AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerboutiqueConnexion

Partagez | 
 

 [Job] Halte au péage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: [Job] Halte au péage   Mer 8 Juin - 16:59

A mi chemin de la passe de l'envol se dressait depuis peu une construction pharaonique. Un champs électromagnétique s'étendait de part et d'autre d'un immense pilier métallique haut de 89 mètres et dont la circonférence devait bien atteindre les 100 mètres. En haut de ce pilier reposait une plateforme équipé pour l'atterrissage et le décollage de tout transport volant ainsi qu'une série de boite métallique qui se révélait n'être rien d'autre que des cabines de péage. On retrouvait un schéma relativement similaire au niveau du sol pour les transports terrestres, alors que l'intérieur du pilier fourmillait d'employés, de restaurants, de boutiques, d'hôtels, de parkings... tout tout tout pour vous soutirer jusqu'à votre dernier sou. Impossible d'éviter cette structure, les champs magnétiques coupant la route. Sextus et Techyo avaient l'air bien décidé à enfin rentabiliser cette route commerciale.

C'est au pied de cet édifice impressionnant que Cathy Clide accueillit ses deux nouvelles employées. Elle examina l'air guillerette les deux brins de jeune fille qui lui faisaient face et approuva du chef. Elles étaient charmantes, juste ce qu'il fallait pour donner une bonne image de la société. Il fallait espérer maintenant qu'elles seraient aussi efficaces que présentables.

- Bonjour mesdemoiselles ! La société des trafics transextech est heureuse de vous voir rejoindre nos rangs, pour une route plus agréable, plus belle, plus sûre.

Elle agrémenta son slogan d'un sourire d'une blancheur éblouissante qui ne faisait pas tâche au milieu de son aspect impeccable. Tailleur cintré, coupe au carré taillée au millimètre près, chaussures cirées, pas un défaut ne transparaissait. Leur supérieure leur fit signe de la suivre jusqu'au pied de la structure pour pénétrer dans un ascenseur de verre menant jusqu'au sommet. Pour quiconque ayant le vertige la longue minute passée dans l'ascenseur aurait été un supplice, mais sans s'en soucier le moins du monde elle continua son spitch avec un enthousiasme démesuré.

- Regardez moi ça ! N'est-ce pas fantastique ? Et construit seulement en l'espace de 3 mois, une vraie prouesse architecturale. La compagnie a dû débourser plus d'un milliard pour mener ce projet à bien et c'est à vous... oui à vous, de le rentabiliser.

Nouveau sourire au travers duquel se lisait le poids des responsabilités qui leurs incombaient. Ce n'était pas le moment de déconner. Ici l'argent était une affaire sérieuse. L'ascenseur atteignit alors le sommet dans un bruit cristallin de clochette alors que les portes s'ouvraient automatiquement sur l'activité de la plateforme. Ici le travail battait déjà son plein, il fallut donc se frayer un chemin à travers la foule et les véhicules en tout genre jusqu'à l'une des cabines métalliques. L'intérieur était aménagé de sorte à ce que les deux employés s'occupe d'un côté, se tournant le dos. Le confort était sommaire et la chaleur qui régnait dans la pièce était étouffante, mais il faudrait faire avec.

- Voilà votre poste de travail. Vous avez chacun votre propre caisse qu'il vous faudra compter à la fin de la journée. Vous trouverez ici le tableau des prix à appliquer selon la provenance des voyageurs et le transport utilisé. Ces boutons ici et là servent à libérer et refermer le passage à chaque fois qu'un client aura réglé et sera parti. Si jamais vous rencontrez des problèmes ou qu'un mauvais payeur pointe son nez vous pourrez joindre la sécurité en vous servant de l'interphone situé entre vos deux postes. Des questions ?

Malgré son air engageant on sentait bien qu'elle était pressée et ne pensait qu'à partir pour remplir ses propres obligations. La journée ici serait longue et chargée pour tout le monde.

[HRP : je vous laisse globalement inventer vos clients pour ne pas avoir à intervenir à chaque, cependant je vous enverrais de temps à autre des clients difficiles et quelques embuches pour vous remuer un peu. Bon courage Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Jeu 9 Juin - 13:01

Selene n’était jamais venue sur la Passe de l’envol. Cette région de Dreamland était réellement impressionnante, coincée entre les eaux de la mer dont on avait prévenu des crues devenues irrégulières depuis quelques temps. Elle avait parfois vu traverser un homme-poisson ou quelques crustacés anormalement gros qui se rendaient d’un bassin marin à l’autre mais à part cela, dominaient les infrastructures modernes voire futuristes. La tour qui l’attendait pour son boulot, le premier depuis un moment qui s’annonçait bien plus stable que ses précédents essais, était titanesque. En levant les yeux pour en observer le sommet où atterrissaient plusieurs véhicules volants, le reflet du soleil sur les parois en verre l’éblouit douloureusement. C’est en se frottant les yeux que l’adolescente parvint devant son employeuse et découvrit celle qui serait certainement sa collègue : une jeune femme sans doute pas énormément plus vieille qu’elle.

La toquée se dit avoir eu raison de soigner son apparence, masquant les cicatrices qui marquaient ses bras par les longues manches d’un chemisier blanc et coiffant correctement ses cheveux roux pour qu’ils cascadent avec élégance sur ses épaules menues. Elle avait même légèrement coloré ses lèvres grâce à un rouge à lèvres carmin qu’elle avait dégoté récemment. Sa collègue n’était pas en reste et leur commanditaire incarnait parfaitement le profil de la femme dont l’apparence se devait d’être soignée, professionnelle et irréprochable. Son slogan et le sourire blancheur colgate qu’elle octroya aux deux jeunes filles étaient la preuve de son dévouement à la société, et donc de son attachement au travail bien fait.

Légèrement stressée par cette embauche peut-être trop conventionnelle, Selene pénétra la dernière dans l’ascenseur et gardait les yeux rivés sur ses pieds. Si elle avait pu avoir de quoi se dessiner des épouvantails, elle s’y serait donné à cœur joie, mais elle n’avait rien, et la bienséance l’empêchait d’en tracer du bout du doigt sur les murs. Les louanges de Cathy Clide à l’égard de l’édifice ne la firent pas réagir jusqu’au moment où elle déclara que c’était à elle de rentabiliser l’investissement de la société. Plus d’un milliard de rubz ? Bien qu’elle savait qu’elle n’aurait pas à compenser cette somme à elle seule, la galloise sentit soudain comme sa tâche allait être longue et fastidieuse.

Évitant de trop regarder à l’extérieur pour ne pas appréhender la hauteur à laquelle elles se trouvaient, la toquée fut heureuse de quitter la cabine pour suivre leur guide en slalomant entre clients, personnel et véhicules. Leur poste de travail s’avérait être plutôt petit. Une aubaine que les jeunes filles chargées du job soient menues, sans quoi il leur aurait été impossible de composer avec le confort sommaire qui allait être le leur. Une explication de Cathy fit le tour des points principaux, puis elle demanda si ses employées avaient des questions. Selene aurait bien aimé savoir si elles auraient une pause, et aussi combien de temps était censé durer leur contrat, mais elle voyait bien à l’expression de leur commanditaire qu’elle n’attendait que de pouvoir s’en aller.

L’adolescente affirma alors timidement qu’elle devrait s’en sortir et la femme en tailleur les abandonna à leur poste qu’elles investirent immédiatement. L’adolescente s’assit, dos à Cassie, ses yeux noisette courant sur les diverses commandes puis lisant rapidement l’ordre de grandeur des tarifs. Une pensée fugitive lui souffla qu’elle était contente d’être de ce coté du guichet vu le prix du péage, mais le stress qui l’envahissait lui fit oublier ces petites remarques personnelles. On étouffait dans leur cabine de métal. La rouquine s’éventa vainement de la main avant d’oser un timide :

- Il fait vraiment chaud…

Nerveuse, ses mains qui tapotaient sur son poste ouvrirent machinalement un tiroir. Elle y découvrit un crayon et un bloc note auquel il ne restait plus que quelques pages. C’était toujours mieux que rien ; la toquée se permit de le prendre pour y griffonner rapidement quelques faciès familiers. Les yeux-boutons tracés au crayon gris la dévisageaient et la rassurèrent ; elle se sentit plus sereine.

- Tu t’appelles comment ? C’est la première fois que je fais ce genre de boulot, je suis un peu angoissée.

Les lèvres maquillées de Selene s’étirèrent en un grand sourire adorable. Leur poste n’avait pas encore bifurqué en mode opérationnel sur l’affichage, mais ce n’était plus qu’une question de secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Sam 11 Juin - 17:03

Cassie s'était apprêtée simplement pour son premier jour de travail. Elle portait un jean noir et une chemise claire un peu ouverte. Elle s'était fait un chignon un peu lâche histoire de dégager la nuque. Son boulot consisterai à accueillir des clients dans la passe de l'envol et les servir le plus aimablement possible. Pas très compliqué pour une fille naturellement calme et poli. Elle s'imaginait dans une de ces cabines étriquées des péages bien connu des autoroutes du vrai monde. A vrai dire, elle n'était pas loin de la réalité en apercevant les petites boites métallisées fichées en haut de la grande tour de 89 mètres de haut. Il ne fallait pas avoir peur de la hauteur!

Cathy Clide, visiblement responsable des nouveaux employés accueillit les 2 demoiselles: Cassie et Selene. Elle leur fit un spitch élaboré et plein d'enthousiasme sur la société des trafics transextech et leur prouesses. Ça n'intéressait pas vraiment Cassie qui observait la rousse du coin de l'œil, néanmoins elle faisait mine de l'être (intéressée) lorsque Cathy tournait la tête vers elle. Une fois entrée dans l'ascenseur, Cassie leva la tête. Elle n'avait pas le vertige mais ne préférait pas regarder en bas tout de même.

Cathy semblait organisée, stressée, efficace et pressée. Une fois qu'elle avait accompagné les nouvelles recrues en haut de la tour et donné ses instructions claires et précises, elle n'avait qu'une envie: Partir vers d'autres occupations. Selene et Cassie s'installèrent chacune à leur place et tandis que la cynophone prit possession des lieux, des manipes et des écriteaux tarifaires de manière très professionnelle, Selene engagea la conversation.

-Ouai t'as raison c'est étouffant!

Cassie déboutonna un peu plus sa chemise et en releva les manches.

-Je m'appelle Cassie, moi non plus j'ai jamais bossé en fait.. Dans le monde réel je faisais des études de journalisme.

Un petit sourire se dessina sur le visage de Cassie. Elle fit mine de prendre le téléphone et mima en riant:

-SHHHH Sécurité sécurité!! SHHH Nous avons un individu douteux à la cabine 6 de la passe de l'envol! Envoyez moi deux unités volantes!

Suite à ça, elle se mit à rire. Une petite blague pour détendre l'atmosphère avant de commencer à travailler ne faisait pas de mal! Sur ce, un voyant s'alluma dans la cabine signe qu'elle s'était mise en mode opérationnelle. Le premier client arriva quelques secondes plus tard. Cassie ne savait pas trop quoi dire, elle improvisa et avec son grand sourire, ça devait passer!

-Bonjour!! Bienvenue sur la passe de l'envol! Pouvez vous m'indiquer votre provenance s'il vous plait!


La cynophobe jeta un coup d'œil à la forme du véhicule et se refera à la grille tarifaire pour informer le client du nombre de rubz qu'il aura à débourser.

-Merci monsieur! Bonne journée!

C'était plutôt simple en fait. Et nouveau pour elle: Nouveau de travailler d'abord! Et nouveau de faire ce genre de travail! Alors elle ne s'en lassera pas de si tôt. Ça l'amusait au contraire de se rendre utile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Sam 11 Juin - 18:07

La sourire de Cassie la détendit et sa petite plaisanterie suscita son rire d’adolescente. La rouquine se sentait bien mieux en sachant que sa collègue était quelqu’un d’agréable et malgré la chaleur étouffante, elle était prête à affronter cette journée de travail.

- J’espère que ça n’arrivera pas tout de même, commenta-t-elle en se tournant vers son poste.

Leur cabine devint disponible, elles n’avaient plus qu’à attendre les usagers. Ces derniers ne se firent pas prier et très vite, un étrange véhicule qui ressemblait à un vélo dont les roues tournaient alors qu’il lévitait à plusieurs centimètres du sol se présenta. Son propriétaire, un jeune randonneur dont le sac de voyage imposant ne semblait pas lui peser le moins du monde confia venir de Gloutoniskaïa. Selene jeta un œil au tarif et informa son client en réprimant une petite grimace devant de prix qu’elle réclama avec toute la gentillesse dont elle était capable. Elle avait presque l’impression de faire quelque chose de mal mais… il s’agissait tout simplement d’un boulot.

Le mage tira d’une bourse en cuir les gemmes nécessaires au paiement et les tendit à la jeune fille qui les recompta, les rangea en caisse, puis ouvrit le passage tout en lui souhaitant bonne route avec en prime un sourire rayonnant. La toquée regarda l’usager partir, satisfaite de sa prestation pour un premier essai. Dans son dos, elle entendait que sa collègue se débrouillait aussi bien, ce qui l’encouragea d’autant plus à poursuivre sur le même ton.

Les lèvres carmin de l’adolescente ne quittèrent donc pas leur sourire agréable pour accueillir la fourgonnette volante qui s’arrêtait devant son guichet. A l’intérieur, toute une famille de tête blonde était rougie par le soleil, sans doute revenait-elle de vacances. La galloise s’acquitta de sa tâche avec motivation, recomptant les paiements qu’elle recevait avec précaution. Ce fut alors le début d’une longue suite d’usagers qui s’enchainaient sans lui laisser une seconde pour souffler. Tous s’étaient montrés honnêtes et coopératifs, mais la toquée commençait à comprendre où étaient les difficultés du métier.

Elle répétait les mêmes choses à n’en plus finir, elle transpirait mais n’osait pas passer une main sur sa peau moite et ses joues figées par son sourire lui faisaient un peu mal. Lorsqu’elle eut enfin une pause de quelques secondes, elle souffla en relâchant ses lèvres maquillées et se tourna vers sa collègue pour lui glisser :

- Au fait, je m’appelle Selene.

Elle n’eut pas le temps de pousser la discussion car un superbe bolide volant étincelant au soleil s’arrêtait à son guichet. Il avait une forme fuselé et un design qui rappellerait les plus belles voitures de course… si seulement il avait des roues. Le toit décapotable était ouvert, révélant un intérieur tout de cuir rouge et un autoradio numérique qui crachait une musique rock à pleine puissance. Le conducteur était un homme d’une trentaine d’année, mâchant ostensiblement un chewing gum de manière à faire saillir les muscles de sa mâchoire carrée. Il baissa le volume et se pencha par-dessus sa portière, abaissant ses lunettes de soleil pour dévoiler des yeux noirs pénétrants et dit d’une voix suave :

- Salut ma jolie. C’est combien pour un beau mâle qui fait route depuis Sextus ?

Intriguée par la manière d’aborder la question de son client, Selene resta figée une seconde avant de vivement regarder son tableau des tarifs et informer son interlocuteur en retenant sa respiration. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle craignait, mais ce type lui inspirait quelque chose d’étrange. Instinctivement, elle attrapa son crayon du bout des doigts alors qu’il lui faisait un clin d’œil et tirait un bout de papier blanc de sa poche pour lui tendre :

- Ceci, ça suffira pour régler, chérie ?

La rouquine ouvrit la bouche mais ne dit rien. Cette familiarité déplacée lui rappelait quelqu’un qu’elle aurait aimé ne jamais avoir connu. Ce type lui avait donné ce qui ressemblait à un numéro de téléphone. Elle le posa lentement sur son poste et prit son courage à deux mains pour ne pas perdre le sourire et répliquer aimablement :

- Malheureusement non monsieur, il me faut le montant en rubz. Je ne peux accepter rien d’autre.
- Rien d’autre tu es sûre ? enchaina-t-il en mordillant sa lèvre inférieure. J’suis sûr qu’on pourrait s’arranger…

Son regard insistant dérangeait l’adolescente et un premier klaxon retentit, signe que leur manœuvre prenait trop de temps. Sa main s’était nerveusement mise à tracer des épouvantails sur son carnet, grossiers et géométriques, mais suffisamment reconnaissable pour manifester d’une présence familière qui la rassura et déclencha son pouvoir. Cassie fut atteinte au même titre que son usager collant.

- J’en suis certaine, rétorqua Selene qu’elle empêchait de trembler. Dépêchez-vous s’il vous plait, il y a d’autres personnes qui attendent.

Son sourire carmin s’était raidit, mais il ne mourut pas. Son client problématique se trouva étonnement incapable de se mettre en colère pour protester ou insister. Troublé et vexé, il tira à contrecœur de sa poche l’argent nécessaire et les tendit à la rouquine qui recompta la somme et s’empressa de lui ouvrir afin qu'il s'éloigne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 13 Juin - 10:44

Cassie admirait tout les véhicules provenant des 4 coins de ce monde avec surprise. Certains étaient presque similaires à ceux du monde réel tandis que d'autres étaient extravagants et tout droit sorti de film de science fiction! Ce monde, elle le découvrait et à chaque seconde elle en était surprise depuis le jour où elle s'était réveillé dans ce cabinet à la suite de sa séance d'hypnose. Faire ce job lui permettrait de gagner de l'argent, des rubz comme elle avait vu dans cette cabine téléphonique, et de pouvoir vivre à Dreamland le temps de trouver une solution pour rentrer chez elle. Voilà comment elle voyait l'avenir. Pas quelque chose à long terme mais plutôt un petit séjour imposé dont elle mettra fin tôt ou tard.

Un usager en moto volante et à la combinaison flashante se pointa devant son guichet. Il leva sa visière et Cassie découvrit qu'il s'agissait d'une femme avec de très beaux yeux verts. Elle ressortie la même phrase qu'elle disait depuis le début:

-Bonjour!! Bienvenue sur la passe de l'envol! Pouvez vous m'indiquer votre provenance s'il vous plait!

-Je viens de Gloutoniskaia!

Cria la jeune femme de peur de ne pas se faire entendre à cause de son casque. Le nom de cette ville fit tiquer la cynophobe qui faillit rire. Avec son grand sourire, elle indiqua la somme que devrait payer la motarde et recueillit l'argent avant d'ouvrir le passage. Un autre usager apparu quelques secondes plus tard devant la caisse de Cassie tandis que Selene semblait avoir un petit problème avec le sien. Perturbée, elle afficha un sourire crispé et lança:

-Bonjour! Votre provenance s'il vous plait?!

L'homme un peu trop entreprenant semblait freiner toute la file d'usagers du côté de Selene et la rousse avait l'air tellement embarrassée que Cassie aurait voulut faire quelque chose, mais ici le client était roi et il fallait le respecter même si cela n'était pas réciproque! Elle chuchota à sa collègue sans se faire entendre des clients:

-N'écoutes pas ce qu'il dit Selene..

Elle agrandit son sourire à la réponse de la femme en face d'elle qui conduisait un grand break qui ressemblait presque à un tank. Ça allait lui couter cher pensa-t-elle. La cynophobe s'empressa de dévoiler le montant à payer à la mère de famille qui rouspéta. Elle paya à contre cœur et s'en alla. Cassie souffla. Elle espérait ne pas avoir trop de clients exigeants, ronchons ou collants comme ces deux là durant la journée. Cassie hésita.. et se lança. Une petite conversation discrète pendant le travail n'allait pas leur porter préjudices pensa-t-elle tant qu'elles faisaient bien leur boulot et que ça restait discret. Elle dit alors:

-Dis moi.. Ça fait longtemps que tu es ici? Enfin j'veux dire.. dans ce monde..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 13 Juin - 11:27

L’usager suivant ne s’était même pas encore arrêté à hauteur de l’adolescente que cette dernière l’entendait déjà pester quant à la lenteur de son service. Lorsqu’il la vit, il s’exclama même qu’il était irresponsable de laisser des gosses s’occuper d’une tâche pareille, qu’ils faisaient perdre leur temps aux honnêtes gens, et que la société entendrait très certainement parler de lui. L’annonce du prix à payer fut le pompon et tandis que le client cherchait frénétiquement dans l’un de ses sacs la somme due, sans se priver pour grommeler abondamment, Selene traçait encore une fois quelques épouvantails aux traits grossiers. Son sourire avait du mal à rester accroché à son visage moite et ce fut celui de son ami qui l’aida à maintenir étirées ses lèvres carmin.

- Euh… tenez mademoiselle.

Surprise, la toquée redressa les yeux vers l’automobiliste au volant d’une grosse voiture volante. Sa colère avait laissé place à un calme troublé, sa main tendue avec hésitation renfermant les rubz que l’employée récupéra pour les recompter.

- Me… merci, balbutia-t-elle avant d’appuyer sur le bouton qui ouvrait le passage.

La galloise commençait à se demander si ses épouvantails n’avaient pas un effet apaisant sur tout le monde. Depuis qu’elle s’était rendue chez Dakota, elle avait l’impression que chaque fois qu’elle en faisait apparaître un quelque part, les gens aux alentours se calmaient. Elle fixa l’unique œil qu’elle avait accordé à son chef d’œuvre, n’ayant pas eu le temps de le terminé, puis poussa un soupir.

Une nouvelle fois, Cassie avait été atteinte par son pouvoir involontaire. Cette dernière se pencha vers la toquée pour lui poser une question somme toute assez banale. Néanmoins, comme une gifle en plein visage, les souvenirs de la vente des esclaves et d’Asmodée lui revinrent en tête. Elle revit sa nudité forcée, le viol de Liam, sa tentative de suicide, l’acte avec John, la morsure vampirique qui la plongea dans l’inconscience… tout tourbillonnait à lui en donner la nausée, encore indiciblement trop proche. A tel point qu’elle eut peur que ce soit l’hypersexuel criminel qui se présente sur le surf volant qui s’arrêta à sa hauteur. Selene s’empressa de remplir sa tâche, recompta les gemmes dorées et ouvrit le passage avant de répondre :

- Ça fait un certain temps. Ce n’est pas la première fois que je viens… la dernière fois, je suis restée environ trois semaines ou un mois je pense… c’est difficile de savoir.

La jeune fille se pencha pour voir où en était sa file, mais manifestement, elle avait un petit break inattendu. Elle en profita pour s’essuyer rapidement le front et dégager sa nuque de sa chevelure rousse.

- J’ai du revenir parce que… avec plusieurs patients d’un psychiatre appelé Parkinson, on s’était réveillés en même temps à San Francisco... et avec nos pouvoirs.

A cette déclaration, elle réalisa qu’elle ne savait pas non plus pourquoi Cassie était voyageuse. S’apprêtant à servir les usagers qui approchaient sur d’élégantes motos volantes techyoïtes, la toquée demanda à sa collègue :

- Et toi, comment tu as fais pour te retrouvée ici ?

Elle se tourna alors vers le jeune homme qu’elle eut à servir et n’eut pas besoin de motivation, ni de son épouvantail pour raccrocher à ses lèvres maquillées son grand sourire commercial. Il était ce que ses amies du monde réel auraient appelé « caaa-non » ; tellement que même la tenue métallisée outrageusement moulante qu’il portait semblait être au service de cette aura de classe. Selene dut s’efforcer de ne pas balbutier sur chacune de ses phrases et rougit jusqu’aux oreilles lorsqu’il lui adressa un sourire après qu’elle ait libéré le passage. Elle était encore sur un petit nuage en servant ses deux amis qui le suivaient de prêt et poussa un profond soupir d’adolescente touchée au cœur une fois qu’ils eurent quitté la plateforme aérienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 13 Juin - 21:45

*Trois semaine un mois..* Pensa Cassie, presque choquée par sa réponse.

Elle n'avait pas 3 semaine elle! Elle avait pensé à un week-end ou une petite semaine, mais pas plus! Comment allait-elle expliquer son absence auprès de ses parents ou de ses profs? La cynophobe avait beaucoup de choses à apprendre de ses "ainés" pour bien se situer entre le monde réel et le monde des rêves. Et elle comptait bien profiter de ce job pou poser toutes ses questions.

-Moi .. j'ai prit rendez-vous avec un hypnotiseur renommé qui disait soigner les phobiques.. Moi j'ai une peur bleue des chiens et je voulais en finir avec cette histoire alors j'y suis allé.. Et me voilà ici..

Un usager apparu devant le guichet de Cassie.

-Bonjour! Votre provenance s'il vous plait!

Le bolide ressemblait à ceux que l'on voyait dans les jeux vidéos de courses de style futuriste et le propriétaire était un quinquagénaire surement très fier de sa voiture et de sa condition. Il annonça qu'il provenait de Sextus. Son sourire colgate, s'étendit un peu plus à l'annonce du prix à payer par Cassie. C'est avec une certaine classe que l'homme sortit une liasse de billet qu'il lui tendit.

-Merci monsieur, bon voyage!


*Tssssles riches et leur égo! >.<* Pensa la cynophobe toujours le sourire affiché sur le visage.

Toujours dans l'objectif d'en savoir plus elle demanda alors à Selene pendant le laps de temps où la file avançait:

-Comme je t'ai dis..J'viens d'arriver, je ne connais rien d'ici et j'ai pas envie d'y rester longtemps! Si tu pouvais me dire tout ce que tu sais, je pourrais trouver une solution pour rentrer.. S'il te plait..?

Elle ne pu dire autre chose que déjà un autobus se pointa en face du guichet. Le bruit du moteur associé aux brouhaha des conversations des passagers de celui-ci, rendait difficile la conversation entre le chauffeur et la cynophobe. Elle dut hausser le ton pour lui annoncer haut et fort le tarif le plus élevé du barème. Elle même était choqué par tout ces chiffres alors qu'elle ne savait pas à quoi correspondait cette somme dans le monde réel. Les chauffeurs de bus devaient surement être prévenu, ou alors payait-il avec l'argent de sa compagnie, mais en tout cas, il paya tout naturellement et sans histoire. De toute façon, il n'avait pas le choix! Cassie appuya sur le bouton d'ouverture du passage et dit, même s'il ne l'entendrai pas:

-Merci, bonne journée..

Elle avait l'air d'un robot à toujours répéter les mêmes phrases..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 13 Juin - 22:53

Tout en poursuivant son travail, recomptant soigneusement les sommes qui lui étaient versées – car faire une erreur de ce coté là avait été sa hantise dès que Cathy Clide les avait investies de leur tâche – Selene écoutait sa collègue qui répondit à sa question. Une phobique alors ? Des chiens ? C’était dommage, elles ne sont pas si terribles que ça ces bestioles. La rouquine n’avait jamais eu de chien et avait toujours été trop préoccupée par les épouvantails qui tapissaient ses neurones pour en ressentir l’envie, mais elle supposait qu’ils devaient vraiment être des compagnons formidables.

Elle était en train de s’occuper d’un type qui volait grâce à un dispositif de propulsion qu’il portait comme un sac à dos lorsque Cassie lui demanda de confier tout ce qu’elle savait sur Dreamland. Tout ce qu’elle savait ? Voilà une requête étrange… que savait-elle en fait ? Beaucoup de choses et si peu à la fois…

- Euh…, commença la toquée, je sais que le temps ici s’écoule beaucoup plus vite que dans le monde réel. La dernière fois, pour un mois ici, seulement quelques heures étaient passées à San Francisco. Et euh…

La jeune fille gratta son crâne roux et fut finalement interrompue par un véhicule familial qui s’arrêtait devant elle. A force, elle ne sentait plus son sentit scotché à son visage comme une marque de fabrique professionnelle. Elle n’osait pratiquement pas le quitter entre deux usagers, de peur de se voir incapable de le retrouver. La présente conductrice chercha tous les moyens de payer moins cher : elle demanda s’il n’y avait pas de réduction pour les familles nombreuses, pour la présence d’enfant de bas âge, pour les voitures volantes de plus de 10 ans, pour les techyoïtes et enfin pour les femmes divorcées. En désespoir de cause, elle lança un regard plein de détresse à Selene qui signifiait « s’il vous plait, j’ai pas vraiment les moyens de me permettre de payer tout ça juste pour passer… ». Mais que cette complainte silencieuse soit réelle ou feinte, l’adolescente répondit, visiblement gênée :

- Je… je suis désolé… je n’y peux rien moi. Et… dépêchez-vous s’il vous plait, je me fais crier dessus si je tarde trop…

Ce fut à son tour de jeter un regard larmoyant à la mère de famille… et elle emporta la bataille. Cette dernière tira lentement de quoi payer d’un sac à main sans doute magique lorsque l’on voyait la façon dont son bras s’enfonçait à l’intérieur et paya sans un mot avant d’être libérée par la rouquine. Cette dernière poussa un soupir et acheva rapidement sa réponse à Cassie :

- Sinon je sais que les gens ne nous aiment pas beaucoup en général… qu’on a des pouvoirs en rapport avec nos maladies, que certaines choses sont... incroyables... et… c’est tout. Je n’ai aucune idée de comment je suis rentrée la dernière fois, je sais juste que quelque chose clochait.

Un nouveau motard aérien s’arrêta face à elle. Toute la transaction se déroula dans un silence étrange ; le conducteur ne souleva même pas la visière de son casque, de sorte que la galloise ne vit jamais son visage. S’il ne s’exécutait pas à chacune de ses demandes et indications, elle jurerait parler à un sourd. Avant qu’il ne s’éloigne, elle crut déceler un léger mouvement de tête, mais elle n’en était pas sûre.

- Je… je n’ai pas vraiment eu l’occasion d’explorer ce monde, désolé, conclut-elle.

Selene n’osait pas parler de sa première fois, qui se résumait à un kidnapping, de l’exploitation, une vente, des viols et une fuite. Son sourire commercial mourut un instant sur ses lèvres et elle remit nerveusement une mèche de cheveux roux derrière une oreille. Trouverait-elle un jour un moyen d’oublier tous ces mauvais souvenirs ? Ou bien serait-elle hantée par Liam et Asmodée jusqu’au restant de ses jours ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Mer 15 Juin - 9:45

-Le temps ralenti dans le vrai monde..

Répéta Cassie pensive. Alors comme ça, son corps se trouvait toujours dans ce cabinet de médecin, inanimé sur ce lit. Ce n'était donc que son esprit qui s'était éveillé dans ce monde parallèle, cette rue dont le nom avait changé. Ce scénario sortait tout droit d'un film de science fiction et, en temps normal, elle n'aurait pas cru la rousse, ni toute cette histoire. Cassie n'arrivait pas à croire qu'elle en était l'une des actrices mais avec tout ce qu'elle avait vu aujourd'hui.. Tout ces individus aux véhicules saugrenus, tout était envisageable maintenant! La rousse continua son discours et informa la cynophobe que les gens comme eux, c'est-à-dire les gens venus du monde réel, n'étaient pas aimés ici et avaient des pouvoirs en rapport avec leur maladie!

-Des pouvoirs!?

Cassie se tut pendant un moment. Elle observait son bureau pensive quand un coup porté sur la vitre de la cabine de péage retentit. Un usagers venait de toquer à la vitre avec une sorte de sceptre doré, il avait l'air hautain et impatient mais ne dit rien. Perturbée, Cassie releva la tête et reprit ses esprits. L'homme en face d'elle voyageait sur un cheval ailé. De mieux en mieux! La guichetière se demanda si elle n'avait pas prit de drogues par mégarde ou si la chaleur ambiante ne lui faisait pas tourner la tête. Comme à chaque usager, elle demanda la provenance de cet individu aux airs de divinité immaculée et lui annonça la somme due. Il paya et elle ouvrit le passage. Les billets qu'il venait de donner étaient comme neuf et tout propres, comme son propriétaire, Cassie les observa avant de les ranger, espérerons que ce ne soit pas des faux. De toute façon, elle ne savait pas comment repérer les vrais des faux.

La cynophobe souffla pour éliminer tout le stress accumulé et tentant de digérer la dernière information donnée par Selene, elle s'éventa avec un bloc de feuille mit à sa disposition. Ce job était simple en apparence mais crevant à la longue. Cela venait de commencer mais déjà, les répétitions, la chaleur, les usagers à problèmes, toutes les questions qu'elle se posait, tout cela usait la cynophobe qui aurait pas refusé une petite pause. Malheureusement, ce n'était pas permit, alors elle continua à servir les usagers, toujours avec ce même sourire agréable. Elle demanda à Selene:

-Je n'ai pas de pouvoirs moi.. et toi..? Tu ne m'a pas dit qu'es-ce qui t'as fait aller voir ce docteur..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Mer 15 Juin - 10:23

Pas de pouvoirs ? C’était impossible. Selene n’était pas une experte en la matière, mais elle avait croisé assez de voyageurs pour savoir que si sa collègue était cynophobe elle devait forcément avoir une capacité quelconque. Peut-être ne l’avait pas encore découverte ? Ou bien elle n’osait pas en parler.

- Moi ? demanda-t-elle d’un air gêné. Je…

Elle prit une profonde inspiration alors qu’elle libérait le passage pour un groupe d’adolescents qui volaient à bord d’une baignoire ensorcelée.

- J’aime beaucoup les épouvantails, confia-t-elle presque à mi-voix. Mais ma tante et… ma psychologue scolaire ont estimé que ça tenait de l’obsession… alors elles m’ont envoyé voir un psychiatre pour me "soigner".

Avant qu’un autre usager ne se présente, elle se tourna vers Cassie pour lui montrer la page de carnet où elle avait déjà grossièrement dessiné plusieurs de ses camarades.

- Ils ne font rien de mal pourtant, conclut-elle avec un éclat de candeur dans la voix. Je me sens mieux… quand ils sont là.

Ses lèvres se pincèrent légèrement et elle pivota sur son siège pour faire de nouveau face à son poste. Elle n’aimait pas vraiment parler de sa pathologie, non pas parce qu’elle en avait honte, mais parce qu’elle avait l’habitude de recevoir quelques quolibets malintentionnés au lycée. Au moins, les voyageurs devaient comprendre ce qu’elle ressentait, étant généralement eux-mêmes atteints de troubles psychologiques.

Perdue dans ses pensées, il fallut que son client frappe légèrement sur sa vitre pour qu’elle revienne sur terre et raccroche à ses lèvres son sourire professionnel. Elle dut faire un gros effort pour ne pas que son visage se torde en une expression d’étonnement impolie ; pour cause, l’homme qui venait de se présenter à elle était inexplicablement vert, nu et chauve. Une expérience ratée peut-être ? Ou une substance magique qu’il ne digérait pas très bien. Imperturbable, il demanda le tarif pour traverser. L’adolescent dut se pencher par-dessus son poste pour constater que son client volait grâce à des chaussures high-tech équipées de mini-fusées, pâlit lorsque son regard croisa involontairement les contours fournis de son intimité, puis se rassit avant d’annoncer le prix d’une voix blanche.

Instantanément, l’image de Liam remplaça les traits fermés de l’inconnu. Un Liam vert et chauve qui la dévisageait de son regard vicieux, un Liam qui allait la saisir à la gorge et l’étrangler, ou bien l’immobiliser pour la violer. Instinctivement, l’une de ses mains se porta à la hauteur de son cou comme pour effacer la sensation virtuelle de pression qui s’y appliquait et une nouvelle fois, l’homme dut frapper à sa vitre pour la rappeler à son boulot.

- Désolé, murmura-t-elle en s’emparant de la somme due qu’elle recompta avant d’ouvrir le passage.

Des sueurs froides coulaient encore dans son dos, la cabine lui semblait encore plus étouffante et plus oppressante. Pâle comme un linge, elle s’efforça malgré tout de continuer à sourire d’un air agréable lorsque l’automobiliste suivant se présenta. Il s’agissait d’un père de famille qui voyageait dans une grande fourgonnette volante avec ses quatre enfants à l’arrière et… son gros chien. Les yeux de l’animal étaient invisibles à cause de longs poils bruns qui lui tombaient sur le museau. Il poussa un aboiement joyeux avant de reprendre une pose langue pendante qui fit craquer l’adolescente.

Ce fut un vrai sourire qui étira ses lèvres et elle reprit légèrement de ses couleurs. Néanmoins, elle se souvint subitement que sa collègue était cynophobe. Elle s'empressa donc de régler la transaction avec son usager, libéra le passage sous un nouvel aboiement enjoué, puis fit pivoter son siège pour voir Cassie.

- Euh… ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Mer 15 Juin - 11:39

Alors comme ça, Selene aimait les épouvantails au point de devenir son obsession et d'en dessiner sans arrêt. Cassie trouva cette maladie surprenante..C'était peu commun fallait le dire! Lorsque la rousse lui montra ses dessins, la cynophobe afficha un sourire tendre et sincère, c'était mignon! Elle dit alors:

-Je ne vois pas en quoi ça les gênent, ta tante et ton psy.. Je trouve ça joli moi!

C'est vrai, si l'on aime les oiseaux, on a le droit de les dessiner et autant qu'on veut! Selene ne faisait de mal à personne en faisant ça. Elle se sentait mieux d'ailleurs alors pourquoi vouloir l'en empêcher? Un usager du côté de Selene arriva alors, Cassie n'ayant personne, se retourna lorsqu'il toqua à la vitre et elle vit ce qu'elle aurait aimé éviter de voir: Un mec vert et nu comme un ver avec des chaussures équipées de mini-fusées. Son usager à cheval volant était ridicule à côté de l'originalité de celui-ci. Selene servit cet homme mais ne semblait pas très assurée. Cassie l'observa en silence. Elle semblait toute troublée face à cet homme. La cynophobe attendit que l’usager parte pour lui demander, posant la main su son épaule:

-Selene? Qu'est-ce qui se passe?

La concernée n'eut pas le temps de répondre qu'un autre client apparu devant son guichet. Machinalement, Cassie leva les yeux et vit une fourgonnette volante avec à son bord une belle petite famille et un GROS chien! La cynophobe pâlit soudainement et se retourna afin de regarder le vide du ciel en face d'elle. Sa respiration s’accéléra et son cœur sautait un battement à chaque fois que le chien se mettait à aboyer. Les mains crispées sur le bureau la cynophobe se boucha les oreilles pour ne plus entendre les bruits que faisait le chien et se concentra pour penser à autre chose, en vain. Sa seule envie était de sortir et fuir mais son devoir était de rester scotché à ce poste. Selene s'empressa de servir et évacuer cette fourgonnette sachant la peur de Cassie et elle lui en était bien reconnaissante!

D'un coup, une foulée d'odeurs diverses et variées que Cassie ne sentait pas jusqu'alors vint perturber son odorat et son esprit. Des odeurs de pots d'échappements, de fleurs, de transpiration, d'huile, de nourriture, de vieux, de bois, de poussière, de parfum, de terre, de tout!.. Tout était mélangé et Cassie ne pouvait pas s'en débarrasser. D'un coup, elle se redressa et frotta son nez, un mal de crane commençait déjà à lui prendre. Elle se frotta et refrotta le nez et cria:

-Mon nez! Il .. AHH c'est horrible toutes ces odeurs! Tu sens pas!?


Son pouvoir venait de se déclencher et pour son plus grand malheur, elle ne pouvait s'en défaire, ne savait pas d'où venait toutes ces odeurs ni ne pouvait les différencier les une des autres. Le mal de crâne s'intensifiant à chaque inspiration, la cynophobe cru bon de sortir prendre l'air en dehors de cette cabine qui l'a rendait claustrophobe.

-Excuses-moi mais je dois sortir!

Dit-elle à Selene mais une fois dehors, c'était pire! La plateforme, la foule qui se bousculait, les véhicules qui se déplaçaient un peu partout dégageait des millions d'odeurs que recevait Cassie sans pouvoir les trier, en bloque. La jeune femme trouva un banc sur lequel s'assoir près de la cabine et cacha son nez de ses mains, se forçant à respirer le moins possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Mer 15 Juin - 12:24

Cassie lui répondit en se plaignant soudainement des odeurs. La toquée ouvrit la bouche sans rien trouver à répondre : certes, leur cabine commençait à sentir la transpiration à force qu’elles y soient enfermées, mais de la à avoir l’air aussi dégoutée…
Néanmoins, devant l’apparent malaise de sa collègue, Selene se demandait s’il n’y avait pas un lien avec le chien qui venait de passer. Après tout, la cynophobe avait confié ne pas savoir quel pouvoir elle avait. Avec une moue gênée, la rouquine voulut lui dire quelque chose de rassurant, mais la jeune fille quitta subitement son poste en la laissant seule. Seule avec son client qui se présentait sur une moto volante couverte de boue. Inquiète, les yeux noisette de la galloise faisaient des allers-retours entre l’automobiliste et Cassie, mais manifestement, cette dernière n’était pas encore encline à revenir. Prenant son courage à deux mains, l’adolescente se leva pour venir s’occuper de l’usager à la charge de sa collègue.

Elle avait à peine terminé que dans son dos, un autobus volant klaxonnait pour attirer son attention. Selene s’empressa de venir accomplir sa tâche, mais elle achevait à peine de compter la somme reçu qu’un véhicule familial se présenta au poste de la cynophobe. Elle ouvrit et referma rapidement le passage pour libérer son client puis se précipita pour gérer la transaction de sa collègue, avant d’être rappelée au sien, et ainsi de suite.

La rouquine qui transpirait déjà fut rapidement en nage, stressée par cette surcharge de travail et ne disposant même pas de quelques secondes pour se tracer un autre épouvantail rassurant. A chaque fois qu’elle en avait l’occasion, son regard biaisait vers son carnet posé sagement sur son poste, mais bientôt, les gouttes de transpirations qui coulaient régulièrement dans ses yeux gâchaient la qualité de sa vision. Elle avait si chaud qu’elle aurait prié le ciel pour une douche d’eau glacée, prise d’une intense envie d’ôter tous ses vêtements, mais il fallait se retenir et continuer d’accomplir son boulot avec ferveur et dévouement. Ce n’était pas son genre d’abandonner ou de laisser une camarade dans les ennuis. De plus, si Cassie n’assurait pas son travail, quel qu’en soit la raison, il y avait de fortes chances que Cathy Clide les enguirlande toutes les deux.

Selene continua donc un temps interminable d’assurer deux postes à la fois jusqu’à ce qu’un trou dans les files d’attente lui permette de s’assoir et de souffler. Elle essuya d’une manche son front dégoulinant, y laissant des traces marron peu esthétique, mais c’était intenable. Le stress faisait encore trembler ses mains blanches. Elle s’empara alors de son crayon et dessina avec attention cette fois un grand épouvantail souriant sur une page vierge. Le rendre le plus fidèle possible à celui de son enfance, qui avait marqué sa mémoire, la détendait plus encore et bien vite, sa tension retomba alors que son fidèle ami se constituait devant ses yeux. Dans un bruit de papier froissé, la petite pilule bleue qu’elle avait déjà fait apparaître chez Dakota se matérialisa dans les airs et tomba sur ses genoux. L’adolescente s’en saisit, l’étudia brièvement, puis la mit dans l’une de ses poches. Au moins, elle savait à quoi elle servait désormais, mais elle n’avait pas besoin de cachet pour se sentir mieux : son compagnon d’enfance l’aidait mieux que tout le reste.

La vision de ce dernier lorsqu’elle l’eut achevé lui rendit même le sourire, sourire dont elle agrémenta la transaction avec le nouvel automobiliste qui se présentait à elle. Tout en recomptant les gemmes qui lui avaient été confiées, elle se demandait si Cassie reviendrait bientôt… elle était motivée, mais ne se sentait pas le courage d’assurer deux caisses tout le restant de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Mer 15 Juin - 22:34

L'odorat de Cassie ne semblait pas vouloir la lâcher alors même qu'elle faisait tout pour ne plus respirer, elle respira par la bouche mais cela n'arrangea rien. Tout était trop fort. De la plus petite fragrance délicate de fleur à la forte odeur de graisse chaude, elle sentait tout et de très loin. Ses capacités olfactives avaient été décuplées à partir du moment où elle avait aperçu ce chien dans cette fourgonnette. La peur avait déclenché cette réaction. A cette pensée, Cassie se redressa et d'un coup, réalisa ce qui lui arrivait. Elle avait l'odorat d'un chien!!

Toujours une main sur le nez, elle se retourna et retourna dans la cabine où Selene essayait tant bien que mal de gérer les deux caisses à la fois. Cassie l'avait abandonnée et elle s'en voulut à la vue de la rouquine en nage. Son mal de crane était puissant, mais Cassie reprit son poste:

-Merci Selene.. Je reprends mon poste.. Arg.. (se prend la tête dans ses mains) Bonjour! Votre provenance!

Les odeurs encore les odeurs, elle espérait que ça s'arrête bientôt! Mais il fallait travailler. la raison pour laquelle elle était revenu fut pour poser une question à Selene pour confirmer ses réflexions. La cynophobe, sans sourire aucun mais plutôt avec une grimace qui illustrait réellement son mal de tête, servit les usagers qui venaient à intervalles réguliers et de manière plus fréquente qu'avant. Elle lança alors à sa collègue:

-Selene, mon pouvoir c'est ça hein? C'est ça?

Cassie parlait vite, elle faisait tout plus vite un peu comme une machine furieuse et détraquée. La dose de travail était d'un coup plus forte à cause de l'affluence plus importante à cette heure de la journée et peut-être était-ce son handicap, qui lui rendait la tache plus difficile, mais ce travail l'épuisait de plus en plus. Il était difficile pour la cynophobe d'être aimable et souriante avec la clientèle et de bien coordonner ses mouvements car elle devait se cacher le nez, appuyer sur le bouton, prendre sa tête dans ses mains, recevoir l'argent,etc....
Elle ne pensait plus qu'à sa douleur et elle devait être rouge à cause de sa respiration contrôlée qui l'a poussait à faire de l'apnée parfois. Elle s'en fichait après tout, ce qui comptait était la somme d'argent qui se trouvait dans sa caisse comme résultat final, l'apparence vis-à-vis des clients était importante aussi mais moindre dans cette situation. Cette situation justement était très embêtante, et si cela devait durer tout le restant de la journée, Cassie s'était juré partir avant la fin.

*Tout ça à cause de ce chien! Si j'le retrouve...!!! Nan j'veux pas..*


Pensa-t-elle en implorant le ciel de la libérer de ce pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Mer 15 Juin - 23:24

Selene n’eut pas à gérer les deux caisses plus longtemps car sa collègue revint, l’air visiblement écœurée et mise à mal par son pouvoir. Elle aurait bien voulut faire quelque chose pour l’aider mais malheureusement, elle n’y pouvait rien, à part suggérer d’attendre que ça passe. Néanmoins, elle savait que ce n’était pas vraiment la solution qu’attendait la cynophobe, alors elle se contenta de murmurer un « merci, c'est normal » avant de réintégrer sa chaise et son poste.

Il semblait y avoir de plus en plus d’usagers tandis que la toquée accusait un sévère coup de fatigue. Ses membres lui paraissaient trois fois plus lourds que la normale, la monnaie dreamlandienne de plus en plus difficiles à compter, et les clients de plus en plus agaçants. Au sourire aimable que s’efforçait d’offrir l’adolescente, la plupart répondait par une sécheresse presque irrespectueuse parfois, rouspétait en mettant les travers de la société sur le dos de la pauvre voyageuse qui n’avait rien fait de mal ou bien se plaignait d’avoir trop attendu dans la file.

- C’est vraiment n’importe quoi, se plaignait une jeune femme, au moins la sixième depuis cinq minutes. Vous devriez ouvrir plus de poste ! Nous autres on cuit à attendre, et en plus, c’est pour se faire détrousser par vos prix exorbitants !

Les yeux noisette de Selene détaillèrent un instant la carlingue noire opaque du vaisseau fuselé que conduisait la trentenaire et commenta intérieurement que si son véhicule n’était pas à ce point fait pour garder la chaleur, elle ne serait peut-être pas autant incommodée. Sans rien en dire, son sourire s’élargit en se voulant agréable et elle rétorqua calmement :

- Ce n’est malheureusement pas à moi de régler ça madame, je ne fais qu’assurer un poste, et je vous assure que c’est difficile pour nous aussi.

Désarmée par la réponse de la rouquine, la techyoïte entreprit de chercher son argent dans un sac à main semi-électronique alors que Cassie interrogeait sa comparse. La galloise avait été tellement absorbée par son travail en quelques instants qu’elle en avait oublié les déboires de la cynophobe. Elle mit quelques secondes à comprendre le sens de sa question avant de confirmer l’air visiblement désolé :

- Oui je suppose… mais je ne peux pas te dire comment il fonctionne. Ce qui est sûr c’est qu’il a une limite et… qu’il évoluera au fil du temps.
- Tenez.

Selene reçut le paiement avec précaution, le recompta puis ouvrit le passage. Elle prit le temps de rassembler ses longs cheveux roux en chignon qu’elle fixa avec le crayon qu’elle avait trouvé dans le tiroir de son poste avant de poursuivre :

- J’en ai un comme ça aussi… si j’ai très peur, je me transforme à moitié en épouvantail. Juste les bras et le torse, expliqua l’adolescente en accompagnant son discours de gestes démonstratifs. Et j’ai une chemise à carreaux assez kitch…

Elle poussa un soupir. Un type qui volait sur un surf argenté se présenta et toqua à sa vitre, manifestement pressé.

- Je ne sais jamais vraiment quand il va s'arrêter. L’avantage c’est que ces parties de mon corps sont insensibles dans ces moments là…

La toquée s’occupa alors de son mage impatient qui coopéra à la transaction sans aucune marque de politesse et s’éclipsa furtivement sans un mot de trop. Décidément, ce petit boulot en contact avec le public n’était pas si facile que ça à assurer ; heureusement que la jeune fille n’était pas du genre à s’offusquer du fait que le minimum des bases de courtoisies ne lui soient pas observées, sans quoi il y aurait longtemps qu’elle aurait raccroché la veste. Non en fait, elle était contente de son expérience pour l’instant, cela lui convenait toujours plus qu’une ville où un sort étrange échangeaient les corps des gens ou qu’une montagne à gravir en portant une épée chantante.

- Un jour, ton pouvoir te sera utile, conclut-elle en voulant se montrer positive. Le mien m’a sauvé la vie une fois. Même deux je crois…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 20 Juin - 15:38

Toujours sujette au dérèglement de son odorat, Cassie avait bien du mal à assurer son poste. Elle servit encore deux ou trois usagers presque sèchement mais de manière efficace tandis qu'elle entendait dans son dos, d'autre usagers du côté de Selene se plaindre. Les gens n'étaient vraiment pas croyable. Jamais ils ne se demandaient si leur travail était dur? Non, il ne pensaient qu'à leur petite personne et leurs tracas du quotidien! Et Dieu sait si Cassie, à ce moment là, souhaitait s'occuper d'elle même plutôt que de ces gens grincheux! Cependant, Selene s'en sortait bien et tandis que la cynophobe les auraient envoyé boulé, vu la condition dans laquelle elle se trouvait, la toquée restait respectueuse et encaissait toute ces remarques avec un sourire plus ou moins altéré. Le client est roi, il fallait s'en souvenir!
Cassie souffrit le martyr à cause de son pouvoir. A la réponse de Selene, elle lança dégoutée, la main sur le nez:

-En quoi ça, ça peut être un pouvoir!? C'est un handicap ouai!

Sa collègue lui raconta alors son problème et Cassie comprit donc l'utilité pour cette jeune femme de dessiner ces épouvantails. Ils étaient si précieux pour elle puisqu'ils constituaient son équilibre. Elle au moins, elle avait un pouvoir utile, se disait Cassie, luttant contre la nausée. Au dires de Selene, cet handicap qui se disait pouvoir allait bien s'arrêter, restait à savoir quand! La cynophobe se retourna au moment où un usager arrivait de son côté. Elle le servit d'un air dépité. Il s'agissait d'une femme qui voyageait dans une voiture décapotable de couleur noir brillante. Cette femme arborait un sourire enfantin et son visage très pale était très beau. Cassie resta un moment à l'observer tant son charisme était hypnotisant puis elle se ressaisit et réceptionna la monnaie de la jeune femme qui s'en alla lorsqu'elle eut ouvert le passage.

Quelques secondes passèrent sans que Cassie ne fasse un geste, elle soupira puis grimaça de surprise lorsqu'elle se rendit compte que son pouvoir avait disparu. Elle se mit à renifler une fois, puis deux fois dans deux sens différent de la cabine et un grand sourire apparu sur son visage:

-Mon pouvoir! IL EST PARTI!


Lança-t-elle à Selene quand un autre usager apparu. Cette fois, il s'agissait d'une vieille dame en bicyclette volante accompagné d'un magnifique... CANICHE placé dans le panier avant du véhicule. Cassie ouvrit de grand yeux et prise de terreur, elle poussa un cri aigu et se cacha sous son conptoir en criant:

-Un caniche!!!


Instinctivement, elle se cacha le nez de sa main et resta quelques bonnes secondes sous le comptoir. Quand l'air lui manqua, elle prit une inspiration non contrôlé et se remasqua le nez quand elle s’aperçut qu'elle n'avait rien sentit cette fois. Timidement, elle retira ses mains de son visage et inspira doucement. Rien. Confuse, elle réapparu en surface, offrant à la vieille dame un sourire éclatant et extrêmement gêné. Elle s'excusa brièvement:

-Désolé madame..je.. Il est très.. beau votre .. caniche.. hum..

Elle avait peur, mais était contente que son pouvoir n'ait pas réapparu. Elle se dépêcha de servir la passagère en évitant de regarder son caniche qui dormait dans la panière et ouvrit le passage avant même de compter l'argent donné. Une fois qu'elle fut parti, elle se laissa aller en avant et posa sa tête sur le bureau en soufflant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 20 Juin - 16:42

Selene n’avait plus d’usagers. Elle fit pivoter sa chaise pour pouvoir discuter avec sa collègue au moment où une femme se présentait à son guichet accompagnée d’un charmant caniche silencieux. Soudainement, Cassie se jeta sous son comptoir en hurlant qu’il y avait un chien face à elle. La rouquine n’était pas du genre à se moquer, encore moins sachant que sa comparse était malade, mais sa réaction inattendue la fit éclater d’un rire enfantin qu’elle s’efforçait vainement de dissimuler derrière une main blanche brillante de sueur. La confusion de la cynophobe nourrit son hilarité et lorsque la cycliste s’en fut allée, la toquée posa une main sur son l’épaule pour lui dire :

- Excuse-moi de rigoler, tu m’as surprise. Je t’assure que je ne me moque pas.

Ses éclats l’accompagnèrent alors qu’elle se retournait pour servir un homme qui volait assit droit comme un i sur un tapis volant. En réalité, celui-ci ne fit pas le moindre geste : ce fut sa carpette cousue de fils argentés qui ouvrit une poche à peine visible sur son dessous et en sortit la somme convenue qu’elle tendit à la voyageuse. Surprise par cette transaction originale, Selene accueillit la monnaie avec des yeux ronds, son hilarité totalement passée. Elle eut du mal à la recompter tant son attention était retenue par le tapis magique, puis elle ouvrit le passage pour que son client passe sans lâcher le moindre mot.

- Décidément, je crois que j’aurais tout vu dans ce job… un type avec un tapis volant qui paye à sa place…

Elle poussa un soupir et remit une mèche de cheveux roux derrière ses oreilles. Pour l’instant, elle se félicitait de ne pas avoir eut à appuyer sur le bouton de la sécurité. Elle avait peur lorsque des individus trop râleurs la tenaient des minutes interminables pour essayer de payer moins cher, mais devant son calme résigné, aucun n’avait refusé d'abonner leur résistance. Ce qu’on pouvait appeler l’heure de pointe finie par passer et les deux jeunes filles cloitrées dans leur cabine virent le nombre d’automobilistes décroitre. Le silence qui s’installait devenait difficilement supportable, d’autant plus que s’il était désagréable de travailler dans une chaleur étouffante, ne rien faire était encore plus insoutenable.

En essuyant son front suant pour la énième fois, la rouquine se retourna vers sa collègue et lui demanda d’une petite voix :

- Tu as quel âge au fait ? Tu faisais quoi dans le monde réel ? Tu étais étudiante ?

Après une petite pause, elle luit fit un sourire encourageant avant de répondre la première :

- J’ai 15 ans moi. J’étais au lycée à San Francisco… j’avais un peu de mal dans certaines matières, mais globalement, je m’en sors !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 11 Juil - 0:27

Le flux de clients était de moins en moins dense et Cassie en profita pour souffler un peu et de se remettre de son affrontement avec ce caniche. Selene avait bien rit lorsque la cynophobe se cacha sous son guichet, alors qu'elle savait pertinemment qu'elle était cynophobe justement! Cassie en fut légèrement vexé et resta silencieuse jusqu'à ce que sa collègue prenne la parole pour engager une fois de plus la conversation. Cassie n'était pas rancunière après tout. Elle même avait pour habitude de rire lorsqu'elle voyait quelqu'un glisser dans la rue en hiver avant de se rendre compte de la gravité de la chute et de proposer son aider. Ça lui arrivait et c'était humain! Alors pourquoi en vouloir à Selene. Cassie était très encline à pardonner les gens facilement et passer outre certain faits la mettant en difficulté. Esquiver les problèmes, ne pas donner trop d'importance aux faits extérieurs qui veulent la nuire, était sa plus belle défense. Elle commença alors la tête baissé, le sourire effacé:

-J'ai 19 ans et.. Je faisais des études pour devenir journaliste.. Et dire que je suis la, je ne sais pour combien de temps.. J'vais peut-être plus jamais revenir dans le monde réel.. J'arrive pas à réaliser. Je sais pas ce que je suis sensé faire maintenant!


-Maintenant si tu veux pas crever aujourd'hui t'as plutôt intérêt à me filer la caisse! Et vite!!

Une voix roque s'éleva, obligeant Cassie à lever les yeux vers le haut. Devant elle, une vieille camionnette volante blanche, rouillée et en mauvais état. A l’intérieur de cette camionnette, un homme, la trentaine, sale, mal rasé et décoiffé, accoudé à sa fenêtre, la main au dehors tenant un revolver braqué vers Cassie. La cynophobe ouvrit de grands yeux horrifiés regardant successivement l'arme et l'homme.

*Un braquage.. Je fais quoi.. je fais quoi.. La sécurité!*


A cette pensée, Cassie Regarda furtivement où se trouvait le bouton qui permettait d'appeler la sécurité et dit au braqueur dans le but de gagner du temps:

-Monsieur.. Je ne peux pas vous donner la caisse.. C'est mon travail..

Sa voix partit dans les aigus tant sa gorge était nouée. Sa main glissait doucement vers le bouton de sécurité tandis que l'homme commençait à l'injurier et la menacer. Quand elle l'eut atteint, elle l’enfonça et l'homme remarqua son geste.

-Hey Salope! Lâche ça!

L'inconnu tira un coup de feu qui manqua de justesse la tête de Cassie mais qui brisa les vitres de la cabine de part en part en un fracas de verre tranchant. Un bout de verre projeté vers l’intérieur de la cabine effleura le visage de la cynophobe et un trait de sang apparu. Cassie porta aussitôt sa main à sa joue droite blessée et l'homme lui lança:

-Toi! Tu crèves!


Il braqua son revolver une fois de plus sur la tête de Cassie qui le regarda sans pouvoir agir, la peur la paralysant. Il avait bu. Elle allait mourir là, dans cette pauvre cabine, pour un boulot misérable de la main d'un pauvre mec de passage. La sécurité ne venait pas. L'homme chargea et son doigt effleura la gâchette quand quelqu'un bouscula Cassie et se prit le tir en pleine tête à sa place. La cynophobe tomba à terre surle verre brisé et hurla d'effroi. Elle n'osa même pas regarder ce qui s'était passé quand elle entendit les sirènes de la brigade volante de sécurité qui approchaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Lun 11 Juil - 1:58

Une future journaliste ? C’était intéressant. Cassie était donc plus âgée qu’elle ; ce qui n’était, en fait, pas spécialement étonnant. Selene n’avait jamais songé à ce qu’elle pourrait vouloir faire plus tard ; peut-être un métier qui pourrait accepter sa pathologie ? Car, avouons le, bien qu’elle était théoriquement en pleine thérapie pour se débarrasser de son toc, elle doutait d’y parvenir un jour. Ses réflexions tournèrent court car du coté de sa collègue, un homme mal avenant stoppa une fourgonnette volante en réclamant la caisse. Le sang de la galloise ne fit qu’un tour : s’il y avait bien une chose qu’elle n’aurait jamais imaginé rencontrer dans ce boulot, ce serait une situation où elle risquait de se faire tuer. Pourtant, elle était là, de l’autre coté du canon d’un revolver, au même titre que Cassie.

La cynophobe se défendit bravement, glissant lentement mais trop nerveusement sa main vers le bouton de la sécurité. Intérieurement, la rouquine se répétait « n’y touche pas ! Fais pas l’idiote, n’y touche pas ! On va mourir ! » mais sa gorge restait sèche et sa langue paralysée contre son palais. Les mains serrées contre sa poitrine pour les empêcher de trembler, Selene n’arrivait même pas à bouger pour appeler elle-même la sécurité. Le flot d’injure lâché par l’inconnu la fit sursauter et le premier coup de feu lui tira un hurlement. Elle s’attendait déjà à voir rouge, la tête de sa collègue volant en éclat à cause de l’impact, mais manifestement, le criminel devait avoir quelques millilitres d’alcool dans le sang car malgré sa proximité avec le guichet, il manqua sa cible.

Les vitres éclatèrent, rependant sur les commandes une pluie d’éclats tranchants et translucides. Alors qu’elle s’était recroquevillée sur elle-même, la toquée sentit son pouvoir s’activer. Sa chemise à carreau bleue remplaça sa tenue actuelle et ses bras prirent l’apparence de branches pliables. Néanmoins, cette fois, ce n’était pas tout : elle sentit la peau de son visage la tirer et la picoter, ses cheveux se rétractaient tout en se changeant en paille et très vite, elle se retrouvait avec un épais sac de toile grimé en homme à la place de la tête. L’adolescente ne pouvait pas se voir, mais elle devinait à la mollesse qu’elle ressentait en appuyant sur ses joues avec ses bras que sa transformation avait été améliorée.

Elle se serait bien attardée sur les crissements de paille froissée qui retentissaient chaque fois qu’elle bougeait la tête, mais à l’exclamation haineuse du braqueur soûl, une volonté impulsive la fit se jeter en avant. De la même façon que lorsqu’elle avait sauvé Liam des flèches sextusiennes, elle n’agissait pas dans une recherche de gloire ou par accès d’héroïsme, mais simplement parce qu’elle connaissait les propriétés de son pouvoir et que, tant qu’à faire, elle cherchait à les rendre utiles. Selene bouscula donc Cassie en la jetant malencontreusement au sol dans l’étroite cabine et encaissa les volées de balles qui furent tirées en faisant exploser les vitres. Toutes celles qui l’avaient atteinte étaient mortes dans son corps artificiel et insensible, la laissant totalement indemne.

Des sirènes commençaient déjà à se faire entendre et l’homme démarra en trombe avec force d'injures avant de quitter la plate forme à toute allure. La peur faisait encore trembler la galloise-épouvantail. Fébrile, elle se pencha vers Cassie et une partie du sac constituant sa tête – là où se trouvait sa bouche grossièrement dessinée – se mit à bouger à la manière de lèvres presque humaines.

- Tu vas bien ?

L’entaille à la joue de la cynophobe était visible et ses vêtements, comme ses longs cheveux, étaient parsemés d’éclats et paillettes de verre ; mais elle ne semblait pas avoir de blessures graves. Leur guichet était automatiquement passé en mode « indisponible » et les autres usagers des files d’attente durent se rediriger vers d’autres cabines alors que la sécurité arrivait au niveau de Selene et Cassie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassie Carlson

avatar

Maladie mentale : Cynophobie

Messages : 33

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 450

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Jeu 28 Juil - 11:45

Cassie se retourna vers sa coéquipière et vit avec une immense surprise sa transformation en épouvantail. Elle regarda dans le moindre détails la transformation de celle qui se penchait vers elle pour s'assurer qu'elle allait bien. Son pouvoir était bien réel alors! La cynophobe resta donc bouche bée, à la fois encore choquée par ce qui venait de se passer et par la nouvelle apparence de Selene. Elle se redressa cependant, méfiante, et si cet homme revenait? Son regard se posa un peu partout au dehors et rassurée de n'y voir personne elle chuchota comme pour elle même:

-Il est parti.. Je vais bien, merci..

Cassie se retourna alors vers Selene et sans qu'elle puisse dire un mot ni bouger, l'a prise dans ses bras et la serra fort, sa tête posé sur son épaule.

-Et c'est grâce à toi!!


Elle lui avait sauvé la vie! Vie qu'elle a faillit perdre à cause d'un mec ivre et désespéré. Si Selene n'avait pas été doté de ces pouvoirs, c'est Cassie qui aurait reçu toutes ces balles. Pour un job tel que celui-ci.. Il n'en valait pas la peine! Consciente que cela puisse déranger l’épouvantail, elle lâcha sa collègue après quelques secondes et l'a remercia de manière chaleureuse mais accompagné d'un sourire et de gestes nerveux:

-Baah..Merci! Vraiment, t'es woaoh.. Comme ça! Paf tu t'es mis devant!.. Tu m'a sauvé, je te dois d'être encore en vie.. Comment te remercier?

Le son des sirènes devenaient de plus en plus fort et bientôt la patrouille de sécurité stationna non loin de la cabine des deux voyageuse et un homme descendit escorté par d'autres hommes. Cassie tourna la tête inquiète. Qu'allait-il dire? Elle prit donc les devants et s'avança vers eux en haussant la voix, presque énervée:

-Enfin vous êtes là! Le braqueur est parti il y a de ça quelques secondes! Faut vite le rattraper! Il voulait que je lui donne ma caisse et j'ai refusé et il a tiré avec son arme.. Heureusement Selene était là pour me sauver!!

Elle se garda bien de hurler leur incompétence! Avoir été aussi long à venir, c'était inadmissible et elle ne se privera pas de l'annoncer à la patronne! A croire qu'ils avaient bien prit le temps de finir leurs cafés avant de se mettre en route! Après cette brève explication, Cassie se sentit bizarre. En une fraction de secondes, elle se demanda si elle n'aurait pas du l'a donner cette caisse au lieu de risquer sa vie. La dame qui leur avait donné les consigne n'avait pas parlé de ce genre de situation mais simplement d'appeler la sécurité en cas de problème. Elle l'avait fait.. et espérait que ces hommes ne l'a blâme pas pour les dégâts occasionnés lors de cet accrochage entre elle et un braqueur. Ce n'était tout de même pas elle qui avait tout cassé. Elle souhaitait simplement qu'ils retrouve cet ivrogne et qu'il soit puni. La cynophobe resta donc muette et lança un regard inquiet vers Selene qui s'était avancée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Ven 29 Juil - 2:28

Visiblement, sa collègue allait bien. Selene voulut sourire, mais sur son visage en tissu, cela ne se traduisit que par un étirement étrange de ses lèvres plissées. Sans prévenir, Cassie se jeta dans ses bras pour serrer affectueusement son corps empaillé. C’était la première fois qu’elle se retrouvait confrontée à ce genre de situation dans cet état de forme, et jamais l’adolescente n’avait constaté à quel point elle ne sentait rien au travers ses apparences d’épouvantails. La chaleur du corps de la cynophobe ne lui était pas accessible, elle ne sentait que la force de son étreinte et n’entendait que sa paille crisser.

- Bah… c’est… euh… normal, murmura la rouquine alors que sa collègue réitérait ses remerciements.

Comment lui rendre la pareille ? Cette bête question prit la toquée de court. Elle n’avait pas assuré pour la gloire, le profit, ou pour en tirer quoique ce soit. Une personne avait été en danger devant elle et la moindre des choses avait été de mettre ses facultés à son service, pour éviter des dégâts irréparables. La jeune fille espérait naïvement que tout le monde dans son cas aurait fait pareil mais au fond, elle savait que c’était une belle utopie irréalisable.

- Ce n’est pas la peine, commença Selene, mais son interlocutrice quitta la cabine pour s’approcher des agents de sécurité.

Elle entendait la cynophobe vanter encore une fois ses mérites et eut soudainement l’envie de disparaitre. Ce n’était pas dans ses habitudes d’être mise à l’honneur, et elle n’avait pas envie de devenir la créature de foire de l’équipe de la passe de l’envol pour sa simple faculté de se changer en épouvantail. Quelques instants passèrent encore et la galloise recouvrit son apparence humaine. Les balles qui avaient été fichées dans son corps insensibles tombèrent sur le sol dans un cliquetis de verre contre métal.

Encore sous le choc, et redoutant l’humeur de leur patronne lorsqu’elle constaterait les dégâts de leur poste, la toquée prit sa pilule de valium dans sa poche et l’avala sans eau. Les effets furent immédiats, ses craintes s’envolèrent et une infinie sensation de calme et de sérénité s’installa irrésistiblement dans tout son corps. Quand bien même elle aurait voulu lutter qu’elle n’aurait fait que s’épuiser inutilement. Prête à affronter ses supérieurs, Selene osa à son tour mettre un pied dehors, pensant toutefois à emporter le crayon et le calepin dégotés dans son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand de sable

avatar

Messages : 355

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Dim 18 Déc - 12:21


- C'est tout bonnement inadmissible ! les réprimanda Cathy Clide avec un air sévère.

Les deux employées avaient été menées dans son bureau et elle n'avait même pas pris la peine de leur offrir une chaise. Elle était vraiment hors d'elle, surtout que l'une des deux filles mettait tout sur le dos de la sécurité trop lente à venir et pourtant... tout était de leur faute ! Une enquête rapide avait été menée sur le lieu et avait démontré que l'une d'elle, Cassie, avait appuyé par inadvertance sur le bouton désactivant la fonction par balle de la vitre protectrice ainsi que déverrouillé la cabine en permettant à n'importe quel malfrat de passage d'y pénétrer.

Le regard de leur supérieure les jugeait sans aucune pitié alors qu'elle attrapait sur son papier une boite qui tinta lorsqu'elle s'en saisit. A l'intérieur des rubz, mais au lieu de leur donner la totalité du contenu qu'elles auraient dû recevoir à la fin de leur mission elle se contenta d'une part minime qu'elle ne donna que de mauvaise grâce sans manquer de souligner leur inaptitude totale.

- Vous êtes licenciées. Notre entreprise ne vous fera pas payer les réparations bien supérieures à votre salaire prévisionnel, mais il ne faudra pas espérer toucher grand chose après tant d’incompétence. C'est vous, mademoiselle Carlson, qui êtes responsable de tout ça. Si vous n'aviez pas déverrouillé les défenses de la cabine rien de tout cela n'aurait eu lieu.

La femme fusilla son ex-employée une nouvelle fois du regard avant de refermer d'un geste sec la boite encore bien remplie. Jamais ces deux là ne retravaillerait pour la société des trafics transextech, elles pouvaient en être sures. Les rapports déplorables les concernant avaient déjà été envoyé au directeur des ressources humaines, de manière à les ficher à vie. Elles pouvaient aussi s'asseoir sur des recommandations possibles à leurs futurs employeurs.

Miss Clide les invita à sortir avec aigreur et claqua la porte dans leur dos. Bon débarras.


__________________


HRP : Suite à ce désastre vous ne toucherez que 150 rubz chacune au lieu des 400 maximal possible. Vous aurez de même une très mauvaise réputation auprès des entreprises de la région pour vos éventuels futurs postulats.

La prochaine fois réfléchissez avant de faire des choses inconsidérées. Il est évident qu'utilisant une technologie techyoïte la vitre de la cabine résistait aux balles, j'ai donc dû expliquer ça d'une manière très peu arrangeante pour vous étant donnée que l’édit était impossible tant vous aviez brodé sur le sujet. L'action oui, mais réfléchie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora

avatar

Maladie mentale : TOC des épouvantails

Messages : 582

Feuille de personnage
Sac à dos:
Pouvoirs:
Bourse: 1062 rubz

MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   Dim 18 Déc - 12:45

Conduite dans le bureau de sa supérieure, l’adolescente écoutait les remontrances tête baissée. Elle avait tellement honte… alors que tout avait si bien commencé, qu’elle avait même accepté avec zèle de gérer deux caisses à elle seule pendant que Cassie était sortie, voilà qu’elle était subitement licenciée pour un incident dans lequel elle n’avait pas grand-chose à voir. Bien sûr, la rouquine n’arrivait pas à en vouloir à sa collègue, mais son cœur était gonflé de larmes, et il lui fallut toutes ses forces pour n’éviter de les laisser jaillir. La gorge complètement nouée, Selene reçut son maigre salaire sans un mot, sans même un regard à personne, puis rejoignit la porte sans se faire prier. Qu’est-ce qu’elle avait honte… elle avait l’impression qu’à cet instant, Dreamland tout entier avait les yeux braqués sur elle pour la huer, la conspuer, et se passer le mot de ne plus jamais la réembaucher.

Après être descendue de la tour, la galloise se sentit enfin libérée, comme si le pire venait d’être largué derrière elle. La tête basse toujours, elle s’éloigna de plusieurs pas sur le bord de la route balisée, sans même voir si la cynophobe était toujours à ses cotés, et fini par s’accroupir pour éclater en sanglot. Le goût amer de cette fin de boulot prématuré et le choc de ce premier licenciement lui pesait gros, et ce fut avec un soulagement sans nom qu’elle accueillit son ami fidèle qui se manifesta après la chute de sa première larme. La jeune fille ne dit toujours rien, mais se leva pour enlacer le corps chétif empaillé, qui resserra ses bras autour de ses épaules frêles.

- Ce n’est rien ma Selene, ce n’est rien je t’assure…, la rassurait son ami.

Elle resta longuement ainsi pourtant, pleurant pour charrier hors de son corps la déception et la honte, sanglotant jusqu’à ce que ses eaux salées deviennent un doux réconfort. Bien sûr, la présence de l’épouvantail de son enfance fut une grande aide dans ce processus, et la galloise se calma rapidement. Juste avant qu’elle ne sèche sa dernière larme alors, son compagnon d’enfance lui adressa l’un de ses sourires tordus dont il était le seul à avoir le secret, puis s’éclipsa par le même enchantement qu’il était arrivé.

Il allait falloir qu’elle rentre chez elle désormais, ou du moins, dans le minuscule appartement qu’elle louait à Formatek le temps de ce job. N’ayant pas vraiment confiance dans l’auto-stop, surtout après ce qui venait de lui arriver, l’adolescente se dirigea vers l’une des plates-formes de transport en commun. Au moins, elle avait gagné assez pour prendre le bus, c’était toujours ça. Vivement qu’elle puisse retourner à Gloutoniskaïa… peut-être que Vendredi la reprendrait dans son animalerie, elle s’était plutôt bien débrouillée la dernière fois. Ses yeux noisettes quittant enfin le sol et la contemplation de ses pieds, il rencontrèrent une série de petites crabes qui traversaient la route à toute allure. Selene en avait compté huit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Job] Halte au péage   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Job] Halte au péage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose : l'Exil :: Continent Chimérique :: Passe de l'envol-
Sauter vers: