AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Séjour dans la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 6 Juin - 16:44

Oui, il n’y avait pas d’autre solution possible : cette fille avait ses règles. Vindicative et acerbe un instant, puis embarrassée et naïve celui d’après… tout ça ne pouvait qu’être le fruit de bouleversement hormonaux ou d’un esprit dérangé, mais étant donnée qu’Anne se trouvait faire partie du sexe faible Liam n’avait pas de mal à se décider sur la théorie la plus crédible, de son point de vue du moins. Tout en levant les yeux au ciel il détourna son attention de la jeune femme occupée à rabrouer Nial tout comme il l’avait fait lui-même, avec un accès de rage très féminin. Un de ceux qui vous font penser que cette harpie qui vous fait face va tenter de vous crever les yeux avec ses ongles si vous lui en laissez l’occasion.

Si elle avait autant d’énergie qu’elle la dépense de manière utile en l’aidant à remplir son recycleur de fluides ! Mais non, ça ne semblait pas être dans ses projets car Jonh et elle descendirent bientôt les escaliers sans l’attendre. S’il l’avait un peu mauvaise il ne laissa rien paraître, se contentant de s’asseoir sur le rebord de la fenêtre d’où le dépressif avait tenté de se tuer.

D’ici la vue sur les environs était magnifique, on y voyait à une centaine de kilomètres au bas mot tant le terrain herbeux était plat. On pouvait voir les herbes hautes ondoyer sous l’effet du vent, vagues végétales se répétant à l’infini, mais aussi des petits villages disséminés un peu partout, rien qu’on ne puisse qualifier de « ville » à proprement parler. D’ici il ne voyait pas bien mais il lui semblait qu’elle n’était pas toute de la même époque comme si la plaine félicité n’était qu’un immense patchwork de rêves que personne n’avait pris la peine de trier convenablement. Probablement parce que c’était effectivement le cas.

Il passa plusieurs minutes dans sa contemplation silencieuse alors que le soleil se détachait progressivement de l’horizon dans sa course pour rejoindre le zénith, et lorsqu’il se décida enfin à quitter son siège improvisé il remarqua que Nial se trouvait toujours là. Debout, les yeux rougis par le manque de sommeil il ne semblait pas en mener large malgré un évident désir de tenir le coup. Et s’il le fixait comme s’il attendait quelque chose du violeur il ne disait pourtant rien.

- Quoi ? Tu veux ma photo ? balança Liam un sourcil haussé avant de continuer avec ironie, Désolé j’en ai pas mais si je trouve un photomaton je t’en garderais une de côté. Promis.

Il attendit quelques secondes pour voir si le toqué allait mettre les voiles lui aussi mais il n’en avait visiblement pas envie. Liam le baby sitter faisait donc son grand retour… qu’est-ce qu’il voulait ? Qu’il lui donne la béquée ? La lui tienne pendant qu’il irait pisser ? Le taulard ne put retenir un rire méprisant à cette pensée alors qu’il passait à côté de Nial pour rejoindre les escaliers. S’il comptait descendre ce n’était pas pour rejoindre le nouveau « couple » mais pour se remplir la panse, et il jugea utile de le signaler dans le cas où Mr Patate l’aurait attendu sagement dans l’espoir qu’il le mène aux autres.

- Je vais me trouver de quoi grailler. Si tu veux les retrouver ils doivent être dans la chambre de Jonh à discuter de la pluie et du beau temps. Cet imbécile essaye probablement d’empêcher la reproduction du schéma Selene… utopique, vraiment.

Il savait ses paroles incomprises et il s’en fichait éperdument. D’ailleurs il n’attendit même pas de réelle réaction pour s’engager dans l’escalier en colimaçon. Si le toqué voulait le suivre, qu’il fasse, et s’il ne voulait pas… grand bien lui fasse ! La prison l’avait autant habitué à une proximité dérangeante qu’à une solitude qui vous rongeait, les deux options étaient donc tout aussi valables dans son esprit. Ça lui était tellement égal qu’il siffla même un vieil air en descendant les escaliers, son esprit loin, très loin des considérations sociales auquel le monde entier semblait se plier.

Une fois au rez-de-chaussée, interroger un ou deux domestiques fut suffisant pour trouver le chemin des cuisines où certains des serviteurs prenaient encore leur déjeuner au milieu de conversations animées sur la soirée de la veille. Sans demander d’autorisation Liam s’installa sur un banc en bois bancal qui faisait face à une large table sur laquelle étaient disposés en vrac pain, confitures, miel et autres denrées qu’il ne connaissait pas. La première chose qu’il vit lorsqu’il remarqua une carafe emplie d’un liquide brun fut de se servir une bonne tasse de café serré. Après sa première gorgée il remarqua que le petit nouveau l’avait suivi jusque-là et avait même pris place de l’autre côté de la table, face à lui.

- Café ? demanda nonchalamment Liam avant de prendre une nouvelle gorgée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 6 Juin - 17:52

Peut être aurait il dû lui demander son avis avant de l'emporter ? Enfin, c'était un peu tard pour y penser maintenant que c'était fait. Mais ça devenait impossible pour Jonh de rester là haut, entre deux guerres absurdes. Tout le monde avait ses idées mais ça le taulard ne semblait pas le comprendre. Pour lui il n'y avait qu'une seule possibilité. Enfin...le dépressif était descendue avec Anne pour lui trouver quelque chose de chaud à enfiler et ensuite aller déjeuner. Avant de partir il serait bon de se remplir l'estomac car avec Liam on ne savait jamais.
La voyageuse fixait Jonh comme un poisson et ce dernier détourna le regard gêné d'être ainsi regardé. La demoiselle restait tout de même une femme, et le dépressif même si il ressentait quelque chose pour un homme restait quand même sensible aux jolies demoiselles. Il ignorait quel était son âge mais elle devait être plus jeune que lui.

- C'est pas grave

Répondit il quand même, ne voulant pas qu'elle s'en veuille pour quelque chose alors qu'il n'y avait pas raison de l'être. Égoïste...ce n'était pas vraiment les mots qui définissaient les deux hommes resté là haut. Enfin, quelque part il fallait l'être pour empêcher une personne de se suicider. La domestique revint avec ce que Jonh lui avait demandé. Une veste en fourrure, parfait. Des pas non loin se firent alors entendre, nul doute qu'ils appartenaient à Liam et à Nial. Les deux voyageurs allaient, comme l'avait dit le taulard, se restaurer. Ca l'énervait un peu que le nouveau suive son ami comme un toutou mais qu'est ce qu'il y pouvait ? Il allait pas faire une crise de jalousie alors que entre le dépressif et l’hyper-sexuel il n'y avait rien de réciproque. Pour le moment Jonh n'avait pas envie de recroiser Liam et Anne semblait partager son avis vu son soupir.

- Bon...

Jonh ouvrit la porte de sa chambre et invita Anne à y entrer en disant :

- Mets toi à ton aise je vais aller chercher à manger

Il lui fit un petit sourire qui se voulait rassurant. Du genre " Non, ce n'est pas un rencard" et fila chercher où était la cuisine. Si jamais les deux étaient là bas il ferait comme si ils étaient pas là, c'était tout à fait réalisable. Il y avait de fortes chances que cela ne plaise pas à Liam mais qu'il aille se faire foutre. Le dépressif finit par mettre la main sur l'endroit après avoir demandé son chemin. Comme il le pensait ses compagnons étaient là et il ne put empêcher son ventre de se tordre en entendant Liam proposer un café au nouveau. Ce qui était tout bonnement ridicule bien sur...

* calme Jonh...respire...*

Le dépressif attrapa un plateau et posa dessus du pain, de la confiture, trois tasses dont deux qu'il remplis de café et une de lait ne sachant pas si Anne aimait le café et des couverts. Dans sa hâte il ne fit pas attention à sa prise et une lame de couteau lui coupa le doigt. Jonh grimaça et porta la blessure à sa bouche avant de croiser le regard de Liam. Il détourna vivement la tête et prit le plateau, le serrant dans ses mains en prenant sur lui la douleur. Sans un mot toujours, il quitta la cuisine pour retourner dans sa chambre où l'attendait Anne.

- Et voilà le déjeuner est servie...!

Annonça t-il tout en déposant doucement le plateau sur le lit. Cela faisait longtemps qu'il n'était pas en compagnie d'une personne "normale".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 6 Juin - 18:10

Alors qu'il venait juste de reprendre ses esprits et sa nouvelle conscience, il vit Liam se prélasser du paysage tranquillement, comme si rien ne s'était passé. Il fallait aussi dire que le paysage les entourant était totalement sublime, c'en faisait presque oublier tous nos soucis. Il se retourna lançant une remarque assez ironique, et même rigolote, comme si toutes les paroles "insensée" de nouveau qu'il avait prononcées s'étaient envolées dans la magnificence du paysage. Sinon avoir sa photo? Pourquoi, sa mémoire retenait immédiatement toutes les personnes qu'il avait vue au moins une fois dans sa vie et dans quel contexte. Tous les détails du corps de Liam étaient gravés dans sa tête, si bien qu'il devinait aisément toutes ses tailles de vêtements, et ça c'était la classe. Certains appelaient ça avoir l’œil, Nial appelait ça du bon sens. Après chacun ses capacités.

Sinon il voulait descendre manger. Quoi de mieux, car l'estomac de Nial commençait à gargouiller, et heureusement il n'était pas trop bruyant, donc ça passait inaperçu. Il descendit avec un peu de mal mais pas trop les escaliers en suivant la démarche déterminée de celui qui aime les sucettes et arriva en sa compagnie dans une salle où on pouvait enfin manger des choses assez sympathique. Liam avait pris un café, de bonne humeur. Franchement c'était asse étonnant comment il arrivait à zapper les évènements qui s'étaient déroulés en haut de la tour. Peut-être évitait-il de trop montrer son je m'en foutisme devant Jonh? Qui sait? En tout cas il lui proposait lui aoeilussi du café. Le café n'était décidément pas du tout, mais vraiment pas du tout la boisson préférée de Nial au matin. C'était tellement dégueulasse! Même en rajoutant dix sucres c'était toujours aussi immonde. Yeurk!

-Non merci, mais c'est gentil de proposer. J'aime pas trop le café. Je préfères le chocolat chaud. fit-il en se servant du chocolat chaud - sans blague - qui semblait tout à fait délicieux et assez sucré comme il les aimait.

Il se servit dans un grand bol, ce qui lui rappelait son enfance. Il avait comme rituel de prendre son petit chocolat chaud peu corsé et un peu sucré. C'était un régal sans pareil. C'était tout doux et tout motivant, ça faisait fondre les papilles, c'était la petite magie du quotidien, c'est pour ça que Nial n'aimait pas le café, le chocolat chaud, c'était la meilleure boisson du matin, enfin pour lui. C'est à peu près à ce moment-là que Jonh décida de se pointer sans prononcer une seule parole, puis se servit pour deux personnes, sûrement lui-même et Anne, et repartit dans le couloir après s'être coupé avec un couteau. Très ingénieux le mec. Nial mit un peu de confiture sur sa tartine de pain beurrée, et essaya d'instaurer un semblant de discussion avec Liam.

-Sinon à part qu'on est dans un monde magique et qu'on a des pouvoirs, y'a quoi de potentiellement cool et de sympa ici? Des armes fun, des villes sympathiques, des sports qui n'existent pas dans le monde réel, enfin bref. C'est juste que la "vie de château" - prononcé avec l'accent brittish français - bah c'est pas mon truc... Je suis sûr que tu connais des endroits sympathiques.

Il avait réussi pour la première fois de sa vie à engager une conversation assez intéressante, ou inintéressante - comme vous voulez - avec un individu. C'était que Liam lui inspirait une confiance. Enfin pas de son apparence ni de sa façon de se comporter, mais dans son intelligence que si peu de personnes avaient! Bref, il était content d'avoir instauré une conversation. Liam était l'exception qui confirmait la règle. C'était cool! Il avait pour la première fois envie de se confier à une personne, même si cette personne en question n'aimerait pas trop un récit prolongé de sa vie. Il allait juste attendre sa réponse pour la première question, histoire de ne pas faire genre "je pose 36 000 questions et je ne te laisse pas le temps de répondre! Non, il n'allait pas être comme ça. Il allait attendre patiemment, même qu'il trépignait d'impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mer 6 Juin - 22:26

En voyant apparaître les deux hommes dans le couloir dans lequel elle-même et Jonh se trouvaient, Anne ne put s'empêcher de se repasser en boucle le dernier quart d'heure dans sa tête. Malgré ce qu'on pourrait croire, ce petit "interlude" avait en effet était plutôt court, bien que très remonté, de tous les côtés. Etrangement, cela avait permis à tous de clarifier un peu plus la situation dans laquelle ils se trouvaient, ainsi que d'exposer au grand jour leurs points de vue à chacun.

Ainsi, Jonh ici présent, bien qu'ayant apparemment un grand coeur, semblait ne plus croire en rien et n'avait même pas vraiment la force, ou le mental, de protester quand quelque chose allait contre ses idées. Comme il l'avait montré en embarquant la brune hors de la tour, il semblait préférer esquiver le problème, au moins autant que possible jusqu'à ce qu'il lui revienne de bon coeur dans la tête. Cela était plus ou moins compréhensible, dans la mesure où il semblait détaché du monde. A quoi bon y mettre du coeur si le résultat ne nous intéresse pas ?

Liam, à sa façon, ressemblait un peu à Jonh. Il arrivait en effet à ne rien en avoir à faire de ce que les gens disaient, faisaient, pensaient, ou du moins le masquait très bien. Cependant, il était dans le même temps très accroché à ses idées, bien qu'elles semblaient plutôt être en quelque sorte des fatalités, comme si sa vie ne lui avait pas vraiment laissé le choix sur comment penser. Et il s'y tenait, à ses convictions ! Et Anne était persuadée que rien de ce que les autres pourraient lui dire n'y changeraient rien, que tant qu'il n'en avait pas l'intention il resterait tel qu'il était, et qu'il le vivrait très bien ainsi. Que demander de plus que d'être bien dans sa peau et dans sa tête, hein ? Il serait stupide de changer. Reste à savoir s'il est vraiment bien dans sa peau et dans sa tête.

Et Nial, Nial... Il était vraiment difficile à cerner. En effet, un jour il était un Dieu vivant avec les meilleures idées du monde, un autre il était un bon petit soldat, exécutant les ordres sans jamais se plaindre, semblant même raffermir l'image d' "homme disponible". Cependant, quand ses passages "Dieu" refaisaient surface, il devenait exécrable, hautain, et pouvait même avoir un regard qui passerait pour effrayant. La brune espérait que ce n'était pas là sa vraie personnalité, mais quelqu'un qui jouait ainsi avec différents aspects de sa personnalité, à moins que ça n'en découle d'une maladie, n'avait que peu de chances de se révéler, sinon bon, au moins pas imbu de sa personne. La définition même de jongler ainsi signifiait "manipulation", et la manipulation menait à satisfaire une envie égoïste.

Bon, malgré ce qu'elle pouvait penser des trois hommes, Anne ne se permettrait pas d'arrêter son jugement ainsi, car bien qu'elle ne s'en rende jamais compte sur le moment, elle savait qu'elle était très naïve. Elle était justement le genre de personne à plonger la tête la première dans la manipulation, et n'était pas franchement observatrice. A part quelques pressentiments, ainsi, les seules choses que la brune s'autorisait à considérer comme factuelles étaient qu'il y avait quelque chose entre Liam et Nial - car après tout, il devait forcément y avoir un minimum d'histoire pour coucher ensemble, non ? - et que Jonh pouvait s'avérer compatissant, voire agréable. L'affaire Nial restait en suspens. Anne avait juste décidé de le surveiller au moins un minimum.

Aussi soupira-t-elle quand elle les vit apparaître : elle ne savait trop que penser. En voyant Liam regarder fixement devant lui d'un air totalement désintéressé qui ne semblait pas feint, la brune se dit qu'ils ne se reprendraient pas la tête de sitôt, à moins qu'un autre sujet fâcheux se présente. Voilà au moins une bonne chose de réglée du côté de la jeune femme. Cependant, le regard hargneux de Nial la troubla. Elle s'était excusée, non ? N'était-il pas envisageable pour quelqu'un de dire des bêtises sous le coup de la colère ? Elle repensa vaguement à s'excuser, mais l'homme semblait s'être déjà fait une idée, qui ne promettait rien de très agréable. Anne espérait que son petit interlude avec Liam allait le détendre, ce qui l'amena à repenser à la scène qu'elle avait surpris dans la chambre de ce dernier, sans que personne ne soit au courant. Devait-elle le dire ?

Anne n'eut pas le loisir de dire quoi que ce soit. Jonh avait apparemment décidé de ne pas réentamer une conversation avec les deux hommes, car il ouvrit la porte de sa chambre et invita Anne à entrer. Celle-ci n'hésita pas, ne voyant aucun autre scénario que celui de deux personnes prenant leur petit déjeuner ensemble. Elle prit donc le sourire de Jonh pour de la politesse pure et simple, et le lui rendit simplement.

• Merci, c'est gentil !

D'abord hésitant, la brune resta plantée devant l'embrasure de la porte quand son compagnon partit. Cela restait tout de même sa chambre, il devait y avoir des effets personnels... Mais, après un coup d'oeil, il s'avéra que non. Après tout, on ne laissait jamais vraiment d'effets personnels dans une chambre d'hôtel. Alors dans une chambre de château, cela devait être relativement pareil. Anne s'avança donc tranquillement et alla s'asseoir sur le bord de son lit, face au feu. Il fit bientôt largement assez chaud pour qu'elle enlève sa veste et apprécie la chaleur des flammes sur sa peau. Elle jeta un rapide coup d'oeil à ses jambes.

* Il faudra quand même que je trouve un pantalon... *

Ainsi, la réponse de la brune à un Jonh qui rentrait en annonçant le petit dèj fut :

• Dis moi, je pourrais te prendre un jean ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 7 Juin - 9:54

Le chocolat chaud… vraiment une boisson de gosse. Liam haussa les épaules et vida d’une traite sa tasse de café pour s’en servir une autre. Il avait du mal à cerner Nial, qui était incohérent et lunatique. D’abord muet, puis servile, puis gigolo, puis dictateur en herbe, puis gamin trop vite grandi, ses facettes étaient multiples si bien qu’on ne pouvait s’empêcher de se demander laquelle était la bonne. Le tueur n’aimait pas vraiment ça à vrai dire, ça puait la manipulation mal gérée et penser qu’on tentait de le diriger comme une vulgaire marionnette lui restait en travers de la gorge. Malgré tout, ça tenait de la simple supposition et le comportement étrange de Mr Patate pouvait aussi bien être dû à la fatigue, il opta donc pour une prolongation de la « période d’essai » comme il la nommait mentalement.

Après avoir fait main basse sur une miche de pain, un couteau et ce qui ressemblait à de la confiture d’orange Liam entreprit de se faire des tartines, une oreille suivant distraitement la conversation du toqué. Il le prenait visiblement pour un guide touristique, mais heureusement le coup de fouet offert par la caféine motiva le violeur à répondre à cette foule de questions pressantes – et un peu trop enjouées à son goût.

- Des trucs sympas ? Qu’est-ce que j’en sais ? soupira-t-il en se grattant le bouc l’air pensif, J’ai pas eu vraiment l’occasion de faire du tourisme à vrai dire. J’ai traversé cinq villes seulement, et seulement trois de mon plein gré. Celle d’arrivée s’appelle Elipse, elle est profondément anti-voyageuse. Un jour ces cons ont lancé une chasse à l’homme contre nous, c’était assez épique…

Il partit d’un rire étrange, presque inquiétant. Il ne gardait pas un très mauvais souvenir de la nuit sanglante et il devait bien être le seul. Réussir à tirer son épingle du jeu avait été chose facile pour le vétéran qu’il était, le viol de Jade ayant été la cerise sur le gâteau que seul le kidnapping par les esclavagistes venaient gâcher.

- Après j’ai fini à Sextus, c’est un peu compliqué donc ça sera pour un autre jour, mais concrètement cette ville pue le sexe. C’est leur premier centre d’intérêt mais j’ai pas pu vraiment profiter de l’ambiance locale étant donné ma position d’esclave. A la première occasion j’ai mis les voiles vers une ville du nom de Telehem, une réplique miniature de Sextus, du style ville romaine, mais en un peu moins porté sur la levrette. Ensuite j’ai embrayé sur le village du père noël, le truc bien folklo’, puis… de nouveau Elipse et enfin Castlecrow. Tu m’excuses de ne pas faire dans le détail mais j’ai passé plus de temps entre deux villes qu’à l’intérieur de l’une d’elle.

Quant aux sports… il s’en tamponnait le coquillard. Courir derrière une baballe ne faisait pas partie de ses hobbies, pas plus que de courir quand ce n’était pas nécessaire. Et les armes direz-vous ? Hors de question de renseigner un illustre inconnu sur des questions aussi sensibles. Quand on avait un atout dans sa manche on évitait d’en informer l’assemblée, question de bon sens.

Jonh avait profité de cette discussion pour entrer, se servir et sortir en ne lui adressant qu’un bref regard. Il faisait visiblement la gueule mais c’était bien le dernier des soucis de Liam. Oh, le pauvre chéri était contrarié de ne pas avoir fini en bouillie sanguinolente ? Eh bien qu’il prenne sur lui. Il finirait bien par arrêter de tirer une gueule de dix pieds de longs et de bouder comme un gamin, il fallait juste laisser le temps faire son œuvre. Et puis ça évitait d’avoir à reparler d’amour, sujet auquel le trentenaire était aussi familiarisé que sur l’élevage de lama dans la cordillère des Andes. Il suivit le dépressif des yeux jusqu’à ce qu’il disparaisse de la cuisine avant de reporter son attention sur Nial.

- Faut que tu intègres l’idée qu’ici les villes ne sont pas souvent sympathiques, pas plus que les gens. Je te rappelle que l’on se trouve dans une ville où l’on punit les vulgaires voleurs en les mettant dans des cages pour les faire crever de faim avant de les donner à bouffer aux corbeaux. Peu de gens trouveraient ça fun, et le reste de Dreamland n’a pas grand-chose à envier à Castlecrow.

Terroristes volants, forêt qui vous changeait en bête, temples sous-marins piégés, ville dirigée par la haine, pirates, faux père noël, esclavage, meurtres et viols… le moins qu’on puisse dire était que ce monde ne ressemblait pas à Disneyland. S’il continuait à se bercer d’illusions, le toqué risquait de mal vivre la chute inévitable qui l’attendait au tournant. Ici tout était dangereux, ridicule ou délirant, mais surtout rien n’était sain. C’était comme si toute la folie de l’humanité avait été tassée dans un shaker puis mélanger jusqu’à ce que le rendu soit psychédélique. Pas besoin de drogues quand on pouvait voyager au pays des tarés.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 7 Juin - 11:55

Ayant fini ses tartines et commençant à terminer son chocolat chaud, Nial se sentait de mieux en mieux. Il ne savait pas pourquoi, mais ce chocolat chaud lui redonnait un réel courage, et il faisait agent de réconfortant. Une étude que Nial avait suivit démontrait que le chocolat était un véritable antidépréssif. En effet le chocolat était souvent utilisé à des fêtes, et donc des moments heureux, et rien que de sentir du chocolat ou encore même d'en manger faisait faire un rappel de ces évènements heureux inconsciemment, et donc on se sentait mieux. C'est aussi comme Henri Potier est arrivé à se remettre des méchants sniffeurs d'âme. Ainsi Nial se sentait mieux, et un certain confort régnait dans sa tête. Il souhaitait que ce moment dure éternellement, il se sentait tellement bien, et sa fatigue était presque totalement envolée dans son esprit, mais ses yeux restaient rougis et ses cernes étaient bien visibles.

Nial avait aussi posé certaines questions à Liam, et aussi sur des armes. L'hypersexuel, comme l'appelait Jonh, avait-il des armes en plus de ses pouvoirs? Ça ne l'étonnerait pas du tout, car il semblait quand même dangereux, et un homme dangereux comme Liam, ça s'armait. Enfin il devait avoir plus que ses menottes et son couteau. Cette dernière arme étant déjà un avantage dans les combat rapprochés. Hop un coup et la douleur vous emplit et le sang jaillit si vous n'arrivez pas à évite le coup. Mais les coups de couteau, c'était tellement prévisible. Un flèche lancée à pleine puissance, on n'avait pas le temps de penser à l'éviter qu'on était déjà troué. Mais quelque chose dans le regard de Liam lorsqu'il s'épancha sur ses voyages au lieu de parler des armes faisait naître un soupçon de secret.

Mais les récits de ses aventures devaient être passionnante, même s'il ne voyait pas Liam s'épancher sur de tels sujet, sinon on allait passer des jours et des jours à discuter. Il retint deux points principaux de ces paroles. De un Ellipse était une ville anti-voyageurs, et Sextus était la ville du Sexe. Et de deux, il y avait pas mal de pratiques interdites dans le monde réel qui étaient totalement légales ici. Il fallait donc s'adapter à un univers différent de celui dans lequel il était né, et se fonder de nouveau principes. Liam commençait à l'aider en lui donnant des bases. C'était déjà ça.

-Un monde encore plus fou que la Terre dis donc. Merci pour les infos.

C'était le strict minimum de le remercier, car de nos temps, les informations étaient précieuses, très précieuses. On en faisait même un marché très important entre les différents continents et pays tellement on avait vu leur importance. Un homme bien informé mais totalement faible et idiot était plus utile qu'un homme super puissant et qui ne connaissait rien de rien. Enfin ça dépendait de la situation. De toute manière tout était bon à savoir.
Voyant que Liam avait lui aussi fini de manger, il se demandait ce qu'ils pouvaient faire après. Les deux autres étaient sûrement soit en train de manger ensemble et de critiquer Liam et Nial, soit ils étaient en train de s'échanger des bisous, ce qui était peu probable.

-On fait quoi maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 7 Juin - 17:42

Alors que Jonh déposait le plateau sur le lit Anne lui demandait si elle pouvait lui emprunter avec jean. Ca aurait été avec plaisir si le dépressif en disposait...Enfin si un pantalon lui suffisait il avait dans sa hotte celui du costume offert par le calendrier. Il n'était pas très gros comme homme et la demoiselle était assez fine.

- Je n'en ai pas mais j'ai un pantalon tout neuf si tu veux

Il se dirigea vers sa hotte et fouilla dedans avant d'en extirper un pantalon qui oscillait entre le rouge et le marron. On allait pas discuter sur les goûts des couleurs de Noël à Dreamland. Il était un peu froissé mais au moins Anne aurait moins froid aux jambes. Le dépressif lui tendit le vêtement pour qu'elle l'essaye avant de prendre place sur le lit.

- Si c'est trop grand il doit bien y avoir une ceinture dans le coffre là

Désigna t-il du doigt la petite malle au pied du lit qui regorgeait des costumes du siècle de cette ville. En attendant Jonh prit une des tasses de café qui était encore assez chaud avant d'en boire une gorgée. Vu le voyage qui arrivait il valait mieux être en forme. Néanmoins son estomac était noué et il se sentait incapable de manger ne serait ce qu'un bout de pain. Après l'épisode ratée de la tour, il avait fallut à Jonh du temps pour réaliser que sa vie maintenant était encore plus merdique. Encore, avant il vivait juste avec la mort de sa fiancée sur la conscience mais maintenant il fallait rajouter à ça qu'il s'était attaché à un criminel. Si ça e tenait qu'au dépressif il quitterait le château sans demander son reste mais la menace de Liam était dites, et de toute façon il était le seul, en quelque sorte, à pouvoir "empêcher" le taulard de sévir à nouveau.
Sans avoir pu les retenir des larmes coulaient sur les joues du voyageurs au rythme de son nuage qui était en train de tremper le lit et eux aussi par la même occasion. Anne devait penser qu'il agissait comme un enfant en le voyant aussi faible. De toute façon il n'avait jamais été fort. Jonh essuya ses joues avec le revers de sa main mais aussitôt elles se retrouvaient à nouveaux mouillés par un flot intarissables de larmes.

- Excuse moi...je n'arrive pas à l'arrêter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 7 Juin - 21:29

Mais qu’il était perspicace ! Liam n’avait jamais compris le besoin que ressentaient les gens de reformuler ce qu’on venait de leur dire comme s’il s’agissait d’une révélation. C’était comme parler dans une pièce avec de l’écho : c’était bien joli mais ça ne servait à rien. Et comme ce genre de tare n’arrivait jamais seule, Nial se révéla pourvu d’une seconde tout aussi agaçante : l’assistanat.

Pour la vingtième fois depuis son arrivée à Dreamland –au bas mot- le taulard ne put s’empêcher de se demander comment les nouveaux voyageurs qui avaient croisé sa route aurait pu se sortir des ennuis qu’il avait connu alors qu’ils n’étaient même pas capable de faire l’effort de chercher eux-mêmes les réponses à leurs questions basiques. Ils avaient l’air de croire que Liam et les autres anciens étaient arrivés avec une encyclopédie « DL pour les nuls » et en tant que vétérans étaient investis du devoir pédagogique de leur donner des cours du soir. Et si c’était aberrant, ça l’était tout autant que leur incapacité à prendre des décisions tout seuls. Le trentenaire avait bien dit ce qu’il comptait faire un peu plus tôt non ? Et bien il ne comptait pas se répéter et Nial n’avait qu’à choisir son propre emploi du temps.

- C’est pas contre toi petit, mais si j’avais voulu qu’on me suive à la trace j’aurais adopté un chien, rétorqua-t-il pour seule réponse en mordant dans sa tartine.

Comme s’il n’avait rien dit de choquant il continua de manger, ne rouvrant la bouche qu’après s’être rempli la panse jusqu’à ce qu’elle menace d’implosion. Les bons repas étaient trop rares à Dreamland pour se contenter de picorer dans une assiette. Il fallait faire des provisions dans les poignées d’amour pour pallier aux risques de disette, et on savait tous que parler la bouche pleine était très impoli. Le père de Liam avait d’ailleurs pris un malin plaisir à lui faire intégrer l’information à coup de ceinture quand il était môme.

Après 10 minutes de mastication silencieuse ponctuée de descente de café, l’hypersexuel quitta son banc et la pièce par la même occasion, laissant le soin de débarrasser aux bouseux qui s’occupaient des fourneaux. Il ne se retourna même pas pour voir si Nial le suivait, après tout celui-ci devait avoir été refroidis par sa répartie et aurait peut-être besoin de quelques temps pour restaurer son amour propre, à moins qu’il n’en possède pas une once. Ce qui n’aurait rien eu de surprenant vu son comportement, soit dit en passant.

Aillant en tête de faire un petit tour à l’extérieur, il abandonna bien vite l’idée après avoir mis un pied à l’extérieur. L’odeur du sang coagulé lui sauta au visage et la vue des grouillots frottant le sol avec énergie pour se débarrasser de cette bouillasse morbide rependue sous les cadavres –ou futurs cadavres- n’était pas particulièrement motivante, bien au contraire. Après avoir regardé d’un œil inquisiteur deux hommes musclés descendre un corps dont la chair avait été décollée de ses os comme un pilon de poulet rongé, Liam tourna des talons dans la ferme intention de rejoindre sa chambre. Ouais, les balades digestives étaient une vraie connerie, d’ailleurs sans avoir fait deux pas il avait déjà la nausée. Celui qui avait osé balancer des idées pareilles ne connaissait de toute évidence pas Castlecrow.

Les couloirs sans fins et glacés du château se peuplaient peu à peu maintenant que les bouseux se remettaient des écarts de la veille, et Liam aspirait de plus à plus à une saine tranquillité à mesure qu’on le bousculait dans les couloirs. Sa lame le démangeait sérieusement mais sa conscience lui hurlait que c’était une idée de merde et il accepta la réalité sans rechigner. Il fallait parfois savoir prendre sur soi.

Quand la silhouette des portes des chambres qu’on leur avait prêtées se dessina devant lui il fila droit vers la sienne mais s’arrêta net pour tendre l’oreille, la main à quelques centimètres de la poignée. On aurait dit… de l’eau ? De la pluie même. Pourtant il faisait un soleil accablant dehors comme il avait pu le constater 5 minutes plus tôt, ne restait donc plus l’explication de Jonh et de son célèbre nuage. L’hypothèse « il se tringle Anne » parut dès lors ridicule, mais il n’arrivait pas à se décider s’il devait aller le voir ou non.

Vu la tête qu’il avait tiré plus tôt dans la cuisine il lui en voulait, beaucoup. Pourquoi, telle était la question. Pour l’avoir empêché de mettre fin à ses jours ? Pour ne pas avoir dit qu’il l’aimait en retour ? Pour être ce qu’il était, un connard insensible ? Les trois peut-être… sûrement même. Il n’avait de solution miracle à aucune de ces problématiques, et il n’avait même pas envie d’aborder le sujet.

Liam tourna donc la poignée, pénétra dans sa chambre avant d’en sortir aussitôt pour entrer dans cette de son élève sans même frapper. Celui-ci était assis sur son lit détrempé, sous une pluie battante avec son éternel air de chien battu. Le tueur soupira.

- Je suis désolé, peu importe ce que tu me reproches. Maintenant arrêtes de pleurer comme une gonzesse.

Ça paraissait salaud mais le connaissant c’était un effort extraordinaire qui venait d’être fourni. Ne restait plus qu’à voir si le dépressif saurait l’apprécier à sa juste valeur…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Jeu 7 Juin - 22:35

Après avoir rapidement farfouillé dans une malle à côté de son lit, Jonh en sortit un pantalon fait en une sorte de toilé épaisse, dans les tons bruns, ou plutôt ocre. Difficile de se décider.

• Merci, vraiment ! D'après ce que j'ai cru comprendre, ici les effets personnels ne sont pas monnaie courante... C'est vraiment très généreux de ta part de me donner une de tes affaires !

Bon, hormis pour la couleur. Elle rappelait en effet à la brune l'aspect même du sang séché, ce qui ne lui rappelait que trop les événements de la veille, qu'elle aurait au contraire largement préféré oublier. Elle ne s'en rendit même pas compte, mais resta plantée plusieurs minutes devant le pantalon, le fixant sans mot dire. Toutes les images qu'elle avait pourtant essayé de ne pas voir venaient de redéfiler sournoisement devant ses yeux, comme un nouveau son de cloche. Et ce son-là signifiait quelque chose de genre "et non, tu n'es pas chez toi, ne rentrera pas chez toi, et finira sûrement par colorer le sol, toi aussi."

Anne se mordit la lèvre pour revenir à la réalité. Pourtant, c'était évident ! Comment pouvait-elle encore se permettre d'espérer que tout ceci n'était qu'un mauvais rêve ? Certes, ils étaient à Dreamland, littéralement le pays des rêves. Mais pendant un court laps de temps, elle s'était permise de penser qu'elle était donc dans un rêve, qu'il lui suffisait de finir pour s'en réveiller. Seulement, maintenant, elle commençait à réaliser qu'elle avait en quelque sorte basculé dans cette autre dimension, et personne ne semblait savoir, sinon vouloir dire, comment en réchapper. Etait-ce au moins possible ? La brune n'osait poser la question de peur d'une réponse négative, bien qu'elle semble déjà savoir ce qu'on pourrait lui dire à ce sujet.

Elle se mordit la joue, peut-être un peu trop fort, puis se résolut à mettre le pantalon. Après l'avoir porté, peut-être lui ferait-il davantage penser à de la boue qu'à du sang, bien qu'elle n'y croit pas vraiment. Elle soupira brièvement, puis chercha un endroit où elle pourrait se changer, sans rien voir de tel.

• Heu...

Jonh comprit de travers son hésitation, et l'informa sur les ceintures plutôt que sur une façon d'avoir de l'intimité. Tout ça sans la regarder, il était en effet tourné dos à elle pour manger son petit déjeuner. La jeune femme haussa les épaules, et admit qu'il ne se retournerait pas. Et puis sinon, qu'est-ce que cela changerait ? Un coin de son esprit lui rappela qu'elle avait de quoi se défendre contre une personne avec les idées trop mal placées, mais sa raison lui dit qu'elle n'aurait rien à craindre de l'homme assis sur le lit, au moins pour le moment. Il n'avait pas l'air dans son assiette, dans jeu de mot vaseux - il n'en avait pas pris. Anne passa donc rapidement le vêtement, qui irait très bien : un pantalon large serait très pratique, pas très salissant vu la couleur, et plus chaud que son short ou la jupe qu'on lui avait donné. Cependant, elle avait quand même besoin d'une ceinture. Elle en dénicha une fine noire en cuir en fouillant à son tour dans la malle, qu'elle serra à sa taille.

• Encore merci ! C'est exactement ce que je cherchais ! dit elle en évitant de penser à la couleur et en prenant place à côté de Jonh, puis elle s'empara d'une tasse de café qu'elle but presque d'un trait - heureusement pour elle.

• Qu'est-ce que ...!

La brune sentit en effet de fines gouttes de pluie s'abattre sur elle, et pas seulement sur elle d'ailleurs, mais dans toute la pièce ! Et les gouttes se faisaient de plus en plus grosses, trempant tout peu à peu. Ce ne fut que quand Jonh dit quelque chose qu'Anne se rendit compte que c'était lui qui déclenchait ça, et que des gouttes encore plus épaisses semblaient couler sur son visage. Quoique... Etait-ce vraiment des gouttes ? La jeune femme fut sûre que non quand il passa par réflexe la main sur ses joues, ce que l'on fait quand on pleure.

Ce fut à ce moment là exactement qu'Anne commença à paniquer. Elle ne savait jamais comment s'y prendre avec les gens qui pleuraient ! Certains préféraient qu'on les laisse seuls, d'autres qu'on les prenne dans leurs bras, d'autres qu'on les console, d'autres qu'on les plaigne, et d'autres encore qu'on les secoue. La brune avait tout juste commencé à se demander quel genre de "remontant" serait efficace à Jonh, qui l'attristait beaucoup dans cet état, quand Liam la remplaça... A sa façon. Cela eut tout de même le mérite de détendre la brune, car la pluie semblait se faire plus fine à nouveau. Après tout, les deux hommes se connaissaient depuis longtemps maintenant, et celui qui venait de faire son entrée devait plus ou moins savoir comment régler ce genre de problème.

Cependant, ce qui détendit surtout la brune en la surprenant agréablement, ce fut que Liam c'était excusé. Après tout, il n'était peut-être pas, comme il le disait, une cause perdue quand il était confrontait aux gens qu'il appréciait un minimum...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 8 Juin - 18:52

Il venait de finir son petit déjeuner, il était content, et ne fit même pas attention à l'allusion sur le chien. Nial était mieux que ça, il était un ... un warrior! Mais il dépendait quand même de Liam pour ce qui allait suivre. Ils allaient devoir partit, et sans chauffeur et voiture, c'était mal barré. C'est sur ces paroles que le futur chauffeur se dirigea vers les chambres. Ces chambres où Anne et Jonh pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Nial ne voulait pas briser leur soupçon d'intimité, car cette intimité était précieuse, et Nial ne voulait pas les voir se jeter l'un sur l'autre, ou tout simplement les voir tout court. Mais c'étaient tous des voyageurs, donc il fallait rester coopératifs.

La coopération était quelque chose de très compliqué lorsqu'on passait à un effectif supérieur à trois. Il y avait forcément des différences de niveaux, et tout les plans peuvent vite échouer si ils ne sont pas bien révisés, d'où la grosse chance pour le camp de brigands. Mais cette chance allait-elle se retourner contre eux? Car comme on le disait, sans que Nial ne le crut vraiment, la chance tourne. Cela voulait dire qu'ils allaient être infortunés pour une période. Celait était totalement absurde, mais c'était un facteur à considérer. Il fallait tout considérer dans un plan, tout, et ne pas oublier les exceptions. C'était souvent elles qui menaient à la défaite.

La défaite, Nial ne pourrait pas la supporter, car tout devait être gagné. En tout cas, si Nial ressentait que la défaite était imminente, il s'en irait de son côté et comme ça sa responsabilité serait envolée. En tout cas il espérait que cela ne se passerait pas comme ça, car il avait sous la main un plan occasionnel et un chauffeur. Deux pour le prix d'un! Quelle promotion énorme, et en plus il payait le taxi avec, donc trois en un. C'était machiavélique, et tellement jouissif! Nial en riait dans sa tête, il était tombé sur une bien belle opportunité. Ces opportunités devaient être exploitées, et les éléments s'organisaient peu à peu dans la tête de Nial pour constituer un schéma des différentes possibilités. Il mémorisa ce schéma mental, et poursuivit Liam vers les chambres.

C'était fou comme ce château était mal fait. Les charges étaient tellement mal réparties! Ils avaient une connaissance très limitée, les architectes de l'époque! Avec la même quantité de pierre, ils auraient pu faire un château au minimum deux fois plus grand et plus haut! Et puis les distances optimum, c'est à dire qu'on faisait le moins possible de distances à parcourir et le moins possible d'obstacles, étaient tellement mal faites! On pouvait faire tellement mieux! C'était consternant.

Et puis ils arrivèrent devant la chambre, Liam entra, et Nial pu constater que les deux mangeaient tranquillement, ou pas d'ailleurs. Nial ne voulait pas trop s’immiscer dans la vie des autres, à part celle de Liam car c'était fun, donc il resta en retrait, et se mit à réfléchir, non pas à une réaction en chaîne ou à des choses intellectuelles, mais plutôt à sa conditions physique. Enfin c'était un peu intellectuel, mais bon, c'était fun. Il commença à calculer combien de temps il allait pouvoir rester éveillé sans trop endommager son corps, et tous les facteurs permettant une meilleur autonomie. Énormément de facteurs étaient à prendre en compte, et au moins ça l'occuperait. Un esprit qui réfléchit est un esprit sain, et un esprit sain dans un corps sain c'est important, alors autant garder un corps le plus sain possible. Logique non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Ven 8 Juin - 19:24

Jonh voulait arrêter de pleurer mais les larmes continuaient de couler sur ses joues, si ça n'avait été que ça car en plus il faisait pleuvoir à l'intérieur. Comme si il avait retenu ses pleurs pendant toute sa vie et que maintenant ils voulaient partir. La porte de la chambre s'ouvrit alors sur Liam, et bien sur son fidèle toutou. Le dépressif fixa de ses yeux rouges les non invités, et plus spécifiquement le taulard qui venait de s'excuser. Chose rare à son avis et lui demandait d’arrêter de pleurer avec une telle gentillesse que c'était difficile de dire non. Ironie bien sur mais au moins Jonh s'était un peu calmé ce qui avait fait de même pour l'averse.

- Pourquoi tu t'excuse...?

Il n'avait rien fait, du moins pour le dépressif Liam n'était en rien en tort dans les faits. C'était pas de sa faute si Jonh s'était entiché de lui et qu'il vivait ça assez mal. Et à vrai dire le jeune homme était tenaillé entre l'envie de le voir et de ne pas le voir. Même si, il en était sur, dans les deux cas cela le ferait souffrir. Jonh essuya une bonne fois pour toutes son visage mouillé et se leva du lit avant de se diriger vers le taulard. Une lueur d'hésitation mélangé à de l'appréhension se lisait dans ses pupilles rougies. Mais Liam n'eut pas le temps de déchiffrer ce que cela signifiait qu'il se retrouvait dans les bras du dépressif. Ce dernier faisait bien attention de ne pas avoir de contact avec la peau de son ami.

- Juste quelques secondes...

Souffla t-il près de l'oreille de Liam qui fut le seul à l'entendre. Sachant pertinemment que le taulard n'était pas habitué à ce genre de choses. Mais là, Jonh en avait véritablement besoin, car dans le coin il était son unique ami et les connaissances ça ne le réconfortait pas. Une fois sur d'être calmé, Jonh lâcha Liam en lui soufflant un merci puis retourna auprès du lit où il constat l’ampleur des dégâts. Enfin, ce n'était pas non plus comme l'orage d'hier soir mais il avait quand même inondé le lit et le petit déjeuner. Un sourire nerveux s’afficha sur son visage.

- Mince...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 9 Juin - 10:35

Non vraiment, c’était à n’y rien comprendre. Il lui faisait ostensiblement la gueule depuis qu’ils étaient descendus de la tour et maintenant que le tueur avait fait l’effort titanesque de s’excuser on lui servait sur un plateau qu’il n’avait aucune raison de le faire ? Alors quoi ? Pourquoi ?! Bordel il s’en sortait beaucoup mieux dans ses relations sociales quand elles se limitaient à draguer, tirer puis tuer. Dès qu’on avait la mauvaise idée d’introduire des sentiments dans son monde tout allait de travers et pourtant, Liam n’avait jamais été contre le principe d’introduction.

Liam s’apprêtait à rétorquer un truc, n’importe quoi histoire de souligner que son élève se comportait aussi illogiquement qu’une fille en pleine période de règles, mais celui-ci ne lui en laissa pas le temps. Le trentenaire haussa les sourcils lorsque Jonh vint se blottir dans ses bras, et il se surprit à ne pas trouver ça si désagréable. La supplique à peine audible qu’on lui adressa fit mourir sa tentative de commentaire dans le fond de sa gorge et il se contenta dès lors de refermer ses bras autour du corps trempé du dépressif. Et d’attendre.

Lorsque leurs deux corps se séparèrent, le violeur pu constater que ses fringues avaient été trempées. Il était bon pour se changer encore une fois… mais ça pourrait attendre. Finir de s’expliquer avec son élève était sa priorité mais le fait d’être pris en sandwich entre Anne et Nial n’aidait en rien. La première les regardait avec des yeux brillant comme si elle était en plein visionnage de comédie romantique, le second était à l’ouest, comme d’habitude, mais avec lui impossible de savoir s’il ne prêtait pas malgré tout une oreille attentive.

Dans son esprit les mots se bousculaient, parfois gênants, souvent vexant, toujours flous. Il aurait voulu dissiper ce malaise qui semblait définitivement installé entre les deux compagnons de toujours, mais comment le faire alors qu’il ne savait même pas où il en était lui-même ? Putain de dilemme à la con !

- Écoute Jonh…

L’introduction faite impossible de reculer, sauf qu’il ne savait toujours pas quoi dire. Il tira sur la chemise qui lui collait au torse tout en cherchant à organiser ses pensées, puis finit par la retirer complètement avec un agacement visible sans se soucier des notions de pudeur ou même du froid qui régnait entre ces quatre murs. Ainsi libéré il se sentait plus à l’aise physiquement, mais c’était bien tout. Et s’il disait quelque chose qui se révèlerait faux à la longue et qu’il le regrettait ? Le fait est qu’il tenait sincèrement au dépressif, mais que l’affirmer à voix haute était se rendre vulnérable. Il haïssait ça presque autant que les souvenirs de son père, qu’il avait aimé aussi, à sa manière.

- T’es important pour moi. Je crois même que je t’aime autant que faire se peut quand on s’appelle Liam Baldwin alors ne refais plus jamais ce que tu as fait, surtout si c’est à cause de moi.

C’était mièvre, dégoulinant de bons sentiments. Il se donnait lui-même envie de vomir et jamais l’envie de se barrer n’avait été aussi pressante. D’ailleurs il allait peut-être revoir son planning au final. Quelle heure était-il ? Dix heures ? Dix heures trente ? Un bon timing pour le départ d’un long voyage si vous voulez son avis. Tout serait bon à prendre si ça lui permettait d’échapper à une séquence émotion.

Du bout des doigts Liam ramassa la chemise humide qu’il avait jetée au sol et la balança négligemment par-dessus son épaule couturée de cicatrices, comme le reste de son torse –et de son corps entier à vrai dire. Il prit le temps de faire craquer ses vertèbres cervicales, inspira un bon coup et lâcha comme s’il était pris d’une inspiration soudaine :

- Bon, c’est le moment de prendre le large ! Je vais chercher mes affaires, on se retrouve à la camionnette dans 5 minutes, soyez pas en retard.

Ne pas attendre de réponse, ne pas les regarder dans les yeux. Surtout lui. Le taulard quitta la pièce sans se retourner pour aller chercher sa hotte et son sac à dos qui l’attendaient sagement dans sa chambre juste au pied du lit. Après en avoir jeté un sur une épaule et l’autre sur la seconde, il quitta la pièce sans se retourner. Ce château ne lui manquerait pas, pas plus que ses habitants et la perspective de longues heures de conduite concentré sur la route à suivre était une perspective attrayante. Ça lui donnerait tout le temps nécessaire pour réfléchir et esquiver les questions gênantes.

Une fois qu’il eut rejoint le véhicule il balança ses affaires à l’arrière sans douceur et se glissa derrière le volant. La clé tourna dans le contact et il constata avec soulagement que la jauge d’essence était pleine. Ça leur permettrait de tenir un certain temps mais trouver de l’essence devenait leur priorité s’ils ne tenaient pas à tomber en rade dans le trou du cul du monde avec comme seuls mécanos des piafs débiles. D’ailleurs en parlant de piaf débile…

- Oula… je vais peut-être me chercher un buisson avant de prendre la route, murmura-t-il en se massant le ventre.

Avec tout ça, les effets de la casquette Cheddar lui étaient complètement passés au-dessus de la tête…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 9 Juin - 14:04

Anne ne put empêcher un sourire étrange de venir tordre ses lèvres. Aussi étrange que le dénouement de la situation, en fait, bien que d'autres réactions inattendues puissent encore se manifester. Cependant, pour le moment, un Jonh calmé s'était élancé pour étreindre un Liam momentanément muet, pendant que Nial assistait à tout ça d'un peu plus loin, semblant perdu dans ses pensées, mais calme. Bien que la raison exacte reste encore à déterminer - la phrase cinglante de Liam ou son étreinte forcée - la pluie avait rapidement diminué en intensité, et était désormais en train de s'arrêter pour de bon. Ce qui signifiait, si la brune avait bien tout suivi, que son faiseur était donc calmé, sinon heureux. Une bonne chose, donc.

En assistant à cette scène, Anne ne put repenser à son petit ami, enfin son ex petit ami qui avait préféré "partir de son côté", pour reprendre ses termes, un peu après que la brune ait commencé à avoir des réactions étranges. En y réfléchissant, cela devait faire une semaine tout juste, et la jeune femme ne le réalisait que maintenant.

* T'es pathétique, ma pauvre fille ! *

Tout ce à quoi elle arrivait à penser par rapport à lui, c'était quelque chose du genre "est-ce que je lui manque ?". Aucune rancoeur ne faisait encore son apparition, bien que cela ne ferait pas de mal à la pauvre petite naïve qu'elle était. Bien sûr que non, il ne pensait pas à elle ! Sinon il aurait au moins eu la galanterie de s'inquiéter pour elle, en premier lieu, au lieu de la jeter tout simplement. Une autre pensée vint ensuite chatouiller ses rêveries, pour se faire ensuite de plus en plus présente.

* Si on est au pays des rêves, et arrivés en dormant, alors... Quelle est la relation entre le temps d'ici et le temps de là-bas ? *

En effet, Anne avait un jour lu quelque part que les aventures folles, longues et extrêmement complètes et détaillées, ainsi que diverses, n'étaient que les trois secondes que mettait le cerveau à se réveiller totalement, précédant le réveil lucide de la personne. Alors là, une pauvre petite journée, que représentait-elle, un 480ème de seconde ? Toute une vie ici pouvait-elle ne représenter qu'une bonne nuit de sommeil sur Terre ? Mourrait-elle ici avant même qu'elle puisse se réveiller à Los Angeles ? Se réveillerait-elle un beau jour dans le sous-sol du docteur sans comprendre ce qu'elle faisait là ? Ou encore se réveillerait-elle toute jeune et pimpante dans son corps d' "origine" une fois morte ici, en espérant dans le corps d'une petite mamie fripée ? Et, bon sang, comment pouvait-elle trouver des réponses à ses questions ? Tout cela lui faisait décidément de plus en plus penser au scénario d'une série B de science fiction.

Cependant, maintenant n'était évidemment pas le moment idéal pour qu'elle demande aux deux personnes présentes susceptibles d'en savoir un peu plus sur la situation de répondre à toutes ces interrogations. En effet, non seulement la chambre et tout ce qu'elle contenait était complètement trempé, mais c'était un moment apparemment très sérieux en ce qui concernait les deux hommes et leur relation. Aussi, Anne détourna les yeux dès qu'elle s'en rendit compte, avec tout de même une seconde de retard, une seconde pendant laquelle elle avait été trop interloquée pour réagir d'une quelconque façon.

Liam n'avait-il donc pas couché avec Nial la veille seulement ? Et pourquoi disait-il des choses aussi touchantes à un autre homme, juste sous ses yeux qui plus est ? C'était à n'y rien comprendre. A tel point que la brune préféra penser à autre chose avant de faire une gaffe, car pour elle, la situation était dans un équilibre plus que précaire, et si elle exprimait sa curiosité à voix haute, une personne au moins s'en retrouverait blessée. Et bien qu'elle ne les connaisse pas vraiment - c'est le moins qu'on puisse dire - elle ne leur souhaitait quand même pas ça.

Liam choisit donc juste le bon moment, en ce qui la concernait, du moins, pour annoncer leur départ imminent. Elle se leva presque immédiatement, ses vêtements produisant un bruit de succion en se dépliant, projetant de passer les cinq minutes qu'il leur avait accordé devant sa cheminée, pour tenter de sécher un minimum avant de prendre la route. Elle n'avait même plus faim. Elle arriva au niveau de Jonh, qui n'avait pas bougé d'un pouce, les yeux dans le vague mais fixant toujours la direction dans laquelle Liam était parti. Ne sachant, encore, pas quoi dire ni quoi faire, la brune lui posa la main sur l'épaule dans un geste qui se voulait apaisant, agrémenté d'un petit sourire hésitant, puis quitta la pièce pour se rendre dans sa chambre. Mais comme le feu y était éteint * une façon polie de nous mettre à la porte... * pensa-t-elle, elle mit la veste que Jonh avait fait demander pour elle et ses quelques vêtements dans une sorte de carré en toile qui se trouvait dans la malle à côté de son lit, sûrement pour protéger le bois des bestioles. Elle emporta son baluchon improvisé vers la sortie du château, puis vers la camionnette. Cependant, Anne resta plantée devant, hésitante : Liam avait parlé de monnayer le transport, et elle n'avait pour ainsi dire rien qui pourrait faire office de moyen de paiement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 9 Juin - 18:26

Nial était en plein dans son raisonnement, et continuait de penser. Il avait fini d'établir la liste des facteurs éventuels de fatigue supplémentaire, et de tout ce qui pouvait éventuellement gêner. Maintenant, restait le plus dur, calculer comment il devait se comporter physiquement pour résister le mieux à ces facteurs, voir à en profiter. Il faisait actionner ses méninges, et de fil en fil, il détermina certaines choses, certaines conjectures, et arriva à un résultat assez correct. En marchant normalement et en profitant des facteurs naturels, il pouvait tenir encore pas mal de chemin, et avait environ sept heures de marche devant lui avant de devoir s'écrouler. C'était amplement suffisant pour atteindre la voiture. Même beaucoup trop, mais cela n'importait peu, car seul ce calcul compliqué était amusant.

D'ailleurs en parlant de voiture, Liam donnait cinq minutes pour s'y rendre. Nial y alla tranquillement suivant les distances les plus courtes et s'épuisant le moins, conservant une respiration constante et calculée ainsi qu'une fréquence des pas étudiée. Il arriva ainsi sans aucune essoufflement à la voiture. Il prit un siège devant, et attendit que Liam arrive, ou que quelqu'un montât dedans. Il vit Liam se cacher derrière un buisson et Anne bloquée devant la camionnette. Pourquoi se poser la question "que faisait-elle coincée ici?" sachant que c'était une femme. Et qui dit femme dit mystérieuse, évidemment. Mais on pouvait aussi supposer qu'elle n'avait pas payé Liam. Le tout était de se demander quel moyen de paiement Anne allait choisir.

En tout cas, Liam savait que pour Nial, c'était quand il voulait. D'ailleurs rien que de repenser au bain d'hier, c'en était plaisant. Le tout était de savoir s'il allait le refaire bientôt ou pas, vu la relation avec Jonh. Ensuite il fallait savoir si la route allait être longue ou pas. Nial était assez habitué aux déplacements longs, à force de traverser le continent pour la promo des films. D'ailleurs ses amis se semblaient pas avoir vu le films dans lequel il était. Qui n'avait pas vu "The Avengers" quand même. C'était un best-seller tout de même! Soit ils n'avaient aucune culture cinématographique, soit ils avaient une mémoire de thon. C'était à voir. Mais du moment qu'on lui posait pas de question chiante de fan stupide, ça allait.

*Bon, c'est pas qu'on a de la route devant nous, mais ils vont se dépêcher à la fin???*

Il n'avait pas besoin de lents et de boulets pour faire le chemin. Si seulement les clef étaient posées sur le contact de la voiture, et serait parti tout seul, mais Liam les avait toujours. Et il n'allait pas si facilement les laisser à portée de main. Après, Nial n'aurait pas su où aller et que faire. C'est vrai que des gens ça peut servir au moins pour ça, et que la compagnie de Liam était plaisante. Après que les deux autres soient avec, ça gênait, mais on ne choisissait pas ses partenaires après tout, hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 9 Juin - 20:27

Jonh contemplait le lit trempé comme si le château n'avait pas eu de toit et qu'une averse venait de passer lorsque il fut interpellé par Liam. Ce dernier venait de lui demander de l'écouter et c'est ce qu'il fit. Généralement quand on commençait une phrase comme ça...ça sentait mauvais...Et le dépressif n'avait pas encore versé toutes ses larmes alors le taulard devait faire attention à sa manière de prononcer les mots. Sauf qu'en fait, ce que Liam déclara n'était en rien un rejet de l'amour que Jonh lui portait. Un éclair d'étonnement d'ailleurs passa sur le visage de Jonh qui ne s'y attendait clairement pas de la part de l'hyper sexuel. Venant de Liam Baldwin justement, parlé de sentiment c'était vraiment étrange. Le dépressif venait même à se demander si il ne se moquait pas de lui ou bien était ce une manipulation de sa part pour ne pas que Jonh refasse une tentative de suicide. Enfin, de toute manière c'était mieux que rien...mieux valait entendre ça que le fait qu'il pourrait le détester. Ce qui ne serait pas très logique vu que le taulard l'avait empêché de finir en crêpe sur le sol.

- Euh...ok...

Fût la seule réponse qu'il réussit à sortir avec le peu de neurones connectables qui lui restait. Pleurer l'avait énormément fatigué et la déclaration de Liam, si on pouvait appelé comme ça, l'avait pratiquement achevé. Liam changea de sujet comme de chemise, en ramassant la sienne d'ailleurs qu'il avait enlevé au passage car le dépressif l'avait trempé avec ses propres vêtements. Le taulard leur indiqua le départ imminent de ce village dans quelques minutes avant de sortir. Jonh ne put empêcher son regard de couler sur le dos de son ami avant de secouer la tête. Nial ne tarda pas à faire de même ainsi que Anne qui lui mit la main sur son épaule avec un petit sourire. Jonh lui rendit puis il se retrouva à nouveau tout seul dans sa chambre. C'est à ce moment là qu'il se rendit compte qu'il avait froid. Sauf que il n'avait plus de vêtement de rechange, à part l'autre moitié de son costume, Anne ayant embarqué le pantalon...Mais bon ça serait déjà ça de sec. Le dépressif alla fouiller dans sa hotte et enleva sa chemise trempée avant de mettre l'autre. Heureusement que le noir allai avec tout. Il s'ébouriffa les cheveux histoire de les sécher un minimum et se coiffa comme il put en s'aidant du miroir.
Bon...il était temps de partir. Jonh récupéra ses affaires, c'est à dire sa hotte et sortie en direction de la cour du château. Nial était déjà là, assis dans la voiture, ainsi que Anne dehors qui semblait hésiter. C'est vrai que elle, elle n'avait pas "payé"...enfin Jonh sur ce point de vu là n'était pas d'accord avec Liam.

Le dépressif mit son bagage avec les autres et prit celui de la demoiselle avec un sourire pour le mettre dans la camionnette.

- On dira que j'ai payé pour toi

Lui glissa t-il avant de monter dans le véhicule. Il n'y avait que trois sièges, chose qu'il n'avait pas fait trop attention hier en revenant de leur mission. Le dépressif ne se voyait pas se serrer comme dans une boîtes de sardines pendant des heures. Aussi lorsqu’il eut prit place sur le siège qui restait il regarda Anne :

- Je te propose de t'asseoir sur moi ? Tu n'a pas l'air d'être très lourde alors ça devrait aller
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Sam 9 Juin - 21:17

Le moins qu’on puisse dire était que ce n'était pas de la publicité mensongère. Pour dire ça crument : Liam en avait chié. Tout ça pour un œuf rouge décoré d’un écran digital et d’où jaillissaient plusieurs fils de couleur. Le toucher en sachant d’où il provenait n’était pas très motivant, Liam l’attrapa donc à l’aide de sa chemise trempée pour le frotter un peu. Avec un peu de chance ça suffirait à le nettoyer.

S’il chopait l’inventeur d’un objet aussi débile il allait lui faire perdre l’envie d’anti-sodomiser des péquins lambda à coup d’œuf de poule. Le tueur avait l’impression de s’être fait décaper l’anus au papier de verre, sensation particulièrement désagréable qui le poussa à retirer sa casquette. La collection de bombes attendrait, il n’était pas encore prêt à faire ce genre de sacrifices en continu.

Après sa peu ragoûtante besogne le taulard quitta l’abri offert par le buisson pour rejoindre la camionnette devant laquelle Anne semblait avoir planté sa tente. La pauvre hésitait à grimper et Liam la comprenait bien. Avec les sous-entendus qu’il lui avait servis elle devait être tout sauf rassurée. Et à raison ! Malheureusement avant qu’il n’ait pu la rejoindre pour « engager la conversation », Jonh déboula avec l’offre infiniment généreuse de la prendre sur ses genoux et de la soustraire à sa dette.

Interloqué Liam s’arrêta net, se demandant s’il avait développé des problèmes d’audition. S’il n’avait pas aussi bien connu le jeune homme il aurait aussitôt vu dans cette manœuvre une tentative de pelotage mais pour le coup il voyait venir la provocation facile. Tout ça parce qu’il n’avait pas clamé qu’il l’aimait une rose entre les dents… quoi d’autre sinon ? Bien sûr il se trompait –encore- mais les quiproquos étaient légions entre les deux hommes, ce qui n’en rajoutait qu’un nouveau à la suite d’une liste déjà longue.

- Ah ? Toi aussi tu fais payer en nature ? Tu pourrais partager… susurra-t-il perfidement dans leur dos avant qu’ils ne remarquent sa présence.

C’était fourbe, et vil, mais il s’en fichait bien. Son but était d’instiller le doute dans la caboche de leur paire de seins et il espérait sincèrement avoir réussi. D’une parce qu’il avait réservé sa place dans le lit de la demoiselle même si elle n’était pas au courant, de deux parce que ça sentait la tentative sournoise de le rendre jaloux. Et si ça marchait un minimum Liam refusait obstinément de l’admettre. Il se glissa donc derrière le volant sans d’autres commentaires qu’un sourire narquois.

Clé dans le contact, moteur en marche, yeux rivés sur la route de terre qui rendait le voyage particulièrement inconfortable… tout pour ne pas regarder à sa droite et constater que la brunette était grimpée sur son élève. Peut-être n’était-ce pas le cas, mais autant ne pas le savoir. C’était le genre de situation où le doute était encore la position la plus confortable si tant est qu’on cherche à conserver son calme. Dans tous les cas si elle s’amusait à grimper sur les genoux de Jonh il le saurait bien assez tôt et rien qu’à l’oreille messieurs dames ! Il conduisait si vite sur une route non carrossable qu’au détour d’un cassis ou d’une motte de terre trop dure Anne finirait encastrée dans le parebrise.

Tout en roulant vers le camp il engagea la conversation sur un ton guilleret particulièrement perfide étant donné le sujet de conversation. Jonh pouvait bien dire ce qu’il voulait il réclamerait son paiement. Si son élève ne voulait pas sa part c’était son problème, pas le sien. Quant à payer à la place c’était tout bonnement irrecevable. Quand vous devez 500 dollars à un mafioso, vous ne décrétez pas pouvoir rembourser en chouquettes. Aussi simple que ça – et aussi bonnes que soient les chouquettes.

- Pour en revenir à ce dont vous parliez avant que j’arrive… ça ne marche pas comme ça. Ok la camionnette est à moitié à toi, mais je réclame quand même un demi-paiement pour le voyage. Après Anne mon cœur, tu choisis ce qui te conviens le mieux bien sûr, je ne suis pas un monstre…

Son sourire s’élargit alors, découvrant ses canines en lui donnant des allures de chasseur à l’affut. Ses yeux n’avaient pas quittés la route mais il imaginait déjà le visage de la jeune femme se décomposer… c’était jouissif.

- Je suis assez ouvert d’esprit : tu peux payer en rubz, en nature ou en service, déclara-t-il avec un sérieux désarmant, Bon d’accord, le troisième point est assez flou mais en gros ça consisterait à accomplir les menus travaux qu’on te confierait. Plutôt honorable comme proposition non ?

Bizarrement le mot « honorable » dans la bouche de Liam sonnait plutôt comme « piège ». Mais avait-elle vraiment le choix ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 10 Juin - 1:01

A peine Anne était-elle arrivée devant la camionnette, et s'était demandé si elle devait y grimper ou non, que Nial y parvint à son tour, pour y grimper comme s'il était en terrain connu. Enfin, après tout... Les images du bain partagé de l'homme assis et du chauffeur qui revinrent à l'esprit de la brune étaient bien la preuve qu'il était le bienvenue à bord. Car cela montrait évidemment pour Anne qu'ils s'appréciaient, au moins un minimum. Elle, en revanche, n'avait eu aucun moment "privilégié" avec Liam, et grand bien lui fasse. Elle ne s'imaginait pas vraiment dans une bassine de bois tenant le rôle de Nial... Pas du tout, même ! Mais le problème demeurait. Elle n'allait sûrement pas pouvoir se pointer comme une fleur sans qu'on ne lui demande rien en échange du voyage sous prétexte qu'elle avait débarqué devant leurs gueules à peine plus d'une journée auparavant. Certes, elle était naïve, mais pas à ce point.

Et elle avait raison de douter. En effet, même si Jonh venait d'arriver le coeur sur la main pour proposer de lui "offrir" le voyage - ainsi qu'une place, éventuellement - Liam n'était pas bien loin derrière pour semer le doute. Car bien que la jeune femme crut qu'il s'agissait d'un trait d'esprit, elle n'en fut pas moins troublée.

• Payer en nature ? Mais... Non, et puis toi... Et lui, 'fin les deux d'ailleurs... Quoique... Partager ?!

Qui a dit que les pensées devaient suivre des chemins classiques ? Pas Anne, en tout cas. En effet, elle était passée d'offusquée de se voir proposer de se prostituer, pour dire clairement ce qui était, à l'incompréhension de la remarque, tout d'abord à cause de la fameuse scène de la bassine, ensuite à cause des mots échangés entre Liam et Jonh dans la chambre de ce dernier tout juste quelques minutes auparavant, et enfin à la répulsion que lui inspirait l'idée d'écarter les cuisses tour à tour pour que les deux hommes puissent se repaître.

Bien qu'Anne trouve soudainement la proposition de Jonh relativement louche, un regard dans sa direction et tout doute fut enlevé. Il fixait en effet à nouveau intensément le conducteur, sans prêter la moindre attention à elle, si ce n'était pour l'aider à monter dans la camionnette. Ce fut donc sans se faire prier que la brune emprunta un des deux genoux de Jonh - faut pas pousser mémé dans les orties - tout en se disant que le voyage devrait être relativement tranquille, avec pour compagnie trois hommes qui semblaient se courir entre eux. Elle n'imaginait même pas une seconde qu'elle puisse se tromper sur ce point, et pourtant...

• Heu, oké, merci Jonh mais je vais essayer de trouver un coin pour m'asseoir maintenant... C'est pas contre toi, hein.

En effet, l'allure qu'imposait Jonh à leur moyen de transport mettait ses suspensions dans tous leurs états, ce qui se ressentait plutôt clairement dans la cabine. S'étant déjà cognée quelques fois contre le plafond et la portière, et pouvant admirer d'un peu plus près à chaque fois le tableau de bord, la brune s'était décidée à trouver une position plus stable que celle qu'elle occupait jusqu'à maintenant. Elle se retrouva donc à moitié accroupie, adossée à la banquette davantage qu'assise dessus, mais pouvant mieux supporter les cahots grâce à ses bras tendus en bouclier contre la boîte à gants. Ce fut à ce moment là que Liam repris la parole, confirmant les craintes de la brune quant au prix du voyage.

• En rubz, c'est-à-dire combien ...? Non, oublie.

Elle avait en effet rassemblé quelques pièces qu'elle avait par hasard trouvé dans les affaires qu'on lui avait apporté au château, mais en se souvenant de la taille de la bourse à laquelle Liam et Jonh avaient eu droit pour service rendu au roi, elle les trouva bien ridicules.

• En services, tu dis ? elle réfléchit rapidement à sa situation et ce qu'elle pouvait espérer avoir de mieux comme choix, c'est-à-dire rien. Ca me parait juste...

Toutefois, une autre pensée frappa Anne, encore un peu trop tard pour qu'elle paraisse crédible.

• Comment ça en nature, t'étais sérieux ??

La pauvre petite allait vraiment finir par être choquée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 10 Juin - 13:40

Finalement les gens arrivaient dans la camionnette les uns après les autres comme ça, et ils partirent rapidement. Mais Liam n'abandonna pas l'affaire pour se faire payer. Nial aimait bien ce type, il était malsain, démoniaque, et c'était génial! Avec le "je ne suis pas un monstre", Nial affichait aussi un sourire assez relevé, c'était machiavéliquement délicieux! Rien que de voir la tête d'Anne se décomposer! Mais cette dernière commençait à faire son discours étrange, en intégrant partiellement les informations au fur et à mesure, et en les comprenant après. C'était choquant, mais tout simplement hilarant. Par contre, qu'est-ce qu'elle était bête mon Dieu! En plus elle se trouvait dans une position de soumise, et elle était à la bonne taille pour tailler la pipe de Jonh, quelle ironie!

Mais Nial préférait se taire, autant ne rien faire que de se faire juger par une femme. Il essaya de se concentrer sur la route qui défilait son trop y arriver, il n'y avait rien d'amusant à faire, à par caresser son chaton. D'ailleurs, ce dernier lui avait échappé des mains, et était allé fouiller dans la boite à gants. Nial essaya de le rattraper pour pas qu'il ne se fasse mal, et dégota deux dés à dix faces, étrange, mais passionnant. Rien de mieux pour s'amuser, mais aussi pour démontrer des calculs de probabilités. Mine de rien en inventant des jeux et en ayant calculé les probabilités avant, on pouvait se faire pas mal de fric.

Pendant qu'il essayait de trouver un jeu pour arnaquer des gens et se faire un maximum de fric, il se rappelait de ses cours de mathématiques sur les probabilités. Oui Nial pensait à deux choses en même temps, c'était bizarre, mais pour lui c'était naturel, du moment que les deux choses étaient étroitement liées. Nial voyait aussi que son chaton s'amusait tranquillement à jouer avec ses dés, tout intrigué. En les voyant se retourner, il prit peur et se blottit contre le bras de Nial. Ah, c'était tellement kawai! Même un insensible en serait ému! ou pas... Mais on ne pouvait pas renier le fait qu'il était mignon.

Cela avait totalement fait oublier le fait que Nial était dans une voiture et qu'il était sensé réfléchir à ses probabilités, mais il n'avait plus envie d'y réfléchir, car ça se servirait à rien, car ces dés étaient les siens! Des dés du destin? nope. Des dés magiques? non plus. Des dés ordinaire, OUI! Mais c'était tellement beau ces dés ordinaire! D'ailleurs rien qu'en les soupesant il voyait qu'ils étaient parfaitement équilibrés. Quoi de plus parfait! Le fait qu'il soie à côté de détraqués, aidait un peu à cet état, car ça faisait contraste. La vie était belle avec un chat tout mignon et deux dés à dix faces!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 10 Juin - 18:32

Les mauvaises langues penseraient que Jonh voulait abuser de la gentillesse de Anne mais non, c'était une proposition sans aucune sous entendus...jusqu'à ce que Liam mette son nez dedans. Si, la première remarque du taulard en revenant de il ne savait où lui avait lever les yeux au ciel devant tant d’absurdités. Comme si c'était le genre du dépressif ce genre de choses. Plutôt crever oui. Ce n'est pas parce qu'il aimait un obsédé qu'il en était un lui même.
Ne sachant pas si Anne allait tenir compte de la remarque de Liam, Jonh proposa tout de même à la demoiselle de s'asseoir sur ses genoux. Cette dernière semblait perdue après les paroles de l’hyper sexuel mais finit par accepter et prit place sur un des genoux du dépressif. ce n'était pas vraiment très sur comme appui mais il ne voulait pas non plus la forcer, car avec Liam près de lui qui pouvait lancer des phrases obscènes, c'était risquer de se faire passer pour un gros obsédé. Enfin bon, la camionnette démarra et vu l'allure à laquelle Liam roulait Anne préféra descendre pour ne plus à avoir subir des bosses. Néanmoins la position équivoque dans laquelle la demoiselle se mit gêné Jonh qui préféra regarder par la fenêtre. Inutile de deviner que Liam aurait des idées mal placées là dessus. D'ailleurs ce dernier reprit la parole sur le "paiement" du voyage de la voyageuse.

Le dépressif se demandait si Liam se rendait compte qu'il demandait, non proposait, à Anne de coucher avec elle juste devant ses yeux. Et après il disait qu'il l'appréciait hein ? C'était bien ça alors, des foutaises. Bizarrement ça ne l'étonnait pas plus que ça que le taulard se soit foutu de lui, même si ça faisait mal...
Anne semblait choqué des propos de Liam, ce qui était tout à fait compréhensible.

- Connard...

Marmonnât-il si bas que il était peu probable que quelqu'un d'autre l'ai entendu sauf Anne. L'envie d'ouvrir la portière et de sauter hors de ce véhicule lui avait traversé l'esprit mais il n'aurait même pas le temps de faire un pas qu'il se serait fait rattraper. Et puis Nial qui jouait avec des dés trouvés n'arrangeait pas l'ambiance. Jonh aurait bien dit quelque chose mais peu importe ses paroles il était sur à cent pour cent que Liam s'en ficherait comme une guigne. Vraiment cette impuissance commençait à lui taper sur le système.

- Ouais en nature, ou bien jouer la prostituée pendant cinq minutes le temps qu'il te sautes comme il a fait avec Nial, bien que ce dernier était plutôt consentant si tu veux mon avis...j'aurai dû sauter de ma chambre tiens ça m'aurai évité d'entendre ces conneries
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 10 Juin - 19:16

Même sans les images le film valait le coup. La voix hésitante d’Anne, son retard de compréhension, la manière dont elle pesait le pour et le contre avec une horreur croissante… non vraiment, il ne regrettait pas d’avoir lancé le sujet. Oh bien sûr Jonh jouait les rabats-joie à grommeler des choses inaudibles dans son coin avant de partir dans un monologue haineux où les deux autres mâles du groupe en prenaient pour leur grade, mais ça aussi c’était drôle. Il avait voulu jouer avec lui en tripotant une nana sur les sièges de leur voiture ? Et bien il récupérait sa mise, avec les intérêts. Et oui messieurs dames, Liam Baldwin était un homme très généreux.

Maintenant que la miss avait quitté les genoux de Jonh – à ce qu’il avait cru entendre- et qu’elle était prête à accepter sa troisième proposition, le taulard devenait le maitre du jeu. Toutes les cartes en main pour décrocher une victoire bien méritée, et il ne laissa pas le temps à l’opportunité de s’envoler.

- Bien sûr que j’étais sérieux. C’est un moyen de paiement comme un autre et après tout ici c’est le monde des rêves… ce n’est même pas ton vrai corps. Tu n’y perdrais pas grand-chose ça consisterait plus ou moins à fantasmer durant la nuit.

Son regard noir quitta la route pour obliquer vers la brunette, la gratifiant d’un regard lubrique à vous glacer les sangs. Le tueur put constater au passage que son élève tirait une gueule de dix pieds de long, rongeant visiblement son frein les yeux rivés sur le paysage qui défilait à travers la fenêtre passager. Un rire moqueur s’échappa de ses lèvres avant qu’il ne poursuive sur sa lancée avec cette éternelle bonhommie déplacée :

- Nial a déjà payé comme l’a si gentiment fait remarquer Jonh. Et arrête de faire la gueule, ça ne change rien à ce que j’ai dit plus tôt. Ce sont juste des amuse-gueules, rien de plus. T’es le seul voyageur avec qui il se soit passé quelque chose dans le monde réel je te le rappelle…

Même si concrètement il aurait bien étendue cette expérience à n’importe qui dans n’importe quel monde, c’était bien une vérité qu’il venait de proférer. Il appréciait sincèrement Jonh mais s’il commençait à le juger sur chacune de ses actions ou pire, cherchait à l’entraver dans ses projets la situation risquait de tourner au vinaigre sous peu. Il le lui avait dit et redit : il ne changerait pas. Pour rien ni personne, et s’il ne l’avait pas fait pour Ella il ne le ferait pas pour ses beaux yeux.

Le camp commençait à se dessiner devant eux derrière l’écran que formaient les hautes herbes. Le feu de camp gigantesque que les bandits avaient allumé la veille s’était éteint et ne diffusait plus désormais qu’un mince filet de fumée qui allait se perdre dans le ciel bleu. Plus un chat dans le coin, les habitants de Castlecrow étaient déjà venus pendant la nuit récupérer leurs biens, mais n’ayant aucun intérêt à prendre de l’essence Liam avait grand espoir d’en dénicher dans un coin. Et dans le pire des cas il pourrait toujours siphonner un réservoir non ?

Liam freina sec à l’arrivée, manquant d’envoyer voler dans l’habitacle les malheureux non munis d’une ceinture de sécurité. Action volontaire ? Oui c’était bien possible même si son expression n’en laissait rien paraître. Il ôta les clés du contact pour les glisser autour de son index et mit pied à terre avant de se diriger vers une tente dressée près des véhicules restant. Il y régnait une odeur d’huile de moteur, de cambouis et de métal. Les villageois avaient récupéré tous les outils, ne laissant derrière eux que des boites à outils vides et… des jerrycans. Bingo !

Après en avoir ouvert un pour renifler le contenu et s’assurer ainsi qu’il s’agissait bien d’essence il en attrapa deux avant de faire signe aux autres de suivre son exemple. Il ne restait que 6 jerrycans, pas grand-chose mais largement assez pour rejoindre la mer et continuer leur route de l’autre côté. Une chance d’ailleurs étant donné que les stations-services devaient tout sauf pulluler dans l’étendue sauvage qu’était la plaine Félicité.

Sans se soucier du fait que ses ordres muets soient suivis ou non il chargea ses deux trouvailles à l’arrière de la camionnette et s’assit à l’arrière pour allumer une clope. Le goût acre du tabac et la brûlure de la fumée s’insinuant dans ses poumons lui tira un soupir d’aise et il réitéra l’opération avant de relâcher un nouveau nuage de nicotine dans l’air matinal. Quand les autres revinrent vers lui –les bras chargés ou non- il leur adressa un sourire fourbe, presque prédateur.

- Alors nous sommes d’accord pour les services Anne ? A moins que tu ais de nouveau changé d’avis ? Je n’aurais rien contre personnellement, même si je n’use pas de stratagèmes tordus pour que tu me grimpes sur les genoux.

C’était bas, c’était mesquin… c’était signé Liam Baldwin.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Dim 10 Juin - 23:43

Spoiler:
 

Les paroles de Liam suscitèrent une réaction bien étrange de la part du siège temporaire de la brune. D'abord l'insulte, prononcée à voix si basse qu'elle était presque sûre que personne à part elle ne l'avait très clairement comprise - bon, pour le sens, c'était plutôt évident pour tout le monde, vu le ton sur lequel Jonh avait marmonné. Cependant, la réaction la plus étrange venait après. En effet, il était vrai que Liam agissait relativement comme un connard, bien qu'il intrigue Anne plus qu'autre chose. Mais le flot de méchancetés lâché par Jonh après ça fut des plus surprenants.

Il avait commencé par donner une image du niveau auquel passerait Anne si elle acceptait la proposition deuxième du conducteur, qui était tout sauf valorisante. Elle deviendrait clairement une putain, ce qui promettait de lui planter une pancarte dans l'oeil disant "femme soumise et objet sexuel - à qui le tour ?" et au vu des rares regards qu'elle avait pu voir venant de Nial, celui-ci pensait déjà de cette façon. Et il était plus qu'hors de question de lui donner raison. Face à ce genre de réaction, la jeune femme n'avait qu'une chose en tête :

* Attends de voir le moment où je sauverai tes petites fesses, tu seras obligé de te calmer sur le machisme. *

Car Anne avait déjà vécu ce genre de situation, et pas qu'une fois. Avec sa petite tête de gentille et sa naïveté extrême, elle avait plus d'une fois dû "prouver sa valeur", comme dirait Faramir. Et heureusement, ou malheureusement pour elle, le coin de Los Angeles dans lequel elle habitait n'était pas des plus fréquentables. Cela avait poussé sa mère à lui faire prendre des cours d'arts martiaux très jeunes, et lui avait également permis de mettre de bonnes fessées à des petits voyous de week-end qui ne savaient pas clairement ce qu'ils faisaient, mais qui se baladaient tout de même avec un couteau sur eux. Et mine de rien, en situation réelle, les machos grande gueule étaient les premiers à partir en courant. Bien sûr, Anne ne se permettrait pas de tirer la même conclusion de Nial, car elle ne savait après tout rien de lui, bien qu'elle en ait très envie.

Pour continuer sur le pas très joyeux, au moment ou Jonh balança une petite remarque qui se voulait sûrement - elle l'espérait - ironique sur le fait de regretter n'avoir pas réussi à sauter, Anne se retourna vers lui l'air de dire : "t'en veux une autre ?" Bien qu'elle n'aurait sûrement pas osé le gifler une nouvelle fois sans le contexte du corps pendouillant dans le vide, elle tenait à ce qu'il se souvienne de ce qu'elle lui avait déjà dit, même si cela ne faisait que traverser son cerveau. Au moins, l'idée passerait.

Anne remarqua ensuite que Jonh avait énoncé la scène de la chambre sans ménagement, montrant que tous les protagonistes étaient au courant de la situation dans quelque sens que ce fut. Ce qui interloqua la brune.

• Mais alors, clairement, il se passe quoi entre vous ? Je veux dire, avec vous deux, dit-elle en désignant le conducteur et Nial, en train de vous faire du bien dans une bassine, et vous deux, désignant cette fois-ci Liam, encore, et Jonh d'un hochement de tête, qui vous susurrez des mots presque doux, puis qui vous crachez presque à la gueule, j'arrive plus à suivre la logique de ce qui se passe...

Anne se rendit compte un peu trop tard qu'elle avait précisément décrit la scène, alors qu'aucun d'eux n'en avait clairement parlé. Mieux valait d'après elle expliquer maintenant le pourquoi du comment plutôt qu'avoir encore droit à des regards suspects ou des suppositions idiotes.

• Heu, oui, je vous ai vus... Je suis entrée dans votre chambre après avoir entendu du bruit, mais il se passait... Et bien, pas du tout ce que je croyais, et... Ca va paraître stupide à dire, mais c'était comme si le temps était revenu en arrière, parce que je me suis à nouveau retrouvée devant la porte, entendant le même bruit...

La jeune femme avait terminé son explication en fronçant les sourcils pour tâcher de se rappeler correctement ce qui s'était passé, tout en se trouvant stupide à l'extrême. Gênée, elle essaya de penser à autre chose, et une autre remarque de Jonh revint dans ses pensées. Elle regarda le conduceur avec un sourire moqueur.

• Cinq minutes, hein...?

Il serait en effet comique au plus haut point que celui qui se vantait de tremper son biscuit dans toutes les nourritures environnantes soit en fait précoce. Toutefois, l'image cocasse qu'Anne avait en tête fondit comme neige au soleil quand ledit vantard se tourna vers elle, la fixant d'un regard plus que dérangeant. Anne se promit que jamais elle ne saurait par elle-même la réponse à ses divagations ! Surtout qu'il insistait. Pas son vrai corps, qu'il disait. Juste un fantasme, qu'il disait... Elle repensa au mur qu'elle s'était pris au château, et à la légère blessure qu'elle s'était faite.

• Pourtant j'ai chaud et froid comme "là-bas", et je saigne de la même façon aussi. Je ressens tout ça comme faisant partie de mon "vrai" corps, comme tu dis, donc pour moi c'est la même chose.

Elle avait préféré ne pas nommer à voix haute l'endroit dont elle venait, comme si ne pas le dire clairement évitait de la séparer davantage de son monde chéri.

Peu après, ils arrivèrent une nouvelle fois au campement où ils se trouvaient peu de temps auparavant, leur arrivée étant annoncée par un coup de frein des plus secs. La brune se félicita de s'être tenue jusque là, sinon quoi elle aurait perdu au moins une lèvre dans la bataille. Liam descendant de la camionnette, Anne en profita pour l'imiter et se déplier les articulations, puis le suivit pour prêter main forte quand elle se rendit compte qu'il faisait des réserves d'essence. Après tout, cela comptait dans les services, non ? La brune, imitant l'homme qui la précédait, se saisit de deux bidons et les transporta à l'arrière de leur véhicule. Cependant, en traversant le campement, la brune ne put s'empêcher de l'imaginer plein et vivant, et sentit son estomac se nouer en repensant que c'était à cause d'eux s'il était désormais mort - dans tous les sens du terme. Retenant un haut le coeur et essayant de ne pas se représenter les corbeaux picorant avidement le visage des pauvres hommes... Le sang tombant des cages goutte-à-goutte... La foule subjuguée par tant de violence... Elle grimpa à nouveau dans la camionnette, accueillie par une odeur de tabac. Sa situation s'était tout de même améliorée. En effet, Nial et Jonh s'étant davantage serrés, elle pouvait désormais s'asseoir à moitié, bien qu'elle soit toujours forcée de te tenir. Ce fut à ce moment là que Liam intervint, et la jeune femme préféra ignorer se deuxième remarque.

• Je n'ai pas vraiment le choix et tu le sais bien... Mais non, je n'ai pas changé d'avis, je te le paierai, mon voyage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nial Hemsworth

avatar

Maladie mentale : TOC de l'effet domino

Messages : 81

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 11 Juin - 17:02

Alors là franchement, tout le dépassait, et il avait vraiment du avoir la bonne idée de s'être mis dans l'arrière de la camionnette, la partie ISOLÉE où il n'y avait pas de conversations désespérées. Mais s'il était tout seul, il n'aurait plus notion du temps et il allait finir par se demander pourquoi il n'était pas allé devant, ce qui était problématique. Un cercle vicieux, c'était magique, mais quand on le subissait, c'était plus dur, sauf si le cercle vicieux tournait vers le positif. Après y'avait des cercles vicieux neutres, comme la régulation hormonale chez l'être humain. D'ailleurs cette régulation chez les femmes était prodigieuse, leur seul "avantage" ou qualité, mais ce n'était pas un avantage car elles chiaient du sang tous les mois et même parfois des bébés!

Bref, Nial était coincé dans ses réflexions généralissimes pour lui et étranges pour d'autres, et il ne voulait pas qu'on le dérange, mais évidemment, on l'évoqua et on lui posa directement une question. Mais là, mais vraiment, il n'avait pas du tout envie de répondre, mais pour rien au monde. Le problème étant que s'il ne répondait pas, bah Liam allait le faire et ça allait être glauque, sûrement. Alors pour la première fois de sa vie, il répondit gentiment et honnêtement à un fille.

-Une bonne baise je suppose. Moi j'étais le trou, lui il était la saucisse. Quoi de plus simple? Après si ça te choque, bah regarde pas, qu'est-ce que tu veux que je dise?

Une réponse franche à une femme c'était vraiment la première, et Anne pouvait s'estimer heureuse. Mais ce qui était bien aussi, c'était que la réponse était servie crue, même si Liam l'aurait fait peut-être encore plus. Après cela, Liam s'arrêta pour chercher de l'essence au camp des brigands, et Anne se tassa, alors qu'ils avaient largement la place à quatre, car Nial, Anne et Jonh étaient des petits gabarits, et Liam n'était pas un gros addict à MacGerbal en surpoids intense. Après cette réflexion d'une philosophie extrême, pour éviter de sombrer dans l'ennui, Nial se concentra sur la route qui ne voulait pas défiler, car ils étaient encore à l'arrêt. Il n'attendait que ce moment où Liam allait rentrer dans la camionnette et redémarrer.

Mais non ce dernier ne voulait pas partir de ce campement maudit car il voulait se fumer un clope. Le tabac, c'était mal! Nial était totalement contre. Le sexe, oui, mais pas le tabac, ni l'alcool, et encore moins les drogues! Un esprit sain dans un corps sain bordel de merde! Cette règle simple était vitale pour une bonne hygiène de vie. Mais bon il faisait ce qu'il voulait ce Liam-ours-des-montagnes-hypersexuel-et-tout-le-tralala, c'était sa santé qu'il foutait en l'air. Et d'ailleurs Nial pensait qu'il avait aussi envie de foutre en l'air Anne et son esprit tout fragile. Nial attendrait dans la voiture autant de temps qu'il le faudrait, mais il n'allait pas sortir pour respirer cet air pollué par le tabac et les âmes errantes des bandits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 11 Juin - 19:12

Jonh se demandait sérieusement ce qu'il faisait dans ce camion. Non mais pourquoi est ce qu'il avait continué à suivre Liam ? Ce dernier lui avait juste interdit de se suicider et non ordonner de le suivre. Sur le coup le dépressif avait bien envie de se frapper la tête contre la vitre de la portière mais il tint bon. Éclairant la lanterne d'Anne qui semblait longue à la détente, Jonh ne mâcha pas ses mots, crachant sa jalousie avec. ce qui était tout à fait normal, non ? Quand on entendait quelqu'un qu'on aimait balancer qu'il allait se taper quelqu'un d'autre. Jonh savait très bien que l'hyper sexuel ne changerait pas, encore moins pour lui. mais bon, au point où il en était l'expression " se faire des illusions c'était le meilleur moyen d'être déçue" ne le touchait pas.

Il avait donc le droit de faire la gueule, tant pis si ça ne lui plaisait pas. Et vu ce qu'il venait de dire, là c'était tout à fait justifier. Comme si Jonh allait être le seul jusqu'à sa mort à se l'être tapé dans le monde réel...il était pas idiot. Enfin si, il était assez stupide pour être tombé amoureux d'un obsédé sexuel. Le dépressif avait bien envie de dire quelque chose, ses mots tournant en boucle dans sa tête mais seul son poing qui se refermait sur sa cuisse et son nuage au dessus de la camionnette qui les suivaient tel un mouchard montrait la colère qui montait à petit feu dans ses veines. L'envie de lui en mettre une aussi mais étant donné que Liam conduisait ce n'était pas très prudent. Anne semblait perdu par l'histoire entre eux. Ce qui était tout à fait compréhensible et Nial ouvrit enfin sa bouche, lui expliquant son lien avec le taulard. Il semblerait de toute façon que ce ne soit une nouveauté pour personne que les deux hommes aient partagé une même bassine. Cependant la demoiselle semblait avoir activé son pouvoir sans le vouloir, car en effet en y pensant Jonh ne l'avait pas croisé en allant dans la chambre de son ami - il n'était même plus sur du terme d'ailleurs.

- C'est ton pouvoir...tu dois avoir la faculté de remonter le temps de quelques secondes

Lâcha t-il d'une voix morne. La voyageuse reprit le sujet du paiement contredisant Liam sur le fait que ce qui se passait ici n'était pas rien. Ca c'était sur puisque on s'en rappelait en se réveillant, malheureusement.

La camionnette revint au campement des bandits et Jonh avait dans sa mémoire un souvenir très flou de qu'ils étaient devenus. En fait il ne préférait pas s'en rappeler...il valait mieux pour son estomac. Liam descendit et le reste de la troupe en fit de même. La dépressif étira ses jambes engourdis puis alla aider à charger les jerrycans. Et alors qu'il les déposaient dans le véhicule Liam réouvrit la bouche, fumant sa clope comme si ce qu'il venait de dire était tout à fait normal. Le sang du dépressif ne fit qu'un tour et sa main se referma volant en poing dans le visage du taulard. Qu'il veuille se taper des gens, ok mais qu'il l'insulte non ça Jonh ne pouvait pas passer au dessus.

- Je te permet pas de m'insulter ok ?? Tu me soûle Liam mais à un point !! je sais pas si tu te rend compte de tes paroles ou si tu as la mémoire courte mais moi j'en ai ma claque de t'entendre !!

Jonh prit sa hotte posé dans le coffre et sans demander son avis, de toute façon il était assez grand pour faire ce qu'il voulait.

- Continue sans moi, couches, violes qui tu veux je me casse ! Comme ça moi je serai épargné et toi tu pourra faire ce que tu veux !! On se croisera en enfer dans quelques années !!

Il était énervé, c'était assez clair, il fallait être aveugle pour ne pas voir ou bien même sourd avec le nuage qui tonnait. Il avait dit ça sans le regarder, parce que sinon il lui aurait encore mit un coup, le dépressif avait commencé à sortir du campement. Il ignorait la direction qu'il avait prit mais il s'en fichait. Ce qui comptait c'était de s'éloigner de cet homme qui allait le rendre chèvre ou plus fou qu'il n'était déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Liam Baldwin

avatar

Maladie mentale : Hypersexualité

Messages : 398

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1358 rubz

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Lun 11 Juin - 20:03

Alors qu’il tirait sur sa clope à défaut de le faire sur autre chose, Liam posait un regard rieur sur Anne. Son trouble était hilarant, entre ses interrogations sur les relations sexuellement conflictuelles qui les reliaient tous, sur son pouvoir fraichement découvert, sur la réalité de ce qui était vécu ici… Le comportement de Nial était aussi sujet à amusement, avec son extraordinaire détachement. Il semblait clamer « homme-objet ? Moi ? Oui, et alors ? ». Aucune fierté, aucune estime de soi, tout était bon pour parvenir à ses fins. La personne typique qu’il avait envie de punir pour lui faire comprendre que les moutons ne s’en tiraient pas indemnes éternellement. La suite du programme concernant Jonh était par contre tout sauf amusante.

Stoïque le tueur se massait sa mâchoire endolorie alors que le dépressif déversait sur lui sa haine et sa frustration. Il était drôlement remonté, bien plus que d’habitude, et l’hypersexuel brûlait de l’envie de lui rétorquer que c’était bien ce qu’il comptait faire oui. Violer et tuer tout son saoul jusqu’à ce que le monde soit tel qu’il le soit, et que son élève pouvait crever sur place s’il croyait qu’il changerait quelque chose à son comportement pour lui.

Puis peu à peu ses sourcils se froncèrent lorsque Jonh attrapa sa hotte et s’éloigna d’un bon rythme comme une femme faisant ses valises après une dispute conjugale. *Il va se retourner. Il va revenir sur ses pas et il oubliera, comme d’habitude*… sauf que ce n’était pas du tout ce qui était en train de se passer. Le temps que le trentenaire comprenne qu’il se faisait des illusions la silhouette de son amant disparaissait dans les hautes herbes.

- ‘Fait chier, cracha-t-il entre ses dents alors qu’il écrasait son mégot contre la tôle du véhicule, Bougez pas je reviens.

Ordre inutile quand on savait qu’il possédait les clés et que ni Anne ni Nial ne devait nourrir l’envie de se lancer dans un long périple à pied, sans carte ni boussole ni même objectif en tête. Il les planta sur place après avoir sauté de l’arrière de la camionnette et pressa le pas pour rejoindre Jonh dont la position était indiquée plus efficacement en lettres néon grâce à l’orage grondant qui le surplombait à quelques mètres d’altitude.

Rattraper sa cible n’était pas chose aisée vu l’avance qu’elle avait pris et ça lui laissait tout le temps de penser à la raison qui le faisait le poursuivre. Oui il l’appréciait, c’était un fait, mais de là à se crever le cul à lui courir après parce que mösieur avait ses règles ? Oui, il fallait croire que oui. Pourtant qu’est-ce qu’il était hein ? Juste un compagnon de voyage, un trou, un « ami », un souffre-douleur ? Tout était bon à prendre et pourtant ce n’était pas ça. Pas exactement ça en tout cas.

- Jonh ! Attends-moi bordel ! s’énerva-t-il en pressant le pas lorsqu’il réalisa que le nuage le semait.

Tout ça commençait à lui péter les couilles pour parler crument. Il ne voulait pas perdre Jonh, ni changer, alors quoi ? Équation impossible à résoudre ? Non, il refusait. Il avait déjà assez subi pour toute une vie, maintenant c’était lui qui tenait les rênes. La pression qu’exerçait le stylleffaceur dans sa poche le tentait grandement mais il préféra garder ça en ultime recours si jamais la discussion à venir ne menait à rien. Manipuler l’esprit des gens ne le dérangeait pourtant pas, mais le faire au dépressif lui laissait un arrière-goût désagréable sur la langue.

Tout en poursuivant sa route à travers les hautes herbes qui lui battait les hanches et lui fouettaient les bras, Liam finit par rejoindre son élève et lui attrapa l’épaule pour lui faire faire volteface. Ses yeux orageux lançaient des éclairs à l’instar de son nuage, rappelant à Liam leur première rencontre où il avait voulu sa mort. Etait-il dans le même état ? Pas exactement mais… pas loin. Beaucoup trop proche à son goût.

- Qu’est-ce que tu crois faire au juste ?! rugit-il sur un coup de tête avant de fracasser son poing serré sur la tempe de Jonh.

Le coup avait déstabilisé le dépressif, laissant libre court à la colère grandissante qui menaçait de faire exploser Liam à tout instant. Menacer ? Non, à vrai dire il explosait déjà. Sans réfléchir les mots coulaient à flots de sa bouche et le moins qu’on puisse dire était qu’ils étaient plus doués que le tueur pour expliquer ce qui se passait dans sa tête.

- Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Que je t’aime ?! Que je changerai pour toi ?! Je t’ai dis que c’était faux, que tu te trompais et pourtant tu ne rates pas une occasion de me jeter à la gueule que je te fais gerber ! Et tu fuis comme un lâche ! Tu parles de sentiments profonds… tu me laisses juste tomber comme les autres, comme Ella… et je devrais faire des efforts pour toi ? NE ME FAIS PAS RIRE !

Il leva son bras pour assener un nouveau coup au niveau de la mâchoire du dépressif mais sa main s’arrêta à quelques cm comme si un petit malin s’était amusé à appuyer sur le bouton pause d’une télécommande. Il était en colère, affreusement en colère et maintenant il savait pourquoi. Parce qu’il ne voulait pas être seul de nouveau. Parce qu’il ne pouvait être lui-même qu’avec Jonh et que cet enfoiré mettait les voiles dès qu’un problème pointait à l’horizon. Le lyncher était tentant mais ça ne résoudrait rien. Il était assez malin pour le comprendre.

- Ce que je fais, je ne le fais pas que par plaisir. Je pourrais t’aimer autant que tu veux que ça ne m’empêcherait pas de « coucher et violer » comme tu dis ! Je ne le fais pas seulement pour me vider les couilles, je le fais parce qu’il le faut. C’est la seule manière pour eux d’ouvrir les yeux ! Est-ce que tu peux comprendre ça ?!

C’était insensée, incompréhensible pour toute personne autre que lui-même mais il ne s’en rendait même pas compte. Tout son univers était en cet instant comprit dans les yeux gris de Jonh et dans le bruit assourdissant de son cœur qui lui emplissait les oreilles jusqu’à le rendre sourd.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Adonnel

avatar

Maladie mentale : sinistrose

Messages : 82

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse:

MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   Mar 12 Juin - 1:46

Les choses ne se passaient jamais comme on le souhaitait. C'était une leçon de vie qu'Anne avait assimilé depuis longtemps, et pourtant elle ne s'attendait pas à la moitié de ce qui venait de se passer. Quoique tout bien réfléchi, il était impossible qu'un groupe aussi étrange que le leur puisse fonctionner sans aucun problème. Même un groupe de quatre amis se connaissant depuis longtemps et vivant dans un monde normal finirait par se tirer dans les pattes au bout d'un certain temps. Alors à Dreamland, n'en parlons pas !

Ou plutôt si, parlons-en, tiens. Parlons d'un groupe aussi disparate que faire se peut. Comment Anna avait-elle seulement pu imaginer que leur voyage se déroulerait sans encombre ? En tout cas, plus elle y pensait désormais, plus elle voyait les énormes failles que contenait ce semblant de plan. Ils ne semblaient pas clairement savoir où ils allaient, ou du moins si ce n'était pas le cas l'information n'avait pas été divulguée à tous les membres. Alors si on ajoutait des tensions internes et un respect quasi inexistant à part dans quelques rares sens, le tableau n'était pas franchement beau. Et il se fissura bien vite.

A peine avaient-ils eu le temps de songer à reprendre la route après une courte pause que Jonh, s'énervant dans son bon droit suite à des insultes et autres sous entendus répétés, décida de partir seul de son côté. Après avoir donné un grand coup de poing au conducteur, sinon ce n'était pas drôle... Jaugeant la situation, Anne se dit qu'une décision aussi irréfléchie et spontanée ne pouvait qu'être mauvaise. En effet, bien que personnellement elle n'ait au affaire qu'à des hommes plus ou moins bien élevés - plutôt moins que plus d'ailleurs - elle se doutait bien que de sales bestioles devaient rôdes dans le coin. Et les herbes hautes, très hautes, qui dominaient dans la plaine étaient évidemment une cachette idéale. Les seules conclusions que put envisager Anne à la séparation de Jonh furent soit une mort des plus horribles, soit dévoré par une bestiole, soit pire, s'il en réchappait et se faisait capturer, si on pensait à ce dont les hommes étaient capables.

Juste au moment où elle se décidait à lui courir après car tout d'abord elle lui devait bien ça, et ensuite que c'était de la pure politesse que d'essayer de l'empêcher de faire une connerie mortelle, Liam la devança tout en leur ordonnant, à Nial et elle, de ne pas bouger. Bien, cela l'arrangeait, il était à l'évidence le mieux placé pour le ramener, bien que la brune doutât de la douceur de la méthode employée.

Anne se retrouva donc seule avec Nial, qui n'avait pas franchement l'air très enchanté par cette situation. Non, vraiment, même s'il avait relativement éclairé la lanterne de la jeune femme sur sa propre relation avec Liam, il était des plus froids envers elle, ce qui ne poussait pas vraiment à engager la conversation. Et puis, pour dire quoi ? Il avait l'air tellement heureux avec son chaton et ses dés... Non vraiment, elle avait beau vouloir y mettre du coeur, la brune ne pensait pas être la bienvenue pour l'interrompre dans ses pensées. Elle décida donc de ne pas parler.

Elle descendit de la camionnette pour le pas avoir à subir le silence pesant de l'intérieur du compartiment, et alla s'asseoir par terre un peu plus loin, suivant le nuage qui flottait, maintenant assez loin d'eux, pour se tenir au courant de la situation. Situation qui, pour le moment, était des plus tendues, si elle en croyait le tonnerre qui se faisait entendre du nuage d'un noir des plus intenses. Ce nuage, qui était donc un des pouvoirs de Jonh, en supposant qu'il en avait plusieurs. La brune pouvait maintenant l'affirmer avec certitute, étant donné qu'il lui avait lui-même parlé d'un pouvoir qu'elle possédait, celui de revenir en arrière, pour un laps de temps très court. C'était le seul point positif qu'elle pouvait tirer, pour le moment, mais là dans l'immédiat cela ne leur serait d'aucune utilité, bien que ce fut une information des plus intéressantes. Soupirant, elle se résigna à attendre en se sentant parfaitement inutile, vu qu'elle ne semblait rien pouvoir faire pour qui que ce soit ici.

Aux alentours de la camionnette, tout paraissait calme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séjour dans la plaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séjour dans la plaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: