça. La plupart de ses victimes se contentaient de jouer les vierges effarouchées comme Selene, et ce jusqu’à ce qu’il vienne prendre son dû de force. La voir se plier ainsi à sa volonté comme un roseau face au vent avait quelque chose de jouissif mais pas encore assez pour passer outre le calme hormonal imposé par son pouvoir. Ça ne l’empêcha pas malgré tout de glisser à son tour ses doigts dans la chevelure de la jeune femme pour l’empêcher de s’échapper et prolonger ainsi leur baiser, sa langue s’octroyant le droit de passer la frontière pour explorer l’état voisin malgré quelques protestations évidentes.

Lorsqu’il la relâcha enfin se fut pour la toiser avec une satisfaction plus que visible, un sourire en coin étirant ses lèvres à l’inflexion cruelle. Vendre ainsi sa bouche pour un couteau, que ferait-elle pour une gourde d’eau dans le désert ? C’est comme ça que commençait la prostitution, mais il tenait trop à ses couilles pour balancer ça sans distance de sécurité. Les proies avaient parfois des ressources cachées surprenantes quand on les acculait.

- Tu vois mon cœur, c’était pas si dur, murmura-t-il, son index glissant le long de la mâchoire de la jeune femme.

Il recula d’un pas pour fouiller dans sa poche et en tirer le couteau papillon qui avait appartenu autrefois à une elipsienne du nom de July. La lame était repliée dans le manche, encore tâché du sang du sanglier dont la majeure partie des morceaux reposaient sous sa peau à l’abri des mouches et des charognards. Le tueur tendit son arme à Anne et alors que les doigts de la donzelle se refermaient dessus pour conclure l’échange il ne lâcha pas. Pas tout de suite. Avant ça il ajouta d’abord avec une ironie palpable :

- Comme quoi, je suis un homme de parole.

Ses yeux s’étrécirent dans un semblant de sourire après quoi il lâcha le couteau et se laissa tomber sur un rocher à deux pas du sanglier, glissant son menton dans la paume de sa main pour observer son esclave à l’œuvre. Parce qu’il trouvait ça amusant ? Ou qu’il avait du temps à perdre ? Non. Simplement parce que ça énerverait la paire de seins du groupe de devoir trimer sous les yeux d’un enfoiré feignant et qui monnayait jusqu’au prêt de matériel. Et c’était ça qui était bon.

Liam attendit qu’elle commence à découper la bidoche pour lancer une discussion si banale qu’elle en devenait étrange :

- Alors ma belle, tu fais quoi dans la vie ? Qu’est-ce qui t’amène dans notre beau pays ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 5 Juil - 22:14

Avec des gens à quelque mètres qui sont horripilants et qu'on se retient de tuer, c'est pas très confortable comme situation. Tout ce que Nial faisait, c'était se retenir de les frapper et essayer de penser à autre chose. Pour une fois, il ne pensa pas à des choses scientifiques, ou ses chéris petits effets dominos. La chose qu'il avait en tête était une musique, et cela le caractérisait bien. C'était vraiment distrayant les musiques. Par contre, il ne fallait pas le déranger non non! Interdit!

La musique qu'il se rejouait dans sa tête et aussi s'amusait à faire une partition de chef d'orchestre/DJ le tenait à l'écart de toute pensée violent et mal placée dans le contexte. Son cerveau étant occupé à se détendre, son corps se reposait un peu, et cela lui fit du bien, car il avait tout de même encore de grosses cernes sous les yeux et il était encore une peu fatigué, même si la chute dans l'eau l'avait revigoré.

Une fois la musique finie, il la repassa dans la tête, mais au second plan, intégrant l'image et la pensée vers les autres. Ainsi il put voir que Anne embrassait Liam, que Jonh se dirigeait vers lui, que la moitié des gens avaient été nus, qu'Alexander était entre les deux groupe ne sachant que choisir. Franchement, quelle situation tellement passionnante. Chacun essayait de prouver sa soi disante supériorité, mais aucune d'eaux n'était une élite. Même Nial savait qu'il n'en était pas une, même s'il faisait officiellement partie du MENSA et qu'il en était fier. En tout cas, c'était très agaçant.

C'est pourquoi il voulut agir et stopper toute cette machination ridiculisante et redonner un sens normal à toutes ses choses, enfin essayer tout du moins, car peu importe ce qu'il avait dit par le passé dans ce monde, les gens trouvaient toujours un moyen de le couper dans son élan, ce qui était très frustrant. Mais passons. Il réfléchissait à savoir comment il pourait intervenir tout en captivant les gens autour de lui pour qu'il y ait un effet de surprise qui pourait causer de la compréhension, et peut-être que s'il avait de la chance, le message passerait.

Mais en attendant il y avait Jonh qui était arrivé à destination, c'est-à-dire devant lui et lui disait qu'il pouvait le tuer. Quelle chose étrange. D'abord il voulait se suicider, ensuite on le sauvait, ensuite il disait qu'il voulait vivre, puis crever en paix, puis encore revivre, et puis finalement encore mourir. C'était lassant à force. Nial afficha une expression sur son visage, genre "Ok, et?" montrant son désintéressement et son agacement.

Ainsi, il devait AGIR, car ce manège avait assez duré, et il fallait y mettre un terme. C'est pourquoi, Nial prit son courage à deux mains, enfin plutôt à une car il attrapa la main de Jonh pour le sortir de la camionnette avec lui tout en restant doux et gentil sans agression, et il se posta entre tout le monde et s'éclaircit la voix comme au début d'un speech important. Tout le monde le regardait maintenant, c'était son moment, il ne fallait pas se tromper.

-Oyez, oyez sires et gentes dames, message de la raison ici. Depuis que je suis arrivé ici, tout s'est résumé à une puérile démonstration de force, gros mix entre un match de catch et un épisode d'amour, gloire et beauté. Personne n'est intelligent ici, même pas moi. Par contre, certains ont des avantages, comme Jonh et Liam, ils ont une voiture et des connaissances. Maintenant prenez sur vous, mais franchement, vous faites juste pitié. C'est tout, pour le moment.

Reste plus qu'à voir la réaction des gens et prier pour ne pas se faire dégommer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 6 Juil - 8:52

Alexander n'avait guère apprécié la remarque de Jonh. Et pourtant, il avait raison. Cette fois-ci, il avait répondu à la provocation, même si ce n'était qu'en partie. Et non pas à une demande.

- Tu as raison. Mais la prochaine fois, demande juste. Je donne toujours du mien. Et puis, c'est pour la communauté.

Puis il retira son bonnet du travailleur. Il avait affreusement chaud à la tête. Mais au moins, il n'était pas épuisé, et il gardait ses forces pour le reste de la journée.

- Cette connerie de bonnet est bien pratique pour ne pas s'épuiser, mais qu'il est laid! Vive les achats de mode à Gloutoniskaïa... Au moins, si jamais je dois me tuer à la tâche pour nous tous, ça aidera.

D'une certaine manière, il avouait ainsi qu'il pouvait travailler sans relâche. Mais c'était aussi presque une invitation à l'esclavage. Il s'en rendait compte, mais il fallait choisir son camp. Si il aurait préféré évité celui-ci, il devait s'en contenter pour le moment. Il ne pourrait vaincre seul.

En attesta l'action d'Anne et de Liam, ou plutôt, le baiser fougueux qui suivit les insultes. Soit il lui faisait du chantage, soit elle avait un sérieux problème dans la caboche! Mais en voyant l'échange du couteau se faire, il prit rapidement la première réponse. Il se retourna vers Jonh ensuite, qui prétextait aller " ranger ses affaires". Vu la marche qu'il adoptait, il se doutait que quelque chose n'allait pas... Jonh n'était peut-être pas un larbin de Liam, ni un complice... Il y avait autre chose, mais il ne pouvait pas encore le comprendre.

Ce qui était sûr, c'est qu'il faisait un peu moins chaud... Suffisamment chaud pour lui, mais tout de même... Quelque chose n'allait pas. C'est en voyant Jonh qu'il comprit : un nuage planait au dessus de sa tête. C'était l'homme météo, ce type? Puis il se rappela : C'était lui qui s'était retrouvé à un job avec lui et Dakota à Techyo, après sa sortie d'esclavage! Il n'était guère mauvais, à ce moment-là! Et Le nuage gris...

Il voulut le rejoindre, l'aider et lui parler. Il alla donc à la camionnette, mais n'entendit pas la remarque qu'il fit à Nial, arrivé quelque peu après.

Il vit par contre ce dernier se lever, et, pour la première fois, déclamé un speech à tout le groupe. Ainsi, ils faisaient tous pitiés? Sa colère l'aidant, il ne se rendit pas compte au départ de ce qui se passa. Mais sa main de glace apparut, et il frappa de toute ses forces Nial au visage avec celle-ci, qui tomba au sol. La grêle tombait dru sur son visage, ce qui devait accentuer sa douleur, car la taille de ses grêlons étaient plus importantes qu’habituellement.

- Tu te prends pour qui pour nous juger ainsi, sur une journée! C'est plutôt toi qui fait pitié, à rester de ton côté, seul, sans parler! Même moi je peux accepter ce qui se passe ici, alors que ce n'est pas une histoire de cœur entre Liam et moi! Ils ont des avantages, et ils sont suffisamment " gentils" pour les marchander!

Cela le mettait en colère, mais en même temps, si Liam avait voulu le tuer, il l'aurait fait dès son arrivée. Il n'y avait peut-être pas que le sinistre salop en lui. Mais ça, il n'en avait rien à faire. L'erreur était faite, et sa colère palpable.

Dommage que ce fut Nial qui la subissait.

- Si tu veux intervenir, très bien! Mais il faudrait avoir une bonne raison pour cela!

Maintenant, il tremblait, il avait froid, très froid, au niveau de son bras..... La grêle baissait de volume, mais la terreur se faisait sentir. Il remit sa chemise, et rajouta une couche, comme s'il voulait ralentir le processus de froid de sa main. C'était malin! La colère l'avait mené à cela!

Il se retourna vers Jonh. Il était là pour lui à la base. Mais maintenant, il devait lui expliquer.

- Comme tu peux le voir, je n'ai pas qu'une main... Même si je préférerais avoir une autre prothèse " permanente et chaud"... Je suis venu pour savoir si je pouvais t'aider, avant que ce sinistre abruti ne parle.

Sur son visage, on lisait la colère refoulé, mais surtout, un air compatissant envers Jonh. Il n'allait peut-être pas comprendre sa réaction. Mais il avait son explication de prête. Après tout, il n'avait jamais été mauvais avec lui, à Techyo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 16:15

Alors comme ça, il croyait qu'il était arrivé à ses fins de lui-même ? Un petit "ne me fais pas rire, j'ai les lèvres gercées" resta bloqué dans la gorge de la brune. C'était une remarque des plus inutiles. Elle avait cédé, c'était vrai, même si elle ne le percevait pas comme ça. Qu'était-ce qu'un bisou ? Rien du tout. Et ci cela lui permettait d'arriver à ses fins à elle, et bien soit.

Merci.

Anne avait parlé d'une voix claire, pas dérangée le moins du monde par ce qu'elle venait de faire. Récupérant le couteau, elle se rapprocha des tas de viande, en en prenant un, protégé par la peau de la bête. Elle devait reconnaître ça à Liam, c'était bien pensé. Elle réfléchit ensuite à sa remarque comme quoi il était quelqu'un de parole. D'un certain côté, c'était vrai, et bien, mais l'effet en était légèrement gâché par la façon dont il vendait sa parole. Ce qu'elle ne manqua pas de lui faire remarquer.

Je te l'accorde. Mais ce serait encore plus flatteur pour toi si tu ne basais pas ta parole sur du chantage. Sentant la méchanceté qui pouvait être perçue dans sa remarque, elle reprit, assez bas pour qu'il soit le seul à l'entendre. Elle ne voulait pas paraître condescendante. Tu ne penses pas que tu gagnerais autant, que ce soit en respect ou en crainte, en respectant ta parole sans pour autant mettre les autres dans une position inconfortable ?

Avant de commencer sa besogne, Anne se saisit d'une pierre plate et fine, qu'elle posa directement sur les braises après avoir étouffé le feu. Elle s'assit ensuite sur un rocher relativement confortable, puis tira vers elle le bloc de viande, qu'elle commença à découper en tranches les plus fines possibles. Elle les redécouperai ensuite, dans l'autre sens, afin d'en faire des rations. A chaque épaisseur découpée, elle la posait bien à plat sur une pierre, contente de voir qu'elles avaient été rincées. Cela commencerait déjà le séchage. Si elle fut ensuite surprise par la tournure de la conversation, elle n'en laissa rien paraître.

Rien de bien passionnant. Et puis j'ai l'impression que je n'y retournerai pas de sitôt, à "ma vie". Et je n'ai absolument aucune idée de ce que j'ai bien pu faire pour arriver ici. Bon, à part ce docteur louche chez qui je suis allée... Mais je ne suis même pas sure que ça soit relié.

Elle avait éludé la question, pensant franchement qu'elle ne faisait rien de passionnant. Des études de commerce, voilà ce qu'elle faisait. Quelque chose qui ne la passionnait absolument pas, et plus elle y pensait - surtout depuis qu'elle était dans ce monde étrange - plus elle trouvait ça futile. Elle avait toujours préféré se servir de ses mains et de sa capacité à apprendre, de sa force, pour faire des choses. Elle n'aimait pas apprendre des moyens détournés afin de gagner de l'argent en embobinant le plus de monde possible.

Et toi, qui m'a l'air au courant, que fais-tu là ? Et que faisais-tu avait d'être là ? Elle ne s'attendait qu'à moitié à ce qu'il lui réponde.

Tout à son travail, elle repensa à la remarque qu'elle avait entendue avant qu'elle n'embrasse Liam. Ainsi, il avait toujours été déçu quand il s'était ouvert aux autres, ce qui expliquait largement pourquoi il était aussi renfermé, et pourquoi il ressentait le besoin de se montrer comme étant supérieur. Bien qu'elle ne savait rien de sa vie à part qu'il était loin d'être blanc comme neige - ce que témoignait la chaîne à sa cheville - elle commençait à se dire qu'il avait des bonnes raisons pour agir comme il le faisait. Elle ne pensait cependant pas qu'il devait s'y cramponner comme un homme à la mer s'accrochait à une bouée : il ne tenait qu'à lui de baisser ses barrières.

Elle remit subitement ses pensées en doute en entendant l'autre idiot qui venait faire des grands discours. Voilà quelqu'un qu'il fallait plutôt éloigner de soi à grands coups de pieds au cul ! Quelque chose à laquelle elle ne s'attendait pas le moins du monde se passa ensuite : à peine en venait-elle à penser à la solution de violence qu'Alexander lui avait balancé son poing dans la face. Et un beau poing de glace, comme si les os de son autre main ne faisait pas assez mal. Elle en serait presque arrivée à plaindre le petit mec allongé par terre si elle-même n'avait pas eu autant envie de lui casser les dents.

Elle n'allait même pas prendre la peine de lui répondre pour le moment. Il devait avoir compris la leçon au moins un minimum grâce à la généreuse contribution du dernier arrivé. Elle garderait donc ses arguments pour elle jusqu'au jour où Nial recommencerait à se sentir trop supérieur - jour qui allait immanquablement arriver. Ce qu'elle trouvait franchement pathétique, en revanche, c'était le nombre de fois assez élevé qu'il avait léché goulûment le cul de Jonh et de Liam. En voyant cela, il était évident pour Anne que le zoophile serait incapable de se défendre de lui-même, raison pour laquelle il cherchait la protection des plus forts.

Tssss.

La jeune femme ne put retenir un sifflement qui oscillait entre le dégoût et la pitié, tout en passant par l'énervement. Il allait vraiment finir par la pousser à bout, et cela ne se ferait pas sans douleur, que ce soit pour l'un ou pour l'autre.

Soufflant bruyamment, Anne reprit son travail, qu'elle ne s'était même pas rendue compte d'avoir interrompu. Voyant que la pierre posée sur les braises était désormais suffisamment chaude, elle découpa cinq bonnes grosses tranches de belle viande, qu'elle posa dessus côte à côte. Sa poêle improvisée était tout juste suffisamment grande pour qu'elle les pose toutes ainsi, mais en les tassant un peu ça irait très bien. Voilà pour leur repas. Maintenant, elle se reconcentra sur le découpage en lamelles fines, qui avançait bien, maintenant qu'elle avait pris le coup de main et qu'elle s'était fait à la texture de la viande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 17:31

Jonh savait que c'était trop espérer une réaction de la part de Nial qui semblait perpétuellement plongé dans une bulle que lui seul voyait. il fût quand même surpris lorsque le jeune homme lui prit la main pour sortir de la camionnette. Le contact fut bref mais suffisant pour que le dépressif voit défiler dans sa tête une partie de la douloureuse vie privée de Nial. Sans son c'était difficile de comprendre de quoi il s'agissait. Il reconnut le voyageur et il y avait un homme avec lui. Une discussion ? Non ça ressemblait plus à une dispute au vu du regard blessé de Nial. Ce dernier était gay, pas besoin d'avoir un haut cerveau pour le deviner. Une séparation ? Ca semblait plus plausible. Remarque Nial était un drôle d’énergumène et on pouvait comprendre pourquoi son copain l'aurait plaqué. C'était méchant de penser comme ça mais le voyageur était loin d'être un type qu'on appréciait de suite.

Jonh n'arrivait même pas à ressentir de la peine et il en eut même pas envie lorsque Nial fit son grand manitou, comme si il incarnait la voix de la sagesse. Il venait clairement de les traiter d'abrutis, de se moquer des sentiments du dépressif en les comparant à un feuilleton débile et le pire ce fut le dernier mot. Ils leur faisaient pitié ? "mais qu'est ce que tu fois encore là alors" aurai voulu dire le dépressif qui avait envie de lui en coller une.
Alex eut la gentillesse de le faire à sa place, révélant qu'il pouvait créer une main de glace. Cette dernière devait faire plus mal qu'un pain normal et Jonh avait bien envie de le tester plus tard. Finalement, cet homme remontait dans son estime.

- Et après tu t'étonnes que même ton copain t'ai plaqué...

Balança t-il à Nial allongé par terre comme si c'était une phrase du genre " il fait beau aujourd’hui" mais avec une pointe d'énervement.
Alexander s'était tourné alors vers le dépressif pour lui signaler qu'il avait eu tort sur un point : il avait deux mains. Enfin, les pouvoirs n'était jamais permanent...Mais ce qui l'étonna le plus fût cet air compatissant de sa part en expliquant qu'à la base il l'avait suivit pour l'aider. L'aider à quoi au juste ? A en finir ? Oh c'était très gentil de sa part de se proposer d'être son bourreau mais ça ne serait pas sans conséquence. Pas avec Liam dans les parages en tout les cas, à part si il ne tenait pas à sa vie lui aussi. Mais l'idée de se prendre cette main de glace dans la gueule était délicieusement tentante. Sans s'en rendre compte il avait prise celle ci dans l'une des siennes, la touchant, la caressant. Sa froideur l'excitant encore plus sous son amas de nuage gris qui en disait long sur ses pensées actuelles.

- Et pourquoi cette soudaine envie de vouloir m'aider ?

Qu'est ce qu'ils avaient tous à être bizarre ? Entre Nial qui se prenait pour un zoophile et un Dieu, et Alex qui d'un coup voulait jouer les bons samaritains il y avait un soucis quelque part.
Il ne lâchait pas cette main du regard comme si c'était un fabuleux trésor. Partie dans sa propre bulle, l'odeur de la viande fraichement cuite par Anne lui passait au dessus de l'estomac.


Dernière édition par Jonh Matrevis le Dim 8 Juil - 18:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 18:36

- Non je ne pense pas.

Il avait répondu avec une franchise désarmante, ses yeux plongés dans ceux d’Anne. Qu’est-ce que la gentillesse apportait ? Des emmerdes voilà tout. Et personne n’en faisait réellement preuve. Dans la vie tout était question d’égoïsme y compris faire plaisir aux autres car dans quel autre but était-ce fait ? Pour avoir la joie de voir l’autre heureux. Si ça n’apportait rien tout le monde enverrait le monde se faire foutre, il fallait pas se leurrer. Ces histoires utopiques de paix et d’amour étaient concoctés par des imbéciles naïfs qui se voilaient la face ou par des hypocrites qui se refusaient à révéler leurs véritables pensées. Pendant un instant il jaugea Anne en se demandant à quelle catégorie elle appartenait puis finit par opter pour la première option. A moins qu’elle soit passée maitresse en manipulation c’était encore la réponse la plus crédible.

Etre plus laxiste avec le duo de nouveau voyageur et leur nouvel « invité » aurait juste servi à lui pourrir la vie. Liam n’avait pas besoin qu’ils l’aiment, juste qu’ils lui obéissent et pour l’instant ça marchait plutôt bien. La névrosée était en train de cuisiner pendant qu’il se la coulait douce et la bouche du zoophile était devenu son fourre-bite, ce sans faire preuve d’une once d’amabilité. Pourquoi fournir plus d’efforts quand on avait déjà trouvé la méthode gagnante ?

Il aurait pu développer sa pensée pendant que ses yeux restaient braqués sur la main armée de la jeune femme allant et venant pour réduire la viande en lamelles mais il s’abstint. De toute façon elle avait l’air décidée à répondre à sa question, au moins évasivement. La seule chose de concrète à retirer de son discours était qu’elle était venue ici par le biais d’un « docteur » louche. Un hypnotiseur ? L’un des sorciers vaudous ou autres conneries dont il avait entendu parler à son retour dans le monde réel peut-être vu la grimace que lui servait Anne en se remémorant sa visite. En tout cas elle avait l’air pressée de changer le sujet en orientant la conversation vers la vie du taulard.

Liam se permit un sourire en coin devant cette pitoyable tentative de diversion. Pas sûr que ça marche avec des gens « normaux » alors avec lui ça tenait de la pure utopie, mais il n’eut pas le temps de le souligner que Nial prenait déjà la parole pour… clamer des conneries. Ouais en fait il aurait mieux fait de continuer de la fermer en caressant son chat. Il le toisa en silence sans cacher son désintérêt profond et détourna finalement les yeux comme s’il ne s’était agi que d’un bruit parasite sans importance.

Il pouvait bien les juger utiles ou ridicule, émotifs ou violent, le fait est qu’il ne restait qu’un trou. Et quand Liam voulait qu’un trou ouvre la bouche ce n’était pas pour parler. Ses opinions attiraient son attention autant que ces histoires de famine en Afrique ou de guerre au Proche-Orient. Trop loin de lui pour qu’il y prête de l’intérêt, même minime.

- Bref, intervention de notre ami zoophile mise à part je suis ici par hasard. La première fois par l’hypnose, la seconde en m’endormant simplement dans mon lit, il marqua une pause et ajouta avec le sourire, Enfin pas mon lit à proprement parler mais je suppose que ça importe peu.

Dire ce qu’il faisait avant de venir était un peu plus délicat. Il avait deux sortes de réactions standard : dire la vérité ou mentir pour faire bonne figure. Etant donné ce que la donzelle avait vu de lui autant faire preuve de franchise mais même dans ce cas il connaissait ses limites. Trier les informations, donner le strict minimum pour donner l’impression de se confier sans le faire réellement… c’était un sport qu’il avait l’habitude de pratiquer.

- Et avant ça… je sortais fraichement de prison.

Et bam ! La bombe avait été lâchée. De quoi ôter l’envie d’Anne de le faire revenir dans le droit chemin avec un peu de chance. Il avait déjà bien assez à faire avec Jonh, question professeur de morale. Il s’étira dans un soupir d’aise comme s’il n’avait rien dit d’extraordinaire et reprit :

- Je voulais retrouver ma fille et l’adopter mais avec ces histoires de pouvoirs qui restent dans le monde réel ça a un peu changé la donne. On a eu le temps de rien faire de toutes façons, j’ai replongé ici la première nuit qui a succédé à mon hypnose. Heureuse ?

Il n’avait pas pu s’empêcher de poser la question, par simple soucis de souligner le voyeurisme que représentait ce genre de questions intimes. Qu’il ait fait la même lui importait peu pour le simple fait qu’il n’accordait aucune importance aux réponses données. Si le tueur avait interrogé leur paire de seins c’était juste pour la déstabiliser et visiblement ça avait marché, ne serait-ce qu’un peu.

Mais ce n’était pas la seule à être déstabilisée… si certains se contentaient du mutisme, Alex’ lui le montrait par la force des poings. Voir son esclave se faire enfoncer les dents à coup de poing de glace avec un côté aussi agaçant que satisfaisant. Jouissif parce que Nial méritait bien d’être remis à sa place, mais énervant de voir la princesse s’octroyer le droit de le faire et ce à l’aide d’un pouvoir inconnu. Alors comme ça Blanche-Neige faisait des cachoteries ? Ça lui retournait presque autant l’estomac que Jonh tripotant la main du frigophobe comme s’il s’agissait d’un trésor, à croire que la dépression ne lui arrangeait pas le cerveau.

- C’est bon ? Vous avez fini vos crises d’ado’ ? balança-t-il avec un mépris évident.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 19:57

Franchement, tout ce qui suivit fut la pire chose qui lui soit arrivé depuis le début de sa vie ENTIÈRE! Des gens qui étaient plus chiants que con et fermés à tout avis extérieur. D'abord Jonh qui se permettait de faire une réflexion sur quelque chose dont il ne savait rien, à moins que ... il puisse lire dans les souvenirs? La seule chose que Nial avait envie de faire c'était de lui dire un gros ta gueule, car il ne le connaissait pas depuis longtemps. Cette remarque le blessa d'autant plus que la séparation avec son copain avait été douloureuse. Jonh n'était qu'un salopard aigri qui ferait mieux de regarder sa propre connerie que de juger les autres.

Nial était affecté par les commentaires extérieurs, ce qui était assez étrange, mais c'était surtout parce qu'ils étaient dans un monde magique. Déjà que la colère montait à vitesse grand V dans l'esprit et le cerveau de Nial, Alexander se permit de faire une autre réflexion. La colère montait tellement à la tête du toqué qu'il ne vit pas la coup de poing venir. Comment avait-il pu autant lâcher sa garde? C'était inadmissible. Le pire, était qu'il se retrouva par terre. Quelque chose de louche sonnait dans ce coup de poing. Comment un être si frêle pouvait l'envoyer à terre? C'était très mystérieux.

La seule envie qu'il avait maintenant c'était de l'amputer de l'autre main et de lui arracher les yeux et la langue pour qu'il vive dans une vie pleine de souffrance car Nial avait rarement vu une personne avec si peu d'intelligence. Malgré l'intervention qui était sensée un peu rendre les choses à un niveau un peu plus intelligent, Jonh et Alexander étaient tous les deux encore PIRE qu'avant. L'esprit de Nial atteignait un niveau d'exaspération tel qu'il frôlait la crise démoniaque. Même la salope d'Anne réagissait tellement puérilement se croyant supérieure que Nial voulait lui arracher la peau pour lui faire sentir la douleur.

Mais le pire était la réaction de Liam. Tous à ce moment-là devenaient tellement bas dans son estime personnelle que c'était limite si ils ne devenaient pas des gens à tuer pour se soulager. Mais vu le passé que Liam racontait, il allait falloir se contenir, ce que Nial continuait de faire, car à 1 contre 4, il allait falloir redoubler d'intelligence, et surtout avoir une paire de bras en plus et des armes. Nial fulminait, si seulement il avait eu quelque chose pour tous les démonter. L'envie de meurtre était omniprésente dans son esprit et il s'imaginait des scènes des plus gore les représentant pour se calmer. Ça aida, mais les yeux de Nial brillaient de fureur et de rage.

Nial se relevait alors, et ne supportant plus de voir ces gens horribles, leur tourna les talons, et partit d'une démarche énervée vers quelque part où les gens n'aillaient plus le dérager, et où allait peut-être pouvoir se défouler. Son chat le suivait pourtant, mais Nial ne voulait plus lui donner d'affection du tout, car c'était aussi à cause de ce chat plus mignon que jamais qu'il avait été critiqué. Au bout d'un certain temps de marche, il s'assit sur un rocher en face d'un arbre et d'un parterre de marguerites. Son chat se blottit contre lui et l'arbre remuait ses feuilles au gré du vent. Enfin, il était en paix. Mais pour combien de temps encore?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 19:59

Alexander s’attendait à tout, sauf à ce qui se passa après ce qu’il avait dit à Jonh. Celui-ci regardait sa main d’un regard pétillant… Etrangement pétillant, malgré le nuage gris se développant au-dessus de lui. A quoi pensait-il ? Cette main qui le terrorisait le fascinait, lui, qui il y a encore quelques minutes le traitait comme un « servant »… Voulait-il faire du mal à son acquisition si vite, sans raison particulière ?

Sa main froide le brûlait encore mentalement, lui infligeant la douleur de la terreur, et puis, il vit une chose encore plus étrange. Il vit la main de Jonh glisser sur la matière glaciaire, la …Caresser ? Il ne sentait rien, mais pourtant, psychologiquement, il avait l’impression de sentir sa main… C’était effrayant, presque autant que d’avoir cette main de glace. Et la voix que prit Jonh pour lui poser la question lui fit se poser des questions. Que devait-il dire ? Que devait-il faire ? Il n’avait jamais eu ce genre de cas avant… Certes, il n’avait jamais eu de main de glace avant Dreamland, mais tout de même !

Il devait lui répondre… Mais quoi ? Et comment ? Il dut faire le vide dans son esprit. Que pouvait-il lui dire ? La vérité tout simplement, non ? Il n’avait aucune intention malsaine, après tout. Il ne voit pas pourquoi il aurait eu à s’inquiéter. Cependant, il eut du mal à formuler ses mots.

- Je voulais… t’aider à ranger…

Il se ressaisit enfin, pensant à ce dont il devait parler, et reprit plus calmement.

- Je me rappelle ou je t’ai vu la première fois : avec Dakota, à Techyo. Et je ne te trouvais pas méchant. Je suis venu t’aider, en partie pour ça, et pour m’excuser de mon dégoût du départ. Il est normal que vous fassiez tout monnayer…

Puis, Liam intervint. Des crises d’ados ? Il devait sans doute parler de ce qu’il avait infligé à Nial. Il ne le regrettait guère. Il était persuadé que tout le monde aurait voulu le faire. C’était le seul « vieux » du groupe, et il voulait asseoir son autorité…
Etrangement, cela avait aussi suivi l’action de Jonh, et ses « caresses ». Il se retourna vers ce dernier.

- Nous n’allons pas tarder à aller manger je pense. On devrait y aller.


Et sur ces mots, il partit en direction du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 21:44

Anne avait haussé les épaules en entendant la réponse de son interlocuteur. Elle s'y était attendu. Ce n'était pas en déblatérant deux ou trois généralités qu'elle allait changer quoi que ce soit à sa façon de vivre, de penser. Mais il était toujours bon d'essayer. Il était en effet évident qu'il était tout sauf quelqu'un d'idiot, qu'il prendrait la peine de réfléchir à ses propos. Alors peut-être qu'au bout d'un certain temps de réflexion il développerait davantage sa façon de voir les choses.

Pour sa part, la brune avait toujours fonctionné en restant le plus honnête possible. Cela n'avait rien de noble ou approchant. Elle n'était simplement pas bonne pour jouer la méchante. Elle n'y arrivait même pas du tout, et cela ce voyait immédiatement quand elle cherchait à intimider quelqu'un sans être franchement remontée contre la personne. Elle pouvait passer dans une fureur glacée, mais cela restait très rare. Bien qu'un des voyageurs qui l'accompagnait y arrive particulièrement efficacement. Il était en quelque sorte heureux que le bonhomme de glace se soit occupé de lui, et plus heureux encore que le blessé parte la queue entre les jambes - sans mauvais jeu de mot. L'air franchement supérieur qu'il osait arborer montrait clairement qu'il ne comprenait vraiment pas comment marchait la vie. Bien sûr, Anne ne se permettrait pas de dire qu'elle savait, elle ; on lui avait bien fait comprendre, un peu trop d'ailleurs, qu'elle était plus que naïve. Mais au moins, elle comprenait les relations sociales. Ou au moins la plupart.

Elle se concentra sur la découpe de la viande. Elle était déjà venue à bout de plusieurs gros morceaux, et en attrapait désormais des plus petits. Il n'y avait finalement pas tant de reste que ça, une fois les tendons et les parties trop nerveuses enlevées. Pas mal de petits morceaux étaient restés accrochés à la carcasse de la bêtes, de plus en plus propre grâce aux bons soins des bestioles. Anne ne savait pas si l'odeur faiblissait en fonction de la viande mangée, ou bien si elle s'y habituait tout simplement, mais toujours était-il qu'elle n'avait presque plus de hauts le coeur ; ce qui lui permettait de travailler encore plus vite.

Elle prenait le quartier, le débitait en tranches fines, qu'elle empilait à nouveau pour les couper dans l'autre sens. Ses mouvements étaient presque mécaniques, ce qui lui permettait de continuer sa conversation avec Liam de façon sérieuse tout en continuant de débiter efficacement. Il lui dit à son tour comment il était arrivé à Dreamland, ce qu'elle apprécia. Bien qu'il reste aussi évasif qu'elle voire plus, il semblait lui répondre honnêtement, comme elle l'avait fait.

Toutefois, sans qu'elle ne put rien y faire, ses mains se figèrent et sa respiration s'accéléra sur quelques secondes quand il lui dit franchement, arborant un sourire carnassier, qu'il sortait droit de prison. Elle hésita entre garder ses yeux sur ses mains ou le regarder, lui. Puis elle décida de laisser ses troubles de côté et de réfléchir de façon aussi posée qu'elle le pouvait. Bien sûr, elle éprouvait une soudaine crainte. Ou plutôt touchait-elle du doigt le pourquoi de la crainte qu'elle ressentait envers Liam depuis qu'elle était arrivée dans ce groupe confus.

La première pensée qui vint à l'esprit de la brune fut de lui demander pourquoi il avait été emprisonné. Et puis elle se rendit compte que c'était inutile comme information. En effet, vu l'air qu'il affichait en ce moment, s'il lui répondait ce ne serait que pour tenter de l'effrayer. Et elle n'était pas dupe, elle le serait, effrayée. Mais elle fut encore plus étonnée par l'envie presque palpable qu'il avait de la voir ainsi à sa merci, l'envie de voir sa réaction face à ses actes. Sinon pourquoi la défierait-il comme ça du regard ? Vu qu'elle avait décidé qu'elle ne voulait pas savoir, la jeune femme posa l'autre question qui lui était venue à l'esprit.

Et alors ?

Il avait lancé ça comme un argument, une justification. Et Anne se demandait honnêtement comment lui-même voyait le fait qu'il soit allé en prison, ou tout juste sorti.

Par contre, le fait qu'il lui révèle ses intentions, ou du moins une partie, la toucha sans qu'elle put vraiment définir comment. Elle avait compris grâce au peu de temps qu'elle l'avait côtoyé qu'il n'était pas du genre à s'étaler sur les détails de sa vie, et le fait qu'il lui dise ça ne changeait strictement rien dans leur non-relation. Mais il lui avait quand même dit. Et pour n'importe qui, un enfant, surtout hors d'atteinte, était un sujet délicat. Elle pensa ensuite à un point de vue différent.

Et malgré ça, t'as pas envie de tenter une nouvelle fois de la récupérer, en "expiant tes peines", ou je ne sais quel autre terme employé pour définir ça ? Ou bien est-elle vraiment hors de ta portée ?

Elle avait l'impression en lui demandant ça de partir franchement hors limite, mais ce n'était même pas la curiosité qui l'avait poussée à lui demander ça. Elle cherchait à connaître les tenants et aboutissants, car après tout c'était sa fille, surement la chose la plus importante de sa vie. Il devait bien être possible pour lui de faire quelque chose. Elle répondit ensuite honnêtement à sa question, bien qu'elle sentit clairement le ton sarcastique dont il l'avait empreinte, les mains toujours occupée par le découpage de la viande. Elle put ainsi prétexter se concentrer sur une découpe pour réfléchir un peu plus.

Heureuse n'est pas le mot... Je te suis bizarrement reconnaissante pour me parler comme à une personne normale et non une esclave demeurée. Elle ne pouvait nier s'y être attendue, vu le rôle qu'elle remplissait désormais. Et touchée par ce que tu dis. Mais pas heureuse non, comment voudrais-tu que je le sois alors que tu ne me dis rien de bien joyeux...

Anne le sentit un peu après se détourner de leur conversation, quand il s'adressa à Jonh et Alexander, Nial était reparti on se savait où. La jeune femme ne put s'empêcher de sourire pour elle-même. Peut-être allait-elle finalement découvrir des personnalités intéressantes. Elle sentait qu'elle commençait à respecter l'homme assis à côté d'elle, mais pas pour sa force ou sa domination. Pour son honnêteté. Elle ne serait cependant pas sotte au point de lui dire. Il avait assez clairement dit ne pas accorder sa confiance pour qu'il puisse retourner son respect contre elle pour parvenir plus facilement à ses fins.

La brune se redressa alors et s'étira, faisant craquer certaines de ses vertèbres. Grimaçant, elle se passa une main sur la nuque. Elle alla ensuite retourner les tranches de viandes, qui seraient prêtes d'ici quelques minutes. Elle se dit qu'Alexander et Jonh avaient au moins un bon timing en les voyant s'approcher. Et si Nial voulait manger, il faudrait qu'il vienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 8 Juil - 22:42

Nial, comme d'habitude n'avait rien dit et était tout simplement partie même si la colère se lisait sur son visage.

Trop occupé face à ce nouvel objet Jonh ne voyait pas le trouble qu'il avait animé chez Alexander. Cette main était tellement bien faire, il s'attendait presque à y voir des veines et de la chaleur se dégager mais ce n'était rien que du froid. De la glace dure comme si le membre avait été mit dans un congélateur. Un pouvoir très intéressant.
Néanmoins le dépressif finit par sortir de sa fascination lorsque son interlocuteur répondit à sa question, lâchant par la même occasion la main. L'aider à ranger ? Jonh haussa les sourcils, n'en croyant pas un mot mais soit, si Alex avait décidé de lui cacher sa réelle motivation pour l'avoir suivi. Le voyageur se reprit quelques secondes après, se souvenant qu'ils s'étaient croisés à Techyo. Oui, en effet mais ça c'était avant le coup de la voiture...Épisode qui avait bien du mal à passer dans la tête de Jonh et de Liam. Il voulait aussi s'excuser pour tout à l'heure quand le dépressif lui avait ses propositions. Il avait l'impression d'avoir un autre homme devant lui.

- C'est euh...sympa ouais...et d'ailleurs pour les propositions...j'y suis peut être aller un peu fort...j'ai tendance à être joueur quand je suis "normal"...

C'était un moyen comme un autre pour lui de s'amuser. Il était tout simplement heureux et libre lorsque l'iceberg se trouvait du bon côté. ce qui pouvait être très agaçant au bout d'un moment. Ses amis lui avait dit par le passé et puis quand il avait rencontré Lily il s'était modéré, devenant plus sage. Ensuite il était devenu dépressif ou bipolaire d'après les psys.
Bref, Liam leur fit savoir que tout ça l'énervait, cassant leur discussion. Jonh fut tenté de penser que le taulard était jaloux mais c'était ridicule. Pas juste pour ça en tout cas.
Alex proposa d'aller manger et Jonh hocha la tête avant de le suivre. Il s'installa près du feu, fixant les flammes qui ne faisait que donner encore plus chaud au dépressif. Ce dernier déboutonna sa chemise mais ne l'enleva pas, son mode pudique étant activé à nouveau.

- Merci Anne, d'avoir coupé la viande

Il leva les yeux vers elle et lui servit un sourire triste habituel mais néanmoins sincère. Même si Liam lui en avait donné l'ordre il n'en restait pas moins que pour Jonh la remercier était un minimum. Bon après la manger était une autre paire de manche car honnêtement...avec les mains c'était pas terrible ils étaient pas des hommes de croc-magnons. Rien que de se visualiser arracher la viande à l'aide de ses dents lui coupait l'appétit.
Et puis franchement se retrouver autour d'un feu comme si ils se connaissaient depuis un bail, alors qu'en vérité c'était loin d'être le cas même avec Liam, ça ne lui disait rien du tout. Il préférerait aller dans son coin et manger avec lui même et ses sombres pensées. Ça, c'était plus son environnement. Quand Jonh s'était réinstallé chez ses parents il mangeait dans sa chambre et non avec eux malgré le fait qu'ils avaient essayé plusieurs fois de le faire descendre à table.

- Finalement, mangez sans moi

Dit-il tout en se relevant avant d'aller rejoindre la camionnette pour finir de ranger ce qu'il n'avait pas pu faire. Là bas Jonh découvrit qu'il avait des choses bien meilleures que de la viande. Du chocolat, un thermos et des sucres d'orges. Certes ce n'était pas non plus un repas de roi mais c'est pas comme si il crevait de faim.
Le dépressif posa ses fesses sur le rebord et prit la plaquette de chocolat qu'il entreprit de défaire de son emballage avant de le manger, cassant les carrées avec ses doigts. Il se sentait mieux ici, tous seul. C'était plus...son environnement.

- Bon appétit Jonh...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 9 Juil - 16:59

Et hop ! Une phrase et c’était dans la poche, Nial allait bouder on ne savait où ce qui ne faisait que prouver le bien-fondé de la remarque de Liam. La réaction se voulait digne mais était puérile, que croyait-il gagner à se laisser écraser comme un ver sous une semelle. A vouloir prouver qu’il valait mieux que les autres le zoophile finirait juste par perdre et son honneur, et ses dents. Le tueur avait bien envie de parier sur le temps que ce mec tiendrait avant la crise de nerf ou le décès mais il y avait peu de chances que ce genre de distractions soit du goût d’Anne qui travaille encore et toujours avec acharnement.

Impossible de savoir si elle savait ce qu’elle faisait mais elle en avait l’air, séchant des lamelles d’un côté, en cuisant de l’autre… bientôt l’odeur de la graisse animal grésillant sur les pierres brûlantes domina l’odeur de chairs mortes, mettant l’eau à la bouche au violeur. Après une période à se nourrir de fruits, de chocolat et des rares repas équilibrés offerts charitablement cette barbaque en pleine cuisson avait des allures de festin. La perspective d’un repas plus nourrissant que des Ferrero cailloux ne l’empêchait pas d’écouter la névrosée malgré tout.

Surtout que cette chère petite posait le pied sur un terrain miné en abordant le sujet « Ella ». Elle osait insinuer qu’il aurait dû changer pour elle, s’expier même ! De biens grands mots qui tenaient de la simple blague pour le taulard. Balancer ces salades sans rien connaitre de leur relation était osé et Anne semblait s’en rendre compte. Trop tard. Elle se rattrapa avec une maladresse que le commun des mortels aurait trouvé touchante mais qui fit juste rire jaune Liam. En plus de changer de sujet mademoiselle était touchée ? Touchée ? Comme si ça avait pu être le but de son propre discours. Sa pitié et sa considération elle pouvait se les foutre au cul, il s’occuperait de les tasser bien au fond.

- Tu jactes sans savoir, je ne sais pas si je dois rire ou m’énerver.

Il attrapa du bout des doigts une tranche de viande cuite pour ne pas se brûler avant de reporter son regard sombre sur la brunette. Elle avait vraiment de la chance de tenir son couteau à cet instant tant l’envie de jouer avec sur sa jolie frimousse était forte. La rémanence du visage souriant de la petite rouquine qu’il avait pris sous son aile était plus douloureuse qu’un coup de poignard et il n’aimait pas voir tout ça associer à une théorique incompétence paternelle de sa part.

- Ma fille m’accepte tel que je suis. Elle est parfaitement au courant de mes crimes et me voit malgré ça comme un héros. Ça me suffit. Et si tu sous entends encore une fois que je l’ai perdu à cause de ma manière de vivre je n’hésiterais pas à t’arracher mon couteau pour te l’enfoncer dans la gorge.

Toute trace de sourire avait disparu alors qu’il portait la viande à sa bouche pour en arracher un morceau. Jonh ne remarqua même pas la tension dans l’air lors de son passage éclair et ce n’était pas si mal, Liam n’avait jamais aimé qu’on se mêle de ses conflits. Lorsqu’il se fut éloigné et malgré la présence d’Alexander le tueur reprit sans se départir de son inquiétant sérieux :

- Si je l’ai « perdu » c’est parce qu’un enfoiré ici nous a tous bazardé hors de Dreamland il y a quelques jours et que je n’ai pas pu mettre la main sur Ella dans le monde réel. Et vu comme ça tourne dans le monde réel ça va s’avérer de plus en plus compliqué. Alors un conseil : à l’avenir évite les conjectures foireuses si tu tiens vraiment à ce que je te traite comme autre chose qu’un larbin. Ou juste que je te laisse en vie.

Il marqua une pause pendant laquelle il recouvrit un semblant de sourire à vous donner le frisson.

- Mais j’oubliais… bon appétit !

La majeure partie de la viande avait été débitée, il n’y avait plus qu’à espérer qu’elle sèche vite pour qu’ils puissent mettre les voiles. La civilisation lui apporterait peut-être le moyen de retrouver sa protégée même s’il persistait éternellement dans un coin de son crâne la crainte de l’avoir perdu pour toujours. Rien ne disait qu’elle était revenue ici après tout…

Après avoir englouti le reste de son morceau de viande il essuya ses doigts graisseux sur une pierre plate et attrapa une nouvelle part. C’était peut-être le fait de sa colère latente mais son estomac criait autant famine que son esprit avait soif de sang. Anne devrait probablement faire preuve de prudence à l’avenir maintenant que son pied s’était arrêté en plein sur une mine.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 9 Juil - 20:57

Alexander arriva au feu, suivit de près par Jonh. Anne était apparemment en pleine discussion avec l'ainé du groupe. Mais le frigophobe n'eut même pas le temps de s'en inquiété, que Jonh déjà repartait. Il y avait quelque chose chez lui de dérangeant, d'une certaine manière. Mais s'il s'exilait ainsi, il y avait sans doute une bonne raison. Il n'alla donc pas à sa suite.

Et il eut le droit à la fin du discours de Liam, ne pouvant rapprocher les données qu'avec difficultés. Ainsi, cet énergumène tenait à une personne? Une petite fille en plus? Deux pensées lui vinrent à l'esprit.
La première fut celle du trentenaire s'occupant de la jeune fille... De manière plus ou moins nette. Après tout, qui lui prouvait que cet individu n'avait pas des intentions malsaines?
La seconde pensée ne lui ressemblait pas, peut-être dû à l'adrénaline des dernières minutes... Et pourtant, cela ne le dérangeait presque pas. Il se voyait en train de faire souffrir mentalement Liam, torturant la fille...

Il secoua intérieurement ses idées. Qu'est ce qui lui prenait? Après tout, cet homme lui proposait un véhicule.... Un moyen de locomotion. Mais il était vrai que lui aussi souffrait intérieurement, de savoir ce qui se passait, dans le monde réel.

Mais la fin de la discussion lui déplut fortement. Il menaçait Anne, qui n'avait sans doute pas de mauvaises intentions? Pour qui se prenait-il? Son sourire ne fit que confirmer ses soupçons. Prenant une part de viande, il regarda Anne, guettant sa réaction, et montrant la aussi de la compassion. Ce n'était vraiment pas le meilleur guide... Pourquoi Jonh le suivait? Ce n'était vraiment pas le genre d'homme à s’embarrasser de la vie de quelqu'un...

Sans se rendre compte, il avait perdu sa main de glace: fondu sans doute plus vite par le feu... Cela ferait un problème de moins: le froid ne l'avait pas tuer... Pas cette fois-ci....
Il ne dit mot tandis qu'il mangeait la viande préparée par Anne. En tout cas, on ne pouvait pas lui ôter ses talents de cuisinières en plein air! Il finit sa tranche, puis se leva.

- La viande était parfaitement cuite Anne! Merci

Puis il se retourna vers Liam.

- Si il y a besoin de moi, je serais dans le camion.

Et sur ces mots, il se redirigea vers le camion. Il avait encore besoin de réfléchir. Sur lui.
Tandis que son visage se faisait grave à l'intérieur du camion, la neige tombait lentement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 9 Juil - 23:15

Bon, elle s'était mal faite comprendre. Liam lui débitait soudainement des phrases sur la façon dont sa fille le voyait, c'est à dire très bien. Tant mieux ! Ce que la brune avait voulu dire par le fait d'expier ses peines, ce n'était aucunement en rapport avec son comportement, mais à cause de la façon dont la justice était régulièrement pourrie jusqu'à la moelle. Dans ce cas là, il pouvait bien être le meilleur papa que le monde ait jamais connu aux yeux de sa fille, s'il n'était pas légalement autorisé à en avoir la charge, cela ne lui serait que plus compliqué. Mais bon, il n'avait pas compris les mots de la jeune femme dans ce sens là, et apparemment elle n'avait pas compris ses mots non plus. Ce n'était que le fait qu'il ne l'ait pas "trouvée" qui lui avait empêché de s'occuper d'elle.

Bien qu'elle s'occupât de la viande, Anne avait tourné la tête vers son interlocuteur par réflexe quand il l'avait menacée d'utiliser contre elle le même couteau qu'elle tenait dans sa main droite. Pourquoi le fixer ainsi ? Ce devait être tout bêtement une technique d'intimidation primaire. Si le plus faible ne se montrait pas effrayé et ne baissait pas la tête, alors le plus fort avait moins envie de le maltraiter. Du moins cela marchait-il dans la nature.

Se rendant compte de son geste instinctif étrange, la brune accepta avec joie la diversion que lui accordaient Jonh et Alex, en venant chacun leur tour chercher de quoi manger - ou au moins s'en approcher, en ce qui concernait le premier. Elle les remercia tout de même chaleureusement, bien qu'elle n'estime pas avoir fait un travail qui mérite à ce point leur reconnaissance. Elle haussa les épaules, finissant de découper la viande qui restait en fines tranches. Elle aimait la sienne bien cuite, de toutes façons.

Suite aux remarques que Liam lui avait faites une fois qu'Alexander soit à son tour auprès de la viande, Anne décida de mettre de son côté aussi un terme au sujet plus que glissant de leur conversation. Aussi replanta-t-elle son regard dans celui, noir, de Liam.

J'ai compris. Voilà qui devrait lui suffire : elle resterait à sa place en ce qui concernait les sujets sensibles. Ca ne fait que quelques jours, tu dis ? Tu saurait me dire quelle est exactement la relation entre le temps d'ici et le temps de là bas ?

Voilà qui devrait mériter une réponse. Après tout, la brune ne connaissait toujours rien de ce monde, ce qui ne lui plaisait pas. Elle aimait avoir toujours un minimum de cartes en main.

En voyant ensuite les autres manger goulûment à côté d'elle, la jeune femme se souvint qu'elle n'avait rien mange de toute la journée. Son ventre lui rappela également ce détail en gargouillant bruyamment. Elle rajouta donc deux bonnes tranches à frire, pour les amateurs de rab', et déposa les dernières lamelles sur des pierres. Tout en attrapant une part de viande, elle déclara pour elle-même.

Bon, il doit encore rester quelques heures de soleil, ça devrait suffire à faire sécher tout ça...

Elle se demandait tout de même combien de temps la viande se garderait. Vu la dose dont ils bénéficieraient, ils n'allait pas devoir se rationner, au contraire ! Elle se gâterait sûrement assez rapidement en n'étant pas séchée à coeur. Mais ce n'était pas sa préoccupation immédiate.

Profitant du fait qu'elle ait encore le couteau de Liam dans sa main, la jeune femme l'utilisa pour découper sa tranche en morceaux plus petits, qu'elle engouffrait tour à tour dans sa bouche. Elle ne s'était vraiment pas rendue compte qu'elle avait faim à ce point ! Elle finit rapidement sa part et se saisit d'une deuxième - celle qu'aurait mangé Nial s'il arrêtait de bouder. Toutefois, s'il décidait de revenir - et qu'il s'excusait, cela lui ferait les pieds - il aurait tout de même de quoi manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 10 Juil - 17:29

Jonh savourait sa solitude retrouvé en même temps que son petit chocolat. Dans quelques heures il aurait sans doute très faim mais pour le moment cette nourriture lui convenait à lui et à son estomac. Même si Anne s'était donné du mal à découper cette viande, finalement le dépressif avait opté pour un autre repas. Si les autres en profitaient c'était tant mieux pour eux.
C'était le silence avant de repartir en voiture pour la côte et il était fort à parié que le voyage ne se passerait pas dans un silence mais plutôt sous des conversations ennuyeuses et énervantes. A son plus grand regret.

Son bonheur, car tout bonheur avait une fin, fut stoppé par Alexander qui sans un mot s'était glissé dans la camionnette. Bon, il était pas venu pour lui parler, pour l'aider ou autre fantaisie qui lui serait passé par la tête. A vrai dire il avait plutôt une mine de déterré et préoccupé. Comme si quelqu'un venait d'avoir un accident. Au vue de la neige qui tombait autour d'Alex ce dernier était tourmenté. En tant que voyageur qui jouait aussi avec le climat il s'y connaissait. Cela dit faire neiger dans la camionnette c'était pas tip top et Liam gueulerait surement en voyant l'arrière enneigé.

- Euh Alex...tu devrais sortir si tu fais neiger...

Enfin il était mal placé pour dire ce genre de chose ayant inondé une chambre ce matin même si c'était un fait involontaire de sa part. Son interlocuteur ne sembla se rendre compte de la présence de Jonh que maintenant et arrête d'utiliser son pouvoir. Ah oui c'était aussi une solution. Entre dépressifs, ils pouvaient bien discuter en attendant que les autres les rejoignent non ?

- Bon...c'est quoi cette histoire de Marchand de Sables que tu as évoqué tout à l'heure...?

Alexander ne semblait pas être quelqu'un qui balancerait des choses ridicules pour attirer l'attention sur lui. Ca , ca serait plutôt le rôle de Nial.
Il avait dit venir de Gloutoniskaïa, peut être que là bas il avait apprit des choses que eux mêmes ignoraient. Si Liam ne croyait pas à ses paroles, Jonh pouvait très bien décider de donner son avis là dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 10 Juil - 20:48

Il ne s'était pas rendu compte de la présence de Jonh, avant qu'il ne lui demande d'arrêter la neige.

- Oh pardon, je vais arrêter cela.

Et sur ces mots, il se concentra pour arrêter la neige tombant autour de lui. Il avait raison: faire de la neige dans le camion, ce n'était sans doute pas le meilleur moyen s'il ne voulait pas s'épuiser à nettoyer le camion.
Puis, Jonh l'interrogea sur le Marchand de sable. Pourtant, il n'était pas du genre à le croire? Pourquoi ce changement brusque? Son comportement de tout à l'heure?

Quoi qu'il en soit, il pouvait tout à fait lui répondre. Après tout, il aimait bien Jonh.

- C'est, je pense, ce qui nous as attaqué dans le monde réel... Ce qui m'espionnait tout du moins. Pour m'expliquer: A Gloutoniskaïa, avec d'autres individus, on devait rejoindre Dakota et une autre personne, et on s'est fait attaquer en pleine bibliothèque, emplissant celle-ci de sables. On m'a expliqué que c'était sans doute l’œuvre de celui-ci. Qu'il était dangereux, et voulait notre fin. On m'a aussi expliqué des histoires d'ombres... Mais je ne connais pas toute l'histoire. Je suppose que c'est lui qui a mis ce magicien dans mes pattes...

Il le regardait maintenant, guettant sa réaction. C'est vrai, il pouvait après tout le prendre pour un fou. Mais il était sincère, et cela aurait pu se ressentir dans sa voix. Les autres ne lui avaient pas mentis, c'était une chose dont il était persuadé. Mais qu'allait-il faire de ces informations? Après tout, il était le sbire de Liam....

Il secoua intérieurement sa tête. Il ne devait pas penser Jonh comme un ennemi. Après tout... Il lui ressemblait, d'une certaine manière. Il pouvait être déprimé, autant que Jonh l'était. Mais sans doute pas pour les mêmes raisons...

Il pouvait être sincère avec lui.

- Je ne déconnais pas au sujet de mon père... Quand j'ai été surpris, lors de notre passage au monde réel, je venais d'apprendre que mon père était dans le coma... J'ai paniqué, mais je comptais vous récupérer... Je ne suis pas du genre à lâcher des personnes sans raison. Et j'étais venu ici pour... revenir sur moi, ce que j'étais devenu, et allait faire pour aider mon père...

Cela ne l'intéressait peut-être pas, après tout. Mais cela ne lui coutait rien, de le lui dire. Il regarda sa main manquante. Tout ça a cause de ce foutu froid... Ce froid qui le hantait chaque jour dès à présent... Ce froid qui cherchait à le tuer... Comme ces pingouins, à Techyo. Comme Liam, dans le monde réel. Comme ce Marchand de sable. Etait-il lié à toutes ces menaces? Si c'était le cas, les voyageurs n'étaient pas au bout de leur peines...

Il hésita un moment à demander au dépressif la raison de sa... dépression. Mais il n'était pas fou. Il savait que le mieux serait qu'il le lui dise lui-même. Ce qui était sûr, c'est que malgré leur mauvais départ depuis son arrivée ici, il le considérait un peu comme un frère. Un frère qu'il n'avait jamais eu. Quelque chose le rapprochait de lui, et d'une certaines manières, il en était content. Bien sûr, cela ne durerait peut-être pas... Mais il pouvait toujours espérer.

Il se posa à côté de Jonh, regardant le paysage extérieur. Au moins, il n'était plus dans une de ces cages, ou pourchassé... Pour le moment. Il avait même droit à de vrais repas. Il devait s'en accommoder pour le moment. Et avec un peu de chances, le voyage ne serait pas long. Et Jonh pourrait peut-être l'aider à le rendre plus... Vivable?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 11 Juil - 13:17

« J’ai compris »… la phrase qui voulait tout et ne rien dire. Liam scruta le visage d’Anne et après quelques secondes supposa que c’était sa manière de lever le drapeau blanc. Non pas qu’elle soit d’accord ou compréhensive, juste qu’elle souhaitait éviter un conflit. Sage décision. Elle soutint son regard un long moment avant de retourner s’occuper de la viande et le taulard mit ce temps à profit pour réfléchir à la colle temporelle qu’on venait de lui poser. Un rapport entre le temps réel et le temps chimérique ? Impossible à dire. Entre les dates d’arrivées des gens qu’il avait croisé et leurs écarts de débarquement à Elipse aucune relation mathématique n’existait. Ou alors une qu’il n’avait pas le niveau de trouver. Tout ce qu’il savait c’est que le temps passait majoritairement plus doucement ici, voilà tout.

Mâchouillant un morceau de viande il se demanda ce qu’était devenu son corps dans le monde réel. Ça pouvait aussi bien faire quelques minutes que quelques heures qu’il s’était endormi. Est-ce qu’il pouvait crever de soif s’il ne se réveillait pas à temps ? Flippant, mais surtout con. Enfin il ne pourrait pas savoir avant que ça ne lui retombe sur le coin de la gueule ou qu’on lui serve sur un plateau la manière de sortir de ce monde tordu. Après avoir fait craquer ses vertèbres cervicales il haussa les épaules et répondit évasivement :

- Va savoir… la dernière fois on a dû m’hypnotiser, quoi… 4 ou 5 heures ? Et j’ai passé environ un mois et demi ici. Mais c’est pas pareil pour tout le monde, y’a eu des cas de gens qui disparaissaient quelques heures et qui avaient passé un temps équivalent dans le monde réel. C’est assez variable même si en général tu peux plutôt tabler sur le fait que le temps s’écoule plus vite ici que là-bas.

Du bout de son ongle il se débarrassa d’un fragment de nourriture qui s’était coincé entre ses incisives et le jeta dans le feu. Derrière l’âtre Alexander s’éloignait sous une fine tempête de neige après les avoir informé de son intention de stalker Jonh jusqu’au bout. Oh bien sûr il ne l’avait pas dit comme ça, mais le tueur avait la fâcheuse habitude de traduire les dires et les actions des autres à sa sauce. Moins hypocrite d’après lui.

La morsure du soleil commençait à se faire sentir dans son dos aussi se leva-t-il pour récupérer sa chemise dans sa hotte. La pluie de son élève avait séché depuis longtemps, ne laissant qu’une agréable fraicheur qui vint soulager les coups de soleil naissant du violeur. Il revint vers Anne sans prendre le temps de boutonner son vêtement –pourquoi se presser ? Elle avait déjà tout vu- et reprit place non loin d’elle.

Ses yeux noirs suivaient les mouvements de son couteau dans la main de la brunette qui s’en servait comme vulgaire couvert. Il mit de côté le fait qu’il n’ait pas donné l’autorisation pour qu’il soit utilisé de cette manière, se concentrant sur l’aspect comique de la situation. Elle tirerait une drôle de gueule si elle savait où la lame qui tranchait sa nourriture après cuisson avait trainé…

- Je vais récupérer mon bien si tu permets.

Il tendit la main, les yeux plantés dans ceux de la donzelle jusqu’à ce qu’elle obtempère enfin. Le couteau papillon réintégra sa poche après quoi il reprit avec un sourire en coin :

- C’est pour toi hein, la cuisson a cramé la plupart des saloperies qui se trimbalent dessus, mais si tu coupes après coup je suis pas responsable de ce que tu peux choper. On peut pas savoir quelle chtouille se trimbalaient les gens que j’ai tué avec, vaut mieux pas prendre de risques.

Son sourire s’élargit alors qu’un souvenir lui revenait en mémoire, en particulier l’air blême et terrifié de Melena. C’est vrai, il n’avait pas fait que tuer des clampins avec son arme. Il s’était aussi lancé dans la spéléologie.

- Ah oui, et il a trainé dans une culotte une fois. Je ne suis pas garant de l’hygiène intime de Nancy et dans le coin on ne change pas de sous-vêtements aussi souvent qu’on le voudrait.

Après un rire bref à cette blague qui ne ferait probablement rire que lui –et c’était un peu voulu il faut l’avouer- il chercha son paquet de clope dans ses afffaires et en sortit une qu’il glissa entre ses lèvres pour l’allumer. Après une profonde bouffée de nicotine, les yeux clos, il se tourna vers la névrosée pour lui tendre le paquet. Conscient que ce geste pouvait paraitre étrange, surtout de sa part, il se décida à proposer en bonne et due forme.

- Tu veux une clope. Gratuite, profite c’est pas tous les jours que ça arrive.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 11 Juil - 16:24

Ce qui les avaient attaqués ? Jonh ne se souvenait pas avoir été attaqué dans le monde réel. Il lui paraissait même impossible qu'une entité Dreamlandienne puisse venir à San Francisco...Non ça devait être la paranoïa d'Alexander qui devait lui avoir fait penser cela. La suite fut plus intéressante. Le dépressif se souvenait de Dakota, ayant travaillé avec elle aussi en même temps que Alex. Ce Marchand de Sable voulait donc leur peau ? Ma foi, ceci était une information très intéressante. Son interlocuteur parla aussi des ombres, détails que Jonh avait aussi remarqué sur lui même, en avait fait part à Liam mais ce dernier l'avait balayé d'un revers de la main comme si c'était insignifiant.

- Ok, donc on a un tueur qui veut notre peau...et sur les ombres tu peux m'en dire plus ? J'ai remarqué que les anciens voyageurs n'en avaient pas...contrairement à Anne et Nial par exemple.

L'absence d'ombre ne pouvait pas être quelque chose de pas important. Surtout dans ce monde. Comme l'esprit elle constituait la part d'une chose. Pour l'instant son absence n'avait rien fait d'étrange sur eux mais ils n'étaient là que depuis deux jours.

Alexander lui raconta ensuite le problème avec son père. Bien sur Jonh voulait bien croire que c'était horrible d'apprendre que son paternel venait d'être mit dans le coma. Les raisons de la venue du voyageur était personnel, un moyen de se retrouver apparemment.

- Je suis navré pour ton père...j'espère qu'il s'en sortira, ce n'est pas plaisant de perdre quelqu'un qu'on aime...

Le visage de Jonh s'assombrit suite à ses paroles. Il savait de quoi il parlait et à chaque fois l'image de Lily apparaissait dans sa tête remplissant son coeur de tristesse. Il n'arrivait pas à tourner la page, ce n'était pas sa faute. Penser à ce que aurait été sa vie si il n'y avait pas eu ce foutu camion ! A l'heure qu'il est il serait avec la femme qu'il aimait et leur enfant. Mais non ! Ce fichu accident lui avait arraché son putain avenir de bonheur.
Il avait arrêté de manger, ses mains s'ouvrant et se fermant nerveusement alors que la colère de la frustration glissait dans ses veines, fabriquant un commencement d'orage au dessus de leurs têtes.

Et maintenant, le dépressif se retrouvait à nourrir des sentiments envers un criminel hyper sexuel qui lui en faisait voir toutes les couleurs. Quoi de mieux franchement pour guérir de tomber amoureux d'une personne qui ne serait jamais à vous. Jonh le savait pertinemment que Liam ne rechercherait jamais une relation stable et sérieuse, qu'il irait toujours voir ailleurs.
Et ça énervait le dépressif d'être aussi faible. Il aurait aimé, faire partie de la deuxième catégorie qui subissait une perte : ne plus avoir de coeur. Lui, il n'avait plus le coeur à vivre mais ce dernier avait été un traitre en trouvant le moyen de s'attacher à quelqu'un. Et ça, ça l'énervait encore plus.
Le nuage grondait dans le ciel, véritable bombe à retardement. Il lâcha la bombe d'ailleurs.

- Pourquoi je suis amoureux d'un psychopathe hein franchement ? Quelle idée ! Je dois être fou ! Ah non c'est vrai je suis suicidaire !

Il parlait plus à lui même que à Alexander en vérité. Jonh s'était levé, faisant les cents pas devant le coffre de la camionnette sous les yeux de l'autre homme qui ne devait pas comprendre grand chose. Le dépressif s'arrêta et agrippa Alexander par les épaules, plantant son regard dans celui de l'autre.

- Frappe moi. Peut être que ça me remettra le cerveau à l'endroit ! Me tuer aurait été mieux mais Liam s'en serait prit à toi ! Alors frapper c'est bien...Quoi tu veux pas ? Mais MERDE !

Un éclair frappa dans la plaine alors que Jonh continuait de s'exciter sur le pauvre Alexander. Le secouant, le suppliant de faire quelque chose, de mettre fin à ses souffrances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Alexander Blizzhead

avatar

Maladie mentale : Frigophobie

Messages : 301

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1068 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 11 Juil - 22:04

Jonh avait l'air très intéressé par son histoire. Au début, il ne l'écouta guère, mais lorsqu'il parla du Marchand de Sable, il fut tout de suite plus intéressé. Ainsi, il avait trouvé une chance de se faire entendre, et peut-être, d'éviter tant l'esclavage qu'il détestait. Il pourrait peut-être, avec de la chance, faire retourner cet individu contre son associé? Ce n'était pas pour cela qu'il était présent au départ.

Puis, le jeune dépressif lui posa la question des ombres. Il se rappelait bien que Jake lui avait parler des ombres, mais il n'avait nullement dit ce que cela signifiait.... Il n'avait sans doute pas pu s'en rendre compte.
Il fit donc un signe négatif de la tête.

- Ceux qui m'ont informé était de nouveaux voyageurs... Ils n’ont sans doute pas pu voir les conséquences de ce phénomène.


Puis, le jeune homme compatit pour lui, au sujet de son père... C'était un sujet difficile à aborder. Mais il lui sourit.

- Je ne le perdrais pas. J'ai déjà perdu ma mère, c'est déjà beaucoup...

Puis il se rendit compte que Jonh n'écoutait plus. Quelque chose se passait en lui. Sa mine était sombre, tout comme le ciel.... Le tonnerre grondait. Et cela n'avait pas l'air de s'arranger. Qu'avait-il créer en Jonh? Qu'avait-il fait? Il devait réparer cela, au plus vite!

Puis, le jeune homme s'énerva, se parlant à lui même, déclarant ses sentiments pour un psychopathe... Qui devait être Liam... Ces soupçons concernant leur rapprochement, d'une manière ou d'une autre, était fondé! Mais ce n'était guère le moment de penser à cela, Jonh commençait à devenir violent. Il l’agrippa fermement, et lui demanda de... le frapper? Il ne le voulait pas! Jonh était un ami, un confident d'une certaine manière. Mais... S'il le considérait comme son frère, alors...

Il regarda si Liam pouvait les voir. Il n'arrivait pas à voir en dehors du camion. Il en profita, et gifla Jonh d'un coup.

- Pardonne moi, Jonh, mais c'est pour te calmer.

Puis il se posa en face de lui, tandis que le jeune homme devait remettre ses idées en place. Il ne savait trop quoi dire, quoi faire... Il n'avait guère l'habitude de faire face à ce genre de situations... En tout cas, il était plus souvent le créateur d'une telle situation pour lui même que pour quelqu'un d'autre. Mais le tonnerre se calmait. Il savait que s'il voulait parler, c'était le moment ou jamais.

Il posa une main sur l'épaule de Jonh, se voulant rassurant.

- Calme toi, Jonh. Tu n'es obligé de rien, surtout ici. Tu n'es pas quelqu'un de faible comme moi. Tu peux très bien affronter ces sentiments, j'en suis sûr! Et si je peux... Je t'aiderais, quoi que tu décide de faire.


Il était sincère. Même s'il voulait rester avec ce salopard, il ferait tout pour l'aider. Il était sûr que ainsi, il pourrait redevenir heureux. Il lui tendit son thermos, rempli de chocolat chaud.

- Tiens, ça te fera du bien.

Il espérait une bonne réaction de la part de Jonh. Il ne voulait pas le faire succomber à la déprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 12 Juil - 14:49

Anne analysait les informations qu'il lui donnait tout en coupant et mastiquant sa viande avec attention. S'il avait passé autant de temps dans ce monde de fous pour si peu chez lui, dans son cas à elle cela ne devait même pas faire quelques minutes. Elle frissonna. L'idée avant quelque chose de vraiment glauque. Elle pouvait vivre une vie entière ici sans même qu'elle ne manque à personne chez elle. Tout en se disant que de toutes façons elle n'aurait personne à qui manquer, une vague de pessimisme s'abattit sur elle. Pourquoi rentrer ? Après tout, ici, elle n'était personne, elle n'était personne là-bas non plus. Alors pourquoi se soucier de retourner d'où elle venait ?

Elle ne s'était même pas rendue compte qu'elle avait arrêté de manger. Elle faisait tourner le couteau de Liam entre ses doigts, pensivement, ce qui n'avait pas l'air de plaire au propriétaire. Il ne tarda pas à demander son bien, d'ailleurs.

Oui, oui. Voilà.

Elle recoupa sa viande une dernière fois afin qu'elle soit plus commode à manger, puis lui tendit le couteau, manche en avant.

Merci.

Bon, d'accord, il ne lui avait pas laissé de bon coeur. Mais il lui avait tout de même prêté, et si elle se montrait ingrate ou hautaine, quelque chose lui disait qu'elle pourrait toujours se brosser pour avoir droit à autre chose à l'avenir. Et puis, dire "merci" faisait partie de la simple politesse.

La brune s'immobilisa ensuite, la bouche entrouverte, un morceau de viande dans ses doigts. Que venait-il de dire, exactement ? Tué ? Des gens ? Quoi ?

Le cerveau d'Anne semblait s'être subitement arrêté. Elle fixait Liam d'un air totalement ahuri sans même s'en rendre compte. Elle pataugeait dans la semoule, n'arrivant pas à démêler ses paroles. Du coup, elle lui demanda, tout bêtement.

Quoi ?!?

Ce ne fut qu'après avoir posé cette question inutile, bien entendu, que les informations tracèrent lentement leur voie. Elle referma la bouche, fixant les petits bouts sagement disposés de la carcasse. Et elle les considéra comme une victime supplémentaire. En effet, dans ces moments là, l'esprit de la brune se limitait à sa fonction basique, c'est à dire voir le mal partout, absolument partout. Et Liam était momentanément le prédateur. Cela pouvait paraître idiot, mais à cause de ça Anne se vit en tant que proie, qui était tombée dans un piège en allant voir ce docteur.

Tout avait été prémédité ! Ils l'avaient attendue ! C'était pour ça que tout le monde paraissait si étrange. Elle s'était simplement réveillée dans un autre endroit, sûrement droguée. Un film dans lequel un homme vit sa vie dans un jeu télévisé lui revint soudain en mémoire, la faisant pâlir. Elle se leva comme touchée par une décharge électrique, reculant à petits pas.

T'es qui ?! Tu me veux quoi, c'est quoi ces conneries que tu m'as dites jusqu'à maintenant ? Comment j'ai pu croire que j'étais dans un monde différent... On est où, dans le désert ? En Afrique ? Où ? Pourquoi vous m'avez fait ça, vous êtes combien dans le coup ?

La jeune femme se prit la tête dans les mains, se sentant subitement suffoquer, persuadée que tout allait pour le plus mal. Ils étaient tous ligués contre elle, c'était la seule option possible. Et comme si ça ne suffisait pas...

C'est quoi ce bordel ?!

Son visage était en train de se déformer ! Elle pouvait sentir son nez lui pousser les doigts. Il lui arrivait quoi ? Pourquoi ? Alors qu'elle se demandait vainement si c'était l'effet d'une des drogues qu'on lui avait données - elle regarda le sanglier d'un mauvais oeil - elle vit en plus le couteau, toujours dans la main de Liam, grossir à son tour.

C'était trop pour elle. Elle tomba sur le sol, comme un vulgaire tas de chiffons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 12 Juil - 20:21

La main toujours tendue Liam était à deux doigts de dire qu’il y en avait qui étaient morts comme ça mais l’exclamation interloquée d’Anne le coupa dans son élan. Elle qui jusqu’alors avait été plutôt calme avait la mâchoire qui se décrochait presque et malheureusement ce n’était que le début. S’en suivit une crise de victimisation paranoïaque digne d’une série télévisée, d’ailleurs la donzelle semblait chercher du coin de l’œil des caméras imaginaires. Comme si la prod’ avait voulu introduire un ressort scénaristique le nez de la névrosée se mit à pousser comme un baobab et elle tourna de l’œil sous le regard dépité du tueur.

Après un soupir il rempocha son paquet de cigarettes non sans hausser un sourcil quand dans sa poche son couteau subissait une croissance similaire à l’appendice nasal de la brunette. Un nouveau pouvoir sûrement, pour ce qu’il s’en souciait. La seule chose qu’il avait en tête à l’heure actuelle était le fait d’avoir économisé une clope et aussi celui de n’avoir franchement pas besoin de ce genre de comédie.

- ‘Manquait plus qu’une hystérique tiens…

Le tueur se carra sa clope au coin des lèvres et se leva pour jeter un œil à l’état de la fille affalée sur le sol. Bien qu’inconsciente elle avait l’air en bonne santé, aussi n’eut-il aucun scrupule à glisser sa main sous le t-shirt de la demoiselle pour lui pincer le téton –même en mauvais état il n’en aurait pas eu cela dit. Ça n’ébranla même pas le corps avachis, aussi Liam se mit en tête de la soulever par les cheveux avant de la hisser sur son épaule comme un sac à patate. Ce n’était pas très princier et ça tombait bien : le violeur n’avait rien d’un prince charmant.

Il porta ainsi Anne jusqu’au véhicule où il l’installa sans douceur sur le siège passager. Ce n’est qu’après s’être octroyé une bouffée de nicotine qu’il remarqua le manège qui se passait entre Jonh et Alexander. Blanche-Neige venait d’offrir un joli crochet du droit au dépressif qui semblait en redemander. La tête penchée sur le côté Liam se demanda s’il ne délirait pas lui aussi, avant de hausser les épaules. Non franchement ça le faisait chier, il préférait ne pas se pencher sur ces conneries pour le moment.

Après être allé récupérer ses affaires que son élève avait précédemment déménagé près du feu, l’hypersexuel s’installa sur le siège conducteur. Une fois qu’il eut trouvé son diskman il enfonça les écouteurs dans ses oreilles et mit le CD en marche. Pas mal… pas mal du tout. Il resta ainsi un bon moment, le regard perdu vers les nuages qui dérivaient paresseusement dans le ciel comme des bateaux fantômes jusqu’à ce qu’un mouvement à sa gauche n’attire son attention.

Anne reprenait conscience, l’air toujours aussi déboussolée. Pour pallier à toute fuite il profita de ce laps de temps ou tout semblait flou au réveil pour attacher la main de la jeune femme à l’arceau métallique servant à régler le siège passager à l’aide de ses menottes en fourrure. Ne restait plus qu’à mettre les choses au clair.

- Tout doux ma belle, si tu t’excites encore je vais devoir t’assommer alors reste assise et ferme-la.

Ses yeux noirs se plantèrent dans ceux de la névrosée, pleins de sous-entendus quant à sa manière de calmer les hystériques. A vrai dire il se serait contenté d’une bonne tarte dans sa gueule mais si elle se faisait des idées tant mieux. Il préférait la voir figée comme un lapin devant les phares d’une voiture plutôt que détaler en hurlant dans les fourrés.

- Tout ça est réel. Qu’est-ce qui t’a fait douter d’un coup ? Ces histoires de meurtres ? il lâcha un rire moqueur en levant les yeux au ciel, Ici c’est monnaie courante. Tu tues pour manger, pour te ménager une porte de sortie, pour survivre tout simplement. En général c’est moi qui m’y colle si ça peut te rassurer.

A vrai dire il était conscient que ça n’avait rien de rassurant et c’était bien le dernier de ses soucis. Il retira ses écouteurs après avoir mis son diskman en pause et s’ébouriffa les cheveux à l’arrière du crâne. Difficile de trouver les mots pour convaincre, autant que l’envie tout court mais il avait un argument de choc qu’Anne ne pourrait pas ne pas voir. C’était même le cas de le dire.

- Et puis comment veux-tu que ce truc soit possible dans le monde réel ? il désigna le visage de la jeune femme, C’est parfaitement impossible, ça se voit comme le nez au milieu de la figure.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 13 Juil - 20:27

La gifle avait eu au moins le mérite de stopper Jonh dans sa petite crise. Ce geste l'avait calmé même si un chemin dans son cerveau se faisait comme quoi Alex avait osé le frapper. Une petite voix lui souffla alors que c'était lui même qui lui avait demandé de le frapper.
Le dépressif se massa la joue, écoutant Alexander qui tentait de le réconforter. Pas faible lui ? Alors ça c'était bien la meilleure...Si Jonh était pas faible il arrêterait de tenter de se suicider et aurait tourner la page mais aucun des deux cas n'étaient réalisés. Quant à affronter ses sentiments...Bien sur il les assumaient sinon il ne coucherait pas avec Liam et ne lui aurait pas dit. Mais le fait est que de savoir que cet amour là était une vraie saloperie qui le dévorerait tôt ou tard, c'était pas très accueillant.

- Tu ne peux rien faire pour moi

Souffla t-il en prenant le thermos que Alexander lui tendait. Il l'ouvrit et bu tout le contenu à défaut de le faire avec une bouteille d'alcool. Il rendit l'objet vide à son propriétaire en le remerciant d'un léger sourire triste.

- Je reviens

Autrement dit il avait envie de se vider la vessie et non d'aller se foutre en l'air. Non parce que Jonh pouvait très bien dire qu'il revenait et ne jamais le faire. Et puis de toute façon son nuage avertirai si jamais il désirait trépasser derrière un arbre. Enfin bref, le dépressif s'éloigna donc pour échapper à la vue des autres. Il remarqua que Liam et Anne n'était plus près du feu. Jonh haussa les épaules et continua son chemin jusqu'à trouver un endroit adéquat. Il fit ce qu'il avait à faire, nettoya ses mains dans la rivière puis revint auprès de la camionnette. C'est là qu'il eut sa réponse où se trouvaient les deux autres voyageurs : à l'intérieur.

La demoiselle semblait inconsciente et l'idée que le taulard en profite pour abuser d'elle lui traversa rapidement l'esprit pour la chasser rapidement. Ca ne servait à rien de faire ça comme ça si Liam tenait tant à faire comprendre aux gens que la vie était pas rose. Enfin Jonh se demandait quand même pourquoi Anne était tombé dans les pommes...Elle avait appris un truc qui ne lui avait pas plu ? En tout les cas cette soudaine "intimité" entre les deux voyageurs ne lui plaisait pas mais il avait passé l'âge de faire des caprices digne d'un adolescent et surtout le fait d'être lourd n'aiderait pas sa relation avec Liam.

Blasé, Jonh s'éloigna pour aller s'asseoir en face du feu, essayant de faire abstraction de la viande qui séchait tout près. Son regard fixait les flammes qui ondulait vers le ciel. L'envie de tendre le bras pour y mettre sa main était tentante mais après il se ferait engueuler. Le dépressif soupira et se laissa basculer sur le dos pour s'allonger dans l'herbe, son nuage personnel lui gâchant la vue. Dommage car le ciel bleu était magnifique. Ca aurait été drôle si son pouvoir avait été inversé, que son humeur change en fonction du temps...Actuellement il aurait été heureux, bien dans sa peau comme tout à l'heure. Mais il n'avait pas saisi le mécanisme de faire apparaître une seringue du bonheur.

Jonh tendit son bras vers le ciel comme si il pouvait le toucher et le saisir dans sa main puis murmura :

- Je veux être comme toi...

Quelques secondes filèrent puis tout d'un coup il se sentit bien, heureux et un deuxième soleil apparut encore une fois. Il se redressa et alla rejoindre Alexander qui devait s'impatienter, voir s'inquiéter, de son absence.

- Je suis là ! Je ne t'ai pas trop manqué ?

Son interlocuteur ne devait pas trop comprendre ce soudain changement d'humeur, ne sachant pas non plus que Jonh était bipolaire. Mais bon ça n'avait pas de réel importance car Jonh se sentait bien et un vrai sourire ornait son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séjour dans la plaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: