AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 [job] Service de luxe (deuxième essai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Lun 19 Sep - 19:39

HRP 1 : Comme son nom l'indique, ce lancement est le deuxième pour ce job. Les précédents participants ayant abandonnés le forum, je le recommence comme si rien n'avait été fait... donc occupez-vous de votre aventure sans vous soucier de ce qui a pu être faire lors de la première version.


======

Les Redway habitaient à Socluse Lake, une ville perdue dans la plaine Félicité, à mi chemin entre Elipse et Gloutoniskaïa. Si on devait situer son époque, on pourrait lui trouver de fortes ressemblances avec le XIXè siècle anglais et sa période victorienne. On racontait que son nom lui venait de la première des grandes familles l’ayant habitée, les Socluse, qui avaient organisé de grands travaux qui s’étirèrent sur plusieurs années, qui eurent pour objet de dévier une partie du fleuve débouchant à Gloutoniskaïa afin qu’il se déverse dans un bassin de leur jardin. Désormais grande agglomération à peine industrialisée qui vivait de la culture de grands champs étendus aux alentours comme une ceinture cultivée, Socluse Lake était un endroit relativement paisible.

Très à l’écart des voies de chemin de fer modernes, c’est une vieille locomotive à vapeur qui permit à Allan, Angie, Jonh et Matthew de parvenir à la petite gare en bois de la localité. Un homme aux moustaches de morse, tiré aux quatre épingles dans son costume d’époque – monocle et montre à gousset en prime – était sur place pour accueillir les quatre voyageurs qu’il salua d’un signe de tête et d’une poignée de main que l’on jugerait grandiloquente, mais qui était pour lui tout à fait naturelle.

Cet homme se présenta comme Oliver Stanford, ami de confiance du couple de marié et chargé de superviser l’organisation de la fête de mariage. Il conduisit ses employés vers une voiture tirée par deux chevaux au crin soyeux qui brillait au soleil. Une fois tous les cinq installés et bercés par les claquements réguliers des sabots au trot, il commença à informer ses passagers :

- Bien, vous êtes ici pour aider le service de domestiques des Redway à assurer le bon déroulement de la fête de mariage. Les cuisiniers sont déjà aux fourneaux et les autres, s’ils ne sont pas à la cérémonie, sont occupés aux tâches ordinaires et à la préparation de la chambre nuptiale. Vous allez d’abord devoir disposer la terrasse de réception.

L’hôte se tut sur ses mots, laissant le tumulte de la rue prendre le pas sur son silence. Ils finirent par arriver à une grande maison victorienne, à l’écart du centre-ville, dont une grande place dallée à l’arrière mangeait la majorité de l’espace du jardin. Une estrade était déjà montée dans l’herbe, sous un paravent en toile qui frémissait régulièrement sous les coups de vent capricieux. D’étranges lampadaires à huile étaient disposés à des endroits stratégiques de l’espace, près à être allumés le moment venu. Sur l’espace dallé, de longues tables en bois avaient été mises bout à bout selon deux lignes parallèles qui laissant entre elles un vaste champ libre. Dans un coin, des bancs étaient sagement alignés, bronzant au soleil doux de la région.

Un jeune domestique en tenue de service s’approcha d’Oliver et de ses hôtes. L’homme à moustache le désigna d’une main avant de continuer les explications entamées dans la voiture :

- Voilà Fred. Il vous fera visiter toutes les pièces de la maison auxquelles vous allez avoir besoin d’accéder, puis il vous amenera vous changer dans les salles de bains. Nous avons plusieurs tailles de tenues, j’espère qu’il y en aura au moins une qui vous ira.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

- Votre première tâche sera de balayer la terrasse et de mettre les tables. Il faudra disposer les nappes, les dessous d’assiette, les assiettes, les différents types de couverts, les différents verres, les dessous de plat, les cuillères, les serviettes pliées, la décoration, et les bancs. Fred vous montrera où trouver tout ça et si j’en ai oublié, il se chargera de me compléter. Dépêchez-vous, vous avez 3 heures et il y a plus d’une centaine de couverts à installer.

Oliver regarda ses employés s’en aller d’un œil légèrement soucieux. Assez atypique comme équipe, mais il espérait qu'elle soit efficace !


=== hrp ===

Vous êtes libre d'improviser énormément de choses, mais essayez de rester logique... il n'y a par exemple aucune raison que vous visitiez les chambres, le coffre familiale ou les caves à vins... et essayez également de rester dans l'époque. Ne décrivez pas la cuisine avec un micro-onde et une poêle Teffal.

Vous êtes aussi libre de votre organisation, de la décoration de la table, de la pliure des serviettes, de la façon de mettre le couvert, etc... mais forcément, meilleur sera votre service, mieux vous serez payés à la fin.

Vous pouvez faire parler Fred pour des choses standards, mais ne développez pas sa psychologie, ni ne transformer son rôle dans l'histoire. Il est juste là pour vous guider de loin dans votre boulot, et il n'aura aucune autre utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Mer 21 Sep - 18:20

Derrière les rideaux de la carriole, Matthew observait l'étendu d'herbe verdoyante. Ce spectacle si beau contrastait parfaitement avec le paysage urbain et marin qu'il côtoyait. Il n'y avait là point d'odeurs fétides d'égout, de snack bar, point d'effluves d'alcool ou d'iode marine. Aucun crachat par terre, de vomi dévoré par les pigeons, ni de tessons de bouteilles, juste un paysage rural sans l'ombre de l'homme. Il inspira profondément l'air qu'il savait pur et regarda plus attentivement les trois autres passagers. L'unique femme du groupe se trouvait en face de lui. Elle regardait elle aussi par la fenêtre de la voiture. Sa manie de mâchouiller le médaillon qu'elle portait autour de son cou, le fit tiquer de l'oeil. Les deux se trouvaient respectivement à côté d'un homme à l'apparence soignée. Matthew avait lui aussi fait un effort, comme aller chez le barbier pour éviter de nouvelles plaies au visage, preuves de son incompétence. L'homme plus âgé à la tenue impeccable, sifflait dans un but obscur. Le second aux côtés de Matthew restait impassible, avec une once de mystère sur son regard.
Plus tard, ils arrivèrent devant une demeure insolite : une maison d'un style révolu mais bel et bien là.

-Des quakers, murmura Matthew, sortant de la carriole.

Le moustachu qui les avait conduit jusqu'ici, les confia à Fred leur instructeur. Sous ses consignes, le petit groupe se dirigea vers les salles de bain. Matthew enfila la tenue de majordome sans trop de difficultés, mais le noeud papillon lui donna du fil à retordre. Dans le couloir, il réajusta ses mains gantées de blanc. Mis à part les petites cicatrices sur son menton, il était tout à fait présentable. Patiemment il attendit ses collègues dans le Hall, tout en faisant le pitre devant la glace disposée à l'entrée.

-Mesdames, voulez-vous un rafraîchissement ? Ces messieurs veulent-ils boire ?

Un toussotement le fit sursauter.

Fred, discret, se trouvait derrière lui. Devant l'air consterné qu'il affichait, Matthew balbutia avant de pouvoir dire enfin :

-Je-je vais sur la terrasse.

Il contourna le domestique, manquant de renverser une table sur son chemin puis le vase qu'elle supportait. Fred regretta de l'avoir laisser entré, pensant qu'il y avait un risque pour son emploi. Après tout les apparences sont ce qu'elles sont, peut-être fera t-il un excellent travail en contre partie. Sa lueur d'espoir s'éteignit avec les paroles de son apprenti..

-Excusez-moi, dans quelle direction se trouve la terrasse ?

Le domestique leva les yeux au ciel, maugréant dans sa barbe.

-Dieu, mais que nous as-tu envoyé..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Jeu 22 Sep - 21:01

Allan avait pris un train pour le moins étrange : Une locomotive à vapeur. A l'intérieur, seul sur son siège, il vit le paysage transformer petit à petit la ville en champs, jusqu'a ce qu'aucune trace de vie ne pue se voir. C'est dans une gare totalement déserte qu'Allan prenait son terminus. Le pied à terre, il regarda autour de lui. Le lieu semblait abandonné. Seul un homme vêtu de manière totalement démodé mais extrêmement classe avec son monocle attendait patiemment la venue du train. Très certainement son employeur. A la suite d'Allan, trois autres personnes sortirent du train : un jeune homme qui fit forte impression à Allan (contrairement aux deux autres), bien habillé, bien coiffé, beau garçon. Le deuxième lui semblait du même age, mais beaucoup plus relâché, bien moins aux soins de sa personne. Quand à la troisième, une fille encore mineur à première vue. Cette dernière négligeait complètement son look et bien que sa beauté rattrapait ses vêtements, Allan espérait qu'il n'allait pas être sanctionné pour la négligence de sa collègue de travail.

Ils grimpèrent dans un carrosse qui extériorisait un véritable signe de richesse. Allan pris place aux cotés de a jeune fille. Sur le chemin, Oliver leur fit un briefing de leur mission q'Allan qualifia de bien trop vague mais se retint de le dire, craignant pour son salaire. Il improviserait, bien qu'il n'aime pas ça.
Un silence oppressant prit place une fois le discourt d'Oliver fini. Allan aurait voulu faire connaissance avec les autres employer, mais il craint la réaction d'Oliver s'il apprenait que tous étaient des voyageurs. Ils l'étaient tous, ça Allan n'en avaient aucuns doutes. A part peut-être le mec en costard, mais l’excentricité vestimentaire des deux autres flashait tellement qu'ils auraient eu une pancarte "nous sommes es voyageurs" sur le front, rien n’aurait changés. Aussi passa-t-il le temps en sifflotant l'air d'une musique qu'il appréciait.

Le carrosse s'arrêta et Allan put apercevoir une véritable maison de type victorien. La demeure semblait avoir été bâtie dans les années dix huit cent mais avec la vétusté d'une maison de moins de cent ans. Une telle bâtisse, à San Francisco, valait bien dans le million de dollars, et encore, les stars d'Hollywood se l'arracheraient pour des sommes exorbitantes. Et Allan s'y connaissait, il était dans le domaine de la vente immobilière.
Allan suivit le groupe tout en s'émerveillant à chaque nouveau pan de mur, chaque objet antique, chaque vêtement porté.

Oliver leur présenta Fred puis leur tenu. Allan sourit à la pensé que la seule chose qui allait changé chez lui, c'est le passage de la cravate au noeux papillon qui allait le passé de l'homme d'affaire à l'homme à faire. Allan se dirigea avec sa tenue dans la salle de bain, accompagné des deux autres hommes. Allan s'habilla en vitesse, il avait largement l'habitude de se soigné et enfila donc son costume de l'occasion avec grâce et une dextérité. L'homme aux vêtement négligé sorti le premier, après s'être habillé "à la vas-vite". Après avoir vérifié une dernière fois que on noeud papillon était correctement aligné avec l'ourlet de son manteau, Allan sorti le deuxième, juste à temps pour voir Matthew manquer de renverser un vase. Allan se mordit la lèvre devant la chance insolente du jeune homme. Comme pour l'achevé, il demanda son chemin. Allan ne su que faire, complètement mal à l'aise. Aussi se placa-t-il à coté de Fred. Main dans le dos, il se racla la gorge pour attiré l'attention du Majordome.

Hum... Si vous me permettez, je suis prêt à commencer. Je vous laisse le soin de me présenter les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Ven 23 Sep - 10:49

Angie assise dans un très vieux train, regrettait déjà d'avoir répondu à l'annonce des Redway, certes il était évident qu'elle avait besoin d'argent pour vivre, survivre serait même plus juste. Mais quelle idée lui avait traversé l'esprit ? Comment allait-elle pourvoir gérer tout ça ?

Elle qui avait horreur de la nouveauté, allait être servi...

- A un mariage en plus ?! se murmura-t-elle.

Les mariages... elle en avait horreur... Le divorce de ses parents était pour la jeune fille la preuve que l'amour n'existait pas, il était clair pour elle qu'un homme et une femme ne pouvaient pas vivre éternellement ensemble, ils sont tellement différents. Elle qui était en âge des premières amourettes d'adolescente n'avait encore jamais connu le goût d'un baiser et rien que de songer à cette idée, une expression de dégoût se dessina sur son visage pâle.

Le voyage ne fut pas très long mais très chaotique, le vieux train remuait un peu trop à son goût, il freinait trop rapidement avant d'accélérer de plus belle. Sa tête avait plusieurs fois tapé dans le fin vitrage qui se trouvait à sa gauche. Angie n'avait même pas pris le temps d'admirer le paysage, elle était trop occupée à essayer d'imaginer le déroulement des événements qui allaient pointer le bout de leur nez. A la descente du train, elle se retrouvait en compagnie de plusieurs personne qu'elle ne connaissait pas. Elle était désormais entourée par quatre hommes, tous plus âgée qu'elle. Un frison s'empara d'elle, se retrouver en présence que trois hommes pour effectuer ce travail, rendait la tâche encore plus difficile. Elle essaya maladroitement de retenir sa gêne quand un homme s'approcha d'eux. Il se présenta rapidement, Angie ne pouvait pas détourner son attention de l'étrange allure de l'homme. Elle avec son jean troué et ses cheveux en bataille et lui avec ses vêtements tout droit sortis d'un bon vieux roman qu'on lit tranquillement au coin du feu pendant un rude hiver.

L'homme se prénommait Olivier, il les accompagna vers une drôle de voiture, tirée par deux puissants chevaux. Ils s'installèrent rapidement dans ce moyen de locomotion. Olivier commença à leur expliquer les différents travaux qu'ils devraient accomplir durant la fête. Angie n'avait pas tout compris, encore à moitié perdue dans ses pensées, mais elle n'osa pas demander à l'homme de se répéter. Elle suivrait le groupe et advienne que pourra...

La jeune femme n'osait pas lever les yeux, elle fixait inlassablement ses genoux. Les quatre hommes qui l'accompagnaient la terrorisaient. Après les courtes explications d'Olivier, plus aucun bruit ne faisait entendre, seul l'homme, assis à ses côtés, sifflotait un air de musique qu'elle ne connaissait pas.

- J'ai vraiment l'air d'une idiote, souffla-t-elle.

Il lui fallut une dizaine de minutes pour enfin quitter la salle de bain et oser se montrer ainsi. Elle sortit tête baissée, essayant maladroitement de descendre la robe un peu plus bas. Ne voyant pas que deux de ses compagnons étaient déjà là, elle fonça dans l'homme qui était assis à ses côtés lors du voyage...
Revenir en haut Aller en bas
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Ven 23 Sep - 17:15

Coincé entre trois personnes, deux hommes et une jeune fille qui semblait avoir moins de vingt ans, Jonh se trouvait à l'intérieur d'une vieille locomotive. Qui aurait pu croire qu'il voyagerait dans l’ancêtre du train ? pas lui en tout cas, du moins avant de connaître ce monde où tout semblait être possible...Le dépressif n'avait rien dit pendant le voyage mais fronçait les sourcils de temps à autre sur les sifflements persistants de l'un d'entre eux. C'était un homme présentable et loin d'être moche, le parfait exemple pour les qualités requise pour le travail demandé. Pour ce qui était des deux autres...l'un avait des coupures comme si il n'arrivait pas à se raser correctement et la demoiselle ne semblait pas prêter attention à son apparence. Quelle fine équipe...

Ils arrivèrent enfin à la gare de destination où un homme les attendaient, il se présenta comme Oliver, un ai des jeunes mariés et le groupe se mit en route à l'intérieur d'une diligence puis pendant le trajet leur expliqua ce qu'ils devaient faire. Ca ne devrait pas être compliqué si bien sur, ses collègues n'étaient pas des attardés.
Une maison, ou plutôt une sorte de manoir apparut bientôt devant leur yeux. Et si Jonh se croyait dans une célèbre série télé il espérait que les propriétaires n'avaient pas de pouvoir. Oliver les mena à l'intérieur et leur présenta Fred, qui leur servirait de guide. Après avoir expliqué les tâches, les voyageurs allèrent dans la salle de bain afin de se changer dans la tenue mis à leur disposition. Jonh avait l'habitude de porter des costumes, seul le papillon changeait un peu mais pas besoin d'avoir fait de hautes études pour le mettre convenablement.

Une fois sur d'être impeccable, le dépressif alla rejoindre les autres et retint un soulagement lorsque l'un des deux hommes failli casser un vase. Ca aurait bien commencé...
Comme demandé Fred les conduisit à la terrasse où des feuilles trainaient dessus et quelques saleté dû au vent.
Leur "chef" les informa que des balais se trouvaient à leur disposition contre le mur dans un coin, sortie d'avance ainsi qu'une pelle pour ramasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Sam 24 Sep - 16:58

Matthew s'efforçait de faire un large sourire au domestique comme pour effacer son désespoir. Sa maladresse maladive le perdrait un jour comme elle avait fait disparaître ses parents. Cette idée noire lui traversait l'esprit à chaque faute qu'il commettait. Alors que son supérieur s'apprêter à lui remonter les bretelles, tous deux entendirent quelqu'un tousser. Allan, c'était le prénom par lequel Fred l'avait appelé. Le troisième homme de l'équipe s'avança lui aussi. Fred écoutait leur requête avec attention, tout en jetant un coup d'oeil à leurs uniformes impeccables. Il ouvrit une des nombreuses portes du couloir et fit signe de le suivre. Sans plus attendre, il s'y engagea suivi par M. Matrevis. Resté en retrait car il était plongé dans ses pensées, Matthew fut témoin de la collision entre Allan et la jeune fille dont il ne savait même pas le prénom. Ceci dit, il décida de ne pas s'attarder en arrière. Il suivit l'itinéraire balisé par les portes restées ouvertes. Quand il arriva sur la terrasse, son collègues moins long à la détente rassemblait déjà les feuilles mortes en petits tas.La terrasse vaste et à ciel ouvert débouchait sur le jardin de la demeure bordé par des rosiers, rouges comme ceux d'un certain conte de Lewis Carroll. De nombreuses fleurs de couleurs vives ornaient ce petit paradis. Les dalles étaient recouvertes de diverses feuilles brunes ou jaunies et devaient disparaître. Fred rassemblait sur une table les assortiments de couverts et tout ce qu'ils devraient placer après avoir rendu présentable le lieu de la réception. Peu rassuré par le regard qu'il lui affichait, Matthew se rapprocha du mur et saisit un balai.

"Au boulot, Matthew.." pensait-il, tout en passant sa main dans ses cheveux.

Soucieux de montrer son efficacité, Matthew se mit à balayer frénétiquement l'espace qu'il devait embellir. Certaines feuilles décomposées s'accrochaient au sol, d'autres plus petites étaient plus difficiles à déloger et d'autres encore abritaient de petits insectes rampants. Pour décoller les feuilles, il devait frotter énergiquement. L'énergie, ce n'était pas ce qui lui manqué.. et puis il reprenait goût au travail. Ce n'était pas si mal après tout. Mieux que de finir en ermite sur un bateau. La reconstruction identitaire de Matthew venait tout juste de commencer. Un vent capricieux souffla sur la terrasse emportant les feuilles respectives des tas de Jonh et Matthew. Tel que Sisyphe le fit avec sa pierre, les deux hommes s'efforcèrent de rassembler à nouveau les feuilles égarées. Une nouvelle brise fit voler leurs efforts en éclat. L'acharnement n'étant pas toujours la meilleure des méthodes, Matthew réfléchissait à une autre option. Justement, il vit une pelle contre le mur et quelques sacs poubelle vides qui n'attendaient que d'être remplis. Il tendit la pelle à l'homme et montra le sac.



Dernière édition par Matthew Owens le Dim 25 Sep - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Dim 25 Sep - 8:41

Fred semblait à peine avoir écouté Allan. En fait, il zieutait la tenue du jeune homme « classe ». Lui au moins, il sait s'habiller pensa Allan. Trop absorbé à reluquer la tenue du jeune homme, il ne vit pas la retardataire qui, par manque d'attention, lui rentra dedans. Allan manqua de trébucher. Il se retourna et vit le regard apeuré de la petite. Allan posa sa ain sur l'épaule de la jeune femme et lui sourit :

ça va petite? Tu ne t'es pas blessé?

Allan jeta un regard à Fred avant de rapprocher sa bouche de l'oreille d'Angie et il lui susurra :

Fait attention où tu va la prochaine fois. Il faut que l'on se mette le majordome dans la poche si on veut être bien payé.

Le groupe avait déjà avancé. Ne voulant faire mauvaise impression en restant à la traine, Allan invita Angie à le suivre et il entama une marche rapide. Il avança tout droit à travers les portes ouvertes, puis à droite, contournant un escalier qui grimpait à l'étage. Il n'avait même pas pris le temps d'observer les pièces et n'arrivait à penser à rien. Sa seule pensé était d'avoir perdu le groupe et du coup paraitre en retard et fainéant. Raaaaa!
Ne prêtant même pas attention à savoir si la jeune femme le suivait ou pas, Allan accéléra encore plus le pas. Pas bien longtemps, car il arriva sur une pièce où son odorat le sorti de sa semi-transe : ça sentait la viande cuite au bois. Le trentenaire regarda le lieu et resta bouche béé devant les couteaux qui se balançaient sur des rôtis et des légumes, les casseroles suspendues un peu partout et les vas-et-viens des cuisiniers avec leur traditionnel tablier et toque. Comment avait-il fait pour se retrouver dans la cuisine?

Confus, Allan resta interdit quelques instants avant de porter son attention sur un homme qui donnait les ordres aux autres, passant de cuisines en cuisines. Le trentenaire décida d'avancer entre les cuisto qui lui jetaient des regards interrogateur ou l'ignorait totalement. Allan zigzagua ainsi entre le personnel de cuisine jusqu'à un homme très... boudiné, dont le visage était coupé en deux par une grande moustache pas bien épaisse mais taillé en longueur. C'est dans la gêne qu'Allan l'aborda :


Excusez-moi. Je fait parti du personnel d'entretien. J'ai été retenu par un imprévu et je me suis retrouvé séparé de mon groupe. Ne connaissant pas les lieux je me suis perdu. Je suis vraiment désolé, c'est bête je sais. Pourriez-vous m'indiquer comment rejoindre la terrasse?


Dernière édition par Allan Mc Douglass le Lun 10 Oct - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Lun 26 Sep - 9:59

Le choc entre le jeune homme et Angie n'avait, heureusement pas été très violent, juste assez pour déstabiliser la jeune fille un peu plus. Elle n'était vraiment pas à sa place en ce lieu et qui plus est dans cette tenue bien trop vulgaire pour elle. Son simple jean déchiré lui manquait atrocement. L'angoissée aurait aimé pourvoir s'échapper de cette immense maison, mais elle n'avait malheureusement pas le choix, elle avait signé un contrat, elle devait respecter son engagement quoiqu'il lui en coûte !

Elle leva les yeux timidement vers l'homme, il la regardait... La jeune fille ne savait que faire et encore moins comment réagir, ses joues rougirent... Le jeune homme posé délicatement sa main sur son épaule, ce contact la fît immédiatement frissonner allant jusqu'à la pétrifier sur place. Elle n'avait aucun moyen de faire demi-tour, elle se trouvait là face à un homme qu'elle ne connaissait pas.

- Pourvu qu'il ne m'adresse pas la parole, pensa-t-elle en son for intérieur.

Mais c'était trop tard, il lui parlait et ses mots résonnaient dans sa tête...

Il s'était approché d'elle pour lui murmurer ces quelques paroles, elle avait senti son souffle contre son cou dénudé, un souffle chaud, doux, qui montrait une respiration régulière de la part de l'homme. Elle aurait voulu pouvoir lui répondre mais les mots ne sortaient pas, lui dire que tout allait bien pour elle mais ça n'aurait été que pure calomnie.

Angie resta là, immobile, pendant quelques minutes, quant à l'homme, lui, il était parti rapidement. Elle n'avait pas la force de le suivre et c'est sans réfléchir qu'elle tourna les talons et s'enferma dans la salle de bain, qu'importe le boulot qu'elle avait à faire, le contact avec cet homme l'avait troublé. Elle se posa à même le sol, s'adossant contre un mur, la tête entre ses mains, elle n'arrivait pas à penser à autre chose que ce souffle contre sa peau. Trop de questions explosaient, les unes après les autres, dans sa tête. Une sensation étrange la submergeait. Un sentiment nouveau s'était emparé d'elle. Certes, Angie était tétanisée par ce qui venait de se passer, mais elle ne pouvait pas dire qu'elle n'avait rien ressenti, justement c'était tout l'inverse et ça lui faisait davantage peur. Elle n'osait pas s'avouer à elle-même qu'elle avait apprécié ce contact, qu'une chaleur étrange avait brusquement surgi au fin fond de son âme.

Qu'est-ce qui se passait ?!

Angie devait absolument reprendre le dessus sur ses émotions avant d'aller s'aventurer hors de la salle de bain...

Spoiler:
 

EDIT (Jade) : Pas de copier coller de dialogues, comme dit dans le règlement. j'ai supprimé ce qui n'avait pas à se trouver là. Préfère une reformulation narrative quand tu veux qu'on comprenne à quoi tu réagis.


Dernière édition par Angie Koffman le Sam 15 Oct - 18:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Lun 10 Oct - 19:39

Le chef cuisto tourna son visage sur Allan. L'homme se redressa de tout son haut et serra des bras. Il pris le temps pour sortir ses mots, d'un ton on ne peut plus hautain :

Tien donc. V'la aut' chose : d'la bleusaille. Dit-donc gringalet, t'es pas payé à rester les bras croisés non? retourne travailler immédiatement!

Voilà le genre d'agissement qui mettait Allan encore plus mal à l'aise. Super. Allan cherchait son calme : Surtout éviter de paniquer, Allan. Tu n'as pas la situation en main certes, mais ce n'est pas dramatique. Voiiiilà, expire un bon coup.

Vous m'en voyez confus, mais justement, ma venue à vous est à but pour vous demander où est...

En-tê-té en plus hein? J'ai dit dégage tire-au-flan, avant que je ne te fasse virer à grand coup de pied au cul!

Allan s'interrompit aussi sec. Venait-il de lui couper la parole? Qu'est-ce qu'il n'allait pas chez ce pachyderme en complexe d'infériorité? Décidément, tout les dreamlandais sont fous! Allan serra machinalement l'embout de sa cravate. Ha? De son noeud papillon plutôt, extériorisation de son stress et de son mal-être. Il aurait bien voulu rétorquer quelque chose, mais il savait que gras-double ne le laisserai pas parler et qu'il perdrait son travail en prime. C'est ainsi que le trentenaire fit demi-tour, tremblant de stress et de frustration. C'est qu'une fois de retour dans le hall qu'Allan maugréa dans sa barbe inexistante :

Aussi gros que vaniteux celui-là. Dans d'autres conditions, il en aurait pris pour son grade!

Allan avait trop l'habitude de sa place de chef d'entreprise plein de relations pour gagner n'importe quel type de combat uniquement avec de simples mots. Il avait encore du mal à accepter le fait qu'il n'avait plus aucun pouvoir, pus aucune emprise sur les autres, qu'il n'était plus rien de plus qu'un homme en cravate.
Il souffla une dernière fois pour évacuer et interpella une personne aléatoire pour lui demander son chemin. Par chance, la dite-personne fut plus enclin à lui montrer sa route. Les pulsations trop rapides du coeur d'Allan s’atténuèrent alors qu'il arriva sur la terrasse. Le ramassage des feuilles avaient déjà bien avancé. allan ferma les yeux quelques instant, profitant des caresses du vent sur sa peau. Il se sentait enfin apaisé. Allan tapa dans ses mains avant de saisir un ustensile de nettoyage :

Excusez mon retard, je me suis égaré. Rattrapons le retard perdu.

Le trentenaire fronça alors les sourcils en examinant es alentours :

Je ne vois pas la jeunette, elle n'est pas avec vous?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Sam 15 Oct - 18:30

Le temps semblait s'écouler tellement lentement, Angie avait l'impression d'être dans cette salle de bain depuis des heures. Toujours recroquevillée sur elle-même, ses jambes commençaient à la faire souffrir, l'engourdissement de ces dernières la poussa à se lever malgré elle.

- Aïe !

La jeune angoissée tourna en rond dans cette petite pièce, le fourmillement intense qui avait élu domicile dans ses membres s'estompa peu à peu. Plantée, telle une statue, elle fixa longuement son reflet dans l'immense miroir qui ornait un des murs de la pièce. Ses cheveux tombaient maladroitement sur ses épaules, son teint pâle lui donnait un air de malade. La solitude commençait sérieusement à lui peser, Angie avait l'habitude d'être accompagné de son père, il était toujours là pour la motiver à avancer. Mais il fallait se rendre à l'évidence, elle était désormais seule face à son destin, seule devant tous ces inconnus qui la terrifiaient.

Angie prit enfin conscience que le fait de rester cloîtrer dans ce lieu n'arrangerait pas les choses. Elle s'avança rapidement vers la porte et l'ouvrit avec force avant de ne plus avoir le courage de le faire. Il était maintenant trop tard, elle ne pouvait plus faire demi-tour. Ses yeux balayèrent d'un regard furtif les alentours, Angie avait l'impression que tout le monde la dévisageait. Apeurée et les joues rougies par la honte, elle cherchait désespérément un de ses compagnons de fortune.

- Il est là ! hurla la jeune fille.

En effet, elle pouvait distinguer, au loin, la silhouette de l'homme qui lui avait parlé auparavant. Angie s'empressa d'aller dans sa direction, fonçant la tête baissée afin de ne pas avoir à rencontrer un des invités... Trébuchant sur un tapis, elle eut juste le temps de se rattraper au coin d'une table pour ne pas s'étaler par terre comme une loque.

- Quelle idiote je suis ! marmonna Angie en replaçant sa robe correctement. Elle n'était plus qu'à quelques pas des autres... Oserait-elle s'avancer davantage ? Allait-elle avoir le courage de leur parler ? Angie n'en était vraiment pas certaine, elle tremblait de tout son corps, elle était prête à s'enfuir quand la voix de l'homme se fît entendre, demandant si la jeune fille était présente...

- Je.. je suis là, derrière vous ! bafouilla Angie.
Revenir en haut Aller en bas
Jonh Matrevis

avatar

Maladie mentale : Trouble bipolaire IV

Messages : 232

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1120 rubz

MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Sam 15 Oct - 19:10

Ce travail ne promettait pas d'être amusant, en même temps pourquoi le serait il ? Et en plus de cela le vent se jouait des balayeurs en réduisant à néant le travail accompli par les balais. Jonh soupira et son regard fut capté par une pelle que lui tendit l'un de ses collègues en désignant par la même occasion la poubelle. Il ne semblait pourtant pas au dépressif que le jeune homme était muet...Il suivit ce dernier en hochant la tête et prit la pelle avec sa main. Une fois que l'autre se soit ramené avec le sac ils mirent les feuilles à l'intérieur.
C'est à ce moment là que l'autre homme qui les accompagnaient fit enfin son apparition, s'excusant de son retard en disant qu'il s'était perdu. Dans une aussi grande maison ce n'était pas étonnant.

- Ce n'est pas grave

Le nouveau venu regarda alors autour de lui comme si il cherchait quelque chose puis demanda où était la fillette. Parlait il de la demoiselle qui était avec eux ? Jonh s'apprêtait à répondre à la question mais fut devancé par la disparue qui avait réapparue. Bon tout le monde était là apparemment.

- Bon alors je propose qu'on se mette au travail si on veut pas se faire crier dessus...Et je m’appelle Jonh si jamais vous avez de m'appeler


C'était toujours bon de mettre un nom sur une tête que de héler les gens, en sachant que il y avait 99,99% de chance que tout le monde se sente concerné par un "hé" et soit alors déconcentrer de sa tâche.
Une fois les présentations rapides faites, le dépressif retourna à son ramassage de feuilles avec Matthew en tant que coéquipier. Il espérait qu'il n'y ai pas de boulette dans cette aventure, déjà ne pas déprimé serait une bonne chose pour que son nuage se tienne tranquille, alors ne pas avoir de contact de peau avec ses collègues serait une bonne idée. Pour ce qui était autres, apparemment leur pouvoir n'était pas voyant au premier regard. Du moins en les scrutant comme maintenant, ce qui d'un point de vue extérieur pourrait faire peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exil.hypeforum.net/t105-jonh-matrevis
Matthew Owens

avatar

Maladie mentale : Ailourophobe

Messages : 114

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 608 rubz

MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Dim 16 Oct - 11:01

Absorbé par le ramassage de feuilles avec son partenaire, Matthew avait presque oublié qu'ils étaient quatre. Comme les quatre mousquetaires. N'ayant pas remarqué Allan, il sursauta quand celui-ci claqua des mains. Il essaya de dissimuler tant bien que mal la légère inquiétude qu'il avait. Bien, les trois hommes étaient réunis à présent mais la jeune fille manquait à l'appel. Son absence fut de courte durée, car elle reparut derrière leur aîné. Il ne pouvait qu'appuyer les paroles de Jonh : montrer leur efficacité devenait la priorité absolue.

-Et si on travaillait en binôme ? Vous deux, et Jonh et moi. Les bourrasques nous freinent dans notre démarche et le mieux est de les ramasser illico après les avoir groupées,
proposa Matthew.

Parcourant la terrasse du regard, il vit qu'il restait encore une bonne surface à nettoyer. Contre le mur de la demeure s'agençaient les sacs plein, preuve de leur activité. Bientôt cette masse compacte grossirait plus vite avec la participation des deux retardataires. Depuis quand n'avait-il pas travaillé en équipe ? Au fond de lui-même, cette sensation de retour en arrière ravivait des souvenirs en lui. Des moments qu'il avaient partagé, des discussions qui pimentaient la journée et la faisaient passer plus vite. Autant de choses qu'il avait abandonné, le poursuivaient désormais ou hantaient ses nuits. Mal à l'aise par les pensées qui lui traversaient l'esprit et le faisaient grimacer, il changea d'attitude : il ne regarda plus personne droit dans les yeux. Il ne les fixait plus de crainte qu'ils ne remarquent la tristesse qu'il éprouvait d'un simple regard. Il faisait parti de ces gens, croyants que le regard aussi perçant qu'il ne l'était trahirait leur humeur. Bref il s'installait volontairement dans la solitude de manière excessive, mais elle lui permettait en contrepartie de lutter contre ses démons.

Par cette rupture, Matthew redoubla d'efforts. Le retard qu'ils pouvaient prendre, serait gênant dans la mesure où l'ultime tâche : la plus importante serait bâclée.

Après un long moment, la terrasse rayonnante allait pouvoir accueillir le mobilier festif. Les tables en bois relativement longues et lourdes dont l'alignement régulier lançait un air de défi à ceux qui les contemplaient. De toute évidence, une bonne coopération entre les travailleurs en viendrait à bout. Matthew, timidement exposa son idée aux autres. Sans relâche il fixait le sol, obstiné.

-Deux de chaque côté. Nous dépenseront moins d'efforts de cette façon..

Il attendait silencieusement l'accord de ses collègues, sans qui le labeur aurait prit plus de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   Lun 6 Fév - 16:40

Devant l'inactivité de ce topic, les déserteurs et l'indisponibilité d'un des deux rescapés pour poursuivre... je me vois contraint de fermer ce job. Comme vous n'aviez pratiquement rien fait, votre indemnisation ne s'élève qu'à 23 rubz au lieu de la base évolutive de 300 qui était proposée.

En espérant vous retrouver plus actifs sur d'autres job, à bientôt les amis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [job] Service de luxe (deuxième essai)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[job] Service de luxe (deuxième essai)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Imaginaire :: Plaine Félicité-
Sauter vers: