AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 Ace Ridley, haï des pompiers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ace Ridley

avatar

Maladie mentale : Pyromane

Messages : 492

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 688 rubz

MessageSujet: Ace Ridley, haï des pompiers.   Dim 4 Sep - 16:36


Nom : Ridley
Prénom : Ace
Age : 23

Physionomie : Grand et peu musclé, Ace est quelqu'un d'assez fin. Il a un visage assez carré et des traits que certains pourraient trouver mauvais. Ses yeux sont gris, gris cendre et son teint pâle ne contraste que très peu avec ces derniers. Ses cheveux, quant à eux, sont noirs tirant vers le brun. Ses mains sont comme son corps : fines. Bref ! Vous l'aurez compris, il est loin d'être un bûcheron. Il a d'ailleurs une méthode... Bien à lui pour abattre les arbres.

Vêtements : Dans un style sobre mais quelque peu recherché, Ace revêt souvent des jeans et des chemises de marque. Seulement ces derniers portent souvent les séquelles des activités de leur propriétaire : traces de brûlure et marques faites par la cendre sont l'apanage de ce linge.

Signe Distinctif : Bien qu'il puisse paraitre froid au premier coup d’œil, Ace laisse assez souvent transparaitre des sourires inquiétants, moqueurs et méprisant. Une vraie tête à claque. De plus, il laisse la plupart du temps sa main gauche dans sa poche. Peut-être pour cacher quelque chose ? Vous le saurez en lisant la suite !

Psychologie : Notre ami pyromane a une psychologie assez dérangée. Ses parents, bien que très riches, ne prêtent aucune attention à ses activités. Vraiment aucune. De ce fait, quand il se retrouve dans la mouise, c'est papa/maman qui viendront le tirer de là, grâce à leur rang social ou tout simplement l'argent. Ace se considère donc comme un intouchable : la misère, il s'en fout. Les pauvres n'ont qu'à se cacher quand il passe, et les pays du Tiers Monde sont inexistants pour lui.

Qualités : Quand il veut, il peut être doué d'un bon sens logique. Sa capacité d'analyse est d'ailleurs très bonne...

Défauts : ... Seulement quand elle est mal utilisée, ça ne présage jamais rien de bon. Vicieux, menteur, calculateur, provocateur ; il n'hésite pas à chercher les problèmes pour faire l'intéressant. Et ça lui coûtera cher, un jour...

Maladie Mentale : Pyromane, il veut et doit allumer un feu, même minuscule, lorsqu'il se laisse envahir par le stress. Quand les événements le dépassent ou que l'angoisse apparait, il laisse libre cours à sa passion immodérée pour le feu.

Karma : Avec ce genre d'activités, on ne peut être vu que mauvais pas les gens...

Histoire : Ace est le fils de M. et Mme Ridley, une riche famille qui a su faire profit depuis des générations de leur rang social ainsi que des diverses entreprises dont ils étaient à la tête. Seulement voilà : quand on occupe ce genre de poste, la famille passe bien souvent à la trappe... Et c'est ce qui est arrivé au petit Ace que l'on confia à un majordome dès ses deux ans. Ce majordome, Alexander, était un homme d'environ quarante ans lorsqu'on lui confia la tâche d'éduquer l'héritier Ridley. C'est avec zèle et ferveur qu'il accomplit sa tâche jusqu'aux 5 ans de l'enfant, lorsqu'un cancer l'emporta de façon violente. La mort de son mentor fut un choc pour Ace qui tentait de réprimer la tristesse dans un mutisme sans fin...

Qui voudrait l'écouter, de toute manière ? Son père et sa mère étaient toujours au bureau ou bien en réunion, ou encore dans un séminaire on ne sait où. Lorsqu'ils revenaient, ils couvraient leur fils de cadeaux, de jouets et autres. Mais les jouets ne remplacent pas l'amour et l'écoute que des parents doivent à leur enfant. Mitigé entre tristesse et solitude, Ace entamait sa longue descente. Il devenait mauvais élève à l'école, perturbateur et violent. Impossible de canaliser ces sentiments qui l'assaillaient de toute part.

Jamais personne ne lui a appris à gérer ses pulsions et ses sentiments. Réprimant les uns et extériorisant,
les autres, Ace faisait les mélanges qu'il ne fallait pas faire jusqu'à ce qu'un jour il découvre ce qui allait devenir son obsession : le feu. C'est par une froide nuit d'hiver. Le 24 décembre au soir. Comme d'habitude, personne à la maison, ce qui faisait de ce jour de fête une journée banale remplie d'ennui pour le jeune homme alors âgé de sept ans. Il grelottait : les radiateurs étaient en panne... Emmitouflé dans sa couverture, il se dirigea vers la vieille cheminé de pierre du salon. Il y mit des journaux, du papier, des bûches... Et en l'allumant avec le briquet qu'il avait pris à la cuisine, il se remémora les paroles de son mentor : Le feu est vivant. Pour le faire vivre, il faut le nourrir, l'aimer. Il vous rendra alors cet amour par une douce chaleur. Un petit peu comme la chaleur que l'on éprouve lorsque notre maman nous serre dans ses bras, vous voyez ? Bien sûr, il ne voyait pas...

Mais dès que les premières flammes naquirent, il comprit. Ses yeux brillaient d'émerveillement devant sa création, son feu. Les flammes dançaient et le bois crépitait doucement. Fasciné par l'être de flammes, Ace l'avait nourri pendant des heures, jusqu'à tomber de sommeil. Il se réveilla quelques minutes plus tard. Il avait chaud. Trop chaud. Et cette lumière... LE SALON !! Le salon brûlait ! Les rideaux se déchiraient sous l'emprise du monstre qui s'était évadé de sa cage de pierre. La couverture qu'il avait laissé de côté en étai la cause : elle avait transporté le feu jusqu'aux meubles, jusqu'à la porte, jusqu'au plafond. Une épaisse fumée noire envahissait peu à peu la pièce close. Les yeux d'Ace le piquaient et il suffoquait. Sans doute aurait-il du éprouver de la peur... Mais en cet instant, c'était de la joie qu'il éprouvait. Du plaisir à voir cet être l'embrasser, le serrer contre lui comme une mère ; le plaisir d'avoir suivi les instructions de son maître avec une telle perfection que le feu voulait désormais la maison comme cheminée. Oui... Il pourrait rester. Et ensemble, ils formeraient une famille inséparable !

Le tirant de son émoi, une poutre se détacha du plafond et vint heurter le sol avec une telle force que le garçon fut projeté. Une douleur vive le fit se rouler au sol : sa main gauche s'était retrouver au milieu du brasier : dans la cheminée. Rougie par le sang et noircie par la cendre, la main de l'enfant lui arrachait des cris de détresse. Heureusement, les pompiers arrivèrent à temps. Enfonçant la porte, l'un d'entre eux sauva Ace des flammes. Sauver ? Non ! Il ne risquait rien ! S'il avait été blessé c'est parce qu'il avait empiété sur le territoire du feu : il avait posé la main sur sa maison. Les chiens réagissent de la même façon, mais on ne les tue pas ! Ne tuez pas mon feu !! hurlait-il pendant que son sauver quittait la maison avec lui dans ses bras. Hélas ! les soldats du feu avaient déjà entamé leur besogne. A la vue de ce spectacle, Ace crut éprouver de l'étonnement et de la fierté : des centaines de personnes le regardaient, regardaient son oeuvre... Et des dizaines de pompiers étaient là aussi, en réponse à son appel. Il voulait une famille, et c'est grâce au feu que celle-ci était réunie ! Son père et sa mère arrivèrent peu de temps après. Leu feu était déjà éteint...

Depuis ce jour, c'est par le feu qu'Ace lance inconsciemment ses appels à l'aide. Il allume des feux, incendie des choses... Les gens viennent, admirent sa création ! Il est un artiste qui ne parle pas comme les autres. Tandis que les uns gravent la pierre et que les autres peignent des toiles, lui fait rugir le feu pour que son fauve le couvre de son amour et que le monde connaisse son art sans pour autant connaitre son identité. "Pyromane". Tel était le nom d'artiste que les médias avaient donné à ce genre de "criminels". Ainsi, c'était sous le masque de pyromane que Ace s'exprimerait. Et un jour peut-être, ses parents arriveront avant que le fauve ne soit mort... Et alors la famille sera enfin réunie... Pour toujours ; et il pourrait pleurer toutes les larmes de son corps sans que seul le silence lui réponde...
Sa main a guéri, mais porte encore les traces de cette nuit là. Arborant désormais une teinte violette jusqu'au poignet, elle est là pour lui rappeler que pour avoir une chose il faut en donner une autre en retour. Il a brûlé sa main en échange du secret de son bonheur, c'était un échange juste. Mais c'était aussi une marque maudite pour quiconque la verrait : démasqué, elle serait la preuve de ses activités et il serrait alors jugé ; ses parents n'y pourraient pas grand chose.

C'est pour cela que Ace se retire dans les quartiers glauques pour créer. Il a appris à connaitre les lieux et ses habitants. Il a commencé à fréquenter des cercles de dealers qui devinrent rapidement ses amis : il leur ramenait des clients et s'occupait de consumer les biens de ceux qui ne pouvaient pas payer. L'amitié en échange d'un service. Il n'avait pas d'états d'âme pour les pauvres ce qui forçait le respect dans son cercle d'amitiés et sa position d'enfant bourgeois les protégeait en quelque sorte.
Il partagea avec eux ses rêves, ses envies, ainsi que ses recherches ; le dernier sujet en date étant la réussite du Dr. Parkinson en matière d'Hypnose. Or ce dernier avait disparu, et il était maintenant impossible de continuer les recherches sans lui parler et sans atteindre cet état de transe dans lequel il plongeait ses patients.

Méthode d'introduction : Toujours à trainer dans les affaires louches depuis son adolescence, Ace se promenait dans les quartiers sombres lorsqu'un de ses amis, dealer de son état, vient à sa rencontre : ce dernier, qui a eu vent des recherches de Ace sur l'Hypnose et les travaux du Dr. Parkinson, lui propose de tester une toute nouvelle drogue : le "DreamBurster". Ace n'est pas un consommateur de ce genre de produits, mais les arguments de son ami semblaient fondés. Et jamais avant ce dernier ne s'était permis de proposer de la merde à ce cher pyromane. Alors pourquoi pas ? Au pire, il se réveillerait à l'hosto, mère veillant sur lui... Non. Mère n'avait jamais veillé sur lui, ça n'était pas demain la veille. Mais en même temps, il n'avait jamais testé, ça.

C'est donc sur un coup de tête qu'il acheta le DreamBurster. Revenant de sa promenade, il fonça dans sa chambre, ferma la porte à clés et se jeta sur son lit. La petite pilule mauve devait l'emmener loin d'ici. Loin de ce monde et de son absurdité. De loin, ça ressemblait à un discours de suicidaire... Ça lui plut, il goba la pilule. Un mal de crâne horrible lui fit lâcher des cris de douleur qu'il étouffa dans son oreiller. Et au bout de quelques minutes : plus rien... Noir total. Le voyage ne faisait que commencer, et le terminus était... DreamLand !



Multicompte : Syd Miles
Age : 18
Nom de l'avatar : Ian Somerhalder
Comment avez vous connu le forum :
Via mon double compte, et accessoirement une histoire de gaufre. (je sens que ça va me suivre, ça..)


Dernière édition par Ace Ridley le Lun 28 Nov - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dakota Earnshow

avatar

Maladie mentale : Phobophobie

Messages : 481

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1850 rubz

MessageSujet: Re: Ace Ridley, haï des pompiers.   Dim 4 Sep - 17:13

Alors... tu es (re)validé et rejoins le groupe des illuminés ! Tu aurais dû attendre que ce soit dit pour créer ton topic bourse et sac à dos mais bon, comme c'est nickel je vais faire comme si j'avais rien vu lol

Voilà donc ton pouvoir :

Couvre-feu :
Quand l'envie d'allumer un feu devient trop forte, quand les flammes qui t'entourent te fascinent de manière exagérée... tu déclenches un black-out. Toute source de flamme de petite envergure (type torche) ou même de simple lumière (car ce n'est rien d'autre que le filament de l'ampoule qui s'embrase) s'éteint brusquement sur un rayon de 10 mètres et ce pour 2 messages RP, après quoi elles reprennent comme si rien ne s'étaient passé.

Tu connais la marche à suivre donc je ne vais t'expliquer que ton lieu d'arrivée... tu n'as pas envie d'aller faire un tour à Freedoom ? Et bien que tu le veuilles ou non ça ne changera rien, car ce sera ta destination ! Suite aux troubles spatio-temporels qui ont suivi l'exil, il n'est pas rare qu'un voyageur apparaissant à DL soit aussitôt téléporté ailleurs. C'est exactement ce qui va t'arriver et tu atterriras dans une chambre d'hôtel miteuse en bonne compagnie...

Amuse toi bien ! Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Ridley

avatar

Maladie mentale : Pyromane

Messages : 492

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 688 rubz

MessageSujet: Re: Ace Ridley, haï des pompiers.   Dim 4 Sep - 17:17

Ok ok merci (et désolé si je suis allé un peu vite pour la bourse & sac à dos pirat )
Je m'en vais lire ce que nos amis ont posté précédemment et c'est parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ace Ridley, haï des pompiers.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ace Ridley, haï des pompiers.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Avant le grand saut :: Présentation :: Personnages validés-
Sauter vers: